Durban II – Déclaration finale contre le racisme

C’est dans un climat de « crise politique » que s’est réveillée, hier matin à Genève, la conférence onusienne sur le racisme. Dans la salle de conférence, une atmosphère qui tranche avec celle de la veille. Gueule de bois et humeur peu décontractée, c’est dans cette ambiance de « damage control» que les participants à la conférence de Durban II, ont essayé de sauver ce qui peut encore l’être, après les évènements enregistrés à l’ouverture de ce sommet. Il y avait véritablement le sentiment qu’il fallait aller de l’avant en adoptant un «texte final », trois jours avant la clôture de Durban II. D’ailleurs les délégations européennes qui avaient quitté la salle lors du discours du président iranien, ont repris leurs places à l’exception du représentant de la république Tchèque qui assure la présidence tournante de l’Union. Quant aux absents, États-Unis, Israël, Allemagne et Pays-Bas, le président de la conférence, Amos Wako, leur a adressé un message mentionnant que « cela montre que le boycott n’aide en rien, ce qui prouve que l’on peut s’impliquer de manière constructive», a-t-il déclaré. L’ONU a, en tout cas, vu sa crédibilité « remise en jeu ».Ayant craint de payer la « controverse » traduisant un « semiéchec » de Durban II, cette organisation ainsi que les délégations présentes à la conférence à Genève, espèrent maintenant en avoir fini avec la polémique. En adoptant cette déclaration finale, elles souhaitent passer à autre chose, notamment leurs travaux consacrés à la pauvreté et la discrimination, tout en négligeant, le « sionisme » des juifs. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon a félicité l’adoption de ce « consensus », espérant par conséquent que « les États membres qui n’ont pas participé rejoindront bientôt la communauté internationale dans le combat contre les fléaux du racisme et de la discrimination raciale », a-t-il conclu. Selon lui, le texte adopté, fruit de longues et âpres négociations, réaffirme la déclaration et le programme d’action de Durban de 2001 (DPAD), mais celle-ci a été nettoyée de tous les sujets de discorde. En particulier, les mentions d’Israël et de diffamation des religions, considérées comme des « lignes rouges » par les Occidentaux en ont été retirées, tandis que le paragraphe sur la mémoire de l’Holocauste était maintenu, contre l’avis de Mahmoud Ahmadinejad. Par ailleurs, l’organisation de défense des droits de l’Homme, Human Rights Watch (HRW), a appelé, hier, les pays qui ont boycotté Durban II, dont les États-Unis, à se rallier à la déclaration finale adoptée à Genève. « Les États qui ont boycotté la conférence devraient rejoindre le consensus mondial contre le racisme », a souligné la directrice de HRW Juliette de Rivero. « En faisant cela, ils peuvent faire en sorte que la conférence reste dans les mémoires pour son engagement en faveur des victimes du racisme et non à cause du discours du président iranien », a-t-elle souligné. (Le Courrier d’Algérie)

***************************

*Les principaux points de la déclaration 

Dans la déclaration de la Conférence de « Durban II » de l’ONU sur le racisme adoptée, mardi soir à Genève, il a été conclu que: – Sur le programme d’action adopté en 2001 à Durban, le texte : Réaffirme la Déclaration et programme d’action de Durban (DDPA) tel qu’il a été adopté à la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée; – Sur l’intolérance raciale et religieuse, le texte : Déplore l’augmentation globale du nombre de manifestations d’intolérance et de violence raciale et religieuse, dont l’Islamophobie, l’antisémitisme, la Christianophobie et l’hostilité anti-arabe (…); – Sur l’esclavage, l’apartheid, le colonialisme et le génocide, le texte : Rappelle que l’esclavage et le trafic d’esclaves dont l’esclavage transatlantique, l’apartheid, le colonialisme et le génocide ne doivent jamais être oubliés et à cet égard accueille favorablement les actions entreprises pour honorer la mémoire des victimes; – Sur l’Holocauste, le texte : Rappelle que l’Holocauste ne doit jamais être oublié (…); – Sur les peuples autochtones, le texte : Salue l’adoption de la déclaration des Nations unies sur les droits des peuples indigènes (…) et presse dans ce contexte les États à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre les droits des peuples autochtones conformément aux instruments internationaux sur les droits de l’Homme sans discrimination; – Sur les migrants, le texte : Presse les États d’empêcher les manifestations de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et d’intolérance qui lui sont associées aux zones frontières et points d’entrée, en particulier envers les immigrés, les réfugiés et les demandeurs d’asile, et encourage dans ce contexte les États à concevoir et appliquer des programmes de formation pour les fonctionnaires des forces de l’ordre, des services d’immigration et aux postes frontières, (…) en vue de les sensibiliser au racisme, à la discrimination raciale, à la xénophobie et à l’intolérance associée.

