Les «malfaiteurs» de la géopolitique.3

*Trop tard? 

Quand, au début des années 1990, l’Algérie lançait alerte sur alerte à propos du danger terroriste auquel elle faisait face seule, les capitales occidentales, dans une attitude lâche, préféraient fermer les yeux sur les massacres qui endeuillaient notre pays, croyant à tort qu’en agissant ainsi, elles allaient s’épargner les foudres de ces hordes sauvages. Si Washington et ses alliés avaient écouté l’Algérie à ce moment, les groupes terroristes auraient été décimés il y a longtemps. La lâcheté des dirigeants des pays occidentaux les a conduits jusqu’à armer les terroristes pour soi-disant renverser les régimes dictatoriaux arabes, alors qu’en fait, ils n’ont fait qu’aggraver la situation qu’ils tournent à leur profit, puisque le terrorisme islamiste leur permet d’entretenir la guerre hors de leurs frontières, de sauver l’industrie de l’armement de la banqueroute et de faire s’entretuer les musulmans et les Arabes entre eux. Mais ils constatent maintenant, un peu tard pour eux, qu’il y a un problème. L’auteur de la tuerie au Musée juif de Bruxelles, le 24 mai, est un Français parti, avec l’aide et la complaisance de qui on sait, faire le djihad en Syrie, dans les rangs de Daech, pour renverser le «régime de Bachar Al-Assad». Jusque-là c’est bon pour Hollande et Fabius, mais ça se corse quand le djihadiste décide de revenir combattre les kouffar(impies) chez eux. Et cette idée trotte sans doute dans la tête de milliers de djihadistes originaires de pays occidentaux qui pensent au retour et au terrorisme à semer en France, en Grande-Bretagne… A cet «aléa», qui effraie tant les Occidentaux, il faut ajouter le risque imprévu que le djihad de Daech s’étende aux pays du Golfe, alliés de l’Otan et des Etats-Unis dans la région. On comprend alors la panique qui s’est emparée de Kerry qui découvre subitement le côté «abominable» de Daech et lance – plus de vingt ans après les SOS de l’Algérie – des cris d’alerte tardifs pour circonscrire Daech dans les territoires qu’il occupe et l’empêcher d’étendre ses nuisances aux pays occidentaux, pour terroriser leurs populations, et aux alliés dans le Golfe, pour renverser leurs régimes. Trop tard ?**Par Kamel Moulfi –| 9. SEPTEMBRE 2014 

MarionnettesEtPantins

*Réactions d’internautes:

**Graves révélations du Daily Star : 600 soldats britanniques forment les terroristes de Daech.
Implication des services secrets américains, britanniques, français et israéliens dans la création de cellules prétendument islamistes, pour affaiblir les Etats de la région et faire main basse sur leurs richesses pétrolières et gazières.
C’est un véritable pavé dans la mare qu’a jeté le quotidien britannique The Daily Star sur l’implication des services secrets occidentaux dans le soutien logistique au terrorisme islamiste qui ravage actuellement le monde musulman.
Se basant sur ses propres investigations et citant des sources du renseignement britannique, le journal affirme que les terroristes islamistes responsables d’atrocités en Irak sont formés par d’anciens membres de l’armée britannique.
Les sources sur lesquelles s’appuie le journal assurent avoir repéré des «similitudes» entre les extrémistes islamistes et l’armée britannique dans leur mode opérationnel et leur organisation.
Le Daily Star précise, en effet, que 600 terroristes britanniques combattant pour le groupe terroriste Daech (Etat Islamique) sont commandés et formés par des musulmans ayant un passé militaire en Grande-Bretagne. La source citée par le journal ajoute que les services secrets britanniques (MI6) et américains (CIA) ont intercepté des écoutes et des échanges d’emails dont le contenu suggère que plusieurs anciens membres de l’armée britannique se battent en Irak.
Les formateurs des groupes islamistes armés ont, d’après le journal, servi dans des unités de l’armée régulière ou dans l’armée territoriale britannique.
La même source assure que des gens parlant «avec un accent anglais» et «utilisant le jargon militaire» s’occupent de la formation de base des groupes islamistes en Irak et en Syrie. «Ils utilisent les mêmes techniques et les exercices – en particulier la manipulation d’armes et les tactiques – que l’armée britannique», ajoute-t-on. «Nous avons reçu des informations qui montrent que beaucoup de jeunes hommes britanniques qui sont allés se battre en Syrie et en Irak reçoivent une formation militaire d’autres ressortissants britanniques.» Cette même source relève que les recrues qui ont rejoint Daech devaient avoir un niveau «assez décent» avant d’être autorisées à prendre part à une bataille.
On leur apprend, par exemple, comment conserver des munitions en évitant de prendre pour cible des objectifs hors de portée. Selon le journal, ces recrues ont également reçu des instructions sur la façon de planifier et de mener des embuscades contre des patrouilles diurnes et nocturnes.
Ces faits viennent une nouvelle fois démontrer l’implication directe des services secrets occidentaux dans l’encouragement du terrorisme islamiste à travers le monde.
Le temps commence, en tout cas, à donner raison à tous ceux qui exprimaient des soupçons sur cette implication des services secrets américains, britanniques, français et surtout (ndlr) israéliens dans le soutien et l’encouragement à la création de cellules prétendument islamistes, mais qui ne sont là que pour affaiblir les Etats de la région et de là permettre à l’Occident de prospérer en faisant main basse sur les richesses pétrolières et gazières de ces pays.

