Le couffin du jour

*Les pauvres ne mangent pas à leur faim!

*Farid Yaïci. Professeur d’économie et directeur de recherche

«Pauvres, les ménages algériens consacrent 42% de leur budget aux dépenses alimentaires»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

****le 22.02.18 | el watan

- Le gouvernement poursuit sa marche forcée vers la révision (suppression) de la politique des subventions dont le système est présenté comme étant le mal absolu de l’économie algérienne. Un système de ciblage prendra la place de l’ancien. N’avez-vous pas l’impression que le débat sur les subventions publiques des produits de large consommation, les seuls décidément à être décriés, n’escamote pas la problématique essentielle de la relance économique ?

L’impression que dégage le gouvernement depuis le retournement des prix pétroliers en 2014 est qu’il s’inscrit dans une démarche de rééquilibrage des comptes publics, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi, mais rechigne à engager les réformes structurelles de mutation de l’économie algérienne vers une économie d’offre diversifiée, durable et de moins en moins dépendante des hydrocarbures.

Au début de la crise, le Fonds de régulation des recettes a, dans un premier temps, été mis à contribution pour combler les déficits budgétaires, l’épuisant totalement en 2017. Il a été question, dans un second temps, d’une mise en conformité fiscale volontaire qui s’est transformée en revers puisque la cible (les opérateurs du secteur informel) n’a pas joué le jeu.

Il a été fait appel, dans un troisième temps, à l’émission d’obligations d’Etat qui s’est soldée par un semi échec puisque la population n’y a pas souscrit et ce sont les entreprises publiques, les banques et les autres institutions financières (compagnies d’assurance, mutuelle, sécurité sociale, etc.) qui ont été contraintes de les acheter. Il a été question, dans un quatrième temps, du financement non conventionnel qui n’est rien d’autre qu’une émission monétaire sans contrepartie, susceptible d’alimenter l’inflation.

Le gouvernement souhaite, dans un cinquième temps, faire des économies en levant les subventions qui grèvent lourdement le budget de l’Etat. Il veut recourir, dans un sixième temps, à l’endettement extérieur en cas de nécessité. Enfin, il désire développer les hydrocarbures non conventionnels, ce qui risquerait de perpétuer le caractère rentier de l’Etat algérien. De son côté, la Banque d’Algérie cherche à remplacer les billets de banque dans le but d’attirer l’argent thésaurisé et celui du secteur informel dans les banques, même si ce n’est pas l’objectif avoué.

Pour revenir aux subventions, il y a lieu de rappeler que même si celles-ci ont existé dans le système de planification centralisée en vigueur dans les années 1970 et 1980 par le canal des prix administrés, elles ont complètement disparu vers la fin des années 1990 dans le cadre du programme d’ajustement structurel appliqué par l’Algérie sous l’égide du FMI.

Elles ne sont revenues, et en force, accompagnées par d’autres dispositifs de soutien aux jeunes et aux chômeurs tels que l’Ansej et la CNAC, qu’à la faveur du Printemps arabe en 2011 lorsque les émeutes ont commencé à atteindre notre pays. Du point de vue économique, le subventionnement est une anomalie au même titre que l’informel ou la corruption, car il fausse les prix qui constituent le seul moyen de coordination des actions des agents qui composent l’économie d’un pays. En conséquence, lorsque l’Etat empêche les prix de s’ajuster naturellement à l’offre et à la demande, il perturbe la coordination des millions de ménages et de firmes qui composent l’économie.

A fortiori, lorsque l’Etat subventionne des produits importés, non seulement il crée un effet d’éviction sur les productions locales mais, dans le même temps, il en transfère le bénéfice aux productions étrangères. Les subventions des prix à la consommation ne sont donc pas le meilleur moyen d’aider l’économie à se développer et n’ont, par ailleurs, pas vocation à être équitables pour la population.

- Le «ciblage» semble être la panacée pour le gouvernement. Quid de cette méthode : son opérabilité dans le contexte algérien ? Et qu’en est-il des expériences analogues dans le monde ?

