• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 19 août 2010

La croissance chinoise ravive la peur du «péril jaune»

19082010

*La Chine détrône le Japon et se place au deuxième rang de l’économie mondiale

Surendettée, moins vigoureuse, l’économie américaine va-t-elle devoir abandonner la place de première puissance mondiale qu’elle occupe depuis près d’un siècle?

La croissance de la Chine, qui a détrôné le Japon au rang de deuxième économie mondiale, ravive aux Etats-Unis le spectre d’un «péril jaune», à savoir la peur de voir le champion économique mondial avalé par un rival asiatique. Surendettée, moins vigoureuse, l’économie américaine va-t-elle devoir abandonner la place de première puissance mondiale qu’elle occupe depuis près d’un siècle? Ce sera peut-être le cas dès 2020, selon des projections publiées en juin par la Banque mondiale, institution qui a un président américain et un économiste en chef chinois.
L’idée hante une certaine Amérique. Un documentaire à succès sur la dette sorti dans les salles en pleine crise financière en 2008, «I.O.U.S.A.» (titre qui signifie: «Je dois aux USA»), dépeignait les Etats-Unis, «Cigaleville», comme promis à être rachetés par les habitants de «Fourmiville», ces industrieux Chinois. Ce sombre présage a un air de déjà-vu pour les Américains de plus de 60 ans. Dans les années 1980, les Etats-Unis affichaient un déficit commercial croissant avec le Japon. Le yen s’appréciait, et des banques nippones richissimes achetaient des montants colossaux d’actifs financiers américains. En 1987, sous la présidence de Ronald Reagan, la Maison Blanche avait appelé ses principaux partenaires, Tokyo en tête, à réduire la dépendance de leur économie vis-à-vis du consommateur américain.
Le ton employé à l’époque aurait de quoi froisser aujourd’hui. Malcolm Forbes, fondateur du magazine du même nom, trouvait «inadmissible» en 1988 que les Japonais «utilisent leurs milliards de dollars pour acheter de gros morceaux des grandes entreprises américaines, ou s’emparer des intérêts technologiques, médicaux ou stratégiques des Etats-Unis».
La miraculeuse croissance japonaise allait s’effondrer dans la décennie suivante, asphyxiée par des années de surinvestissement et de crédits démesurés. En 2008, les Japonais perdaient leur rang de premiers créanciers étrangers de l’Etat fédéral américain. Au profit des Chinois qui réinvestissent les dollars amassés en étant premiers exportateurs sur le marché américain. L’un des critiques les plus sévères de Pékin aujourd’hui est le prix Nobel d’économie américain Paul Krugman. «Ce que fait la Chine équivaut à une politique commerciale de prédation, le genre de chose qu’est censée empêcher la menace de sanctions. Pourtant les Chinois nous ont jaugés, et ont déterminé que nous ne passerions pas à l’acte», lançait-il encore mardi sur son blog hébergé par le New York Times. Il voudrait voir le président Barack Obama plus ferme sur la réévaluation de la monnaie chinoise. Mais l’Empire du milieu joue depuis quelques mois un jeu qui gêne la Maison-Blanche, remarque Tim Duy, professeur de l’université de l’Oregon. «Au lieu d’acheter des dollars, la Chine achète des yens, ce qui pousse le Japon à acheter des dollars» pour contrecarrer la réévaluation de sa devise. «Cela maintient les flux artificiels de capitaux vers les Etats-Unis, tout en permettant à la Chine d’échapper aux accusations selon lesquelles elle « manipule sa monnaie »». Pour Michael Pettis, un ancien de Wall Street aujourd’hui professeur à l’Université de Pékin, elle commet des erreurs qui ne la mèneront nulle part. «Il y a au moins quelque probabilité que les politiques responsables à la fois de la montée vertigineuse du Japon et de sa chute également vertigineuse puissent être répétées en Chine», écrit-il. Et les Etats-Unis se passeraient plus facilement des dollars que leur prêtent les Chinois que d’exportations vers le pays le plus peuplé du monde, argumente-t-il. «L’idée que les Etats-Unis ou n’importe quel autre pays ont ‘’besoin’’ de financements étrangers n’a aucun sens. (…) Le monde n’a pas besoin urgent de capital. Il a besoin de consommation». (L’Expression-19.08.2010.)

