Zahia Ziouani,chef d’orchestre hors du commun

**Zahia Ziouani , jeune femme d’origine algérienne… chef  d’orchestre

Zahia Ziouani,chef d’orchestre hors du commun zahia

Zahia Ziouani est une jeune femme d’origine algérienne née dans le 93 (  Département de la-Seine Sain-Denis). Elle est chef d’orchestre. Les mots ne  semblent ne pas aller ensemble, mais Zahia Ziouani les conjugue avec le plus  grand naturel. Ses racines ? Un père algérien qui travaille dans la restauration  et une mère algéroise férue de théâtre, de danse.

Le 11 septembre 2012 à la Cité de la musique, elle dirige son orchestre  Divertimento au cours d’un concert qui ouvre un cycle commémorant les cinquante  ans de l’Indépendance de l’Algérie.

ziouani

Zahia Ziouani, c’est un roc que rien ne semble pouvoir entamer, une battante  dont l’arme fatale est la douceur et le carburant, une détermination  immarcescible. « Ce qui compte, c’est mon engagement musical et artistique », affirme-t-elle.

Zahia Ziouani ne veut pas que son cas soit un cas, justement, et elle oppose  un refus extrêmement poli mais catégorique à toute tentative visant à l’enfermer  dans des clichés. Mieux vaut la laisser raconter, à sa manière…

« Une lignée de fortes femmes »

« Dans ma famille, il y a une lignée de fortes femmes. Ma grand-mère a  combattu pour que les femmes puissent s’exprimer et prendre des responsabilités.  Elle a joué aussi un rôle important pendant la guerre pour aider les Algériens à  s’affranchir.

Ma mère, qui a fait des études supérieures, a hérité de cette opiniâtreté.  Moi, je suis née en France. Je suis heureuse d’avoir grandi ici et de vivre ici,  mais j’étais curieuse aussi de connaître mes racines. »

Ses racines ? Un père kabyle qui travaille dans la restauration et une mère  algéroise férue de théâtre, de danse. Juste après la guerre, son père s’installe  en France où il apprend à lire, et à aimer la musique classique qu’il découvre à  la radio. Il ne travaille pas très loin de la Salle Pleyel et n’hésite pas à en  franchir le seuil.

Lorsqu’il s’y rend pour la première fois, c’est pour entendre, en trio,  les trois plus grands monstres sacrés du XXe siècle : le pianiste Sviatoslav  Richter, le violoncelliste Mstislav Rostropovitch, et le violoniste Yehudi  Menuhin !

Mozart et Beethoven à la maison

A la maison, chez les Ziouani, on écoute des symphonies de Mozart ou de  Beethoven. Tant pis pour les clichés : ces musiques-là passent très bien le  périphérique.

Les trois enfants – un garçon et les jumelles, Zahia et Fettouma qui est  devenue violoncelliste – sont inscrits au conservatoire de Pantin. Quand leur  mère allait les chercher à l’école, elle apportait leurs instruments puis les  conduisait au conservatoire. Quant à leur père, il leur faisait lire chaque jour  un article du Monde.

Zahia Ziouani s’insurge : « Quand on parle de la banlieue, on n’évoque jamais  les gens qui travaillent comme des fous, qui sont très modestes et qui font  plein de sacrifices pour leurs enfants. On parle seulement de ce qui ne va pas ! »

Zahia entre au Conservatoire à 8 ans. Elle apprend d’abord la guitare  classique (elle en avait commandé une au Père Noël), puis se met au violon alto  quand elle réalise qu’il n’y a pas de guitare dans « la musique qu’elle écoute  avec papa ».

A 11 ans, elle joue pour la première fois dans un orchestre et observe, de  cette position privilégiée, le travail du chef.

Des posters de chefs dans sa chambre d’ado

A 13 ans, c’est le coup de foudre : l’adolescente découvre ce qu’est le  travail du chef d’orchestre en dirigeant, le temps d’une courte pièce, la  formation des élèves du Conservatoire. Elle sera chef, c’est décidé. Dans sa  chambre, elle accroche les posters de ses maestros préférés : Wilhelm  Furtwängler, Sergiu Celibidache et Herbert von Karajan.

« A partir de ce jour, j’ai passé beaucoup de temps à écouter la  musique en lisant en même temps les partitions. Je comparais les différentes  interprétations, j’essayais de comprendre ce qui se passait.

Et puis, alors que j’avais 16 ans, j’ai eu la chance d’être sélectionnée pour  étudier la direction auprès du maestro Sergiu Celibidache, qui m’a énormément  marquée… »

Avec plusieurs premiers prix en poche (alto, guitare classique, musique  de chambre) puis une maîtrise de musicologie obtenue à la Sorbonne (Paris-IV),  Zahia Ziouani se lance dans la fabrication de son rêve. En 1997, à 20 ans, elle  crée un orchestre avec des étudiants, qui deviendra en 2002 une réelle structure  professionnelle. C’est Divertimento, une formation qui compte aujourd’hui 70  musiciens.

A cette époque aussi, la famille Ziouani ne va plus en Algérie. La situation  politique ne le permet pas. Il leur faudra attendre dix ans pour y  retourner.

