Le nouveau désordre mondial

*****************Certains voient dans la mondialisation des bienfaits pour l’Humanité. Mais les politiques et ceux qui dirigent le monde, ont d’autres calculs qui ne coincident pas forcément avec les intérêts des peuples et des populations de toute la Planète sans exception. Alors les mots de Liberté, de Démocratie, d’égalité et de justice, perdent tous leurs sens. Et c’est la loi de la jungle, du mensonge et des armes sophistiquées qui est ressuscitée et rénovée pour ce nouveau désordre mondial.*Niar

***************************

*Ukraine-Ghaza.Palestine-Génocide-Israël-Syrie-Irak-Yemen-Pakistan-Afghanistan-Somalie-Kenya-Piraterie-immigration clandestine-Lampedusa-Libye-Sahel-Mali-Soudan du Sud-Congo-Nigéria-terrorisme-drogues-Armes-Tchernobile-Birmanie-Thaïlande-Suprimes-dettes-bulles financières et bancaires-récession-pauvreté-chomage-Sida-grippe aviaire-épidémies-Réchauffement de la planète-Pillage des ressources-etc…

*********************************

* Cheikh Imran Hosein et le triangle de la Fin des Temps

**Sham, Yémen et Najd

**voir et écouter la vidéole triangle de la Fin des Temps

500381546_1280x720

Un discours d’actualité remettant en cause les Ibn saoud et leur secte wahabbite en les mettant à leur place c’est à dire aux côtés de Satan. Le Cheikh Imran Hosein se basant sur le célèbre hadith du prophète Mohamed (Salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam), où il parla du Najd, la région de la péninsule arabique dont la capitale est Riyad, se trouvant à l’Est de Médine.

Le prophète Mohamed nous a mis en garde contre la dissension de cet homme, Mouhammad Ibn Abdelwahab, originaire du Najd tout comme la famille des Ibn Saoud, lorsqu’on lui avait cité la région de Najd pour qu’il fasse des invocations de bénédiction en sa faveur. Le Prophète n’avait pas donné satisfaction à ceux qui le lui avaient demandé.

Dans ce hadith authentique rapporté par l’Imâm al-Bukhârî le prophète a dit : « O mon Dieu, bénis pour nous la Syrie (Echam) ! O mon Dieu, bénis pour nous le Yémen ». Les gens (présents) dirent alors : « Et le Najd ? ». Il reprit : «O mon Dieu, bénis pour nous la Syrie ! O mon Dieu, bénis pour nous le Yémen! ». Ils dirent encore une fois : « Et le Najd ? », et à la troisième fois le messager d’Allah dit : «Il s’y produira tremblement de terre, épreuves et tourments et y apparaîtra la corne du diable »  (qarn al-chaytan)». autrement dit la Fitna viendra de la région située à l’est de Médine, avec ses corollaires, la corruption, la dissension, le trouble, l’égarement, la déviation, la discorde …La source de la mécréance proviendra de la région du Najd selon les prédictions du prophète. *Par Khidr Ali | mardi 19/05/2015 | algerie1.com

**Autres vidéos du Cheikh Imran Hosein

*Expliquer et se préparer à la guerre nucléaire

**Sheikh Imran Hosein est professeur en sciences islamiques, diplômé de l’Institut des études islamiques Aleemiyah. Il a étudié la philosophie et les relations internationales dans de nombreux instituts ou universités et a travaillé plusieurs années au ministère des Affaires étrangères du gouvernement de Trinité-et-Tobago. Il a vécu plus de dix ans à New York, a enseigné l’islam dans différentes universités, collèges, prisons, etc. aussi bien aux États-Unis qu’au Canada, et a participé à de nombreux dialogues interreligieux avec le christianisme et le judaïsme. Il a été imam dans une mosquée de Long Island et a dirigé pendant dix ans les prières du vendredi au siège de l’ONU à New York. Il a été directeur de l’Institut des études islamiques Aleemiyah de Karachi,  directeur de recherche du Congrès du monde islamique à Karachi également, directeur de l’Institut islamique pour l’éducation et la recherche à Miami, en Floride, et directeur de dawa pour Tanzeem-e-Islami of North America. Il a écrit plus d’une dizaine de livres sur l’islam et a donné de nombreuses conférences sur l’islam partout dans le monde. Né dans les Caraïbes, dans l’île de Trinité, en 1942, il vit et enseigne aujourd’hui à Kuala Lumpur, en Malaisie.*source: kontrekulture.com

**Jérusalem dans le Coran

Au cœur même de la vision coranique du destin de Jérusalem et de la Terre Sainte, il y a l’affirmation que lorsque le compte à rebours final arrivera, dans les Derniers Temps, les juifs seront rassemblés, sortant de la Diaspora dans laquelle ils étaient fragmentés et dispersés, et vers laquelle ils avaient été expédiés, et qu’ils seront ramenés en Terre Sainte comme une « foule mélangée » (Coran, Banu Isra’il 17:104). Cette promesse divine a déjà été accomplie. Les juifs sont déjà retournés en Terre Sainte, et l’ont revendiquée ! Leur succès les a menés à croire en la légitimité religieuse de l’État d’Israël qu’ils ont créé. L’islam explique que cet Israël ne possède aucune légitimité religieuse. Les juifs ont plutôt été trompés par la plus grande des supercheries à laquelle l’histoire ait assisté, et la scène est désormais installée pour qu’ils reçoivent le plus grand des châtiments divins ayant jamais été infligé à aucun peuple. Mais avant qu’ait lieu ce châtiment divin des Banu Isra’il, il y aura un grand drame qui est sur le point de se produire en Terre Sainte et, en fait, dans le monde entier. Ce livre décrit une partie de ce drame qui est en cours.

