Kan ya makan-(il était une fois)

 ** C’est l’humiliation et la déchéance qui arrivent

*Paroles du chevalier Moussa Ben Abbi Al-Ghassan, le « dernier combattant » ou la « dernière épée » dans l’Andalousie musulmane.

*Avant la capitulation de Grenade le 25 novembre 1491. Il y a 523 ans

grenade

Dans Gharnata (Grenade) occupée par les forces de Ferdinand et d’Isabella, il ne voulait pas vivre les affres de la défaite, voir les mosquées souillées, les femmes asservies. Il disait sa colère à l’émir nasride Boabdil (Abou Abdallah) et à ses courtisans qui ont accepté de signer le traité de capitulation dans l’amertume et les larmes. Il les tançait vertement : « Ne vous leurrez pas, ne croyez pas que les francs vont respecter leurs engagements. Ne comptez pas sur la parole d’honneur de leur roi. La mort n’est pas le pire à craindre. C’est l’humiliation et la déchéance qui arrivent. Par Dieu, je ne les verrais pas ! »

Celui qui a lancé ces paroles dans un moment crucial était le chevalier Moussa Ben Abbi Al-Ghassan, le « dernier combattant » ou la « dernière épée » dans l’Andalousie musulmane. Il gardera ce nom de dernier combattant car il avait refusé la capitulation.

Après avoir dit ces mots, il quitta le Palais, enfila sa tenue militaire et partit, seul, combattre une section de l’armée espagnole dans la banlieue de Grenade.

On le vit sortir par une porte, Bab Essultan, que personne ne franchit après lui car elle fut scellé définitivement après son passage. Il mourut en combattant et ne vit pas ce qu’il craignait encore«plus que la mort ».

Selon les récits, l’homme gravement blessé choisit de se laisser tomber dans un ravin pour ne pas être capturé vivant. Il mourut comme il l’a voulu, en combattant. L’histoire et la fin de Moussa Ben Abbi Al-Ghassan a fasciné les espagnols et suscita l’intérêt de l’écrivain américain Washington Irving. Mais elle reste méconnue dans le monde musulman.

La signature du traité de capitulation de Grenade a eu lieu le 25 novembre 1491. Il y a 523 ans

**Par Fawzi Sadallah*Journaliste et écrivain/ huffpostmaghreb.com/ 28 novembre2015

al hamra

************************************************

*Le début de la fin des Abbassides: les excès des Baramika

** al-Barāmika ****Famille de hauts fonctionnaires dont plusieurs membres occupèrent des postes importants sous les premiers califes ‘abbāsides de Baghdād, puis en devinrent les vizirs et les « maires du palais ».Leur nom, al-Barāmika, ne vient pas de celui d’un ancêtre éponyme, Barmak, mais de celui d’un titre héréditaire : grand prêtre du temple de Nawbahār, près de Balkh, en Perse. La gloire de cette famille atteint son apogée avec la personnalité de Khālid ben Barmak d’abord, puis celle de son fils Yaḥya ben Khālid. Protégé du calife al-Saffāḥ, Khālid passe de la direction de l’armée et de l’impôt foncier à celle de l’ensemble de l’administration, ce qui revient au rôle d’un vizir, sans le titre. Sous al-Manṣūr, il est écarté de ses fonctions et nommé gouverneur du Fārs pendant deux ans. On le retrouve à Baghdād en 764-765, participant à diverses intrigues politiques avant de rejoindre son nouveau poste de gouverneur du Ṭabaristān. Il y acquiert une grande popularité et fonde la ville d’al-Mansūra. En 775, il réprime une révolte kurde dans la province d’al-Mawsil (Mossoul) qu’il administre, tout en initiant son fils Yaḥya aux affaires. Il meurt en 781, âgé d’environ soixante-quinze ans.*Yaḥya ben Khālid, après avoir suivi et aidé son père dans ses différentes fonctions, accompagne le prince Hārūn (futur al-Rashīd) dans ses déplacements. Celui-ci lui confie l’administration de l’Azerbaïdjan, qu’il gouverne en même temps que l’Arménie. Devenu calife, Hārūn al-Rashīd le nomme wazīr (vizir). Yaḥya devient ainsi le véritable chef de l’administration et l’homme le plus puissant de l’empire.Il reste en fonctions de 786 à 803, soit dix-sept ans, période que les historiens appellent « le règne des Barmakides ». Ce pluriel est justifié du fait de la présence constante des deux fils de Yaḥya, al-Faḍl et Dja‘far, à ses côtés, et de l’assistance qu’ils lui prêtent dans la conduite des affaires de l’empire.

