La France devenue une petite épicerie de proximité

  « L’Etat français est totalement en faillite« 

La France devenue une petite épicerie de proximité media_xll_5507964

Le ministre du Travail Michel Sapin a affirmé dimanche que la France était « un Etat totalement en faillite », en insistant sur la nécessité de poursuivre dans la voie de la réduction des déficits publics. Comme on lui demandait lors du « Forum » Radio J, s’il considérait comme François Fillon, en juillet 2008, être à la tête d’un « Etat en faillite » ou comme Michel Rocard qu’il y avait « le feu », le ministre a répondu: « Mais, c’est un Etat totalement en faillite ». « C’est la raison par laquelle, a poursuivi M. Sapin, il a fallu mettre en place des programmes de réduction des déficits et aucune sirène ne doit nous détourner de cet objectif de la diminution des déficits, c’est fondamental pour le financement de notre économie, et la création d’emplois ».
Le ministre a fait valoir qu’il y avait « une urgence sociale et une urgence économique » et que c’était pour cela que le gouvernement avait « pris des décisions immédiates en terme de relance de l’Europe de la croissance, de politique d’emploi (…) et en même temps agir dans la durée ». Dans une interview au Journal du Dimanche, l’ancien Premier ministre, Michel Rocard (1988-1991), estime qu’ »il y a le feu ». « Aussi longtemps que nous n’aurons pas fait accepter à nos partenaires européens un ralentissement dans la réduction de la dette, nous serons sous contrainte », ajoute-il en plaidant pour ce ralentissement.* AFP-27.01.2013.

dette-publique1-c9e4b

**1.700 milliards d’euros d’endettement en mars 2011

La France avaient de franchi en mars 2011, le seuil fatidique de 1.700 milliards d’euros d’endettement : elle est en faillite, sinon aujourd’hui, demain, inexorablement.

LE VOLUME HORS CONTROLE DE LA DETTE et son impossible apurement:

1700 milliards de dette publique est un montant hallucinant mais, pour autant, nous ne devrions pas en soi être impressionné par ces chiffres lorsque l’on sait qu’au lendemain des guerres napoléoniennes le Royaume-Uni avait fait grimper son taux d’endettement à 250/300% de son P.I.B. Les spécialistes ont démontré que plus que l’importance de la dette en elle-même c’était son cumul avec des taux d’imposition élevés, sans pour autant parvenir à des budgets en équilibre, qui devait nous inquiéter, car, perdant ainsi la totalité des marges de manoeuvre, inexorablement la France court vers la faillite.Agora.vox.mardi 8 mars 2011

***********************************************

*Le marasme dans lequel est enlisée la France

Entre vote de confiance à l’Assemblée nationale et conférence de presse à l’Elysée,  Laurent Mauduit, co-fondateur de Mediapart, publie A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Editions Don Quichotte, le 18 septembre ), un essai qui analyse la situation sans précédent, à laquelle la France se trouve confrontée depuis l’élection de François Hollande, envisage les défis inédits à venir et jette un nouveau regard sur certains des principaux dirigeants socialistes.

Cet essai est aussi une enquête et un livre-témoignage puisque, avec ces hiérarques socialistes, Laurent Mauduit a un passé commun, dans les années 70 et 80, comme membres de l’OCI – Organisation communiste internationale -, formation trotskiste dirigé par Pierre Boussel-Lambert, responsables de la mutuelle étudiante, MNEF, ou du syndicat UNEF.

Dans la ligne de mire de Laurent Mauduit, Manuel Valls, Jean-Marie Le Guen, mais, surtout, Jean-Christophe Cambadélis, ancien président de l’UNEF, député socialiste de Paris et, désormais, Premier secrétaire du Parti socialiste. Laurent Mauduit convoque ses souvenirs, que l’on dit précis, et dévoile un nouveau visage du personnage.

Laurent Mauduit affirme, notamment, que Jean-Christophe Cambadélis aurait injustement soutenu une thèse de doctorat en sociologie. Injustement, car il n’aurait pas été titulaire des diplômes antérieurs exigés pour une inscription en doctorat. Injustement aussi car il aurait bénéficié de l’appui de son directeur de thèse, le professeur Pierre Fougeyrollas, staliniste repenti passé tardivement au « lambertisme ».

