• Accueil
  • > Une enquête sur les harraga algériens en Grèce

Une enquête sur les harraga algériens en Grèce

8 10 2010

*Encouragés par les récits colportés de bouche à oreille de ceux qui ont réussi la traversée, ils sont aujourd’hui une centaine à arriver quotidiennement dans les îles grecques. Vivant d’expédients, ils ont créé leur propre univers dans ce «pays de transit». La Grèce qui dispose de la plus grande frontière de l’union européenne est devenue la nouvelle Mecque des harragas algériens. Les services du secrétaire d’état chargé de la communauté nationale à l’étranger, viennent, cette semaine d’ouvrir une enquête sur les harraga algériens en Grèce. 

 harraga.jpg

«Athènes est devenue une province algérienne». La phrase vient d’un harrag avec lequel j’échangeais des conversations sur facebook. Je débarque à Athènes en ce mois, chaud, d’août, assis dans une la terrasse d’un café attenant à l’aéroport d’Athènes ou je devais prendre contact avec mon guide. J’étais justement entrain de lire mes échanges avec les harrags sur Internet  «saha tawana» (salut le notre), Aissa mon contact me tire de ma lecture, il était accompagné par un autre ami beaucoup plus jeune, silhouette effilée et cheveux en bataille : «c’est moi ! C’est moi qui vous ai reconnut»,  me lance t-il dans son accent jijeli.

 «Ce pauvre diable est arrivé à Athènes il y a peine deux heures, je l’ai recueillit à la place Victoria . «Ghadni meskine (j’ai eu pitié de lui)», me dit Aissa. Le jeune Mustapha rajoute comme pour se justifier : «mon ami a été arrêté par la police, nous étions sans le sous,  il a volé un appareil photo, j’ai pris la poudre d’escampette, je cherche à joindre el harramia, mes amis m’attendent la bas». Je ne put retenir un petit rire vite étouffé, devant la détresse du pauvre adolescent. «Ne dit pas el harramia, ça s’appelle place Omonia», lui explique Aissa. Le jeune Mustapha, l’air désemparé, tantôt nous suivait, tantôt nous dépassait. Apparemment toujours sous l’effet du choc mais apaisé par notre compagnie familière, il finit par se caser entre nous deux pour nous confier son calvaire : «la traversée a été périlleuse , ça s’est passé dans la nuit du mardi dernier, j’ai failli y perdre la vie, une patrouille nous a intercepté à notre arrivée et le passeur nous a expliqué qu’on est refoulés et qu’il fallait revenir en Turquie, deux pakistanais  voulait se faire arrêtés par les grecs pour être retenus dans l’île de Samos, une dispute éclata à bord de la barque et notre passeur armé d’un vrai pistolet les a jeté à la mer et faisait semblant de vouloir leur tiré dessus, il y à eu une grande panique à bord, des gens portaient les mains sur la tète, d’autres sautaient dans l’eau sous les injures du passeur, les garde-côtes de loin ne voulaient pas intervenir, il semblaient même s’éloigner, on était à 200 mètres de la côte seulement, alors j’ai sauté, la mer était calme mais très froide je me suis dis : je ne peut pas mourir j’ai 20 ans…», sourit il les yeux mouillés. Ainsi, comble de l’ironie, Mustapha réussit à échapper à la vindicte de Poseidon, le dieu des flots, et atterrit à Athènes. Pour avoir une idée sur l’ampleur du phénomène de la passoire grecque, il ne faudrait pas compter avec les chiffres donnés par le Frontex. L’indicateur réel, se sont ces centaines de misérables Ulysses modernes qui déferlent chaque semaines sur Athènes en provenance de la Turquie ou des autres îles de la mer méditerranéenne.

Se faire passer pour des Palestiniens

Notre guide Aissa à 28 ans. Ce jeune, au look hippie, vit à Athènes depuis bientôt deux ans. Un peu gêné du fait que le petit bleu l’ait devançait en matière de révélations, il  enchaîne sans préambules sa propre histoire : «je n’oublierai jamais mon passage de la Turquie en Grèce, nous étions 10 personnes, 4 algériens et 6 afghans, pour rallier la Grèce notre passeur a décidé que nous empruntions la voie terrestre, car cette année là des bruits couraient que les gardes-côtes brutalisaient les clandos et leur prenaient leur argent puis les jetait à l’eau (Une information confirmée plus tard par l’ONG allemande Pro Asyl). Direction Edirne, une ville sur la frontière grecque. Arrivés tard dans la soirée, les habitants nous ont immédiatement signalé aux autorités, la police s’est mise à notre poursuite.

A 5 heures du matin, ils nous ont rattrapé, tabassés et embarqués directement à la prison locale sans aucune autre forme de procès», se souvient-t-il avec émotion. Durant les Cinq mois des son incarcération, Aissa a survécu hanté par les histoires des clandestins qui périssent d’une balle dans la tète ou noyés au large de la côte Turque, mais dés sa sortie de prison il reprend attache avec son ancien passeur, et cette fois-ci, la traversée se fera par la mer. «Il a exigé 500 euros, je ne possédais pas cette somme, alors, je me suis mis à voler, je ne mangeais plus à ma faim, j’avais perdu 5 kilos mais j’ai finis par réunir la somme».

Quelques jours après, Aissa embarque à destination de l’île de Lesbos «ou des policiers visiblement de mèche avec le passeur, nous ont accueillit, enfin, après un bref passage en taule j’ai enfin eu ma khartia de séjour ». Une khartia est un document délivrée par la préfecture de police, suite à une procédure d’enregistrement, avec photos et relevée d’empreintes digitales, en réalité ce billet est une injonction formelle  intimant l’ordre à son détenteur de quitter le territoire dans un délai de trente jours, les algériens, soudanais ou afghans errant dans les rues d’Athènes ne lisent pas le grec, mais feignent y déchiffrer «carte de séjour !». Pour obtenir ce sésame, signe de quiétude pour certains harraga, le temps de se débrouiller un document d’identité européen, ils se font passer pour des palestiniens, réfugiés de Ghaza.

