Payez ce que vous voulez

*Prix libres conscient:  laisser le client définir lui-même le prix

« les riches paient pour les pauvres et chacun donne suivant ce qu’il a aimé »

**le client fixe ce qu’il est en mesure de donner.

Payez ce que vous voulez

Peut-on se débarrasser de l’étiquette et laisser le client fixer le prix ? C’est le pari de ceux, de plus en plus nombreux, qui optent pour le « prix libre » et bousculent ainsi les règles du commerce.

Vendre des places de spectacles, de la musique sur Internet, ou créer des sites internet en laissant le client définir lui-même le prix, le pari est audacieux. Et, n’en déplaise aux sceptiques, ça marche ! L’association de promotion artistique Touch-arts organise, dans les environs de Strasbourg, des spectacles à prix libre. « Nous avons opté pour ce système pour permettre à tout le monde d’assister à nos concerts. Tous les spectateurs versent quelque chose. Ceux qui viennent régulièrement donnent ce qu’ils peuvent, parfois un, parfois dix euros. Nombreux sont ceux qui, en sortant, redonnent de l’argent car le spectacle leur a plu », souligne Djeb, son président.

Depuis plus de 20 ans, l’humoriste Gustave Parking propose ses places de spectacles à deux euros, avec sortie en libre participation. « Comme ça, les riches paient pour les pauvres et chacun donne suivant ce qu’il a aimé », explique Laurence Najberg, sa productrice.  Economiquement, le système est viable. « Cela paye toujours au moins la salle et les salaires », poursuit-elle. A condition toutefois que la qualité soit au rendez-vous. « C’est comme dans la rue, on voit tout de suite si les gens sont contents ! »

Le prix libre n’est pas réservé au seul univers du spectacle, il peut être  pratiqué avec succès dans l’informatique.  Ainsi, depuis janvier 2010, Rémy Sabatier  offre aux particuliers un service de récupération de données via son site www.diskcard.fr dont ils établissent eux-mêmes le tarif. « Une fois reçu le disque dur, j’établis gratuitement un diagnostic précis du travail à effectuer. Avec ces informations, le client fixe ce qu’il est mesure de donner. Dans 80% des cas, j’accepte cette proposition », détaille-t-il. « Pour des particuliers, le contenu d’un disque dur possède très souvent une forte dimension sentimentale. Ils peuvent estimer quel prix ils peuvent mettre pour le retrouver ».

Qu’il s’agisse d’informatique ou de spectacles, pratiquer le prix libre impose une bonne dose de communication. « Sur les flyers de nos spectacles, nous mentionnons « prix libre conscient »,  pour éviter la confusion avec le « classique entrée libre », insiste Djeb. Car c’est bien de conscience qu’il s’agit.  « Ne pas imposer de prix oblige à réfléchir à la fois sur la valeur qu’on prête à un bien et sur le travail qui est nécessaire pour le produire », affirme Rémy Sabatier.*Par Mélanie Mermoz, *FemmeActuelle, le 12 février 2014

grand-prix-dinde-new-delhi-les-essais-libres-en-direct0_0

*****************

*Le prix libre est un mode de paiement qui consiste à laisser à l’acheteur le libre choix du montant qu’il va donner pour un produit. Le prix libre est notamment pratiqué dans les milieux alternatifs, anarchistes et altermondialistes. Il est considéré comme une forme de lutte contre le capitalisme, sans pour autant imposer une rupture avec le concept de monnaie. En effet celui-ci permet de vendre l’objet au prix que l’acheteur lui attribue, exempt de tout souci de rentabilité ou de bénéfices ou de la valeur du travail qui y est incorporée.Le prix libre peut dans certains cas être mis en place à des fins humanistes. Par exemple, dans le cas de la vente d’un objet culturel (livre..), le prix libre peut être l’expression d’une volonté de mettre la culture à la disposition de tous.Le client peut donner moins que le prix coûtant, mais, en théorie, il peut aussi donner plus, dans l’optique d’aider le groupe à continuer à se produire.Le prix libre n’est pas assimilé à un don. *wikipedia

payez-ce-que-vous-voulez-un-concept-en-plein-boom

****** »Payez ce que vous voulez » pour un menu au restaurant, un tee-shirt de marque,  une nuit d’hôtel… Ce concept, née en Grande Bretagne commence à faire des  émules en France et ailleurs à travers le monde, certains commerçants y voyant un bon moyen de faire parler  d’eux, ou même de relancer la consommation en temps de crise. Déjà en vogue  outre Manche, le « Pay What You Want » (PWYW) s’affirme comme un excellent outil  de marketing, mais la pérennité de ce modèle de consommation suscite des  interrogation

********************

*Les salles et conférences en prix libres

Que  vous soyez une association, un collectif, un créateur d’entreprise ou bien un porteur de projet, que vous ayez besoin de faire une réunion ou bien  d’organiser un entretien,si vous partagez notre éthique, «Le point de lumière» met ses salles à votre disposition au prix libre.