***Trop tard et cela va leur couter chère d’avoir financé ,armé ,organisé de départ de la France vers la Syrie (en y envoyant des gamines sans scrupules et surtout avoir facilité la sortie de territoire a de jeune fille adolescente pour qu’elle assouvisse les envie de leur protegé) . Il parle de l’Algérie comme étant le maitre des groupes terroriste en Afrique du Nord, mais eux font pire. Comment nous le savons et bien l’armée syrienne a mis la main sur des terroristes et ils ont parlé. Mohamed Merrad a bien raconté qu’il a été envoyé en Algérie par les services secret Français, mais a expliqué qu’il ne pouvait pas rejoindre les maquis, car la sécurité Algérienne était partout. Et nous savons également ce que vous faite en France, car l’Algérie a pris des mesures pour se protéger !
Il serait bien qu’en France, nous nettoyons déja des compatriotes très peu fiables surtout les surveiller a l’intérieure du pays quand ils vienne en vacances.Normalement quand un franco algérien décide de venir au pays les personnes qui le reçoivent doivent allez au commissariat et signaler sa présence et qu’a chaque fois qu’il sort d’une wilaya doit se rendre également dans un commissariat pour dire chez qui il va et d’ou il vient c’est la procédure . C’est à la famille de faire les démarches car si vous ne le faite pas et qu’il se passe quelque chose la justice peut vous comndamné pour  » délit d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » passible de la peine de mort mais comme elle n’est plus appliquer chez nous c’est 30 ans de prison maximun

**L’Algérie confrontée à une menace d’infiltration à ses frontières

La zone frontalière entre la Libye, la Tunisie et l’Algérie est une nouvelle source d’inquiétude pour les responsables de la sécurité de ces trois pays, les conduisant à coordonner leurs efforts pour endiguer les menaces.

L’information répandue par la presse tunisienne évoquant des tunnels de contrebande reliant l’Algérie, la Libye et la Tunisie, qui auraient été découverts récemment, a alerté les trois pays.
les forces de sécurité algériennes s’étaient emparées de plusieurs de ces prétendus passages souterrains et les avaient neutralisés.
Le ratissage de ces tunnels pourrait prendre plusieurs jours, selon la source, qui a en outre signalé la présence de mines antipersonnel placées par des terroristes à divers endroits de ces tunnels.
Mais le ministère de l’Intérieur tunisien a catégoriquement démenti ces allégations, déclarant que ces informations étaient « dénuées de tout fondement » et particulièrement improbables compte tenu de la géographie de la région.
Du côté officiel algérien, on ne commente pas cette information. Mais « en off », on n’écarte pas la possibilité que des tunnels soient creusés et utilisés par des terroristes.
« Vous savez, dans les forces secrètes algériennes, les groupes terroristes ont toujours creusé des tunnels, depuis l’époque du Groupe islamique armé (GIA) au début des années 90. Mais ce qui est inquiétant ici c’est qu’on parle de Palestiniens et de Syriens qui seraient impliqués et que l’EI en serait l’instigateur. Si cela se vérifie, cela voudrait dire que la région devrait faire face à deux ennemis : AQMI et l’EI, » a confié une source sécuritaire sous couvert d’anonymat.

Cette même source a rappelé l’arrestation, le mois dernier, d’une centaine de Syriens entrés an Algérie avec des téléphones portables et des appareils GPS. Ces Syriens auraient avoué avoir été envoyés par l’État islamique pour suivre des entraînements dans des camps de groupes terroristes dans le sud de la Libye, avant de rejoindre l’Europe pour y commettre des attentats.
Les forces de sécurité ont rapporté plusieurs tentatives d’infiltration sur le territoire par les groupes terroristes les plus sanguinaires de la région, via les frontières sud-est. L’objectif est d’installer un État islamique.
La recrudescence des activités terroristes en Tunisie cette année, revendiquée par al-Qaida, indique que les extrémistes cherchent à s’implanter dans le « no man’s land » qu’est devenu le sud libyen.
Dans les régions frontalières algériennes, l’armée a déployé quelque 14 000 soldats, mais les populations locales restent sceptiques.

