• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 31 août 2010

Les Canaris ont bravé tous les aléas qui entouraient la rencontre

31082010

*Ils ont honoré l’Algérie face au Ahly du Caire et ont fait taire tous les supporters ahlaouis.

Ils l’ont fait! Ils ont tenu en échec le Ahly du Caire et ils sont qualifiés aux demi-finales. «Ils», ce sont les Kabyles héroïques de la JSK qui ont réussi à tenir en échec, (1/1), une équipe du Ahly du Caire lors du match disputé avant-hier soir au chaudron du Cairo Stadium.

image 

 Lors de cette rencontre on a vu de vrais battants sur le terrain. Les poulains à Alain Geiger ont tenu tête à la meilleure équipe du continent africain, composée de huit internationaux et surtout soutenue par une «armée» de 80.000 supporters. Les Canaris ont bravé tous les aléas qui entouraient la rencontre. Ils ont battu, (aller 1/0 et retour match nul), cette équipe du Ahly du Caire. Ils ont fait taire les supporters ahlaouis. Ils ont calmé la presse du côté du Nil qui les a qualifiés comme étant les plus faibles du groupe. Les Canaris ont répliqué sur le terrain. Tedjar And Co n’ont pas trop attendu pour entrer dans le vif du sujet. Dès les premières minutes, on a assisté à une équipe de la JSK qui jouait l’offensive et qui allait provoquer la défense adverse, par le biais, notamment, de Tedjar et de Yahia Chérif. A peine 5 minutes de jeu déjà lorsque ce dernier a enchaîné avec une série de dribbles sur le côté gauche en tentant de mettre le feu dans l’arrière, charnière de l’équipe ahlaouie. Le dispositif tactique mis en place par le duo Geiger-Bouhelal a empêché l’équipe locale de développer son jeu. Tout au long de la première mi-temps, les Kabyles, de l’avis des observateurs, avaient dominé leur adversaire. Même si les Egyptiens occupaient le terrain, les Algériens ont opté sur des contres rapides. Les attaques menées par Gedo et Aboutrika ont fini par être bloquées. Mais, les Ahlaouis ont continué leur pressing après le premier quart d’heure. C’est ce qui leur a permis de marquer à la 20’ par l’intermédiaire de Mohamed Gedo qui a ouvert la marque d’un coup de tête suite à un centre de son coéquipier Mohamed Barkat sur le côté droit. Al Ahly marque, la JSK doute. Pas d’alternative pour les Kabyles que de sortir de leur base. Geiger avait bien compris que la solution est de mener des contre-attaques et surtout de provoquer la défense adverse afin de bénéficier des balles arrêtées, qui constituent l’arme de son équipe. Les camarades du capitaine Douicher n’ont pas mis beaucoup de temps pour réagir. Huit minutes seulement après le but égyptien, les camarades du capitaine Lamara Douicher ont réussi à faire trembler les filets du portier ahlaoui Ikramy, et de quelle manière! Un but d’anthologie signé magistralement Saâd Tedjar des 25 m environ, sous le regard dépité de milliers de supporters locaux complètement «assommés» par l’égalisation kabyle. Un onze de la JSK qui allait par la suite donner du fil à retordre au prestigieux Ahly du Caire, notamment grâce à un jeu terriblement efficace basé sur des accélérations en attaque. Tedjar a tenu en haleine les supporters ahlaouis en semant le doute dans les rangs des joueurs adverses. C’est sur ce score que les 22 acteurs ont marqué la pause citron. Du retour des vestiaires, les Canaris, conscients de leur infériorité numérique à la suite de l’exclusion de Yahia Chérif pour cumul de cartons, sont revenus carrément en défense laissant le champ libre aux locaux. Une tactique qui a donné ses fruits, puisque la JSK a obligé son hôte à partager les points de la rencontre. Avec ce match nul, les Lions du Djurdjura ont assuré leur qualification aux demi-finales de la prestigieuse compétition africaine, la Ligue des champions. Avec 10 points au compteur, les Jaune et Vert occupent la première place loin dernière Al Ahly qui arrive à la seconde place avec 5 points. Les Nigérians de Heartland sont classés 3e avec quatre points, soit à un point d’El Ismaïly qui clôt le tableau avec 3 petits points. (L’Expression-31.08.2010.)

