• Accueil
  • > Fruits et légumes d’Algérie

Fruits et légumes d’Algérie

*les abricots du sahara

abricot1.jpgabricot2.jpg

Aujourd’hui, en allant faire le marché à la rue des Aurès, en plein centre d’Oran, un nouveau fruit de saison est entré en force, il est venu agrémenter les étalages et cligner de l’oeil aux clients habituels de ce marché : il s’agit des abricots que j’avais déjà vus auparavant chez certains marchands de fruits à des prix prohibitifs allant jusqu’à 160 DA le kilo. Mais cet abricot de la rue des Aurès n’était pas cher du tout.. il était proposé ce matin à 80 da le kilo. Il avait une belle couleur orangée avec du rouge par endroits.. beaucoup de monde entourait la table du marchand qui semblait dépassé par la demande, et il recourait au stratagème de la monnaie qui lui manquait pour servir d’une manière anarchique.. J’ai essayé de savoir de quelle région était ramené cet abricot-là.. il me fut répondu: du sahara algérien.. J’ai été agréablement surpris que notre sahara ne produisait pas seulement du pétrole et du gaz.. mais qu’il y avait aussi l’agriculture qui se développe là-bas d’une manière encourageante, malgré un climat sévère, et qui commence à donner des résultats satisfaisants. A coté de l’abricot, il y avait d’autres fruits et légumes du sud algérien, comme la tomate à 30 da le kilo et les cougettes à 30 da également.. et la datte algérienne légendaire, bien sùr. Le pulpe de cet abricot était sain et limpide, il lui manquait peut-étre un peu de jus.. mais il sentait bon.. et on l’avait cueilli avant qu’il ne soit arrivé à sa pleine maturité, par crainte de la chaleur. Malgrè tout celà, il avait un goùt agréable et vu son prix du début de saison, il était à la portée de beaucoup de gens. Quelqu’un m’avait dit un jour que l’avenir du pays se fera à partir du sahara algérien. Il y a déjà des pionniers qui ont opté pour cet endroit-là. D’autres suivront peut-ètre.. avec la volonté, l’initiative et la persévérence.. du travail sérieux.. et un coup de pouce de la part des autorités.. on verra surgir là-bas dans le désert, des oasis d’un genre nouveau…Niar

**les truffes d’Algérie..d’une haute qualité nutritive

les anciens la nommaient.. « la fille de la foudre ».

truffes3.jpgtruffes5.jpg

Les premières truffes sauvages (etterfas) ont fait leurs apparitions ces derniers jours sur les étals des souk de Ghardaia et d’autres villes du Sud algérien, avec un peu de retard cette année, à cause de la sécheresse. Ces tubercules, très prisés dans l’art culinaire des régions des Hauts Plateaux et du Sud, sont proposés à des prix variant entre 1.000 et 1.100 da le kilo (l’équivalent de 10 euros le kg). D’une qualité exceptionnelle, les truffes d’Algérie sont très répandues dans les vastes étendues du Hamadna, dans les régions de Mansourah, Guerrarra, Zelfana, les Hauts-Plateaux et le Sud-ouest algérien. On en ramasse environ 10 kg par ha, parfois plus. La truffe est le fruit d’une production sauvage, et non pas d’une production faite dans un cadre organisé, comme la pomme de terre par exemple. C’est un champignon souterrain de la famille des ascomycètes, aux différentes formes irrégulièrement rondes, allant de la taille d’une noix à celle d’un poing.. et bien connu des amateurs friands de sa saveur au parfum envoùtant. Il est généralement cueilli à l’état sauvage manuellement, au mois de janvier ou février, après les chutes de pluies. Sa production en quantité et qualité dépend aussi de la violence et la fréquence des tempètes. C’est là, une curiosité agro-climatique de la truffe.. les anciens l’avaient surnommée la « fille de la foudre ».. elle était connue au moyen-orient depuis, peut-ètre 6.000 ans, et ses vertus étaient appréciées par les plus vieilles civilisations (mésopotamienne, sumérienne, araméenne…). D’une haute valeur nutritive, contenant du sodium, du potassium, du phosphore, du chlore, du calcium, du souffre, du fer et des protides, la truffe est considérée par de nombreuses personnes comme un aliment aux grandes vertus thérapeutiques et aphrodisiaques. Ce légumineux du terroir est exporté vers de nombreux pays orientaux et européens. La cueillette des truffes s’effectue généralement au petit matin ou avant le coucher du soleil par des jeunes à l’oeil exercé et ayant le flair pour remarquer les craquelures du sol indiquant le « gite » d’une truffe. Les truffes du désert, celles de Ghardaia notamment, se caractérisent par leurs tailles, leurs couleurs et leurs saveurs. Ainsi distingue-t-on, la petite truffe noire qu’on déguste sans assaisonnement, en raison de son goùt prononcé, après l’avoir fait bouillir dans l’eau salée pour éliminer les grains de sable. La truffe blanche, plus grosse, aux saveurs fugitives, est utilisée pour le sauté de champignons au « d’han » (beurre local), ou pour garnir les pizzas. On en garde jalousement le secret de la congélation.