« C’est une zone qui vit de la contrebande et personne, en dehors des contrebandiers, ne connaît les accès de part et d’autre. Si l’armée étouffe les contrebandiers, ces derniers pourraient s’allier aux terroristes, comme ce fut le cas au nord du Mali, » a averti Amara Bekari, un commerçant de la ville d’El Oued.

Le trafic entre la Tunisie et l’ouest de la Libye, en particulier, et même au nord, vers Tebessa, ne s’est jamais arrêté et c’est même développé au fil des jours, et beaucoup de personnes ne vivent que par la contrebande et ne peuvent imaginer qu’un jour elles devraient changer d’activité, a-t-il poursuivi.

Dans cette large bande frontalière, tout passe, depuis toujours : drogue, or, armes, produits alimentaires, immigrés clandestins, et ce sont les passages empruntés par les contrebandiers que les groupes terroristes suivent.

Selon Bachir Menasria, chauffeur de taxi qui faisait la navette entre l’Algérie et la Tunisie, « les gens n’ont aucune autre activité économique, alors ils risquent leurs vies ».**

**S’il y a bien une chose qu’ils ont réussi c’est se faire courtiser pour régler les conflits qu’ils ont créé et qu’ils attisent sournoisement.
Les miliciens de Fajr Libya c’est une version libyenne de l’EIIL irakienne avec le même mode opératoire et le même but sauf que le gâteau est pour l’Europe.
Les mouvements des troupes extrémistes en Libye comme en Irak sont tellement stratégiquement précises qu’ils ne peuvent être que conseillés par une intelligence occidentale et coordonner par satellite.
D’ailleurs l’approvisionnement en armement ultramoderne ne peut que confirmer la mise en place d’un schéma logistique tellement efficace et discret, qu’il ne peut être que l’œuvre de services gouvernementales disposant de très importants moyens.
Au final les pays voisin de la Libye comme de l’Irak quémandent une intervention de l’OTAN.
On ne peut donc plus parler d’interventionnisme pré-colonial mais bien d’une assistance à la demande des pays directement concernés.
.
C’est pourquoi je ne crois ni au retournement saoudien ni à la prise de conscience américaine à l’image du sois-disant changement de cap politique du fils Al thani qui en réalité continue les basses œuvres de son père avec plus de tact.
Tout continue à rentrer dans l’ordre des objectifs préalablement assignés.
Cependant je pense que certains hauts responsables des pays impliqués de prés ou de loin commencent à se rendre compte qu’ils jouent un peu trop prés du feu.
La puissance des stratèges est telle, qu’ils ont créer une force, une contre-force, son opposition et sa contre-opposition à l’échelle internationale.
(CNT -> Groupe d’Haftar -> Milice de Benghazi -> Fajr Libya)
A travers le sacro-saint principe de maintien destructeur :
Je soutien X puis Y et l’inverse en maintenant l’égalité et tout le monde se détruit pour que Z sort.(z comme zionism)
.
Les conseillers du groupes imperialiste qui est derriere cette strategie satanique savait deja dés 2011 quels sont les ressources le sminieres, à quel endroit, comment les exploité, avec qui, sur quel debvouché, pour en faire quoi.

**Décidément, le président américain Barack Obama doit faire partie des fous. Son fameux plan et sa coalition contre l’etat islamique est, à n’en pas douter, une petite folie douce. Comment comprendre ce plan de 3 mois mis sur pied pour « éradiquer » la vermine terroriste sans se déployer en Syrie ? Hé bien, il a trouvé la parade. Accrochez-vous.

Le plan de Barack Obama qui sait très bien que les terroristes de l’EI vont tous fuir vers la Syrie pense qu’il est urgent -un rêve soit hypocrite soit utopique-, qu’il faut néanmoins les combattre. Comment ? N’ayant pas d’idée, il a suggéré qu’il faut qu’au sol, puisque que la coalition ne va procéder que par des bombardements, qu’il y ait des troupes locales au sol. C’est le cas en Irak avec l’armée irakienne et les peshmergas.

Mais, en Syrie, il dit que la force au sol doit être composée des anti-Assad et des anti-djihadistes pouvant lutter contre l’EI. Parce que, pense-t-il, il y a des différences ? Dites encore qu’il n’est pas fou. A moins que ce ne soit un plan B pour envahir la Syrie en prétextant que ce sont des combattants anti-Assad alors que ce sont des mercenaires américains…

**USA contre l EIIL? Sans Blague!

Croyez vous que les USA avec les Britanniques MI 6 et son officine occulte l OSDH , l Otan et la misérable complicité de François Sarkosy et de Nicolas Hollande qui se sont tous cassés le c…pour fabriquer le monstre l EIIL puis croyez qu ils vont le détruire du jour au lendemain…Vous vous gourrez le doit dans l oeil ….