*******************************

* L’Algérie réaffirme sa position anticolonialiste

Le représentant permanent de l’Algérie à l’ONU, à Genève, Idriss Jazaïry, a affirmé que la politique extérieure de l’Algérie de soutien aux peuples sous domination coloniale ou étrangère s’inscrit dans le prolongement de ses priorités internes. « Dès son indépendance, l’Algérie a prononcé la caducité de la législation élaborée par la puissance coloniale qui consacrait la discrimination entre ses habitants musulmans », a souligné Jazaïry lors de la conférence d’examen de Durban qui se tient du 20 au 24 avril 2009. Jazaïry a précisé, à cet égard, que la politique extérieure algérienne de « soutien aux peuples sous domination coloniale étrangère ou victimes d’autres formes de racisme spoliateur, s’inscrit dans le prolongement des priorités internes » de l’Algérie. Il a ajouté que si « la citadelle de l’Apartheid s’est effondrée sous les coups de boutoir du peuple d’Afrique du Sud », il en « subsiste cependant des survivances sous d’autres latitudes » et « rares sont ceux qui ont le courage de les dénoncer et de tenter de les juguler ». Pour Jazaïry, face aux pillages des ressources naturelles des territoires occupés par des nations « qui se disent démocratiques et respectueuses de la dignité humaine », les Nations unies « doivent promouvoir des mesures plus hardies en vue de l’élimination rapide de ces pratiques prédatrices, attentatoires aux droits des peuples et qui sont une des formes économiques les plus abjectes de racisme ». Dans ce cadre, il a également qualifié d’ « abjecte », l’arrogance raciste ayant conduit encore tout récemment, au nouveau massacre, cette fois à Ghaza, d’un millier de civils, femmes et enfants compris, que « les incidents de la cérémonie d’ouverture (de cette conférence) ne réussiront pas à occulter ». Plaidant pour la réparation des dégâts causés aux pays d’Afrique ayant été ou qui sont encore colonisés, Jazaïry a estimé qu’il faut, à tout le moins, leur consentir « une protection des personnes contre les formes nouvelles de discrimination raciale », comme le revendiquent des pays. Evoquant la réémergence de la discrimination raciale sous ces nouvelles formes, il l’a attribuée « soit à des législations nationales laxistes, soit à des lacunes dans les instruments internationaux existants » qu’il convient de « combler au moyen de normes complémentaires ». Jazaïry, qui a expliqué que la participation de l’Algérie à cette conférence était dictée par « le souci de recherche de consensus et non de confrontation », il a rappelé qu’elle a pris part à la mise au point du document final de la rencontre qui « a été expurgé de tous les sujets qui fâchent les pays riches ». Le diplomate algérien a déploré le boycott de ce rendez-vous onusien par certains pays riches, soulignant que ce boycott « témoigne d’une réticence à défier directement le racisme dans leur propres sociétés ou à affronter ses conséquences sur les pays précédemment colonisés ». En allusion à l’absence des Etats-Unis de cette conférence, il a relevé que ce pays a administré aux participants « la preuve la plus éclatante de sa réussite sur le terrain dans la lutte contre le racisme », les « privant ainsi, d’un message exaltant d’espoir ». Jazaïry a également relevé une autre « frileuse réticence », celle du « refus de ratification par des pays riches de la Convention pour la protection des travailleurs migrants et de leurs familles ». Pour le représentant algérien, « boycotter collectivement le multilatéralisme, c’est boycotter la tolérance à vivre en paix l’un avec l’autre », en citant le préambule de la Charte des Nations unies. « C’est le faire doublement lorsqu’il s’agit d’une conférence de lutte contre le racisme », a-t-il dit, ajoutant que depuis la Deuxième Guerre mondiale, même durant la guerre froide, cette « ligne rouge » n’avait pas été franchie, et ce, « pour éviter les funestes conséquences d’un effondrement du multilatéralisme ». Enfin, il a appelé à faire échec « aux manipulations d’inspiration raciste visant à discréditer le multilatéralisme après avoir tenté en vain de transformer le document final de la conférence, en un document final du révisionnisme des positions en engagements de Durban ». 