 truffes7.jpg

 *********************************

*la cerise.. une bonne récolte à Tlemcen

cerise5.jpg cerise3.jpgcerise1.jpg

C’est le temps des cerises, au cours de ces deux mois de mai et de juin.. Parmi toute une panoplie de fruits de saison, c’est la cerise qui monte au « podium » sur les étals comme une star, brandissant ses couleurs vives et brillantes.. un fruit magnifique et délicieux, aux qualités nutritionnelles indiscutables.. mais qui demeure relativement cher dans nos marchés, pour les bourses de beaucoup d’Algériens.., malgrès une bonne récolte annoncée cette année dans les vergers tlemcéniens de la commune de Attar. Contrairement aux années précédentes marquées par une faible récolte due notamment aux dégats causés par la gelée et quelques autres problèmes liés à la nature de cet arbre très fragile à entretenir, le rendement de cette année est meilleur et important, selon les déclarations des agriculteurs, d’où il ressort que tous les paramètres d’une production saine et de grande quantité ont été réunis.. un climat adéquat, avec un ensoleillement exceptionnel tout au long de l’année, une hygrométrie adaptée et un temps sec au moment des récoltes. Il convient de souligner que la culture des cerisiers exige beaucoup de patience et de savoir faire, et il faut attendre huit longues années après la plantation pour que le cerisier commence à produire.. Et c’est entre 12 et 25 ans d’àge que cet arbre fruitier se mette à produire abondamment. La cerise appelée dans la région « hab el moulouk » = (fruit des rois).. est actuellement proposée dans les marchés d’Oran, entre 280 et 320 dinars le kilo, à coté des abricots à 80 et 70 da, les pèches à 70 et 50 da, les oranges à 70 da, les nèfles à 60 et 40 da, les pommes à 130 da, les bananes à 110 da, les fraises à 200 et 160 da…(22.05.2008.)

* Il y a cerises et cerises.. des rouges, des jaunes, des cerises douces et sucrées, d’autres acides.. La cerise est le fruit le plus sucré des fruits rouges.., mais aussi le plus énergétique, avec une teneur moyenne en glucides de 15 % — Douce et fraiche, elle apporte 77 calories pour 100 g, quand elle est consommée crue. En plus des glucides, la cerise contient de l’eau, de la cellulose, des lipides, des protides, des substances minérales et oligo-éléments, tels que le calcium, le chlore, le cobalt, le cuivre, le fer, l’iode, le magnésium, le manganèse, la phosphore, le potassium, le sodium, le souffre et le zinc.. et des vitamines de différents groupes : A — B1 — B2 — B3 ou PP — B5 — B6 — C . Avec des propriétés anticancéreuses, la cerise est efficace contre les douleurs arthritiques ou de la goutte, elle aide aussi à trouver le sommeil, gràce à sa haute teneur en mélatonine.. D’un intéret diététique important, la cerise est un aliment alcalinisant, nutritif, énergétique, reminéralisant, rafraichissant, avec des propriétés digestives (eupeptique,régulatrice hépatique, laxative).. et une action diurétique et dépurative.. globalement la cerise augmente les défenses naturelles biologiques et elle aurait des vertus de rajeunissement tissulaire. Par la richesse de ses propriétés nutritives, la cerise mérite bien son nom de « hab el moulouk ».