*************

*Alors que la CAF a programmé JSK-IsmaÏly le 10 septembre

La JSK a demandé un report au 12 septembre

 La CAF a programmé le prochain match JSK-Nadi Al-Ismaïly comptant pour la 5e journée de la Ligue des champions africaine pour le 10 septembre coïncidant curieusement avec la fête de l’Aïd el-Fitr. Les responsables de la JSK ont ainsi saisi la CAF pour tenter de reporter le match au 12 septembre, mais il serait étonnant que l’instance du football africain accède aux doléances de la JSK, lorsqu’on sait qu’elle se soumet scrupuleusement aux exigences de programmation de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera Sport qui s’est accaparée tous les droits  sur le football arabe et africain. (Liberté-31.08.2010.)

*************** 

**LA PRESSE ÉGYPTIENNE AU LENDEMAIN DU MATCH AHLY-JSK
«C’est la faute à El-Badri»
 

«L’entraîneur du Ahly Hossam Al-Badri et son équipe ont déçu la masse des supporters qui ont rempli le grand stade du Caire», selon Al Goumhouria.

La presse égyptienne rapporte dans ses éditions d’hier, les faits du match Ahly-JSK (1-1) tout en soulignant la déception des supporters égyptiens après ce match nul de leur équipe, considéré comme une défaite. Ainsi, le quotidien Al Ahram écrit, entre autres que «Ahly a essayé d’exploiter le déficit numérique durant la seconde mi-temps qui a vu l’attaque multiplier ses rushs devant une défense de la JSK bien solide et très compacte qui a pu préserver le nul et se qualifie officiellement», avant de remarquer que «la grande satisfaction est venue de ce public très nombreux venu manifester son soutien à son équipe durant toute la partie sans discontinuité et qui a bien combattu les démons de la discorde dans ce mois sacré du Ramadhan.» De son côté, le quotidien Al Goumhouria écrit: «L’entraîneur du Ahly Hossam Al-Badri et son équipe ont déçu la masse des supporters qui ont rempli le grand stade du Caire ou qui ont suivi le match à la télévision avec ce nul qui a un goût de défaite face à une équipe de la JS Kabylie qui a joué toute la seconde mi-temps avec dix joueurs.»
Sujr le plan technique, Al Goumhouria, remarque «l’erreur de Badri dans la gestion du jeu en ne premnant pas les mesures appropriées pour briser la défense du groupe de fer de l’Algérie, notamment dans la deuxième moitié du temps. D’autre part et malgré une importante expérience internationale des joueurs du Ahly, leur manque de concentration et d’enthousiasme les a empêchés d’avoir la performance attendue avec cette inefficacité au finish des actions». Pour sa part, le quotidien Al Masry El Youm écrit, entre autres, que «les supporters du Ahly du Caire sont sortis mécontents et tristes après la fin du match nul contre la JSK et la piètre performance de la plupart des joueurs du Ahly, en particulier dans la seconde mi-temps, alors que les changements effectués par le coach n’ont pas été fructueux.». Al Masry El Youm rapporte également qu’après le match, le directeur technique du club du Ahly a refusé d’imposer une sanction à ses joueurs après ce faible niveau constaté durant la seconde mi-temps de ce match contre la JSK.
Il souligne que le parcours est encore long et rien n’est perdu. D’autre part, et toujours selon Al Masry El Youm, le coach a accordé un repos de deux jours à ses joueurs avant de reprendre les entraînements pour préparer le prochain match contre Oued Dedjla prévu le 14 septembre prochain.
L’équipe cherchera à disputer des matchs amicaux pour combler le vide de cette trêve., conclut le journal égyptien. Par ailleurs, un supporter égyptien a tenu à «féliciter les Canaris qui ont honoré la balle algérienne en demeurant sur leur dynamique positive, mais il faut reconnaître aussi que le Ahly a eu de la chance parce que je me demande ce qu’aurait fait Al Ahly devant le champion d’Algérie, l’ES Sétif…?». Un autre fan ahlaoui s’adresse aux responsables du club égyptien en déclarant: «Tout d’abord, toutes mes félicitations à la JSK et ensuite aux responsables du Ahly» voyez bien les insuffisances de Hossam El-Badry et sa faillite tactique, alors aidez le club à s’en sortir avant qu’il ne soit trop tard.
Dans ce même ordre d’idées, un troisième supporter égyptien écrit à l’intention de la direction du club du Ahly: «
Si vous vous estimez bons gestionnaires en étant très confiants de vos décisions, laissez-moi vous dire que votre choix de l’entraîneur Hossam El-Badry est mauvais tout comme l’achat de la plupart des joueurs, qui ont montré leurs limites tels Hossam Ghaly et Mohamed Shawky. Al Ahly a perdu sa forme et ses performances sur le terrain et la plupart des joueurs ont perdu de leur éclat en raison du mauvais coaching de Hossam al-Badri.
Le coach a démontré qu’il n’a aucun plan de jeu et aucune capacité à bien lire les jeux sur le terrain ou même d’apporter les modifications nécessaires pour le bon fonctionnement de l’équipe. Je vous en conjure Captain Hassan, Captain Khatib, cherchez un entraîneur étranger des plus efficaces pour poursuivre l’aventure de cette Champions League Africaine». (l’Expression-31.08.2010.)