La première difficulté qui se présente au gouvernement est liée à la problématique de la sensibilité du niveau de vie des Algériens car, selon la dernière enquête décennale réalisée par l’ONS, relative aux dépenses de consommation et au niveau de vie des ménages, en 2011, les dépenses alimentaires ont représenté près de 42% du budget familial, ce qui est énorme et dévoile la pauvreté des ménages algériens. En effet, plus la part alimentaire dans le budget est élevée plus le ménage est pauvre et inversement (loi d’Ernest Engel).

A titre de comparaison, les dépenses alimentaires de l’Union européenne n’ont représenté que 13% durant la même période, avec tout de même des disparités entre les différents pays (DGCCRF, n°21 novembre 2013). La seconde difficulté réside dans l’effet de cliquet qui désigne, en économie, le fait que lorsque leurs revenus diminuent, les agents ne vont pas à court terme ajuster leur consommation à la baisse et ils sont quasiment incapables de revenir en arrière (théorie de Thomas Brown).

La troisième difficulté concerne le palliatif à la levée des subventions alimentaires. Si le ciblage des subventions doit signifier distribuer des couffins ou des chèques aux plus pauvres (encore faut-il pouvoir les identifier ?), cela est symptomatique des camps de réfugiés. Une façon plus convenable et civilisée d’attribuer une compensation serait de relever le SNMG et les pensions de retraite et d’accorder une allocation de chômage aux personnes en âge de travailler et sans emploi lorsque celles-ci pourront être correctement recensées.

Une des expériences de subventionnement qui a réussi ne concerne pas l’alimentation mais le logement, l’APL, l’aide pour le logement accordée aux ménages les plus pauvres et aux étudiants en France, qui louent leur logement au prix coûtant mais qui reçoivent une compensation de la part de l’Etat, calculée sur la base de critères préalablement définis. Dans cet exemple, aussi bien le prix de marché que le pouvoir d’achat sont préservés. Dans le même pays, les personnes en âge de travailler et sans emploi perçoivent également une allocation chômage.

- Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia, avait indiqué samedi dernier, en marge d’une réunion des ministres arabes des Finances et du FMI, que le recours à l’endettement extérieur était envisageable dès l’année prochaine. Les hautes autorités du pays se sont dépensées pour récuser tout recours à terme à l’emprunt extérieur et ont fait le choix du financement non conventionnel. Cette volte-face traduit-elle un emballement des indicateurs économiques et financiers du pays : sachant que le pays dispose encore de réserves de change de près de 100 milliards de dollars, et une relative appréciation des cours du pétrole ?

Dans l’absolu, il n’est pas déconseillé à un pays d’emprunter sur les marchés financiers internationaux. Ce qui est déconseillé, c’est de ne pas avoir les moyens de rembourser les emprunts. De même, il n’est pas déconseillé à une économie de recourir à titre exceptionnel au financement non conventionnel.

Ce qui est déconseillé, c’est que celui-ci soit employé à combler les déficits publics sans que l’économie en question ne possède les ressorts nécessaires pour se relancer. Or, l’économie algérienne, en dépit de ses immenses potentialités, s’est retrouvée à la croisée des chemins. Elle n’est plus une économie centralement planifiée mais elle n’est pas non plus une économie de marché. Elle est une économie rentière dépendant quasiment de ses ressources en hydrocarbures et qui a vu se développer en son sein l’informel et la corruption.

Elle possède un secteur informel étendu et menaçant pour les fondements de l’économie algérienne et la corruption a atteint des summums inégalés et est généralisée. En outre, l’Etat est omniprésent dans les affaires économiques jusqu’à devenir contre-productif. Dans ce contexte, toutes les mesures prises depuis l’avènement de la crise en 2014 ne peuvent constituer des solutions durables et n’ont pas vocation à relancer l’économie en crise.

Seules des réformes structurelles conduisant à la transformation radicale de l’économie algérienne et de son mode de gestion peuvent constituer la solution idoine et pérenne mais que l’économie politique, polluée par des intérêts de clans, ne permet pas d’amorcer pour le moment. Quant aux «récusations de recours à l’emprunt extérieur par les autorités» que vous mentionniez dans votre question, je vous rappelle que c’est l’actuel Premier ministre qui a déclaré, lorsqu’il était chef d’un précédent gouvernement, qu’en politique, il n’y a jamais de «jamais».

