Souriez, c’est la rentrée

**Algérie: La rentrée par les chiffres…Plus de 8 millions d’élèves attendus

 l'Etat n'a pas lésiné sur les moyens financiers pour assurer une rentrée scolaire 2011/2012 digne.

 *************************************************

*Ce début de septembre 2016, c’est la rentrée dans plusieurs pays

*En Algérie, la rentrée est fixée au 04 septembre 2016

*Quelques conseils pour une rentrée scolaire au top

Souriez, c’est la rentrée media_xll_7967288

Des petits troupeaux d’élèves bien habillés et un peu stressés pourront être vus dès dimanche 04 septembre 2016, à l’entrée des établissements scolaires. On ne peut plus y échapper: après deux mois de vacances bien méritées, le 1er septembre sonne la fin de la récré. Les conseils pour bien débuter l’année scolaire et bien vivre sa rentrée inondent la toile en ce dernier jour de farniente. On fait le tri.

Les enseignants désignés comme les « meilleurs professeurs du Maine », aux Etats-Unis, partagent leurs expériences dans le Portland Press Herald. « J’encourage les élèves à ne pas prendre trop d’activités parascolaires, à ne pas se surcharger », dit une enseignante. « Prioriser votre emploi du temps en fonction de l’importance des choses à faire. Cela ne signifie pas seulement qu’il faut laisser de la place aux devoirs. Réfléchissez à l’endroit où vous souhaitez être à la fin de l’année et à comment y arriver », dit un autre. Un troisième ajoute: « Sois gentil, travaille dur, amuse-toi, lit et dors suffisamment. »Les médecins canadiens insistent, eux aussi, sur l’importance d’un bonne nuit de sommeil. Si un élève n’a pas assez dormi, il manque de concentration, oublie ce qu’on lui apprend, est irritable, somnole en classe. « Tout cela mène à une mauvaise alimentation, aux sodas sucrés et caféinés, à l’obésité ensuite. » Ils conseillent d’éteindre tout appareil électronique (smartphone, tablette, ordinateur, télévision) 30 minutes au moins avant d’aller dormir et rappellent qu’un adulte a généralement besoin de sept à huit heures de sommeil, les élèves du secondaire de huit à neuf heures de sommeil et les petits de l’école primaire doivent dormir entre 10 et 11 heures.Les sites spécialisés en mode poussent les fashion-mama à oublier leurs envies, Pas la peine d’habiller vos poussins avec une tenue toute raide, toute neuve, qu’il ne faut surtout pas salir, pour la rentrée. L’enfant sera plus à l’aise dans des vêtements qu’il a déjà portés et qu’il aime bien.

On vous conseille enfin de réserver du temps à votre enfant en fin de journée. Ecoutez ses craintes au sujet du professeur Lambda, sa joie d’être assis à côté de la jolie Marlène. Rassurez-le quand vous sentez que c’est nécessaire et faites-lui savoir qu’il n’affronte pas cette année scolaire seul et livré à lui-même. Vous serez là pour l’aider à faire ses devoirs les plus compliqués, pour préparer ses repas, rencontrer ses professeurs. La rentrée, c’est une affaire de famille. Bon courage à tous!  **7sur7/ lundi 31/08/15 

*******************

*citoyenneté, qualité dans l’enseignement, équité et égalité des chances pour tous les élèves.*rappelle Nouria Benghebrit

begdsdddddd

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a affirmé dimanche à Alger, que l’enjeu de l’année scolaire 2015-2016 consistait à consacrer le principe de citoyenneté et de qualité dans l’enseignement, de même que l’équité et l’égalité des chances pour tous les élèves.

Intervenant lors de la conférence nationale des directeurs de l’éducation des wilayas en prévision de la rentrée scolaire, Mme Benghebrit a souligné que son ministère œuvrera à relever trois défis lors de l’année scolaire 2015-2016, consistant en la consécration de « l’équité et de l’égalité des chances pour tous les élèves, et du principe de citoyenneté et de qualité dans l’enseignement ».

Le thème retenu pour le cours inaugural de cette nouvelle année scolaire qui débutera dimanche 6 septembre est « la solidarité dans toutes ses dimensions », a affirmé la ministre, mettant en avant une série de mesures « urgentes » prises dans le souci de garantir l’équité qui, selon elle, « reste à ancrer, d’autant que l’échec n’est pas une fatalité ».

La ministre a par ailleurs annoncé que l’enseignement préscolaire sera « généralisé » dans toutes les wilayas. Dans certaines wilayas, l’enseignement préparatoire est assuré à 100%, contre 25% dans d’autres, a indiqué la ministre, appelant les directeurs de l’éducation à consentir davantage d’efforts pour généraliser les classes préscolaires en 2017.

