Un monde déshumanisé

**Folies meurtriéres et dérives de la politique

*Echec flagrant de la communauté internationale et des dirigeants du Monde

**************************************

Celui qui tue un hommeDans l’esprit de l’Islam, une vie, une âme, la vie d’un homme ou d’une femme est sacrée…C’est une création divine, et personne n’a le droit de la détruire…selon le Coran, celui qui a tué un homme, une femme, un enfant, ou tout autre être, c’est comme s’il a tué l’humanité entière…et celui qui l’a ressuscité, c’est comme s’il a ressuscité l’humanité entière…Rien ne justifie la destruction d’une vie innocente …et cela équivaudrait à détruire toute l’humanité.

***************************************

62749-s0UBmsW9qZy5XVv4GmkTsA

La photo de la honte:

Un enfant syrien mort noyé, conséquence des guerres de l’Occident contre les peuples

Ils sont des centaines de milliers à mourir dans leurs pays (Afghanistan, Palestine, Irak, Syrie, Yemen…), à cause des guerres de Bush,, de Sarkozy, de Cameron, d’Obama, de Hollande, et de tous ces dirigeants occidentaux arrogants, et dominateurs. Ils sont des millions à fuir leurs pays pour échapper aux guerres, à la famine, aux exactions en particulier celles des mercenaires62749-HdS_HXZIt45DDCMpnVCihQengagés par dizaines de milliers pour tuer, détruire, ravager des pays à l’histoire millénaire. Ils sont des dizaines de milliers à mourir en mer ou sur les routes de l’exil.

Aujourd’hui, ce sont douze migrants syriens qui sont morts au large de la Turquie lors du naufrage de deux embarcations qui tentaient de rallier la Grèce. Les deux bateaux étaient partis dans la nuit de la ville côtière turque de Bodrum, à destination de l’île grecque de Kos, lorsqu’ils ont chaviré. Rapidement prévenus par leurs cris, les sauveteurs ont pu récupérer 15 victimes mais ont repêché douze corps sans vie.

Dans les heures qui ont suivi ce double naufrage, une série de photos d’une des victimes, un enfant âgé de quelques années à peine, a envahi les réseaux sociaux sous le hashtag #KiyiyaVuranInsanlik (« l’humanité échouée » en turc).

L’une d’entre elles représente le jeune garçon, tee-shirt rouge et short bleu, couché face contre terre sur une des plages de la station balnéaire haut-de-gamme de Bodrum. L’autre un gendarme turc en uniforme portant son corps devant la mer. De nombreux internautes ont confié leur émotion sur Twitter.

Nous avons choisi de montrer ces photos afin de montrer l’horreur que vivent ces malheureux réfugiés.

La Turquie est un point de passage quasi obligé pour les nombreux Afghans et Syriens qui tentent de fuir leurs pays pour gagner l’Europe. Depuis le début de l’année, les autorités turques disent être venues en aide à plus de 42.000 personnes en mer. Le pays compte plus de deux millions de Syriens ayant traversé la frontière pour fuir la guerre qui ravage la Syrie depuis quatre ans.

Depuis janvier, plus de 330.000 personnes ont traversé la Méditerranée et 2.500 ont péri en tentant de gagner les côtes européennes. Les naufrages d’embarcations de fortune, sur lesquelles montent le plus de migrants possibles, se sont multipliés, et les drames humains avec.*Par Khidr Ali | 02/09/2015 | algerie1.com/

Un monde déshumanisé media_xll_7974870

*La journaliste à l’origine des photos d’un enfant syrien de trois ans qui ont horrifié le monde entier a confié jeudi avoir été « glacée » lorsqu’elle a aperçu le corps sans vie de la victime échoué sur une plage de la station balnéaire de Bodrum (sud-ouest).