Sa théorie s’est d’ailleurs vérifiée dans les années 1990 lorsque l’Algérie a rééchelonné sa dette extérieure et recouru au FMI pour appliquer le programme d’ajustement structurel sous sa houlette, alors qu’elle affirmait quelques mois plus tôt qu’elle ne se plierait jamais aux conditionnalités du FMI, et plus récemment encore pour l’officialisation de tamazight alors que les plus hautes autorités du pays avaient déclaré quelques années plus tôt qu’il ne serait jamais officialisé.

- Le gouvernement a fait sien le choix de l’austérité avec ses lots de compression des dépenses publiques, frein au recrutement public, suspension de milliers de grands et moyens projets, contingents de produits interdits à l’importation et autres recettes préconisées par des institutions financières internationales. Le cas du Portugal et son choix anti-austéritaire fait-il contre-exemple ? Autrement dit, le modèle de la croissance tirée par la dépense publique a-t-il vécu, selon vous ?

L’austérité n’est jamais un choix pour un gouvernement. Il y recourt lorsqu’il n’a plus les moyens de sa politique. La croissance a été tirée pendant une quinzaine d’années par la dépense publique, elle-même rendue possible par les recettes engrangées par les exportations des hydrocarbures.

Lorsque les revenus extérieurs du pays ont chuté de moitié, en raison de la baisse drastique des prix des hydrocarbures, et que cela dure depuis quatre ans, le manque à gagner est faramineux. Une fois que l’Etat a épuisé tous les instruments en sa possession pour combler les déficits, il ne lui reste plus qu’à appliquer la politique d’austérité.

Celle-ci se décline toujours, sans ou sous la houlette du FMI, par : l’augmentation des impôts et taxes ; la levée des subventions ; le gel, voire la compression, des personnels de la Fonction publique ; la privatisation et/ou la faillite d’entreprises publiques et la réduction de leurs effectifs, le report et/ou l’arrêt de projets d’infrastructures publiques, le désengagement de l’Etat de la sphère économique, la décentralisation, etc. Le modèle rentier de la croissance tirée par la dépense publique s’essouffle et on commence enfin à reparler ou à redécouvrir l’économie et ses principes.

Quant à la comparaison avec le Portugal, je ne la trouve pas idoine car c’est depuis 1985 que ce pays est entré dans un processus de modernisation et il a rejoint l’Union européenne en 1986. Anciennement pays agricole, le Portugal a développé une économie de type capitaliste de plus en plus fondée sur les services, puis sur l’industrie.

Il a aussi réalisé beaucoup de réformes, dont la privatisation de nombreuses sociétés contrôlées auparavant par l’Etat. Il a, bien entendu, souffert de la crise financière internationale de 2008, transformée en crise des dettes souveraines européennes en 2010, au même titre que tous les pays du sud de l’Europe, plus vulnérables que ceux du Nord. Au demeurant, le Portugal n’est pas un pays rentier. Il tire sa richesse du travail.

- L’ancien ministre de l’Industrie, Abdelhamid Temmar, a défendu bec et ongles sa politique de privatisation qu’il a jugé «réussie». Avec le PPP, le partenariat public-privé, le gouvernement et ses partenaires UGTA/patronat découvrent les vertus du PPP plus de 40 ans après les pays du Sud-Est asiatique. L’histoire du privé national, du capital privé national, sa formation, sa vocation, peut-elle s’insérer dans un modèle PPP genre Corée du Sud en investissant des secteurs structurants (industrie, technologie, etc.) et à forte valeur ajoutée ?

J’ai lu et apprécié l’interview sur TSA de l’ancien ministre chargé de l’Industrie, Abdelhamid Temmar. Il a d’ailleurs été mon professeur à l’université et mon ministre lorsqu’il était à la Prospective et à la Statistique. J’ai trouvé sa contribution pédagogique, académique et objective au regard de son contenu.

Je n’ai pas eu la chance de travailler avec lui lorsqu’il était à l’Industrie, donc je ne peux pas porter de jugement sur la réalité de ce qui s’est vraiment passé au cours de la période en question. Je dois signaler tout de même un élément que je n’avais pas mentionné plus haut, c’est que lorsqu’une économie est en crise, la vente des actifs publics fait partie de la panoplie des solutions pour renflouer les caisses de l’Etat.