Que l’on soit croyant ou non, on ne peut qu’être frappé par la convergence de l’interprétation que donne Sheikh Imran Hosein de l’eschatologie musulmane avec les événements internationaux qui se déroulent sous nos yeux. On voit bien que derrière le rideau de fumée des explications officielles a lieu un combat de Titans pour une redistribution des cartes et in fine pour la domination sur le monde. Que l’on pense que ce combat de Titans est la manifestation des maîtres du Grand Échiquier, selon les termes de Zbigniew Brzeziński, ou que l’on pense qu’elle est celle des puissances annoncées dans les textes sacrés est finalement secondaire – la première pouvant se lire comme l’incarnation de la seconde : le réel est toujours le fruit de l’histoire et des croyances qui la modèlent, et le sionisme lui-même ne peut être bien compris sans comprendre son rapport avec l’eschatologie juive. Jérusalem dans le Coran en est comme le miroir.*source: kontrekulture.com

*******

*Les analyses d’Imran Nazar Hosein offrent une interprétation du Coran et des hadiths mis en adéquation avec le monde moderne.

Cheikh Imran Hosein est un érudit musulman et philosophe spécialisé en eschatologie islamique, en politique internationaleet en sciences économiques et politiques. Il est l’auteur du bestseller « Jérusalem dans le Coran »

D’origine indienne, Imran Nazar Hosein est né dans les îles Caraïbes, dans l’île de Trinité-et-Tobago en 1942. Il étudia l’islam, la philosophie et les relations internationales dans de nombreuses universités et institutions d’enseignement supérieur dont l’université al-Azhar au Caire, en Égypte, l’institut des relations internationales de l’université des Indes occidentales à Trinité, l’université de Karachi au Pakistan, l’Institut des études islamiques Aleemiyah à Karachi également et l’Institut de hautes études internationales et du développement, à Genève, en Suisse.

Il a exercé plusieurs années en tant que fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères du gouvernement de Trinité-et-Tobago mais abandonna son travail en 1985 afin de consacrer sa vie à l’Islam.

Il a vécu à New York pendant dix ans, période durant laquelle il exerça la fonction de directeur des études Islamiques pour le comité collectif des organisations musulmanes du Grand New York. Il donna des conférences sur l’Islam dans de nombreuses universités américaines et canadiennes, des collèges, églises, synagogues, prisons, salles communautaires, etc. Tout en représentant l’Islam aux États-Unis, Imran Nazar Hosein participa également à des cercles de réflexions sur ledialogue inter-religieux avec des intellectuels juifs et chrétiens. Il exerça en tant qu’Imam à la Mosquée Dar al-Qur’an à Long Island, New York. Il dirigea également la prière hebdomadaire commune du vendredi ainsi que le sermon au siège de l’Organisation des Nations unies à Manhattan une fois par mois pendant dix ans.

Il a été directeur de l’Institut des études islamiques Aleemiyah à Karachi, fondée par l’érudit musulman Fazlur Rahman Ansari, qui fut son professeur. Il a été directeur de recherche du Congrès du monde islamique à Karachi, directeur de l’Institut islamique pour l’éducation et la recherche à Miami, en Floride, et directeur de dawa pour Tanzeem-e-Islami of North America.

Il a voyagé dans le monde, effectuant des tournées de conférences islamiques dès l’obtention de son diplôme de l’institut d’études islamiques Aleemiyah à l’âge de 29 ans en 1971. Il a écrit plus d’une douzaine d’ouvrages sur l’Islam qui ont été accueillis avec respect par le public, notamment « Jérusalem dans le Coran – une vue islamique du destin de Jérusalem », devenu un best-seller traduit dans plusieurs langues. Malik Badri, doyen de l’Institut international pour la pensée islamique et la civilisation à Kuala Lumpur, en Malaisie, a écrit la préface du livre.

Le premier livre d’Imran Hosein, intitulé « Islam and Buddhism in the Modern World » (L’islam et le bouddhisme dans le monde moderne) a été écrit alors qu’il avait 29 ans. Ce livre a recueilli les éloges du vice-chancelier de l’université de Karachi et historien Husain Ishtiaq Quraishi, du juriste et philosophe pakistanais A. K. Brohi, et du sociologue Ali Basharat.Fazlur Rahman Ansari a écrit la préface du livre.

Les analyses d’Imran Nazar Hosein offrent une interprétation du Coran et des hadiths mis en adéquation avec le monde moderne. La politique éditoriale d’Imran Nazar Hosein se veut telle que ses livres, ou tout du moins, des versions résumées, seront toujours disponibles gratuitement en version numérique. Certaines traductions en français peuvent être téléchargées directement sur son site

Il vit et enseigne aujourd’hui à Kuala Lumpur, en Malaisie.

