• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 3 août 2010

Vacances d’été en Algérie pour les émigrés

3082010

* Durant toute l’année, des villages reculés de la région d’Aït-Oughlis (et d’autres régions du pays) demeurent quasi fantomatiques.

Arrivé le temps des vacances estivales, ceux-ci commencent à se remplir peu à peu des fils du village partis s’installer ailleurs dans le pays ou dans l’hexagone. Le retour au bercail le temps d’une saison est plus que vital de l’avis de nombreux enfants du village installés dans d’autres contrées, généralement de l’autre rive de la mer. Les retrouvailles sont agrémentées de bon souvenir d’enfance, les moments de joie et de peine, et où les discussions sont menées à bâtons rompus. Les fêtes de mariage se posent comme une occasion idéale de se retrouver entre cousins, amis…autour d’une table garnie de couscous, de viande et de dessert. Qu’il soit copieux ou frugal, ce repas est le synonyme d’une tradition ancestrale jalousement gardée par les Kabyles.

Les villages de Chemini retrouvent une certaine animation dans la période estivale, et où se côtoient algérois, Oranais, Constantinois et surtout émigrés. Ces familles installées ailleurs tiennent mordicus que le retour à la terre des aïeux est un moment propice pour se ressourcer et ne pas couper le cordon ombilical qui les lie à la Kabylie. « Le cours de la vie nous a menés vers d’autres cieux, il reste néanmoins que le retour au bled est toujours un événement heureux », soutient un jeune émigré installé en France. Les différentes bourgades de la localité constituent un havre de paix et un lieu de villégiature pour les estivants. La placidité des villageois ne laisse pas indifférents les enfants qui reviennent fouler la terre de leurs ancêtres. Habitués qu’ils sont à une cadence infernale de la vie citadine et au vacarme des véhicules, les petites vacances passées au village sont plus que jamais un rendez-vous avec une atmosphère paisible, pour se délester du fardeau quotidien rythmant la vie citadine. (El Watan-03.08.2010.)

****************

*Soins dentaires : Quand les émigrés se soignent au «bled»

image

Pour mieux gérer leur budget, beaucoup d’algériens établis à l’étranger profitent de leurs vacances pour faire des soins médicaux.

Venus de France, du Canada, d’Espagne ou de Belgique, bon nombre d’entre-eux font des consultations dès leur arrivée au «Bled». Se sont les soins dentaires qui sont les plus prisés par les émigrés. Les raisons, leurs prix en Europe sont excessivement chers. Le docteur Akli. M, chirurgien dentiste à Alger-centre voit défiler, chaque été, dans son cabinet des dizaines de nos ressortissants établis à l’étranger. Une aubaine pour lui, puisque la majorité des algériens à faible ou moyen revenu ne se rendent chez le dentiste qu’en cas d’urgence. «C’est une fois que le mal s’installe qu’ils commencent leurs soins dentaires», souligne le Dr. Akli.
Les clients émigrés, eux, viennent tous les ans à son cabinet. Cela leur revient beaucoup moins cher que de se faire soigner outre-mer. «L’extraction d’une  dent chez un dentiste canadien coûte jusqu’à 1000 dollars», précise-t-il, soit l’équivalent de 80000 DA. Autre exemple : «placer une fausse dent revient à 20 000 dinars en Algérie alors que la même opération est facturée à 800 euros en France».
Conséquence : nos émigrés patientent parfois jusqu’à leur arrivée dans leur pays d’origine pour aller voir un dentiste.  «J’ai soigné un Algérien qui vit en Belgique et qui a attendu son congé pour prendre rendez-vous chez un dentiste en Algérie», dira t-il. Dans un cabinet dentaire à Ouled Fayet, Rachid, a accompagné son fils de 10 ans pour soigner une carie dentaire pour 2000 DA. La même opération dans l’Hexagone lui coûterait 700 euros. «Là-bas les soins dentaires sont chers», se plaint-il. Venu de France, ce père de famille vient deux fois par an pendant les vacances. «Je profite pour faire mon check-up et soigner ma dentition», dit-il.
Et de poursuivre, «ici une simple visite me coûte 800 dinars contrairement en France où les prix des soins sont très élevés.
Mais faut-il savoir aussi, que 2000 DA n’est pas à la portée de certains salariés algériens. Assistante dans un cabinet dentaire à la rue Didouche Mourad, Nassima explique que les tarifs des dentistes algériens s’expliquent surtout par la cherté des produits et du matériel qui sont importés, jusqu’au gants.