******************************

*Ahmadinejad accueilli en «héros» à Téhéran

Vingt quatre heures après avoir condamné « la politique d’Israël» notamment basée sur le « violent racisme » à l’égard des palestiniens et qui s’apparente de plus en plus à de la purification ethnique, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a été accueilli en « héros » par ses sympathisants à Téhéran. Fier de sa prestation à Genève, Ahmadinejad est revenu au pays une fleur à la main. L’objectif du président iranien a visiblement été atteint. Effectivement, le leader iranien est le seul à avoir eu le courage de dire ce que doivent dire les « responsables arabes ». Il voulait, par son discours à Genève, dénoncer Israël et ses alliés qui le soutiennent aveuglément ne faisant qu’entretenir le « racisme ». Hélas, ses propos ont été condamnés d’«antisémites» à l’encontre de l’Etat hébreu. En effet, lorsque, dans la communauté internationale, une personnalité comme Ahmadinejad, met le doigt sur le « racisme » adopté sans aucun doute par Israël, c’est le scandale. Alors que Israël se fout complètement des résolutions de l’ONU avec l’accord tacite des États-Unis et que tout le monde d’ailleurs s’entend à le reconnaître. A force d’adopter la politique de l’autruche vis-à-vis de la politique d’Israël, ces ignorants ne font qu’exaspérer la « haine et l’incompréhension ». De ce fait, il est clair qu’il n’y aura aucune solution aux problèmes du Moyen-Orient tant qu’Israël n’aura pas adopté une politique de respect et d’équilibre vis-à-vis de ses voisins. Le boycott des amis inconditionnels d’Israël à la conférence onusienne sur le racisme de Genève, à savoir l’Allemagne, le Canada et les États-Unis qui n’avaient même pas daigné s’y faire représenter, en est la preuve. De quoi ces partisans du boycott avaient peur ? Est-ce dans la peur de froisser les relations israéliennes ? Ou bien, y a-t-il une autre raison ? Ne voulant pas voir Ahmadinejad, à savoir courir le risque de l’entendre déblatérer sur Israël, ces pays ont boycotté la conférence, tandis que d’autres y sont allés, mais ont claqué la porte de la conférence à quelques minutes de la prononciation du discours de Ahmadinejad. Ils ont tout simplement fui. Mais quand il est refusé, en dépit des multiples résolutions de l’Organisation des Nations unies, au peuple palestinien une terre pour la construction de son État-Nation, ils sont tous présents. Ce faisant, tant que ces pays fuient le débat sur cette question, des gens de la trempe du Fou de Téhéran et d’Oussama Ben Laden ne vont pas se priver de défendre cette cause. En outre, les occidentaux devraient remercier le président iranien, de n’avoir accusé de « racisme » que le gouvernement israélien, notons qu’il aurait pu les accuser.(Le Courrier d’Algérie) 