Cela permet aussi aux entreprises privatisées d’avoir une gestion plus rigoureuse. Par contre, je ne comprends pas pourquoi n’avoir pas ouvert le capital des entreprises publiques privatisées en passant par le marché financier, ce qui aurait permis d’une part de dynamiser ce dernier et d’autre part d’avoir une meilleure évaluation de ces entreprises. Quant à l’appellation PPP (partenariat public-privé) ou à celle de privatisation, ce ne sont rien d’autre que l’ouverture du capital des entreprises publics, le reste étant une question de proportions.

Ce qui importe, c’est la gestion selon les règles de rentabilité économique de ces entreprises. Maintenant, si cette rentabilité peut s’inscrire dans des projets structurants de long terme, dans le cadre d’un partenariat public-privé, dans un souci de mutualisation des moyens, pourquoi pas ? Si, par contre, il s’agit d’ouvrir le capital d’entreprises publiques au privé, national et étranger, il serait souhaitable de passer par le marché financier et d’adapter les moyens de celui-ci à la nouvelle situation.

- Quelle valeur, selon vous, peut avoir la charte du PPP et dans quelle mesure celle-ci peut déboucher sur une reprise en main efficace des unités privatisables sans que la collectivité y perde au change (transfert maffieux de la propriété, perte de l’emploi, cessation de l’activité, etc.) ?

Je pense, encore une fois, qu’un marché financier organisé, transparent et doté de moyens adéquats, est la meilleure façon d’éviter les passe-droits. Celui-ci ne se développe, bien sûr, que dans le cadre d’une économie de marché elle-même développée. Mais, l’un alimentant l’autre et vice-versa, ils pourront tous les deux se développer.

Je suis conscient aussi que le processus d’ouverture, qui a pris déjà 30 ans de retard, doit tout de même se faire prudemment et progressivement afin d’éviter des conséquences non désirées. Evidemment, cela aurait été plus facile durant les années d’aisance financière. Mais, aujourd’hui, la transformation de l’économie algérienne est non seulement nécessaire mais indispensable au regard de la leçon de 1986, rééditée en 2014. Et, il vaut mieux que nous la fassions nous-même qu’encore une fois contraints et forcés sous la houlette du FMI.

Je suis conscient enfin que l’Etat a une responsabilité historique et politique majeure, durant cette conjoncture de tous les doutes, dans la libération des initiatives des Algériens, aujourd’hui bridées, en améliorant le climat des affaires de façon particulière et l’écosystème d’une manière générale afin de relancer la machine économique mais également et surtout en garantissant les droits à une éducation et à une santé de qualité, le droit à une justice indépendante, les droits sociaux, les droits politiques à choisir librement et en toute transparence et connaissance de cause ses représentants, du président de l’APC au président de la République, et à pouvoir exercer le contrôle sur toutes les institutions de l’Etat. 

**Mohand Aziri   22.02.2018 | el watan

**************************

*Quelques prix au marché de Gambetta-Oran- dimanche 25 février 2018

**Tous ces produits sont d’origine locale, algérienne, Bio

*dattes–400 à 600 da

*olives vertes, noires ou violettes–360 da/kg

*pomme–170 à 300da le kilo

*Citron–200 à 300 da le kilo (trop cher- peu de gens achètent)

*Poivron–120 à 200 dinars

*concombre–70 à 100 da le kilo

*carotte–60 et 70 da le kilo

*Tomate–70 à 120 da le kilo

*aubergines–100 à 120 da le kilo

*artichauts–70 à 120 da le kilo

*petits pois- primeurs- 150 à 200 da le kilo

*Pomme de terre-70 et 80 da

*oignons–40 et 60 da le kilo

*anchois–sardine 600 à 800 da le kilo

*poulet–290 à 360 da le kilp

**Niar–Oran*Dimanche 25 févier 2018

**********************************

*Trop cher le couffin !

L’ascension fulgurante des prix des produits alimentaires laisse perplexes les petites et moyennes bourses.