       *A Oran, la foire de «Chaâbane» fait un tabac

Vacances d’été en Algérie pour les émigrés spacer

Le mois de Ramadhan est à nos portes. Seulement neuf jours et débutera le mois sacré. Pour cette année, chose qui ne déroge pas à la règle, le Palais des expositions d’Oran sis à M’dina Jdida a l’ingénieuse idée d’organiser ce qu’on appelle une foire spéciale «chaâbane», le mois qui précède le mois du Ramadan. C’était mercredi dernier qu’a eu lieu le coup d’envoi de cette foire qui va durer jusqu’au 10 août prochain. Tous les jours, donc, de 10h du matin jusqu’à 19h, les gens peuvent se rendre dans l’enceinte de ce palais afin d’effectuer des achats en tout genre.Qui dit Ramadhan, dit, bien évidemment, les saveurs et les plaisirs de la table. De ce fait, énormément de stands qui se sont installés dans cette foire se sont exclusivement consacrés à la gastronomie, et plus précisément à la gastronomie prisée pendant le mois sacré, des épices de toutes les couleurs, par exemple, mais encore des nougats de toutes les saveurs, de l’huile d’olive, du miel… bref, tout était là pour indiquer que le Ramadhan est pour bientôt.En plus de cela, toutes sortes d’ustensiles de cuisine, d’articles de ménage, tapisseries, meubles ou encore fauteuils et clic-clac, ont été étalés à des prix qu’on dit raisonnables. Il faut savoir que la foire de Chaâbane génère chaque année un peu plus de quatre-vingt mille visiteurs, selon les organisateurs.On peut compter, parmi eux, une grande majorité de femmes, mais encore, on a décelé la présence de bon nombre venus solitairement effectuer les courses. Dans ce vaste espace qui est le Palais des expositions, on peut s’attarder pendant des heures, sans voir le temps passer. Ainsi, quand arrive midi, pour peu que l’un des promeneurs ait une petite faim, il peut toujours se rassasier en se rendant à un stand qui lui propose des cornets de frites, ou encore des steaks hachés cuits sur place. Bref, rien n’a été laissé au hasard, le paquet a été mis afin de séduire au maximum les chalands. Au dehors, un petit espace de jeux et d’attractions a été aménagé, afin de faire patienter les enfants, en attendant que les parents finissent leurs achats. Il n’y a pas à dire, la foire attire un monde fou. Cela peut ne pas être visible de prime abord en raison du fait que l’espace du Palais d’exposition soit à ce point vaste que même s’il s’agit d’une foule dense, cela passe inaperçu. Mais le fait est qu’à l’approche du Ramadhan, les gens, surtout les personnes âgées, n’hésitent pas à débourser de l’argent pour faire des achats, de la vaisselle, ou autre, pourvu que le Ramadhan débute par des articles neufs.Il faut dire aussi que ceux qui tiennent les stands, se mettent peu à peu à se professionnaliser; on a eu alors souvent l’occasion de voir des vendeurs en train de faire déguster des échantillons de leurs produits à de potentiels acheteurs, les poussant de la sorte à mettre la main à la poche. La dégustation gratuite est devenue une étape nécessaire pour séduire la clientèle et ils ont fini par le comprendre. Pour cette année, on a noté également la présence de stands étrangers, ceux de l’Inde, de la Syrie et de l’Iran. Le premier pays affichait dans son stand principalement des meubles, mais stylés à la manière indienne; le second des articles de femmes, essentiellement des sacs à main ainsi que des chaussures; et puis le troisième des colliers et des perles.Pour conclure, on peut dire que le public est au rendez-vous à cette foire annuelle, et cela malgré la canicule qui sévit au dehors, c’est dire l’intérêt que suscite un tel rendez-vous. (Quotidien d’Oran-03.08.2010.)     