Mais, plus encore que ce CV « arrangé », c’est l’atmosphère de ces années, les pratiques de groupe d’ambitieux – « Camba », Valls, le Guen -, leurs instruments – l’entrisme au PS, l’UNEF, la MNEF – que rappelle Laurent Mauduit. Au-delà de l’évocation de ce trio « glorieux », c’est tout l’histoire d’une certaine gauche, d’une certaine pratique de la politique, d’une certaine forme de militantisme que pointe du doigt Laurent Mauduit.*jolpress.com– mercredi 17 septembre 2014

logo-crieur

**La «République des apparatchiks»

 

Sans attendre sa publication, jeudi 18 septembre 2014, un livre est l’objet de toutes les attentions et des rumeurs les plus croustillantes. Ce n’est pas le tome 2 des « mémoires » de Valérie Trierweiler, mais « A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient » dans lequel Laurent Mauduit enchaînerait les révélations compromettantes sur quelques hiérarques du Parti socialiste.

La mise à jour de faits soupçonnés

A table ! Mercredi, Jean-Christophe Cambadélis a eu le « privilège » d’être le premier servi. De l’enquête de l’auteur, façon Mediapart dont il est le co-fondateur, la médiasphère a retenu dans l’ordre les conditions « douteuses » de l’obtention en 1985 d’un doctorat en sociologie, le parachutage « armé », en 1988, dans une des circonscriptions législatives du 19ème arrondissement de Paris et –accessoirement car, après tout, cela se savait… – l’ADN trotskiste – lambertiste pour être précis – du Premier secrétaire du Parti socialiste.

Jeudi, on nous promet que viendra le tour du Premier ministre d’être « mangé » à la sauce Médiapart. Que révèle Laurent Mauduit ? Quelles seront les accusations portées, à quelques décennies d’intervalle, sur le jeune Manuel Valls ? Qu’aura-t-il fait, ou laissé faire, seul ou avec quelques-uns de ses bons amis ? Quelles anecdotes croustillantes nous inviteront à « revisiter » son ascension – de la Rocardie à la Jospinie, jusqu’à la Hollandie – ou encore sa conquête de son bastion d’Évry ? A l’heure où ces lignes sont écrites, le secret reste bien gardé.

Au-delà du buzz…

Une chose parait sûre. Si le plan média, conçu autour de la publication anticipée de « bonnes feuilles » sur le site Mediapart met en avant ces accusations, il y aurait bien plus que cela dans le pamphlet de Laurent Mauduit et ce qui plait, ce qui fait parler, n’est publié qu’en appui d’une démonstration bien plus sérieuse, et peut-être essentielle. « A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient » serait en fait un cri d’alarme, un appel de plus à la réaction devant le destin tragique de notre République.

Philippe Riès, lui-même journaliste à Mediapart, a accepté, de discuter avec nous de cet ouvrage. S’il n’avait pas encore lu le livre de notre confrère, au moment de notre conversation, il connaît bien le projet.

« Tout le monde savait »

Il le confirme, les « histoires » – comme on écrirait les « affaires » – de Cambadélis n’auront surpris personne. Ancien membre – pendant dix ans – de l’Organisation communiste internationale ou OCI, la mouvance trotskiste à  laquelle a appartenu Jean-Christophe Cambadélis et tant d’autres responsables socialistes de cette génération, ancien vice-président de l’UNEF, le syndicat étudiant où ces mêmes « éléphants » ont fait leurs classes, il a suivi de longue date le parcours de celui-ci, pourtant de quelques années son cadet.

Pour le diplôme usurpé, nombreux étaient ceux qui avaient pu constater que Jean-Christophe Cambadélis avait passé plus de temps à militer qu’à étudier, comme étaient nombreux ceux qui n’avaient pas été particulièrement frappés par la supériorité intellectuelle du « docteur »… Pour le parachutage, il est certain que le même avait été à bon école et avait appris chez les trotskistes tous les rudiments – pas très propres – de la « politique », de l’entrisme au bourrage des urnes, de l’intimidation au coup de poing… Pas de surprise donc, même si Philippe Riès regrette que, toutes ces accusations vérifiées, d’autres – surtout ailleurs – démissionneraient ou seraient poussés à la démission. C’est précisément ce qui est arrivé, au Portugal, à Miguel Relvas, ministre dans le gouvernement de Pedro Passos Coelho. Une fois révélé qu’il avait obtenu un diplôme grâce à des équivalences professionnelles – ses fonctions politiques en l’occurrence -, il a été poussé à la démission. Les Portugais, non sans humour, l’accueillaient, dans chacun de ses déplacements, avec des pancartes où était inscrit, « Vas étudier, Relvas ! ». Vérité au-delà des Pyrénées, erreur en-deça !