Vous vous gourrez le doit dans l oeil surtout que les « oeuvres » du Fiston Monstre EIIL dépassent ce qui était attendu et prévu de lui . Au fond des fabriquants de ce Fiston, ils se disent:Chapeau l artiste Califa Machin…Mieux ou pire que toi, il n y en a pas…

Rien n empêche que leur bébé, une fois a servi et qu il est au chômage technique donc il n a plus personne à tuer ni à détruire que Papa jette, ce bébé, avec l eau dans un égoût…bien mérité …

Obama a déclaré le 28 Août 2014:les USA n ont pas encore une stratégie établie contre l EIIL.
Gros menteur va!! Bien sûr que les USA en ont une, non pas contre l EIIL mais plutôt en faveur de la poursuite des « oeuvres « de l EIIL..

En tout état de cause, sur le terrain aucun militaire ni français ni amériacain n y mettrait le pied..Les Papas ne veulent pas des morts de chez soi, zéro mort de chez soi et au diable et à la peste les irakiens et les syriens, moins il y en a mieux ça vaut… surtout qu on a occupé les deux alliés de la Syrie (Iran et Russie..) par des bagarres d arrière basse cour…

**C’est de l’esbroufe.

Cela ne les inquiète pas du tout puisque Daech et autres sont leurs créations.
Chacun sait qu’il suffit de ne pas les armer et les financer pour que tout s’arrête en une semaine!
Le calcul de ces géniteurs est tout autre car la stratégie érigée pour le MO reste intacte. Ce n’est pas quelques dissidents de ces groupes qui vont faire changer leurs stratégies et leurs objectifs.
Ils cherchent seulement à neutraliser une faction de Daech en l’éloignant de l’Irak vers la Syrie qui est un objectif qui s’éloigne de plus en plus.
Un énième mensonge diversion.

******************************

L'ingérence étrangère a déstabilisé la Libye

*En destabilisant des pays entiers,

L’OTAN a créé l’enfer en Méditerranée

Le chaos provoqué en Libye et en Syrie a donné naissance à cette autre forme d’exil: l’immigration clandestine.

arton26152-457dc

*Les expéditions militaires, les bombardements, les soutiens logistiques qui ont été menés contre les pays arabes au Moyen-Orient (Irak et Syrie), en Afghanistan ou au Maghreb (en Libye) au nom de la liberté et de la démocratie sous la bannière de l’Otan pour mettre fin au règne sans partage de leurs dirigeants ont tous accouché de situations chaotiques.
Elles ont tissé le lit du terrorisme international, instauré des climats de guerre civile et de terreur imposés par des factions tribales rivales qui ont fini par régner en maître sur des pans de territoire. Parachevant ainsi la partition de ces pays. Y rester revient à hypothéquer chaque jour sa propre vie. Devant un tel dilemme, il ne reste plus qu’à fuir. Quitte à le faire par la mer. Un triste destin pour ces populations qui préfèrent affronter les vagues en furie de la Méditerranée sur des embarcations de fortune au péril de leurs vies, plutôt que de vivre l’enfer chez eux. Ce n’est en définitive que la conséquence d’interventions militaires étrangères qui ont déstabilisé leurs pays d’origines.
Les Etats-Unis, la France, la Grande- Bretagne… et d’autres grandes puissances qui ont pris la tête de ces «croisades des temps modernes», ne sont en effet pas étrangères au drame vécu par ces milliers d’enfants, de femmes et d’hommes. Elles en sont responsables! On voit bien ce qu’ont donné, la guerre d’Irak pour mettre fin au règne de Saddam Hussein, l’intervention militaire en Libye pilotée par l’ancien président français Nicolas Sarkozy pour faire tomber l’ex-dirigeant de la jamahirya, Mouaamar El Gueddafi ou bien encore l’appui aérien apporté à la rébellion syrienne pour écarter Bachar el Assad. Trois conflits.
Trois pays où règnent une terreur quotidienne et la mort que sèment des groupes armés incontrôlables. Un chaos qui a donné naissance à cette autre forme d’exil: l’immigration clandestine. Le moyen pour y postuler: réunir toutes ses économies ou emprunter à se saigner les quatre veines pour remplir les poches de mafieux sans scrupules à la tête de ces filières qui tirent profit de la détresse d’innocents. Des populations qui ne souhaitent que fuir les rafales de Kalachnikov, les tirs à l’arme lourde, ou les bombardements aveugles de cette coalition occidentale qui au nom du respect des droits de l’homme ont favorisé le règne de la terreur, quand ce n’est pas la lame acérée du couteau des sanguinaires islamistes de Daesh. Plus de 700 personnes ont péri en mer dans les eaux libyennes le 19 avril 2015. Elles tentaient de rejoindre l’Italie, terre de prédilection des candidats à l’immigration. Cette tragédie a ému le Vieux Continent. «On ne peut tolérer que la mer Méditerranée devienne un grand cimetière», avait a tonné le Pape François s’adressant aux institutions européennes. Que propose l’Europe qui a une responsabilité incontestable dans ce drame humain qui se joue aujourd’hui à sa porte?
Le commissaire européen chargé du dossier de l’immigration, Dimitris Avramopoulos, est également attendu à Luxembourg, en vue de contribuer à la préparation d’ «une nouvelle stratégie» européenne sur l’immigration, à présenter la mi-mai rapporte L’Expression dans son édition du 21 avril. Une autre façon de se voiler la face. Cela témoigne tout simplement d’une évidente mauvaise foi pour ne pas identifier les tenants et les aboutissants de cette tragédie humaine. Pour se laver des mains éclaboussées par le sang de milliers d’innocents. Victimes collatérales d’expéditions militaires occidentales conduites au nom d’une certaine conception de la liberté…*Par Mohamed TOUATI - Jeudi 23 Avril 2015–L’Exporession