Le prix libre est  à,la fois une libre participation c’est à dire une appréciation de votre contribution aux dépenses du  lieu  non seulement pour l’entretien, les charges ( électricité, loyer etc) mais il est aussi une contrepartie qui tient du remerciement et de la reconnaissance du profit que vous aurez fait de l’utilisation de cette salle. ici il faut lire le mot profit (latin pro facere faire pour) au sens de faire du profit non pas sur l’autre ( sur le dos de quelqu’un et dans se cas sans qu’il le sache ) mais avec l’autre ( c’est à dire en partageant le surcroît de richesse) . En d’autre terme le profit au point de Lumière passe par la libre participation à nos besoins réciproques . Prendre soin de nous, du lieu c’est déjà reconnaître le bienfait de notre relation. En cela payer revient à  son sens premier (pacare latin : faire la paix). Ainsi la liberté du prix signe aussi un accroissement de sa propre liberté en tant que conscience et responsabilité. Si la liberté n’a pas de prix il n’y aurait jamais de prix de la liberté ni donc de liberté de prix.  il faut pourtant qu’il y ait une valeur à reconnaître et à remercier car le remerciement signe une valeur d’échange c’est à dire de rééquilibrage de la relation( merci au sens de mercedem latin: salaire contrepartie) 

C’est donc vous qui allez évaluer librement le montant de votre contre-partie et cela suppose naturellement que vous êtes déjà mature et responsable  face à l’outil financier. Vous avez donc déjà réalisé que l’argent ne sert qu’à fluidifier une partie seulement de la richesse acquise. Naturellement personne ne vous réclamera rien ni ne doutera de votre bonne foi.

La sincérité est la vertu majeure de toute forme de partage, le contre-don et la contrepartie représente  la  matérialisation de l’accroissement de votre puissance ( d’être et d’agir dirait Spinoza), Vous pourrez dépenser  maintenant à votre guise ce nouvel apport énergie .

Le prix  libre c’est aussi une façon de s’ajuster à l’autre ainsi on sort du rapport de production, qui instrumentalise l’autre et soi même,  à celui de autorise ( rend auteur) une création de soi  qui signe par là  son émancipation de tous les déterminismes . Autrement dit, en devenant auteur  de soi même on ne se produit plus on se crée. En cessant de se produire on cesse littéralement la mise en scène du sempiternel «Ego» pour  «s’altériser»* et faire avec l’autre ( on revient au profit).

Produire c’est fabriquer du même en l’augmentant , en ce sens produire c’est toujours reproduire. L’acte créateur sort justement de la production en ce qu’il invente autre chose que lui même, il devient autre, il s’ouvre il sort de la gangue de ce qu’il était.

Il semble que je m’éloigne du sujet du prix libre mais si l’on accole les mots sujet et liberté au mot prix cela suppose un engagement à la réflexion.

Avant même d’être libre qu’est ce que le  prix ?

Si l’on s’en réfère à l’acception première (latin pretium qui donne aussi précieux) le prix est la valeur intrinsèque d’une chose et ne constitue nullement un montant ni même une valeur d’échange. le prix c’est la force et la vitalité d’une chose qui m’est précieuse autrement dit le prix c’est le prix que cela à pour moi . Quand la chose est précieuse, elle a un prix, on passe donc de l’ordre de l’être (précieux) à celui de l’avoir (prix). Ainsi  revendiquer le prix libre c’est renvoyer chacun à l’évaluation de ce qui lui est précieux et avec cela on est rarement tenter de tricher car il s’agit bien de jauger et non plus de juger et sans juge nul n’est besoin de mentir puisqu’il n’y personne  autre que soi même à qui mentir ni avec qui se donner bonne conscience.

Le prix libre engage donc outre la responsabilité, l’honnêteté vis à vis de soi que l’on nomme plus généralement honnêteté intellectuelle.