Une « République des apparatchiks »

On toucherait ici au cœur du propos, aux sources de « la débâcle qui vient ». C’est la professionnalisation à l’excès de notre vie politique. Notre république est devenue une « République des assistants parlementaires » ou, plus largement, une « République des apparatchiks ».

Aujourd’hui, les « meilleurs d’entre nous » – concédons qu’il reste peut-être une ou deux exceptions – ne s’engagent plus au service de la collectivité, que ce soit d’ailleurs en politique ou dans la haute fonction publique. Ces « meilleurs », ils rejoignent la City ou créent des entreprises en Californie et les carrières politiques se construisent davantage à la tête des syndicats étudiants ou branches jeunesse des partis politiques que dans la botte des meilleures grandes écoles. Récemment, Jean Pisani-Ferry, commissaire général à la stratégie et à la prospective de France Stratégie, ne pointait-il pas du doigt que 40% des députés élus en 2012 n’avaient jamais véritablement travaillé, aspirés qu’ils avaient été par leurs carrières politiques.

Comme le prouve l’exemple de Jean-Christophe Cambadélis, le phénomène n’est pas nouveau. Des « apparatchiks » gracieusement récompensés pour leur extrême loyauté, notre époque n’a rien inventé. Mais ce phénomène aurait pris de telles proportions qu’il en vient à menacer notre République, et l’exercice de la démocratie.

L’appauvrissement du personnel politique

Cela s’explique notamment par la remise en cause du niveau national comme échelle appropriée à la résolution des problèmes de notre temps. Adaptation aux changements climatiques, traitement de la mondialisation économique, menace djihadiste… aucun de ces défis ne saurait être relevé par les États-nations en dehors de coopérations régionales ou mondiales. Et, parallèlement, les citoyens exigent un exercice direct du pouvoir au niveau local. Cela expliquerait, pour partie, l’appauvrissement de la qualité objective du personnel politique.

Ensuite, il y a une spécificité, un mal français, le cumul, l’exercice simultané de plusieurs fonctions et leur exercice durablement, dans le temps. L’absence d’un système efficace de renouvellement de la classe politique ne vient qu’aggraver son appauvrissement.

Enfin, la professionnalisation excessive de la politique expliquerait un certain nombre de dérives, comme celles que pointerait Laurent Mauduit dans son livre. Le jeu démocratique, même malmené, demeure et il arrive qu’un « professionnel » de la politique perde une élection. Battus – « licenciés » -, il ne peut alors plus vivre de la politique et pour survivre il peut se laisser aller à certaines dérives, des raccourcis avec la morale et, parfois, la loi…

« A tous ceux qui ne se résignent pas… »

Le mal est prégnant et Laurent Mauduit dirait haut et fort ce que beaucoup pressentent. Ces pratiques d’apparatchik et la méconnaissance de la vie réelle de nos représentants, entre maux, dépossèdent les électeurs du jeu démocratique et – on ne le rappellera sans doute jamais trop – fait le jeu des populistes et des extrémistes de tout acabit. Ne nous trompons pas, c’est bien ce mal et non sa dénonciation – comme certains ont cherché longtemps à nous faire croire – qui renforce les adversaires de la démocratie.

Que ce « A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient » appelle ou non, dans la tradition Médiapart, à d’éventuelles suites judiciaires paraît en l’occurrence secondaire. En revanche, qu’il puisse contribuer à l’ouverture d’un débat authentique débouchant sur une alternative à la « débâcle » promise, c’est primordial. Et, alors, le sort de ceux qui auront abusé du système défaillant sera scellé. *Franck Guillory*Rédacteur-en-chef de JOL Press*17/09/2014

 

*********************************

 La France devenue une petite épicerie de proximité

*abattre les murs mais aussi empêcher de les reconstruire….

   Un homme refuse de se nourrir depuis le 15 mars pour défendre une certaine idée de la culture et “réveiller” le ministère du même nom, en vain à ce jour. Toute grève de la faim mérite d’être écoutée et pas seulement entendue. C’est le minimum du à l’intégrité de l’engagement qu’elle suppose. Voici donc l’histoire édifiante de la disparition décidée, annoncée, programmée de l’Atelier Européen de la Traduction (AET) que Jacques Le Ny porte à bout de bras depuis qu’il l’a créé en 1998 dans le cadre couleur.1269899104.jpgde la Scène nationale d’Orléans, sa vocation étant théâtrale. Le projet l’a tout de suite emporté par son originalité : un système d’échanges d’auteurs contemporains par le biais de la traduction (20% d’intraduction, 80% d’extraduction). Pas seulement entre Français mais également avec des étrangers entre eux (traduction d’auteurs grecs en espagnol…); une démarche européenne qui n’est pas franco-européenne ; ce faisant, l’AET est aussi rapidement devenue une plateforme pour des pays sans diplomatie culturelle, faisant même pression, à l’occasion, pour que des pays traduisent à partir de la langue originale d’une oeuvre et non à partir d’une langue de transfert.

