• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 15 août 2010

Vivre sa foi dans un monde de modernité

15082010

*Des imams qui font la promotion de la paix et de l’égalité entre les hommes et les femmes 

*L’islam ne permet pas de tuer des gens innocents, quelque soient leur croyance, leur origine ethnique, leur race ou leur nationalité.

    **38 imams appellent à la tolérance

La déclaration de ces imams s’inscrit dans une perspective politique plus globale qui consiste à revendiquer la pratique d’un islam tolérant qui croit au dialogue inter-religieux, aux droits de l’Homme pour le bien de l’humanité.

Le phénomène d’islamophobie, qui se développe dans les pays occidentaux, trouve souvent appui dans l’incapacité de certains représentants de la communauté musulmane à s’inscrire dans le modèle républicain, à vivre selon ses modalités. Le repli, dans le communautarisme, voire le recours à la violence comme réponse à l’échec des politiques d’intégration, s’est avéré contreproductif pour ses communautés qui commencent maintenant à comprendre qu’elles peuvent accéder à la citoyenneté au niveau des pays d’accueil pour peu qu’elles renoncent à leur vision intégriste qui consiste à voir dans l’Autre un ennemi potentiel, un “kafer”. Il y a, à ce niveau, comme des prémices d’un changement de mentalité, croit déceler un universitaire qui a eu à rencontrer des jeunes Algériens qui ont fui le pays dans les années quatre-vingt-dix. “De nombreux Algériens, proches du FIS, qui sont partis en Allemagne, en Angleterre et au Canada dans les années quatre-vingt-dix et qui sont là-bas depuis vingt ans, ont radicalement changé de vision”, nous explique-t-il. “En Algérie, on leur expliquait à l’école, à la mosquée que la démocratie est “kofr” car souvent ils assimilaient cette démocratie au système politique qui les a opprimés, qui les a poussés à l’exil, mais maintenant qu’ils sont là-bas et au fil des années, ils ont compris que la démocratie tant décriée leur confère au contraire un statut de citoyen, des droits et qu’ils peuvent vivre pleinement leur foi à condition de respecter les valeurs des pays d’accueil”, ajoute encore cet universitaire, qui souligne encore à juste titre, que ces jeunes qui ont un vécu, une expérience dans des pays comme l’Angleterre, l’Allemagne ou l’Australie ont aussi appris à s’affranchir de la tutelle des imams intégristes comme Abou Qatada et autres illuminés et à avoir aujourd’hui leur propre regard sur la société dans laquelle ils vivent. C’est dans cette optique de mutation idéologique, qui est aussi l’une des conséquences “épistémologiques” du 11 septembre, s’agissant du rapport entre les religions, que convient peut-être l’initiative qui vient d’être prise par une quarantaine d’imams canadiens. Vendredi, ils ont dénoncé l’islam radical dans une déclaration commune qui fait la promotion de la paix et de l’égalité entre les hommes et les femmes. La déclaration en sept points, signée par 38 imams influents, doit être lue dans des centaines de mosquées canadiennes en ce début de Ramadhan. “Nous croyons à la coexistence pacifique, au dialogue, à la coopération et à la construction de ponts entre les différentes confessions et les gens pour le bien de l’humanité. L’islam ne permet pas de tuer des gens innocents, quelque soient leur croyance, leur origine ethnique, leur race ou leur nationalité. Le caractère sacré de la vie humaine l’emporte sur les lois religieuses”, peut-on lire dans la déclaration. Cette initiative du Conseil des imams du Canada porte aussi sur la place de l’homme et de la femme dans la société. “Nous croyons à l’égalité entre les hommes et les femmes qui ont le droit divin à l’éducation, droit d’apporter leur contribution à la société, de travailler et d’être traités avec respect et dignité”, ajoute la déclaration. Les imams canadiens défendent aussi la liberté de religion, incluant le droit de se vêtir selon le goût de chacun. Le Pr Mustapha Chérif, spécialité du dialogue inter-religieux, interrogé hier sur cette initiative des imams canadiens, à l’occasion de son passage dans notre rédaction, est tout à fait dans cette tonalité. “Les citoyens occidentaux de confession musulmane doivent comprendre qu’ils doivent prendre en compte les valeurs dominantes de la société dans laquelle ils vivent. Ils doivent éviter toute forme de provocation et s’abstenir de prêter le flanc.” Selon cet universitaire qui a inscrit au cœur de sa démarche philosophique l’établissement des passerelles entre les religions et les cultures, les sociétés auxquelles appartiennent ces citoyens doivent reconnaître leur droit à la différence et prendre la diversité comme richesse.
“C’est l’équilibre des droits et des devoirs pour réaliser le vivre ensemble, responsabilité partagée”. Du point de vue de Mustapha Chérif, “l’immense majorité des musulmans qui vivent en Occident s’est adaptée progressivement à la démocratie, qu’il est tout à fait possible, loin des préjugés, de vivre sa foi dans un monde de modernité”. Car, estime-t-il, “la religion n’est pas liée à une culture, une ethnie ou une géographie particulière”. (Liberté-15.08.2010.)