**Imran Hosein fut membre de la confrérie soufie de Qaadir tout en appartenant au rite Hanafi, il considère néanmoins que son approche du soufisme n’implique aucune croyance ou pratique religieuse qui n’est pas fondée sur le Coran et laSunna. Aujourd’hui, il rejette le terme « soufi » non présent dans le Coran et y préfère le terme « ihsan » qui lui est présent dans le Coran, et ce pour éviter tout sectarisme et toute division dans la communauté musulmane, et se définit comme étant simplement musulman.

*Après l’annonce de la mort de l’ancien président vénézuélien Hugo Chávez, Imran Hosein lui rendit hommage dans l’une de ses conférences filmées.

**source: wikipedia.org

************************************

* Frankenstein et ses créatures

Il arrive parfois que la réalité rejoigne la fiction. Avec cette dernière, l’exemple du Dr Frankenstein vient automatiquement à la mémoire.

Il redonnait, dans son laboratoire, la vie à des cadavres que, malheureusement, il ne pouvait pas contrôler et qui finissaient par se retourner contre lui. Il en est de même avec l’islamisme.

Les pays qui l’ont instrumentalisé ont fini par en être les victimes. Les Etats-Unis en sont l’exemple le plus connu ; ils ont utilisé l’Internationale islamiste pour combattre les troupes soviétiques en Afghanistan. Par un incroyable retournement, la créature se retourne contre son créateur : des terroristes islamistes, en majorité saoudiens, infligent aux Etats-Unis, le 11 septembre 2001, la plus grande défaite militaire à l’intérieur du territoire américain après celle de Pearl Harbor par les Japonais.

De leur côté, les Britanniques ont cru vivre en paix avec l’islamisme en transformant Londres en principale base de la propagande terroriste. Tous les fanatiques du monde musulman, y compris le FIS et son principal bras armé, le GIA, y ont trouvé refuge. Mais avec une incroyable ingratitude, les terroristes ont perpétré des massacres, y compris dans le métro londonien, obligeant enfin la «perfide Albion» à revoir sa copie.

L’Arabie Saoudite est un autre pays à avoir joué avec le feu. Les wahhabites, s’érigeant en supplétifs des Américains, ont transformé leur pays en un passage obligé pour tous les aventuriers désireux d’aller faire la «guerre sainte» en Afghanistan contre les Soviétiques. Après la défaite de ces derniers, ils ont continué à financer tous les islamistes qui voulaient déstabiliser la planète.

L’Algérie a été l’une de leurs cibles. Ils n’ont pas caché leur volonté d’empêcher l’instauration de la démocratie chez nous parce que, disent-ils, son succès ferait tache d’huile et deviendrait par conséquent une menace pour la survie de toutes les monarchies arabes.

Et c’est ainsi que les maîtres de Riyad se sont engagés à fond dans le soutien au terrorisme, devenant ainsi les complices directs des souffrances endurées par le peuple algérien. Ils n’ont jamais imaginé l’effet boomerang, croyant que leur argent les prémunirait contre n’importe quelle calamité.

Ils n’ont jamais pensé que leur système éducatif créerait des monstres et qu’ils seraient prémunis contre la violence islamiste parce qu’ils en sont les chefs d’orchestre. Ils n’ont pas compris qu’ils essaiment un cancer qui finira par les atteindre. C’est aujourd’hui chose faite. Leurs monstres les attaquent sur leur sol même et ce n’est qu’un début. Ils ne s’arrêteront pas aux malheureux chiites qui sont pour l’instant leur cible.

En prenant la tête d’une coalition arabe contre un pays arabe, qui plus est figure sur la liste des dix Etats les plus pauvres au monde, ils ont créé eux-mêmes les conditions de leur propre descente aux enfers. Quand les terroristes ensanglantaient l’Algérie, ils n’ont jamais jugé utile d’adresser un message de sympathie au peuple algérien – et pour cause. Eux aussi vont connaître les affres du péril vert. Et ils quémanderont l’expérience de l’Algérie qui, seule, est venue à bout des semeurs de haine.*Tayeb Belghiche/ El Watan-24 mai 2015

************************************

Le nouveau désordre mondial media_xll_7735187

*Attentat suicide vendredi contre une mosquée en Arabie séoudite

media_xll_7735173

Le groupe jihadiste a revendiqué l’attentat suicide perpétré vendredi contre une mosquée chiite de l’est de l’Arabie saoudite qui a fait de nombreux morts et blessés, dans un communiqué mis en ligne sur des sites islamistes. Dans le texte, le groupe affirme que « les soldats du califat dans la province de Najd (Arabie saoudite, ndlr) » sont responsables de cette attaque, précisant qu’elle a été menée par un kamikaze qui a actionné une ceinture explosive qu’il portait sur lui dans la mosquée. Le groupe a également publié une photo de l’auteur de l’attaque qui s’appelle selon le texte Abou Amer Al-Najdi.*vendredi 22/05/2015 Source: AFP