Le ministère veille à élargir l’enseignement de Tamazight, enseignée désormais dans 20 wilayas contre 11 auparavant. Soulignant que son département insistera particulièrement cette année sur l’enseignement primaire, étape essentielle dans l’enseignement de l’enfant, Mme Benghebrit a précisé avoir donné des instructions aux directeurs de l’éducation pour consentir davantage d’efforts, afin d’assurer les meilleurs conditions d’enseignement aux scolarisés.

Le principe d’accompagnement des élèves et leur consultation sur les solutions à apporter aux problèmes du secteur sera mis en oeuvre, a-t-elle soutenu.

Pour ce qui est de la qualité, le ministère devra compter, selon la ministre, sur la formation des enseignants, inspecteurs et directeurs ajoutant que les formations débuteront la semaine prochaine.

La « formation sera axée sur un constat des problèmes existants autrement dit il s’agira de l’étude et l’analyse des erreurs de l’élève durant l’année scolaire notamment durant les examens, une approche adoptée par d’autres pays », a indiqué Mme Benghebrit.

S’agissant de la consécration de la citoyenneté, la ministre a rappelé que l’identité algérienne sera présente dans l’ouvrage scolaire à travers des extraits d’écrivains et auteurs algériens en plus des visites culturelles aux sites historiques conformément aux accords conclus avec le ministère de la Culture.

Estimant que sa mission était « lourde », Mme Benghebrit a invité tous les cadres du secteur à s’ »engager pleinement » autour de ce qu’elle a appelé le « pacte éducatif » en vue de préserver l’école et l’intérêt de l’élève.

Elle a annoncé, par ailleurs, la rationalisation, à partir de la prochaine rentrée, la gestion du volume horaire scolaire en assurant un minimum de 32 semaines d’activités effectives, la promotion des filières mathématiques et des langues étrangères et l’encouragement de la création d’associations de parents d’élèves au niveau de tous les établissements scolaires.

Plus de 8.112.000 élèves répartis sur les trois paliers (primaire, moyen et secondaire) sont concernés par la rentrée scolaire 2015-2016.(Aps)*dimanche 30/08/2015 |

*****************************************

*Plus de 13 millions d’enfants sont privés d’école au Moyen-Orient en raison des guerres

Plus de 13 millions d’enfants sont privés d’école au Moyen-Orient en raison des conflits dévastant de nombreux pays de la région, selon l’Unicef, qui déplore une « situation désastreuse » pour toute une génération.

media_xll_7974256

« L’impact destructeur des conflits est ressenti par les enfants dans toute la région », résume Peter Salama, le directeur de l’Unicef pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. « Il ne s’agit pas seulement de dégâts matériels dans des écoles, mais aussi du désespoir ressenti par une génération d’écoliers qui voient leurs espoirs et leur avenir brisés », regrette-t-il en commentant un rapport publié jeudi. 

4 enfants sur 10 non scolarisés
Ces enfants habitent les pays les plus troublés de la région, comme la Syrie, l’Irak, le Yémen, la Libye, les Territoires palestiniens et le Soudan, ou sont réfugiés au Liban, en Jordanie et en Turquie. 

Au total, ce sont plus de 13 millions d’entre eux, soit quatre enfants sur dix dans les pays les plus touchés, qui ne sont pas scolarisés alors que la région semblait en passe, « il y a quelques années, d’atteindre l’objectif de l’éducation pour tous », souligne l’Unicef. 

Plus de 8.850 écoles en Syrie, Irak, Yémen et Libye ne peuvent plus accueillir d’élèves parce qu’elles ont été endommagées ou détruites, abritent des déplacés ou sont occupées par des belligérants, selon le rapport.*7sur7/ jeudi 03 septembre 2015

media_l_7974239

*******************************************

01rentrer_scolaire

*un programme stratégique pour développer l’enseignement et l’apprentissage de la langue anglaise dans le moyen et le secondaire

*************************

*démarrez la rentrée du bon pied

Alimentation, sommeil, forme et bien-être, découvrez nos conseils pour bien redémarrer dès la rentrée !