Aissa a roulé sa bosse dans la grande cité, après avoir été exploité par des agriculteurs sans scrupule. A son arrivé à Athènes, il a défoncé la porte d’une vieille villa abandonnée sur le plateau de Pakka, en contrebas de l’Acropolis. Depuis ils ne cessent d’accueillir ses compatriotes algériens. Aujourd’hui, Aissa travaille comme veilleur de nuit d’un kiosque en compagnie d’un irakien à la rue Athens, en plein cœur de la capitale grecque. Ils sont payés 15 euros par jour. Il semble bien  s’y plaire à Athènes : «j’ai tenté à plusieurs reprises de partir pour le Portugal, sans succès, alors j’ai décidé de rester ici».

Aissa est devenu le chouchou des riverains, il bredouille gaiement quelques expressions en grec et semble réussir son semblant d’intégration. «J’ai mes repères ici, je me suis fais pleins d’amis et j’ai finis par m’attacher à ce pays». Un cas particulier, parmi ces cohortes errantes, tous les autres veulent quitter au plus vite, le vol n’étant pas un métier à temps plein surtout en ces temps où le chômage bat son plein dans un pays ravagé par la crise économique. «Ce n’est pas évident, commente l’irakien, ici on est pas en Allemagne, même si tu arrive d’un pays en plein guerre civile, tu n’as aucune chance d’obtenir l’asile».  

Le taux de reconnaissance du statut de réfugié est effectivement parmi les plus bas du monde. Les afghans, somaliens et autres soudanais le savent très bien et ne daignent même plus engager la procédure. Ils préfèrent continuer leur odyssée vers le cœur du vieux continent même en moyennant le prix fort pour être entassés dans les containers des camions de marchandise qui pénètrent l’Italie près du fameux grand port de Patras. Aujourd’hui cette voie n’est plus d’actualité, les Italiens ont fermé la porte devant eux.

Ne pas se faire prendre

A la place Homonia et dans ses environs immédiats, il m’arrive de me sentir presque à Alger : des «saha kho» qui fusent de partout, des «labess ?» aux coins de rues jusqu’aux altercations de délinquants tonnant de gros mots aux accents algériens. Dans cette Babylone des temps modernes, des clandestins parlants des dialectes anciens côtoient des touristes bredouillant l’anglais sans peine, le tout sur un fond de jacasseries grecques, dans ce chaos urbain les premiers n’ont de yeux que pour les objets de valeurs des seconds, téléphone gadgets ou autre accessoires de mode, pourvu de se retrouver le soir en possession d’un truc à fourguer pour pouvoir enfin se payer une nouvelle identité, acheter son billet pour embarquer sur les deux compagnies grecques Olympic et Aegean. Mais la police veille au grain, les clandestins n’en sont pas moins vigilants, ici la règle d’or c’est de ne pas se faire prendre la main dans le sac.

Dans ce pays à majorité orthodoxe, il n’y pas de séparation entre l’Eglise et l’Etat et les minorités craignent les forces de police, réputés pour leurs méthodes pas très catholiques. Très vite les algériens du coin m’ont adopté : «wech journaliste dialna». Et sans la moindre gène ils commencent à me faire le récit de leur quotidien peu orthodoxe, larcins et vol à la tire. Chacun a sa spécialité, pour certains c’est les pendentifs en or des bonnes sœurs qui les intéressent, revendus aux prix symbolique de quelques trafiquants syriens, pour d’autres ce sont les appareils photos et caméscopes et autres gadgets.

Enfin, d’autres harrags se sont spécialisés dans le pillage des boutiques de luxe. Pour manger, le supermarché Carrefour est leur grenier. «Nous avons recrutés des vigiles et renforcer notre systèmes de sécurité car ces derniers temps nous accusons un manque énorme, et nous payons de notre poche», confie la responsable de carrefour. A l’heure de la relève, policiers et travailleurs se rallient, à 6 h du matin, les cas d’agressions et de vols s’accentue profitant de l’absence des policiers, les harragas peut scrupuleux, se donnent rendez vous dans un restaurant non loin de la placette Omonia, son nom Kasba. La fréquentation des stations métro, les arrêts de bus devient dangereuse. La police athénienne, face à ses recrudescences de cas de vol et de criminalité, accentue les descentes,  multipliée les patrouilles. Cependant de l’aveu même de certains policiers : «on est dépassé et il nous est difficile de faire face à tous ses fléaux». D’autant que les policiers n’ont pas perçu leurs salaires depuis plus de trois mois.

Un diplomate sous couvert de l’anonymat me demande de «ne pas trop les charger ces petits jeunes». Leur compagnie m’a valu une surveillance accrue de la part de la police car, tout simplement, soupçonné d’appartenir à une filière de trafic de documents d’identité. Plus tard, des policiers en civils ont finit par savoir mon identité par l’intermédiaire d’autres harraga, et depuis même les policier en faction à Omonia m’évitait presque du regard, la consigne est claire : pas de déclaration ni de commentaire, et cela est valable face aux journalistes de toutes nationalités confondus. Quelques officiers peuvent aborder le sujet suivant un plan de communication préétablit. «Il ne faut pas désavouer l’action de la puissante Frontex,  gardienne de la forteresse occidentale, et encore moins atteindre  à l’image du pays  déjà terni par tant d’indélicatesses, m’explique un journaliste grec. La Grèce n’a plus le droit à l’erreur et semble être sous protectorat européen». La suite de mon  reportage se poursuivit alors sans grandes surprises ni notables révélations. (El Watan-08.10.2010.)

    ******

Hocine, des euros pour acheter une identité

C’est avec Hocine, 34 ans, un spécialiste de l’immigration clandestine et des traversées risquées. Que je commence mon aventure athénienne. Nous sommes un samedi, en pleine saison estivale, les discothèques sont cette cible privilégiée. «Je dois absolument récupérer cinq ou six portable», me dit-il. Nous nous séparions à l’entrée pour se retrouver des heures plus tard. Avant d’atterrir à Athènes où il vit depuis deux ans, Hocine a tout essayé. «Quand j’avais 16 ans, j’ai commencé à faire des allers retours entre l’Algérie et le Maroc, à l’époque on appelait ça El Kabba (le cabas, l’acheminement des vêtements à partir du Maroc).