**Les vertus du  fenouil….Les fenouils sont hypocaloriques et adaptés au régime minceur. Mais l’intérêt du fenouil ne s’arrête pas là, il possède des vertus phytothérapiques expectorantes permettant de calmer les crises d’asthme et la toux. Le fenouil est riche en fibre et permet de faciliter le transit intestinal. Le fenouil est également diurétique et laxatif. On l’utilise aussi comme remède contre l’aérophagie, les ballonnements et les nausées.

************************************

Deglet nour, huile d’olive, figues sèches, raisin de table…

Produits du terroir : Saveurs exquises en quête de label

Deglet Nour de Tolga, raisin de table de Médéa, olive de Sig, figue sèche de Beni Maouche, cerise de Miliana… On les appelle communément les «produits de terroir» et ils sont très prisés pour leurs vertus nutritives et sanitaires.

Ils constituent un véritable gisement d’«or vert» qui attend d’être judicieusement exploité. Mais faute d’un travail de valorisation plus soutenu et en raison d’une politique de labellisation qui tarde à porter ses fruits, nos produits agricoles de terroir peinent à concurrencer ceux de nos voisins méditerranéens.

Au-delà de l’aspect proprement technique et des approximations sémantiques, il faut dire que ce type de produits a le vent en poupe ces dernières années.

C’est que de plus en plus d’Algériens ont pris conscience de l’importance, sinon de «manger bio», à tout le moins de manger «sain». Et si, en prime, on y ajoute la petite touche culturelle, affective, le petit côté «Madeleine de Proust», le zeste de tradition, forcément la chose prend encore plus de sens.

Mais d’abord, qu’est-ce que l’on entend exactement par «produits de terroir» ? «Un produit de terroir, comme son nom l’indique, est issu d’un terroir, et qui dit terroir, dit terre, dit localité, dit caractéristiques géographiques, techniques, climatiques, écologiques et sociales d’un territoire», explique Zoubir Sahli, agroéconomiste et fin connaisseur du sujet (voir entretien).

Fonds de «terroirs»

Un recensement non exhaustif des produits de terroir donne à voir un large éventail de ressources naturelles où se mêlent fruits et légumes, viandes ovines et même les plantes aromatiques et médicinales.

Dans une étude intitulée : «Produits de terroir et développement local en Algérie» (Options Méditerranéennes : Série A. Séminaires Méditerranéens ; n° 89, 2009), Zoubir Sahli a sérié méthodiquement une large gamme de produits «ayant une qualité, une origine et une réputation spécifiques».

«On note essentiellement les produits végétaux typiquement méditerranéens comme le vin de cépage, les raisins de table, l’olive de bouche et l’huile d’olive, les fruits et légumes (tomate, pomme de terre primeurs et extra-primeurs ; abricot, pomme, grenade, figue sèche…) et enfin les produits de cueillette comme les plantes aromatiques et médicinales (thym, coriandre, jasmin, orange amère, géranium, sauge bleue, câpre, menthe, lavande sauvage….)».

Et d’ajouter : «On voit apparaître (sur des marchés formels, mais aussi sur des marchés encore informels) des produits qui sont fortement appréciés par les consommateurs citadins comme l’huile d’olive et les figues sèches de Kabylie, le miel de montagne ‘‘multi-flore’’, le pain ‘‘metloû’’ (galette maison), la ‘‘rechta’’ (pâtes traditionnelles des régions de Constantine et d’Alger faites à la main), le son et les germes de blé, le ‘‘hermes’’ ou ‘‘fermes’’ (abricot séché), le ‘‘klil’’ (fromage de brebis)».

