La fraise algérienne

La fraise algérienne fraises

**Culture de la fraise à Jijel: Une production qui bat tous les records

fraise

**une production de 13.000 tonnes de fraise pour la campagne 2014/2015

*Elle a été vendue entre 140 et 200 da le kilo dans les marchés d’Oran

Selon la chambre de commerce, quatorze variétés de ce fruit sont actuellement cultivées dans les plaines de neuf communes côtières où les conditions climatiques favorisent cette culture.

La fraise, ce petit fruit rouge cueilli directement des serres implantées ça et là aux abords de la RN 43 est en passe de devenir le produit phare des plaines fertiles de la wilaya de Jijel. Après un coup d’essai de quelques agriculteurs qui se sont lancés dans sa culture au début des années 2000, le fruit a rapidement conquis d’autres surfaces pour devenir le principal produit cultivé dans la région. Il n’y a pas si longtemps, les surfaces exploitées avaient pourtant pour vocation la production maraichère.

La tentation de produire un fruit rentable et très demandé a fait des émules au sein de la filière, poussant de nombreux producteurs à se lancer dans sa culture. Après une modeste production,  due à la mauvaise qualité des plants importés de certains pays d’Europe, en plus du retard dans le lancement de la campagne de la culture de ce fruit durant l’année passée, selon des producteurs, le rendement de la saison en cours s’annonce sous de meilleurs auspices. La bonne qualité du fruit produit augure par, ailleurs, d’un meilleur rendement par rapport à la campagne précédente.

La chambre de commerce de la wilaya de Jijel a déjà fait ses prévisions et table sur une production de quelques 13000 tonnes de fraise pour la campagne 2014/2015. A quelques jours de la tenue d’une nouvelle édition de la «fête de la fraise», Jijel maintient sa première positon pour la production de ce fruit à l’échelle nationale. Selon la chambre de commerce, quatorze variétés de la fraise sont actuellement cultivées dans les plaines de neuf communes côtières répondant aux exigences climatiques qui favorisent cette culture.

Ce fruit est notamment produit à Chekfa, Sidi Abdelaziz, Oued Adjoul, El Ancer, El Kennar, Kaous, El Aouana, Beni H’bibi et Emir Abdelkader. Le nombre de plants de fraise écoulés durant la campagne 2014-2015 est estimé à 23 millions, pour une densité de 2400 plants par serre.
La culture de la fraise s’effectue sur une surface de 216 hectares sous tunnel et 107 ha sous serre. Il convient de rappeler que cette culture est passée de quatre ha en 2001/2002 à 323 ha en 2014/2015. *Adam S.-El Watan-21 avril 2015

********

<br /><br /><br />
	La gariguette, la mare des bois, et la Salva sont les plus connues des vari&eacute;t&eacute;s  » src= »http://www.elwatan.com/images/2015/04/21/jijel_2603154_465x348.gif » /></p>
<p><span style=****Le président de la chambre nationale de l’agriculture a affirmé, jeudi dernier, à l’occasion de la 9ème édition de la fête de la fraise, célébrée à la maison de la culture Omar Oussedik de Jijel, que la wilaya occupe désormais la première place à l’échelle nationale en termes de production. Cette dernière s’est établie pour la campagne 2012-2013 à 52 450 quintaux. Une production qui a connu une augmentation vertigineuse en l’espace d’une décennie, puisque la quantité écoulée durant l’année 2001 n’était que de 1200 quintaux. Cette prouesse est due à l’évolution tout aussi importante des superficies consacrées à cette culture. La superficie qui n’était que de 4 hectares lors de la campagne 2001-2002, s’est hissée pour atteindre actuellement pas moins de 175 hectares. Huit communes de la wilaya, essentiellement côtières (Sidi Abdelaziz, Kheiri Oued Adjoul, El Kennar, El Ancer, Chekfa, Kaous et El Aouana) répondent idéalement aux exigences de cette culture, tant du point de vue édaphique  que climatique.