 *La localité balnéaire de Stidia…tout est complet

La localité balnéaire de Stidia, peuplée de 13.700 âmes, recelant un potentiel touristique important attire d’année en année un flux important d’estivants apportant un véritable saut au tourisme de toute la wilaya de Mostaganem. Ce rush important de visiteurs a fait envoler le prix de la location estivale, les cabanons situés à l’ancienne plage de Stidia sont proposés entre 40.000 DA et 90.000 DA le mois.

 «J’ai cherché désespérément à louer une maison pour le séjour de 20 jours avec ma famille, mais tout est complet même des appartements au niveau des cités au village sont complets, jusqu’au 10 août», nous dira un père de famille venant de la région de Tiaret. La magnifique nouvelle plage de Stidia située à 3 km du chef-lieu de commune a atteint le nombre record de 2 millions d’estivants depuis l’ouverture de la saison estivale, selon des responsables de la protection civile, surtout durant les week-ends et vu le manque d’espace au niveau du parking, les véhicules sont carrément stationnés jusqu’aux abords de la RN11. L’ancienne plage de Stidia située à 700 m du centre du village a aussi fait un grand retour en termes d’accueil d’estivants attirés par la splendeur des rochers millénaires qui entourent la plage, cependant et par rapport au nombre important des visiteurs et aux potentialités de ce site, trouver un hôtel ou un restaurant est quasiment impossible puisque inexistant au niveau de la localité.

 Par ailleurs, et en application du plan bleu, la présence marquée des services de la gendarmerie de Stidia sillonnent de jour et de nuit et sans relâche les quatre coins de la localité principalement sur les deux plages pour sécuriser les estivants, principalement pour la circulation routière, couplée avec la présence massive des services de police. A l’intérieur de la localité, on fait en sorte que cette saison estivale se déroule dans de très bonnes conditions sécuritaires où plusieurs personnes dorment à pleine lune. (Quotidien d’Oran-03.08.2010.)

****************

            *Une mosquée va être construite à New York.

AFP
03/08/2010 |

Une commission de la ville de New York chargée de la préservation du patrimoine a levé ce mardi un obstacle majeur à la construction d’une mosquée à quelques pas de l’emplacement où se trouvaient les tours jumelles détruites par les attentats du 11 septembre 2001.

La commission a décidé à l’unanimité de retirer de la liste des monuments historiques le bâtiment du 45-47 Park Place près de Ground Zero, où la mosquée doit être construite. L’immeuble datant de 1850 n’abrite plus désormais qu’un magasin de vêtements à l’abandon.

Un classement aurait empêché la démolition du bâtiment et par là-même la construction de la mosquée et d’un centre islamique, un projet très controversé, à quelques pas de Ground Zero. La construction de cette mosquée avait été approuvée en mai par le conseil municipal de New York.

Outre la mosquée, le futur complexe doit abriter des terrains de sport, un théâtre, des restaurants et potentiellement une crèche.

Le projet dispose du soutien du maire de New York Michael Bloomberg….
 
 

**************

***La « chlita » de Tiguert N’adrer… Zerda,  fruits de saison et ambiance de convivialité 

Pour ceux qui ne connaissent pas le village de Tiguert N’Adrer, il est situé dans la commune de Harbil au niveau de la daïra de Guenzet, dans la wilaya de Sétif.