****************************

*Le racisme n’est pas mort …

Le racisme est un fléau ancien qui a traversé les siècles et contre lequel aucune société n’a pu être immunisée. Au XIXe siècle, des écrits tels que l’«Essai sur l’inégalité des races humaines» du comte Arthur de Gobineau, diplomate et écrivain français, ont fleuri, servant de justificatifs à des groupes racistes. Le racisme a donc ses défenseurs dont certains ont osé l’institutionnaliser; il y en a toujours puisqu’il trouve encore place dans des discours, jusque dans des campagnes électorales de pays démocratiques (contre les immigrés). Et, grâce aux manipulations génétiques, l’eugénisme menace. D’où la nécessité d’une vigilance permanente de la part de ceux qui sont convaincus que l’espèce humaine est une dans sa diversité.
Tirant les leçons des malheureuses expériences passées, la communauté internationale a décidé de s’unir pour combattre ce crime contre l’humanité. En 1950, après les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, l’Unesco a adopté une Déclaration sur «la Question raciale», un document signé par plusieurs scientifiques qui dénonçaient et remettaient en cause les théories racistes. L’Unesco organisa ensuite à Genève, en 1978 et en 1983, deux Conférences mondiales de lutte contre le racisme, auxquelles ne participèrent pas – déjà – les Etats-Unis et Israël. Celle de 1978 traita en particulier de l’apartheid qui constituait un exemple de racisme institutionnalisé. Donc, la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui a eu lieu en 2001, à Durban (Durban I), et la Conférence d’examen qui se déroule à Genève, du 20 au 25 avril 2009 (Durban II) sont, en fait, les 3e et 4e Conférences mondiales sur cette importante question. L’organisation de ces deux dernières a été confiée par l’ONU au Haut Commissariat aux droits de l’homme, car le racisme est un phénomène odieux qui constitue une négation de ces droits dont il est l’une des questions globales. Son traitement ne peut être que global et constitue une obligation morale et politique pour tous les membres de la communauté internationale. En outre, il existe une Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale qui fait obligation aux Etats de présenter des rapports périodiques.
La lutte contre la discrimination raciale n’est pas une tâche aisée, comme en témoignent les débats houleux et chargés de passion qui ont caractérisé Durban I. La Conférence avait réussi, néanmoins, à adopter une Déclaration et un programme d’action, malgré l’absence de certains pays, dont les Etats-Unis et Israël. Ce texte constitue un document de l’ONU applicable à tous puisqu’il sert de base à la tenue de Durban II qui doit faire le point sur sa mise en oeuvre. Il n’est donc pas surprenant que le scénario de Durban I se renouvelle à l’occasion de Durban II. Dans les réunions traitant des droits de l’homme, les empoignades sont fréquentes (nous verrons pourquoi); elles ne doivent pas être dramatisées outre-mesure. Durban II ne pouvait déroger à la règle au vu de ce qui s’est passé à Durban I et de ce qui s’est passé aussi durant les huit années qui séparent les deux Conférences.
Principalement les agressions israéliennes contre le Liban et Ghaza qui ont été ruineuses pour l’image d’Israël. Ce dernier ne pouvait que craindre de telles Conférences et a mobilisé tous ses relais, Etats et ONG, dans le but de faire échouer Durban II et, par ricochet, enterrer Durban I. Peine perdue, au demeurant, puisque la Conférence de Genève dite Durban II a déjà adopté sa Déclaration finale.
Cette Conférence a été ouverte le 20 avril 2009 dans un climat pesant, en raison de l’absence de certains pays qui ont préféré le faux confort de la chaise vide aux débats toujours «vigoureux et éprouvants» qui caractérisent les réunions traitant des questions de droits de l’homme. Le discours du président iranien, dont le contenu était au demeurant fort prévisible, a servi de prétexte à d’autres pays occidentaux pour quitter théâtralement la salle.