Après la fermeture des frontières, je faisais du trabendo entre l’Algérie et la Libye, d’ailleurs cela m’a valu 6 mois d’emprisonnement dans les geôles libyennes, puis la Syrie où j’ai passé 17 semaines en prison, enfin la Turquie, en 2008, ou j’ai passé 3 mois», raconte-t-il, avec un sourire amer qui fait d’ailleurs plisser sa peau tannée. Il vit du vol au jour le jour, il le dit sans honte aucune : «je suis obligé de voler pour survivre, ici, il n’ y a pas de travail». Son rêve d’enfant était d’avoir un VTT, «mais mon père a toujours refusé de m’en acheter un, aujourd’hui j’en possède six», ironise-t-il mais dans ses propos, il y a une haine envers son père, qu’il finit par l’avouer « je n’aime pas mon père, ni d’ailleurs ma famille, ça sent trop la misère chez moi».

Il est 4h15 lorsqu’on se retrouve, le visage défiguré, Hocine s’est fait tabassé par les videur : «je l’ai échappé belle, j’ai eu de la chance ils n’ont pas appelé la police», me lance-t-il. La pêche n’est pas aussi maigre. «J’ai pris 3 portable dont un Iphone», sourit malicieusement Hocine, car avec ses trois portable, il peut s’assurer de récupérer une carte d’identité belge «j’avais besoin de 180 euros qui me manque pour acheter une carte d’identité pour pouvoir passer à l’aéroport, en plus la personne sur la carte me ressemble».

Mourad, de Oued Semar à Syntagma

J’accompagne cette autre harrag rencontré à Syntagma, la célèbre placette abritant le siège du Parlement hellénique. Mourad, 24 ans, un jeune homme frêle au visage marqué par des années d’errance. Une vie à essayer d’exister. «Même Oued Semar l’ont fermé», cette immense décharge publique était son  lieu de travail, de vie. Originaire de Ain Defla, «je n’ai pas vu ma famille depuis l’âge de 16 ans, mon père nous a abandonné, il est monté au maquis. Mes 11 frères et sœurs ont  fuit le domicile familiale, une baraque dans les monts de Arib, depuis j’en ai aucune nouvelle d’eux, sauf deux de mes sœurs qui sont apparemment devenues prostituées», confie Mourad. «Je n’ai pas de nom, j’ai falsifié un passeport pour pouvoir venir ici, car je n’ai aucun lien avec ma famille et je doute qu’ils ont toujours un livret de famille».

Arrivé depuis 3 mois, il s’est spécialisé dans le vol de voiture. Cela s’appelle «tabtab», un procédé utilisé pour subtiliser les voitures. Il est 4 heures du matin, quand un jeune en Mercedes, s’arrête pour une prostituée nigérienne, de loin, j’observe le manège. Mourad et son complice passe à l’assaut. L’un frappe du coté passager pour attirer l’attention de la victime et l’autre le surprend coté conducteur. «Parfois nous sommes obligés d’utiliser la force face aux «clients» qui n’abdique pas», me dit l’ami de Mourad.  Résultat, 200 euros, un portable, une carte bancaire et un ordinateur portable me renseigne Mourad.

Nassim, 100 000 da pour le passeur et l’avion

Nassim a 22 ans, arrivé en Grèce, depuis deux semaines, il a passé 6 jours en prison pour tentative de vol, «un passage obligé», dit-il pour avoir la khartia dans l’attente d’un éventuel départ à destination de Milan. Sa spécialité à lui, le supermarché Carrefour de la placette Omonia. Nassim a quitté l’école à l’âge de 16 ans, pour «problèmes familiaux». Son père alcoolique frappait sa maman chaque soir, ils ont finis par divorcer. «Ma mère a décidé alors de refaire sa vie, et je me suis retrouvé seul avec mes deux sœurs», confie-t-il. «J’ai bossé dans plusieurs cafés de Sétif comme plongeur ou serveur, mais je gagnais pas beaucoup, à chaque fois c’était 1000 dinars par semaine». Difficile de tenir le mois, sachant qu’il a, à charge deux sœurs. Cette année sa grande sœur s’est mariée et son beau frère lui a prêté 100 000 dinars pour payer son billet d’avion pour la Turquie et le passeur.

Nadim, vendeur de fausses identités

Plusieurs jeunes harraga, attendent dans leurs gîtes, des appartements loués entre 4 et 10 euros par jour, selon les standards et les équipements, de quelques propriétaires qui ont fui les quartiers jouxtant la place Omonia. Ils ont suffisamment les moyens pour subsister à leur besoin pendant leur séjour athénien. Ils font parfois l’objet d’escroc de tous genres, fausses cartes au prix d’une vraie par l’intermédiaire des harragas chevronnés qui passent par l’achat des fausses cartes d’indentés françaises, italiennes … qui eux même, font appel à d’autres personnes dans une espèce de chaîne difficile à remonter. Nadim, un jeune syrien est le principal interlocuteur de ces demandeurs de faux ou de vrais documents d’identité. Après négociation, il accepte de nous livrer ses deux principaux fournisseurs. En effet, il s’agit d’un certain Philippe, la quarantaine, français et son ami, Mohamed, un franco algérien, la trentaine, «je leur achète les cartes d’identité à 300 euros, que je revends par la suite à mes clients pour 450 euros».

Mouloud, fuir l’ordre social

Mouloud, 28 ans, ex-commerçant à Bouira, a fui le pays pour des raisons de conservatisme sociale : «je sortais avec une  fille de 22 ans, un soir elle m’appelle et m’annonce qu’elle est enceinte, j’ai essayé de la convaincre d’avorter, mais elle a refusé, 4 mois après, sa famille s’en est rendu compte et me demanda de l’épouser de force, chose que j’ai refusé, après c’était au tour de ma famille  de me forcer et pour laquelle je suis la source d’une honte au village, j’ai décidé alors de partir et tout laisser derrière moi», confie-t-il. «Je suis conscient de ce que j’ai fait, mais je pense qu’on était deux a l’avoir fait, alors elle n’a qu’a assumer l’acte, mais il est hors de question que je me marie à elle, vous savez que chez nous, une telle chose, est réprimandé et par la loi et par les lois sociales», comme pour signifier son refus de se conformer aux lois sociale et au code de la famille.