**L’échec du Ahly dépasse l’aspect sportif  

 La JS Kabylie s’est fait un devoir d’honorer le football national, conformément à la tradition de rivalité sportive entre les deux pays

Les Canaris du Djurdjura se sont qualifiés aux demi-finales de la Champion’s League africaine pour la première fois dans sa nouvelle version. Cette qualification est d’autant méritée qu’elle a été arrachée en terre égyptienne. La fierté nationale est rehaussée. La JSK s’est imposée impérialement sur le terrain sportif, mais aussi celui diplomatique. Les enjeux ont dépassé les sphères sportives et économiques pour s’inscrire dans le sociétal et le politique. La passion de ce derby est allée même au-delà des frontières d’un terrain de football. La JS Kabylie s’est fait un devoir d’honorer le football national, conformément à la tradition de rivalité sportive entre les deux pays, et de laver l’affront subi en terre angolaise lors de la Coupe d’Afrique des nations. Cette qualification arrachée en terre égyptienne constitue pour les partenaires de Tadjer la meilleure réponse aux supputations de Wael Gomoa and Co.
En s’imposant avant-hier au Cairo Stadium, la JS Kabylie a rehaussé le prestige de l’Algérie au plan politique. Les observateurs seront unanimes à dire que le côté politique a pris le dessus en raison de la rivalité entre les deux pays d’autant que les Canaris ont réussi là où les Fennecs ont échoué. En affrontant Al Ahly composé de 9 internationaux égyptiens, la JSK a tout simplement tenu en échec le septuple Champions d’Afrique des nations. Une chose est certaine, cette victoire acquise sur le terrain aura des répercussions politiques incontestables. Ce nul imposé par la JSK, et qui risque de coûter l’élimination du Ahly, risque de prendre s une importance à connotation politique du fait de l’intérêt que lui accordent les hautes autorités égyptiennes dans le double sens sportif et politique.
En effet, la rencontre revêtait une importance capitale pour le clan Moubarak en perspective de la présidentielle 2011. Une victoire du Ahly aux dépens du représentant algérien serait pour Gamal Moubarak un trophée à verser, non seulement à son bilan, mais aussi un tremplin pour entrer dans la course à la présidentielle sous les meilleures auspices après avoir raté le trophée à Oum Dorman. Mais la JSK a fait capoter les plans de Gamal Moubarak et son frère aîné Alla, tous deux considérés comme les facteurs d’instabilité en Egypte.
Connus pour leur soutien farouche aux équipes sportives de son pays, notamment l’équipe nationale de football, Alla et Gamal Moubarak ont été les acteurs majeurs à l’origine des tensions politiques entre l’Algérie et l’Egypte.
Pour preuve, les fils de Hosni Moubarak ont assisté à la majorité des entraînements du Ahly du Caire. Alla Mourabak a même exigé des Ahlaouis de «battre la JS Kabylie». Tandis que le sélectionneur égyptien, Hassen Shehata, n’a pas hésité à prodiguer ses conseils aux joueurs afin de s’imposer devant les canaris du djurdjura. «Jouez votre football, gardez votre sang-froid, vous avez toutes les qualités pour battre cette équipe», avait affirmé Hassen Shehata. En vain.
Hier, au Caire, c’était la déception. Mais la déception ne fait que commencer pour une nation en déperdition dont il ne reste plus que les ruines des Pharaons. (L’Expression-31.08.2010.)