Malgré l’absence flagrante de moyens pour assurer leur développement, les villages de Ith Yalaâ constituent une destination privilégiée pour la détente, un lieu de villégiature dans une région hospitalière à souhait. En cette période de vacances, il fait bon vivre dans ces lieux où l’ambiance et la convivialité se mélangent allégrement pour transformer les villages en une grande aire de fête. Cela a été justement le cas le week-end dernier où c’était l’occasion de parler de l’ouzia, de la zerda et de toutes les autres cérémonies qui perpétuent des traditions, au grand bonheur des populations locales et d’ailleurs. Cette occasion de retrouvailles et de commémoration est surnommée « Lakhrif », allusion faite aux fruits de saison qui mûrissent en cette période de l’année. Ainsi, le village de Tiguert N’Adrer, dans la commune de Harbil, organise chaque année le festival de « Chlita », un plat traditionnel de la région de Ben Yalaâ. Ce plat est constitué de poivrons, piments et de tomates cuites uniquement à l’huile d’olive et accompagnés de galette. Un traditionnel plat que Tiguert N’Adrer a su mettre en valeur en lui organisant un concours.

Samedi dernier « la meilleure Chlita » a regroupé une cinquantaine de participants autour d’un jury pour départager la meilleure cuisson. Les plats sont ensuite distribués pour être, bien évidemment, consommés. Durant ces moments, c’était donc la grande joie au niveau des deux grandes salles de l’école du village réservées aux invités venus déguster ce fameux plat qui dégage une odeur d’’huile d’olive et de galette bien dorée qui répandent le parfum très original de la Kabylie. Ce rendez-vous a été très apprécié par l’ensemble des invités qui ont profité de l’occasion pour retrouver leurs familles et leurs amis. Un notable du village, Si Salah, respecté au niveau de la région, très heureux de cette effervescence, nous déclare être « très heureux de voir tout ce beau monde à Tiguert N’Adrer. Notre but est de rassembler le plus de familles pour que Ben Yalaâ reste fidèle à ses traditions ». Et d’enchaîner : « Si cette fête est une réussite totale, c’est grâce à toutes ces femmes et tous ces hommes du village qui ne ménagent aucun effort pour le bon déroulement de l’événement ». Rappelons que le premier jour des festivités a été marqué par une randonnée à travers la forêt de Tila (Megerba) et une visite de quelques lieux historiques, avant de prendre un repas au milieu de la nature. Le sport était au rendez-vous puisque une course et de la pétanque étaient au programme. Il y avait, bien évidemment, de l’animation artistique pour meubler les soirées. Le président Bachir Tahi ne manquera pas de remercier tous les participants pour cette réussite tout en fixant rendez-vous à d’autres événements que Tiguert N’Adrer se fera un plaisir d’accueillir.(El Watan-03.08.2010.)

**************

*ils sont fous ces touristes!  

  cliquer ici: une nuit au bord de la mer

*****************

       * 27 minutes pour aller travailler 

52 % des Français utyilisent leur voiture pour se rendre au travail. Viennent ensuite le métro photo) et le train.
52 % des Français utilisent leur voiture pour se rendre au travail. Viennent ensuite le métro photo) et le train.

Une étude a mesuré le temps de trajet des salariés français. 

coeur-

Un Français actif sur cinq passe plus d’une heure et demie par jour dans les transports, aller-retour, pour se rendre à son travail, selon une étude Regus publiée lundi. En moyenne, le trajet domicile-lieu de travail s’élève à 27 minutes. C’est en Chine et en Inde qu’on passe le plus de temps dans les moyens de transports, alors que les trajets sont moins longs aux États-Unis et au Canada, souligne l’enquête. Dans l’Hexagone, l’utilisation de la voiture n’est pas l’apanage - elle constitue le principal moyen de transport pour 52 % des Français, contre 64 % au niveau mondial -, mais reste en tête du classement. Viennent ensuite le métro et le train. La moitié des Parisiens accusent les transports en commun d’être «une source importante de stress». (Le Figaro-03.08.2010.)

*****************

*système pour enregistrer les conversations mobiles de toute personne aux environs.

      Une fausse antenne GSM pour espionner les conversations

Chris Paget prépare une démonstration.
Chris Paget prépare une démonstration.