« Quand je l’ai vu, je suis restée figée, glacée. Il n’y avait malheureusement plus rien à faire pour cet enfant. J’ai fait mon métier », a témoigné la photographe de l’agence de presse privée Dogan, Nilüfer Demir, sur la chaîne d’information CNN-Türk. « J’ai simplement voulu refléter le drame de ces gens »
« Nous nous baladons régulièrement sur ces plages depuis quelques mois. Mais hier c’était différent. Nous avons d’abord vu le corps inanimé du plus petit garçon, puis celui de son frère aîné. En les photographiant, j’ai simplement voulu refléter le drame de ces gens », a-t-elle ajouté avec pudeur.
Le premier enfant, Ayral Kurdi, vêtu d’un tee-shirt rouge et d’un short bleu, gisait le visage contre le sable de la plage de Bodrum. La journaliste a ajouté que le corps de son frère, Galip, cinq ans, et celui de leur mère, Rehan, ont été retrouvés sur la même plage. Ils sont morts dans le naufrage de leur embarcation, dans la nuit de mardi à mercredi, qui tentait de rallier depuis Bodrum l’île grecque de Kos, porte d’entrée dans l’Union européenne (UE), comme des milliers d’autres réfugiés avant eux. La famille voulait rejoindre le Canada
Selon un sauveteur turc interrogé par l’AFP, les trois victimes sont originaires de la ville kurde de Kobané, dans le nord de la Syrie, assiégée pendant plusieurs mois par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) avant d’être reprise en janvier par les forces kurdes. Cette famille syrienne souhaitait rejoindre le Canada, où certains de leurs proches sont déjà établis, a rapporté la presse canadienne. Selon l’édition en ligne du Ottawa Citizen qui cite une proche, le père de cette famille, Abdullah, qui a survécu au naufrage, a confié vouloir rentrer à Kobané pour y enterrer sa femme et ses deux enfants. Les images choc des deux enfants noyés ont fait le tour du monde relayés par les réseaux sociaux et largement reprises par la presse européenne. « Jamais je n’ai pensé que ces images feraient un tel effet », a affirmé Nilüfer Demir, expliquant avoir déjà photographié des migrants noyés sur les plages turques.*jeudi 03/09/2015 -Source: AFP

*Aylan, 3 ans, s’est noyé avec sa mère et son frère de 5 ans

Le petit garçon qui s’est échoué hier sur la plage turque de Bodrum avait fui avec ses parents la guerre qui fait rage dans leur pays natal, la Syrie. On en sait plus aujourd’hui sur son identité. Aylan avait trois ans et s’est noyé en même temps que son frère Galip, 5 ans, et leur mère.

Aylan et Galip faisaient partie des candidats à une vie meilleure mais n’ont trouvé que la mort sur leur canot pneumatique surchargé parti de Bodrum. Mais si l’image du corps d’Aylan fait le tour du monde, son frère et lui ne sont pas les seuls enfants à avoir perdu la vie hier. Une autre mère syrienne a perdu ses deux fils, âgés de 9 et 11 ans, alors qu’elle tentait elle aussi de rejoindre l’île de Kos. 

Trois mille morts en Méditerrannée
Aylan est quant à lui devenu le symbole d’une réalité rebutante et indécente. Celle de l’impuissance de l’Europe face à une crise migratoire dont on ne préfère pas voir de visage. Pourtant, on estime déjà à 3.000 morts le bilan des réfugiés naufragés en mer Méditerrannée.

Aylan et Galip ne portaient pas de gilets de sauvetage et n’ont pas eu l’ombre d’une chance de s’en sortir lorsque leur embarcation de fortune a chaviré, au beau milieu de la nuit. Le drame est survenu une demi-heure à peine après leur départ de la zone la plus touristique de la côte turque, alors qu’ils n’avaient une traversée « que » de cinq kilomètres à effectuer pour regagner clandestinement l’île de Kos en Grèce.

Le père, seul survivant de la famille
Au total, 13 passagers du canot sont décédés, dont les deux petits frères kurdes venus de Rojava ainsi que leur mère, Rihan. Leur père, Abdullah, est parvenu à nager jusqu’au rivage. La nuit, la panique et la fatigue ne lui ont pas permis de sauver les siens.