dyn006_original_416_300_jpeg__22b07dd1317053ed03d15332a87d4a95

La commune de Sidi Abdelaziz occupe la première place en matière de superficie avec 74 hectares suivie par Kheiri Oued Adjoul avec 53,2 ha. Les agriculteurs utilisent actuellement 12 variétés dans la wilaya (Naid, Camarosa, Condonga, Carmila, Vantana, Sabrina, Cristal, Siba, Arosa, Ritis, Go5 et Tudla). La fête qui s’est ouverte en présence du wali Ali Bedrici, a réuni 57 participants entre producteurs de fraise et pâtissiers qui ont présenté des  pâtisseries à base de fraise. Le wali, a proposé aux opérateurs économiques d’investir dans la wilaya pour la fabrication des emballages, la production de plants (fraisiers) et le développement des techniques d’irrigation.  La production de fraise dans la région de Jijel est favorisée par le climat doublé d’une importante disponibilité de ressources en eau ainsi que l’existence de plaines alluviales. L’introduction de cette culture a débuté au début des années 2000. Ayant compris l’importante plus-value tirée de cette culture, les surfaces cultivées se sont vite agrandies d’année en année. La surface agricole totale de la wilaya est de 99 022 hectares selon les données de la direction des services agricoles pour une superficie utile de 43 924 ha.

img2-1

Les zones de plaines disposent de 14 500 ha (33%) alors que les piémonts et zones montagneuses comptent 29 424 ha (67%). Pour les surfaces irriguées, elles sont actuellement de l’ordre de 6 200 ha. Un producteur de la fraise, Azzeddine Bouloudene, rencontré dans une exploitation à Safsafa, dans les plaines de l’ex-village socialiste de Belghimouze, a fait part de certaines difficultés qu’il rencontre dans son activité. D’abord, il déplore le manque de soutien et espère bénéficier de subventions pour augmenter sa production. «On nous exige d’avoir au moins 5 hectares pour nous aider, or, moi-même je n’ai pas toute cette surface; la plus part des agriculteurs n’ont pas de vastes terrains pour pouvoir bénéficier des aides publiques, car aucun d’entre nous n’a un titre ou un acte de propriété», affirme-t-il. Son associé, un quadragénaire, venu de la ville de Tizi Ouzou, évoque le problème du manque de main d’œuvre ou son absence totale, ce qui influe, selon lui, sur les récoltes. A cela s’ajoute, précise-t-il, la qualité des plants importés d’Espagne et d’Italie. «Si les fraisiers sont de bonne qualité, on peut prétendre à un meilleur rendement, mais souvent on est confronté à des plants de piètre qualité», affirme-t-il. *El Watan-27.04.2013

**la culture de la fraise gagne du terrain

La fraise était en fête à Jijel, Jeudi dernier. Au-delà de l’engouement qu’a suscité cet événement auprès des consommateurs et des initiés à la filière de la production de ce fruit tant apprécié, certains se posent déjà la question sur le sort de la vocation maraîchère des plaines agricoles de la wilaya de Jijel.

 «L’avancée de la culture de la fraise risque de faire perdre à ces terres cette vocation, la fraise est une menace sur les produits maraîchers», avertit-on. Et dire que pendant qu’on fait campagne pour le «consommer local», les plants ayant servi à la culture de la fraise à Jijel, et certainement, ailleurs dans les autres wilayas, ont été importés d’Europe.

«On est encore loin de maitriser les techniques des plants dans les pépinières, on se tourne donc vers l’importation», reconnait un cadre des services agricoles. Même la production de la fraise avec toute sa qualité et quantité appréciables de cette saison est encore loin de rivaliser avec les rendements en Europe. «La production tourne autour de 300 quintaux par hectares ici à Jijel, en Europe elle est le double par hectare», affirme le même interlocuteur. Si ce modeste rendement n’est pas pour le moment un motif d’inquiétude pour les spécialistes, la perte de nouvelles surfaces maraîchères au profit de la culture de la fraise est l’élément qui donne certains soucis.

Il y a quelques années, Jijel était une wilaya exportatrice des produits maraîchers. Pour des raisons qui restent certainement liées à la vocation importatrice du pays, pourriez-t-on tenté d’affirmer, l’exportation de ces produits a cessé. «Nous privilégions, comme l’a dit le ministre, la satisfaction des besoins du marché local, l’agro exploitation de nos produits et ensuite nous visons l’exportation», explique le directeur des services agricoles, en réponse à notre question sur l’arrêt des explorations des produits maraîchers. «Les agriculteurs ont trouvé leur compte dans la culture de la fraise, ce fruit ne demande pas beaucoup d’espaces et d’effort, son rendement est de loin meilleur que les produits maraichers, dont la culture nous causait tant de soucis et de perte», affirme un fellah de Sidi Abdelaziz, qui s’est reconverti en producteur de la fraise.