Dans un autre document intitulé «Le rôle des pouvoirs publics dans la valorisation des produits agricoles du terroir», un cadre supérieur du ministère de l’Agriculture, Youcef Redjem-Khodja, fournit des éléments précieux à ce sujet. Le document distingue les «produits d’origine végétale» et «les produits d’origine animale».

Parmi les produits végétaux, on trouve beaucoup de fruits de terroir : le raisin de table du Titteri et du Dahra (variété Ahmar Bouamar et Mokrani), l’abricot de Messaâd (Aurès), la pêche de Bouhlou (Hauts-Plateaux steppiques), la cerise de Miliana (Monts du Dahra) ou encore la pomme de Tlemcen.

Pour la deuxième catégorie, retenons la viande de mouton de la race «Ouled Djellel» et «Rembi», élevées essentiellement dans les hautes plaines steppiques du Centre (Djelfa, Birine, Aïn Ouessara, Hellala…), ainsi que la viande de mouton de la race «Hamra» (que l’on trouve à Chott Echergui à l’Est, dans l’Atlas saharien au Sud et dans les monts de Saïda et Tlemcen à l’Ouest). Le représentant du ministère de l’Agriculture cite également le miel de montagne, notamment celui de l’Atlas blidéen.

«Rihet lebled»

Force est de le constater : les produits de terroir rencontrent un succès fou depuis quelques années. La demande ne fait que s’accroître et s’exprime même de l’étranger, de la part notamment de la «diaspora» algérienne, de plus en plus friande de ces produits qui fleurent bon le pays profond,  «rihet lebled».

Et l’on ne compte pas le nombre de foires, de salons, d’expos-ventes, de colloques, de séminaires, de pages Facebook et autres événements dédiés à la promotion de ces produits très prisés.

On voit aussi apparaître des boutiques spécialisées qui proposent toute une gamme de produits «traditionnels», réputés plus  authentiques» et plus respectueux de l’environnement. Les plateformes de vente de produits «100% DZ» fleurissent sur Internet, ciblant sans complexe le marché international.

Cet intérêt accru pour un régime nutritionnel de qualité pousse de plus en plus de professionnels de l’agroalimentaire à exploiter ce filon. On note par ailleurs l’émergence d’initiatives citoyennes soucieuses d’améliorer le contenu de notre panier. Retenons à ce propos le formidable travail du Collectif Torba qui inscrit sa démarche dans l’agroécologie.

Outre le développement de l’agriculture familiale, l’organisation d’ateliers pour encourager les citadins à pratiquer l’agriculture urbaine et à «verdir» nos cités, l’éducation environnementale auprès des enfants, Torba œuvre ardemment pour inciter les Algériens à «consommer terroir».

Dans son document fondateur, avec pour devise «Cultivons notre santé», le Collectif Torba relève : «Un engouement certain du consommateur pour les produits de terroir est constaté ces dernières années.

Contrastant avec la vie urbaine et les produits industriels de large consommation, le terroir attire aujourd’hui une clientèle de plus en plus intéressée par des produits de qualité et renforçant la santé». Et d’exhorter nos concitoyens à changer leur modèle de consommation : «Comment valoriser ces produits de terroirs ? Il suffit à chacun de nous de privilégier les aliments cultivés localement, produits dans le respect de l’environnement, de la santé et du patrimoine local.

Il y a les miels, l’huile d’olive, les céréales locales, le poulet et les œufs de ferme, le lait de vache et de chèvre, la viande ovine de nos steppes, les dattes, les variétés locales de légumes, et fruits cultivés sans produits chimiques…Il faut se donner les moyens de consommer ces produits locaux avant que les pratiques traditionnelles ne se perdent.

Notre collectif a pour ambition de faire connaître toute la richesse des produits de terroir à travers l’organisation ou la participation aux expositions, la médiatisation et, bien sûr, la consommation sans modération, pour notre plaisir, notre santé et celle de nos enfants !»