Selon les médias turcs, leur bateau gonflable faisait partie d’une flotte de canots qui faisaient le voyage cette nuit-là depuis Akyarlar, une cité toute proche de la station balnéaire Bodrum. Connue par les passeurs, elle est la plus proche de Kos. Un autre de ces canots a également chaviré et huit des seize passagers ont été retrouvés noyés tandis que quatre autres sont encore disparus.*7sur7/ jeudi 03 septembre 2015

**L’image qui doit réveiller la conscience de l’Humanité

media_xll_7972769

Dans les heures qui ont suivi le double naufrage, une série de photos d’une des victimes, un bambin âgé de quelques années à peine, a envahi les réseaux sociaux sous le mot-dièse #KiyiyaVuranInsanlik (« l’humanité échouée » en turc). 

Au moins douze migrants syriens sont morts mercredi au large de la Turquie lors du naufrage de deux embarcations qui tentaient de rallier la Grèce, suscitant des réactions horrifiées après la publication de photos sur les réseaux sociaux d’un enfant syrien échoué sur une plage de Bodrum.

Les deux bateaux étaient partis dans la nuit de la ville côtière turque de Bodrum à destination de l’île grecque de Kos lorsqu’ils ont chaviré, ont indiqué les garde-côtes turcs dans un communiqué publié sur leur site internet.Rapidement prévenus par leurs cris, les sauveteurs ont pu récupérer 15 victimes mais ont repêché douze corps sans vie, a ajouté leur déclaration. « L’humanité échouée »
Des opérations étaient toujours en cours mercredi en fin de journée pour tenter de retrouver trois autres passagers toujours portés disparus. Dans les heures qui ont suivi le double naufrage, une série de photos d’une des victimes, un bambin âgé de quelques années à peine, a envahi les réseaux sociaux sous le mot-dièse #KiyiyaVuranInsanlik (« l’humanité échouée » en turc).

*mercredi 02/09/2015 -Source: AFP

***********************************

*On nous a promis : Plus aucun mur. Plus aucune guerre.

Après la chute du fameux mur de Berlin, on nous avait promis le paradis sur terre et surtout : plus de murs. Plus aucun mur. Plus aucune guerre. Pure propagande de ceux qui dénonçaient le mot même de « propagande » comme l’apanage du camp communiste, aujourd’hui complètement par terre et laissant largement ouvertes les portes à un capitalisme terrifiant, démentiel et immoral (un exemple : les nouveaux riches chinois qui se font construire des voitures en or !) Les salaires qui varient de 1 à 1 000 000 et où le chômage est devenu le fondement même de l’économie libérale et où les inégalités sont devenus faramineuses. Pas de guerres, donc. Pas de murs, donc. Pas de pauvres, donc…

Aujourd’hui, les guerres prolifèrent (avec ce Moyen-Orient qui se voit démanteler tous les trente ans, à la façon d’un métronome impitoyable) doublées d’une nouvelle forme guerrière : le terrorisme.

Aujourd’hui, les murs s’érigent partout. En Israël qui construit le mur de la honte, avec la complicité du monde libre. En Europe, toute l’Europe érige des murs et s’y enferme en érigeant -en plus- de véritables camps de concentration, comme celui ce Calais (France) baptisé cyniquement « Camp de Répit ». Comme celui entre l’Allemagne et l’Autriche. Comme celui érigé entre la Hongrie et la Pologne. Et surtout, comme ce mur de plusieurs milliers de kilomètres élevé entre les USA et Le Mexique. Le plus grand du monde parce que les USA pensent qu’ils sont toujours les plus grands et les plus forts alors qu’il n’en sont rien du tout !

Mais ça, ce sont de bons murs pour protéger la démocratie (mot creux et pervers qui est fait pour anesthésier les peuples eux-mêmes lamentables et si pathétiques); tandis que celui de Berlin , c’était pour la tuer…

Dérision !

Et puis cet autre mur, peut-être le pire : le chômage devenu, comme nous l’avions déjà dit, le vrai mur, le plus dur, le plus cruel et le plus mortel. Donc, universellement déshumanisant !!