France-Algérie, « je t’aime moi non plus »

En 2007, Zahia Ziouani est nommée premier chef invité de l’Orchestre national  d’Algérie, unique en son genre dans le pays. Aujourd’hui, il existe un réel  engouement pour la musique classique et la chef d’orchestre bénéficie d’une  grande médiatisation. Elle a établi au fil du temps de multiples coopérations  entre Divertimento et la formation algérienne.

« J’ai dirigé un concert en Algérie en octobre 2010 alors qu’il y avait de  grandes tensions entre les deux pays. L’histoire entre la France et l’Algérie,  c’est un peu “ je t’aime moi non plus !”

J’ai fait jouer des musiciens algériens et français ensemble, ce qui a créé  de belles rencontres. En mêlant les deux orchestres, j’ai voulu dire que les  relations entre les deux pays, ce n’était pas seulement cette tension, et qu’il  y a cinquante ans, cela avait été douloureux pour tout le monde. »

C’est ainsi que le 11 septembre, une quinzaine de solistes de l’Orchestre  national d’Algérie joueront aux côtés des musiciens français de Divertimento,  dans un programme qui mêlera musique classique européenne, musique classique  arabe et musique traditionnelle. Un superbe programme.

« Je ne me laisse pas faire ! »

Si elle refuse résolument la stigmatisation de ses origines, Zahia Ziouani  admet qu’elle connaît une difficulté : son jeune âge. Elle concède aussi, mais  du bout des lèvres, qu’être une femme dans le milieu musical, un monde très  masculin, voire « macho », n’est pas aisé.

« Mais je ne me laisse pas faire, assène-t-elle. Il faut installer son  autorité et savoir se faire respecter ».

Respect, un mot que sa sœur Fettouma accole volontiers à ce qui guide  l’action de Zahia Ziouani. Nommée directrice de l’Ecole municipale de musique et  de danse de la ville de Stains, elle fait régner la discipline dans  l’établissement.

Elle demande aux garçons d’enlever leurs casquettes dès qu’ils entrent dans  l’école et n’autorise pas les filles à porter le voile.

Elle n’est pas d’accord non plus pour que les enfants ne viennent pas à  l’école les jours de fêtes religieuses. « Des règles de bonne conduite qui  s’appliquent à tout le monde », dit-elle très simplement.

Elle œuvre aussi pour que toutes les populations y soient représentées. Son  ambition, créer un lieu où les enfants, quel que soit leur contexte familial et  social, aient accès à la pratique et au savoir musical, avec tout ce que cela  comporte de difficultés. Un lieu où le respect est réciproque. Où l’exigence est  la réponse à l’adversité. Un lieu de partage de la musique.

Pas l’ombre d’un zeste de démagogie

Il faut avoir vu Zahia Ziouani répéter avec les jeunes de l’orchestre Demos,  ce programme d’éducation musicale classique mis en place dans les zones urbaines  sensibles : chacune de ses phrases ponctuée par « merci jeunes gens », « s’il  vous plaît » est l’expression de l’égard qu’elle montre à ces enfants, qui, par  réciprocité, lui manifestent le même. Sans l’ombre d’un zeste de démagogie.

Au violoniste Jean-Marc Phillips-Varjabedian, qui joue très souvent sous sa  direction ainsi que le violoncelliste Raphaël Pidoux, le mot de la fin : « Elle  a bien les pieds sur terre et en même temps, elle est très touchante. Elle a su  habilement contourner les sirènes des politiques, en restant très droite. Lors  de notre dernier concert à la Cité de la musique, la salle était pleine de gens  du 93 qui avaient traversé le périphérique. Si tout le monde faisait comme elle,  il y aurait peut-être moins de problèmes dans les banlieues. »

En arabe, « zahia » signifie porte-bonheur.

Zahia Ziouani en six dates : 1978 : naissance à Paris. 1986 : entre au  Conservatoire de Pantin. 2002 : création de l’orchestre Divertimento. 2006 :  reçoit le Trophée de la réussite au féminin. 2007 : nommée premier chef invité  de l’Orchestre national d’Algérie. 2010 : publie « La Chef d’orchestre » (éd.  Anne Carrière).
 *Rue89.

**voir vidéo: Zahia Ziouani la chef d’orchestre Divertimento Stains 93

**ZAHIA ZIOUANI en ALGERIE

***************************************

2 réponses à “Zahia Ziouani,chef d’orchestre hors du commun”

  1. 18 06 2015
    sdorttuiiplmnr (09:49:54) :

    I love your blog.. very nice colors & theme. Did you create this website yourself? Plz reply back as I’m looking to create my own blog and would like to know wheere u got this from. thanks

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  2. 16 06 2015
    sdorttuiiplmnr (01:22:17) :

    I actually wanted to write a simple note in order to say thanks to you for the nice tactics you are placing at this site. My time intensive internet search has at the end of the day been recognized with pleasant points to write about with my relatives. I would admit that we visitors are unequivocally endowed to dwell in a good network with so many special people with great concepts. I feel very lucky to have seen the website and look forward to really more amazing minutes reading here. Thanks once again for a lot of things.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...