**D’autres articles sur le sujet–cliquer ici:infos, par ci, par là.12

*******************************

Un avion F-16 marocain abattu au Yémen

aden5 algérie.terrorisme dans culture

 algérire dans femmes

*Rabat–11/05/2015 | *Un F-16 marocain participant à l’agression de la coalition arabe contre le  Yémen est « porté disparu » et des « recherches » sont en cours alors que le sort du pilote est incertain, ont annoncé lundi les Forces armées royales (FAR) à Rabat.. De son coté, la rébellion chiite des houtis alliéé à l’armée yéménite affirme avoir abattu un avion de la coalition arabe (marocain) qui agresse le Yémen depuis plusieurs semaines faisant des milliers de morts et de blessés la plupart des civils.*cliquer ici: infos, par ci, par là.11

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*********************

*le lien entre Kiev et Ghaza

Jeudi dernier, et à seulement quelques heures d’intervalle, deux grands événements ont aggravé le désordre que vit le monde. Le premier a eu lieu en début d’après-midi. Un Boeing 777 de la Malaysia Airlines, affrété par Air France, et qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur s’est écrasé à l’est de l’Ukraine avec, à son bord, 298 personnes dont 85 enfants. Aucun survivant. L’effet produit par cette catastrophe n’était pas loin de rappeler par son intensité l’attaque des tours de New York, le 11 septembre 2001. Tous les médias occidentaux sont passés en mode boucle pour l’événement. Kiev accuse les «séparatistes». Les «séparatistes» accusent Kiev. L’Europe accuse Moscou. Moscou, frappée durement la veille par de nouvelles sanctions économiques décidées par les Etats-Unis, se défend et souligne la nécessité de régler durablement le problème ukrainien. Le vacarme est tel que la voix de la Malaisie, pays concerné au premier chef, est à peine audible. C’est la 2ème catastrophe aérienne subie par ce pays en quatre mois. Le 8 mars dernier, un Boeing 777 (décidément) de la compagnie malaisienne disparaissait quelques heures après son décollage de Kuala Lumpur en route vers Pékin avec 239 personnes à bord. Ni l’avion, ni les victimes, ni même le lieu du crash n’ont été retrouvés à ce jour. Ceci dit, la thèse d’une attaque de l’avion, venant d’Amsterdam, par un missile sol-air à longue portée (l’avion volait à 10.000 mètres d’altitude) est la plus retenue. Mais quel intérêt de s’attaquer à un avion civil? Dans ce genre d’affaires, il est pratiquement impossible de répondre de manière tranchée. L’opération est si bien montée et avec une telle expertise qu’elle ouvre plusieurs hypothèses en excluant toute certitude. Rendant encore plus difficile tout travail de décryptage. Et c’est là où précisément survient, quelques heures après, l’autre événement de même dimension. Aussi grave pour la paix dans le monde. Après 10 jours, en ce mois de Ramadhan, de bombardements sur la population civile de Ghaza, Israël a décidé, jeudi soir, après le f’tour, d’engager une opération militaire terrestre. Le retentissement de cette nouvelle agression contre un peuple sans armes par une armée suréquipée, a été très amoindri. Les médias étaient braqués sur les débris de l’avion malaisien abattu en Ukraine et ne se retournaient que furtivement vers Ghaza prise d’assaut par les chars israéliens. Difficile, dès lors, de ne pas faire de lien entre ces deux centres de l’actualité. Surtout quand on revoit l’image de l’envoyé spécial d’Israël, Bernard-Henri Lévy, prendre sous sa coupe les premiers rebelles ukrainiens, et les introduire à l’Elysée. Comme il l’avait fait avec Sarkozy pour la Libye. On remarquera que les deux pays ne s’en sont jamais relevés. L’intérêt pour Israël d’allumer un autre feu pour détourner l’attention sur ces méfaits est évident. Il faut cependant y ajouter qu’en poussant l’Europe vers une confrontation avec la Russie, Israël fait un coup double. Régler le compte avec Poutine pour son soutien à la Syrie, mais également avec l’Europe «coupable» d’avoir reconnu le nouveau gouvernement d’union nationale palestinien qui compte des membres du Hamas. Et puis, il y a eu cette directive de l’UE en juin 2013 qui exclut de «tous les accords entre l’Etat d’Israël et l’UE, les territoires occupés». Ce qui veut dire que l’UE refuse de financer les sociétés israéliennes installées en territoires occupés. Pour Netanyahu, cette directive «entrave le règlement du conflit (israélo-palestinien)». Quant à Obama et son processus de paix…Israël n’ayant plus le soutien des grandes puissances, leur «rend la monnaie». Les pays arabes autour d’Israël ne sont pas en état d’affronter militairement, aujourd’hui, Israël. Il suffit de tirer sur ce fil d’Ariane pour comprendre plus et mieux. Et trouver le lien entre Kiev et Ghaza!**Par Zouhir MEBARKI - Samedi 19 Juillet 2014*L’Expression

**********************************

*Un avion malaisien parti d’Amsterdam pour Kuala Lumpur,s’écrase en Ukraine

**295 tués dans la crash de l’avion

* on n’exclut pas qu’il ait été « abattu ».