Nous avons ici un exemple-type de politisation des droits de l’homme. Cette politisation, qui a eu aussi pour conséquence une polarisation de la défunte Commission des droits de l’homme (C.D.H.) et aujourd’hui du Conseil des droits de l’homme (C.D.H.), fut l’oeuvre de ceux qui veulent faire échouer Durban II. Pendant des décennies, ils ont instrumentalisé la CDH pour en faire une arme de politique étrangère pointée en permanence contre certains pays comme l’ex-Urss puis la Russie, la Chine, Cuba, l’Iran, pour ne citer que quelques exemples significatifs, et contre les pays en voie de développement en général. Certains pays occidentaux s’étaient érigés en seule référence morale et en juges du reste de la planète. Ils avaient tourné le dos à toute concertation, à tout dialogue constructif pour ne prononcer que des oukases, avec une arrogance et un parti pris qui ont fini par mobiliser leurs «victimes», obligées de s’unir pour se défendre. La CDH est ainsi devenue, au fil du temps, un organe de confrontation et d’exclusion alors qu’elle était prévue pour être une enceinte de consultation et un instrument de protection et de promotion des droits de l’homme.
Les plus grandes déconvenues du groupe occidental, ont eu lieu à l’occasion de la session annuelle de la C.D.H. en 1995: rejet par vote du projet de résolution occidental contre le Nigeria; refus de tout projet occidental de résolution sur un quelconque pays africain (Burundi, Somalie, Togo par exemple) n’ayant pas été préparé par ou négocié avec le groupe africain de Genève; création d’un poste de rapporteur spécial sur les déchets toxiques contre la volonté des pays développés; échec d’une tentative d’amendement de l’ordre du jour de la CDH pour supprimer le point concernant la question de la violation des droits de l’homme dans les territoires occupés par Israël; fermeture de l’ONU/ Genève le jour de l’Aïd, contre la volonté du groupe occidental qui ne céda que devant la menace savamment distillée d’une dénonciation publique pour intolérance religieuse (l’ONU ferme pour Pâques, Noël et même la fête païenne de Genève). En outre, certains pays en voie de développement particulièrement actifs avaient réussi à former un noyau dur représentatif de toutes les régions en voie de développement plus la Chine, qui a forcé le groupe occidental au dialogue.
Quelques années plus tard, les Etats-Unis ne furent pas réélus à la C.D.H. et ce pour la première fois depuis la création de cet organe en 1947, alors que les candidatures de la Libye, du Soudan et de la Syrie recueillirent les voix nécessaires. Condoleezza Rice, qui était alors Conseillère pour la Sécurité nationale, qualifia cette décision souveraine des Etats membres de la communauté internationale de «scandale» et le président George W.Bush de «révoltante», décrétant que la C.D.H. n’était plus «crédible». Quant au Congrès, en mal d’inspiration, il a eu recours au chantage contre l’ONU, menaçant de ne pas payer quelque 250 millions de dollars d’arriérés si les Etats-Unis ne retrouvaient pas leur siège lors du prochain renouvellement annuel des membres de la C.D.H.
Cet «affront» fut suivi par un autre: grâce à l’appui ferme du groupe africain, Mme Najat Al-Hajjaji, la représentante de la Libye à Genève, est portée à la présidence de la 59e session annuelle de la C.D.H. qui eut lieu du 17 mars au 25 avril 2003, en pleine guerre d’Irak (C’est Mme Najat Al-Hajjaji qui a présidé le Comité préparatoire de Durban II et a, de ce fait, eu la responsabilité de faire adopter le projet de Déclaration finale qui a été soumis à la Conférence, le 20 avril 2009).
Profitant de la réforme de l’ONU entreprise dès 2003, les Etats-Unis et leurs alliés, n’ont eu de cesse d’enterrer la C.D.H. Après plusieurs mois de négociations, cette dernière fut remplacée par le C.D.H. conformément à la résolution du Sommet du 60e anniversaire de l’ONU en 2005. Ce fut un texte de compromis fait sur la base de calculs politiques. En outre, le C.D.H. est né avec un handicap puisqu’il n’a pas été porté sur les fonts baptismaux à l’unanimité des Etats membres de l’ONU. Le vote demandé par les Etats-Unis sur la résolution en question, a démontré leur isolement puisqu’il a été adopté par 170 voix pour et 4 contre (Etats-Unis, Israël, îles Marshall et Palau). Pour ainsi dire, la quasi-totalité des membres de l’ONU ne suivait pas l’approche américaine en matière des droits de l’homme. En se référant au contexte de l’époque on peut en comprendre aisément les raisons.
Ayant échoué dans leur opposition à la création du C.D.H., les Etats-Unis lui ont tourné le dos une fois mis en place, le condamnant sans attendre de le voir à l’oeuvre. Ils lui reprochent en gros de reconduire les «tares» de la C.D.H. Ils souhaitaient, ainsi que leurs alliés, exclure certains pays, tous en voie de développement, de toute possibilité d’en être membres. L’attitude des Etats-Unis n’était-elle qu’un prétexte pour essayer de geler les activités d’un organe (la Commission puis le Conseil) devenu le lieu de critiques contre ce pays empêtré en Irak, devenu unilatéraliste guerrier, passé du statut d’accusateur à celui d’accusé? On est tenté de le penser lorsqu’on entend le président Obama annoncer la prochaine participation des Etats-Unis aux travaux du C.D.H. alors qu’il a toujours les mêmes «tares».
