Algérie-Espagne

**A Oran: Concert symphonique dédié à l’amitié algéro-espagnole

Algérie-Espagne oran1_1232216_465x348

visant à sceller les liens d’amitié entre l’Algérie et l’Espagne pour leur 50ème anniversaire de relations diplomatiques.

Après un premier concert à Alger, c’est à Oran que l’orchestre philanthropique national, accompagné par la soliste Patricia Garcia Gil au piano et dirigé par le maestro espagnol Ignacio Garcia Vidal, est venu vendredi donner un concert riche en émotions au Théâtre Régional d’Oran. Une collaboration musicale avec le concours du ministère de la Culture, l’Ambassade d’Espagne à Alger et l’Institut Cervantès d’Oran. Cette collaboration vise à sceller les liens d’amitié entre l’Algérie et l’Espagne pour leur 50ème anniversaire de relations diplomatiques. L’ouverture sera orientale avec «Wahran» d’Ahmed  Wahbi revisitée par le compositeur et maestro algérien Rachid Saouli, un morceau qui révélera, sous sa forme symphonique, des émotions chatoyantes, jusque-là insoupçonnables, qui porteront avec élégance la mélodie du registre oranais.

L’orchestre rayonnera par la suite dans «Nuits dans les jardins d’Espagne» avec une interprétation qui prouvera encore une fois que la musique du compositeur espagnol Manuel de Falla a de quoi séduire les plus réfractaires à la musique typée. Les trois mouvements on été groupés en deux entités insécables. La première tout à fait autonome sera constituée du seul premier mouvement (Au généralife) suivie de la seconde partie qui regroupe les deux pièces (Danse lointaine) et (dans les jardins de la Sierra de Cordoue) qui s’enchaînent grâce à une transition en crescendo particulièrement subtile, soutenant au dernier mouvement la même atmosphère d’enchantement nocturne, sublimée, cette fois-ci, par des envolées rythmiques inopinées accentuées par le jeu au piano de la soliste espagnole, créant un effet d’éclat qui s’oppose aux sonorités sourdes des deux précédents mouvements.

L’orchestre aura été sublimé par l’originalité de la technique pianistique qui a coulé naturellement et sans effort dans le déroulement orchestral mouvant, ce qui a donné une impression d’improvisation constante.
La pianiste gratifiera la partition par son interprétation faisant claquer avec panache les cordes du piano rappelant le jeu de guitare. Pour finir en beauté, l’orchestre jouera avec virtuosité la 4ème symphonie de Schumann qui, étant incontestablement une référence du classicisme, requiert une oreille plus façonnée pour faire apprécier son premier mouvement assez pesant, mais très vite rattrapé par l’élan énergétique du Scherzo et du Finale. L’audience applaudira avec ferveur, une fois les dernière notes volatilisées, tant l’attraction s’était opérée, poussant le chef d’orchestre à revenir à sa baguette et les musiciens à leurs instruments afin de prolonger le plaisir. *Amira Yahiouche-El Watan.21.10.2012.

**Les Algériens à la reconquète de l’Espagne par l’immoblier

Benidorm- playa

La chute du prix de l’immobilier en Espagne fait le bonheur des Algériens, fortunés ou non, qui s’imaginent déjà pouvoir reconquérir des terres ibériques perdues au XVe siècle. C’est la harga (émigration) 2.0. Version soft pour élites économiques, pour hommes d’affaires, agents intermédiaires. Elle ne s’opère pas avec une chaloupe, mais avec un contrat de propriété : les annonces sur des appartements en «solde» en Espagne, dans les journaux algériens, ont provoqué un renouvellement du fantasme «Andalousie mon amour».La chute du prix de l’immobilier en Espagne fait le bonheur des Algériens, fortunés ou non, qui s’imaginent déjà pouvoir reconquérir des terres ibériques perdues au XVe siècle. C’est la harga (émigration) 2.0. Version soft pour élites économiques, pour hommes d’affaires, agents intermédiaires. Elle ne s’opère pas avec une chaloupe, mais avec un contrat de propriété : les annonces sur des appartements en «solde» en Espagne, dans les journaux algériens, ont provoqué un renouvellement du fantasme «Andalousie mon amour».