Ce système à 1500 dollars, présenté lors d’un congrès de «hackers» ce week-end aux Etats-Unis, permet d’enregistrer les conversations mobiles de toute personne aux environs.

coeur-

Se mettre dans la peau d’un espion et enregistrer les appels mobiles qui transitent sur les téléphones aux environs ne nécessite plus de moyens élevés. Ce week-end, lors du congrès DefCon consacré à la sécurité à Las Vegas, le «hacker» Chris Paget a dévoilé une antenne de téléphonie mobile conçue à peu de frais, capable d’intercepter et d’enregistrer toutes les conversations passées à quelques dizaines mètres, sans se faire remarquer.

Des systèmes de ce type existaient déjà. Vendus par les équipementiers télécoms, ils coûtaient cher et étaient réservés aux forces de sécurité. En s’approvisionnant sur Internet, Chris Paget a conçu sa propre antenne GSM pour seulement 1500 dollars (1138 euros). Une fois activée, les téléphones environnants s’y connectent en priorité. Les antennes des opérateurs, situées plus loin, sont parasitées. Lors de la démonstration au DefCon, le «hacker» est parvenu ainsi à duper une trentaine de téléphones de son auditoire et à enregistrer une douzaine de conversations sur une clé USB, détruites par la suite.

La méthode souffre encore quelques limites. Elle ne permet pour l’instant d’espionner que les appels initiés près de l’antenne. En réception, ceux qui téléphonent sont directement aiguillés sur les répondeurs, puisque les opérateurs ont perdu la trace des téléphones détournés de leur réseau. Une solution pour se faire passer pour le mobile appelé serait à l’étude. L’autre limite majeure vient du type réseau. Les conversations doivent transiter par GSM, la norme mobile de deuxième génération, et non par la 3G. Un système de brouilleur de 3G permettrait de remédier à ce problème.

«La norme GSM est cassée»

Selon Chris Paget, cette trouvaille a avant tout valeur d’alerte. D’après lui, la norme GSM, utilisée par 80% des téléphones dans le monde, serait «totalement cassée». En décembre 2009, l’algorithme de chiffrement, qui protège les conversations, avait déjà été brisé. Là, l’antenne qu’il a mise au point annihile tout le système de cryptage des appels. Interrogée, la GSM Association, qui représente les intérêts des opérateurs et des industriels, n’a pas démenti la possibilité d’un détournement. Mais elle a tenu à minimiser les risques, en invitant les utilisateurs de GSM les plus prudents à utiliser des méthodes de cryptage plus sophistiquées.

Cette trouvaille a été présentée alors que le marché de l’espionnage téléphonique connaît un profond bouleversement. Tous les smartphones de dernière génération peuvent accueillir des applications, derrière lesquelles il est possible de cacher des mouchards. Vendus quelques centaines d’euros sur Internet, ces logiciels d’écoute savent tenir un journal des appels, enregistrer les conversations et réexpédier les SMS. Mais ils nécessitent d’approcher physiquement du combiné pour y installer le mouchard, ne fonctionnent pas sur tous les types de téléphones (iPhone, Nokia, BlackBerry, Windows Mobile, le plus souvent) et sont détectables.

La pratique de l’espionnage téléphonique n’a cependant pas attendu les smartphones pour se développer. Bien avant le mobile, des pinces crocodiles posées sur les lignes fixes permettaient aux espions en herbe d’écouter des conversations sur les téléphones. Le code pénal s’y était déjà adapté. Le fait de capter, enregistrer ou transmettre sans le consentement de leurs auteurs des paroles prononcées à titre privé ou confidentiel peut être puni par une amende de 45.000 euros en France. (Le Figaro-02.08.2010.) 

**Lire aussi: *Guerre inutile en Afghanistan …cliquer ici: Mourez pour rien,soldats!

 * Il faut savoir arrêter une guerre perdue d’avance

 * Al-Qaïda pour justifier des politiques sécuritaires occidentales

*****************

*Dernières minutes….