**Le parcours sans faute des Canaris

  Eloquent! C’est le moins que l’on puisse dire du parcours de la JSK dans cette édition de la Ligue des Champions d’Afrique. En quatre matchs, les Canaris se sont imposés trois fois et n’ont concédé qu’un match nul. Ils ont engrangé 10 points sur 12 possibles. Qui dit mieux?
La JSK caracole à la tête du groupe de la mort, tel que qualifié par les spécialistes. Un groupe qui comprend les ténors du football africain. Il s’agit de l’ogre pharaonique, Al Ahly du Caire, en compagnie d’El Ismaïly pour représenter le football égyptien dans cette joute. Sans oublier Heartland le représentant nigérian et non moins finaliste de l’édition précédente. Mais, la JSK survole ce groupe avec 5 pts d’avance sur Al Ahly (5 pts). Arrivent ensuite Heartland avec 4 pts et enfin El Ismaïly 3 pts.
L’équipe de l’entraîneur suisse, Alain Geiger, est qualifiée aux demi-finales à deux journées de la fin de la phase des poules. Mieux, son parcours est jalonné d’exploits historiques.
Le match nul enregistré avant-hier au Caire intervient 15 jours après la victoire de la JSK face au même adversaire. Les Lions du Djudjura avaient infligé à Al Ahly sa première défaite dans cette édition, lors de la troisième journée de la phase des poules. Pourtant, rares étaient ceux qui donnaient La JSK victorieuse. Avec une équipe remaniée à 70%, les Canaris allaient affronter le plus gros morceau du groupe. Et pour cause, Al Ahly renferme un effectif dont l’ossature évolue au sein de la sélection nationale d’Egypte. Les jeunes loups de la JSK ont battu les chevronnés du Géant rouge. L’autre exploit de la JSK est celui de sa victoire face à El Ismaïly, l’autre club pharaonique, par la plus petite des marges. Cela s’est passé lors de la première journée de la phase des poules. Entre- temps, la JSK a battu le représentant nigérian par 1- 0, au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou. Ainsi, les Canaris ont pu relever le défi de sortir indemnes d’un groupe dans lequel les spécialistes les présentaient comme des victimes expiatoires. Pour le moment, ils ont réalisé un parcours sans faute. Ils ont fait le plein à domicile avec deux victoires en autant de rencontres. Mieux, ils ont ramené quatre points précieux hors de leurs bases. Cela fait de la JSK une équipe redoutable à l’extérieur. Elle possède une défense hermétique. Preuve en est, elle n’a encaissé qu’un but en quatre matchs. En outre, elle renferme un milieu capable d’étouffer les offensives adverses dans l’oeuf. Les jeunes Canaris auront l’occasion de faire valoir leur suprématie dans deux semaines à l’occasion de l’avant-dernière journée de la phase des poules. Ils affronteront Heartland. Un match qui s’annonce palpitant. (L’Expression-31.08.2010.)

**************

*L’activité passagère du Port de Marseille Fos en direction de l’Algérie a progressé de 9% durant le premier semestre 2010.

L’activité passagère du Port de Marseille Fos en direction de l’Algérie est en progression de 9% durant le premier semestre 2010, bien au-dessus du niveau de 2009, révèle le Port de Marseille dans un communiqué publié sur son site web.

En 2009, à la même période, l’activité passagère a enregistré une baisse sur les lignes régulières. Cette chute était de l’ordre de -3%, soit l’équivalent de 856 000 passagers de moins en 2009 en comparaison avec l’année 2008. La destination Tunisie se porte également mieux avec une hausse de 14% au cours du 1er semestre 2010. Seule, la Corse fléchit de -11%. Globalement, 10% de passagers supplémentaires ont été accueillis à Marseille au cours du 1er semestre 2010, ajoute la même source. Les croisières tiennent toujours le haut de l’affiche avec une hausse de 41% sur la période et plus de 300 000 voyageurs.

