Lycée spécialisé dans les mathématiques-Alger

**Ouverture du premier lycée spécialisé dans l’enseignement des mathématiques- à Kouba (Alger)

       une vie scolaire en internat

Un lycée spécialisé dans l’enseignement des mathématiques  ouvre ce dimanche 16.09.2012. ses portes à Kouba (Alger) aux élèves de l’ensemble des  wilayas du pays, a indiqué samedi un communiqué du ministère de l’Education  nationale.

Ce nouveau lycée accueillera les élèves ayant obtenu les meilleurs  résultats à l’examen du BEM et les meilleures notes en mathématiques, a indiqué  la même source.      

L’ouverture de ce lycée, à la rentrée scolaire 2012-2013, s’inscrit dans  le cadre de « la poursuite de la réforme du système éducatif et dans le souci  d’améliorer la qualité de l’enseignement dans les filières scientifiques, notamment  les mathématiques », précise la même source.      

Les programmes d’enseignement qui seront appliqués dans ce lycée sont  les mêmes que ceux en vigueur dans les lycées d’enseignement général et technique  ajoute le communiqué, notant cependant que « les programmes seront  adaptés aux capacités et à la performance des élèves ainsi qu’aux exigences  de la filière ».          

Conformément au système d’enseignement adopté dans ce lycée,  les élèves suivront, en première année, un enseignement en tronc commun sciences  et technologie, et poursuivront, en deuxième et troisième années, leurs études  en mathématiques, souligne la même source.       

Les élèves pourront, après l’obtention du baccalauréat « mathématiques  informatiques » s’inscrire à l’université avec possibilité de rejoindre les classes  préparatoires pour les écoles supérieures.            

Ce nouveau établissement est doté de tous les moyens humains,  matériels et pédagogiques nécessaires.             

Des campagnes de sensibilisation et de proximité encadrées par  les conseillers d’orientation ont été lancées au début  du mois d’avril  dernier au niveau de tous les CEM en vue d’expliquer « les objectifs pédagogiques  de cette opération ».*APS-15.09.2012.

Le Maroc se classe 2ème avec 4 médailles à l'olympiade arabe des  mathématique

***Les lauréats au brevet de l’enseignement moyen (BEM) ceux qui obtiennent de meilleures moyennes dans les matières techniques, auront la possibilité de postuler pour le premier lycée dédié aux mathématiques.«Cette première initiative qui sera élargie, graduellement, à d’autres wilayas figure parmi les actions programmée dans le cadre de la poursuite de la réforme du système éducatif et s’inscrit également dans une dynamique universelle»…Une fois inscrits dans ce lycée «spécialisé», les élèves suivront leurs études en tronc commun sciences et technologie et poursuivront leur scolarité dans la filière mathématique, en deuxième et troisième années secondaires, sous le régime de l’internat. Les futurs bacheliers en mathématiques auront à étudier et vivre dans un milieu réunissant «des conditions pédagogiques appropriées et toutes les commodités d’une vie scolaire en internat ». Les programmes d’enseignement appliqués seront «ceux en vigueur officiellement dans les lycées d’enseignement général et technologique. Ils seront adaptés à leurs capacités, à leurs performances ainsi qu’aux exigences de cette filière »… Il est également indiqué que ces lycéens  poursuivront leurs études après le baccalauréat dans la filière mathématiques-informatique au niveau de l’université avec la possibilité de s’inscrire dans les classes préparatoires aux grandes écoles. Concernant les conditions d’admission, des informations détaillées seront fournies à partir du mois de mai dans les collèges d’enseignement moyen «sous la responsabilité des directeurs de l’éducation de wilaya», souligne-t-on. Pour rappel, le ministère de l’Education a décidé, sans trop d’explications, la suppression, il y a quelques années, des lycées techniques transformés en lycées d’enseignement général. Cette mesure qui a suscité, à l’époque, la déception et la colère de centaines d’élèves et d’enseignants a été expliquée par des réformes nécessitant de confier la spécialisation au secteur de la formation professionnelle et permettre à l’éducation de suivre des programmes d’enseignement général avec des filières variant entre scientifique, littéraire et langues. Ce retour à cette nouvelle forme de lycée technique est-elle dictée par un nouveau chapitre de réforme ou c’est tout simplement un retour à un mode d’enseignement qui a longtemps existé avant d’être supprimé «par erreur» ? Ce sont, entre autres, les interrogations exprimées à ce sujet par quelques parents d’élèves qui n’ont pas aimé que l’annonce d’une telle initiative soit faite à la veille des examens….*La NR.