Une hausse inexplicable pour les consommateurs. Les vendeurs de détails, quant à eux, estiment que c’est au niveau du marché du gros que se décident les prix. «Nous n’y sommes pour rien dans cette hausse vertigineuse. Nous ne voulons que travailler. La hausse des prix ne nous arrange pas. Mais que voulez-vous qu’on fasse ? La situation nous dépasse», se justifie un vendeur de légumes au marché Rédha Houhou (ex-Clauzel) à Alger-Centre. Les chefs de famille qui sillonnent les allées des étals des fruits et légumes se disent ahuris par cette hausse qui se maintient. Les prix sont tous les mêmes. Sur certains étals, on affiche une petite différence par rapport aux autres.

Mais au détriment de la qualité. Certains produits sont carrément à jeter. Mais les vendeurs continuent à les proposer aux clients qui, par manque de moyens financiers, finissent par les acheter. Au marché Rédha Houhou, les prix des légumes se sont envolés. La pomme de terre, dont la qualité laisse à désirer, s’affiche à 70 DA, l’oignon, qui est à la base de la plupart des plats algériens, est proposé à 50 DA. Les prix de ces deux légumes de base sont les moins chers comparativement au prix de l’haricot vert cédé entre 140 et 160 DA. La hausse des prix des produits importés, notamment les fruits, s’explique par le coût du transport et les taxes imposées. Qu’en est-il des produits locaux ? Leur prix n’échappe pas à cette frénésie. Les prix des fruits sont entre 100 et 200 DA le kilogramme. Sur l’affiche portant le prix, le vendeur prend soin de mentionner que c’est une production locale.

«Faire ses courses, cela fait peur»

«Raisins, muscat local, extra sucré, 200 DA», lit-on sur une affiche. «Faire le marché, cela fait peur», avoue une mère de deux enfants percevant un salaire de 40 000 DA. Cette dernière regrette que ses enfants ne puissent pas profiter des vertus des légumes qui deviennent inaccessibles. «On se rabat sur les pâtes. Mais ce n’est pas évident quand on a des gosses», reconnaît amèrement cette dame qui n’a pas fait encore ses emplettes. Elle se montre hésitante à chaque fois qu’elle approche un étal. Hakim, père de famille, estime que se permettre un plat composé de légumes, un morceau de viande et un fruit, coûte sans exagération 2000 DA pour une famille de quatre personnes. Quelles sont les raisons ayant fait du produit local le produit le plus cher ? Le produit local se fait de plus en plus rare sur les marchés.

«C’est le déséquilibre entre l’offre et la demande qui fait que les prix des produits locaux restent élevés», explique M. Boulenouar, porte-parole de l’Union nationale des commerçants et artisans algériens (UGCAA). Même constat au marché de Belcourt. A la différence du marché ex-Clauzel, dans  ce quartier populaire, ce ne sont pas tous les vendeurs qui ont pris le soin d’afficher les prix, pourtant la réglementation l’exige. 

Le déséquilibre entre l’offre et la demande influe, certes, sur les prix. Mais ce facteur est-il réellement le seul à être responsable de l’augmentation durable des prix de tous les produits alimentaires, y compris les céréales ? D’après le porte-parole de l’UGCAA, le déficit entre l’offre et la demande a été enregistré depuis des années. Les politiques adoptées par le ministère de l’Agriculture ont toutes été vouées à l’échec. Evaluant ce déficit, l’UGCAA estime qu’un déficit de 20% est enregistré au niveau de l’approvisionnement en pomme de terre. D’après les dires de ce commerçant, l’importation de ce tubercule annoncée par le ministère de l’Agriculture n’est pas une solution. *El watan-27.09.2012.