******Hâroun ar-Rachîd ou Hâroun al-Rachid (de son nom complet Hârun ar-Rachid ben Muhammad ben al-Mansûr) est le cinquième calife abbasside. Né en 763 près de Téhéranen Perse. Il devient calife en 786 et meurt en 809 à Tûs dans le Khorasan. C’est un des plus importants califes abbasside. En 803, pour des raisons mal connues (dégradation des relations personnelles entre Jafar le fils de Yayha ben Khalid le principal vizir ? ou bien peur de la puissance prise par la famille des Barmécides ? ), Hâroun al-Rachîd se débarrasse brutalement de ceux-ci. Son favori Jafar est décapité, son père et ses frères sont emprisonnés.

Al-Mutawakkil le calife abbasside a Jérusalem 1 2 3 4 5 6

La réparation du chateau du calife abbasside de Haroun al-Rachid

*Hâroun al-Rachîd est le troisième fils du calife al-Mahdî, sa mère était une esclave yéménite. Il a été formé par le vizir Yahyâ ben Khâlid de la famille des Barmécides. Hâroun est l’ami d’enfance des fils de Yahyâ ben Khâlid : Fadhl, Jafar, Mûsâ et Mohammed. Fadhl était frère de lait de Hârûn et Jafar était son ami intime.Hâroun al-Rachîd a eu deux épouses.

Hârun al-Rachid aura quatre filles.

Trois de ses fils lui succèderont :

  • Abû `Abd Allah Muhammad sera le calife Al-Amîn (809-813) né d’une épouse légitime
  • Abû al-`Abbâs `Abd Allah sera le calife Al-Ma’mûn (813-833).
  • Abû Ishâq Muhammad sera le calife Al-Mu`tasim (833-842)

**sources internet

Haroun-al-Rashid Receives Charlemagne's Ambassadors

Le chateau Abbasside de Haroun al-Rashid de nos Jours

***********************************************

*7ème Festival du Conte d’Oran. du 18 au 22 mars 2013

Chaque année, nous ne manquons pas de signaler en bonne place le Festival du Conte d’Oran.

Kan ya makan-(il était une fois) contes

La première raison tient à la place de cette «discipline» dans le patrimoine oral de notre pays, une place qu’elle partage avec le reste du Maghreb mais aussi l’Afrique où le conte a connu et connaît encore, en dépit des ravages socioéconomiques sur la culture, une grande importance, sans oublier enfin le monde arabe et musulman qui a donné ce fleuron universel des Mille et Une Nuits (lire page suivante). La deuxième raison tient dans le fait que cette manifestation a été créée, développée et maintenue par une association culturelle à maints égards admirable par les missions qu’elle s’est données, par son action en profondeur dans le substrat social, au cœur des enjeux culturels qui gravitent autour des enfants et des adolescents. Il s’agit de l’association «Le Petit Lecteur»* d’Oran dont les bénévoles sont des exemples d’engagement culturel pour la promotion de la lecture enfantine et juvénile.

 

Sans faire de vagues et sans gros moyens, ces femmes et ces hommes ont réussi à mener le Festival du conte à sa septième édition, en suivant un parcours modeste mais méritoire, progressant d’année en année, parvenant même à attirer de grands noms du genre, encore que dans ce genre justement, le vedettariat n’existe pas. Après-demain donc débute cette septième édition programmée du 18 au 22 mars. Cinq journées palpitantes durant lesquelles le verbe prouvera qu’il demeure vivant, efficace, capable de créer dans l’imagination de ceux qui l’écoutent un univers complet de décors, de sons, d’odeurs, de rythmes, d’actions, etc. Une performance remarquable pour ce très vieil art confronté à la machinerie sophistiquée des nouvelles technologies de communication. Lui qui a déjà survécu au cinéma doit se mesurer aux films d’animation numérisés, aux jeux-vidéos, au home-cinéma, etc. On pouvait penser que toutes ces merveilles contemporaines auraient émoussé le sens de l’oralité et de l’imagination, notamment chez les plus petits et les plus jeunes, soumis à doses massives aux expressions électroniques où dominent l’image et le son.