Au premier trimestre 2010, le contexte est resté favorable aux croisières (+69%), mais peu clément pour les lignes régulières (-8%), avec 175 000 voyageurs, soit une hausse de 2% par rapport à la même période en 2009. L’entreprise du Port de Marseille souligne que les lignes régulières (Corse, Algérie et Tunisie), une activité traditionnelle basée sur une longue histoire, sont un marché très disputé, directement concurrencé par d’autres ports méditerranéens, ainsi que par le transport aérien. C’est le cas, particulièrement, de l’aéroport Marseille-Provence. Rien que pour l’année 2009, cet aéroport affichait une hausse de plus de 10% sur ses destinations vers l’Afrique du Nord, alors que le trafic avec l’Algérie pour le Port de Marseille Fos baisse de 9% (333 600 passagers).  (El Watan-31.08.2010.) 

*L’Algérie interdit la sortie en Algérie du guide touristique « Le Petit futé »

cliquer ici:Algérie-infos.2  

**********

**Lire par ailleurs: Être Européen et croyant

*Jésus dans l’islam

 Les Canaris ont bravé tous les aléas qui entouraient la rencontre Jesus_in_Islam_(part_1_of_3)_001

 

 ***************

*Militants espagnols arrêtés pour avoir manifesté pour l’indépendance des Sahraouis

Madrid demande des explications au Maroc .

Au lendemain de l’expulsion par Rabat des militants espagnols, qui ont pacifiquement manifesté samedi à Layoune en faveur de l’indépendance du Sahara occidental, le gouvernement de Madrid a demandé des informations complémentaires sur ces arrestations, alors que Zapatero s’est déclaré “préoccupé” à Pékin.

Face au silence radio des autorités marocaines sur l’arrestation et l’expulsion vers les îles Canaries des manifestants espagnols en faveur de l’indépendance du Sahara occidental, samedi dernier à Layoune, le gouvernement espagnol a demandé des explications sur cet événement.
De Pékin, le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a déclaré hier sa “préoccupation” après l’arrestation et les mauvais traitements qu’aurait infligés la police marocaine à un groupe d’Espagnols favorables à l’indépendance du Sahara occidental.
S’exprimant lors d’un voyage officiel en Chine, le chef de gouvernement espagnol a déclaré, lors d’une conférence de presse retransmise en direct par la télévision espagnole, que “le gouvernement et le ministère des Affaires étrangères ont déjà fait part de leur préoccupation”. Tout en affirmant que “c’est un principe essentiel de la politique extérieure de maintenir une bonne relation avec un pays voisin comme le Maroc”, il ajoute que son gouvernement était “dans l’attente de recevoir des explications et informations adéquates” de Rabat. Un peu plus tôt dans la journée d’hier, un représentant du ministère espagnol des Affaires étrangères avait indiqué que le gouvernement Zapatero a demandé des “informations” au gouvernement marocain sur l’arrestation par la police marocaine d’Espagnols favorables à l’indépendance du Sahara occidental à Layoune.
La même source a révélé : “Aujourd’hui, le secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Juan Pablo de Laiglesia, a parlé avec son homologue marocain pour demander des informations, pour établir ce qui s’est passé.” Elle a notamment souligné que “la première chose est d’établir les faits”. Apparemment, cette demande d’explication intervient après les informations ayant fait état de la brutalité des policiers marocains, qui ont interpellé les militants espagnols favorables à l’indépendance du Sahara occidental, au cours de leurs manifestation samedi soir à Layoune, où ils ont apporté leur soutien “en faveur du peuple sahraoui et du respect des droits de l’homme”.
En effet, les militants de l’association “SaharAcciones” ont dénoncé des mauvais traitements de la part de la police marocaine pour deux des 11 militants arrêtés. “SaharAcciones”, une association basée aux Canaries, a indiqué qu’“un groupe de policiers en civil les a chargés sauvagement, arrêtés et conduits au commissariat”, et deux militants ont été blessés à la tête et au corps par des “coups de pieds et poings” des policiers marocains.
Dimanche, le ministère espagnol des Affaires étrangères avait confirmé que onze militants favorables à l’indépendance du Sahara occidental avaient été interpellés par la police marocaine et retenus plusieurs heures au commissariat de Layoune. Les mêmes services diplomatiques espagnols avaient aussi reconnu que deux des militants avaient nécessité des soins pour des blessures d’origine non précisée. Cela étant, après leur retour hier matin aux Canaries, après avoir pris un navire de Layoune, ils ont annoncé qu’ils porteraient plainte auprès de la justice espagnole contre leur interpellation et le mauvais traitement reçu par la police marocaine. Affaire à suivre ! (Liberté-31.08.2010.)…