Hafid, au service de la mafia albanaise

Hafid, vend de la drogue, c’est un ancien terroriste, un repenti. Aujourd’hui, il travaille sous les ordres de la très dangereuse mafia albanaise. Avec sa carrure il règne tel Zeus dans son quartier. Son business, garder un œil vigilant sur les prostituées africaines parallèlement à  la vente de cocaïne et autres drogues. Il sème la terreur et il bouge comme un tonnerre sans que personne ne lui mette la main dessus. Selon des témoignages, il originaire de Médéa, la trentaine, il est arrivé en Grèce il y a plus d’une année via la Turquie qui l’a rallié avec une fausse carte d’identité. Il fait de Victoria l’autre grande place d’Athènes, une zone de non droit et son réseau s’étendrait jusqu’au même aux hauts responsables grecs selon un policier. Selon une source diplomatique, les services de renseignements des deux pays le surveillerait et qu’une enquête serait en pleine instruction.

Mavro

Ou la Zetla algérienne, les habitudes n’auront pas changé, pour beaucoup de nos jeunes harrags au passif pas très glorieux noir notamment pour vente de drogue et constitution de bandes de malfaiteurs, comme dans leur quartier d’où ils sont issus, ils vendent au su et au vu de tout le monde à Omonia le mavro dans des boites d’allumette pour 10 euros.

L’ambassade d’Algérie submergée

Chaque jour, des dizaines de harragas se rapprochent de l’ambassade d’Algérie à Athènes et émettent le souhait de revenir au pays. Les services consulaires ont enregistré à présent 87 demandes. Le standard téléphonique de la représentation diplomatique est submergé d’appels, émanant des prisons grecques dans l’éventualité d’une intervention diplomatique en vue de leur libération. «Le problème est que la plupart de ses algériens rentrent en prison avec des fausses identités et donc de fausses nationalités, ce n’est qu’une fois que la situation devient intenable qu’ils demandent notre intervention», souligne un diplomate algérien en poste à Athènes. D’ailleurs, l’ambassade a décidé d’aménager un compartiment dans son enceinte  pour l’accueil de ses ressortissants algériens établis illégalement en Grèce. Les diplomates algériens se livrent, à cause des agissements des ressortissants algériens clandestins, à une vraie bataille avec les autorités locales pour des soupçons de maltraitance de la part des policiers grecs, une violence que nous avons constatée sur place. 

Soumia, d’enfer en enfer

Elle vit de prostitution et de la vente de drogue. Une situation dramatique qui choquerait plus d’un. Devant son omerta, m’approcher d’elle n’était pas une tache mince. Quelques jours plus tard, elle décide enfin de rompre le silence et de se confier. A 16ans, son père voulait la marier de force avec son cousin. Elle décida de fuguer de la maison familiale de Médéa. Sa destination fut Oran. Elle rencontra, un soir, dans les rues d’Oran, une jeune dénommé Rachid, 26 ans, percussionniste. Il l’hébergea pendant deux semaines avant de lui proposer un travail comme serveuse dans un célèbre cabaret d’Oran. Au retour d’une soirée, un certain été 2007, Rachid en abusa d’elle, et elle tomba enceinte. Elle quitta Oran pour Béjaia ou elle fut engagée dans un cabaret comme serveuse. Son patron la maltraita et elle perda son bébé âgé d’a peine cinq mois. Elle est récupérée par Nacéra et son proxénète et devint entraîneuse dans un autre cabaret de Béjaia. Elle vivote à Athènes depuis trois mois, fuyant l’enfer dans laquelle elle vivait mais devant les prostitués africains, elle n’a pu se frayer un chemin. Elle est prise en charge par ses compatriotes et «frères» algériens, cela n’empêche que «je fais des passes de temps en temps» pour se faire de l’argent et partir d’ici.

2 morts officiellement, 5 selon les harraga.

En juin dernier, deux algériens ont péri, d’après nos informations, dans des circonstances obscures. Leurs corps ont été rapatriés après une longue attente. Concernant les trois autres algériens décédés, les harragas que nous avons rencontré, nous parlent d’une grosse bagarre qui a éclaté entre algériens et afghans, où ces derniers avaient selon toujours les mêmes sources, utilisé des armes automatiques. Les harragas ont alors cotisé pour les funérailles et ont été enterrés dans un cimetière musulman, sous des noms d’emprunt, et de nationalité palestinienne.

 

Zakaria, l’avocat juif des harragas algériens

Tous les jours, on apprend qu’un compatriote est incarcéré. Vite, les jeunes s’organisent en vue de sa libération, pour ce, «on cotise avec ce qu’on peut pour payer l’avocat». Leur avocat s’appelle Zakaria, un avocat juif grec, spécialiste des questions de l’immigration, il est devenu au fil du temps, l’avocat des harraga de toutes les nationalités. Le coût varie selon le degré de l’infraction, et la durée de l’incarcération, ainsi pour une peine de 3 mois l’avocat demande 450 euros, pour 6 mois 750 euros, pour une année de détention plus de 1200 euros.

 

Tmima

Passer un séjour en prison semble ne pas inquiéter les harragas. C’est un passage obligé ou une simple formalité pour obtenir la khartia. Pour cela, ils font tout pour rentrer en prison. Mais se faire prendre la main dans le sac, conduit parfois, à Tmima, lAlcatraz grec, où maltraitance, et mépris caractérisent les séjours des détenus sans respects des droits de l’homme selon les témoignages de quelques détenus sortis que nous avons rencontré. Tmima est l’une des trois prison d’Athènes et la plus dangereuse, elle est composée essentiellement de geôle ou l’on sert à manger une seule fois par jour, à 9h30. (El Watan-08.10.2010.)

********************

**dossier Djezzy …le niet des Algériens

Coup de tonnerre dans les hauts cercles de décision. «Il n’est pas question que l’Algérie négocie le dossier Djezzy avec les Russes, nous ne parlerons qu’aux Egyptiens, point à la ligne», nous a fait savoir, hier, une source gouvernementale sous le couvert de l’anonymat.