media_l_6911846

Un avion de ligne malaisien parti d’Amsterdam pour Kuala Lumpur, avec à son bord près de 300 personnes, s’est écrasé jeudi dans la région de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine. Selon le président ukrainien Petro Porochenko, il n’est pas exclu que l’avion ait été « abattu ».  »Nous n’excluons pas que cet avion (malaisien) ait pu être abattu et nous soulignons que les forces armées ukrainiennes n’ont pas effectué de tirs susceptibles d’atteindre des cibles dans les airs », a-t-il ajouté, avant de présenter ses condoléances aux familles des victimes. L’avion a disparu des radars à 10.000 mètres d’altitude et s’est écrasé près de la ville de Chakhtarsk. Selon le Kremlin, les présidents Vladimir Poutine et Barack Obama ont très vite abordé au téléphone la chute de l’avion. « Le président russe a informé le président des États-Unis d’un rapport des contrôleurs aériens qui est arrivé juste avant leur conversation téléphonique

**L’avion de ligne malaisien avec près de 300 personnes à bord qui s’est écrasé jeudi dans la région de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, a été abattu par un avion ukrainien lui-même abattu ensuite par les forces prorusses, affirme un site officiel des séparatistes. « Des témoins ont vu le Boeing 777 attaqué par un avion de chasse ukrainien. Après quoi, l’avion de ligne s’est brisé en deux et est tombé sur le territoire de la +République de Lougansk+ (autoproclamée par les séparatistes dans l’est de l’Ukraine, ndlr). Après l’attaque, l’avion ukrainien a été abattu et est tombé lui aussi sur le territoire de la +République de Lougansk », indique le site officiel de cette « République ».

« Le nombre des morts n’est pas encore connu », a indiqué l’administration régionale de Donetsk, précisant que l’avion est tombé dans une zone contrôlée par les séparatistes prorusses, près de la frontière entre la Russie et l’Ukraine. Malaysia Airlines a confirmé avoir « perdu le contact » avec un de ses avions, un Boeing 777 transportant 295 personnes, dont la dernière position connue était au-dessus de l’Ukraine. « Malaysia Airlines a perdu le contact avec le vol MH17 en provenance d’Amsterdam », a déclaré sur son compte Twitter la compagnie déjà très éprouvée par la disparition en mars de l’avion assurant le vol MH370 entre Kuala Lumpur et Pékin. « La dernière position connue (de l’appareil) se situait au-dessus de l’Ukraine », a assuré Malaysia Airlines.*agences- 17/07/2014 |

**De nombreuses nationalités étaient représentées au sein de l’avion malaisien qui s’est écrasé jeudi dans l’est de l’Ukraine avec 280 passagers et 15 membres d’équipage à bord. Beaucoup de Néerlandais selon le ministre de la Justice Ivo Opstelten, au moins quatre Français selon le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, et entre cinq et dix Britanniques selon le Premier ministre David Cameron. L’incertitude demeure totale quant aux causes du crash. Des témoins cités par l’agence russe Ria Novosti ont déclaré avoir vu des avions de combats dans le ciel peu avant que l’avion malaisien ne s’écrase.*17/07/2014 – 22h36  Source: Belga

*********************************

**Ghaza

*plus de 73 enfants palestiniens assassinés par les Israëliens, selon l’UNICEF

Parmi eux, 53 garçons et 20 filles de moins de 18 ans. Plus de la moitié n’avaient pas 12 ans. « La plus jeune victime était âgée de trois mois »

bsshgtzccaaofni.jpg_large

Le génocide contre le peuple palestinien se poursuit dans l’indifférence des uns et la complicité des autres. Plusieurs centaines de palestiniens, pour la plupart des civils ont été assassinés par la soldatesque criminelle sioniste.

Selon un bilan publié samedi par l’Unicef, plus de 70 enfants ont péri – sur un total d’environ 342 morts décomptés par les services de secours de Gaza – depuis le début de l’agression sauvage et barbare de l’armée d’occupation israélienne le 8 juillet.

Dans le même temps, 637 enfants ont été blessés à Gaza a précisé l’Unicef. « Du 8 juillet jusqu’au 19 juillet à 04H00 du matin, au moins 73 enfants palestiniens ont été recensés comme décédés à la suite de frappes aériennes et de bombardements aériens, par mer et par des forces terrestres », a déclaré à l’AFP Catherine Weibel, porte-parole de l’Unicef pour la Palestine.

Parmi eux, 53 garçons et 20 filles de moins de 18 ans. Plus de la moitié n’avaient pas 12 ans. « La plus jeune victime était âgée de trois mois », a précisé Mme Weibel.

60.000 enfants de Gaza nécessitaient un soutien psychologique

« Les enfants doivent être protégés de la violence. Ils ne doivent pas être les victimes d’un conflit dont ils ne sont aucunement responsables », a plaidé Catherine Weibel. La responsable de l’Unicef s’inquiète aussi des effets à long terme des violences sur des enfants qui, pour certains, en sont à leur troisième guerre depuis l’Opération israélienne « Plomb Durçi » en décembre 2008-janvier 2009.

« Vous avez des enfants qui vont être marqués à vie à cause de ce qu’ils voient », souligne Catherine Weibel. Avant même le dernier cycle de violence, quelque 60.000 enfants de Gaza nécessitaient un soutien psychologique, selon l’Unicef. Évidemment, ce nombre va s’amplifier sitôt cette guerre terminée.

« Nous avons déjà vu trop de morts de civils, dont beaucoup d’enfants comme ceux tués sur une plage de Gaza », a déploré la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton qui a appelé à une enquête rapide sur les décès de mineurs.