*****************

*Attention danger. Les lâchers de taureaux organisés à l’occasion des fêtes traditionnelles de la San Fermin, à Pampelune (nord de l'Espagne), sont pleins de dangers et d’émotions, comme ici, dimanche 11 juillet, où les coureurs sont piétinés par l’animal. Depuis 1911, quinze personnes ont trouvé la mort pendant les festivités.

Un taureau saute dans les gradins d’ube arène espagnole…une trentaine de blessés..

*cliquer ici pour voir la vidéo:

http://www.youtube.com/watch?v=pq6sWJOotZA&feature=player_embedded

.********************

 Tibor Szabo et Christy Hiemstra s’affrontent lors de l’insolite concours « Bee Beard » » de Aylmer, Ontario, Canada, samedi 14 août.

Tibor Szabo et Christy Hiemstra s’affrontent lors de l’insolite concours « Bee Beard » » de Aylmer, Ontario, Canada, samedi 14 août 2010. 

voir d’autres photos: fotos insolites et +/1

************

**lire aussi: Le 20 Août,date-clé de la Révolution algérienne

 pluie.jpg

*Les orages d’été font des dégâts

 Alors que le mois d’août est plus connu traditionnellement pour ses pics caniculaires, cette année, la pluie a surpris les jeûneurs en plein mois de Ramadhan.

Une invité inattendue est venue surprendre les jeûneurs en ce mois de Ramadhan : la pluie. Si elle a quelque peu gêné la circulation routière pendant la journée, elle a carrément perturbé la «sahra». En effet, les Algériens ont l’habitude d’investir les rues juste après le f’tour et se rencontrer souvent en groupes dans les quartiers alors que d’autres préfèrent opter pour des sorties culturelles.
Durant la nuit de mardi à mercredi, on s’est cru en plein hiver si ce n’est la chaleur qui nous assure que nous sommes en plein été. Orages, tonnerre, pluie fine qui doublent régulièrement d’intensité, il y avait de quoi faire grise mine. Si pour les uns, ce climat est plutôt le bienvenu car il permet de supporter le jeûne, d’autres cherchent des explications à ce phénomène insolite. Il est imputé dans la majorité des cas au dérèglement climatique. «Il n’y a plus de saison» : la formule a beau être usée, elle n’a jamais été autant d’actualité. Toutefois, selon les climatologues, on ne peut pas tout attribuer au changement climatique dans l’état de la science. Seules certitudes : sécheresse, inondations et cyclones sont plus fréquents depuis quelques années. Et la situation ne risque pas de s’améliorer de sitôt, puisque au niveau de l’Office national de la météorologie (ONM), on a émis un bulletin spécial. Il fait mention «d’averses orageuses localement assez marquées qui affecteront plusieurs wilayas de l’ouest et du centre du pays».

Il s’agit des wilayas de Tlemcen, Aïn Témouchent, Oran, Sidi Bel Abbès, Saïda, Mascara, Relizane, Mostaganem, Chlef, Tiaret, Tissemsilt, Aïn Defla, Tipasa, Alger, Boumerdès, Tizi Ouzou, Médéa, Blida et Bouira. La validité de ces intempéries s’étalera jusqu’à aujourd’hui à 15h, et les cumuls estimés atteindront ou dépasseront localement 40 mm.
Le commandement de la Gendarmerie nationale a fait savoir, de son côté, que trois routes ont été coupées, hier, à la circulation routière dans deux wilayas du pays suite aux intempéries enregistrées depuis mardi. A M’sila, la RN60-A, reliant la ville de M’sila à celle de Médéa à hauteur du village Ben Dhiab, commune de Sidi Aïssa, et la RN8, reliant la ville de M’sila à celle de Bouira, au centre-ville de la localité de Sidi Aïssa, sont coupées à la circulation en raison du débordement des oueds Dhiab et Laghra.
A Djelfa, c’est le CW146, reliant la ville de Sidi Baizid à celle de Medjedel (M’sila) au lieudit Guiaguaa, commune de Sidi Baizid, qui est coupé à la circulation à cause du débordement de l’oued Guiaguaa.