*Je conserve mes bonnes habitudes alimentaires. Les vacances ont été pour beaucoup l’occasion de consommer plus de fruits et légumes que d’habitude, tout simplement parce qu’en vacances, on a plus facilement le temps d’aller au marché pour chercher des produits frais. La rentrée ne doit pas être une raison pour abandonner ces bonnes résolutions !Tous les week-ends, faites le plein de produits frais pour la semaine : fruits et légumes, viandes et poissons, produits laitiers, etc. L’objectif est de manger varié, équilibré et surtout, à heure fixe. Planifiez vos repas en faisant un menu pour la semaine si vous avez du mal à vous organiser. Le week-end, n’hésitez pas à préparer certains plats à l’avance et à les congeler si nécessaire. Sachant que la congélation permet de conserver la valeur nutritionnelle des aliments,Je consomme plus de fruits et légumesLes vacances ont été pour beaucoup l’occasion de consommer plus de fruits et légumes que d’habitude, tout simplement parce qu’en vacances, on a plus facilement le temps d’aller au marché pour chercher des produits frais. La rentrée ne doit pas être une raison pour abandonner ces bonnes résolutions ! Tous les week-ends, faites le plein de produits frais pour la semaine : fruits et légumes, viandes et poissons, produits laitiers, etc.L’objectif est de manger varié, équilibré et surtout, à heure fixe. Planifiez vos repas en faisant un menu pour la semaine si vous avez du mal à vous organiser. Le week-end, n’hésitez pas à préparer certains plats à l’avance et à les congeler si nécessaire. Sachant que la congélation permet de conserver la valeur nutritionnelle des aliments, c’est idéal pour les soirs où on n’a pas envie de cuisiner !Je me mets à la relaxation et je positive !Les vacances ont permis de se détendre… Alors inutile de reprendre ses mauvaises habitudes à la rentrée ! Il existe de nombreuses méthodes pour en finir avec le stress et l’anxiété. Il suffit de trouver celle qui vous convient le mieux : yoga, méditation (Nous vous proposons ici une aide à la méditation en audio), travail sur la respiration…Le soir, en position allongée, prenez une profonde inspiration. Bloquez, tenez 3 secondes puis relâchez. Répétez cet exercice 10 fois. Ensuite, faites le bilan de votre journée en soulignant 3 événements que vous estimez positifs. Cet exercice aide à relativiser et à apaiser le stress et l’anxiété. On ne peut pas effacer les problèmes du quotidien. Néanmoins, se concentrer sur le positif dans notre vie permet de laisser une place moins importante au négatif et aide ainsi à mieux surmonter les épreuves ;Je ne néglige pas mon sommeil !Pendant les vacances, beaucoup d’entre nous ont tendance à dérégler leur rythme de sommeil en se couchant et en se levant plus tard. La reprise du travail est donc souvent très fatigante puisqu’elle demande de reprendre un rythme plus régulier, qui permet également de faciliter l’endormissement. Pour cela, écoutez les signaux de votre corps.Le soir, dès que vos yeux picotent ou que vous vous mettez à bailler, n’hésitez pas à vous mettre au lit tout de suite, même si vous jugez qu’il est tôt. De manière générale, évitez les excitants comme les boissons à base de caféine en fin de journée et le sport, la télévision ou les jeux vidéo, avant le coucher. Il n’y a pas de durée de sommeil recommandée. Une fois de plus, chacun doit être à l’écoute de son corps et s’aménager la durée de sommeil dont il a besoin.Je pratique une activité physique !On le sait déjà : pratiquer une activité physique est essentiel pour être en bonne santé. Si vous n’aimez pas le sport, sachez cependant qu’il n’est pas nécessaire de pratiquer une activité physique intense. La marche peut déjà être une bonne alternative. Marchez jusqu’à la boulangerie près de chez vous plutôt que de prendre la voiture et profitez par exemple du weekend pour faire une balade en vélo avec le reste de la famille. En plus de s’aérer et de se ressourcer, bouger permet de libérer des endorphines, surnommées hormones du plaisir, qui facilitent l’endormissement et le bien-être.Je conserve mes bonnes habitudes alimentaires.Les vacances ont été pour beaucoup l’occasion de consommer plus de fruits et légumes que d’habitude, tout simplement parce qu’en vacances, on a plus facilement le temps d’aller au marché pour chercher des produits frais. La rentrée ne doit pas être une raison pour abandonner ces bonnes résolutions !Tous les week-ends, faites le plein de produits frais pour la semaine : fruits et légumes, viandes et poissons, produits laitiers, etc. L’objectif est de manger varié, équilibré et surtout, à heure fixe. Planifiez vos repas en faisant un menu pour la semaine si vous avez du mal à vous organiser. Le week-end, n’hésitez pas à préparer certains plats à l’avance et à les congeler si nécessaire. Sachant que la congélation permet de conserver la valeur nutritionnelle des aliments,Je consomme plus de fruits et légumesLes vacances ont été pour beaucoup l’occasion de consommer plus de fruits et légumes que d’habitude, tout simplement parce qu’en vacances, on a plus facilement le temps d’aller au marché pour chercher des produits frais. La rentrée ne doit pas être une raison pour abandonner ces bonnes résolutions ! Tous les week-ends, faites le plein de produits frais pour la semaine : fruits et légumes, viandes et poissons, produits laitiers, etc.L’objectif est de manger varié, équilibré et surtout, à heure fixe. Planifiez vos repas en faisant un menu pour la semaine si vous avez du mal à vous organiser. Le week-end, n’hésitez pas à préparer certains plats à l’avance et à les congeler si nécessaire. Sachant que la congélation permet de conserver la valeur nutritionnelle des aliments, c’est idéal pour les soirs où on n’a pas envie de cuisiner !Je me mets à la relaxation et je positive !Les vacances ont permis de se détendre… Alors inutile de reprendre ses mauvaises habitudes à la rentrée ! Il existe de nombreuses méthodes pour en finir avec le stress et l’anxiété. Il suffit de trouver celle qui vous convient le mieux : yoga, méditation (Nous vous proposons ici une aide à la méditation en audio), travail sur la respiration…Le soir, en position allongée, prenez une profonde inspiration. Bloquez, tenez 3 secondes puis relâchez. Répétez cet exercice 10 fois. Ensuite, faites le bilan de votre journée en soulignant 3 événements que vous estimez positifs. Cet exercice aide à relativiser et à apaiser le stress et l’anxiété. On ne peut pas effacer les problèmes du quotidien. Néanmoins, se concentrer sur le positif dans notre vie permet de laisser une place moins importante au négatif et aide ainsi à mieux surmonter les épreuves ;Je ne néglige pas mon sommeil !Pendant les vacances, beaucoup d’entre nous ont tendance à dérégler leur rythme de sommeil en se couchant et en se levant plus tard. La reprise du travail est donc souvent très fatigante puisqu’elle demande de reprendre un rythme plus régulier, qui permet également de faciliter l’endormissement. Pour cela, écoutez les signaux de votre corps.Le soir, dès que vos yeux picotent ou que vous vous mettez à bailler, n’hésitez pas à vous mettre au lit tout de suite, même si vous jugez qu’il est tôt. De manière générale, évitez les excitants comme les boissons à base de caféine en fin de journée et le sport, la télévision ou les jeux vidéo, avant le coucher. Il n’y a pas de durée de sommeil recommandée. Une fois de plus, chacun doit être à l’écoute de son corps et s’aménager la durée de sommeil dont il a besoin.Je pratique une activité physique !On le sait déjà : pratiquer une activité physique est essentiel pour être en bonne santé. Si vous n’aimez pas le sport, sachez cependant qu’il n’est pas nécessaire de pratiquer une activité physique intense. La marche peut déjà être une bonne alternative. Marchez jusqu’à la boulangerie près de chez vous plutôt que de prendre la voiture et profitez par exemple du weekend pour faire une balade en vélo avec le reste de la famille. En plus de s’aérer et de se ressourcer, bouger permet de libérer des endorphines, surnommées hormones du plaisir, qui facilitent l’endormissement et le bien-être.* Le Midi Libre-mercredi 03 septembre 2014