L’Algérie refuse donc l’offre du groupe russo-norvégien Vimpelcom et de son président Alexandre Izossimov présent à Alger lors de la visite du président Dmitri Medvedev. Le groupe Vimpelcom, qui détient 51,7% d’Orascom Telecom Holding, avait proposé aux Algériens de lui céder la filiale Djezzy au prix de 7,8 milliards de dollars. Une estimation calquée sur celle de Naguib Sawiris, PDG d’OTH, jugée «exorbitante» par la partie algérienne, dont des sources font plafonner la valeur de Djezzy entre 2 à 3 milliards de dollars. Le groupe Vimpelcom, qui avait reconnu qu’il existait un «risque Djezzy» tant le dossier est épineux, hérite donc d’un litige complexe. Un conflit que ni la visite algéroise du président russe ni la profonde amitié historique entre Moscou et Alger ne semblent juguler. Pour Alger, la manœuvre de Sawiris est grossière : ce dernier déclarait avant-hier au Caire que «maintenant que l’accord a été signé, Vimpelcom a crucialement voix au chapitre dans toutes les négociations qui ont trait à la situation en Algérie».

Impliquer un partenaire stratégique de l’Algérie dans un litige qui, aux yeux des Algériens, ne concerne que les deux parties algérienne et égyptienne, a été très mal vécu par les décideurs algériens, d’où leur niet catégorique face à l’offre de Vimpelcom. Même si, vu la logique des fusions transnationales et du jeu mondial des capitaux, Alger se retrouve quelque part piégée. Mais dans tous les cas, la tension autour de ce dossier ira en s’intensifiant, selon des sources autorisées contactées hier à Alger. Le bras de fer entre l’Algérie et Sawiris se poursuivra, «quelles qu’en soient les conséquences», selon nos sources gouvernementales. (El Watan-08.10.2010.) 

**Alger et Moscou confortent leur partenariat stratégique 

La visite de Dmitri Medvedev à Alger est la deuxième d’un président russe en moins de quatre ans. En dix ans, les présidents des deux pays se sont rencontrés quatre fois.

Le successeur de Vladmir Poutine a bien pris le soin de souligner à Alger que la Déclaration de partenariat stratégique, signée à Moscou en 2001, est la première établie par la Russie avec un pays arabe. Les deux Etats se sont engagés, dans la déclaration commune publiée mercredi soir à Alger, à élargir leur coopération à tous les domaines. «Les deux pays déclarent une nouvelle fois leur attachement à renforcer leurs relations bilatérales et à approfondir leur concertation politique dans un esprit marqué par l’amitié historique, le respect mutuel et la volonté  d’établir un partenariat mutuellement bénéfique fondé sur la complémentarité  des économies et l’équilibre des intérêts», est-il souligné.

Autrement dit, l’affaire dite des Mig défectueux, qui a jeté un certain froid sur les relations entre les deux pays, semble dépassée. Dmitri Medvedev s’est voulu rassurant sur la coopération militaire avec l’Algérie. «Toute coopération militaro-technique requiert nécessairement la confiance, et la coopération qui lie actuellement la Russie et l’Algérie est précisément fondée sur la confiance. Cette coopération se poursuit depuis des dizaines d’années et se distingue par des montants substantiels. Nous sommes satisfaits de son développement», a déclaré le chef de l’Etat russe. S’il n’existe aucune information ouverte sur «les montants substantiels», les deux pays ont réitéré, dans la déclaration commune, de renforcer «les liens traditionnels de coopération militaire».

L’industrie militaire russe continuera donc à être la principale pourvoyeuse de l’armée algérienne en armement. Ce choix stratégique n’est pas remis en cause. La Russie commencera les livraisons de chasseurs Su-30 et d’avions-écoles YAK-130 à l’Algérie en 2011. «Ce n’est pas un secret militaire», a tenu à dire, à l’agence Ria Novosti, le vice-directeur du Service fédéral pour la coopération militaire, Viatcheslav Dzirkaln. Les sous-marins russes Kilo, propriété de la marine algérienne, seront modernisés sur les chantiers navals russes.

Sécurité énergétique

Au volet transport, l’Algérie est intéressée par l’achat d’une quarantaine d’avions An-140, des court-courriers de 20 et 40 places. Les représentants de la compagnie aéronautique unifiée russe (OAK) négocient ce contrat à la faveur de la tenue du premier Forum des hommes d’affaires algéro-russes à Alger. Les négociations semblent encore difficiles. Par contre, le nouvel accord maritime signé hier à Alger supprime les visas pour les marins des deux pays. «Cet accord ouvre les ports russe et algérien aux navires des deux pays et instaure un régime sans visa pour les équipage. Cela aide à réduire le coût de transport du fret», a annoncé Igor Levitine, ministre russe des Transports. Moscou a également décidé d’autoriser les avions d’Air Algérie à survoler le territoire russe par le couloir transsibérien. Cela pourrait accélérer l’ouverture de la ligne Alger-Téhéran via Moscou. Selon Igor Levitine, le transport de marchandises entre les deux pays a augmenté de 30% au cours des premiers mois de l’année 2010.

L’Algérie et la Russie, principaux fournisseurs de l’Europe en gaz naturel, ne sont pas insensibles aux questions liées à la sécurité énergétiques. «Les parties expriment leur désir d’approfondir le dialogue sur une base régulière en vue de coordonner leurs actions dans le domaine de l’énergie, en tenant compte de l’impératif de  défendre leurs intérêts respectifs et de la nécessité d’intégrer ceux des autres acteurs du marché de l’énergie, producteurs, consommateurs et pays de transit des hydrocarbures», est-il relevé dans la déclaration commune. Cela annonce donc une coordination plus grande dans le cadre du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) qui doit se réunir prochainement à Doha, au Qatar.