Mercredi après-midi, quatre garçons âgés de 9 à 11 ans se sont fait tuer par une frappe israélienne sur une plage, près du port de la ville de Gaza, sous les yeux de journalistes. Au moins cinq autres ont été blessés. Les journalistes ont vu les gamins survivants terrifiés, certains ensanglantés, remonter la plage en hurlant pour se réfugier dans un hôtel.

« Ils étaient en train de jouer sur la plage. Ils étaient allés au port pour sortir du camp (de réfugiés) de Chati (plus au nord, près de la frontière avec Israël, NDLR) parce qu’il y a beaucoup de bombardements là-bas », a raconté à l’AFP un parent d’une victime lors des funérailles. « Ils ont couru droit à la mort ».

« Jusqu’à présent, il y a eu plus d’enfants qui ont péri sous le feu israélien que de combattants palestiniens », a affirmé, pour sa part, samedi les ONG War Child et Defence for Children International (Défense Internationale des Enfants) dans un communiqué.*** « Ils maudissent Hitler jour et nuit, mais ils l’ont surpassé dans la barbarie… Ils n’ont ni humanité ni conscience ni honneur », a déclaré le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, au cours d’un rassemblement de ses sympathisants dans la province d’Ordu sur la Mer Noire. La députée israélienne d’extrême droite Ayelet Shaked partage la même mentalité qu’Adolf Hitler à la suite de ses déclarations publiées sur les réseaux sociaux affirmant que tous les Palestiniens méritaient de mourir.*mèdias+agences-19/07/2014 

*vidéo: 4 enfants palestiniens visés et tués par des tirs israéliens

media_xll_6911140

*Mercredi 16 juillet 2014, au neuvième jour des bombardements israéliens contre la population de de Gaza, quatre enfants ont été fauchés par un missile israëlien sur une plage de Gaza, à quelques centaines de mètres d’hôtels où logent des journalistes occidentaux . Une vidéo circulant sur la toile, montre 4 enfants palestiniens visés des tirs israéliens, alors qu’ils se trouvaient sur une plage de Ghaza. Une équipe de la chaine de télévision française de TF1 qui se trouvait sur place a filmé le bombardement qui a atteint ces innocents non loin du port de Ghaza. Un premier obus est tiré depuis un navire sur une cabane de pécheurs, des enfants fuient alors sur le sable avant d’être touchés par un second obus.

media_l_6911171media_l_6911182

Jonathan Miller, de la chaîne britannique Channel 4, a décrit le déroulement des faits à l’antenne et sur son compte Twitter. Le correspondant du Guardian, Peter Beaumont, celui de NBC News, Ayman Mohyeldin, et un photographe du New York Times, Tyler Hicks, ont fait de même. 

Tous expliquent que le groupe d’enfants se trouvait sur cette plage de pêcheurs pour jouer au football, confirmant des photos prises par une agence de presse locale, Media24. Un premier missile israélien a d’abord touché, peu après 16 heures (14 heures à Paris), une cahute sur la digue du port de pêche de Gaza. 

Des images filmées par TF1 quelques instants plus tôt montrent des navires de guerre israéliens croisant au large. L’un des enfants meurt sur le coup de cette première frappe, explique le New York Times. 

Alors que les autres garçons se mettent à courir, une deuxième frappe atteint le groupe, et en tue trois autres. Les survivants, blessés, vont chercher de l’aide, alors que des Palestiniens adultes partent à la recherche des victimes.*agences+médias-

*Plus de 400 Palestiniens sont tombés en martyrs à Gaza et plus de 3.000 autres ont été blessés après 12 jours de bombardements meurtriers de l’armée d’occupation israélienne qui a lancé jeudi une offensive terrestre, qui s’est soldée par une tragédie humanitaire dans l’enclave palestinienne. Cette agression sioniste est la troisième contre Ghaza en sept ans, un petit territoire vivant sous blocus israélien, avec la complicité des alliés d’Israël -

*Entre l’année 2000 et le début de la guerre éclair israélienne «Plomb Durci» contre Ghaza en décembre 2008, l’armée israélienne équipée d’armes les plus modernes a tué 4.790 civils palestiniens dont 952 étaient des enfants. D’octobre 2000 à mars 2004, plus de 2 800 victimes palestiniennes et 25 600 blessures ont été infligées par les forces d’occupation.*cliquer ici: Israël défie le monde

**’Israël menace l’Iran d’une attaque nucléaire

       *Personne en Occident ne dit rien

L’Iran a réagi vivement après les propos provocateurs du ministre israélien de la Guerre Moshe Yaalon, qui affirmé qu’Israël utiliserait la bombe atomique en cas d’agression de l’Iran.

missiles iraniens

« L’Iran tirera plus de 80.000 missiles contre Tel Aviv et Haïfa en cas d’agression israélienne », a rapporté  la chaîne de télévision iranienne IRIB citant le général iranien Yahya Rahim Safavi.

« Si l’Iran est la cible d’une attaque, il rasera Tel Aviv et Haïfa. L’Iran et le Hezbollah sont assez puissants pour réagir d’une manière adéquate à l’agression sioniste (…). Le Hezbollah dispose de 80.000 missiles qu’il peut utiliser », a dit le général Safavi.