******************************************

Benghebrit veut réviser la méthode d’enseignement des mathématiques

La méthode d’enseignement des mathématiques en Algérie sera révisée de manière à faire appel à la réflexion, a affirmé, mardi, la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit.

Assistant à un cours de préparation des élèves aux olympiades des mathématiques au lycée de Kouba (Alger), elle a insisté sur l’impératif d’engager une réflexion à même de revoir la méthode de l’enseignement des mathématiques depuis le cycle primaire.

Pour elle, « les olympiades sont une occasion pour remettre en question l’enseignement des mathématiques dans notre pays, et en particulier au démarrage, à l’école primaire ».

Mme Benghebrit a déploré que la méthode actuelle de l’enseignement des mathématiques soit « atteinte de la maladie de la mémorisation », relevant la nécessité de faire appel plus à la réflexion, aux capacités de la réaction immédiate, et la mise en lien d’un certain nombre de faits et de facteurs.

Mme Benghebrit a également souligné l’importance de donner à la filière des mathématiques « sa véritable place », regrettant que très peu d’élèves optent pour cette filière dans leur cursus scolaire par peur de ne pas pouvoir aller vers la spécialité qu’ils souhaiteraient pour les études supérieures.

La ministre a expliqué que son objectif actuel était de « réviser les programmes de mathématiques, augmenter le nombre d’élèves dans cette spécialité et en même temps avoir des récompenses dans les compétitions internationales ». *Par Lila Ghali | 29/09/2015 |algerie1.com/

*******************************************

*Olympiade Internationale de Mathématiques 

      *Rio de Janeiro (Brésil), du 12 au 23 juillet 2017

*L’Algérie aux Olympiades de mathématiques de Rio

L’Algérie participe aux Olympiades internationales de mathématiques qui se déroulent cette année à Rio de Janeiro (Brésil), du 12 au 23 juillet, et est représentée à cette prestigieuse compétition intellectuelle et didactique par un groupe des meilleurs élèves, composé de six lycéens, dont une fille, a indiqué un communiqué du ministère de l’Education nationale 

Ce groupe de six lycéens, issus des wilayas d’Oum El Bouaghi, Laghouat, Tamanrasset, Tlemcen, Jijel et Médéa, sera accompagné durant son séjour à Rio de Janeiro par deux encadreurs, dont un fera partie du jury international de cette compétition, a précisé la même source. Ces jeunes compétiteurs algériens ont été sélectionnés au début de l’année scolaire sur la base d’un concours national organisé par le ministère de l’Education, note le communiqué, relevant que leur préparation, aussi bien scientifique que méthodologique, «s’est faite durant l’année scolaire sous la direction du coach le docteur Malik Talbi et d’un groupe d’inspecteurs et d’universitaires à travers plusieurs regroupements bloqués au lycée des mathématiques de Kouba».

Ainsi, pour assurer une meilleure prise en charge d’accompagnement pédagogique des élèves appelés à participer aux joutes internationales de mathématiques et de physique, un comité ad-hoc a été créé par arrêté de la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit, au sein du comité technique éducation, relevant de la commission nationale algérienne pour l’Unesco. Le parrainage de la participation algérienne est assuré par la société nationale Sonatrach, qui «renforce, par cette action conventionnelle avec le ministère de l’Education nationale, son image d’entreprise citoyenne encourageant le savoir et l’innovation», conclut la même source. APS – 14 juillet 2017

Lycée spécialisé dans les mathématiques-Alger olympiades-de-math%C3%A9matiques

**Olympiades de mathématiques/

Des lycéens algériens s’illustrent

Des lycéens algériens se sont singulièrement illustrés au Olympiades de mathématiques organisées à Rio de Janeiro, au Brésil. Ils ont remporté une médaille de bronze et quatre prix honorifiques.

Les lycéens ayant participé aux Olympiades de mathématiques ont pu remporter une médaille de bronze et quatre prix honorifiques, a indiqué la ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghebrit, sur ses comptes Facebook et Tweeter.