Gazprom, qui a déjà des bureaux à Alger, entend reprendre de plus belle ses activités d’exploration et d’exploitation en Algérie après avoir été «bloqué» par l’ex-ministre de l’Energie, Chakib Khelil. Celui-ci avait annulé, sans explication, un accord signé en 2006. Alexeï Miller, PDG du géant russe, réputé proche de Dmitri Medvedev, est venu à Alger et a assisté à la signature d’un important mémorandum d’entente énergétique. Il a annoncé, repris par la presse russe, l’intérêt de Gazprom pour l’achat des actifs algériens de BP. «Si les actifs sont offerts par la partie algérienne, nous examinerons cette possibilité», a-t-il dit. Les pertes induites par la lutte contre la marée noire du golfe du Mexique obligent BP à chercher des liquidités par tous les moyens. Le ministre russe de l’Energie Sergueï Chamtko a, selon Ria Novosti, fait savoir que TNK-BP (entreprise pétrolière russo-britannique) pouvait proposer à la société nationale algérienne Sonatrach un échange d’actifs en vue d’acquérir les parts de BP en Algérie. Alger et Moscou entendent également relancer un accord sur l’utilisation civile de l’énergie nucléaire.

Intérêt pour l’uranium

Les russes s’intéressent à l’exploitation des gisements d’uranium du Sud algérien. La Russie se dite prête à aider l’Algérie à bâtir une industrie spatiale. Cela est résumé en quelques mots dans la déclaration commune : «L’exploitation de l’espace à des fins pacifiques.» Ordre a été donné aux chefs des grands groupes industriels russes de soutenir l’effort de transfert de haute technologie aux entreprises algériennes. «Les parties encourageront davantage le développement des liens de coopération dans le domaine de la science et de la formation, y compris à  travers les échanges des bourses d’études», est-il encore relevé dans la même déclaration. Sur le plan international, Alger et Moscou préviennent contre «la militarisation de l’espace extra-atmosphérique» et appellent Israël à adhérer au Traité d’interdiction totale des essais nucléaires (CTBT) et insistent «une nouvelle fois» sur la lutte contre «le trafic illicite  des matières nucléaires». Les deux capitales  qualifient de nécessaire la réforme de l’ONU et appellent à un élargissement du Conseil de sécurité «sur une base équitable et démocratique, en tenant compte notamment des données économiques, démographiques et géographiques et en veillant à une meilleure représentation de l’Asie et de  l’Afrique». (El Watan-08.10.2010.) 

************

*Collectif «Stop à la violence ! Les droits des femmes maintenant» 

 Une loi cadre contre les violences faites aux femmes

femmes.jpg

Plus de dix associations (1) de tout le pays se sont fédérées en collectif pour élaborer d’ici un an et demi un projet de loi cadre contre les violences faites aux femmes en Algérie. Premier temps fort de ce projet «Stop à la violence ! Les droits des femmes maintenant» : un colloque international se tiendra le jeudi 25 novembre à l’occasion de la Journée mondiale des violences faites aux femmes.

-Réussir à fédérer autant d’associations sur un tel projet est déjà une réussite à part entière. La preuve qu’un «réseau femmes» existe bien…

Faïka Medjahed : Cela fait quelques années que des associations, des chercheurs, des représentants d’institution dénoncent les violences faites aux femmes, chacun de la place qu’il occupe et après plusieurs tentatives menées pour capitaliser les actions menées par les différents intervenant(e)s, le projet  «Stop à la violence ! Les droits des femmes maintenant», initié par l’AAPF, tombe à point nommé pour articuler ces compétences plurielles et élaborer ensemble un plaidoyer en faveur des droits des femmes, pénalisant sévèrement toute  agression ciblant les femmes. Une loi dissuasive, identique à celle du port de la ceinture de sécurité en voiture ! -Cela signifie donc que la loi algérienne ne prévoit pas de sanctions contre ce type de violences ?Soumia Salhi. Les sanctions existent mais elles sont morcelées, dispersées et ne sont pas spécifiques aux femmes. Les lois n’abordent pas non plus la question des violences morales, ou de tout ce qui relève de la sphère privée. Des juristes vont donc étudier l’arsenal juridique existant pour voir ce que prévoient le code pénal, le code civil, le code de la famille jusqu’aux conventions ratifiées par l’Algérie. En faire une lecture critique. Prenons par exemple le cas du harcèlement sexuel : la loi existe, mais la pratique nous amènera à l’interroger : il faut réexaminer la charge de la preuve, assurer la protection des témoins…    -On sait par exemple qu’en France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon. Mais en Algérie, on manque de statistiques fiables…

Faïka Medjahed : Le drame, c’est qu’en Algérie, chaque institution y va de ses statistiques, en outre chaque institution et chaque association possède un support d’information différent, d’où la difficulté d’avoir une idée claire sur ces violences, leurs gravités et surtout leurs périodicités. Il est absolument indispensable de se doter d’un observatoire des droits des femmes, dont l’une des missions est de collecter régulièrement les données statistiques des violences ciblant les femmes, permettant de nous renseigner sur l’ampleur et les types de violence que subissent les femmes, afin de les prévenir. Essia Abdelouahab : Entre la police, les centres d’écoute, les services de santé… chacun produit ses propres chiffres, qui restent, de toute manière, bien en deçà de la réalité. Car on sait que toutes les femmes victimes de violences ne se présentent pas etmême si elles le font, en général, ce n’est pas présenté comme une violence. On lui dit : «Mais c’est ton mari/ton père/ton frère, donc ce n’est pas grave…»Faïka Medjahed : D’où l’importance, par la suite, de former les intervenants (policiers, gendarmes, magistrats, professionnels de la santé et…) à l’écoute et l’accompagnement des femmes victimes. D’arrêter de se renvoyer la balle entre magistrat et médecin légiste sur le  nombre de jours notifiés sur les certificats médicaux l’ITT (Interruption temporaire de travail), prouvant ou non la culpabilité de l’agresseur et le tort causé ou non à la victime.
   
-Justement, le projet prévoit-il des formations ?

Zouina Tarikt : On constate aujourd’hui que les enfants, dont la mère est une femme battue, se mettent aussi à frapper leur mère. Ces enfants réagissent violemment parce qu’ils ont un exemple à la maison ! Il y a toute une éducation à faire dès l’école, puis après dans les universités. Des éducateurs se rendront auprès des pairs pour les sensibiliser. Cette jeunesse, ce sont les parents de demain et on les sous-estime, alors qu’il faut les prendre à bras-le-corps ! Djema Soukehal : Dans le cadre du projet «Stop à la violence ! Les droits des femmes maintenant», sont aussi prévues des formations pour les animateurs radio pour les convaincre de consacrer des émission spécifiques à ces questions de violence. Dans un premier temps, la formation a concerné les membres de l’Association algérienne pour la planification familiale.-Finalement, c’est toute une approche de la violence qu’il faut revoir…

Faïka Medjahed : Le but de notre plaidoyer est aussi de déconstruire les stéréotypes et les  représentations et identifications qui glorifient les agresseurs et les poussent à croire que les femmes aiment à être violentées (blagues, films, chansons, manuels scolaires et autres us et coutumes).

