la loi scoute

scout2.jpg gnideloterr.jpg   scout1.jpg

* 1- le scout met son honneur à mériter confiance.

* 2- le scout est loyal à son pays, ses parents, ses chefs et ses subordonnés.

* 3- le scout est fait pour servir et sauver son prochain.

* 4- le scout est l’ami de tous, et le frère de tout autre scout.

* 5- le scout est courtois et chevaleresque.

* 6- le scout voit dans la nature l’oeuvre de Dieu; il aime les plantes et les animaux.

* 7- le scout obéit sans répliques et ne fait rien à moitié.

* 8- le scout est maitre de soi, il sourit et chante, dans les difficultés.

* 9- le scout est économe et prend soin des biens d’autrui.

* 10- le scout est pur dans ses pensées, ses paroles et ses actes.

——————————————————————–

** 22 février :  journée mondiale du scoutisme

*Souvenirs d’une parenthèse enchantée et bilan de tout ce que les scouts nous ont appris.

Journée Mondiale du Scoutisme

**Chaque année, le 22 février, les scouts, guides et éclaireurs du monde célèbrent le World Thinking Day, aussi appelé Founders’ Day : la journée mondiale du scoutisme.

**Le message est simple et percutant :

Le scoutisme m’a permis de devenir un citoyen responsable, soucieux de construire un monde meilleur. 

***S’il concerne essentiellement les enfants, le scoutisme a toujours eu le vent en poupe. Et pour cause c’est qu’il véhicule au fil des générations un message fort d’amitié et de respect. Le scoutisme est un mouvement de jeunesse géré par les jeunes. Le principe d’origine, au lendemain de la seconde guerre mondiale, était de donner de l’autonomie aux enfants. En les confiants les uns aux autres pour les inciter, par des initiatives variées, à s’entraider dans l’apprentissage et l’éducation tout en fortifiant leur respect pour les autres.

Mouvement très populaire en Europe, s’il s’est un peu amenuisé, les scouts continuent de perdurer et de jouer leur rôle de moment de rencontre et de partage.

Le 22 février a été décrété journée mondiale du scoutisme.

source:*rtbf.be/mercredi 22 février 2017

******C’est aujourd’hui la journée mondiale du scoutisme. L’occasion pour les adultes que nous sommes devenus de nous souvenir de cette période dorée, faite d’amitiés indéfectibles, de kilomètres arpentés dans les Ardennes belges sous une pluie battante, des veillées autour du feu… Souvenirs très personnels d’une parenthèse enchantée et bilan de tout ce que les scouts nous ont appris.