*************************

*Prochaine coupe du monde

La Fifa compte supprimer les matches nuls au 1er tour

La Fédération internationale de football (Fifa) compte supprimer les matches nuls lors des premiers tours du Mondial, dans le but de relancer l’intérêt des matches, a révélé le président de l’instance mondiale, Joseph Blatter, dans un entretien à paraître demain dans l’hebdomadaire allemand Focus. “Nous réfléchissons à la suppression des matches nuls au premier tour et aussi à celle de la prolongation”, a précisé Blatter. “S’il n’y a pas de vainqueur au terme des
90 minutes, on passerait directement aux tirs au but”, explique le premier responsable de la Fifa. Une autre option serait de réintroduire le but en or. “(…) la première équipe qui marque gagnera le match. elles seront obligées d’attaquer toutes les deux”, a-t-il poursuivi. Cette règle avait déjà été appliquée dans les tournois officiels entre 1996 et 2002. L’objectif des ces nouvelles règles est de rendre les matches du premier tour plus intéressants, alors qu’ils sont souvent marqués par le jeu prudent des équipes qui ne jouent que pour éviter la défaite, a conclu Blatter. (Liberté-15.08.2010.)

*********************

*Lire par ailleurs:

femtouarg.jpg

 Le mariage chez les Touaregs

Mariage tlemcénien

Mariage à la mode Zianide

Cherchell : un mariage original

Cortèges nuptiaux à Jijel

*****************

*Barack Obama se baigne dans le golfe du Mexique

Barack Obama et sa fille Sasha, samedi, dans les eaux du golfe du Mexique. Crédits photo : Pete Souza - Maison Blanche
Barack Obama et sa fille Sasha, samedi, dans les eaux du golfe du Mexique.

En visite en Floride, le président américain cherche à montrer que l’épisode de la marée noire est révolu. Il promet cependant de ne pas abandonner les sinistrés.

Vivre sa foi dans un monde de modernité coeur-Barack Obama soigne sa communication en Floride. Après avoir mangé des fruits de mer pêchés dans le golfe du Mexique, durement touché par la marée noire, il n’a pas hésité à piquer une tête avec sa fille de 9 ans, Sasha, dans les eaux de la station balnéaire de Panama City. Objectif : montrer l’exemple après la marée noire provoquée par BP et encourager les touristes à revenir sur les plages de Floride qui ont finalement été peu affectées par la marée noire. «Je tiens à souligner que grâce aux opérations de nettoyage, les plages de toutes les côtes du golfe sont propres et sûres et en état de fonctionner», a ainsi assuré Barack Obama.

«Suivant les gigantesques opérations de nettoyage qui ont déjà été réalisées, un rapport récent établi par nos meilleurs experts estime que la majorité du pétrole est désormais évaporée ou dispersée, ou qu’il a brûlé, qu’il a été récupéré en surface ou capté», a ajouté Obama. «Mais, je ne serai pas satisfait tant que l’environnement n’aura pas été rétabli, quel que soit le temps que cela prenne», a-t-il poursuivi.

Barack Obama effectue son cinquième déplacement dans la région depuis le 20 avril lorsque l’effondrement et l’incendie d’une plateforme de BP avait provoqué l’une des pires catastrophes naturelles. Il a promis samedi de soutenir la reprise de l’économie locale et les efforts en faveur de l’environnement. «Le pétrole ne s’écoule plus dans le golfe et cela depuis un mois. Mais, je suis ici pour vous dire que votre travail n’est pas terminé et qu’il doit être mené à son terme», a dit le président américain devant la presse après s’être entretenu avec des chefs d’entreprise locaux. «Il s’agit d’une promesse que mon administration va tenir», a-t-il poursuivi.

Aucune fuite de pétrole brut n’a été enregistrée dans le golfe du Mexique depuis le 15 juillet lorsque BP a mis en place son dôme sur le puits duquel se sont échappés 4,9 millions de barils depuis le 20 avril. (Le Figaro-15.08.2010.)