Et si la reconquista de l’Andalousie musulmane perdue, celle qu’al-Qaida veut investir comme imaginaire djihadiste et que les chaloupes des passeurs présentent comme une terre promise, se faisait par les agences immobilières? Une belle formule, sans armes ni guerre ni cadavres. A Oran, les derniers mois ont vu renaître le mythe de l’Espagne comme terre d’abondance, avec quelques annonces sur des villas et maisons ou appartements à vendre dans les zones touristiques secondaires: Alicante ou Benidorm, entre autres. Les appartements sont cédés aux bas prix: 40.000 euros par exemple, souvent beaucoup moins. Moins chers qu’un appartement F3/70 mètres carrés à Oran, où la fourchette des prix en dépasse les 80.000 euros! De quoi faire rêver et renouveler le registre des conversations dans les cafés et chez les chômeurs assis dans tout le pays. D’ailleurs, le Tout-Oran en parle depuis des mois: cela coute moins cher d’habiter à Alicante, qu’à Oran! Le filon est déjà investi, depuis des années cependant, par les plus malins et les plus perspicaces.  Qui? D’abord les hommes d’affaires oranais, qui ont compris le sens de la crise chez le voisin. Ceux que la facilité d’octroi de visa (comparé aux services français), la rapidité des traitements des dossiers, les facilités bancaires ibériques, ont réorienté vers l’Espagne plutôt que vers la France ou le reste de l’Europe.

La ruée vers Alicante

La tendance est là depuis les années 2000: les premiers chantiers publics entre sociétés espagnoles (autour de 150 entreprises) et la ville d’Oran ont encouragé les contacts. A Oran, les Espagnols «fabriquent» le tramway, les réseaux d’eau, les engrais et, prochainement, les grands chantiers de logements.

Du coup, les hommes d’affaires des deux pays commercent et font de l’argent. A force, le lien a créé le patrimoine:

«J’ai acheté un hôtel là-bas. Pour y habiter? Non. Ce que je voulais c’est avoir une résidence: je me fais vieux et j’ai besoin d’avoir accès à des soins de qualité. La résidence me le permet», nous explique un promoteur immobilier oranais.

C’est le maître-mot de ce «pont» de bonne fortune: la résidence. A Oran, des Espagnols se marient, s’installent, ouvrent des restaurants, songent à des cliniques et s’assurent une visibilité culturelle et linguistique très remarquée depuis des années (le nombre des étudiants en espagnol dépasse celui des amateurs de français dans les centres culturels des deux pays, à Oran).

En échange, les vacanciers oranais vers les cotes espagnoles sont plus nombreux, à cause du prix du billet de transport (Alicante est à 20 minutes de vol), de la proximité, du visa facile et des avantages du tourisme de masse, inconnu en Algérie.

Depuis peu les Algériens de la middle-class s’enrichissent. Mais, dans le pays, le loisir et le tourisme interne sont primaires, freinés par le manque d’investissement et le bigotisme moralisant et islamisant: rien de mieux que l’Espagne pour dépenser son argent, boire, oublier les femmes voilées, les mosquées hurlantes, les taxis méchants, les serveurs grincheux et les bars sales.

«Moi, je maintiens l’équilibre dans mon cerveau par ma formule magique: trois jours en Espagne, quatre jours à Oran», nous dit le promoteur immobilier oranais que nous avons rencontré.

Crise du logement en Algérie, crise de clients en Espagne

En Espagne, l’immobilier en est aux plus bas coûts jamais imaginés. Le monde entier le sait. Et surtout les Algériens: Cela a fini par profiter aux détenteurs de capitaux oranais et tout le monde trouve son compte d’ailleurs dans le malheur du voisin européen:

«J’ai l’habitude d’envoyer mes enfants là-bas passer les vacances. Autant acheter un appart, cela me revient moins cher que les locations en haute saison.»

C’est la seconde formule: investir pour des vacances sans fin, dans un pays de tourisme de masse, sans voile, sans hijab, avec alcool, boîtes de nuit, propreté et confort, sorties nocturnes et liberté sexuelle.