Pas du tout. Et c’est ce que vient prouver chaque édition du Festival du conte d’Oran. Celle-ci a été placée par ses organisateurs sous la thématique «50 ans d’indépendance : une histoire à partager». En cela, ils se réfèrent, bien sûr, au Cinquantenaire de l’Indépendance de l’Algérie, suggérant qu’il est lié aussi à la nécessité de transmettre et de diffuser l’histoire nationale. Par la même, ils soulignent une des fonctions du conte qui consiste à préserver et sublimer des valeurs en perpétuant une mémoire collective. Dans le monde entier, le conte, lieu par excellence de l’imaginaire, s’est fondé, de manière plus ou moins éloignée, sur des faits réels, transfigurant des récits ou chroniques. Le conte est, d’une certaine manière, de l’histoire transmutée en légende et une réinterprétation créative du monde réel.

Combien ont découvert le calife abbaside Haroun El Rachid à travers Les Mille et Une Nuits, avant d’apprendre qu’il était un personnage historique ? Et, même si les caractères et actes de ce souverain dans le conte ne sont pas exactement ceux de la réalité historique, il est certain que son entrée dans l’univers du merveilleux atteste d’un effet de la mémoire collective. Pourquoi Haroun El Rachid et pas un autre sultan ? Mieux que l’histoire, Les Mille et Une Nuits ont conservé la popularité de cet homme et l’admiration qu’il suscitait auprès des simples gens. Il y a sans doute des passages souterrains et encore mystérieux qui mènent du passé réel aux dédales de l’imaginaire…

Le programme du Festival du conte permettra sans doute de s’interroger – ou, plus simplement, de s’extasier – sur cette richesse narrative et ses implications historiques, sociales et culturelles ; humaines aussi car l’exercice de ces récits demeure sans doute l’une des meilleures démonstrations de partage entre les individus, les groupes et les générations. Comme à son habitude, la manifestation se déploie en divers lieux de la ville, soucieuse de toucher plusieurs publics et de participer à l’animation culturelle urbaine, d’autant qu’elle est parrainée par l’Assemblée populaire communale d’Oran. Du lundi au vendredi, les écoles, centres culturels, instituts et associations partenaires recevront des conteurs qui iront au-devant des enfants ainsi que des adultes porter la parole du rêve et de la sagesse. On notera en outre l’inauguration, lundi 18 à 18h, sur le parvis de l’APC d’une représentation des jeunes conteurs formés et dirigés par Kamel Zouaoui.

Le lendemain, le département des langues de l’ENSET accueillera à 9h30 une séance de contes, tandis qu’à 16h le Théâtre régional Abdelkader Alloula sera le lieu de «Contes en famille», sous la direction artistique du conteur congolais Jorus Mabiala. Mercredi 20 à 15h, un spectacle de contes destiné aux collégiens et lycéens aura lieu à l’Institut français. A 18h, le Loft de l’avenue Loubet sera investi par une causerie avec les conteurs du festival animée par le troubadour Mahi Seddik. «Contes en famille» encore, le jeudi 21, à 10h, aux bains turcs de Sidi El Houari, atmosphère garantie dans des décors réels propices au récit. Au même moment, à l’opposé de la ville, la conteuse française Gigi Bigot donnera au département des langues latines de l’Université une conférence intitulée : «Les pieds sur terre et la tête dans les étoiles». A partir de 18h, à l’Institut français, la même conteuse dirigera la Nuit du conte pour les adultes. Enfin, vendredi 22, à 10h, ce sera la désormais traditionnelle balade contée de clôture, à travers les jardins Ibn Badis (ex-Promenade de l’Etang), que l’association «Le Petit Lecteur» offrira en partenariat avec l’association «Bel Horizon».
Kan ya makan. Il était une fois. Amachaho Aho. Once upon a time… Que l’histoire commence sur l’écran le plus perfectionné dont l’homme dispose : sa tête.

*Association Le Petit Lecteur : www.plecteur-oran.org / Contact
mail : petitlecteur2002@yahoo.fr

**Ameziane Farhani- El Watan-16.03.2015.

5em-edition-du-Festival-du-film-arabe-d-Oran-18-pays-confirment-leur-participation