   L’Atelier, c’est en tout et pour tout un responsable qui se présente comme “coordinateur”, Jacques Le Ny, et une secrétaire, étant entendu que cette structure légère se repose sur la logistique d’un théâtre. “Nous sommes les passeurs d’un réseau européen de traducteurs” dit-il, lui qui n’en est pas un. Deux fois par an, il réunit un comité éditorial d’une dizaine d’experts (traducteurs, critiques, dramaturges) et ils partent à la recherche d’auteurs et de textes. Chaque oeuvre sélectionnée paraît dans trois langues, au moins. L’AET, qui choisit le traducteur, le paie et l’édite à moins qu’elle ne règle les frais de traduction de l’éditeur (L’Arche, les Solitaires intempestifs, éditions Théâtrales, José Corti). C’est un projet global, tant éditorial que théâtral, qui consiste à accompagner une traduction du livre à la scène en nouant des partenariats avec des festivals et des salles. 

   En un peu plus de dix ans, 400 traductions de textes d’une centaine d’auteurs différents ont été ainsi réalisées en 14 langues. Dimitriadis fut le plus souvent traduit. Le catalogue s’enorgueillit de la présence de Claudel, Pasolini, Cahurette, Koltès, Novarina, Mayorga, Dimitriadis, Anagnostaki, Vinaver, Scimone, Murphy ainsi que des auteurs en devenir tels que Carbunariu, Vieira Mendès, Mavritsakis, Lekka, Russo, Rami Sarma, Paravidino…  “Dans le théâtre contemporain, il faut découvrir sans recouvrir, explique Jacque Le Ny. Or les médiateurs ont toujours tendance à rechercher la nouveauté, l’événement qui recouvrira le précédent”. Le budget de l’AET (1,8 million d’euros sur 3 ans) est financé pour moitié par la scène nationale d’Orléans, pour moitié par des subventions européennes après examen du dossier. Or depuis quelques temps, le théâtre a été retiré de la Scène nationale pour être rattaché au Centre dramatique. L’AET étant demeurée au sein de la Scène nationale d’Orléans, son conseil d’administration a décidé de plus le financer, décision, prise à l’unanimité, en présje-te-vois.1269898972.JPGence et avec les voix des représentants du Ministère de la Culture, de la Municipalité d’Orléans, du Conseil régional du Centre. Et dans un jeu de dominos à l’effrayante logique, constatant que le principal intéressé ne finançait plus, la commission Education et Culture de l’Union européenne refuse désormais de subventionner. La Ville et la Région ont officialisé ce rétrécissement de leurs “ambitions” culturelles le 15 décembre. “La traduction est un véritable objet de création culturelle européen. Or nous fabriquons des prototypes culturels qui n’intéressent plus en haut lieu. La France devient une petite épicerie de proximité.”     C’est donc le premier espace public et professionnel de la traduction en Europe qui est étouffé, et l’un des plus importants producteurs européens de traductions des oeuvres dramatiques qui se trouve réduit au silence. En avril, quand vous écouterez la série d’émissions que France-Culture consacrera au dramaturge grec Dimitris Dimitriadis, songez que ses pièces Homeriade, Insenso, Les remplaçantes ont été traduites et publiées grâce à l’AET. Pensez-y à nouveau quand vous verrez l’une de ses pièces peu après au Théâtre de l’Odéon. Pareillement pour Valère Novarina.

   Le 11 janvier, Jacques Le Ny a déposé “avec inquiétude et détermination“ un projet complet de reprise des activités de l’AET hors d’Orélans. Dimitris Dimitriadis, Valère Novarina, Olivier Py et Cosntantin Bobas s’apprêtent à publier un texte commun sonnant le tocsin. Tout en rappelant que le Ministère de la Culture avait dressé un bilan flatteur de l’action de l’AET, ils l’interpellent :”Que penser du projet politique de la décentralisation quand son exemplarité est mise à mal ? Un projet international en région est-il forcément trop ambitieux ? Le local doit-il se limiter au local ?” Rue de Valois, on serait bien inspirer de méditer la formule du portugais Miguel Torga :”L’universel, c’est le local moins les murs”. Pendant dix ans, Jacques Le Ny s’est employé à abattre les murs : aujourd’hui, il en est à refuser de se nourrir pour empêcher qu’on les reconstruise.(Blog du Monde-19.03.2010.)