Les Talibans lancent une attaque contre la plus grande base de l’Otan en Afghanistan

AP
03/08/2010 |
Des insurgés ont lancé aujourd’hui une attaque terrestre contre la plus grande base de l’Otan dans le sud de l’Afghanistan, mais ils n’ont pas réussi à franchir les défenses de la base.Un porte-parole de l’Otan, Fred De Mos, a déclaré que l’assaut avait commencé avant midi et qu’il avait duré environ une heure, avant que les assaillants ne prennent la fuite.
L’attaque n’a pas été revendiquée dans l’immédiat, mais elle pourrait être l’oeuvre des talibans qui s’attaquent régulièrement à des responsables gouvernementaux et à des cibles militaires dans le sud du pays.
Par ailleurs, un soldat de l’Otan a été tué lors d’une attaque d’insurgés dans l’est du pays. L’Alliance atlantique n’a fourni aucune information sur les circonstances de sa mort ni sur son identité.

 

***Zardari : «La coalition perd la guerre en Afghanistan»

Asif Ali Zardari a répondu aux accusations du premier ministre Britannique.
Asif Ali Zardari a répondu aux accusations du premier ministre Britannique.

Le président pakistanais, en tournée européenne, juge que la communauté internationale s’y est mal prise en Afghanistan. Il rejette par ailleurs toute critique de David Cameron sur un double-jeu de son pays avec les talibans.

coeur-

«La communauté internationale, à laquelle appartient le Pakistan, est en train de perdre la guerre contre les talibans». C’est ce qu’a déclaré le président pakistanais Asif Ali Zardari, dans un entretien accordé au journal Le Monde à l’occasion de sa visite en Europe, la deuxième depuis son accession au pouvoir en 2008. La raison: «Nous avons perdu la bataille de la conquête des cœurs et des esprits», a-t-il affirmé. «Pour gagner le soutien de la population afghane, il faut lui apporter du développement économique et lui prouver qu’on peut non seulement changer sa vie, mais surtout l’améliorer». Il juge néanmoins que les talibans, même si «leur emprise progresse», n’ont «aucune chance de reprendre le pouvoir».

La question des liens entre le Pakistan et les terroristes est au cœur d’une polémique, quelques jours après les propos controversés de David Cameron, le premier ministre britannique, qui accusait le pays d’exporter le terrorisme. «Le Pakistan et sa population sont victimes des terroristes», a tenu à rappeler Asif Ali Zardari. «Nous ne faisons pas que défendre nos frontières, nous luttons contre la terreur et ceux qui la propagent.»

La semaine dernière, le site Internet WikiLeaks avait révélé des documents secrets de l’armée américaine faisant état de liens entre le Pakistan et les talibans. «Les faits évoqués concernant mon pays son antérieurs à mon arrivée à la tête de l’Etat pakistanais»…

Après trois jours passés en France, le président pakistanais doit poursuivre sa tournée européenne en Angleterre, où il rencontrera vendredi David Cameron, malgré les protestations de certaines personnalités pakistanaises. «Je lui dirais en face que la guerre contre le terrorisme devrait nous réunir, et non nous opposer. Je lui expliquerai (…) que c’est mon pays qui paie le prix le plus élevé de cette guerre en vies humaines». (Le Figaro-03.08.2010.)

***Les Allemands contre la guerre en Afghanistan

Majoritairement pacifistes, les Allemands ont l’impression d’avoir été trompés par les politiques sur la réalité de leur engagement.

 

Le ministre de la Défense allemand, Karl-Theodor zu Guttenberg, visite ses troupes en Afghanistan. Ce dernier a levé le voile sur les opérations de l'armée allemande dans le pays.
Le ministre de la Défense allemand, Karl-Theodor zu Guttenberg, visite ses troupes en Afghanistan. Ce dernier a levé le voile sur les opérations de l’armée allemande dans le pays.

coeur-

Les Allemands sont en guerre depuis bientôt neuf ans et ils ont toujours bien du mal à l’admettre. La publication des documents sur l’Afghanistan par le site WikiLeaks a relancé outre-Rhin le débat sur un conflit qui a eu bien du mal à trouver un nom. Depuis dix jours, la presse allemande multiplie les articles avec toujours le même but: faire comprendre à la population que c’est bien une guerre que mènent en son nom les soldats de la Bundeswehr.