Je me souviens des coups de sifflets, annonciateurs de rassemblement, chemise bleue rangée dans le jeans, fanions colorés sur l’épaule signe de notre appartenance à telle ou telle patrouille. J’étais sous-chef des Sangliers de la 18e RP à Tubize. Sittelle était la chef. Deux nanas pour gérer une équipe d’éclaireurs composée en majorité de garçons: notre troupe était mixte, des baladins aux pionniers. Je me souviens qu’il avait fallu cacher l’information à mon grand-père qui de sa vieille école n’imaginait pas une seconde qu’une fille puisse dormir sous tente avec des garçons sans que les choses dérapent. Et pourtant, à l’époque, il ne s’est jamais rien passé de répréhensible. Ce que ça m’a appris: 
L’égalité des sexes. Je n’ai jamais entendu un garçon râler à l’époque parce qu’il était dirigé par une fille. Les plus enthousiastes et les plus responsables étaient désignés pour s’occuper des autres, peu importe leur genre.
La responsabilité. Les plus grands s’occupaient spontanément des plus jeunes ou des plus faibles, les rassuraient si nécessaire, les poussaient à se dépasser, les stimulaient, les encourageaient.
La ponctualité et le respect des règles. J’ai dû faire souvent quelques pas en arrière pour cause de retard au rassemblement ou de chemise à peine boutonnée.
la loi scoute media_xll_9542796
Je me souviens de mon totem, accordé dans la nuit noire à la lueur du feu. Le totem est destiné à vous signifier votre appartenance au groupe. Il est censé définir votre caractère. Je ne vous dirai pas comment je l’ai obtenu, parce que les gens qui ne sont pas scouts n’ont pas le droit de connaître ce secret. Mais je peux vous dire que quinze ans après mon départ de la 18e RP, il me correspond encore. Pour certains encore aujourd’hui, je suis Kéa, un perroquet bavard, curieux, qui donne des coups de becs à tout va. Mes chefs avaient l’oeil pour repérér les traits de caractère de leurs animés. Je repense à mon petit Bengali (croisement entre un chat domestique et un petit félin d’Asie, vif, intelligent, affectueux) et à mon grand Albatros, un peu gauche parfois comme l’oiseau qui peine à décoller: leurs totems n’auraient pu être mieux choisis.Ce que ça m’a appris: 
L’importance d’appartenir à un groupe. J’étais fière de mon totem, fière de ma troupe, prête à la défendre envers et contre tout. On était uni et solidaire. Comme partout, on avait parfois des désaccords et des mésententes mais le fait de faire partie du même groupe nous liaient de façon invisible. Et même si on a tous pris des chemins différents et que certains se sont perdus de vue, ce fil est toujours là entre nous, un peu plus lâche mais bien solide.
media_xll_9542826
Je me souviens des camps qui nous voyaient monter dans le train en direction des Ardennes, du coin de prairie à choisir, de la tente à déplier. Les plus courageux se lançaient dans l’élaboration d’une construction sur pilotis. Les autres se concentraient sur les rondins de bois à scier en vue de la construction de la table qui accueillera les repas de toute la patrouille. Je me souviens des clapotis de la rivière dans laquelle on se lavait; du ventre noué à l’heure de l’inspection matinale des tentes (petit bazar accepté mais propreté exigée); du crépitement du feu et de la chaleur des flammes pendant les veillées où on reprenait ensemble des grands classiques de la chanson française, les yeux rivés sur nos chansonniers. Je me souviens des fous rires impossibles à calmer dans la nuit, de nos matelas mal gonflés, du sac de couchage qui glisse. Je me souviens d’avoir été déposée en pleine forêt avec une carte et une boussole (les GSM n’existaient même pas à l’époque alors les smartphones…) et d’avoir réussi à retrouver mon chemin. Je me souviens des kilomètres parcourus sous la pluie entre les arbres ou sur le bitume, dans des chaussures de marche trop neuves, un sac poubelle en guise de k-way improvisé sur le corps. De la pluie qui nous gelait les os, des habitants qui nous ouvraient leur porte et nous accueillaient dans leur garage, leur jardin. Ce que ça m’a appris:
L’indépendance. Les plus jeunes n’en menaient pas large à l’heure de se séparer de leurs parents pour quinze jours. Sur le quai de la gare, on voyait quelques mentons tremblants et des yeux embués. Au retour, les enfants avaient grandi d’un coup et auraient vendu leur mère pour grappiller quelques jours de camp supplémentaires.
La débrouillardise. J’ai appris à faire tous les noeuds de marins possibles, je sais tresser une table avec de la corde, scier du bois, m’orienter (quoique ça, ça se discute), me nourrir.
L’endurance. J’ai parfois dû prendre sur moi pendant les marches trop longues, les efforts trop fournis, les destinations trop lointaines. Mais j’ai ravalé mes plaintes et j’ai continué à marcher, portée par la force du groupe.
La beauté de la nature. Le scout s’engage à la respecter, à en prendre soin. Et elle en a bien besoin.
L’amitié. On a ri, pleuré, chanté, comméré, marché ensemble. Je n’ai jamais retrouvé une telle symbiose avec d’autres gens.*7sur7 / mercredi 22 février 2017
media_xll_9542830

************************************

* Un congrès extraordinaire des Scouts musulmans  algériens (SMA) se tiendra  jeudi 25.09.08-  à Alger pour « rechercher des solutions aux problèmes qu’a connus récemment le mouvement ». La tenue de cette rencontre a été décidée lors de la réunion de la commission nationale chargée de la préparation du congrès, a annoncé le commandant  général des SMA,  M. Noureddine Benbraham.   Près de 750 militants, dont 650 délégués représentant 48 wilayas, participent à cette rencontre ainsi que d’anciens scouts et des mourchidate.. M. Benbraham a indiqué récemment dans une conférence de presse que cette rencontre planchera sur les voies et moyens à même de permettre la concrétisation des profondes réformes au sein du mouvement. Ces réformes portent entre autres sur   »la révision du règlement intérieur du mouvement de façon à le protéger de toute ingérence ou manipulation visant à ternir sa glorieuse histoire ».  « Nous devons protéger la démocratie au sein des rangs du mouvement contre des organisations secrètes œuvrant de l’intérieur et manipulant des enfants et de jeunes scouts en les incitant à créer un climat d’anarchie au sein de ses rangs ». ( 24.09.08)

********************************************

Esprit d\'équipe, créativité, gestion projet, scoutisme aide développer soft skills savoir-faire.