Au total, six élèves, issus des wilayas d’Oum El-Bouaghi, Laghouat, Tamanrasset, Tlemcen, Jijel et Médéa, ont représenté l’Algérie lors de cette 58ème édition des Olympiades de mathématiques. Il convient aussi de souligner, que ces compétiteurs ont été sélectionnés à l’occasion d’un concours national. La ministre a par ailleurs rappelé que l’Algérie avait auparavant remporté une médaille de bronze lors du Championnat méditerranéen de mathématiques qui s’est tenu en Italie.*algerie-focus./ dimanche 23 juillet 2017

************************************************

**Olympiade Internationale de Mathématiques 

      * du 6 au 16 juillet 2016 à Hong Kong

*La révision de la méthode d’enseignement des mathématiques surgit au-devant de la scène dans le secteur l’éducation à l’approche des Olympiades des mathématiques qui se dérouleront du 6 au 16 juillet à Hong Kong avec 100 pays participants dont l’Algérie fait partie. Depuis son arrivée à la tête du ministère de l’Education nationale en 2014, Mme Nouria Benghebrit a mis l’accent sur l’importance de la révision du programme et de la méthode d’enseignements de cette filière. Avant-hier, en visite d’inspection dans la capitale, elle a exprimé son ambition d’aller vers la réalisation de son projet afin de redonner à cette filière la place qu’elle mérite, de manière à remédier à cette situation et d’améliorer le classement de l’Algérie lors des prochaines éditions, Mme. Benghebrit a souhaité approfondir «cette filière afin de reconstruire une véritable élite en la matière», a-t-elle souligné. Pour la ministre de l’Education les efforts consentis par son département, ont donné leurs fruits à présent avec le retour de l’Algérie sur la scène internationale et ce, après plusieurs années d’absence. Lors de la précédente édition des Olympiades des mathématiques qui se sont déroulées en Taïlande l’Algérie a décroché quatre médailles dont deux médailles d’honneur, une d’argent et une de bronze. Un résultat qualifié d’«insuffisant», par le ministère de l’Education, car l’Algérie n’a pas réussi à améliorer son classement lors des différentes éditions. Lors de la dernière en date elle a été classée à la 62e place sur les 114 pays participants. D’ailleurs, c’est l’une des raisons qui ont motivé le ministère de l’Education à revoir la méthode d’enseignement dans cette matière. «Les Olympiades sont une occasion pour remettre en question l’enseignement des mathématiques dans notre pays, en particulier à l’école primaire», a-t-elle précisé. En effet, la ministre de l’Education nationale a estimé que la méthode actuelle adoptée pour l’enseignement des mathématiques est atteinte de la maladie de la mémorisation d’où la nécessité de faire appel plus à la réflexion, aux capacités de la réaction immédiate, et la mise en lien d’un certain nombre de faits et de facteurs. «La méthode adoptée actuellement dans l’enseignement des mathématiques est basée, selon Mme Benghebrit, sur «la mémorisation» au lieu de «la réflexion» qui est l’élément essentiel dans l’apprentissage de la langue des mathématiques. Selon celle-ci, cette révision à double objectif, vise à la fois d’attirer plus d’élèves à s’inscrire dans cette matière et d’autre part, l’amélioration des performances des élèves lors des différentes compétitions internationales. «Très peu d’élèves optent pour cette filière dans leur cursus scolaire par peur de ne pas pouvoir aller vers la spécialité qu’ils souhaiteraient pour les études supérieures.»
Selon Mme Benghebrit, l’Algérie retrouve, petit à petit sa place sur la scène internationale, et s’apprête à défendre son meilleurs statut réalisé durant les années 1980 ou elle a été classée parmi les 40 meilleures sélections à travers le monde et qui se trouve aujourd’hui à la traîne où elle a chuté d’une manière vertigineuse en passant de la 21e place en 1977 à la 104e place en 2009 sur les 104 pays participants. L’Algérie était connue, auparavant, pour son penchant aux mathématiques, mais il y a eu une «perte» en cours d’évolution, précisant que les élèves «s’orientent plus vers les sciences expérimentales pour faire médecine ou pharmacie». «Aujourd’hui, nous donnons l’envie d’aller vers cette spécialité grâce à l’encadrement et aux efforts du lycée des mathématiques dont l’existence atteste cette volonté de l’Algérie de repositionner les mathématiques dans la configuration des spécialités», a assuré la ministre.*Par Abdellah BOURIM - Mardi 05 Juillet 2016 / L’Expression