Ce monde brouillé, donc, que les puissances intransigeantes de ce beau nouveau monde, il nous donne la nausée de nous-mêmes, surtout que dans notre pays, l’Algérie, où ce brouillage a atteint un niveau holocaustique.* mercredi 9 décembre 2015 | Par Rachid Boudjedra | tsa

**L’ordre cannibal du monde

Jean Ziegler dénonce « la géopolitique de la faim ».

Vendredi 27 juin, aux 5èmes Assises de la coopération solidaire à Annemasse,à la tribune et dans le studio de MédiasCitoyens, Jean Ziegler dénonce « la géopolitique de la faim ». Retrouvez ci-dessous l’article rédigé sur place par les journalistes de Reporters Solidaires et ci-dessus l’interview radio réalisée hier à Annemasse, par Christine Cognat (Reporters Solidaires) et Thierry Borde (MédiasCitoyens).

Le vice-président du Comité consultatif du Conseil des Droits de l’homme de l’ONU accuse les grandes sociétés mondiales d’être responsables de la faim qui tue un enfant toutes les cinq secondes.

« Un enfant qui meurt de faim, toutes les cinq secondes, meurt assassiné ». En ouverture des 5èmes Assises de la Coopération solidaire Rhône-Alpes vendredi à Annemasse (France), Jean Ziegler, sociologue et altermondialiste suisse, spécialiste des questions alimentaires, ne mâche pas ses mots. Devant huit cents acteurs de la solidarité internationale venus de l’Afrique, de l’Asie, de l’Amérique du sud et de l’Europe, il accuse de « massacre quotidien » les 500 plus grandes sociétés transcontinentales qui spolient les paysans en rachetant ou en louant à bas prix leurs terres, en spéculant sur les aliments de base, en échappant à tout contrôle étatique. « Elles possèdent un pouvoir comme n’en a jamais eu aucun roi ou président. Elles contrôlent 52,8% des richesses du monde alors que 4,7 milliards d’humains vivent dans la misère. C’est cannibale », martèle-t-il. « Ces sociétés fonctionnent sur le principe de la maximalisation du profit, avec une véritable violence structurelle. Par exemple, si le président de Nestlé n’augmente pas de 25% les dividendes de ses actions, il n’est plus président ».

Cette situation est d’autant plus absurde, selon Jean Ziegler, que la planète déborde de richesses grâce à l’intelligence humaine et que l’agriculture mondiale pourrait, si elle était mieux gérée, nourrir 12 milliards de personnes, à raison de 2 200 calories par jour. « Il n’y a pas de manque objectif, le problème est l’accès à la nourriture. Ce qui est paradoxal, c’est que 75% des victimes de la faim en Afrique sont dans des familles paysannes ».

Jean Ziegler dans le studio des médias citoyens à Annemasse le 27 juin 2014

Jean Ziegler dans le studio des médias citoyens à Annemasse le 27 juin 2014

Combat mortel

Sur la pression du Programme alimentaire mondial (PAM), 2014 a été décrétée année de l’agriculture familiale par l’ONU « parce qu’elle est menacée», explique Jean Ziegler. Sa productivité trop faible incite la Banque mondiale à favoriser l’expropriation des terres au profit des multinationales. « En 2013, 41 millions d’hectares ont été achetés en Afrique par des grands groupes d’investissement, par exemple Bolloré a acquis 52 000 hectares de terre arable au Bénin ». Pour que la productivité augmente, les états africains devraient investir 10% de leur budget dans l’agriculture familiale, contre 4% en moyenne aujourd’hui. « Cet investissement est insuffisant à cause de la dette extérieure. La dette des 52 pays les plus pauvres du monde s’élève à 2 100 milliards de dollars alors que le prix des denrées de base est en constante augmentation : + 63% en cinq ans pour le maïs », indique Jean Ziegler. « En 2013, les 54 pays africains ont importé pour 24 milliards de dollars d’aliments. Le riz par exemple vient du Viêt-Nam ou des Philippines. La spéculation alimentaire est légale. Elle devrait être interdite. C’est un combat mortel ».