Pour rappel, le ministre Moshe Yaalon avait déclaré qu’Israël pouvait envisager « certaines mesures » pour garantir sa sécurité, rappelant que l’ancien président américain Harry Truman avait préféré bombarder Hiroshima et Nagasaki au lieu de mener une longue guerre contre le Japon. L’Iran considère Israël comme une menace pour la paix et les populations civiles.*Par Khidr Ali | 22/05/2015 |algerie1.com

**************************

*Nouvelle attaque des Shebab somaliens sur la côte du Kénya

Les islamistes somaliens shebab ont revendiqué samedi une attaque contre un car qui a fait sept morts dans la région de Lamu, sur la côte du Kenya, frappée depuis un mois par des raids ayant fait près de 100 morts.

Vendredi soir, des hommes armés ont mitraillé un car à environ six kilomètres de la localité de Witu, sur la route reliant Mombasa – capitale de la région de la côte de l’océan Indien, dans le Sud-Est – à l’archipel de Lamu, situé à une cinquantaine de kilomètres du lieu de l’attaque.

L’archipel de Lamu, autrefois joyau du tourisme kényan, à une centaine de kilomètres de la frontière somalienne, est aujourd’hui largement déserté par les visiteurs étrangers.

La zone de l’attaque, en retrait du littoral, n’est pas touristique et est fortement déconseillée aux étrangers. « Ces attaques sont une réponse claire aux allégations fallacieuses du gouvernement du Kenya selon lesquelles il a renforcé la sécurité » dans cette zone, a affirmé  le porte-parole militaire des shebab, Abdulaziz Abu Musab.

« Les combattants shebab sont prêts à agir ou attaquer partout où cela est nécessaire à l’intérieur du Kenya ». Les autorités kényanes affirment avoir déployé en nombre des forces de sécurité dans la région, sans parvenir à empêcher les attaques.

« Retirer les troupes kényanes (de Somalie, où elles combattent les insurgés) est le seul espoir d’un retour à une sorte de normalité », a averti le porte-parole shebab.

La Croix-Rouge kényane a fait état samedi de « sept morts confirmés » dans la dernière attaque et de cinq blessés. Le préfet du département de Lamu, Njenga Miiri, a confirmé ce bilan.

Les personnes tuées sont quatre policiers, le chauffeur du bus et deux passagers, a indiqué le préfet. Mais, selon la Croix-Rouge, « cinq civils et deux membres des forces de sécurité ont perdu la vie dans l’attaque ».

Les autorités ont refusé de commenter les informations selon lesquelles des personnes sont portées disparues, qu’elles aient été enlevées par les assaillants ou qu’elles se soient réfugiées dans la forêt voisine.

Selon une source policière locale, un groupe d’hommes armés a mitraillé vendredi soir le bus qui faisait route vers Lamu, ainsi qu’une voiture privée, puis un véhicule de police arrivé sur les lieux. *agences-Samedi 19 Juillet 2014

**Les sauveteurs italiens ont retrouvé les corps sans vie de 18 immigrants sur un bateau au large de l’île italienne de Lampedusa, et un 19e homme est mort pendant son transfert vers l’île, a indiqué samedi l’agence italienne Ansa.

Deux autres hommes, retrouvés dans un état critique sur cette embarcation à la dérive, transportant au total plus de 600 personnes, ont été transportés à l’hôpital de Palerme en Sicile. Les sauveteurs pensent que les victimes ont été asphyxiées.*agences-Samedi 19 Juillet 2014

*Plus de 47 personnes tuées entre milices rivales pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

combats aux armes lourdes à l’aéroport international de Tripoli en Libye

De violents combats aux armes lourdes opposaient dimanche 20 juillet 2014, des milices rivales qui s’affrontent depuis une semaine pour le contrôle de l’aéroport international de Tripoli en Libye, selon un responsable de la sécurité de l’aéroport. « L’aéroport a été attaqué ce matin aux obus de mortier, aux roquettes et aux canons de char.

C’est l’attaque la plus violente » depuis le début de l’offensive dimanche, a déclaré Al-Jilani Al-Dahech, un responsable de la sécurité de l’aéroport, cité par l’agence AFP, précisant qu’un avion libyen était « en feu sur le tarmac ». M. Al-Dahech a indiqué que les brigades de la ville de Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli) ripostaient à l’attaque menée par des milices de la ville rivale de Misrata (200 km à l’est de Tripoli) et d’autres groupes armés de l’ouest de Tripoli.

Des habitants de Qasr Ben Ghechir, à proximité de l’aéroport, cités par l’agence ont évoqué des combats « très violents », affirmant avoir aperçu des chars engagés dans la bataille. L’aéroport de Tripoli est fermé depuis le début, le 13 juillet, d’une attaque menée par une alliance de milices islamistes et misraties dans le but de chasser des brigades de Zenten de l’aéroport qu’elles contrôlent depuis 2011 tout comme plusieurs autres sites militaires et civils dans le sud de la capitale. L’aéroport a été endommagé par les combats et plus d’une dizaine d’avions libyens ont été touchés sur le tarmac. (Agences)* dimanche 20 juillet 2014

**Plus de 47 personnes tuées-Deux avions brûlés -

Plus de 47 personnes ont été tuées en une semaine de combats entre milices rivales pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli, théâtre dimanche des affrontements les plus violents, sur fond de lutte d’influence qui risque de plonger la Libye dans la guerre civile.