Autant vous dire que nous ne souhaitons aucunement douter de la vôtre car cela supposerait que nous écrasions la notion de sujet.  Or Vous êtes Sujet Libre .

Il y a des règles élémentaires qui permettent de «cadrer»  et de soutenir les premiers pas sur le chemin de la liberté  consciente d’elle même ( car avant on est libre sans le savoir et l’on se croit aliéné par d’autres que nous même).

Ces règles sont assez simples: Si vous faite payer vous même une prestation à l’intérieur de la salle, il paraîtra logique de contribuer dans la mesure ou la quantité d’argent est immédiatement évaluable. Vous pouvez, dans le cadre d’un RV professionnel obtenir une contrepartie différée, en ce sens vous pourrez sans doute contribuer à posteriori. Si vous générez des profits autres que monétaires vous pouvez aussi les partager avec nous que ce soit en terme de réseau de notoriété et même d’amitié.*source:lepointdelumiere

***************************

« Payez ce que vous voulez », un concept en plein boom

Un concept testé par Radiohead en 2007. Les restaurants appliquent le  »juste prix »Une recette qui n’a pas tarder à s’appliquer en France…Un coup de pubDes promos PWYW dans l’hotellerie. L’édition dans la course…BrandAlley, des vêtements de marque pour une bouchée de pain

**************************

*Partir en vacances : et payez ce que vous voulez !

À tous ceux qui pensaient ne pas pouvoir partir en vacances à cause de la crise, halte là ! Un nouveau concept propose de louer un appartement dans les Pyrénées et de payer ce que vous voulez à la fin du séjour ! Qui a dit qu’on ne pouvait pas prendre la crise économique du bon côté ?

Du 12 au 19 septembre, Madame Vacances crée l’événement en laissant libre choix au consommateur de payer ce qu’il veut pour un séjour dans un appartement de Saint-Lary dans les Pyrénées Orientales. Le concept s’appelle « Pay what you want » et a été développé dans les pays anglo-saxons. On l’a vu notamment avec le groupe de musique Radiohead qui laissait les auditeurs juges de payer la somme qu’ils voulaient pour le téléchargement de leur album.
Certains restaurants ont également adopté cette idée en proposant aux clients de décider du prix de leur repas. Le concept s’applique désormais au tourisme pour notre plus grand bonheur !

Madame Vacances propose donc une offre exclusive du 12 au 19 septembre 2009 dans sa résidence Cami Réal de Saint-Lary située dans les Pyrénées Orientales.
Elle est composée de 102 appartements avec balcon ou terrasse, et chaque appartement
dispose d’un coin cuisine équipé et d’un salon avec télévision écran plat satellite et lecteur DVD. Un espace bien-être est également à la disposition des résidents : piscine intérieure chauffée, bassin à remous, sauna et hammam.

Comment participer à l’événement Pay what you want ?
Dès le 1er juillet 2009, si vous souhaitez bénéficier de la formule Pay what you want  appeler le  04 79 65 07 65 ou connectez-vous  sur madamevacances.com et réservez votre semaine de vacances ! Seule une garantie de réservation ferme de 100 € par carte bancaire vous sera demandée mais non encaissée.
Ce séjour inclut la location de l’appartement, l’accès illimité à l’espace bien-être de la résidence (piscine, bassin à remous, sauna et hammam), au service Wifi ainsi qu’au prêt de consoles Wii, jeux de sociétés ou encore de magazines.
Le versement d’une caution (260 € par appartement) et la taxe de séjour (0.73 € par personne /
jour) restent quant à elles obligatoires ainsi que certaines prestations telles que le ménage, le parking ou encore la location du linge de maison…
À la fin de la semaine, c’est vous qui estimez et fixez le prix de son séjour ! *Par Claire Schneider-marie claire magazine

***************

3 réponses à “Payez ce que vous voulez”

  1. 9 04 2016
    Jimmie Olliff (07:25:43) :

    Greetings! Very helpful advice within this article! It is the little changes that make the largest changes. Many thanks for sharing!

    http://1001wallpapers.ru/profile/8445/tyleitch

  2. 18 06 2015
    sdorttuii plmnr (15:44:22) :

    I like meeting utile info, this post has got me even more info! .

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  3. 16 06 2015
    sdorttuii plmnr (00:15:18) :

    This web site is really a walk-through for all of the info you wanted about this and didn’t know who to ask. Glimpse here, and you’ll definitely discover it.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...