Un créneau rentable

Pour de nombreux agriculteurs, la production de la fraise est un créneau porteur. «Nos tomates, poivrons, haricots verts et bien d’autres produits étaient concurrencés par les produits cultivés dans des wilayas, où le climat est plus chauds qui arrivent précocement sur le marché, ce qui nous cause des pertes énormes», soutient, le même interlocuteur. Pour ce néo-producteur de la fraise, la solution passe désormais par la culture de ce fruit plus rentable. L’évolution de cette culture est passée de 38 à 323 ha entre 2002 et 2015 pour une production qui a bondi de 1200 quintaux en 2002 à une prévision de 96820 quintaux en 2015.

Selon les chiffres de la DSA, la superficie de la fraise ne représente que 5% par rapport à celle maraichère, pendant que la production de ce fruit est de 8% par rapport aux produits maraichers. La filière de la culture de la fraise recense 555 producteurs dans les onze communes, où est concentrée cette activité dans la wilaya de Jijel. *Adam S.-El Watan-dimanche 03 mai 2015

************************************

 **La 4e édition de la Fête de la fraise à Tipaza **

La fraisiculture à Tipasa. Un nouvel atout économique

fraise-recolte.22802

La wilaya de Tipasa compte 97 fraisiculteurs, qui activent sur une superficie de 164 ha. La production annuelle de  fraise avoisine les 56 000 qx, soit un rendement de 350 q à l’hectare.
La 4e édition de la Fête de la fraise, qui s’est déroulée jeudi dernier à la Chambre de l’agriculture de la wilaya de Tipasa (CAW), a drainé beaucoup de familles intéressées et gourmandes de ce délicieux fruit originaire d’Amérique, qui est entré dans les mœurs de la consommation nationale.La Fête de la fraise, pour sa 4e édition à Tipasa, s’est articulée d’abord sur des interventions relatives à la fertilisation de la culture de la fraise, la vulgarisation des techniques de production et la lutte contre les maladies du fruit, animées par les experts de l’ITCMI et l’INPV, suivies d’un débat instructif pour les fraisiculteurs, et enfin une exposition de 11 superbes variétés de fraises produites dans 9 communes de la wilaya de Tipasa. «La fraisiculture, déclare l’ingénieur agronome, Benzahra Moumene, SG de la CAW de Tipasa, est un nouvel atout créateur de richesses pour notre wilaya.» Celle-ci compte 97 fraisiculteurs, qui activent sur une superficie de 164 ha.

Les communes  de Bou Ismaïl détiennent 73% de la superficie consacrée à la production de la fraise dans la wilaya.
La production annuelle de  fraise avoisine les 56 000 qx, soit un rendement de 350 q à l’hectare.
La culture de la fraise s’effectue sur une surface de 115 ha sous tunnel et 49 ha sous serre.
Cette édition n’a pas programmé un concours sur le meilleur stand de la fraise et de  dégustation, mais a innové en organisant un concours sur la meilleure pâtisserie à base de fraise. Des pâtissiers se sont attelés à présenter leurs gâteaux et expliquer aux visiteurs les secrets de sa fabrication. La palme est revenue au jeune Sahri Youcef,  du CFPA de Koléa. Pour mettre en avant les avantages de ce fruit, la CAW de Tipasa a fait participer les responsables de l’Ansej l’Angem, du secteur de l’emploi et de la formation professionnelle, du centre de facilitation, des secteurs de la culture et du tourisme. Les responsables de la DSA, l’ONTA et des Forêts de Tipasa ont répondu aux différentes questions posées par des jeunes qui voulaient s’investir dans la fraisiculture. Les producteurs de fraises ont parlé des débouchés de ce fruit si délicat. Une ambiance conviviale a régné durant la journée du jeudi, au siège et espaces verts de la CAW, magnifiquement aménagés, grâce à la participation active de très nombreux adhérents. Les absents on eu tort de ne pas avoir fait un tour à cette 4e édition de la Fête de la fraise à Tipasa.*El Watan-28.04.2013.