*********************

*PEUGEOT ALGÉRIE
Plus de 13.000 véhicules vendus en 7 mois
 

La concession de Marc Bergeretti aura réussi à écouler plus de 13.000 véhicules en moins de sept mois. La berline 207 bat le record des ventes.

Peugeot Algérie a réussi à écouler au cours des sept premiers mois de l’année 2010 pas moins de 13.012 unités. Dans ce lot, 63% des modèles vendus sont dotés d’un moteur diesel et 37% en essence. Les touristiques se taillent la part du lion avec 11.223 ventes, alors que 1789 modèles utilitaires ont trouvé acquéreurs durant cette période.
Les statistiques, ventilées par mois, communiquées par Peugeot Algérie, font ressortir que les ventes ont culminé vers le mois de juillet, avec 2101 ventes suivies par le mois de mars avec 2010 ventes puis le mois de mai avec 2000 unités et le mois de janvier avec 1922 ventes. La Peugeot 207 reste le modèle le plus accrocheur, avec ses différentes versions (5 portes, break, CC et RC). Elle fait office de fer de lance de la marque avec 5052 ventes dont 2348 de la version 5 portes dotée du moteur 1.4 HDi de 90 ch. La seconde position revient à la Peugeot 308 (5 portes, break/SW et CC). Une place que défend la fulgurante 308 avec pas moins de 1 837 unités commercialisées, dont 1020 unités en version 5 portes équipée du moteur 1.6 HDi 110 ch. Le Partner Origin talonne de près ces modèles à succès et a su séduire durant la période considérée 1622 clients dont 864 VP et 759 VU. La 206+ s’installe quant à elle à la quatrième place avec 1430 ventes durant les sept premiers mois. La 206+ demeure un excellent compromis mais les chiffres lui font coller une étiquette de mauvaise remplaçante de l’ancienne version. Le nouveau Partner pour sa part, n’a pu jusqu’à présent détrôner l’Origin puisqu’il n’a enregistré que 1087 ventes entre VP et VU, soit loin derrière de 535 unités. Faut-il croire que les nouveautés de la marque au Lion souffrent d’une certaine pesanteur? Les chiffres des ventes tendent à le faire admettre. Néanmoins des modèles comme Peugeot 3008 (vendu à142 unités) la 308 CC (à 35 exemplaires) et le monospace 5008 (à une seule unité) tentent d’écrire leur propre saga. (L’Expression-15.08.2010.)