*************************************

Olympiade Internationale Mathématiques Maroc

*Olympiade Internationale de Mathématiques 

*la 55e édition du 6 au 13 juillet 2014 à l’université de Cape Town, en Afrique du Sud

*une compétition réservée aux lycéens de moins de 20 ans

L’Algérie a déjà participé à 13 reprises à ces « jeux scientifiques »

La 55e Olympiade Internationale de Mathématiques (OIM)  s’est tenue du 6 au 13 juillet 2014 à l’université de Cape Town, en Afrique du Sud, classée seconde du continent dans le dernier classement de Webometrics.C’est la première fois que cette prestigieuse compétition se déroule en terre africaine. Les 560 participants venus de 104 pays dont 12 africains, ont dû résoudre 6 problèmes de mathématiques sur les deux jours du concours. Alexander Gunning (Australie), Jiyang Gao (Chine) et Po-Sheng Wu (Taiwan) ont obtenu le maximum de 42 points. La médaille d’or a été attribuée à 49 élèves, dont une seule fille, qui ont terminé sur un score compris entre 28 et 42 points. Les Pays-Bas terminent en tête des pays d’Europe de l’ouest, avec trois médailles et une place de 13ème au classement international par pays, qui est dominé par la Chine, les Etats-Unis, Taiwan et le Japon.*médias-12/07/2014

*55 ans d’existence et de compétition

L’OIM est une compétition réservée aux lycéens de moins de 20 ans. Elle a vu le jour à Braşov en Roumanie en 1959. Elle se déroule chaque année dans un pays différent au mois de juillet et permet de dénicher des talents jeunes et brillants dans les mathématiques.
L’Algérie qui a déjà participé à 13 reprises à ces « jeux scientifiques » en est absente depuis 2009. Sa première participation remonte à 1977 à Belgrade (ex Yougoslavie), la dernière en 2009 à Bremen en Allemagne. Elle compte dans son palmarès une médaille d’argent, deux de bronze et deux mentions honorables.

Le Maroc en est à sa 32e participation depuis 1983 à Paris et comptabilise quatre médailles d’argent, 32 de bronze et 51 mentions honorables.

Les tunisiens qui ont répondu présents à cette 55e édition en sont à leur 23e figure. La première était en 1981 à Washington. Leur palmarès comporte une médaille d’or, quatre d’argent, 14 de bronze et 11 mentions honorables. Parmi les six candidats tunisiens cette année deux jeunes filles: Meriem El Euche 18 ans et Malek Bouguerra 19 ans.

En 2015, l’Olympiade Internationale de Mathématiques est programmée à Chiang Mai en Thaïlande du 3 au 15 juillet 2015.*HuffPost Maghreb-06/07/2014

*****************************************

*L’Algérie, ou le déclin par les mathématiques

Que valaient donc les notes attribuées au  baccalauréat et au cycle secondaire en général, si elles n’ont pas une concordance au niveau international ? À partir de ce fait, il s’avère judicieux de conclure que la projection d’un avenir meilleur dans lequel l’éducation scientifique jouera un rôle primordial doit être une préoccupation majeure des hautes sphères du gouvernement algérien… et qu’on cesse de plaisanter.”

Pire qu’une avanie quand il faut “bigler” la mise en capilotade de l’enseignement mathématique en Algérie, car aujourd’hui, et sans jeux de mots, le topo incontestablement sarcastique est malheureusement plus que vrai. Faut-il répéter que notre pays vit l’effondrement de la matière scientifique dans ses écoles, maths en tête ?

En effet, un signal affligeant nous est récemment parvenu de la dernière Olympiade internationale des maths, tenue dans sa 61e version en Russie. Cette compétition hautement scientifique, destinée aux élèves des lycées de 103 pays et à laquelle participa une délégation algérienne de 5 compétiteurs, s’est déroulée en septembre 2020. Le dévoilement de la fameuse classification mondiale place notre pays parmi les 5 États les plus arriérés de la planète, soit la position 100 sur 103. 