**Par ailleurs, le secrétaire général de ICV (Initiative pour la Catalogne-Verts) a appelé depuis Barcelone, le Gouvernement espagnol a rappeler son ambassadeur au Maroc pour consultation après l’intervention musclée contre des manifestants espagnols, samedi à El Ayoun, qui réclamaient le respect des droits humains au Sahara Occidental et la fin de l’occupation illégale marocaine du territoire. Dans une déclaration reprise par la presse espagnole, Joan Herrera a réclamé du président de l’Exécutif espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero, «une attitude ferme face à l’intervention violente de la police marocaine» et suggère «le rappel de l’ambassadeur espagnol au Maroc pour consultation». La police marocaine avait violement agressé 14 ressortissants espagnols qui avaient organisé une manifestation spontanée dans la principale artère de la capitale sahraouie occupée (El Ayoun) pour dénoncer «les violations flagrantes des droits humains et l’occupation illégale du territoire par le Maroc». Une femme âgée de plus de 50 ans, Carmen Roger, souffre d’ecchymoses à l’oeil à la suite d’un coup de matraque de la police marocaine, alors que le reste du groupe s’en sort avec des blessures plus ou moins légères. D’un autre coté, la Coordination nationale espagnole de solidarité avec le Sahara Occidental (CEAS) a vivement condamné «la répression brutale des forces d’occupation marocaine à El Ayoun», survenue samedi contre des manifestants espagnols dans la capitale sahraouie occupée et constate que «le gouvernement marocain provoque à Melilla et réprime à El Ayoun». Dans un communiqué diffusé à Madrid, la CEAS note que cette protestation en faveur de la défense de la liberté du peuple sahraoui, a «intensifié la répression contre les civils sahraouis», citant «trois familles touchées dans les quartiers de Hay Linaâch» à El Ayoun. Relevant la politique de deux poids, deux mesures du Gouvernement marocain, la CEAS relève que Rabat proteste contre «les supposés mauvais traitements» infligés à ses citoyens à Melilla, et «réprime aussi violemment et impitoyablement ceux qui osent dénoncer les violations systématiques des droits de l’Homme et les observateurs internationaux qui souhaitent, par leur présence, mettre fin au système de terreur régnant dans les territoires occupés du Sahara Occidental et accompagner les Sahraouis défenseurs des droits humains». Le mouvement de solidarité avec le peuple sahraoui attend du Gouvernement espagnol «la protection de ses citoyens» et exige du Gouvernement marocain, «de mettre fin immédiatement à la torture, les disparitions forcées, les représailles, la coercition et le régime de terreur imposés aux Sahraouis, ainsi que le respect scrupuleux des droits de l’Homme». (Le Courrier d’Algérie-31.08.2010.)

*** Le Maroc expulse ‭72 immigrants africains vers l’Algérie ‬

 image

Comme à leur accoutumée, les autorités marocaines ont justifié leur décision par une application des conventions diplomatiques et par le fait que les immigrés Africains ont transité par l’Algérie alors que la plupart d’entre eux sont passés par le Sahara occidental et la Mauritanie.

Le journal marocain El-Sabah reconnaît dans sa dernière livraison que les autorités marocaines ont procédés à l’expulsion abusive de 72 immigrés clandestins de différentes nationalités africaines vers le territoire algérien et ce après leur arrestation au large des côtes d’Al Hoceima  à bord de canots pneumatiques. Dans leur tentative désespérée, ces immigrés clandestins voulaient, d’après cette publication, rejoindre le « paradis » de l’Europe occidentale. Comme à leur accoutumée,  les autorités marocaines ont justifié leur décision d’expulsion vers l’Algérie par une application des conventions diplomatiques et par le fait que les immigrés Africains ont transité par l’Algérie alors que la plupart d’entre eux sont passés par le Sahara occidental et la Mauritanie.  