Le flux entre Oran et les cotes espagnoles est l’un des plus denses, et les intermédiaires agents immobiliers s’y intéressent pour proposer discrètement des offres étudiées en fonction de la clientèle touristique oranaise.

D’autres candidats à la reconquête de l’Espagne par l’immobilier? Oui presque tous: les femmes seules, riches cadres, qui vivent mal en Algérie et qui ont les moyens de payer leur liberté, le droit de sortir et de s’amuser. Les fils de riches, les jeunes entrepreneurs ou patrons d’entreprises, les vieux hommes d’affaires de la région, les vacanciers nantis.

D’ailleurs, l’effet d’appel est presque encouragé par les services consulaires locaux et les bureaux de traitement des demandes de visas: entre une immigration sauvage et sans apports, celle des harragas (clandestins de la mer), et une immigration d’élites et d’argent, le choix est vite fait. L’Espagne est en crise et ce n’est pas al-Qaida ni la chaloupe qui semblent la reconquérir, mais simplement l’argent. Et l’Espagne le veut bien.

Comment se font les achats?

 D’abord on lit l’annonce dans le journal. Ensuite on peut consulter un site spécialisé dans le business algéro-espagnol. Là, on peut s’orienter vers d’autres plates-formes qui vous offrent le choix, les sites, les prix, les villes et les modes de transactions.

Ceci pour les amateurs de simulations d’achat et d’informations directes. L’autre interface est l’agence immobilière spécialisée, en Algérie. Il en existe à Oran, mais le service est discret. On vend, assure l’intermédiation et gère le dossier et le transfert d’argent, mais on ne vous dit pas comment.

La réglementation des changes interdit d’expatrier la devise forte et l’euro et le risque y est la poursuite pénale. Comment on paye l’achat donc? Vous le saurez lorsqu’on jugera votre cas sérieux et quand la transaction deviendra concrète.

On sait cependant que le paiement se fait en dinars algériens, qui seront convertis (un euro contre 145 dinars) en euros dans les marchés clandestins et expatriés par des voies discrètes vers le vendeur en Espagne.

D’autres parlent de transactions entre banques algériennes et banques espagnoles.

«Mais c’est dangereux: le fisc va vous demander d’où vous viennent les sommes en devises que vous déposez sur votre compte en Algérie», explique un autre homme d’affaires oranais. Dans tous les cas, la méthode reste un secret.

La crise espagnole moins dangereuse que le printemps arabe

Les Oranais achètent donc en masse en Espagne, pour différentes raisons. Le tourisme, le rêve espagnol, les bas prix, le confort, la possibilité d’avoir «ses papiers» là-bas, mais aussi… le printemps arabe.

«C’est simple: je connais de jeunes chefs d’entreprises qui ont acheté en Espagne, qui ont déposé des sommes dans les banques espagnoles, par prudence: l’Algérie n’est pas un pays stable et le risque d’un printemps local impose d’avoir une issue de secours, un toit et du fric en Europe», témoigne un Oranais.

La crise en Espagne est une aubaine pour ceux qui redoutent un printemps ici: chefs de sociétés, mais aussi politiciens, anciens gradés de l’armée, apparatchiks locaux du régime… etc. Le filon sert même à blanchir de l’argent sale. Car, en Espagne, la crise lave plus blanc et l’argent n’a pas d’odeur en temps de crash.

Longtemps après la chute de Grenade (qui mit fin à la présence musulmane en Espagne), en 1492. Fait à noter: quelques grands noms de familles oranaises, riches de pères en fils, sont des descendants directs des familles arabes exilées par la Reconquista.

Ce sont eux qui ont acheté en premier. On peut s’imaginer une suite historique avec Boabdil, dernier roi arabe du coin, qui revient acheter son palais à un couple appauvri par la crise et qui unissait, pour le pire, Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille. Juste pour le fun. Et le fric. *Kamel Daoud **.algerie-focus.com/2012/12/13/

********************************************

Visite du chef du gouvernement espagnol à Alger

10 entreprises mixtes pour la réalisation de 50.000 logements

Sécurité nucléaire, coopération économique ainsi que les dossiers malien et syrien sont abordés par des responsables algériens et espagnols.