****************************

*Skikda prépare la fête de la fraise..du 27 au 29 mai 2013

  

 

 Lemkerkba», c’est-à-dire la dodue, est la fraise autochtone de Skikda qui sera à l’honneur du 27 au 29 mai du mois courant. Le comité de préparation des festivités s’atelle, ces jours-ci, à finaliser le programme en y apportant les dernières retouches afin de réussir l’édition 2011 de la traditionnelle fête de la fraise.Un évènement qui, en dépit des multiples carences relevées chaque année, reste néanmoins un garant pour perpétuer la tradition skikdie en matière de production de la fraise, qui reste encore pour la ville un label indéniable et une notoriété nationale qu’il faut cependant pérenniser, d’autant plus qu’on tente, ici et là, de défaire la région de son produit en répétant, à qui veut bien entendre, que Skikda ne cultive plus ce fruit exquis.

Par cette manière, trop régionaliste pour passer inaperçue, on cherche à délocaliser la primauté du produit local pour en faire bénéficier d’autres contrées. Néanmoins, «Lemkerkba» qui a pris naissance sur les versants de Stora et de la Grande plage restera éternellement liée à Skikda, et son expansion, souhaitable en somme, sera toujours la bienvenue. Selon un cadre des services agricoles, cette année la production semble garder les mêmes proportions  en dépassant les 23 000 q,  dont plus de la moitié provient des versants de Skikda et de Aïn Zouit. «On relève une certaine stabilité de la production par rapport à l’année passée puisque les superficies cultivées n’ont pas connu de croissance significative». Pour le programme retenu, il se veut, comme chaque année d’ailleurs, diversifié, puisque incluant de l’animation, des activités sportives et culturelles, des expositions et des soirées musicales, bien que le must de la fête sera certainement le défilé d’inauguration ainsi que l’exposition-vente qui aura lieu sur la place du 1er Novembre.Les concours culinaires auront également à donner plus d’attrait à la fête qui s’achèvera à l’Hôtel de ville par la récompense des lauréats des concours de la meilleure production de fraise ainsi que les meilleurs pâtisserie, confiture et jus à base de fraise. Ces festivités doivent également être mise à profit par les agriculteurs pour évoquer les multiples problèmes que vivent les producteurs afin de prétendre à l’octroi d’aides nécessaires à la promotion de la culture de Lemkerkba qui a survécu depuis … 1920 grâce à leur volonté et à leur persévérance. (El Watan-22.05.2011.)   

*Des surprises attendues:  concours de la meilleure tarte aux fraises

La nouveauté de cette année est la décision des organisateurs d’ouvrir le concours de la meilleure tarte aux fraises aux familles locales.

Décriée à tort et souvent à raison par une bonne partie de la population et longtemps utilisée comme une pseudo-devanture d’une Skikda qui n’en finit plus de se chercher,  la fête de Lemkerkba, l’authentique fraise locale, aura finalement bien lieu cette année. La commission communale chargée de mener à bien les préparatifs de cette manifestation est à pied d’œuvre voilà déjà près d’un mois. Et comme chaque saison, on jure et on répète à qui veut bien entendre que cette édition sera vraiment la bonne. Ne tirons pas sur les bonnes intentions et écoutons plutôt Kamel Tabbouche, le vice-président de l’APC chargé de la culture et des sports et président du comité de préparation de la fête. «Sans chercher à dénaturer l’esprit de la fête, nous avons décidé de varier le programme et de le rendre ambitieux, dont profitera en grande partie la population.  L’esquisse globale des cette festivité a été tracée dans le but de réhabiliter les Skikdis avec leur fête», lance-t-il au départ comme pour rassurer.