Du côté algérien, la ville de Maghnia et les villages frontaliers sont témoins d’une augmentation remarquable de ces africains qui errent dans les rues. Alors que beaucoup pratiquent la mendicité, d’autres en revanche ;  n’hésitent pas à agresser d’honnêtes passants tel que cela vient de se produire récemment  avec un agriculteur du village frontalier d’El Batim qui a été  gravement attaqué par un ressortissant malien. D’après les éléments de l’enquête diligentée par la gendarmerie nationale de la daïra de Maghnia, le vol était le motif de l’agresseur qui a été arrêté et  présenté à la justice.

Selon les observateurs, la sécurité s’est détériorée dans la région de manière significative à cause de la mise hors d’état de nuire des barons spécialisés dans la traite des êtres humains. Désormais,  les réseaux africains d’immigration clandestine ne font plus confiance aux passeurs Algériens ou Marocains pour le transfert vers Ceuta et Melilla, occupées par l’Espagne.  L’arrêt des activités de ces réseaux reviendrait  à l’incident qui a soulevé une tempête au Maroc après que la Garde civile espagnole ait jeté à la mer, au début du mois d’août 2010, huit immigrants clandestins au large des côtes marocaines.

Cet évènement avait coïncidé, en outre, avec l’attaque de citoyens marocains à Mellila. Ce qui a fait bouger plusieurs associations ainsi que le gouvernement  marocain qui ont dénoncé l’attitude espagnole et on voulu internationaliser le problème. Cet incident ne va pas sans rappeler une autre péripétie lorsque la police espagnole avait ouvert le feu en 2005 sur des immigrants africains. 500 à 600 Africains avait voulu sauter la clôture de fer séparant Ceuta et la frontière marocaine.  Une clôture d’une hauteur de 6 mètres qui a entraîné la chute de plusieurs victimes parmi les africains. Les africains semblent avoir trouver à Maghnia,  un havre de paix tant au maroc voisin  ils sont maltraités, pourchassés et  dépouillés de leurs biens. Dans les régions frontalières algériennes, ils peuvent trouver de l’aide et accéder aux soins en attendant une nouvelle tentative de passage au Maroc afin de continuer leur voyage vers l’Espagne. (Echorouk-28.08.2010.)

**************************

**Lire aussi: Louisa Hanoune réélue à la tête de son parti à la clôture du 6e congrès 
* cliquer ici:Infos d’Algérie(5)

* ici aussi: guerre de tranchées au sein du GSPC

*****************

*Un cours de bonnes manières pour les nouveaux riches en Chine

Hong Kong, en 2007.
Hong Kong, en 2007.

Une Britannique a élaboré un séminaire de bonnes manières en vingt-quatre modules a destination spécifique des nouveaux riches de Chine.

coeur- Parler la bouche pleine, verser de la limonade dans un château-lafite 1959, et enchaîner cigarette sur cigarette dans un dîner tout en faisant un rot. De petits détails qui pimentent allègrement une soirée arrosée entre amis à Pékin ou à Shanghaï. Mais qui ont ruiné la réputation de plus d’un nouveau riche chinois lors d’un cocktail à New York ou un dîner rive gauche. Au point de devenir de véritables obstacles à l’expansion internationale de leur business.

Heureusement, les nouveaux patrons de l’empire du Milieu sont sauvés, car la reine britannique des bonnes manières vole à leur secours. La très distinguée Laurel Herman, présidente de Positive Presence, cabinet de conseil en image, lance un séminaire de formation aux bonnes manières taillé sur mesure pour eux. «Quand ils deviennent riches, ils achètent un yacht, des cigares et du vin mais ils ne se rendent pas compte qu’ils ont l’air de ploucs», juge, lapidaire, lady Herman.

Grâce aux vingt-quatre modules de son séminaire et à des mises en scène réelles, les nouveaux millionnaires apprendront l’art de garder leur prestance dans le grand monde occidental. Un service qui coûte «cher», prévient la gourou de Londres. Mais quand on a les moyens de couper un grand cru au soda, même la bonne tenue peut s’acheter. (Le Figaro-31.08.2010.)







évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...