Il a fallu attendre Pâques cette année et la mort de nouveaux soldats pour que le ministre de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg, ose employer le mot interdit. Depuis sa nomination en octobre 2009, après la dramatique affaire de Kunduz (140 civils tués par erreur lors d’un bombardement ordonné par un colonel allemand), cet aristocrate, juriste et officier de réserve, a multiplié les visites auprès des troupes en Afghanistan. Il a dissipé le voile de fumée qui entourait depuis 2001 le rôle de la Bundeswehr: non, les soldats allemands ne font pas que de la formation pour l’armée afghane et des opérations d’aide à la population ; oui, ils participent activement à des actions armées.

70% des Allemands pour le retour des soldats

Dernier scandale dévoilé par les documents de WikiLeaks: la Bundeswehr a inscrit des chefs talibans sur la liste des personnes à abattre, au moins 13, selon Der Spiegel. L’armée allemande participe donc pleinement à ces opérations ciblées. Une politique qui fait réagir dans les rangs des parlementaires: de telles opérations sont «sur le principe problématiques, sans succès et contre-productives», a déclaré Hans-Peter Bartels, député social-démocrate, spécialiste des questions de défense.

Les débats parlementaires sur la question de l’engagement allemand se succèdent sans discontinuer depuis la décision très controversée prise par le chancelier Schröder d’envoyer des troupes. Selon un sondage, 70% des Allemands réclament un retour rapide des soldats. Majoritairement pacifistes selon les enquêtes d’opinion, les Allemands ont l’impression d’avoir été trompés par les politiques sur la réalité de leur engagement. Beaucoup espèrent ici que la publication des documents de WikiLeaks permettra d’inverser le cours des choses, alors que 850 soldats supplémentaires doivent être envoyés en renfort. La Bundeswehr est la troisième force sur place, derrière les Américains et les Britanniques. (Le Figaro-03.08.2010.)

*****************

*Neuf morts dans une fusillade aux États-Unis
 

Par lefigaro.fr
03/08/2010 |

Le tireur, un employé de l'entreprise qui, selon des médias locaux, avait été convoqué par la direction pour un problème disciplinaire.
Le tireur, un employé de l’entreprise qui, selon des médias locaux, avait été convoqué par la direction pour un problème disciplinaire.

Un employé a abattu huit personnes avant de se donner la mort ce mardi dans une entreprise de distribution de bière à Manchester, dans le Connecticut.

coeur- Huit personnes ont été tuées aujourd’hui par un homme armé dans une entreprise de distribution de bière et de vin du Connecticut, dans le nord-est des Etats-Unis, et le tireur a ensuite retourné l’arme contre lui.La police a été appelée vers 7h30 du matin (13h30 à Paris) par l’entreprise Hartford Distributors de Manchester au moment d’une rotation du personnel, alors que 35 à 40 personnes se trouvaient sur place.

«Nous sommes en train de tenter d’identifier les victimes et de prévenir les familles», a déclaré la police de Manchester dans un communiqué.

Le tireur, un employé de l’entreprise qui, selon des médias locaux, avait été convoqué par la direction pour un problème disciplinaire, a été retrouvé mort quelque 40 minutes après la fusillade.

Deux blessés ont été transportés vers un hôpital local et «devraient survivre», selon le communiqué de la police.

Selon le quotidien local Hartford Courant, le tireur s’appelait Omar Thornton, avait 34 ans et était employé comme chauffeur au sein de l’entreprise.

John Hollis, un responsable du syndicat des chauffeurs, cité dans le journal, a indiqué que Thornton venait d’être engagé, et qu’il avait des «problèmes de discipline».

«Le syndicat l’avait poussé à aller discuter avec l’entreprise pour résoudre le problème», a dit Johb Hollis. «Et il a commencé à tirer».AFP.

 







évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...