Des pluies torrentielles se sont abattues dans la région de Chlef provoquant des infiltrations d’eaux pluviales dans plusieurs établissements publics, notamment les établissements scolaires. Ces perturbations qui ont eu lieu après deux heures de pluie sans interruption ont également provoqué des coupures de la circulation au niveau de certains accès à la RN4. Une dizaine de communes situées notamment dans la partie nord-ouest de la wilaya, parmi lesquelles Boukadir, Oued Sly, Sobha, Chlef, Ouled Fares et Bouzaghaïa, ont été touchées par ces perturbations climatiques. Pas moins de 28 interventions ont été effectuées par les unités de la Protection civile et des communes à la suite de ces pluies pour dégager les accès inondés par les eaux qui se sont infiltrées dans les établissements. Cependant, la situation a été rétablie.
Les quantités de pluie qui sont tombées en pleine capitale ont transformé certains quartiers en véritable mares. Les avaloirs et les regards bouchés et mal entretenus y sont pour beaucoup. Le réseau de drainage des eaux a été aussi défaillant. Les passants avaient du mal à circuler en allant faire leurs achats.
Les automobilistes avaient les mêmes soucis lors des déplacements. Des voitures ont été prisonnières des eaux et des coulées de boue.  (El Watan-19.08.2010.)

*************

*RAPPORT DU PENTAGONE SUR LA DÉFENSE CHINOISE
Pékin dit son agacement, l’Asie reste attentive
 

«La diffusion de ce rapport n’est pas bénéfique à l’amélioration et au développement des relations militaires sino-américaines», a indiqué le porte-parole du ministère de la Défense à Pékin.

Pékin a critiqué, hier, le rapport annuel du Pentagone sur la défense chinoise, selon lequel la Chine «continue sans relâche» de se renforcer militairement, tandis que les autres nations d’Asie indiquaient suivre attentivement la montée en puissance militaire chinoise. La diffusion de ce rapport n’est pas bénéfique à l’amélioration et au développement des relations militaires sino-américaines, a indiqué Geng Yansheng, porte-parole du ministère de la Défense, dans un communiqué faxé à l’AFP, deux jours après la publication du rapport par Washington. «Nous demandons aux Etats-Unis de (…) cesser les remarques et les gestes qui ne sont pas bénéfiques à la confiance mutuelle entre les deux Armées et aux relations sino-américaines», ajoute le texte. Dans son rapport au Congrès, le ministère américain de la Défense estime que Pékin «continue sans relâche» de se renforcer militairement en prévision d’un conflit avec Taiwan, malgré le rapprochement politique entre les deux ennemis. Le rapport assure également que la Chine développe sa capacité de frappe en Asie bien au-delà de Taiwan, jusqu’à l’île américaine de Guam dans le Pacifique. «Le développement militaire de la Chine est raisonnable et approprié», a poursuivi le porte-parole chinois, «il est destiné à sauvegarder la souveraineté nationale, la sécurité nationale, et l’intégrité territoriale» et permettre à la Chine de «se conformer aux développements rapides» sur le plan militaire dans le monde. Le ministère de la Défense ajoute que la Chine «reste toujours sur la voie du développement pacifique» et «ne pose aucune menace militaire à quelque pays que ce soit». Plus tôt hier, la presse chinoise n’avait pas mâché ses mots sur le rapport américain, le jugeant «pas très professionnel» et «agressif». Certains commentateurs trouvaient toutefois le rapport du Pentagone «adouci» cette année. La Chine a suspendu ses relations militaires au printemps après l’annonce par Washington d’un contrat de 6,4 milliards de dollars d’armement à Taiwan, l’île nationaliste dont elle souhaite le retour dans le giron chinois. Selon le Pentagone, les dépenses militaires chinoises ont dépassé 150 milliards de dollars en 2009 en tenant compte de certaines dépenses ne figurant pas dans le budget officiel. En mars, la Chine a annoncé qu’elle augmenterait son budget militaire de 7,5% à 77,9 milliards de dollars – un chiffre 10 fois inférieur au prochain budget américain de la Défense, le plus élevé au monde. Réagissant à ce rapport, Taiwan a dit suivre de près le renforcement militaire chinois. «La Chine n’a pas abandonné l’idée de l’utilisation de la force contre Taiwan et nous suivons de près les développements militaires de la Chine», a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense Yu Sy-tue, espérant que les Etats-Unis «continueront à fournir à Taiwan des armes défensives (…) notamment des chasseurs F-16 CD». Le Japon a assuré qu’il allait «continuer à suivre avec attention le développement militaire de la Chine, car cela aura un impact important sur la sécurité de la région, notamment au Japon, et de la communauté internationale». Alors que les tensions avec la Chine s’intensifient, le Vietnam et les Etats-Unis ont tenu mardi leur premier dialogue de haut niveau en matière de défense. Robert Scher, sous-secrétaire adjoint à la Défense, a rencontré le vice-ministre vietnamien de la Défense, Nguyen Chi Vinh, à Hanoi. Nguyen Chi Vinh a indiqué que son pays soutenait le développement de la Chine, mais dans la mesure où il croit et s’attend à ce que ce développement «ne nuise pas aux intérêts et à la souveraineté des autres nations». (L’Expression-19.08.2010.)