La force n'est pas une option assurent des experts

*Lutter contre les passeurs de clandestins en Méditerranée

* l’emploi de la force est illusoire et impossible en la matière, assurent des experts.

Hier, à la veille d’un Conseil européen extraordinaire convoqué en urgence à Bruxelles après des naufrages meurtriers de bateaux de migrants, des responsables italiens ont réitéré leur désir de voir l’UE «combattre les marchands d’esclaves du XXIe siècle». Et mardi le Premier ministre britannique David Cameron avait dit vouloir empêcher les migrants de prendre la mer. «Il faut le dire clairement», assure cité par l’AFP, l’ex-amiral français Alain Coldefy, «cette question est totalement insoluble en termes militaires. Des responsables politiques m’ont plusieurs fois posé la question de ce qu’on pouvait faire pour endiguer ce trafic par la force, et la réponse est simple: rien». «Une fois que ces bateaux chargés de migrants ont quitté les eaux libyennes, on ne peut qu’appliquer les réglementations internationales, c’est-à-dire porter secours aux personnes en danger», ajoute l’ex-officier, ancien inspecteur général de l’armée française. «Comment voulez-vous empêcher ces embarcations de prendre la mer: en leur tirant dessus? Les marines de guerre ne sont absolument pas faites et équipées pour ce genre d’opération». «Ce qu’on sait faire, c’est prendre le contrôle de grosses unités, de paquebots ou de cargos: on descend des forces spéciales depuis des hélicos, ils s’emparent de la passerelle et du navire», ajoute-t-il. «Mais avec ce genre de bateau bourré de clandestins en panique, c’est impossible». Le ministre italien de l’Intérieur Angelino Alfano a également suggéré, pour «lutter contre les marchands de mort», de «couler leurs bateaux avant qu’ils ne prennent la mer». Pour l’auteur britannique Matt Carr, auteur du livre «Fortress Europe, dispatches from a gated continent», «l’idée de détruire tous les bateaux sur la côte libyenne n’a tout simplement aucun sens. Comment faire la différence entre un bon et un mauvais bateau? Et les simples pêcheurs qui ne cherchent qu’à gagner leur vie? Se focaliser sur les passeurs est une façon trompeuse et hypocrite d’envisager le problème», ajoute-t-il. «C’est un à-côté. Cela permet à l’Europe d’éviter de voir que les trafiquants n’existent que pour aider les candidats à l’immigration à contourner les restrictions que l’Europe a mise en place».
Quant à établir un blocus maritime des côtes libyennes ou à en contrôler les ports, cela équivaudrait à une entrée en guerre, inenvisageable sans une résolution des Nations Unies. «Prendre le contrôle des ports libyens, cela voudrait dire une opération internationale, une décision de l’ONU et là à coup sûr pour commencer la Russie y mettrait son veto», précise Alain Coldefy. «On les a un peu blousés en 2011 (lors de l’opération internationale qui a abouti à la chute de Maâmar El Gueddafi), cette fois ce sera le veto tout de suite».
D’autant plus, confie Kader Abderrahim, chercheur-associé à l’Institut de recherches internationales et stratégiques (Iris), spécialiste de la région, que «c’est un pays avec deux gouvernements, deux Parlements, plus de 150 milices, 60.000 hommes armés au bas mot. On se retrouverait comme des pigeons dans un champ de foire. Intervenir, ça veut dire quoi? Avec quel objectif?» «La solution ne pourra en aucun cas être militaire», ajoute-t-il. «Faire un blocus? Mettre cinq mille bateaux en Méditerranée, poser des mines comme pendant la dernière guerre? C’est absolument incontrôlable. Il faut s’attaquer à la cause du problème, pas à sa conséquence (…) Ceux qui sont déterminés à venir trouveront toujours des points d’entrée. Ça rapporte tellement d’argent que les trafiquants seront toujours très créatifs en la matière. Il est impossible de tarir cette source par la force».* Jeudi 23 Avril 2015–L’Exporession