Ce revirement de la politique américaine rappelle un autre: Nixon reprochait à l’ONU de critiquer la dictature de Pinochet alors que sous Carter, la délégation américaine s’était excusée devant la C.D.H. pour ce soutien.
Ce qui précède donne une idée sur la problématique des droits de l’homme, sur les enjeux et sur les tensions qui règnent dans les enceintes qui en débattent. Les résultats des débats sont de plus en plus des compromis et le texte de la Déclaration finale adoptée par Durban II, qualifiée de «succès» par la Suisse, ne déroge pas à ce qui est devenu une règle. Le texte ne singularise aucun pays (Israël) et la liberté d’expression est sauve grâce à l’esprit de compromis dont ont fait preuve les pays musulmans. Cependant, en prenant le texte dans sa globalité, on peut constater que les portes ont été laissées ouvertes pour poursuivre la discussion des questions controversées dans des cadres plus calmes pour essayer d’éviter toute politisation.
Pour plus de clarté, disons que les griefs faits à certains passages de la Déclaration de Durban I sont infondés, particulièrement celui concernant Israël. Les passages incriminés reprennent des dispositions de résolutions adoptées par l’ONU et respectent le principe de deux Etats vivant côte à côte, en paix et en sécurité, comme on peut en juger: «Nous sommes préoccupés par le sort du peuple palestinien vivant sous l’occupation étrangère. Nous reconnaissons le droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination et à la création d’un Etat indépendant, ainsi que le droit à la sécurité de tous les peuples de la région, y compris Israël.»
Il est vrai qu’à Durban I, les ONG avaient fait vivre à Israël un véritable cauchemar en le qualifiant d’«Etat raciste et d’apartheid» qui commet «des crimes de guerre, des actes de génocide et de nettoyage ethnique». Elles ont adouci leur langage dans leur Déclaration de Genève, mais gardent le cap.
L’ONU a ceci de particulier qu’elle permet de mettre en présence des nations différentes à plusieurs égards pour discuter de leurs problèmes et essayer de régler leurs divergences dans le cadre de la légalité internationale. La politique de la chaise vide est déplorable car elle est une fuite des responsabilités et la négation du dialogue nécessaire pour trouver des solutions qui unissent et assurent la concrétisation des idéaux de la Charte des Nations unies laquelle doit, rester l’ultime référence.
En tant que première puissance mondiale, les Etats-Unis jouent un rôle moteur en bien ou en mal. Il est bien entendu souhaitable qu’ils le fassent en bien. Monsieur Obama, qui semble s’orienter dans cette direction, a déclaré que son pays devrait prêcher par l’exemple. Les droits de l’homme sont un domaine privilégié pour le faire. En boycottant Durban II, les Etats-Unis, qui envisagent de prendre place au Conseil des droits de l’homme, ont perdu une opportunité pour commencer à rejouer le rôle de locomotive qu’ils avaient dans ce domaine avant les attentats du 11 septembre 2001.
En outre, ils s’éloignent de ce que leur président a publiquement proclamé: discuter avec tout le monde y compris ceux avec lesquels on diverge comme l’Iran, par exemple. A ce propos, discours d’Ahmadinejad ou pas, le dialogue entre Washington et Téhéran, qui a commencé à titre informel et dans la discrétion en 2008, avant même la prise de fonction d’Obama, deviendra effectif après les élections iraniennes de juin 2009, car il y va de l’intérêt des Etats-Unis.
M.Obama estime qu’il est noir, mais américain avant tout (discours de Philadelphie le 18 mars 2008, lorsque la question raciale a fait irruption dans la campagne électorale). Ceci peut être une évidence, mais il n’ignore certainement pas l’épaisseur et la solidité du mur racial qui sépare les Blancs et les Noirs dans la société américaine. C’est ce mur qu’il faut abattre à l’échelle planétaire.
Des Conférences comme Durban I et II, celles qui les ont précédées aussi bien que celles, espérons-le, qui les suivront, ne sont que des étapes dans la longue lutte pour la dignité humaine. Elles méritent d’être encouragées. Mais certaines vérités doivent être dites et rappelées. Il se trouvera toujours quelqu’un pour le faire. Les droits de l’homme n’en souffriront pas, ils ne seront que plus renforcés. -Par Hocine MEGHLAOUI – (*) Ambassadeur, ancien vice-président de la Commission des droits de l’homme de l’ONU- Paru dans l’Expression)

