Clichés …et les mêmes erreurs

Il y a comme cela des événements qui reviennent de temps en temps pour vous rappeler d’autres faits, d’autres hommes ou des déclarations qui sont restées imprimées ad vitam aeternam dans la mémoire. Actuel-lement, c’est la célèbre visite du général Giap en Algérie qui revient en mémoire. Le célèbre vainqueur de Diên Biên Phu répondait à une invitation faite par Boumediène, le chef d’Etat d’alors. Cette visite devait donner un éclairage particulier au conflit naissant au Sahara occidental où deux puissances européennes jadis combattues par Abd El Krim El Khatabi (qui se souvient de ce héros rifain?), se sont entendues avec le «roitelet» Hassan II pour spolier le peuple sahraoui de son indépendance…A cette occasion, le général Giap déclarait: «Les impérialistes sont de mauvais élèves! Ils ne retiennent pas les leçons de l’histoire!» Eh oui! les faits sont têtus tous comme les hommes qui ne sont guidés que par leurs intérêts égoïstes. Au moment de la commémoration de la fin de l’intervention soviétique en Afghanistan, un général russe, vétéran de cette guerre, avait déclaré en la circonstance: «Les Américains font les mêmes erreurs que nous avons faites: il ne peut y avoir de solution militaire en Afghanistan ou ailleurs!» Mais il y aura toujours quelque part des hommes qui croient à la supériorité technologique des uns pour écraser les autres. Cette supériorité technologique est souvent interprétée par les analphabètes de l’Histoire comme une supériorité civilisationnelle. Les partisans de cette interprétation n’en finissent pas d’aligner des commentaires et des arguments dignes de l’époque de la IIIe République naissante de l’époque de Jules Ferry et de Mac Mahon. Les derniers événements en Guadeloupe et en Martinique ont soulevé des débats houleux sur les plateaux des télés. Journalistes, hommes politiques se sont affrontés selon leurs accointances, leur philosophie ou leur chapelle… Certains, très prudents, comme M.Louis Schweitzer, ex-P-DG de Renault, et sommité économique reconnue en Europe, s’est retranché derrière une prudente ignorance quant au caractère racial des événements qui ont secoué les Antilles françaises. D’autres, par contre, comme M.Pierre Benichou, journaliste de profession et humoriste à l’occasion, n’a pas cessé de ressortir les vieux clichés que les nostalgiques du temps béni des colonies gardent précieusement dans leur grenier, comme des objets obsolètes qui peuvent toujours servir un jour. M.Pierre Benichou, très connu sur les plateaux télés où l’on fait de l’humour bon marché (rien à cirer, les grosses têtes…) est, comme chacun le sait issu de la communauté juive oranaise, communauté bien intégrée dans le système colonial français grâce au décret Crémieux. Par gratitude, M. Bénichou n’a pu s’empêcher de rapprocher la situation de la Guadeloupe de celle de l’Algérie. Je vous livre en gros (en m’excusant auprès de lui des tours que peut me jouer ma mémoire): «Je ne crois pas que les gens là-bas (en parlant des Antillais grévistes) soient tentés de se séparer de la France. Ils aiment trop la France. Et puis il faut voir la qualité des infrastructures réalisées là-bas. Cela me rappelle l’Algérie. Il n’y avait pas en Algérie un racisme, ou un système d’apartheid…» Je n’ai pas pu supporter plus que cela et j’ai zappé. D’abord, il faut se rendre à l’évidence que Antilles et Algérie se ressemblent en divers points de vue: C’était des départements d’outre-mer où les habitants devaient avoir les mêmes droits que les métropolitains. Et d’un côté comme d’un autre, les colons ici, les esclavagistes là-bas, ont tout fait pour que le système colonial perdure. Quant aux réalisations d’infrastructures, il est bon re rappeler qu’elles n’ont jamais été faites pour les indigènes: routes, chemins de fer, ports ont été réalisés pour faciliter le pillage colonial. Combien d’Algériens, dix fois plus nombreux que les gens de souche européenne ou de confession juive, disposaient d’un véhicule, avaient accès à l’école publique, arrivaient au baccalauréat? Quand un indigène avait la chance d’entrer à l’école, on le gardait jusqu’au certificat d’études: le temps qu’il apprenne à lire le nom des stations de métro de Paris ou les noms de rues de Lille – Roubaix – Tourcoing. Combien de médecins y avait-il par habitants? Pourquoi un enfant algérien n’avait-il pas droit aux mêmes allocations qu’un enfant français…La Guadeloupe et la Martinique sont aussi des départements français comme la Creuse ou le Morbihan, mais leurs habitants, parce qu’ils sont basanés, touchent moins et paient plus cher que leurs collègues de métropole. Comme par hasard, en pareilles circonstances, on a beau chercher, la parole n’a pas été donnée à Dieudonné! (L’Expression) 

41 réponses à “Clichés …et les mêmes erreurs”

1 2 3
  1. 12 08 2018
    engagement ring (02:54:54) :

    I discovered this while on Reddit. I really look forward to fresh articles from you. I bet anything you spit knowledge. It looks like you understand a lot about this subject. I actually could feel my brain expanding when I browsed your site. You are like the cookies to a glass of tasty milk.

    http://rafaelcvogx.blogocial.com

1 2 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...