*L’assassinat d’ El Gueddafi était programmé par la France de Sarkosy

La France de Sarkozy a bénéficié de la complicité d’un des proches d’El Gueddafi pour localiser la position de ce dernier et mettre fin à sa vie.

Gueddafi reçu par Sarkozy du temps de sa splendeur

C’est au moment où elle s’est déclarée candidate aux prochaines élections présidentielles et au moment même où la France et les USA ne font plus bon ménage depuis la découverte des opérations d’espionnage de la NSA à l’égard de trois présidents français dont Sarkozy, que des e.mails semble-t-il appartenant à Hillary Clinton, «révèlent les dessous de l’intervention française en Libye», rapporte le site d’investigation français Mediapart. Pourquoi maintenant?
A qui profite la médiatisation des courriels destinés à l’ancienne secrétaire d’État des États-Unis? En tout cas on aborde «les intérêts économiques, le rôle controversé de Bernard-Henri Lévy (BHL), intervention des services secrets français et exécution du dirigeant libyen, Mouammar El Gueddafi… Décryptage des principaux enseignements: d’apparence la France souhaitait protéger la population notamment à Benghazi, qu’on considère comme le coeur de la révolution contre le défunt El Gueddafi, mais les enjeux sont beaucoup plus importants que la survie d’une population qui ne signifie rien pour la France, ni pour ses alliés d’ailleurs, comme la Grande-Bretagne et les USA. Il est clair que les USA cherchent à se faire blanchir de leur complicité dans ce qui s’est passé en Libye.
Un pays complètement détruit aujourd’hui sur tous les plans. Dans ces correspondances électroniques, l’ancien président français Nicolas Sarkozy «voulait redorer le blason et restaurer le prestige de l’armée française», rapporte le site Médiapart qui ajoute: «C’était une occasion pour réaffirmer la place de puissance militaire…et tirer des avantages économiques». Quand on sait aussi qu’El Gueddafi avait financé la campagne électorale de Sarkozy, cela devient à l’évidence une raison pour l’ancien chef de la France de lui ôter la vie.
En même temps, «l’intervention militaire donnera ainsi des avantages économiques et des contrats pour les entreprises françaises». C’est peut-être là tout l’intérêt de la France de Sarkozy qui a effectivement réussi grâce à une complicité d’un des proches d’El Gueddafi de localiser la position de ce dernier pour mettre fin à sa vie et jouir des richesses énergétiques d’un pays qui n’existe désormais que par le nom.
Le même site et dans ce contexte précis, souligne que la visite de certains grands patrons français de l’industrie pétrolière traduit parfaitement cette volonté de tirer un maximum de profits économiques.
Médiapart dévoile aussi «ces chefs d’entreprises, réputés proches de Sarkozy, qui arrivaient en avion puis repartaient «discrètement» par route vers l’Égypte, escortés par des éléments paramilitaires de la Direction générale de la sécurité extérieure, (Dgse)». Selon un email adressé à Hillary Clinton, le fameux CNT a été crée par la France qui nommera ses pions Mustapha Jalil et le général Abdelfattah Younès.
La France prendra sur elle le financement du CNT, qu’elle dirigeait de façon indirecte. Soutenu par un certain Bernard-Henry Lévy (BHL), qu’on présente comme un philosophe et un grand militant des libertés, le CNT suivait les conseils et les instructions de la France sans discussion, rapporte le site, en ajoutant que le sort du leader libyen était déjà scellé et que ce n’était qu’une question de temps.
Les Etats-Unis, par ces emails qu’on ne dévoile qu’aujourd’hui, deviennent complice dans l’exécution du colonel Mouammar El Gueddafi. Il ne serait pas étonnant que dans la situation actuelle de la Libye, qui vit au rythme des violences, permettront à la France de mettre en marche la partition de la Libye. Là où Sarkozy a échoué, Hollande pourrait réussir.
Les USA ne bougeront pas le petit doigt, même s’ils détiennent beaucoup plus que ce qui a été «volontairement» dévoilé, pour des raisons d’influence.
Rien n’excuse le silence des USA qui a été partie prenante dans la destruction d’un pays et de son peuple et notamment l’assassinat d’un chef d’Etat. *Par Ikram GHIOUA - Mardi 30 Juin 2015-L’Expression

**Si la guerre en Libye n’avait pas eu lieu, Boko Haram n’aurait pas existé

L’ambassadeur d’Algérie au Cameroun, Merzak Bedjaoui, a dit tout haut ce que pensent les décideurs algériens en général et les diplomates en particulier.