***************

**Le Ramadhan est en train de pénétrer chaque jour le paysage audiovisuel français.

 Avec des produits de plus en plus halals sur les télévisions françaises. Cela répond surtout à une communauté de plus de 6 millions de musulmans en France et surtout la seconde religion en France. Le marché du halal, en France, pèsera bientôt 5 milliards d’euros, c’est deux fois la valeur du marché du bio. Il n’est pas une marque de l’agroalimentaire ni une enseigne de la grande distribution qui ne se soient lancées, sans associer les produit hallal. C’est Zakia Halal qui a lancé la première, l’offensive sur le petit écran français. Cette marque de Panzani est la première à avoir diffusé un spot sur TF1 et M6. Elle sera bientôt suivie par d’autres grands groupes de l’agroalimentaire. L’alimentaire halal sort des circuits de distribution spécialisés et investit progressivement les grandes surfaces, dont les médias de masse restent le principal levier pour activer les ventes. Le message Zakia se contente toutefois, d’aller à l’essentiel: la marque diversifie ses produits, avec des sauces et des plats cuisinés, accessibles dans les rayons des supermarchés. La signature, elle, joue sur une rime aussi basique que la promesse: «Zakia Halal, toujours un régal». Les consommateurs musulmans sont unanimes. Ils aspirent à être enfin représentés comme des consommateurs modernes, identifiant le halal à la cuisine thaïlandaise ou aux hamburgers américains.
Avec Isla Délice, le marché franchit un cap cette année, en matière d’approche publicitaire. Isla Délice revendique haut et fort sa position de pionnier et de leader du marché. Les affiches, visibles sur 6000 panneaux dans 150 villes en France, ont montré pendant huit jours un splendide boeuf charolais ou un poulet hiératique, flanqué du slogan «Fièrement halal». Ils ont délibérément choisi des images très qualitatives dans l’univers de l’agroalimentaire et veulent débarrasser le halal des clichés orientalistes, islamistes ou de type arabesque et danse du ventre. L’objectif est de faire parler Isla Délice comme la grande marque alimentaire très diversifiée qu’elle est, et non comme une marque communautaire. Les dépenses consenties par les ménages français dans l’alimentaire halal ont été multipliées par vingt en cinq ans. Un chiffre qui traduit la croissance de l’offre sur ce marché, mais également une demande qui dépasse évidemment le cadre du Ramadhan. Or, la communication de la marque Halal reste cantonnée à cette période: le Ramadhan. Pour s’imposer face à leurs concurrentes généralistes, elles devront aussi parler tout au long de l’année. (L’Expression-19.08.2010.)