********************

*CRITIQUÉE SUR LE DOSSIER DE L’IMMIGRATION, LA FRANCE S’ATTAQUE À L’ALGÉRIE
             La dérive de trop
 

La France est irritée par les critiques venant de l’extérieur. Au lendemain des inquiétudes exprimées par les experts du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale de l’ONU (Cerd) quant à la politique prônée par Nicolas Sarkozy en matière de lutte contre l’immigration, le parti présidentiel UMP s’attaque à l’Algérie dont le seul tort étant de faire partie du Comité onusien. Le porte-parole du parti, Dominique Paillé, a réagi rapidement, trop rapidement même, en tenant des propos démesurés et politiquement incorrects contre les pays qui constituent le Cerd. Il s’est dit de prime abord «surpris par l’attitude de ce Comité», dont il conteste la composition, «avec des gens qui viennent de pays qui ne respectent absolument pas les droits de l’homme». Il citera nominalement l’Algérie. Et oubliera au passage que d’autres pays, qui ont la réputation d’être les pionniers des droits de l’homme, comme l’Angleterre et les Etats-Unis, ont approuvé ce rapport. Dominique Paillé omettra aussi les divergences qui existent même à l’intérieur de la France, essentiellement dans la classe politique autour des idées défendues par le président Sarkozy en matière de lutte contre l’immigration. Sur la même ligne, le député UMP du Nord Christian Vanneste, a de son côté, déclaré que la «constitution même» du Cerd «le rend suspect». Selon lui, «tous les pays qui en font partie ne sont pas des exemples de démocratie vivante, ni des exemples du respect des minorités: l’Algérie, la Russie, la Roumanie qui traite très mal les Roms chez eux». «Il faut voir dans quel état ils sont lorsqu’ils viennent chez nous», a ajouté le parlementaire. L’UMP aurait-il dû faire l’économie d’une nouvelle dérive politique avec l’Algérie d’autant plus que les propos «racistes» engageraient théoriquement son premier responsable, le président Sarkozy? Et puis, pourquoi engager l’Algérie dans un débat franco- français? Les réactions même «démesurées» de l’UMP nous renseignent toutefois sur les arrière-pensées du parti présidentiel en ce qui concerne les relations franco-algériennes. Elles expliquent surtout les raisons du blocage diplomatique entre les deux pays depuis les dernières élections en France. Le Cerd a émis des réserves sur une vision et non sur la France. Sarkozy et l’UMP détiennent-ils la vérité absolue? Le Cerd a peut-être tort, Sarkozy a peut-être raison. La France pourrait donner des leçons de démocratie et sur les droits de l’homme en Algérie. Le débat n’est pas là. La véritable problématique réside dans cet entêtement du camp Sarkozy pour la provocation lorsqu’il s’agit de l’Algérie. Les exemples ne manquent pas. Rappelons que les socialistes ont tiré à boulets rouges contre le gouvernement «premier responsable de ce climat d’insécurité et de xénophobie». Najat Vallaud-Belkacem, secrétaire nationale en charge des questions de société, a dénoncé «les manigances estivales d’une bande sans scrupules, prête à instrumentaliser toutes les haines pour de basses raisons électoralistes». Elle déplore l’«image exécrable» de la France véhiculée par les critiques du Comité, composé de 18 experts du monde entier.
Le secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, a affirmé lui que les critiques à l’ONU envers la France, concernant un «manque de volonté politique», étaient «un montage pur et simple». «L’ONU ne critique pas la France. Il y a un comité qui réfléchit et des personnes qui se sont exprimées à titre individuel. Le comité, lui, rendra son avis le 27 août.» Le bras droit du président Sarkozy a aussi soutenu que «le rapporteur du comité a fait une proposition d’avis très laudative pour la France». En France, «on a un arsenal juridique qui n’a rien de raciste», a-t-il conclu.
De son côté, le Quai d’Orsay a regretté «l’utilisation partielle de certains passages de communiqués antérieurs de l’ONU dans les commentaires entendus ces derniers jours. Elle donne ainsi une présentation inexacte et parfois inversée de la réalité des débats qui ont eu lieu à Genève lors de l’audition de la délégation française».
Jeudi, des membres du Cerd avaient vivement critiqué l’attitude de la France face à une «recrudescence» des actes racistes. La question des Roms, dont plus de 40 camps illégaux ont été démantelés en quinze jours, a notamment été évoquée. (L’Expression-15.08.2010.)

*******************

*69% des Français désavouent Sarkozy

Selon un sondage exclusif réalisé par CSA pour l’hebdomadaire Marianne, près de 70% des sondés jugent sa politique sécuritaire menée depuis ces huit dernières années, inefficace.