 

  

56 réponses à “Durban II – Déclaration finale contre le racisme”

1 2 3
  1. 21 03 2017
    shoes at lowest price (04:56:46) :

    I’m extremely pleased to uncover this web site. I want to to thank you for your time due to this wonderful read!! I certainly liked every single bit of it and i also have you book marked to check out out new things on your net web site

    https://wirisi.com/shoes/women/flats-casual/flats-casual-160922002.html

  2. 19 03 2017
    продажби апартаменти в софия център (14:52:21) :

    Nice post. I learn something more challenging on different blogs everyday. It will always be stimulating to read content from other writers and practice a little something from their store. I’d prefer to use some with the content on my blog whether you don’t mind. Natually I’ll give you a link on your web blog. Thanks for sharing.

    http://www.imotisofia.eu/d0bdd0b5d0b4d0b2d0b8d0b6d0b8d0bcd0b8-d0b8d0bcd0bed182d0b8/d0b0d0bfd0b0d180d182d0b0d0bcd0b5d0bdd182-d0b7d0b0-d0bfd180d0bed0b4d0b0d0b6d0b1d0b0-d0b8-d0bdd0b0d0b5d0bc-d0b4d180d0b0d0b7-d0bcd0b0d185/

  3. 19 03 2017
    бижутерия крючком бусы (10:19:38) :

    Nice post. I learn something more challenging on different blogs everyday. It will always be stimulating to read content from other writers and practice a little something from their store. I’d prefer to use some with the content on my blog whether you don’t mind. Natually I’ll give you a link on your web blog. Thanks for sharing.

    http://www.bijouxtrendy.bg/Зимни аксесоари на едро и дребно онлайн магазин най добрите цени от вносител/ушанки-на-едро-и-дребно-онлайн-магазин/Светлорозова-ушанка-с-уши-заек