14 réponses à “La France devenue une petite épicerie de proximité”

  1. 25 12 2012
    derrick rose shoes (14:11:04) :

    Hello I like your blog. Do you need to visitor publish on my very own at some point? If so please inform me by means of e-mail or perhaps reply to this kind of opinion since We enrolled in notifications and will understand should you choose.
    derrick rose shoes http://derrickroseshoes0.webnode.com

  2. 10 12 2012
    Supra TK Society Mid (05:12:46) :

    I like this post, enjoyed this one thanks for putting up.
    Supra TK Society Mid http://suprafashionshoes.webs.com/

  3. 15 09 2012
    replica handbags (19:45:46) :

    dnexqha That’s a nice post. dnexqha

  4. 12 11 2011
    Slimberry (19:57:38) :

    For me it looks like you may have been studying this matter a entire lot, and coming getting a fairly amazing post, that seriously rounds up the subject. Thank You.

  5. 6 11 2011
    how to learn japanese (23:31:37) :

    Bounjour. I only want to declare that what you say here is really the best post so I will post http://niarunblog.unblog.fr/actualites-dici-et-la-nouvo/le-gouvernement-francais-verrouille-le-secret-defense/la-france-devenue-une-petite-epicerie-de-proximite on my Facebook profile so anyone can have the chance to enjoy. I was happy when I saw this tittle, ELAyam-2 » La France devenue une petite épicerie de proximité, on my google search, and i was so becouse in the end I found what I was looking for. All the best

  6. 2 11 2011
    extraction thimbles (23:54:23) :

    Have you ever considered about including a little bit more than just your articles? I mean, what you say is valuable and everything. But think about if you added some great pictures or videos to give your posts more, « pop »! Your content is excellent but with pics and videos, this blog could definitely be one of the very best in its niche. Great blog!

  7. 2 11 2011
    liberty reserve (07:33:01) :

    An intriguing communicating is worth statement. I judge that you should correspond writer on this substance, it strength not be a sacred individual but generally people are not sufficiency to mouth on specified topics. To the succeeding. Cheers like your ELAyam-2 » La France devenue une petite épicerie de proximité.

  8. 1 11 2011
    cellulose extraction thimbles (07:46:27) :

    This is my very first time i go to here. I discovered a great number of entertaining stuff in your blog site, particularly its discussion. From your tons of feedback in your articles, I guess I am not the only one possessing each of the satisfaction here! Preserve up the great operate.

  9. 30 10 2011
    burberry scarf (05:31:42) :

    Very effectively written information. It is going to be worthwhile to anyone who usess it, including myself. Sustain the nice work – for certain i’ll take a look at extra posts.

  10. 25 10 2011
    Bonsmara SA (12:14:22) :

    This it is an interesting article. But first of all I must salute all every one. Hy. And now I must say that I m going to post http://niarunblog.unblog.fr/actualites-dici-et-la-nouvo/le-gouvernement-francais-verrouille-le-secret-defense/la-france-devenue-une-petite-epicerie-de-proximite on my Facebook profile. I will do this because in the end I found what I was looking for. What you say here is really respectable information. In the minute I saw this tittle, ELAyam-2 » La France devenue une petite épicerie de proximité, in my google search I was very glad. I think I found something like this here http://www.bonsmara.za.net, I’m not sure but I thing it was the same. All the best

  11. 25 10 2011
    Build Links (11:39:07) :

    Hiya, I am really glad I’ve found this info. Nowadays bloggers publish only about gossips and net and this is really irritating. A good blog with interesting content, that’s what I need. Thank you for keeping this web-site, I’ll be visiting it. Do you do newsletters? Can’t find it.

  12. 12 10 2011
    Brianne Ansloan (13:01:05) :

    I wanted to thank you for this great read!! I definitely enjoying every little bit of it I have you bookmarked to check out new stuff you post.

  13. 8 10 2011
    Letha Diloreto (16:10:05) :

    I do agree with all the ideas you have presented in your post. They are really convincing and can certainly work. Still, the posts are very quick for beginners. May just you please extend them a little from subsequent time? Thank you for the post.

  14. 25 09 2011
    Jimmy Erazo (08:03:51) :

    Thank you for sharing excellent informations. Your site is so cool. I am impressed by the details that you’ve on this web site. It reveals how nicely you understand this subject. Bookmarked this website page, will come back for extra articles. You, my friend, ROCK! I found simply the information I already searched everywhere and just couldn’t come across. What a perfect site.




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...