De «l’or vert» dans nos campagnes

S’ils sont fortement prisés pour leur valeur nutritive et leurs vertus sanitaires, les produits de terroir, insistent les spécialistes, sont une aubaine pour développer les zones marginalisées. La valorisation de ces gisements d’or «vert» que recèlent nos campagnes est de nature à changer sensiblement le quotidien de nos régions délaissées.

Dans un rapport sur le développement local élaboré par un groupe d’experts pour le compte du ministère de l’Industrie, une attention particulière est portée sur «la promotion des produits du terroir». Sous-titré «51 mesures visant le développement économique local», le rapport qui date de décembre 2011 note : «Le développement et la promotion des différents produits du terroir est une alternative prometteuse pour le développement local».

«En Algérie, il faudrait une politique volontariste pour identifier, labelliser, protéger, encourager et commercialiser le produit de nos terroirs», recommandent les auteurs de ce rapport. Ils invitent en conséquence les pouvoirs publics à «identifier les gisements divers des localités permettant d’améliorer l’attractivité du territoire pour attirer les investisseurs»  (proposition 32) et à «instaurer des signes et des labels officiels de qualité» (proposition 33). «L’attribution d’Indications géographiques (IG) ou d’Appellation d’origine protégés (AOP) à des produits typiques comme les produits de montagne (les dattes Deglet Nour, raisins de table et huile d’olive) permet leur meilleure identification».

Aucun produit n’est officiellement labellisé

Reste que le processus de labellisation en est encore à ses balbutiements et tarde à porter ses fruits. A l’heure actuelle, aucun produit de terroir n’est officiellement labellisé. En 2013, un décret a été promulgué (le décret exécutif 13-260 du 7 juillet 2013 fixant le système de qualité des produits agricoles ou d’origine agricole) balisait juridiquement le terrain pour la mise en place d’un dispositif institutionnel de labellisation.

Le décret dispose en son article 2 qu’il est «entendu par système de qualité des produits agricoles ou d’origine agricole, leur reconnaissance par les signes distinctifs suivants : l’appellation d’origine (AO), l’Indication géographique (IG), l’Agriculture biologique (AB) ; les labels agricoles de qualité».

Le décret annonçait dans la foulée l’instauration d’un «système national de labellisation» (art.4) Celui-ci est «organisé en un comité national de labellisation, un secrétariat permanent, des sous-comités spécialisés et des organismes de certification». Le 30 juillet 2015, le «Comité national de labellisation» a été officiellement installé. Pour le moment, seuls trois produits pilotes font l’objet d’une démarche de labellisation : la Deglet Nour de Tolga, la figue sèche de Béni-Maouche et l’olive de table de Sig.

Ce projet est mené de concert avec l’Union européenne «dans le cadre des projets de jumelage entre l’Algérie et l’Union européenne lancés en octobre 2014», rapporte l’APS (dépêche datée du 30 juillet 2015) qui précise que l’UE finance cette opération à hauteur de 6 millions d’euros.

Un financement destiné notamment à parachever le dispositif institué par le décret de 2013 et au «renforcement des capacités des acteurs concernés et à la reconnaissance de trois produits pilotes par les signes distinctifs liés à l’origine». Des experts européens, indique-t-on, ont encadré des équipes dans les trois régions concernées «pour former les techniciens et les professionnels à s’organiser autour de ces produits pilotes».*Mustapha Benfodil / el watan/ dimanche 03 avril 2016

************************************

 

17 réponses à “Fruits et légumes d’Algérie”

  1. 25 03 2012
    ELKHOREICHI (17:43:46) :

    YA AHLA DZAIR ETARFAS MAHOUCH BATATA ETARFAS KHALAOUH SHAB ERACHOUA YA KLOUFIH MASOULINES MA YA ARFOU MAKANTOU FI LA GASTRONOMIE ALLAH KALAB JATNA HAJA AIB (degradant) BAH TICHRIH BHADHA ESSAOUMA 1600 DA 1000 DA CELA AURAIT ETE UNE PROVOCATION ENVERS LES DEMUNIS .MAIS A DJELFA C EST LE MONOPOLE DE BANDITS LAJIINES MIN TOUNES ALLAH YAHDINA OUA YAHDIHOUM. SIGNE NAILI

