• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 23 décembre 2009

Rapport accablant sur les viols de mineurs par des prêtres

23122009

*‘ L’ Irlande a découvert, jeudi 26 novembre 2009, un nouveau rapport accablant sur les violences sexuelles infligées par des religieux à des enfants, après celui de mai qui avait déjà plongé le pays dans l’effroi. Un premier rapport décrivait comment, durant plusieurs dizaines d’années, d’innombrables enfants avaient été victimes de flagellations, de travaux forcés et de viols collectifs dans l’ancien système d’écoles supervisées par l’Eglise.Le rapport, rendu public par le ministère de la justice en début d’après-midi, porte sur la façon dont les plaintes pour viol sur mineur ont été traitées dans l’archidiocèse de Dublin entre 1975 et 2004. La rédaction du document a débuté en 2006 et s’est achevée il y a plusieurs mois mais la justice a retardé sa publication, le temps d’en retirer certains détails dont la divulgation compromettrait des procédures judiciaires en cours.

« ÉVÉNEMENTS SORDIDES »

Les autorités religieuses, ainsi que le ministère de l’éducation, sont accusés d’avoir couvert ces violences ou gardé le silence. Des responsables religieux ont d’ores et déjà prévenu qu’il contenait des faits éprouvants. « Ces jours prochains nous découvrirons les événements sordides qui se sont déroulés au sein de l’Eglise catholique dans l’archidiocèse de Dublin », a déclaré l’archevêque Diarmuid Martin lors d’une cérémonie la semaine dernière. La publication du premier rapport, rédigé par la commission d’enquête sur les violences contre les enfants, a entraîné une avalanche de témoignages de nombreux Irlandais en ayant été les victimes. Ce document en cinq volumes, dont la rédaction a pris neuf ans, dépeignait les orphelinats et écoles spécialisées d’Irlande comme des lieux dominés par la peur, les négligences et les agressions sexuelles généralisées. (Le Monde-26.11.09.)

 

************Abus sexuels : un autre évêque irlandais démissionne

Un deuxième évêque irlandais a présenté sa démission au pape Benoît XVI, à la suite d’un rapport accusant l’Eglise catholique d’avoir couvert les agissements de prêtres pédophiles dans la région de Dublin, a annoncé son diocèse, mercredi 23 décembre 2009. « J’espère que cela fait honneur à la vérité que les victimes encore vivantes (de ces abus) ont découverte et ouvre la voie à un meilleur avenir pour toutes les personnes concernées », a déclaré James Moriarty, 73 ans, dans un communiqué diffusé par ses services.

James Moriarty avait été entre 1991 et 2002 évêque auxiliaire de Dublin, dans le diocèse où des centaines d’enfants ont subi des sévices sexuels commis par des prêtres pendant plusieurs décennies. Le 17 décembre, le Vatican avait annoncé que le pape acceptait la démission d’un premier évêque irlandais mis en cause par le rapport Murphy, Donal Murray. L’évêque de Limerick avait été accusé d’avoir réagi de façon « inexcusable » en dissimulant des informations sur des enfants victimes d’abus sexuels de prêtres, dans ce rapport publié fin novembre en Irlande.

La commission avait notamment mis au jour « le cas d’un prêtre qui a avoué avoir abusé sexuellement de plus de 100 enfants », et d’un autre qui avait reconnu avoir abusé des enfants en moyenne « une fois toutes les deux semaines pendant son ministère, qui a duré plus de vingt-cinq ans ».

Après la publication du rapport, le gouvernement irlandais avait présenté ses excuses « sans réserves » pour les défaillances de l’Etat dans cette affaire. (Le Monde-23.12.09.)

********

*Trois semaines après la publication par le ministère de la justice du rapport de la commission Murphy, qui accuse la hiérarchie catholique irlandaise d’avoir étouffé des dizaines d’affaires de prêtres pédophiles dans le diocèse de Dublin entre 1975 et 2004, l’un des évêques auxiliaires mis en cause, Mgr Donal Murray, nommé par la suite évêque de Limerick, a remis sa démission au Vatican jeudi 17 décembre 2009. Le rapport Murphy avait qualifié son comportement d’« inexcusable ».

Mgr Murray a présenté ses « humbles excuses à tous ceux qui ont été victimes d’abus » tout en reconnaissant que sa « démission ne peut supprimer les souffrances« . L’homme, âgé de 69 ans, est décrit par son entourage comme un intellectuel brillant mais timide, qui n’a jamais eu le goût du commandement. Jusqu’à récemment il refusait de démissionner, estimant simplement avoir sous-estimé l’ampleur du problème et avoir été trop clément envers les prêtres soupçonnés de pédophilie.

Cette position était devenue intenable : plusieurs membres éminents du clergé ainsi que des intellectuels catholiques réclamaient sa démission afin que l’Eglise puisse commencer à tourner la page et poursuivre les réformes nécessaires. L’actuel archevêque de Dublin, Mgr Diarmuid Martin, a approuvé la décision de Donal Murray.

Cette démission pourrait être suivie de plusieurs autres, car le rapport Murphy cite cinq anciens évêques auxiliaires de Dublin aujourd’hui en fonction dans d’autres diocèses. Depuis des semaines, les médias irlandais et une bonne partie des politiques se déchaînent contre eux. Fait sans précédent, le gouvernement irlandais a officiellement critiqué le Vatican et le nonce apostolique en poste à Dublin pour avoir refusé de coopérer avec la commission Murphy.

Militants « sécularistes »

David Quinn, directeur de l’Iona Institute, centre de réflexion lié à l’Eglise catholique, souhaite qu’au moins huit ecclésiastiques de haut rang, coupables d’avoir étouffé ou toléré des affaires de pédophilie, quittent leurs fonctions.

Les militants « sécularistes », qui militent pour la réduction du pouvoir de l’Eglise dans la société irlandaise, vont plus loin. Colm O’Gorman, proie d’un prêtre pédophile dans son adolescence et fondateur d’une association d’aide aux victimes, estime que la démission ne suffit pas : « La police doit à présent mener une enquête pour savoir si Donal Murray a violé la loi en faisant obstruction à la justice et si c’est le cas, il doit être inculpé et jugé. Cela dit, rien n’est sûr, car avant la réforme judiciaire de 2006, la loi n’était pas claire. »

Le 16 décembre, Thomas Naughton, 78 ans, l’un des prêtres pédophiles qui avait bénéficié de la protection de Mgr Murray, a été condamné à deux ans et demi de prison pour avoir abusé d’un enfant de choeur au moins 70 fois dans les années 1980. Thomas Naughton aurait agressé une douzaine d’enfants : après chaque plainte, sa hiérarchie se contentait de le muter dans une autre paroisse. Il avait déjà été condamné pour des faits similaires en 1998. Le juge a justifié la relative légèreté de la sentence en invoquant l’âge et la mauvaise santé du prévenu. (Le Monde-18.12.09.)

 

 







évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...