**6e Festival du conte pour enfants à Oran

«Si Oran m’était contée» est le thème de la sixième édition du Festival du conte qui s’est ouverte, hier à Oran. La manifestation est organisée par l’association pour la promotion de la lecture enfantine Le Petit Lecteur en collaboration avec l’Assemblée populaire communale (APC) d’Oran. L’édition, qui se poursuivra jusqu’au 16 mars prochain, réunira des conteurs algériens et étrangers dans le but de faire découvrir aux enfants «le plaisir de la lecture et l’intérêt du livre», a indiqué la présidente de cette association, Djamila Hamitou, à l’APS. La responsable a aussi expliqué que «conformément à sa vocation, le Festival du conte met à l’honneur le patrimoine oral local et universel à travers la narration des récits les plus emblématiques des répertoires algérien, africain et du bassin méditerranéen».
Les conteurs algériens partageront leur jeune public avec leurs homologues de Côte d’Ivoire, du Liban, d’Italie, de France, de Tunisie et du Congo-Brazzaville.La cérémonie d’ouverture, qui s’est déroulée au siège de l’APC, a été marquée par le vernissage d’une exposition de photographies. Les conteurs algériens ont par la suite accueilli leurs invités et collègues venus d’Afrique et du pourtour méditerranéen. Au programme il est prévu, pour la matinée d’aujourd’hui, une représentation de contes au département de langues de l’Ecole nationale supérieure de l’enseignement technique, de l’université d’Oran. Pour l’après-midi, dés 17 heures, d’autres conteurs viendront distraire les enfants et les grands au niveau du Théâtre régional d’Oran Abdelkader-Alloula. Demain, c’est l’Institut français d’Oran qui abritera une représentation de contes pour enfants, ainsi qu’une seconde représentation de contes au département de langues de l’Institut français d’Oran. En fin d’après-midi, le programme se poursuit avec «Causerie avec les conteurs», au café-restaurant Le Loft, situé sur l’avenue Loubet. Le même jour, à 18h, le spectacle «Trois femmes à la mer», de Liuba Scudieri et David Chimenti, est prévu au conservatoire Ahmed-Wahby, en partenariat avec l’association Rafd. Pour la journée de jeudi prochain, une représentation de contes sera donnée aux Bains turcs de Sidi El Houari, en partenariat avec l’association Santé Sidi El Houari (SDH).
Dans l’après-midi, à partir de 15 heures, un hommage sera rendu à l’écrivaine et conteuse Catherine Gendrin, décédée en décembre 2010, qui a accompagné ce festival depuis sa création en 2007. Cette séance de lecture se tiendra à la bibliothèque de la jeunesse de l’association le Petit Lecteur, qui dispose d’un fonds riche de plus de 25 000 livres en arabe, en tamazight et en français. Il est également prévu en fin d’après-midi, à l’Institut français d’Oran, la «Nuit du conte» pour les adultes. Pour la journée de clôture qui se déroulera vendredi prochain, l’association organisera une «Ballade contée» au jardin Ibn Badis en partenariat avec l’association Bel Horizon. Les conteurs se rendront également dans les établissements et services hospitaliers pour enfants, en partenariat avec
l’association Smile. A la même heure sera donnée une représentation de contes au jardin de la Roseraie, rue Mohammed-Khemisti (ex- place Cayla).Pour rappel, l’association Le Petit Lecteur a été récompensée du prix Mahfoud-Boucebci en 2009 pour «l’exemplarité de ses activités» menées depuis sa création en 1993 dans les quartiers populaires et les établissements scolaires. Il est à noter que le Festival du conte est également organisé avec le soutien du Collectif bibliothécaire pour l’action culturelle (Cobiac) de la région Provence-Alpes-Côtes d’Azur (Paca, France). Soulignons que l’APC d’Oran est le partenaire majeur de cet événement aux côtés du mouvement associatif local, du Théâtre régional Abdelkader-Alloula (TRO) et de l’Ecole normale supérieure d’enseignement technique (Enset).*Par Sihem Ammour -La Tribune-12.03.2013.

P121216-15

**********************************************

         *Le pingre et la cruche de miel

Ahmed, le pingre du village, possédait une grande cruche remplie de miel pur. Il l’avait attachée à un clou, juste au-dessus de son lit, veillant scrupuleusement à ce que ni sa femme ni ses enfants n’y touchent. À maintes reprises, sa compagne l’avait supplié de la laisser puiser un peu de cette gourmandise qui faisait tant saliver les petits. “Donne-leur au moins une cuillère chacun ! Tu vois bien qu’ils ont l’eau à la bouche !” Mais Ahmed était sans pitié. Cette cruche de miel d’abeilles, pensait-il, allait lui rapporter une grosse somme d’argent qui lui permettrait d’acheter un cheval. “Je l’appellerai Rapido, prendrai soin de lui et galoperai aux quatre vents sur son dos.” Étendu sur son lit, son gourdin à proximité, l’homme échafaudait son plan. “Et si Rapido avait le malheur de me désobéir, je lui botterais l’arrière-train avec ce bâton !” Joignant le geste à la parole, Ahmed l’avare leva précipitamment la main et donna, sans le vouloir, un grand coup à la cruche qui vola en mille éclats répandant à terre et sur le lit la précieuse substance. Ahmed le pingre sentit son cœur s’emballer puis faire des ratés. Lorsque son épouse entra dans la chambre, elle le trouva raide mort. (Liberté)  