Soumiha Salhi : Il faut comprendre et intégrer que la violence n’est pas un problème individuel, mais un problème social. La loi, par exemple, doit prévoir un article sur le signalement : les gens doivent pouvoir signaler la violence et ce témoignage doit avoir une valeur et être pris en compte. La loi et la pratique sociale sont deux choses qui marchent ensemble. (El Watan-08.10.2010.)

(1) L’Association algérienne de planification familiale, l’association de défense et promotion des droits des femmes, l’Association de l’émancipation de la femme, Amusnaw de Tizi Ouzou, l’Association d’aide aux victimes de violences faites aux femmes et enfants, le Centre d’information et de documentation des droits des femmes et des enfants, Djazairouna, les Femmes médecins, Femmes en communication, le Rassemblement algérien contre la hogra et pour la démocratie en Algérie, Tharwa Fathma N’soumer, la Société de recherche en psychologie et le Réseau Wassila.

*****En tête, l’Association algérienne pour la planification familialeL’Association algérienne pour la planification familiale, initiatrice du projet «Stop à la violence ! Les droits des femmes maintenant», existe depuis 1987. Elle compte aujourd’hui 3000 volontaires dans tout le pays. Sa vocation : promouvoir les droits en santé sexuelle et reproductive et la planification familiale.Concrètement, cela signifie défendre le droit de tous les jeunes à bénéficier d’une vie sexuelle saine et responsable, sans discriminations ni violences, favoriser la maternité sans risque, contribuer à la lutte pour l’élimination des infections sexuellement transmissibles, promouvoir les droits des femmes, etc. Contact : 021 44 76 67

**************

*France: Les pompes à essence bientôt à sec ?

La menace d’une pénurie de carburants en France se précise, alors que la grève des terminaux pétroliers de Fos-Lavera risque d’obliger quatre raffineries à s’arrêter faute de brut et que le gouvernement a autorisé la circulation des camions-citernes pour le 2e dimanche consécutif.

«La situation est très préoccupante», a estimé vendredi le président de l’Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky.

Selon lui, «on pourrait avoir des problèmes d’approvisionnement» en carburants dans le Sud-Est «vers le 20 octobre», tandis que le gouvernement se veut plus rassurant.

Quatre des six raffineries alimentées par le port de Marseille pourraient en effet devoir s’arrêter «dans le courant de la semaine prochaine», selon le responsable de l’organisation patronale.

«Les deux autres ont plus de stocks de brut, on pense qu’elles peuvent fonctionner encore quelque temps», a-t-il ajouté.

Les terminaux de Fos-Lavera alimentent six raffineries en France: les quatre raffineries de l’étang de Berre et quatre autres qui sont approvisionnées via le pipeline sud-européen (l’une à Feyzin, près de Lyon, et l’autre à Reichstett dans le Bas-Rhin). Ces raffineries représentent 40% environ des capacités françaises de raffinage.

Prenant acte de l’urgence de la situation, le ministère de l’Ecologie et de l’Energie a autorisé exceptionnellement les camions-citernes à circuler dans toute la France le dimanche 10 octobre, pour la 2e semaine de suite. La mesure s’appliquera aussi le 17 octobre.

«Nous mettrons en place les acheminements nécessaires afin qu’il n’y ait aucune rupture dans les stations et dépôts de carburants», a assuré vendredi le secrétaire d’Etat aux Transports Dominique Bussereau.

Les agents des terminaux pétroliers de Fos-Lavera ont entamé vendredi leur 12e jour de grève, à l’appel du syndicat CGT. Ils protestent contre la mise sur pied d’une filiale chargée de gérer ces terminaux dans le cadre de la réforme portuaire.

Cinquante et un navires étaient bloqués en rade vendredi dont trois chimiquiers, 11 navires propane/butane, 19 pétroliers de brut, 15 pétroliers de raffinés et trois péniches.

M. Bussereau a rappelé que la Corse avait déjà été ravitaillée par un navire provenant de Sardaigne et que «sur le continent, les réserves représentent plusieurs mois de consommation».

Moins optimiste, Jean-Louis Schilansky souligne au contraire que l’appel à la grève reconductible dans les douze raffineries françaises à partir du mardi 12 octobre «va compliquer la situation».

«On évaluera la situation en fonction de l’ampleur et de la dureté du mouvement» mais «il y a un risque d’aggravation si les grévistes bloquent les expéditions des raffineries», a-t-il affirmé.

La CGT du port de Marseille a brandi vendredi la menace d’«une pénurie de carburant dans les prochains jours».

«La pénurie, ce n’est pas nous qui la maîtrisons, ce sera la conséquence de l’autisme du gouvernement», a déclaré Jean-Michel Michelucci, responsable de l’union régionale CGT de la Fédération chimie.

Vendredi matin, les stations-services de Corse étaient prises d’assaut après la livraison la veille de 6.000 m3 de gasoil pour ravitailler l’île. La préfecture a lancé un «appel au civisme» pour éviter «de créer artificiellement une situation de pénurie».

Les restrictions de carburant concernant le gazole ont été étendues à l’essence sans plomb sur l’île de Beauté: l’approvisionnement des véhicules est limité à 30 litres par véhicule et par jour.

Selon M. Schilansky, la grève a déjà coûté entre 25 et 30 millions d’euros à l’industrie pétrolière.

«Les précédentes grèves du port de Marseille ont duré 12 jours et avaient pris fin avant que des raffineries aillent à l’arrêt. Si ça arrive, ça serait une première», a-t-il estimé.

(Source AFP-08.10.2010.)