Ce combat, le sociologue altermondialiste estime qu’il faut le gagner. « Ces Assises montrent une réelle prise de conscience des associations et également une prise de conscience politique. En France, les citoyens disposent de toutes les armes pour briser cet ordre cannibale du monde». La guerre est déclarée : le jour même, le conseil des droits de l’homme de l’ONU devait adopter une convention des droits des paysans proposée par les pays du sud, leur assurant le droit à la terre, à l’habitat, à l’irrigation, aux semences et aussi au for extérieur qui permettrait à un agriculteur africain s’estimant spolié par une multinationale de porter plainte auprès du pays où se trouve le siège de celle-ci. «La France avait décidé de voter contre. Preuve que les intérêts de Bolloré ont pesé plus que ceux des paysans ce qui a suscité une mobilisation des ONG et de certains partis politiques », affirme Jean Ziegler. Des propos qui ont été entendus par Nicolas Niemtchinow, ambassadeur de France auprès de l’ONU, présent aux Assises. [Si elle avait voté contre la rédaction d’une déclaration des droits des paysans en 2012, la France a cette fois finalement décidé de s’abstenir, à l’image de nombreux autres pays européens. NDLR]*Bassératou Kindo, Chri stine Cognat et Francis Viailly (Reporters solidaires)*source: mediascitoyens.eu/ 28 juin 2014

***************************************

*50 millions d’enfants à travers le monde vivent « déracinés »

Près de 50 millions d’enfants à travers le monde vivent « déracinés », après avoir été obligés de quitter leur foyer ou leur pays en raison des guerres, des violences et des persécutions, s’est inquiété mercredi le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). Fin 2015, environ 31 millions d’entre eux étaient des réfugiés et 17 millions étaient déplacés à l’intérieur de leur pays. « Les images indélébiles d’enfants victimes –le petit corps d’Aylan Kurdi rejeté sur le rivage après sa noyade en mer ou le visage hébété et ensanglanté d’Omrane Daqneesh assis dans l’ambulance après la destruction de sa maison– ont choqué le monde entier », a déclaré Anthony Lake, directeur général de l’Unicef, dans un communiqué. *Mercredi 07 Septembre 2016 

****************************************

*Plus de 13 millions d’enfants sont privés d’école au Moyen-Orient en raison des guerres

Plus de 13 millions d’enfants sont privés d’école au Moyen-Orient en raison des conflits dévastant de nombreux pays de la région, selon l’Unicef, qui déplore une « situation désastreuse » pour toute une génération.

media_xll_7974256

« L’impact destructeur des conflits est ressenti par les enfants dans toute la région », résume Peter Salama, le directeur de l’Unicef pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. « Il ne s’agit pas seulement de dégâts matériels dans des écoles, mais aussi du désespoir ressenti par une génération d’écoliers qui voient leurs espoirs et leur avenir brisés », regrette-t-il en commentant un rapport publié jeudi. 

4 enfants sur 10 non scolarisés
Ces enfants habitent les pays les plus troublés de la région, comme la Syrie, l’Irak, le Yémen, la Libye, les Territoires palestiniens et le Soudan, ou sont réfugiés au Liban, en Jordanie et en Turquie. 

Au total, ce sont plus de 13 millions d’entre eux, soit quatre enfants sur dix dans les pays les plus touchés, qui ne sont pas scolarisés alors que la région semblait en passe, « il y a quelques années, d’atteindre l’objectif de l’éducation pour tous », souligne l’Unicef. 

Plus de 8.850 écoles en Syrie, Irak, Yémen et Libye ne peuvent plus accueillir d’élèves parce qu’elles ont été endommagées ou détruites, abritent des déplacés ou sont occupées par des belligérants, selon le rapport.*7sur7/ jeudi 03 septembre 2015

media_l_7974239

******************************************

Au moins 82 morts dans la vague d’attentats en Irak. (16.08.2012.)