Un défilé original et historique

Au chapitre des nouveautés, on retient d’abord l’importance accordée au défilé d’ouverture de la fête. «On a décidé d’en finir avec le bricolage habituel qui consistait à faire défiler des camions de l’APC. Pour cette édition, nous avons opté pour une thématique historique en réalisant des maquettes représentant les différentes périodes historiques de Skikda. Ainsi, l’histoire de notre ville sera exposée à travers des symboles rappelant les ères phénicienne, romaine, arabe, française et enfin l’indépendance. Le défilé sera également rehaussé par la participation des policiers et des pompiers en plus, bien sûr, des sportifs.» L’autre nouveauté cette année, et non des moindres, est la décision des organisateurs d’ouvrir le concours de la meilleure tarte de fraise aux familles locales. «D’habitude, ce concours était exclusivement réservé aux pâtissiers. On a préféré cette année le destiner aux ménagères pour impliquer les habitants dans les festivités», dira M. Tabbouche. Pour revenir aux stands d’exposition, on retiendra d’abord l’exposition-vente de la production qui se tiendra à la place du 1er Novembre. A cette occasion, l’APC a commandé 15 000 tartes qui seront distribués gracieusement au public lors de l’ouverture de la fête. Les Allées du 20 Août 1955 vivront également aux couleurs de la fête puisque les organisateurs ont décidé d’implanter des chapiteaux tout le long de cette avenue pour y tenir, trois jours durant, des expositions-vente de produits artisanaux. «Nous avons veillé à impliquer une grande partie de la ville dans cette fête. D’ailleurs, même Stora et Ben M’hidi seront de la fête et auront à accueillir des soirées musicales.» Le concours Miss Fraise a été maintenu en exigeant cependant que les jeunes filles candidates défilent exclusivement en costumes traditionnels.

Les finalistes de la Coupe d’Algérie 1967 honorés

Dans le volet sportif, les organisateurs ont décidé de mettre les bouchées doubles en incluant une mention spéciale pour les joueurs finalistes de la coupe d’Algérie 1967. «Les joueurs de la JSMS et de l’Entente de Sétif ayant disputé cette finale seront présents parmi nous et auront à recevoir une distinction spéciale», ajoute M Tabbouche. L’équitation sera également de la partie puisqu’un concours régional de saut d’obstacles est programmé en collaboration avec le club équestre El Assil en plus de la programmation du tour de Skikda de cyclisme et d’un semi-marathon. Les organisateurs n’ont également pas oublié l’équipe de football de la sûreté de wilaya qui vient juste de se distinguer en remportant la coupe d’Algérie de futsal. «On ne peut pas oublier une telle distinction. Les joueurs de l’équipe de la sûreté seront de la fête avec nous et seront honorés pour avoir offert à Skikda une distinction d’ordre national», conclut M. Tabbouche. C’était là l’essentiel du programme retenu en espérant que le côté organisationnel soit à la mesure des ambitions de la nouvelle équipe de l’APC. C’est son premier test public et elle ne doit en aucun cas le rater.*Khider Ouahab-El Watan-17.05.2013.

************************************

recette

*Les framboises sont bonnes pour le coeur

Ce fruit rouge permettrait de prévenir les maladies cardiovasculaires, et ça, c’est la science qui le dit.

Framboises

La framboise, et plus particulièrement l’extrait de framboise noire, permettrait de lutter contre les risques de maladies cardiovasculaires, selon une étude coréenne relayée par le magazine Top Santé.Source d’antioxydants
On le sait, les fraises, framboises, groseilles, myrtilles et autres fruits rouges sont riches en flavonoïdes, molécules réputées pour leur vertus anti-oxydantes. Les antioxydants sont recherchés pour leurs propriétés anticancéreuses, anti-inflammatoires et leurs effets dans la prévention du risque cardiovasculaire.

La framboise serait également particulièrement riche en fer (avec 0,7 mg aux 100g). Source de vitamine C, de potassium, calcium et magnésium, elle est aussi très pourvue en fibres.

La framboise diminuerait le risque cardiovasculaire
Mais ce n’est pas tout. Les chercheurs de l’Université de Corée à Séoul ont prouvé que ce fruit pouvait aussi avoir des vertus pour le cœur. 

Selon eux, un extrait de framboise noire peut réduire les symptômes du syndrome métabolique (syndrome qui réunit au moins trois conditions parmi l’obésité abdominale, l’hypertension artérielle, l’athérosclérose, la résistance à l’insuline ou l’intolérance au glucose). En luttant contre ces symptômes, on réduit les risques d’accident cardiovasculaire.

Deux groupes de volontaires ont été testés lors de cette étude. Le premier groupe recevait quotidiennement 750 mg d’extrait de framboise et l’autre, un placebo, et ce durant 12 semaines.