 


Actions

Informations



16 réponses à “Une enquête sur les harraga algériens en Grèce”

  1. 28 03 2020
    Cyber Tech News (09:29:35) :

    I’m impressed, I must say. Rarely do I encounter a blog that’s both equally educative and interesting, and without a doubt, you’ve hit the nail on the head. The problem is an issue that not enough people are speaking intelligently about. I am very happy I came across this during my search for something relating to this.

    https://twitter.com/cybertechnews3/status/1156593486906499073

  2. 26 03 2020
    Apex Legends Season 4 (21:13:45) :

    Aw, this was an exceptionally good post. Spending some time and actual effort to create a really good article… but what can I say… I put things off a lot and don’t seem to get nearly anything done.

    https://ask-cloudkicker.tumblr.com/

  3. 20 09 2018
    John Deere Service Manuals (04:35:40) :

    You really should be a part of a contest for just one of the finest blogs on-line. I am going to recommend this great site!

    http://www.repairmanuals.net

  4. 10 09 2018
    Tractor Workshop Manuals (12:48:06) :

    Very clear website , regards for this post.

    http://www.repairloader.net

  5. 3 08 2018
    John Deere Technical Manuals (06:40:14) :

    Thanks for every other informative web site. Where else could I am getting that type of information written in such a perfect means? I’ve a mission that I am simply now operating on, and I have been on the look out for such info.

    http://www.repairloader.net

  6. 17 03 2015
    net (12:27:15) :

    What are your standards of success for a blog? Readership? Quality? Is there a relationship between readership and quality?. . What did people with successful blogs do to make them successful? Was it a kind of « if you build it, they will come » thing? Do they actively market themselves? Do they associate themselves with other famous bloggers or websites? How does it happen?. . Do you have a blog? What do you do with your blog? Do you consider yourself successful? Why?.
    net http://sjlkdfjsdklj.net

  7. 8 11 2012
    north face osito jacket (21:55:56) :

    Hello there! I could have sworn I’ve been to this blog before but after checking through some of the post I realized it’s new to me. Nonetheless, I’m definitely delighted I found it and I’ll be bookmarking and checking back often!

  8. 7 11 2011
    a244302 (10:19:53) :

    I’ve said that least 244302 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

  9. 7 11 2011
    a3388748 (10:19:53) :

    I’ve said that least 3388748 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

  10. 6 11 2011
    how to learn japanese (20:04:02) :

    Salve. I sincerely want to emphasize that what you share here is really good sharing so I have post http://niarunblog.unblog.fr/2010/10/08/une-enquete-sur-les-harraga-algeriens-en-grece on my Facebook profile so anyone can have the freedom to enjoy. I was happy when I saw this tittle, ELAyam-2 » Une enquête sur les harraga algériens en Grèce, on my google search, and the reason is that at last I found what I was looking for. Thank you

  11. 3 11 2011
    traduceri slovena romana in satu mare (06:41:09) :

    What is here it is an interesting piece of information this is the reason why I post a link to you in one of my site your link is here . But first of all I must say all the visitors. Hy. And second I must say that I have post http://niarunblog.unblog.fr/2010/10/08/une-enquete-sur-les-harraga-algeriens-en-grece/#respond on my Digg profile. I will do this because at long last I found what I was looking for. What you say here is really respectable information. In the second I saw this tittle, ELAyam-2 » Une enquête sur les harraga algériens en Grèce, on my google search I was very happy. It is possible I found something like this here http://www.toplevel-traduceri.ro/traduceri_rapide_Romana_Slovena_in_Satu Mare.html, I’m not sure but I thing it was the same. Thank you

  12. 3 11 2011
    traduceri romana ebraica in slatina (02:35:49) :

    What you have here it is a great piece of information this is the reason why I post a link to you in one of my site your link is here . But first of all I must say all the visitors. Hello. And second I must say that I will post http://niarunblog.unblog.fr/2010/10/08/une-enquete-sur-les-harraga-algeriens-en-grece on my Twitter profile. I will do this because at last I found what I was looking for. What you share here is really respectable information. In the minute I saw this tittle, ELAyam-2 » Une enquête sur les harraga algériens en Grèce, on my google search I was very happy. Maybe I found something with the same ideea here http://www.toplevel-traduceri.ro/traduceri_rapide_Romana_Ebraica_in_Slatina.html, I’m not sure but I thing it was the same. All the best

  13. 1 11 2011
    traduceri engleza romana (09:23:15) :

    This it is an interesting piece of information. But first of all I must say all every one. . And now I must say that I will post http://niarunblog.unblog.fr/2010/10/08/une-enquete-sur-les-harraga-algeriens-en-grece on my Hi5 profile. And this because finally I found what I was looking for. What you say here is really good information. When I saw this tittle, ELAyam-2 » Une enquête sur les harraga algériens en Grèce, in my google search I was very happy. Maybe I found something with the same ideea here http://www.toplevel-traduceri.ro, I’m not sure but I thing it was the same. Thank you

  14. 25 10 2011
    Bonsmara (14:48:05) :

    What is here it is a great article. But first of all I must salute all the visitors. Bounjour. After this I must say that I will post http://niarunblog.unblog.fr/2010/10/08/une-enquete-sur-les-harraga-algeriens-en-grece on my Hi5 profile. I will do this because in the end I found what I was looking for. What you give us here is really good post. In the minute I saw this tittle, ELAyam-2 » Une enquête sur les harraga algériens en Grèce, on my google search I was very glad. Maybe I found something that have the same ideea here http://www.bonsmara.za.org, I’m not sure but I thing it was the same. All the best

  15. 25 10 2011
    Bonsmara SA (11:39:49) :

    What you have here it is a great piece of information. But first of all I must salute all the visitors. Hello. And now I must say that I have post http://niarunblog.unblog.fr/2010/10/08/une-enquete-sur-les-harraga-algeriens-en-grece/#respond on my Hi5 profile. And this because at long last I found what I was looking for. What you post here is really nice information. In the second I saw this tittle, ELAyam-2 » Une enquête sur les harraga algériens en Grèce, on my google search I was very happy. It is possible I found something with the same ideea here http://www.bonsmara-action.co.za, I’m not sure but I thing it was the same. Thank you

  16. 12 10 2011
    Anitra Vlahovich (06:49:46) :

    Thanks for creating this. I really feel as though I know so much more about the topic than I did before. You should continue this, Im sure most people would agree youve got a gift.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...