***************************

***Des traumatismes sportifs qui guettent les “console addicts”, une hygiène dentaire qui pourrait être améliorée, des gastronomes en culottes courtes qui ne demandent qu’à s’exprimer… À vous de jouer.

LA WII À PETITE DOSE

En offrant une Wii à vos enfants avec un jeu de tennis, vous pensiez bien faire. Ils seraient moins pétrifiés de corps et d’esprit qu’ils ne l’étaient avec leur console ou leur PC, et courraient ainsi moins de risques d’addiction et de « nintendinite » (inflammation d’un tendon du pouce, parce qu’on a frappé avec acharnement sur les touches). Ne vous réjouissez pas trop vite ! À Barcelone, le premier cas de « Wiite » vient d’être diagnostiqué chez un jeune homme qui avait passé plusieurs heures la veille à échanger des balles avec son adversaire virtuel, une manette à la main en guise de raquette. On s’attend à ce que cette tendinite de l’épaule se propage dans le club de plus en plus fréquenté des tennismen de salon. Et à ce que les jeux de boxe, de golf, de bowling et de base-ball sur Wii amènent eux aussi leur lot d’« accidents » du sport. Trop fort !

LA BROSSE MATIN ET SOIR

Il paraît que 50 % des enfants de 5 ans ne se sont jamais brossé les dents et qu’à 4 ans ils sont 17%
(50 % en région parisienne) à présenter au moins une carie. À croire que les dentistes ont prêché dans le désert ces trente dernières années… Les programmes pédagogiques tels que celui diffusé par Signal auprès de toutes les classes de CP (soit environ 750 000 élèves par an) seraient-ils plus efficaces ? Selon une étude d’évaluation, on aurait en tout cas constaté une réduction de la plaque dentaire de 23 % en moyenne sur les quenottes des enfants ayant reçu cette formation. Ce qui ne doit pas empêcher les parents de veiller matin et soir à ce que leur progéniture se brosse soigneusement toutes les faces de toutes les dents, et ce pendant deux minutes. Et pour faire passer le message de façon ludique, emmenez-les, dès la rentrée, sur le site
www.signaline.fr