Chez les personnes ayant consommé les framboises, les observations ont démontré que la pression artérielle était en baisse, les artères moins rigides et les cellules circulaient mieux dans l’organisme.
Délicieux et bon pour la santé, la framboise a décidément tout pour elle! *7sur7—lundi 09 mai 2016

Résultat de recherche d'images pour "framboises"Résultat de recherche d'images pour "framboises"

framboises

**Ce petit fruit rouge qu’est la framboise possède des vertus insoupçonnées pour la santé, récemment révélées par six études américaines. Les framboises sont gorgées de nutriments essentiels comme la vitamine C, le potassium, le magnésium ou encore le calcium ce qui les rend très bénéfiques pour la santé. Plusieurs études ont révélé que ce petit fruit était un anti-inflammatoire naturel, qu’il était capable de lutter contre certaines maladies chroniques et également contre l’obésité. Selon six études menées sur des souris par des chercheurs américains, la framboise serait un véritable cocktail de bonnes choses pour notre santé. Riche en potassium, calcium, magnésium, vitamine C, fer et fibres, la framboise serait donc capable de lutter contre certaines maladies chroniques comme la maladie d’Alzheimer, les maladies cardiovasculaires, le diabète ou encore l’obésité. Les polyphénols contenus dans la framboise lui permettent également d’agir comme un puissant anti-inflammatoire naturel. La framboise permet également d’éliminer les protéines toxiques présentes dans le cerveau, selon une étude publiée par la Federation of American Societies for Experimental Biology. De futurs travaux devraient prochainement être réalisés sur des humains, afin de confirmer ces résultats obtenus auprès des souris.

Selon une étude un peu plus ancienne menée par des chercheurs de l’Université de Berkeley aux États-Unis, les framboises seraient également capables de booster la fertilité des hommes. Les couples qui souhaitent avoir un enfant ont donc tout intérêt à inclure les framboises dans leur menu, car en plus d’améliorer la qualité du sperme, elles permettent de réduire le risque de fausse couche chez la femme. La framboise présente donc de très nombreux atouts pour notre santé. Elle permet de prévenir l’apparition de certaines maladies comme le diabète, l’obésité, les maladies cardiovasculaires ou encore Alzheimer, elle est également un très bon anti-inflammatoire naturel, elle permet de booster la fertilité et est également très efficace pour détoxifier le cerveau.*actusante.net / 11 avril 2016

**On est en pleine saison des framboises ! Ce fruit délicieux, bourré d’antioxydants, se déguste tel, avec volupté. Mais il donne aussi de superbes desserts. 

framboises

La bonne saison

Présente sur le marché de mi-avril à octobre, la pleine saison de la framboise s’étale de juillet à août. On rencontre au mois d’août en montagne (Alpes, massif central, Jura) des framboises sauvages succulentes, même si les fruits sont plus petits que ceux des variétés cultivées.

Les variétés ?

Les framboisiers se divisent en deux variétés, les remontantes (deux récoltes par an) et les non remontantes. Parmi les non remontantes, on trouve les variétés mecker, glen moy, mailing promise… Héritage, augustred, llyod george sont des variétés remontantes.

Pour la petite histoire…

Le framboisier (rubus idæus) ou ronce du Mont-Ida est un arbuste de la famille des rosacées. Blanche à l’origine, cette baie se serait colorée, selon la légende, du sang d’Ida, fille du roi de Crète ; nourrice de Zeus, Ida voulut un jour cueillir ces fruits pour nourrir son protégé. Mais, elle égratigna son sein aux épines de l’arbuste, les fruits prirent aussitôt la couleur de son sang. Sauvage à l’origine, la framboise est originaire des régions des montagnes d’Europe*bottingourmand.com

*************************************

  ** La Fête de la fraise à Tipaza **3e édition**

La Chambre de l’agriculture de la wilaya (CAW) de Tipasa organise aujourd’hui sa 3e édition de la Fête de la fraise. Une vingtaine d’exposants se sont donné rendez-vous pour dévoiler leurs variétés de fraises au public, mais surtout aux opérateurs économiques qui seront en nombre pour d’éventuels contrats. Les producteurs de fraises savent que c’est une nouvelle opportunité qui s’offre à eux pour s’investir davantage dans cette culture exigeante.Il faut 600 journées de travail par an et par hectare pour obtenir une production de fraises. La wilaya de Tipasa compte une centaine de fraisiculteurs mobilisés à travers 250 hectares, pour une production qui varie entre 250 à 300 quintaux à l’hectare. «Ce fruit avait été introduit dans la wilaya de Tipasa, selon Benzehra Abdelmoumen, secrétaire général de la CAW, dans la période allant de 1975 à 1978, tandis que la culture sous serre de la fraise avait débuté en 1980 dans notre wilaya.»

