• Accueil
  • > Fresques archéologiques égyptiennes volés et retrouvées en France

Fresques archéologiques égyptiennes volés et retrouvées en France

7 10 2009

*«Comment un musée peut-il acheter un objet en sachant qu’il a été volé ?

Le Louvre a fait savoir que «le processus de restitution était enclenché dans le respect des procédures». (Ci-dessus, des archéologues égyptiens et français sur le site du temple Karnak à Louqsor en 2007). (AFP)
Le Louvre a fait savoir que «le processus de restitution était enclenché dans le respect des procédures». (Ci-dessus, des archéologues égyptiens et français sur le site du temple Karnak à Louqsor en 2007).

Le Caire réclame depuis un an la restitution d’éléments de fresques volés dans les années 1970 et acquis  par la France.

Fresques archéologiques égyptiennes volés et retrouvées en France  coeur-«Nous cessons toute coopération archéologique avec le Louvre», a déclaré, mercredi, le chef du Conseil suprême des antiquités égyptiennes (CSA), Zahi Hawass. Le différend porte sur cinq fragments de fresques issus de la tombe thébaine de Tetiky (XVIIIe dynastie), creusée dans la rive ouest de Louqsor, à 700 km au sud du Caire. L’Égypte réclame leur restitution depuis près d’un an. Ces éléments ont été « acquis » par la France, en 2000, auprès de la galerie Maspero et, en 2003, lors d’une vente publique à Drouot. Mais des photographies du site prises au milieu des années 1970 ont prouvé ultérieurement qu’ils avaient été volés à cette période.

Mercredi, le Louvre a fait savoir que «le processus de restitution était enclenché dans le respect des procédures». Et de rappeler qu’il n’est que dépositaire des stèles, le propriétaire et unique décisionnaire en étant l’État. Une commission scientifique, qui doit se réunir vendredi, doit d’abord émettre un avis conforme pour l’ouverture d’une procédure de déclassement. Cette démarche est exceptionnelle car, dès qu’il entre dans des collections publiques françaises, tout objet est réputé inaliénable. Dans la foulée le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand s’est prononcé favorablement pour le retour des fragments. En attendant, la décision égyptienne affecte déjà des conférences organisées avec le musée français ainsi que les travaux menés par le Louvre à Saqqarah.

En mars dernier, l’archéologue Christiane Ziegler s’est vu interdire l’accès à ce site proche du Caire alors qu’elle y a mené plusieurs missions. Puis, le 18 août, le directeur du Louvre, Henri Loyrette, a reçu une lettre de Zahi Hawass lui faisant part de son «profond regret de devoir répondre par la négative à la demande de fouilles présentée par Guillemette Andreu, directrice du département d’égyptologie». Zahi Hawass qualifie dans cette même lettre l’acquisition des stèles par le Louvre d’«acte irresponsable». «Comment un musée peut-il acheter un objet en sachant qu’il a été volé ?, accuse-t-il. Comment peut-on encourager les pilleurs de tombes à dégrader les sites ? Si on leur achète des objets, ils vont aller dès le lendemain dans les autres tombes.» (Le Figaro-07.10.09.)

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...