LES ENFANTS AUX FOURNEAUX

Les enfants seront-ils bientôt les « redresseurs de torts » diététiques au sein de la famille ? C’est, dans les grandes lignes, ce que suggère une expérience diligentée par Findus/Banania sur des petits de 8 à 11 ans. « Ils se montrent capables de retenir des messages nutritionnels simples, de les appliquer s’ils participent à la cuisine et d’encourager leurs parents à changer d’habitudes, explique Jean-Michel Cohen, qui a participé à ce travail d’étude en tant que nutritionniste. En outre, ils sont beaucoup plus ouverts aux nouveaux goûts qu’on ne l’imagine, ont peu de tabous alimentaires et se disent prêts à manger équilibré… à condition d’en avoir la possibilité. » Moralité : les enfants aux fourneaux, les parents au repos ! N’oubliez pas quand même de leur offrir auparavant un bon livre de cuisine…(Le Figaro-24.08.09.)

****************************

*Les grandes vacances terminées

**La rentrée, le bon moment pour changer de vie?

Les grandes vacances sont à peine terminées et déjà l’automne nous tend les bras. Après l’insouciance estivale, il est temps de se remettre au travail. Fini les verres en terrasse, les barbecues, les journées à la mer… Place à la routine implacable du quotidien. A moins que?

« Et si ma vie ne me plaisait pas vraiment, en fait? » C’est un sentiment assez commun que l’on ressent à la rentrée et que les experts surnomment « la gueule de bois des vacances ». Au moment de retrouver ses habitudes après quelques semaines de congé, on s’interroge soudainement: « Ai-je fait les bons choix? », « Est-ce que ma vie se résume à ça, pour toujours? », « Et si je plaquais tout? »

Fiona Harrold, une coach de vie britannique, explique au Daily Mail: « Il y a quatre semaines, je pensais que ma vie à Londres était bien… Aujourd’hui, je suis en train de faire mes valises pour déménager à l’étranger. » C’est en rentrant de ses vacances que Fiona a réalisé à quel point sa vie actuelle ne lui convenait plus. « J’ai besoin d’espace, d’un endroit où il fait beau, où les gens sont détendus… ».

Pour beaucoup, le mois de septembre est synonyme de nouveau départ. Comment savoir s’il s’agit juste du blues classique des vacances ou d’un réel besoin de changer de vie? A ses clients, Fiona leur pose une question toute simple: « Est-ce que vous vous voyez vivre la même vie dans trois ans? » Si cette perspective vous angoisse, « il est temps de se montrer courageux ».

Surtout, n’ignorez pas vos doutes et vos questions. « Demandez-vous ce que vous feriez si vous n’aviez pas peur, si quelqu’un pouvait vous garantir que tout irait bien. » Et ensuite, il faut agir. Maintenant. Sans attendre. « Je crois que certaines personnes attendent pour toujours et réalisent à la fin de leur vie qu’elle est passée alors qu’ils attendaient encore qu’elle commence. »*7sur7 -11.09.2013

***************Eviter les angoisses de la rentrée

20090826PHOWWW00185 

…. à cette formidable convivialité des vacances …Adieu ! 

On dort moins bien, même les enfants semblent un brin nerveux… Pas de doute, il est temps de lancer un signal de dé-stress ! Petit inventaire des angoisses de rentrée et les meilleures parades pour les éviter.

**Le retour des corvées

Tout ce qui était sympa – faire les courses, la popote… – redevient lourd, lourd, lourd ! Bien sûr, on ne pourra rien contre l’évidence. Le Carrefour du vendredi soir ne sera jamais le marché d’Apt un matin d’été. Griller un bar pour les copains sera toujours mille fois plus gratifiant qu’ouvrir une barquette de surgelés en pestant : « Quelqu’un m’aide à mettre le couvert ? » Ces apéros et ces dînettes qui s’improvisent et s’éternisent, cette souplesse et cette formidable convivialité des vacances nous manquent déjà ! D’ailleurs, on vient d’accepter un dîner dans trois semaines…


**LA BONNE PARADE : ON GARDE L’ÉTÉ À SA TABLE.
Pour Keda Black, jeune auteure de cuisine (Marabout) pleine d’idées chaleureuses mais réalistes – elle a trois petits ; le stress, elle connaît –, ce n’est pas parce qu’on est rentrés en ville que l’on doit se cantonner aux steaks hachés-purée. « Les dips (ces petites crèmes onctueuses dans lesquelles les légumes, les pains font trempette, NDLR), les pestos, les taboulés pleins d’herbes et de fruits se bricolent en un tournemain au mixeur : il suffit d’avoir un stock de petits légumes en bocal (artichauts, poivrons, tomates séchées), des herbes en pot (coriandre, persil plat, basilic), de la roquette en sachet, des pignons… La petite plaque de fonte que l’on pose sur le feu remplace parfaitement le barbecue pour les grillades ! Bien aussi de rapporter certains produits fétiches des vacances (tapenade, poutargue, piquillos, sel aux algues ou piments d’Espelette…) pour un petit effet « remember ». Sur son blog,
le Bloggiboulga de Keda
, vous pouvez poser toutes vos questions et booster vos papilles de rentrée (même avec de simples blancs de poulet sous la main !).