  2. 7 11 2011
    norguzav (02:59:05) :

  3. 7 11 2011
    traduceri engleza romana (02:43:25) :

    What you have here it is a great piece of information this is the reason why I post a link to you in one of my site your link is here . But first of all I must salute all every one. Hy. And second I must say that I will post http://niarunblog.unblog.fr/fruits-et-legumes-dalgerie on my Digg profile. I will do this because at last I found what I was looking for. What you share here is really respectable post. In the minute I saw this tittle, ELAyam-2 » Fruits et légumes d’Algérie, on my google search I was very glad. I think I found something that have the same ideea here http://www.toplevel-traduceri.ro, I’m not sure but I thing it was the same. All the best

  4. 5 11 2011
    kiuvHKOI (00:53:24) :

    Very interesting site , katy perry hot nude katy perry hot nude, $#%’

  5. 4 11 2011
    whwzexub (09:48:42) :

    [url="http://www.australialuxeshoes.com/vibram-brown-tall-canadian-manitobah-mukluk-suede-mukluks-boots-p-22.html?zenid=48a43a1d379146330286bb04b5b92953"] buy boots online[/url]

  6. 2 11 2011
    filter (21:49:38) :

    How do you do? our family simply love your striking blog thank you and pls keep it up

  7. 1 11 2011
    power inverter (12:13:29) :

    Very effectively written information. It is going to be worthwhile to anyone who usess it, including myself. Sustain the nice work – for certain i’ll take a look at extra posts.

  8. 31 10 2011
    traduceri engleza romana (21:53:04) :

    What you have here it is an interesting piece of information. But first of all I must say all the visitors. . And second I must say that I have post http://niarunblog.unblog.fr/fruits-et-legumes-dalgerie on my Facebook profile. And this because finally I found what I was looking for. What you say here is really good information. When I saw this tittle, ELAyam-2 » Fruits et légumes d’Algérie, on google search I was very glad. I think I found something with the same ideea here http://www.toplevel-traduceri.ro, I’m not sure but I thing it was the same. My regrds

  9. 30 10 2011
    fake uggs (05:32:58) :

    There is obviously a lot to know about this. I think you made some good points in Features also.

  10. 24 10 2011
    Australian product naming (12:24:31) :

    What you have here it is a great article. But first of all I must say all every one. Hello. And now I must say that I will post http://niarunblog.unblog.fr/fruits-et-legumes-dalgerie on my Digg profile. And this because at long last I found what I was looking for. What you say here is really good information. In the second I saw this tittle, ELAyam-2 » Fruits et légumes d’Algérie, on google search I was very glad. Maybe I found something that have the same ideea here http://www.writte.com, I’m not sure but I thing it was the same. All the best

  11. 18 10 2011
    suplementy diety (06:56:47) :

    It’s really a nice and helpful piece of info. I’m glad that you shared this helpful info with us. Please keep us informed like this. Thanks for sharing.

  12. 9 10 2011
    sport (20:22:25) :

    Hello there, I found your website via Google while searching for a related topic, your web site came up, it looks good. I’ve bookmarked it in my google bookmarks.

  13. 8 10 2011
    Beau Dieng (23:30:28) :

    Only a smiling visitant here to share the love (:, btw outstanding design and style .

  14. 25 09 2011
    Drupal Development (01:19:12) :

    I found your posting to be insightful! Thank you.

  15. 24 09 2011
    Hunter Kalfa (20:08:48) :

    I have done extensive research on this subject, and agree completely with the way this was written. I only wish I had the eloquence to put it into quality writing.

  16. 24 09 2011
    Ross Martiniz (19:51:22) :

    I am impressed with this writer¡¯s content. This content is engaging, thought-provoking and motivational. There are many unique ideas shared in this article that I can relate to and understand.

  17. 24 09 2011
    Articles Physics (19:46:43) :

    I found your posting to be insightful! Thank you.




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...