Au moins 82 personnes ont été tuées jeudi  16.08.2012. dans une série d’attaques en Irak à quelques jours de la fin du ramadan, une  période généralement marquée par une recrudescence des violences, selon un  dernier bilan fourni vendredi par des sources médicales et de sécurité.    Au moins 250 personnes ont également été blessées dans ces attaques  perpétrées dans 15 localités à travers le pays.    Ces attentats portent à 227 le nombre de personnes tuées par les violences  pour le seul mois d’août en Irak, selon un bilan compilé par l’AFP à partir de  données de sources médicales et sécuritaires.    Le plus lourd bilan a été enregistré à Bagdad et dans ses environs, où au  moins 32 personnes ont été tuées dans une série d’attaques et d’attentats à la  voiture piégée.    Des extrémistes estiment que le mois sacré du jeûne musulman est propice  pour mener la « guerre sainte ». Depuis le début du ramadan, 404 personnes ont  été tuées en Irak, selon un décompte de l’AFP.    Lundi, un cabinet britannique spécialisé dans les questions de sécurité,  AKE, avait averti que des « terroristes en Irak pourraient préparer des  attentats à l’explosif destinés à faire un maximum de victimes, lors de grands  rassemblements de civils à l’occasion de la fin du ramadan », cette semaine.    Si les violences ont considérablement diminué par rapport aux sanglantes  années 2006-2007, elles restent encore très fréquentes en Irak.    En juillet, 325 personnes ont été tuées dans le pays, d’après les  autorités, soit le mois le plus sanglant depuis août 2010. *Ennahar-17.08.2012.

**Deux soldats américains tués dans une nouvelle attaque en Afghanistan

Deux soldats américains ont  été tués vendredi 17.08.2012.par un policier dans le sud-ouest de l’Afghanistan, a annoncé  la force internationale de l’Otan (Isaf), nouvel épisode de la vague d’attaques  de membres des forces afghanes contre leurs alliés occidentaux en cours dans le  pays.    L’incident a eu lieu à Farah, une province reculée du sud-ouest,  frontalière de l’Iran. « Deux soldats américains sont morts ce matin » lorsqu’ »un  membre de la police locale a braqué son arme sur eux », indique l’Isaf dans un  communiqué, ajoutant que « l’assaillant a été tué »    Il porte à 39 le nombre de soldats occidentaux tués cette année par des  soldats ou policiers afghans ou rebelles infiltrés dans leurs rangs lors de 28  attaques, dont plusieurs ont eu lieu ces dix derniers jours, selon un bilan de  l’Isaf.    Mardi, le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta s’est dit « très  préoccupé » par la multiplication des meurtres de soldats occidentaux par des  hommes portant des uniformes de l’armée ou de la police afghane.    La multiplication de ces « green-on-blue incidents », ou « menaces  intérieures » selon la terminologie de l’Otan, sape la confiance entre les  forces occidentales chargées de former les forces locales pour qu’elles  puissent assurer elles-mêmes la sécurité du pays après le retrait de l’Isaf  prévu fin 2014.    Les rebelles talibans revendiquent certaines de ces attaques, affirmant que  leurs combattants infiltrent largement et de plus en plus les forces  gouvernementales afghanes.    L’Isaf, qui compte quelque 130.000 soldats dans le pays, en grande majorité  américains, admet que le nombre d’attaques a augmenté mais nie toute  nfiltration, expliquant que les attaques sont dues à des disputes nées de  divergences culturelles.*Ennahar-17.08.2012.