***************************

*Quelques prix au marché de Gambetta-Oran*Mercredi 10 juin 2015

**Tous ces produits sont d’origine locale, algérienne, Bio

*abricot–60 da à 80 da le kilo

*figues bakor (précoces)–100 da

*pêche–70 à 100 da

*cerises-entre 450 et 500 DA/kg

*dattes–400 à 500 da

*olives vertes, noires ou violettes–280 da/kg

*Pastèque–50 da le kilo

*Melon–100 à 120 da le kilo

*pomme–170 da le kilo

*Citron–200 da le kilo (trop cher-peu de gens achètent)

*haricot vert-60 à 80 da le kilo

*Poivron–80 à 100 dinars

*concombre–40 da le kilo

*carotte–30 et 40 da le kilo

*Tomate–50 da le kilo

*aubergines–100 à 120 da le kilo

*artichauts–70 da le kilo

*Pomme de terre-50 et 60 da

*oignons–35 et 40 da le kilo

*anchois–300 da le kilo

*Faux-merlan–400 da le kilo

**NiarOran*Mercredi 10 juin 2015

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*Jeudi 27 septembre 2012.

-pomme de terre…60da a 70da le kg

-oignon… 50 a 60da le kg 

-laitue… 80 a 120da le 1kg

-tomate… 60da a 80da le kg 

l’haricot vert cédé entre 140 et 160 DA le kg

-artichaut… 

-fèves…

-viandes… 1.200da a 1.300da le kg 

-pain…

-journaux…

- une rose… 100da a 120da

-lait…

-sucre… 90da x 1kg

-dattes… 280 a 360da le kg

Raisins, muscat local, extra sucré, 200 DA le kg

*********************************

*Dimanche 07 février 2010.

Oran-marché des Aurès-10 H.

couffin.jpg

*Pour une famille de 4 personnes….= 1.110,00 da

-pomme de terre…45 da x 2kg = 90 da

-oignon… 70da x 1kg = 70da 

-laitue… 50 da x 1kg = 50 da

-tomate… 60 da x 1kg = 60 da

-artichaut… 60 da x 1,5 kg = 90 da

-fèves… 70 da x 1kg= 70 da

-viandes… 720 da x 0,400kg = 288 da

-pain… 50da

-journaux…30da

- une rose… 80da

-lait… 90 da

-sucre… 90da x 1kg= 90da

-dattes… 320da x 0,5 kg = 160da

****************************** ++++

.huile-épices-café-pâtes- légumes secs- margarine- oeufs- yaourt- eau minérale-

** produits d’hygiène

** Loyer

** électricité-gaz

** téléphone- internet

**eau robinet

** transport quotidien

** Loisirs … voyages

*************

*Livres, cahiers, articles scolaires.

*médicaments non-remboursés

*vêtements, chaussures

*articles ménagers

************************************

3 réponses à “Le couffin du jour”

  1. 3 11 2011
    traduceri slovaca romana in iasi (05:08:57) :

    What is here it is a great piece of information this is the reason why I post a link to you in one of my site your link is here . But first of all I must salute all the visitors. . And now I must say that I have post http://niarunblog.unblog.fr/consommateurs-et-prix/le-couffin-du-jour on my Facebook profile. I will do this because at long last I found what I was looking for. What you say here is really very good post. When I saw this tittle, ELAyam-2 » Le couffin du jour, on google search I was very glad. It is possible I found something that have the same ideea here http://www.toplevel-traduceri.ro/traduceri_rapide_Romana_Slovaca_in_Iasi.html, I’m not sure but I thing it was the same. All the best

  2. 25 10 2011
    Cattle (12:28:52) :

    What is here it is a great article. But first of all I must say all the visitors. Hello. After this I must say that I m going to post http://niarunblog.unblog.fr/consommateurs-et-prix/le-couffin-du-jour on my Hi5 profile. I will do this because at long last I found what I was looking for. What you post here is really the best information. In the second I saw this tittle, ELAyam-2 » Le couffin du jour, on google search I was very glad. Maybe I found something like this here http://www.bonsmara.biz, I’m not sure but I thing it was the same. Thank you

  3. 17 10 2011
    debt management (11:47:40) :

    This it is an interesting article. But first of all I must salute all every one. Salve. And now I must say that I m thinking to post http://niarunblog.unblog.fr/consommateurs-et-prix/le-couffin-du-jour on my Facebook profile. I will do this because finally I found what I was looking for. What you say here is really the best information. In the minute I saw this tittle, ELAyam-2 » Le couffin du jour, on my google search I was very glad. It is possible I found something that have the same ideea here http://ivauk.com/debt-management.php, I’m not sure but I thing it was the same. Thank you




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...