En effet, le diplomate algérien, qui était l’invité du Café politique du club des journalistes politiques du Cameroun, a, avec beaucoup de franchise, dénoncé l’ordre mondial gouvernant ainsi que la politique de la France qui a agressé militairement la Libye ce qui a engendré une déstabilisation de la région et une extension du terrorisme.

« Si la guerre en Libye n’avait pas eu lieu, Boko Haram n’aurait pas existé » a soutenu le diplomate algérien. Autrement dit, c’est l’intervention militaire occidentale et française en particulier de Nicolas Sarkozy qui a donné naissance au groupe extrémiste Boko Haram.

Parlant de l’Algérie et de sa lutte contre ce phénomène, l’ambassadeur souligne que « L’Algérie a fermement combattu le terrorisme à travers la déradicalisation. Elle est très importante. L’Algérie a eu une attitude claire dès le début. Certains pouvoirs étrangers ont mis la pression sur l’Algérie, mais elle a refusé d’effectuer tout paiement » (de rançons NDLR).

Pour  Merzak Bedjaoui, ce sont ces différentes rançons versées qui financent l’expansion du terrorisme, la raison pour laquelle l’Algérie a suggéré à l’ONU de criminaliser le paiement desdites rançons ajoute le diplomate.

Revenant sur la politique de la France en Afrique, l’ambassadeur soutient que l’ancienne puissance coloniale met tout en œuvre pour maintenir le continent, en particulier l’Algérie, sous son joug colonial. «Ça n’a jamais été simple. L’Algérie n’a pas besoin de ce pays (la France, NDLR); c’est ce pays qui a besoin de l’Algérie. »

Interrogé sur les problèmes de santé de chefs d’États africains relayés par les médias occidentaux, Merzak Bedjaoui martèle qu’on « ne dirige pas un pays avec les pieds, mais avec sa tête ». N’écoutez pas ce qui est propagé à grands renforts par les pays étrangers. En Allemagne, le ministre de l’Économie est sur un fauteuil roulant ; aux États-Unis, Roosevelt qui a fait quatre mandats avait des soucis de santé, il en est de même de l’ancien Président d’un pays dont je ne vais pas citer le nom ici. À notre sens, Jacques Chirac a fait deux mandats et « menti » sur sa santé. Mais quand c’est chez nous, ils montrent que c’est un drame » a-t-il fait valoir.

Dans le même ordre d’idées, il soutient que l’ordre mondial en place n’est pas propice au développement des pays africains. «L’Algérie a proposé un nouvel ordre international parce qu’il ne faut pas se leurrer il y a un ordre international qui autorise ou pas le développement. Le prix du pétrole est fixé ailleurs. Dès lors, comment maîtriser le budget ?», se demande t-il.

L’Algérie, poursuit l’ambassadeur Merzak Bedjaoui, a échappé au « diktat » des bailleurs de fonds. « L’Algérie avait une dette de 44 milliards de dollars, au taux d’intérêt de 17%. Elle a remboursé par anticipation 116 milliards de dollars. Cela n’a pas été facile, car les pays prêteurs refusaient d’être remboursés. Mais, cela a permis à l’Algérie d’accumuler des réserves de change suffisantes qui évitent au pays de s’endetter sur le marché international. » –Par Djamil Mesrer | 20/05/2016 | algerie1.com