Néanmoins, la culture d’un hectare de fraises nécessite un investissement de 5 millions de dinars. «Il existe 11 variétés hybrides de fraise à haut rendement dans la wilaya de Tipasa», selon notre interlocuteur. La production de ce fruit demeure tributaire de l’importation des plants. La culture de la fraise, dans la wilaya de Tipasa, est recensée dans les communes des daïras de Fouka, Koléa et Bou Ismaïl. La concurrence entre les producteurs de ce fruit aura été bénéfique, tant sur la quantité que sur sa qualité. La CAW a initié pour cette 3e édition de la Fête de la fraise, qui aura lieu aujourd’hui, un programme qui s’articule autour d’une exposition des variétés de fraise, d’une dégustation du fruit et d’un concours pour stimuler les fraisiériculteurs.

En outre, l’assistance aura droit à des interventions techniques des spécialistes qui vulgariseront les méthodes de lutte contre les maladies et les insectes qui affectent ce fruit pendant son itinéraire de croissance. Inutile de s’étaler sur les propriétés de ce fruit lors de cette journée.L’important, c’est de venir en aide aux producteurs qui continuent à se débattre dans les mêmes problèmes, notamment celui du foncier qui les empêche de développer leurs cultures et aborder dans de meilleures conditions les perspectives d’avenir pour ce fruit. Les décideurs en avaient été déjà été informés. (El Watan-26.04.2011.)

******************

 fraise2.jpg

**La fraise est un fruit très répandu dans le monde.Selon la variété, la saison de maturation des fraises s’étend de mai à septembre dans l’hémisphère Nord. Par des techniques de cultures artificielles type hors-sol, il est possible de produire des fraises en dehors de cette période(avril à novembre).La fraise regorge de vitamine C (antioxydants), de vitamine A (sous forme de précurseur, le β-carotène, mais pas de rétinol qui doit être synthétisé) pour stimuler les défenses immunitaires, de vitamine B9 (acide folique), important pour les femmes enceintes.Elle est riche en oligo-éléments, sous forme de sels de potassium pour le système nerveux et contre la fixation excessive du sodium, de calcium pour les os, et du magnésium contre le stress.

Elle contient également du furanéol (l’alcool aromatique qui lui donne son parfum et son goût).

Les allergies alimentaires aux fraises sont fréquentes. Chez l’enfant, on déconseille donc l’introduction de ce fruit dans l’alimentation avant l’âge de six mois.

**La fraise est consommée:

  • Entières, nature, avec de la crème (crème fraîche, crème chantilly,..), ou du sucre.
  • Tarte aux fraises.
  • Fraisier.
  • En morceaux dans des yaourts.
  • Recette de la glace à la fraise

La plupart des crèmes glacées et yaourts agro-industriels utilisent de l’arôme fraise, une substance artificielle. C’est le bas de gamme.

D’autres utilisent de l’arôme naturel et des fraises d’agriculture intensive pour le milieu de gamme.

Les desserts haut de gamme, demandant une somme de travail plus importante, ne se trouvent guère que chez les petits producteurs de fraises tournés vers le marché de niche et proposent parfois en vente directe leur production transformée par leur soin (sorbets, confitures tartes…). Quelques pâtissiers, glaciers et confiseurs, proches d’une ferme de ce genre ou fréquenté par une clientèle avertie et demandeuse de qualité, élaborent ces types de produits.

La fraise est un ingrédient de choix pour concocter de somptueux desserts, et elle se marie bien avec les salades. Riche en antioxydants et en vitamine C, elle contribuerait à prévenir le cancer et plusieurs autres maladies.De façon générale, plusieurs études prospectives et épidémiologiques ont observé qu’une consommation élevée de fruits et légumes diminuait le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques1

*Dr…Jean Seignalet

*************************************

Les deux premiers kilos fraises achetés 4.000 euros

media_xll_5619357

Les deux premiers kilos de fraises sont partis pour 4.000 euros mardi à la vente publique de Hoogstraten (province d’Anvers). L’acheteur, Carrefour Belgique, a ainsi déboursé 400 euros par barquette de 200 grammes. Chaque année à cette époque, les premières fraises de Belgique sont vendues à la criée de Hoogstraten, la plus importante du Royaume. L’an dernier, les premières avaient été adjugées au même montant.
Comme de coutume, la vente publique elle-même a doublé ce montant. Huit mille euros seront donc reversés aux bonnes oeuvres, cette année à la Ligue flamande de la maladie d’Alzheimer.
L’an dernier, 31 millions de kilos de fraises ont été écoulés à la criée de Hoogstraten, pour un total, sur l’ensemble du pays, de 40 millions de kilos traités. Les fraises représentent 48% du chiffre d’affaires à Hoogstraten.* Source: belga.be-05.03.2013.