« Je ne vais pas pouvoir passer la journée dans ce bureau sans air, les voitures sentent mauvais, le bruit me tue. Rendez-moi mon thé du matin sur la terrasse ou ma balade à vélo… » La litanie de la citadine météo-sensible surgit sous un puissant et aliénant sentiment d’enfermement physique, au retour de trois semaines passées à vivre dehors ! Quant à nos amis les hommes, ils passent direct du Vilebrequin au costume-cravate…

LA BONNE PARADE : DES PIQÛRES DE RAPPEL DE CHLOROPHYLLE.
On saisit toutes les occasions d’aller arpenter à pied, à vélo, en rollers tout ce que le coin compte de parcs et d’espaces verts à découvrir (1). Et lancer l’idée d’un jardin partagé dans le quartier n’est pas forcément l’utopie postbaba que l’on imagine… Les initiatives sont assez nombreuses dans les grandes villes ; à Paris, une cellule « Main verte » a été mise en place, et la démarche est clairement expliquée sur
www.jardins.paris.fr. On y trouve tout ce que la Ville propose aux amateurs en manque de verdure. Autre solution : on file à l’expo Bonnard, au musée de Lodève, près de Montpellier (jusqu’au 1er novembre), où tout est axé sur la lumière ; voire jusqu’à Lisbonne et son musée Berardo pour l’expo Silences, proposée par Marin Karmitz, autour des plus grands artistes contemporains.
**L’atterrissage sur la planète school

On avait des enfants. Maintenant, on est à nouveau parent de cette espèce plus improbable : l’élève. Les premiers étaient de jeunes êtres radieux. Le second est une créature énervante et agitée qui n’a jamais fait ses devoirs avant le dîner. On sait qu’il existe des pays merveilleux comme la Finlande, où les notes n’existent pas, où la menuiserie est une matière à part entière. Mais ce n’est pas le cas en France. Et ce ne sont pas les grand-messes parents-profs et leurs admonestations – « trois heures de travail tous les soirs en terminale ; dix heures de sommeil au moins pour les ados… » – qui vont nous rassurer. On en sort abattue : comment, on n’est pas là tous les jours à 17 h 15 pour faire réciter son Bescherelle à Anna ?
LA BONNE PARADE : ON RUSE ET ON ENVOIE LE PÈRE AUX FAMEUSES RÉUNIONS.
Il notera les infos, actera l’implication familiale dans la scolarité des enfants, ou, à défaut, pianotera sur son BlackBerry sans se laisser miner le moral. Si on y va, on ne réclame pas tout de suite un rendez-vous au prof principal parce que l’emploi du temps nous semble absurde. Le « support group » de parents sympas autour d’un café jouera ce rôle cathartique, sans griller junior et sa va-t-en-guerre de maman… « C’est davantage la motivation des troupes à la maison qu’il faut travailler vite, sans laisser trois semaines filer », explique la coach Brigitte Prot, dont l’ouvrage J’suis pas motivé, je fais pas exprès ! (1) liste les principes de base (portable et joujoux technos hors de sa portée, lieu calme…).

L’enfer de la première semaine

Calage et tricotage complexe d’activités à boucler menacent dès le premier jour d’école : « Si Antoine a karaté le mardi, je mets son soutien en maths le jeudi ? Ah, le prof n’est libre que le mardi ? Bon, s’il faisait du hip-hop le mercredi plutôt ? » Sans oublier les queues du samedi au conservatoire ou chez le libraire survolté ; le remplissage à la chaîne de fiches en tous genres, la collecte de photos d’identité et de certificats médicaux… On travaille quand, nous, dans tout ça ?

LA BONNE PARADE : ON NE CHARGE PAS TROP SA BARQUE.
Certes, il y a les reines de l’anticipation. Celles qui ont tout bouclé fin juin et institué un rétroplanning du coucher des petits dès le 7 août parce que, effectivement, ces petites contraintes sont assez prévisibles ! « Et il y a toutes les autres, note Laurence Einfalt, formatrice en organisation personnelle, qui aide les débordées chroniques avec beaucoup de conseils antistress avisés, celles qui accumulent les listes de bonnes résolutions le 1er septembre, concentrant sur cette semaine tous leurs désirs de perfection. » Soit le meilleur moyen de tout mal faire. « Il vaut mieux étaler son programme. La priorité, c’est effectivement l’école, ses demandes, et le sommeil des enfants. Le reste attendra et suivra. » Allez, on peut commander des pizzas sans culpabiliser, on a tout le reste du mois pour passer au quinoa bio, s’inscrire à une Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne), trouver un cours de swiss ball et faire un saut à la bibli…