******************************

**Le combat douteux de Manuel Valls

Le Premier ministre français

L’ancien maire d’Evry avait déjà défrayé la chronique, lors d’une brocante en juin 2009, lorsqu’il avait fait des commentaires qui sentaient fort le racisme d’un «élu de gauche».Et de trois! Le Premier ministre français, Manuel Valls, vient de provoquer une nouvelle polémique, au lendemain de l’attentat contre une usine en Isère. Mettant en garde les Français contre «une menace terroriste majeure», s’inscrivant dans «la durée», il a utilisé pour la première fois l’expression controversée de «guerre de civilisation» face au «terrorisme» islamiste. Il a, dès lors, appelé à la mobilisation pour gagner ce qu’il considère, singulièrement précisera-t-il plus tard, «une guerre de civilisation». Face aux réactions, il dénoncera une incompréhension ou une manipulation de son vocabulaire, recourant aux savantes valses de circonstances.
Ce fut la même argutie utilisée en février dernier quand il commenta l’attentat de Copenhague, en lâchant l’anathème d’«islamofascisme», laissant le soin aux grammairiens du PS de trouver les explications de nature à satisfaire et les uns et les autres. Il avait, ce jour-là, passablement enthousiasmé l’état-major de Nicolas Sarkozy qui trouvait des similitudes intéressantes dans le vocable de Valls enclin à brandir le verbe menteur de George W. Bush, jusqu’à rappeler le fameux «axe du mal». L’ancien maire d’Evry avait déjà défrayé la chronique, lors d’une brocante en juin 2009, lorsqu’il avait fait des commentaires qui sentaient fort le racisme d’un «élu de gauche». Pour se justifier, Manuel Valls avance toujours l’argument d’une manière de slalomer sur les attentes de l’électorat, dans toute sa diversité et ses antinomies. Mais il s’avère éculé. Sans doute, l’ancien conseiller en communication du candidat François Hollande à l’Elysée, en 2012, a-t-il apprécié la «vanne» de François Hollande, lors du dîner communautariste annuel du Consistoire juif (Crif), le 16 décembre. Hollande avait alors publiquement estimé que Manuel Valls «était rentré d’Algérie sain et sauf», ajoutant que «c’est déjà beaucoup». Malheureux dérapages ou quintes du subconscient? Les deux, vraisemblablement. Depuis quelques années, la classe politique française tout entière rivalise de ces propos incendiaires, bons mots et sous-entendus. La crise est durable, le racisme est ambiant, le bouc émissaire tout désigné. Les attentats odieux et gravement préjudiciables à l’islam et à toute sa communauté, dans ses diverses composantes ethniques, que mène l’EI ont des conséquences désastreuses sur ces communautés en France, en Allemagne, en Belgique, en Grande-Bretagne, notamment. Bien sûr que les discours officiels tendent à affirmer, la main sur le coeur, qu’il n’y a pas de place à l’amalgame entre terrorisme et islam. Mais dans les faits, mais dans les propos discrets ou secrets, l’amalgame est tentant et nombreux sont les dirigeants qui y souscrivent dans l’espoir qu’il rapporte des dividendes électoraux, surtout face à une droite et une extrême-droite belliqueuses. C’est ce qui sous-tend les algarades de Manuel Valls, qui ne craint pas de redonner la «nausée» à Jean-Luc Mélenchon pourvu que soit assurée sa pole position pour 2017, au cas où… Incroyable cécité que celle-là qui consiste à supposer acquise l’adhésion de la gauche unie, autour d’un candidat qui, depuis son arrivée à Matignon, est souvent comparé à Sarkozy. Ses références bushistes ne l’avantagent pas précisément, et c’est à se demander s’il n’aurait pas lui-même mené volontiers la sale guerre contre la Libye d’El Gueddafi, nourrissant par-là même le monstre de Daesh qu’il prétend combattre en stigmatisant des communautés entières, désignées à la vindicte.
Soutenu par des Cambadélis et contesté par des élus comme Julien Dray, Valls a un goût prononcé pour ces formules qui font «tilt», quitte à soulever un tollé général, convaincu que l’excès bénéficie toujours de la lumière la plus intense. Et ses sorties, maintes fois excessives et sans cesse contrôlées, sont autant de provocations politiciennes destinées à lui attirer la sympathie d’un électorat dont il pense qu’il peut «glisser» hors des rets du Front national. Gageure indicible, pari insensé qui tend à lâcher la proie pour l’ombre. Quelle arrogance peut-elle motiver de la sorte un homme fortement contesté dans son propre camp et quelle morgue le pousse ainsi à braver les moulins à vent de l’extrême droite, en rivalisant au coude-à-coude avec les héraults habituels du racisme et de la xénophobie? Peut-être des valeurs confusément partagées? L’avenir proche le dira, car il est évident que la gauche en 2017 aura un sacré retour de boomerang. *Par Chaabane BENSACI - Mercredi 01 Juillet 2015/ L’Expression

*************************************

Une réponse à “Les «malfaiteurs» de la géopolitique.3”

  1. 18 06 2015
    sdorttuii plmnr (12:13:25) :

    The subsequent time I read a weblog, I hope that it doesnt disappoint me as a lot as this one. I imply, I know it was my option to learn, however I truly thought youd have something fascinating to say. All I hear is a bunch of whining about something that you may repair when you werent too busy in search of attention.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...