***************

35 réponses à “Kan ya makan-(il était une fois)”

1 2
  1. 24 06 2017
    can i patent an idea (12:02:54) :

    An interesting discussion is worth comment. I believe that you should write more about this issue, it might not be a taboo subject but usually people don’t talk about these issues. To the next! Best wishes!!

    http://sergeydesanw.trekcommunity.com/maat-in-lisbon-designed-by-al_a

  2. 19 12 2016
    Priscilla Deturenne (13:02:13) :

    Great blog you have here but I was curious if you knew of any community forums that cover the same topics talked about here? I’d really love to be a part of group where I can get responses from other knowledgeable people that share the same interest. If you have any recommendations, please let me know. Thank you!

    http://www.eIWY5EaGbT.com/eIWY5EaGbT

  3. 28 06 2016
    ratchet spanner set (13:08:29) :

    I know there are lots of firefox addons that help manage saving pictures, but what I am specifically looking for is, one which can allow me to simply paste the picture link and it will download the picture from that link. . Reason being, the pictures I am saving is has their own individual link and NOT on the same page itself..

    http://toolmart.eu/eng_m_Spanners_Double-Ratchet-Spanners-Sets-217.html

  4. 9 08 2015
    Site Web (12:04:09) :

    Super texte ! Une parenthèse pour vous montrer le site d’un commerce en France à Vincennes de bijoux fantaisie.

    https://bijouxtutti.wordpress.com

  5. 18 06 2015
    sdorttuiiplmnr (15:26:16) :

    My partner and I absolutely love your blog and find most of your post’s to be exactly I’m looking for. Do you offer guest writers to write content available for you? I wouldn’t mind composing a post or elaborating on most of the subjects you write concerning here. Again, awesome web log!

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  6. 15 06 2015
    sdorttuii plmnr (21:50:26) :

    Some genuinely great information, Gladiolus I found this. « The beauty seen is partly in him who sees it. » by Christian Nestell Bovee.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  7. 15 06 2015
    sdorttuiiplmnr (17:25:44) :

    You are my intake, I own few web logs and often run out from brand :). « No opera plot can be sensible, for people do not sing when they are feeling sensible. » by W. H. Auden.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  8. 10 05 2015
    online payday loan companies (00:56:23) :

    What does it take to get started in blogging with financial compensation?
    online payday loan companies http://www.paydayloansusa.company

  9. 7 05 2015
    fast payday loans no credit check (01:44:17) :

    How can you use a custom blog design if you are using ftp publishing for your blogger blog?. . How do I install the design?.
    fast payday loans no credit check http://www.paydayloansusa.company

  10. 7 05 2015
    small payday loans (00:08:16) :

    I have a blogspot account. I want to be able to see what state, country my visitors are from..
    small payday loans http://www.paydayloansusa.company

  11. 24 04 2015
    vitamin information (11:03:47) :

    Is it possible for a 16 year old to make money out of blogging?. . I have no idea what a blog is or how they work.. . I know that it can make money though. . Thanks!.

  12. 20 04 2015
    stained glass light fixtures (11:47:09) :

    I have a site, and my content is protected with a Creative Commons license, but I want to copyright it so places like eBaums World doesn’t steal my content. How can I get my entire site copyrighted?.

  13. 20 04 2015
    here (01:05:58) :

    I am asking for my mother. She doesn’t necessarily want to make money off them, her purpose is to use her blog (once popular) and use it as references to possibly help her get a newspaper article. She has a title for one called « Answers to Life’s Problems ». Where can she post blogs and they become popular? She posted it already on WordPress but there are 3 million people posting blogs hers gets lost in the mix. Any suggestions?.
    here http://www.prochino.co.za/?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=7232

  14. 30 03 2015
    click this link (21:57:28) :

    I have a degree in creative writing from a top university, but still have no significant credits yet. How should I go about getting published in a reputable magazine or web site for the first time? Is self-publishing the way to go? I have short stories that are done, but I am not sure where to send them. I know I need an agent, but trying to get one without ever being published just isn’t going to happen. Any suggestions?.
    click this link http://www.essential-tours.com/?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=22078

  15. 30 03 2015
    go here (21:29:41) :

    How would you start a website to help people that are having problems in there Relationship?
    go here http://www.szabadegyetem.com/?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=6317

1 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...