**La dressing-panique de la fin de l’été

Tunique, tongs, cheveux au vent et un petit coup de gloss les jours de grande sophistication… Qu’il était bon, toute reposée et dorée, d’aimer son image dans le miroir ! Le temps des grandes interrogations devant un dressing vaguement hostile est-il déjà revenu ? Chaque année, c’est le même affrontement sur les trottoirs entre celles qui sont en bottes dès le 15 septembre, et celles qui font de la résistance en nu-pieds jusqu’au 1er octobre…

LA BONNE PARADE : ON CULTIVE SA SENSUALITÉ (MÊME SOUS CLIMAT FROID).
Pour Vanina Gallo, coach en image de soi, « l’été est toujours un moment où l’on révèle des aspects de soi en sommeil : plus sexy, plus libre, plus audacieuse dans le choix des vêtements, des couleurs, des bijoux… Sous l’emprise du dress code urbain, pourquoi se priver néanmoins de garder un peu de peau visible sous une veste ou une étole ? Se décolleter plus volontiers et porter des sandales hautes ? Se vernir les ongles des pieds – même quand on les cache – et s’épiler impeccablement, même quand on ne quitte plus le pantalon, est un bon héritage de l’été à garder. Tout de suite, on se sent plus glamour ! » On l’aura compris, il ne s’agit pas de débarquer au bureau en top Liberty. Juste de ne pas se caparaçonner dans ces éternels petits pulls gris ou noirs qui nous servent d’armures…(Le Figaro-22.08.09.
)

********************************

C’est la rentrée, vive le dégoûtage !

Mardi, premier du mois. Il est huit heures du matin, les voitures et les scooters ont repris le contrôle de Paris.

De gros nuages noirs venus de l’ouest roulent dans le ciel pour célébrer l’arrivée de septembre. C’est l’automne qui s’annonce avec trois bonnes semaines d’avance; un temps pourri qui signifie à celles et ceux à qui cela aurait échappé que c’est bel et bien la rentrée. Les bornes de velib’ sont vides à l’exception des deux ou trois habituelles machines vandalisées: c’est sûr, «ils» sont de retour, ces ennemis invisibles qui sortent plus tôt pour rafler les derniers vélos disponibles.

Marchons alors sous la pluie et observons la foule qui se presse vers les abribus ou les bouches de métro. Il y a un trait commun entre tous ces gens; une caractéristique facilement repérable qu’accentue une lumière blafarde aussi triste que l’éclairage d’une supérette de banlieue. Presque tous font la gueule. Mille excuses pour la vulgarité de ce qui précède mais c’est la seule expression qui convienne. On pourrait dire qu’ils font la tête ou bien qu’ils affichent une mine aussi sombre que l’eau qui court dans le caniveau mais cela ne suffirait pas à restituer le spectacle qu’ils offrent à celui qui a décidé de les scruter pour s’éviter de ruminer quelques grises pensées.

Prenons cette femme, la quarantaine, blonde, bien bronzée, des habits d’un rouge flamboyant, un collier de pierres bleues autour du cou et un gros bracelet doré à chaque poignet. Elle foudroie du regard quiconque croise le sien et ses incisives pincent sa lèvre inférieure. Elle semble bouillir de colère et on se demande si elle ne va pas se mettre à hurler. «Je ne veux pas ! Je ne veux pas y aller», crierait-elle soudain. «Je n’ai pas envie de revoir la tête de Monique ni celle de François-Xavier. Je n’ai pas envie de les entendre me parler de leurs vacances et des rumeurs de plan social. Non, je ne veux pas ! Et puis, j’ai reçu ma feuille d’impôts !» A peine se mettrait-elle à hurler que, c’est certain, d’autres se mettraient à faire de même. Et n’allez pas croire que ces mines maussades sont une scène banale. Bien au contraire, c’est un instant rare, celui qui fait frontière entre l’exceptionnel et la routine, entre les vacances et le train-train professionnel (quand il existe). C’est bien de cela qu’il s’agit: un moment de brève transition où la réalité frappe à la porte en disant tranquillement qu’il est temps qu’elle reprenne ses droits. La veille encore, le bleu du ciel était conquérant, le thermomètre affichait au moins dix degrés de plus et les sourires étaient nombreux dans la rue. Il flottait comme un morceau de juin, les visages et les corps hâlés en sus. Car voilà le point essentiel: le bronzage. Toutes ces peaux brunies, parfois peut-être un peu trop, ou du moins de manière visiblement forcenée ou artificielle (ou les deux à la fois) donnaient l’impression que l’été et les vacances allaient se poursuivre et résister aux assauts du ‘dégoûtage’, pour reprendre une expression de chez nous.