Il est utile de mentionner que ladite manifestation, qui a vu le jour en 1959, en Roumanie précisément, visait en premier lieu à promouvoir les mathématiques, à encourager l’émergence d’une sélection internationale formée d’élèves des lycées et collèges du monde, mais surtout à connaître la performance des systèmes scolaires des pays participants.

Fait exceptionnel, notre pays, qui avait fui les rencontres depuis 1997 où il s’est classé à la dernière place en Argentine, a voulu “re-tester” ses compétences en 2009, à l’occasion des rencontres de Bremen (Allemagne). Or, c’est en Allemagne que l’insulte se coupla à l’affront, dit-on. À vrai dire, toute une humiliation planétaire reléguant l’Algérie – tenez-vous bien ! – à la 104e place, parmi les 104 délégations participantes. La lecture devient ainsi évidente, et il était impératif de sauter avec “nervosité” vers une conclusion laissant entendre que le malentendu entre les maths et l’Algérie est devenu tellement ancien…

Malentendu étant encore arrivé à porter un coup sévère à la logique de l’instruction et à son point d’orgue, le savoir. Toutes les épithètes ne peuvent donc décrire ce vieux quiproquo avec la connaissance… dans une République donnant l’image d’une contrée n’ayant guère connu ni la science ni les maths. Égarées plus que perdues, les écoles algériennes sont devenues une sorte d’auberge espagnole – car non fiables pour les compétitions et ne donnant pas naissance à de bonnes sélections nationales en calcul –, dans la mesure où elles injectent une sorte de prédominance des matières abrutissantes anti-maths comme anti-sciences. La résultante a fait en sorte à ce qu’elles se retrouvent, par voie de conséquence, éjectées d’un système mondialement standardisé.

Exemple : en juillet 2007, le pays ne s’est pas inscrit pour les 48es Olympiades mondiales à Hanoï (Vietnam), car un ministre profane, charriant plus de balourdises que d’éveils, n’avait pas jugé nécessaire d’y envoyer les élèves ! 

Il n’y avait pas que lui, c’est et c’était toute l’Algérie qui craquait sous le poids du pourrissement, du moment que, depuis l’année 1988, le sacrilège avait tenu garnison au sein de ce ministère de l’Éducation nationale, comme dans ses satellites rentiers et néophytes, et les expériences algériennes dans les compétitions mathématiques le démontrent sans ambages.

Ces expériences nous amenèrent vers l’année phare de 1977, quand on était, comme on l’avait souligné, le seul pays du MENA à y avoir participé (et c’est bien…), mais notre aventure nous avait valu la dernière place parmi les 20 délégations, mais ce fut un commencement. 

Absence de 5 années, et vint ensuite la participation de 1982 où l’Algérie arriva encore parmi les derniers, mais fut sauvée du point extrême par le Koweït, qui la remplace au bas de la liste. En 1983, le classement donne à l’Algérie l’ordre 30 sur les 32 pays qui postulaient.

En 1987, c’est la place 36 sur 42 pays. En 1988, c’est la place 36 sur 49 pays (le meilleur score). En 1990, avec la venue de Benmohamed, le ministre qui ne cessait de crier au loup, le credo de la catastrophe fut amorcé. Sur les 54 pays qui participaient, notre pays arrache la 54e position. En 1991, c’est le numéro 53 sur les 56 équipes participantes. En 1993, l’Algérie donna enfin aux maths de très mauvaises performances. Sur les 73 pays qui avaient postulé aux internationales d’Istanbul, en Turquie, nos élèves arrivèrent 73es, en compagnie du Turkménistan.

Absence de 5 années, et c’est suite à la honte de 1997 que la République du nationalisme de la marche-arrière décide de divorcer d’avec la planète pour une durée de 12 ans, après avoir été qualifiée de dernier pays au monde en matière de compétences mathématiques.

Ici, il est important de mentionner que jusqu’à ce jour, nous ne concourons dans aucune matière, et aucune présence dans les Olympiades des technologies, des sciences physiques, de l’informatique, des sciences de la terre, de la biologie, de la linguistique, de la chimie, de la philosophie… n’a été signalée.

On se rappelle la démagogie ayant couronné notre petite participation aux Olympiades panafricaines organisées en Tunisie en 2005 (14 pays), où on a été largement devancé par la Tunisie, l’Afrique du Sud, le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Zimbabwe, même si sur le plan individuel le jeune Bouakkaz Adriane sauva la face par une seule médaille d’or. La même démagogie avait déloyalement sonné pour glorifier sur notre participation aux Olympiades de 2016 (62e place), où le ministère de l’Éducation tricha en portant sur la liste deux jeunes qui fréquentaient le lycée français du Qatar.