chocolat-fraise

********************************

 

 

 

12 réponses à “La fraise algérienne”

  1. 15 12 2012
    hermes bags (17:50:31) :

    Hey, I noticed your internet-site by Msn even while buying linked question, your site came out, it seems like good. I’ve got bookmarked as their favorite it all in my yahoo and google social bookmarks.
    hermes bags http://www.shopauthentichermesbags.com

  2. 11 12 2012
    supra shoes (19:40:15) :

    Usually I do not learn post on blogs, but I would like to say that this write-up very forced me to take a look at and do so! Your writing taste has been surprised me. Thank you, quite nice post.
    supra shoes http://suprafashionshoes.webs.com/

  3. 9 12 2012
    nike air max 95 (18:41:08) :

    Dead pent articles , regards for information .
    nike air max 95 http://superairmaxshoes.webs.com/

  4. 21 11 2012
    buy cheap headphones (22:38:16) :

    You are my intake, I possess few web logs and rarely run out from post :). « ‘Tis the most tender part of love, each other to forgive. » by John Sheffield.
    buy cheap headphones http://www.headphonesamazon.com/

  5. 20 11 2012
    Lose Stomach Fat Fast (10:49:22) :

    Thanks for the sensible critique. Me and my neighbor were just preparing to do a little research about this. We got a grab a book from our area library but I think I learned more clear from this post. I am very glad to see such excellent information being shared freely out there.
    Lose Stomach Fat Fast http://exercisesto-losestomachfat.blogspot.com

  6. 20 11 2012
    mulberry outlet (10:40:24) :

    You have brought up a very good details , regards for the post.
    mulberry outlet http://pinterest.com/daniel0128/mulberry-bags/

  7. 19 11 2012
    ugg classic short (19:46:47) :

    I’ll right away grasp your rss feed as I can not to find your email subscription hyperlink or newsletter service. Do you have any? Kindly permit me recognise in order that I may subscribe. Thanks.
    ugg classic short http://www.superclassicboots.com/ugg-5825-short-boots-c-21.html

  8. 19 11 2012
    mulberry handbags (02:57:51) :

    you are in reality a good webmaster. The web site loading pace is amazing. It seems that you are doing any distinctive trick. Furthermore, The contents are masterpiece. you’ve performed a fantastic job in this topic!
    mulberry handbags http://www.outletmulberryuk.co.uk/mulberry-handbags-c-9.html

  9. 27 02 2012
    rachid (14:55:17) :

    c’est très intéressant de trouver ce genre de choses, je vous encourage à continuer.je cherche les statistiques de la production de la fraise en Algérie et dans le monde, à savoir la quantité destinée à la fabrication de la boisson. merci.

  10. 2 11 2011
    bilete avion (01:30:06) :

    What is here it is a great article. But first of all I must salute all every one. Bounjour. And now I must say that I will post http://niarunblog.unblog.fr/fruits-et-legumes-dalgerie/la-fraise-algerienne on my Twitter profile. And this because finally I found what I was looking for. What you share here is really respectable post. When I saw this tittle, ELAyam-2 » La fraise algérienne, in my google search I was very happy. Maybe I found something that have the same ideea here http://www.xfly.ro, I’m not sure but I thing it was the same. My regrds

  11. 17 10 2011
    debt management (19:13:01) :

    What you have here it is an interesting piece of information. But first of all I must salute all the visitors. Hello. And second I must say that I m going to post http://niarunblog.unblog.fr/fruits-et-legumes-dalgerie/la-fraise-algerienne on my Facebook profile. I will do this because in the end I found what I was looking for. What you give us here is really nice post. In the minute I saw this tittle, ELAyam-2 » La fraise algérienne, on my google search I was very glad. Maybe I found something with the same ideea here http://ivauk.com/debt-management.php, I’m not sure but I thing it was the same. All the best




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...