Mais ce mardi matin, le bronzage a comme disparu. Bien sûr, il est toujours présent physiquement, ce genre de trace ne s’effaçant pas aussi rapidement, mais le fait est qu’il ne compte plus. Terminé le temps des robes légères et des jupons épanouis. Tout ce qui encourageait à la bonne humeur – malgré l’estomac vide – est devenu soudainement décalé, hors de propos. La rentrée sait toujours comment nous signifier qu’elle est une affaire à prendre au sérieux.

Poursuivons notre observation. Examinons ce frêle jeune homme, au costume vraisemblablement trop épais pour la saison et qui se penche sur la pile des quotidiens gratuits dont la réapparition sur les trottoirs et les présentoirs est une autre manière de clamer au bon peuple que la pause estivale est terminée. Pause durant laquelle, il faut le signaler au passage, tous les journaux ou presque, magazines compris, ont escroqué leurs abonnés et lecteurs avec force paginations réduites et pseudo-suppléments qui reviennent chaque été avec les mêmes thèmes et illustrations («les philosophes de l’amour», «Marx», «les grandes enquêtes de l’histoire» sans oublier l’inévitable et insupportable «spécial immobilier»). Revenons au jeune homme. Sa mine, sa posture trahissent celui qui n’est pas parti (ou alors vraiment pas longtemps).         Ce n’est pas une exception puisqu’il appartient à un gros tiers statistique qui, crise du pouvoir d’achat et chômage obligent, fait tranquillement son chemin pour se transformer en bonne moitié. Pour autant, rester à Paris au mois d’août n’est pas une punition, cela peut même être un bonheur. Rues vides, voisins bruyants partis à Palavas-les-Flots, terrasses peu encombrées, rythme lent, bons plans pour petits malins, la liste des avantages est longue. Mais chaque médaille a son revers. Pour celui qui est resté, le plus dur est le retour des aoûtiens. Diantre ! C’est parti, ça réapparaît tout bronzé et ça vient réinvestir la ville et reprendre sa place comme si de rien n’était, sans un minimum de discrétion ! Ça cavale les épaules droites et le ventre rentré dans les allées du parc, ça encombre les allées du supermarché et les librairies et, pire encore, ça finit par tirer la tête le jour même de la reprise oubliant qu’il n’y a rien de plus déprimant pour celui qui n’a pas pris de vacances que d’avoir en face de lui un visage hâlé qui fait la tronche. C’est ce que doit se dire ce jeune homme en observant la blonde en rouge. Si on venait à l’interroger, il expliquerait, peut-être, qu’il existe une autre chose qui pèse sur ses épaules et ses nerfs. Il s’agit, dirait-il en soupirant, de celles et ceux qui, à peine rentrés, veulent signifier au monde entier que tout repart, qu’ils ont de l’énergie à revendre et que, c’est décidé, il va falloir compter avec eux. C’est ce genre d’olibrius qui vous appelle un premier septembre aux aurores pour vous demander où vous en êtes dans tel ou tel dossier ou projet (ou article…). L’air de rien, ils vous sous-entendent qu’il est temps de vous remettre à courir avec la foule, faisant mine d’ignorer que vous êtes en mouvement depuis bien longtemps et que votre trot de diesel vous satisfait pleinement. Et comme on ne peut éviter ces énergumènes-à moins de partir en vacances en septembre pour laisser passer la folie (un rêve) ou de se cacher (autre rêve)-il n’est pas d’autre choix que de sortir le matin et de se fondre dans la cohorte de celles et ceux qui, bronzés ou non, se laissent envelopper par le «dégoûtage» en se convainquant que, par la force de l’habitude, cela finira par aller mieux dans quelques semaines. (Le Quotidien d’Oran-03.09.09.) * par Akram Belkaîd

**********************************

23 réponses à “Souriez, c’est la rentrée”

1 2
  1. 29 11 2012
    Pull Lacoste (05:50:05) :

    True love will be the on the go concern for a existence and so the increase of whatever many really like.
    Pull Lacoste http://www.fr-marque.com/

  2. 29 11 2012
    Pull G Star (03:39:24) :

    Get into‘testosterone levels experience so desperately, the best objects show up whenever minimal can expect the criminals to.
    Pull G Star http://www.fr-marque.com/

  3. 27 11 2012
    louis vuitton outlet (17:02:19) :

    I enjoy you because of all of your efforts on this website. Kim take interest in getting into investigations and it truly is easy to see why. We know all concerning the dynamic mode you produce priceless concepts by means of the internet weblog and as effectively as recommend participation from some other people on this region then our own daughter is certainly becoming educated a great deal of points. Take pleasure inside the remaining portion of the year. You’re carrying out a splendid job.
    louis vuitton outlet http://www.louisvuittonsau.com

1 2



évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...