**Trois accords de partenariat ont été signés jeudi à Alger par des entreprises algériennes et espagnoles pour la réalisation de plus de 50.000 logements en Algérie.

Mariano Rajoy

Les trois accords ont été signés à l’occasion de la tenue de la 5ème session de la réunion de haut niveau algéroespagnole, co-présidée par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et le président du gouvernement espagnol, M. Mariano Rajoy, en visite officielle en Algérie. Dix entreprises mixtes sont concernées par la réalisation de ces logements.

L’Algérie et l’Espagne ont signé plusieurs autres accords de coopération et mémorandums d’entente concernant de nombreux domaines et secteurs.

Il s’agit d’un protocole d’accord sur la coopération industrielle et la promotion du partenariat, de trois mémorandums d’entente dans les domaines de la coopération énergétique, la facilitation d’attribution de visas et de coopération culturelle, ainsi qu’un accord administratif relatif à la coopération dans les domaines scientifique, technologique et de la protection civile.

Les deux pays ont procédé, par la même occasion, à la signature de plusieurs autres accords de coopération liés notamment aux domaines de la construction de contacteurs, la papeterie, la fabrication de chaussures et la création d’un centre de développement du textile.

Ces trois derniers accords ont été signés par les Sociétés de gestion des participations (SGP) de l’équipement industriel et agricole(Equipag), des industries manufacturières (IM) et de chimie pharmacie (Gephac),d’une part, et des opérateurs espagnols, d’autre part.

Dans le domaine de la mécanique, la SGP-Equipag a conclu un accord avec la firme espagnole Europactor pour la fabrication de compacteurs de capacités de 5 à 25 tonnes, selon la règle 51/ 49%.

Une société mixte sera créée entre l’Entreprise nationale des travaux publics (ENTP) et Europactor pour la fabrication de ces engins de travaux routiers au niveau de l’usine de Ain Smara à Constantine pour un volume annuel de 200 à 300 appareils.

La finalisation du pacte des actionnaires et du ‘’business plan’’ pour la création de cette entreprise est prévue en mars à l’occasion du prochain Forum d’affaires algéro-espagnol, a indiqué lors d’une conférence de presse le président du directoire de la SGP-Equipag, Bachir Dehimi.

Ce partenariat industriel permettra le développement d’un réseau national de soustraitance favorisant la création de nouveaux postes d’emplois et le transfert du savoir faire, précise M. Dehimi. BATA RELANCÉE Un autre accord a été signé par le groupe Leather Industry, relevant de la SGP-IM, et la société espagnole Celma spécialisée dans l’industrie du cuir. Ce partenariat porte sur la réouverture de l’usine de chaussures de Chéraga (ex Bata).

A cet effet, CELMA prendra une participation initiale à hauteur de 25% dans le capital social de l’usine de Chéraga avant de porter cette participation à 49% dans une prochaine étape, a précisé de son côté le président du directoire de la SGP-IM, M. Abdelhak Saidani.

A l’horizon 2014, cette usine produira 55.000 paires de chaussures par an pour atteindre un million d’unité à partir de 2015 et deux millions à moyen terme, avec un chiffre d’affaires de près de deux milliards de dinars. En outre, 460 nouveaux postes d’emplois seront créés au niveau de cette usine à la faveur de cette joint-venture avec le leader espagnol de l’industrie du cuir.

Il est prévu aussi dans le cadre de ce partenariat de créer un centre technique d’appui aux entreprises du cuir dont la mission consistera en la formation du personnel dans les différents métiers de cette filière, avec la création prévisionnelle de 150 emplois, selon M. Saidani.

Ce centre aura également pour tâches d’assurer l’encadrement et l’assistance technique dans les activités de production, notamment la maîtrise du process de fabrication ainsi que la maîtrise quantitative et qualitative de la production des cuirs par les tanneries relevant de Leather Industry.