**Des centaines d’enfants recrutés par les groupes armés au Mali, selon l’UNICEF

Des centaines d’enfants sont  recrutés par les groupes armés du Nord du Mali, s’est alarmée vendredi  l’UNICEF, appelant toutes les parties à s’assurer que les enfants ne  participent pas aux hostilités.    « L’UNICEF a reçu des informations crédibles selon lesquelles des groupes  armés dans le nord du Mali recrutent et utilisent de plus en plus d’enfants à  es fins militaires. Des sources fiables ont déclaré que le nombre des enfants  engagés se comptait en centaines et semblait s’accroître », a déclaré un  porte-parole de cette organisation des Nations unies à Genève.    En juillet dernier, l’UNICEF avait déjà indiqué qu’au moins 175 garçons  âgés de 12 à 18 ans avaient directement été associés à des groupes armés dans  le nord, a rappelé ce porte-parole.    Les enfants « sont utilisés par tous les groupes armés comme combattants,  porteurs, aide-cuisiniers, messagers, sentinelles. Certains se joignent  volontairement aux militaires, en raison de la grande pauvreté de leur  famille », a déclaré la porte-parole de l’UNICEF à Genève.    Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), groupe islamiste armé allié à Al-Qaïda  au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en  Afrique de l’Ouest (Mujao), occupent depuis fin mars tout le nord du Mali, soit  les deux-tiers du territoire.    Par ailleurs le CICR a annoncé augmenter ses opérations d’aide alimentaire  à la population malienne, commençant des distributions de rations dans la  région de Kidal, dans le nord, dont 36.000 personnes bénéficieront.    Ces distributions réalisées avec l’aide de la Croix rouge malienne ont  concerné 120.000 personnes en juillet dans les régions de Gao et Tombouctou,  également dans le nord occupé par les islamistes.á    Le chef de la délégation du Comité international de la Croix Rouge pour le  Mali et le Niger, Jean-Nicolas Marti, a pu se rendre à Gao où il a pu  s’entretenir avec des notables de la ville et des responsables des groupes  armés présents dans la cité. C’est la première fois qu’un responsable du CICR  visite le nord du Mali depuis janvier.    Le CICR y travaille avec l’aide de la Croix rouge malienne. Outre l’aide  alimentaire et l’assistance aux prisonniers, il a notamment remis en route des  centres de santé, en particulier l’hôpital de Gao, pillé en mars et rendu  opérationnel dès avril..*Ennahar-17.08.2012.

**Soudan:  32 morts, dont un ministre, dans l’explosion d’un avion…

Antonov transportant une délégation officielle soudanaise s’est écrasé dimanche au Kordofan-Sud, un Etat soudanais en proie à une rébellion armée, tuant les 32 personnes, dont un ministre, qui se trouvaient à son bord, a-t-on appris de sources officielles.
« Tous les passagers à bord ont été tués », a déclaré à l’AFP Abdelhafiz Abdelrahim, porte-parole de l’Autorité de l’aviation civile. Un précédent bilan faisait état de 31 morts.
Parmi la délégation qui se rendait au Kordofan-Sud à l’occasion de l’Aïd el-Fitr, la fin du jeûne musulman du ramadan, se trouvait le ministre des Affaires religieuses Ghazi al-Saddiq, selon l’agence officielle Suna qui rapporte que 26 passagers et six membres d’équipage, dont les nationalités n’ont pas été précisées, se trouvaient à bord de l’appareil.
Les causes de la chute de l’appareil, un Antonov, n’étaient pas connues dans l’immédiat, certains officiels mettant en cause le mauvais temps, d’autres une explosion d’origine indéterminée.
L’appareil se préparait normalement à atterrir vers 8H00 (05H00 GMT) dans la ville de Talodi quand soudain « une explosion a été entendue et l’avion a été détruit », a déclaré à l’AFP M. Abdelrahim qui ne pouvait dans l’immédiat fournir de détails sur l’origine de cette explosion.
Mauvaise météo
Le ministre de la Culture et de l’Information, Ahmed Bilal Osman, a lui déclaré sur la radio officielle Omdurman que l’avion s’était « écrasé contre une colline » en raison du mauvais temps.
Des pluies torrentielles se sont récemment abattues sur le Kordofan-Sud, une région en proie à une rébellion armée contre Khartoum.
Dix des victimes, dont trois généraux, faisaient partie des forces de sécurité. Le chef d’un petit parti politique soudanais, un correspondant de la télévision d’Etat soudanaise et un membre du Parlement se trouvaient notamment à bord de l’appareil.
Le ministre tué dirigeait les Affaires religieuses depuis un remaniement ministériel en juillet. Il détenait auparavant le ministère du Tourisme et des Antiquités.
Bien qu’aucune bataille n’ait été rapportée autour de Talodi ces dernières semaines, cette ville stratégique du Kordofan-Sud, près de la frontière sud-soudanaise, a été l’un des principaux champs de bataille des combats qui ont commencé en juin 2011 entre le gouvernement de Khartoum et les rebelles du Mouvement populaire de libération du Soudan-branche Nord (SPLM-N).
Les groupes rebelles dans le Kordofan-Sud s’étaient battus aux côtés des Sudistes pendant la guerre civile (1983-2005) ayant abouti à la partition du Soudan en juillet 2011, donnant naissance au Soudan du Sud.
Flotte vieillissante
Le Soudan accuse son voisin d’appuyer le SPLM-N, ce que des analystes estiment probable en dépit des dénégations du Soudan du Sud. Juba accuse de son côté Khartoum de soutenir les rebelles sur son territoire.
Plus de 200.000 réfugiés ont fui le Kordofan-Sud et le Nil Bleu, un autre Etat soudanais frontalier du Soudan du Sud, où la situation humanitaire s’est aggravée.
Les accidents d’avion sont assez fréquents au Soudan, où la flotte est vieillissante. La compagnie aérienne nationale figure par ailleurs sur la liste des transporteurs aériens interdits dans l’Union européenne car ils ne respectent pas les normes de sécurité.
En avril 2011, un hélicoptère militaire s’était écrasé accidentellement à l’aéroport d’El-Facher, dans le Darfour-Nord, tuant ses cinq passagers.
Et au moins 30 personnes étaient mortes brûlées quand un Airbus A310 de Sudan Airways, avec plus de 200 personnes à bord, avait explosé au moment de son atterrissage à Khartoum en 2008. (AFP-19.08.2012.)