L’aéroport est fermé depuis le début le 13 juillet des combats qui ont fait jusqu’à samedi soir au moins 47 morts et 120 blessés, a indiqué à l’AFP dans la nuit de dimanche à lundi, un porte-parole du ministère de la Santé.
L’Union européenne (UE) a fait part de sa préoccupation après les nouveaux affrontements dans lesquels cinq civils ont péri dimanche, selon un responsable local. Les victimes sont des habitants du quartier de Qasr Ben Ghachir, à proximité de l’aéroport, tués dans la chute des roquettes sur leurs maisons, a précisé Mohamed Abderrahman.
L’aéroport de Tripoli est fermé depuis le lancement le 13 juillet d’une attaque menée par une alliance de milices islamistes et de milices de la ville de Misrata (200 km à l’est de Tripoli). Leur objectif: chasser des brigades de Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli) de l’aéroport que ces dernières contrôlent depuis 2011, comme plusieurs autres sites militaires et civils dans le sud de la capitale.
« L’aéroport a été attaqué ce matin aux obus de mortier, aux roquettes et aux canons de char. C’est l’attaque la plus violente » depuis le début de l’offensive, a déclaré à l’AFP un responsable de la sécurité de l’aéroport, Al-Jilani Al-Dahech.
- Deux avions brûlés -
Deux avions ont été ravagés par les flammes après avoir été touchés par des roquettes. Les deux compagnies nationales ont ainsi déploré la perte d’un Airbus A330 et d’un Bombardier CRJ900.
Les combats se sont étendus à d’autres sites occupés par les Zentanis sur la route de l’aéroport où des explosions étaient entendues depuis le centre-ville, selon un journaliste de l’AFP.
En début de soirée, les combats ont cessé autour de l’aéroport, selon M. Al-Dahech, affirmant que les ex-rebelles Zentanis ont repoussé les attaques contre leurs positions.
Des affrontements continuaient toutefois à opposer les deux camps, notamment, dans la banlieue ouest de la ville, selon des témoins. 
Ces affrontements s’inscrivent dans le cadre d’une lutte d’influence politique entre libéraux et islamistes, mais aussi régionale entre les villes rivales de Zenten et de Misrata.
Les Misratis ont affiché ouvertement jeudi leur soutien à l’opération baptisée « L’aube de la Libye » contre les Zentanis, envoyant des forces à Tripoli pour appuyer la milice originaire de la ville engagée dès dimanche dans les combats aux côtés des islamistes.
Depuis le déclenchement des hostilités, des dizaines de roquettes ont été tirées sur l’aéroport, endommageant plusieurs installations ainsi que plus d’une dizaine d’avions libyens.
Les combats de cette semaine ont suscité l’inquiétude de la communauté internationale et poussé l’ONU à évacuer sa mission en Libye.
- L’UE « préoccupée » -
Dimanche encore, la délégation de l’UE en Libye a souligné sa préoccupation face à un « conflit prolongé », exhortant toutes les parties à la « retenue » et au dialogue.
« L’UE rappelle que les attaques contre les aéroports civils constituent une violation du droit international », a-t-elle encore souligné dans un communiqué.
Ces combats ont ravivé les craintes d’un conflit plus large alors que le pays attend toujours la proclamation des résultats des législatives du 25 juin.
Annoncés pour ce dimanche, ils doivent être finalement communiqués lundi, selon la Haute commission électorale.
Selon des observateurs, le courant libéral aurait remporté plus de sièges que les islamistes, qui tentent ainsi de gagner militairement en influence, après avoir perdu sur le terrain électoral.
Dépassées par les évènements, les autorités libyennes ont indiqué la semaine dernière qu’elles envisageaient de faire appel à des forces internationales pour rétablir la sécurité dans le pays miné par l’anarchie depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.
S’adressant au Conseil de sécurité de l’ONU à New York, le ministre libyen des Affaires étrangères Mohamed Abdelaziz a ainsi demandé jeudi l’aide de l’ONU pour former les forces de sécurité libyennes, afin qu’elles puissent protéger les infrastructures essentielles, notamment les aéroports et installations pétrolières.*agences- 21.07.2014

******************************

4 réponses à “Le nouveau désordre mondial”

  1. 17 07 2016
    web link (21:33:44) :

    I think you have observed some very interesting points, thankyou for the post.

    http://bookmarklinknow.com/story.php?title=click-here-286

  2. 10 07 2016
    official statement (08:05:39) :

    Heya! I just wanted to ask if you ever have any issues with hackers? My last blog (wordpress) was hacked and I ended up losing several weeks of hard work due to no backup. Do you have any methods to prevent hackers?

    http://seolinkweb.com/story.php?title=base-de-donn233es-client

  3. 18 06 2015
    sdorttuii plmnr (09:39:53) :

    There may be noticeably a bundle to know about this. I assume you made sure good factors in options also.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  4. 16 06 2015
    sdorttuiiplmnr (00:55:47) :

    I am usually to blogging and i actually admire your content. The article has really peaks my interest. I’m going to bookmark your site and hold checking for new information.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...