Il est prévu aussi le développement et le montage de collections annuelles de chaussures et d’articles de maroquineries, l’assistance dans l’organisation de concepts marketing dans le cadre du réseau commercial grand public envisagé par la filière manufacture et la promotion et la prise en charge des exportations de chaussures, d’articles de maroquineries et de cuirs finis. Le centre qui sera installé à Chéraga, aura un capital social de 500 millions de DA détenu à hauteur de 35% par le partenaire espagnol.

Les deux parties ont, en outre, convenu d’étudier la possibilité de s’associer dans d’autres usines du cuir, notamment celles actuellement fermées, à l’instar de l’unité de Frenda (Tiaret). Le dernier accord, conclu entre la SGP-Gephac et Saica Papers, porte sur la récupération de vieux papiers à travers un partenariat entre Tonic industrie et Gipec du côté algérien et le partenaire espagnol, leader mondial dans l’activité de récupération.

Cette jointventure permettra d’optimiser l’activité de récupération de vieux papiers en portant sa capacité à 300.000 tonnes par an dans trois ans sur un gisement de 450.000 tonnes et surtout de réduire la facture d’importation du papier, a, par ailleurs, expliqué le président du directoire de la SGPGephac, M. Cherif Bounab.

Par ailleurs, le chef du gouvernement espagnol a affirmé à l’issue de la réunion de haut niveau qu’il a co-présidée avec le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika que «La réunion de haut niveau marquera un moment historique et décisif pour approfondir les relations entre nos deux pays ».

Il a exprimé la volonté des deux pays à renforcer davantage leurs relations visant le rapprochement des peuples algérien et espagnol.

Sur le plan économique, les deux parties ont convenu de la tenue, au mois de mars, d’une réunion de chefs d’entreprises algériens et espagnols. «Il y aura une réunion des chefs d’entreprises espagnols et algériens parce que nous avons beaucoup de dossiers et de domaines dans lesquels nous pouvons travailler ensemble», a-til précisé. Les entretiens ont porté également sur l’intérêt des entreprises espagnols au marché algérien notamment dans les secteurs du logement, de l’énergie et des chantiers navals.

D’autre part, M. Rajoy a indiqué avoir évoqué avec les responsables algériens des questions régionales et internationales notamment le Sahel ainsi que la situation en Libye, en Tunisie et en Mauritanie. «Le président Bouteflika est une personne qui a une énorme expérience dans le domaine international », a-t-il encore soutenu. Il a réaffirmé, à cette occasion, la volonté des deux pays à «travailler ensemble pour la consolidation de la paix et de la stabilité dans la région».*12 Janvier 2013-Le Financier

***********************************

4 réponses à “Algérie-Espagne”

  1. 23 12 2012
    iphone 4 accessories Android And Iphone Developers (00:05:11) :

    I must say, as significantly as I enjoyed reading what you had to say, I couldnt help but lose interest after a while. Its as if you had a terrific grasp on the subject matter, but you forgot to include your readers. Perhaps you should think about this from extra than 1 angle. Or maybe you shouldnt generalise so considerably. Its better if you think about what others may have to say instead of just going for a gut reaction to the subject. Think about adjusting your personal believed process and giving others who may read this the benefit of the doubt.

  2. 15 12 2012
    shop hermes bags (17:50:10) :

    Woah! I’m really enjoying the template/theme of this site. It’s simple, yet effective. A lot of times it’s very difficult to get that “perfect balance” between superb usability and visual appearance. I must say you have done a excellent job with this. Additionally, the blog loads extremely fast for me on Firefox. Superb Blog!
    shop hermes bags

  3. 19 11 2012
    ugg classic short (21:07:23) :

    I really like your writing style, wonderful info, appreciate it for putting up :D. « Freedom is the emancipation from the arbitrary rule of other men. » by Mortimer Adler.
    [url=http://www.superclassicboots.com/ugg-5825-short-boots-c-21.html]ugg classic short[/url]
    ugg classic short

  4. 18 11 2012
    mulberry outlet (16:09:59) :

    I truly appreciate this post. I have been looking all over for this! Thank goodness I found it on Bing. You have made my day! Thanks again!
    [url=http://www.outletmulberryuk.co.uk]mulberry outlet[/url]
    mulberry outlet




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...