Aujourd’hui la situation de la participation doit être immédiatement corrigée, et on attend impatiemment de quoi vont accoucher les compétitions de 2021. Bonnes ou mauvaises, cela doit se faire par le lancement d’une étude où il sera enfin judicieux de se demander, en termes de bilan, pourquoi l’Algérie avait, depuis 1997, misé sur les dernières positions et fini par faire en 2020 les pires résultats internationaux des mathématiques en décrochant la 100e place sur les 103 pays participants, loin derrière des pays comme le Guatemala, la Bolivie, l’Albanie et le Koweït. 

Que valaient donc les notes attribuées aux baccalauréat et au cycle secondaire en général, si elles n’ont pas une concordance au niveau international ? À partir de ce fait, il s’avère judicieux de conclure que la projection d’un avenir meilleur dans lequel l’éducation scientifique jouera un rôle primordial doit être une préoccupation majeure des hautes sphères du gouvernement algérien… et qu’on cesse de plaisanter.

C’est dans cet ordre d’idées que tous les observateurs se sont encore aperçus de la performance calamiteuse des élèves algériens de la huitième année, en maths et en science, point médian de l’instruction scolaire. Dans un autre registre, les études de la Trends in International Mathematics And Sciences Study sur la performance des systèmes scolaires, les jeunes Algériens ne sont pas évaluables, car l’Algérie évalue autrement puisqu’elle enseigne autrement et toute seule.

Le non-évaluable cède la place à une évaluation dogmatico-religieuse nous venant en parallèle, à travers certains journaux moyenâgeux abêtissants à la longueur des 4 saisons, lesquels en voulant jouer au scholastime, s’attellent à injecter du venin dans les écoles, en accaparant d’une manière populiste, mercantile et idéologique toute la vie scolaire. 

Ces journaux de caniveau abondent dans des sens contraires à la scientificité et veulent qu’on ne mise pas sur l’éducation pour soulever l’économie algérienne. Ainsi, ils ne ratent pas l’occasion pour s’en prendre aux milieux des cercles spécialisés, l’accusant de courants occidentalisés. Mais ces courants sont les vrais courants algériens ayant compris la raison d’être de l’école, et décrient le fait de valoriser des sciences socio-humaines dingo-aliénées parfois moulées dans une religiosité mortifère, au détriment des sciences tout court. 

L’explication réside dans le dosage de l’enseignement par des matières qui congèlent l’esprit, illustre aujourd’hui et en partie le foyer du déséquilibre technologique qui commence à prendre forme en Algérie, la poussant au 100e rang mondial en maths, dans une compétition de 103 pays. Mais pour apprendre de ce que font les autres, on peut faire une petite analogie avec les États-Unis, là où on répète à satiété… “De la littérature … ça ne suffit pas” et ce en s’inscrivant carrément dans la méthodologie de Platon qui avait écrit sur le fronton de son académie “Celui qui ignore la géométrie n’entre pas ici”.

Il s’agit d’une phrase hautement symbolique, qui orne justement la devise à laquelle souscrit pleinement l’administration américaine, une administration, au vu des scores obtenus dans le système d’enseignement américain, corrige au fur et à mesure, après avoir été plongée dans l’inquiétude sur le futur de la compétitivité économique des Américains. La situation négativement évaluée en 2005, 4 années après les attaques du 11 septembre, tend à devenir positive depuis 2015 en maths et en sciences.

En effet, à la lecture des études menées par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) – à ne pas confondre avec l’OSCE – les pontes de l’enseignement et des affaires se sont trouvés à un moment donné, surtout dès 2008, complètement chavirés par les piètres résultats obtenus.

La vraie vérité nous conduit d’ailleurs vers les mathématiques ou les élèves étasuniens sont manifestement tombés de Charybde en Scylla, voire relégués vers une position déclassée par rapport aux autres pays industrialisés. Ainsi, selon le rapport de l’OCDE, les USA se sont placés au 24e rang, loin derrière des pays comme Singapour, le Japon, la Finlande et la Corée du Sud. Une telle donnée est revenue 8 ans après qu’un grand économiste de la Stanford University de la Californie, Eric Hanushek, nous fit découvrir il y a 14 ans, soit en 2006, la retombée que pourrait avoir une pareille “performance” sur l’économie en général.