**Une attaque aérienne israélienne contre les installations nucléaires iraniennes serait « bienvenue » car elle donnerait à l’Iran une raison de contre-attaquer et de « se débarrasser » de l’Etat juif « pour toujours », a estimé le général Amir Ali Hajizadeh, chef de l’armée de l’air du pays.Selon des propos rapportés samedi par l’agence de presse officielle IRNA, le général Hajizadeh ajoute que la réponse de l’Iran serait « rapide, ferme et destructrice ». Le général Hajizadeh estime aussi que les menaces israéliennes de frappes aériennes font seulement partie d’une guerre psychologique contre l’Iran.Ces propos font suite à un discours du président iranien Mahmoud Ahmadinejad vendredi à l’université de Téhéran après des manifestations pro-palestiniennes nationales à l’occasion du dernier vendredi du ramadan.
Vendredi, des manifestants ont brûlé des drapeaux américains et israéliens aux cris de « Mort aux Américains » et « Mort à Israël ».
Sipa-19.08.2012.

***********************************

4 réponses à “Un monde déshumanisé”

  1. 11 12 2012
    supra skytop II (06:22:27) :

    Absolutely indited content , thankyou for entropy.
    supra skytop II

  2. 21 11 2012
    amazon headphones (23:58:38) :

    I conceive this web site holds some really wonderful info for everyone. « The fewer the words, the better the prayer. » by Martin Luther.
    amazon headphones

  3. 19 11 2012
    burberry sale (20:03:05) :

    Nice read, I just passed this onto a friend who was doing a little research on that. And he just bought me lunch as I found it for him smile So let me rephrase that: Thanks for lunch! « Dreams are real while they last. Can we say more of life » by Henry Havelock Ellis.
    [url=http://www.burberrysalehandbags.com/]burberry sale[/url]
    burberry sale

  4. 18 11 2012
    mulberry handbags (20:47:31) :

    Only a smiling visitor here to share the love (:, btw great pattern .
    [url=http://www.bagmulberryuk.co.uk/mulberry-handbags-c-9.html]mulberry handbags[/url]
    mulberry handbags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...