  4. 13 03 2017
    cheap shoes (23:48:46) :

    Very excellent website post. I completely appreciate this website. Keep creating!

    https://wirisi.com/shoes/women/fashion-heels-pumps/pumps-heels-160919002.html

  5. 12 03 2017
    айфел парфюм (07:13:49) :

    You made some decent points there. I looked on the internet for the issue and found most individuals will go along with with your website.

    http://www.alo.bg/4662671

  6. 8 03 2017
    meme muayene yardim (12:28:36) :

    Hello! I just would like to give a huge thumbs up for the great info you have here on this post. I will be coming back to your blog for more soon.

    http://www.informator.today/tr/kadin-sagligi/kendi-kendine-meme-muD0B0D183D0B5nD0B5D195D196-nasil-yapilmali/

  7. 6 03 2017
    meme kanseri icin muayene (15:28:49) :

    Nice post. I learn something more challenging on different blogs everyday. It will always be stimulating to read content from other writers and practice a little something from their store. I’d prefer to use some with the content on my blog whether you don’t mind. Natually I’ll give you a link on your web blog. Thanks for sharing.

    http://www.informator.today/tr/kadin-sagligi/kendi-kendine-meme-muD0B0D183D0B5nD0B5D195D196-nasil-yapilmali/

  8. 20 02 2017
    navy blue fascinator headband (17:11:02) :

    I like what you guys are up too. Such intelligent work and reporting! Carry on the excellent works guys I’ve incorporated you guys to my blogroll. I think it will improve the value of my website :).

    https://www.youtube.com/watch?v=j02OY8U5txo

  9. 15 02 2017
    draft kings (04:08:47) :

    I’m commenting to make you be aware of of the excellent encounter my daughter went through visiting your site. She mastered a lot of issues, including what it’s like to possess an ideal coaching mindset to let other individuals completely know precisely various tortuous issues. You undoubtedly exceeded our own expected results. Thanks for distributing such great, trusted, explanatory as well as cool tips on the topic to Jane.

    http://tinyurl.com/draftpromocodefreeentry

  10. 14 02 2017
    ремонт на авторадиатори бургас (08:03:18) :

    This web site is really a walk-through for all of the info you wanted about this and didn’t know who to ask. Glimpse here, and you’ll definitely discover it.

    http://www.avtoradiatori.net/nissan-sunny-aut-90.html

  11. 30 01 2017
    Shona (09:53:07) :

    We are a group of volunteers and opening a new scheme in our community.
    Your website offered us with valuable info to work on. You have done a formidable job and our entire
    community will be thankful to you.

  12. 29 01 2017
    Gay sex live (19:27:42) :

    Having read this I thought it was very informative. I appreciate you taking the time and effort to put this article together. I once again find myself spending way to much time both reading and commenting. But so what, it was still worth it!

    http://www.gaysexreports.com/review-flirt4free.asp

  13. 19 01 2017
    Live gay sex (11:52:00) :

    After all, what a great site and informative posts, I will upload inbound link – bookmark this web site? Regards, Reader.

    http://www.gaysexreports.com/

  14. 16 01 2017
    самолетни билети от варна (22:21:32) :

    Spot on with this write-up, I truly think this website needs much more consideration. I’ll probably be again to read much more, thanks for that info.

    http://www.myfly.bg

  15. 15 01 2017
    Operation Theatres Management Qatar (06:03:56) :

    This web site is really a walk-through for all of the info you wanted about this and didn’t know who to ask. Glimpse here, and you’ll definitely discover it.

    http://www.savant.qa/hospital-information-management-system-doha

  16. 1 01 2017
    cheap logo (17:25:49) :

    I want to start a blog that deals with moral issues. I want people to be able to see it, and also be easy to use and post..

    https://www.fiverr.com/s2/1892a6dbd5

1 2 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...