En effet, Hanushek confirmait déjà ce que reproduit l’OCDE sur certains pays défaillants en mathématiques, que tout échec peut représenter dans un calcul relatif un manque à gagner d’un demi-point du taux de croissance par année. 
La situation est d’autant plus grave que malgré le fait de bien composer avec des impératifs de sécurité nationale, les États-Unis se sont rendu compte qu’ils ne doivent pas lâcher l’importation des cerveaux de l’étranger pour booster l’apport en génie. La correction a porté ses fruits dès 2017. 

Or, dans ce chapitre, un coup d’œil sur cette question démontre que les actions entreprises ont pris naissance suite à des déclarations faites à la fin de 2005 par un certain Victor Johnson, directeur adjoint de l’association internationale des enseignants (Association Of International Educators), lesquelles portent sur la menace que pourrait constituer le déficit des études universitaires en génie, en sciences et en mathématiques dans les collèges américains.

Les États-Unis voyaient déjà d’un mauvais œil l’offensive que mènent les pays de l’Asie en matière d’enseignement technologique. Pour répliquer à ce grand démarrage extrême-oriental, les agences fédérales concernées, placées sous l’autorité de la Maison-Blanche, mobilisent une armée d’analystes afin de stimuler l’intérêt de cette grande jeunesse américaine pour le génie et les sciences.

Cependant, elles continuent de constater à regret que, du côté de la nouvelle population hispanophone, en forte croissance démographique, la motivation laisse à désirer : seulement 2,4 jeunes sur 100, de 18 à 24 ans, obtiennent un diplôme universitaire dans ces disciplines contre 6,3 pour les Blancs, quant aux jeunes issus des communautés venant des pays de l’Asie et des  îles du Pacifique, ils fournissent 14,7… Une belle démonstration.*Par LARBI  ZOUAÏMIA- universitaire- paru dans Liberté – jeudi 25 février 2021

*****************************************

48 réponses à “Lycée spécialisé dans les mathématiques-Alger”

1 2 3
  1. 31 01 2021
    Christine Mcdonough (09:19:38) :

    I am an mother who is 48 years old thank you.

    http://legal-porno.com/wifepics/lanying95.html

  2. 20 11 2020
    marketing for financial advisor (02:34:03) :

    It is in reality a great and useful piece of info. I am happy that you shared this helpful info with us. Please keep us informed like this. Thank you for sharing.

    https://www.midstreammarketing.com/our-discovery-process-for-financial-advisors/

  3. 10 10 2020
    official source afinancebroker.com (05:06:55) :

  4. 17 08 2020
    Art Jowers (05:18:49) :

    Some really wonderful blog posts on this website, thanks for contribution. « He that falls in love with himself will have no rivals. » by Benjamin Franklin.

    https://www.electricpercolatorcoffeepot.com/10-top-coffee-bloggers/

  5. 16 08 2020
    lam bang hieu h2 (02:28:46) :

    I conceive this web site contains some real wonderful info for everyone :D. « This is an age in which one cannot find common sense without a search warrant. » by George Will.

    https://thietkeinanbanghieu.com/lam-bien-bang-hieu-alu-mica-chu-noi-gia-re/

  6. 30 07 2020
    telecharger jeux d'echec gratuit pour android (01:00:07) :

    Good day! I just would like to give a huge thumbs up for the nice data you have here on this post. I will probably be coming again to your blog for extra soon.

    https://xn--jeuxdchecsgratuits-fwb.weebly.com/

  7. 17 07 2020
    Incense (02:29:37) :

    I do trust all the ideas you have introduced to your post. They’re very convincing and can certainly work. Still, the posts are too quick for newbies. May you please lengthen them a bit from subsequent time? Thanks for the post.

    https://www.bakhoorstoreincense.com

  8. 2 06 2020
    frolep rotrem (02:15:12) :

    We are a group of volunteers and opening a new scheme in our community. Your website offered us with helpful info to paintings on. You’ve performed an impressive activity and our whole community will probably be grateful to you.

    http://www.froleprotrem.com/

1 2 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...