********

**Le bureau fédéral rend publique la liste des clubs pros Professionnalisme 

L’Algérie, premier pays arabe et africain qui comptabilise 32 clubs pros.Les anciens pensionnaires de la division nationale une et la superdivision sont les principaux concernés par cette question. L’Algérie devient ainsi le premier pays arabe et africain qui comptabilise 32 clubs pros.

Le Bureau fédéral élargi aux présidents des ligues régionales s’est réuni hier sous la présidence de Mohamed Raouraoua (président de la FAF) au Sheraton. Le bureau a officiellement adopté le passage au professionnalisme, qui prendra effet à partir de septembre prochain avec le lancement d’un championnat professionnel avec les ligues 1 et 2, composées exclusivement de clubs qui ont présenté des dossiers complets pour le passage au statut de clubs professionnels. Les anciens pensionnaires de la division nationale une et la Superdivision sont les principaux concernés par cette question. L’Algérie compte, depuis hier, 32 clubs professionnels répartis en deux groupes de 16 clubs chacun (ligue 1 et ligue 2). Ainsi, l’Algérie devient le premier pays arabe et africain qui comptabilise 32 clubs pros.

Les présidents de la FAF, Mohamed Raouraoua, et de la Ligue nationale, Mohamed Mecherara, ont salué lors de cette réunion les efforts consentis par les clubs pour accéder à ce nouveau statut. Le premier responsable du football a réaffirmé sa volonté d’aider tous les clubs pros sur tous les plans, dans la première étape du professionnalisme. Pour rappel, les clubs ont disposé de plusieurs semaines pour répondre aux exigences du cahier des charges. Dès septembre prochain, 32 clubs répartis en deux divisions inaugureront une nouvelle ère. Il y a lieu de souligner que la FAF et la Ligue nationale ont maintenu le principe de la relégation pour les 3 clubs qui ont achevé la saison 2009-2010 aux trois dernières places, à savoir les deux clubs de Batna (CAB et MSPB) et le NAHD qui joueront la saison prochaine en ligue 2 professionnelle.

La Ligue nationale gérera les deux divisions professionnelles ainsi que la division nationale amateurs (DNA). Initialement, cette dernière (division 2) comportait 3 groupes de 14 clubs chacun. Elle était formée en majorité des clubs (24) issus des 3 groupes de la division interrégions plus les 20 clubs de la défunte Superdivision. La division 2 à 3 groupes de 14 clubs a été finalement ramassée en 2 groupes de 14 clubs chacun. Le MO Béjaïa, l’OM Arzew évolueront dans ce palier, le 3e dans la pyramide du système de compétition, au même titre d’ailleurs que deux ou trois autres clubs (on parle de Hadjout, Bentalha et l’USMSétif).

La division nationale amateurs aura un cachet national à travers ses deux groupes (centre-est et centre-ouest). A partir de la saison 2011-2012, ce 3e palier du football national sera géré par la Ligue nationale de football amateurs, présentement la ligue interrégions que dirige Mohamed Boukaroum. Dans un an, la Ligue nationale se transformera en ligue professionnelle et aura pour mission de gérer les compétitions des ligues 1 et 2. Enfin, la division interrégions comportera 4 groupes : 3 avec 14 clubs chacun et un, celui de l’Est, avec 15 clubs.

Les présidents de la FAF et de la Ligue nationale animeront une conférence de presse samedi 21 août à 12 heures au centre de presse de l’OCO. Lors de cette rencontre avec les représentants des médias, Mohamed Raouraoua et Mohamed Mechera s’étaleront sur tous les sujets abordés hier lors de la réunion du Bureau fédéral, notamment le démarrage du premier championnat professionnel, le programme des équipes nationales, la situation du centre technique national de Sidi Moussa et les préparatifs de la rencontre Algérie-Tanzanie prévue pour le 3 septembre, probablement à Blida. (El Watan-18.08.2010.)

 


 







évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...