Un désaveu cinglant pour le président de la République française. Il était à la tête du ministère de l’Intérieur en 2002 avant de se retrouver à l’Elysée depuis 2007. Huit longues années, durant, où il a fait cavalier seul en matière de politique sécuritaire, en général, et particulièrement en ce qui concerne l’immigration. C’est régulièrement que l’amalgame, entre ces deux thèmes favoris du chef de l’Etat français et de l’extrême droite française, fut réalisé. Nicolas Sarkozy s’est retrouvé aux anges après le sondage de l’Ifop (dont la vice-présidente n’est autre que Laurence Parisot qui est aussi à la tête du patronat français). Effectué la semaine dernière pour le Figaro, quotidien proche des thèses «sarkozyennes», il a fait état de statistiques très favorables aux mesures préconisées par le chef de l’Etat français. 80% de ses compatriotes avaient plébiscité, entre autres, son projet de déchéance de la nationalité française qui devait pénaliser les Français d’origine étrangère. Sarkozy et son gouvernement descendent de leur nuage. Au contraire du sondage de l’Ifop, celui de CSA indique que 75% de la population française jugent que «les Français d’origine étrangère sont des Français à part entière». 73% d’entre eux sont en effet convaincus que les inégalités sociales restent la cause fondamentale de la délinquance et de l’incapacité chronique des responsables politiques à la réduire. C’est ce que disent les chiffres de cette récente «enquête». Il faut faire remarquer que près d’un Français sur deux, 49% exactement, estime qu’il n’y a pas et qu’il ne faut tisser aucun lien direct entre immigration, délinquance et insécurité. Incontestablement, Nicolas Sarkozy doit revoir sa copie. Nul doute que la stratégie actuelle qu’il vient d’élaborer en vue de la prochaine élection présidentielle qui aura lieu dans moins de deux ans est remise en cause. Le premier tour doit se dérouler en principe au mois d’avril 2012. Le temps presse. La défaite semble inéluctable. Nicolas Sarkozy joue son va-tout. Il caresse dans le sens du poil l’électorat lepéniste très sensible aux thèses racistes et populistes. Sur ce terrain, il aura en face de lui un redoutable client: le Front National qui en a fait sa chasse gardée. Epinglé par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale de l’ONU (Cerd) au sujet des dernières mesures qu’il projette de faire adopter en matière de politique sécuritaire, le président de la République française voit sa marge de manoeuvre se rétrécir comme une peau de chagrin. A sa proposition de retirer la nationalité française «à une personne d’origine étrangère ayant volontairement porté atteinte à la vie d’un policier, d’un gendarme ou toute autre personne dépositaire de l’autorité publique», plus d’un Français sur deux s’oppose à la déchéance. «Tous les Français doivent être égaux devant la loi quelle que soit leur origine» viennent de répondre 51% des sondés. A propos de cette question précise et du rapport du Cerd qui l’a sévèrement critiquée, les lieutenants de Sarkozy sont allés au charbon pour défendre le projet de leur patron. Très maladroitement, il faut le reconnaître. «Tous les pays qui en font partie ne sont pas des exemples de démocratie vivante ni des exemples du respect des minorités: l’Algérie, la Russie ou la Roumanie qui traite très mal les Roms. Il faut voir dans quel état ils sont lorsqu’ils viennent chez nous», a déclaré, sur le ton de la rancune, sur les ondes de France Info, le député UMP (Parti de la majorité présidentielle) Christian Vanneste, qui a qualifié le comité onusien de «suspect». Pour rappel l’expert togolais, du Cerd, Ewomsan Kokou avait relevé une «recrudescence notable du racisme et de la xénophobie» en France. Ce n’est évidemment pas du goût du gouvernement français qui devra pourtant devoir composer avec son opinion publique qui vient de le désavouer sévèrement à propos de la politique sécuritaire orchestrée et menée par Nicolas Sarkozy depuis 2002. (L’Expression-15.08.2010.)

****************

**de hauts responsables maliens effectuent des visites de courtoisie aux terroristes

Un ex-chef du GSPC (Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat) a lâché une bombe, affirmant l’implication de politiques, de chefs et de militaires du gouvernement Malien dans le soutien de groupes terroristes.

Ce groupe terroriste a renforcé sa présence au nord de cet état de manière importante lors de ces dernières années. Cet ex-membre du groupe, qui a été arrêté en 2006, a déclaré que les chefs des « groupes terroristes » ont signé des accords et des conventions avec des chefs de tribus et des responsables locaux au nord du Mali. Ces accords font état de les approvisionner avec les armes, les héberger et de ne pas les dénoncer. Cela les a aidés à renforcer leur présence dans la région, et d’effectuer des opérations de kidnapping contre des touristes occidentaux.

Mais le plus surprenant dans les déclarations de l’ex chef de l’organisation « GSPC », et qui était responsable des relations extérieures au niveau de l’organisation terroriste, est qu’il a confirmé ce qui a été rapporté par l’agence « Reuters », affirmant qu’il avait aperçu de hauts responsables du gouvernement malien prendre du thé dans des camps d’entrainement du GSPC, sis dans la partie saharienne prés des frontières sud du pays, lors d’une visite de courtoisie au chef du groupe terroriste.

Le plus grave dans tout cela, et selon les aveux de l’ex chef requérant l’anonymat de peur de représailles de la part de ses ex compagnons, c’est qu’un officier de l’armée Malienne a remis des obus de type « Douchka » pour le chef de la branche du groupe Salafiste dans le grand Sahara, en l’occurrence Mokhtar Belmokhtar, en contrepartie d’une voiture de type 4X4 « Toyota », utilisées souvent par les trafiquants sur les frontières au sud du pays.

L’interlocuteur a rappelé l’importance de ces millions de dollars possédés par le  «  Groupe Salafiste » obtenues par ses relations avec les groupes de trafiquants et de crimes organisés, ainsi que des rançons obtenues contre la libération d’otages occidentaux. Ces fonds constituent le secret dans la relation existant entre l’organisation terroriste et les responsables militaires et politiques du gouvernement Malien, à l’image de l’officier spécialisé dans les armes russes, ainsi qu’avec les chefs de tribus qui font du Sahara, prés des frontières sud algériennes, leur fief. (Echorouk-14.08.2010.)







évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...