Etre scout : un atout pour réussir sa vie professionnelle ?

Le scoutisme permet aux jeunes de développer des compétences prisées par les entreprises. Même s’ils doivent souvent faire un peu de pédagogie pour expliquer leur engagement aux recruteurs.

Les deux tiers des Français ont une image positive du scoutisme selon un sondage Opinion Way paru mercredi 9 mai. Même s’ils sont nombreux à reconnaître ne pas connaître les différences entre les mouvements scouts. Du coup, on s’est demandé comment les recruteurs percevaient cet engagement un peu particulier.

En France, les clichés ne manquent pas sur les scouts, vus parfois comme trop cathos, traditionalistes ou militaires… Pourtant, il existe plusieurs dizaines de mouvements de scoutisme en France, avec des approches pédagogiques radicalement différentes et qui s’adressent à toutes les confessions : catholiques, protestants, musulmans, juifs, bouddhistes ou même laïques.

“Le risque, c’est de tomber sur un recruteur qui a une image assez négative du scoutisme”, explique Amaury Montmoreau, fondateur du cabinet de recrutement AJ Stage et lui-même ancien adhérent des Scouts Unitaires de France.

*Un bon point commun

Pour autant, à l’image des autres recruteurs interrogés, il conseille quand même de ne pas hésiter à indiquer sur son CV que l’on est (ou que l’on a été) scout. En particulier pour les étudiants et jeunes diplômés qui ont souvent peu d’expériences à mettre en avant dans leurs candidatures pour un stage ou un job.

“C’est vraiment un élément différenciant pour un jeune diplômé, au même titre que toutes les activités associatives”, ajoute Adrien Ducluzeau, fondateur du cabinet de recrutement La Relève. “En plus, si le recruteur a été scout, ça fait déjà un super point commun !” C’est notamment ce qui s’est passé pour Clément Lesure, membre des Scouts et Guides de France, lors d’un entretien de recrutement pour un poste en banque. “Nous avons parlé des scouts pendant une bonne partie de l’entretien” et manifestement, cela a bien marché puisqu’il a été embauché !

Reste que comme toutes les expériences, il ne faut l’indiquer sur son CV que si l’on se sent capable d’en parler en entretien. Si vous avez été scout un an en 1999, cela ne vaut probablement pas le coup de le mentionner.

*Adapter son discours

“En entretien, mon conseil c’est de présenter d’abord son engagement bénévole (qu’est-ce que vous faites concrètement au sein du mouvement) puis d’expliquer ensuite ce qu’est le scoutisme et enfin de détailler les compétences que cela vous a permis de développer”, précise Jonathan Vanhalst, équipier national chez les Scouts et Guides de France qui travaille justement sur la valorisation des compétences des adultes bénévoles (chefs, cheftaines, etc).

Il est aussi essentiel de bien adapter son discours et son vocabulaire au recruteur en face de vous. Quel est son niveau de connaissance du scoutisme ? Et son positionnement ? Et comme pour n’importe quel candidat, il faut surtout bien sélectionner ses exemples pour coller au poste convoité.

Les compétences développées à travers le scoutisme et utiles dans le monde professionnel sont multiples. Habitués à vivre dans la nature, à fabriquer des objets, à s’orienter et à créer des jeux et des veillées, les scouts sont souvent très autonomes, débrouillards et créatifs. Ils ont aussi régulièrement l’occasion de prendre la parole en public, et sont donc plus à l’aise dans ce domaine.

Les scouts, guides, éclaireurs et éclaireuses ont aussi souvent un sens des responsabilités développé et une bonne capacité à travailler en groupe. Dès leur plus jeune âge, les enfants sont répartis en équipe et apprennent ainsi à vivre en collectivité et à collaborer : les plus grands veillant sur les plus petits.

*Les bases du management

Des aptitudes qui sont encore plus poussées chez les jeunes adultes bénévoles (chefs et cheftaines). A peine majeurs, ils ont la responsabilité de plusieurs dizaines d’enfants et de jeunes, pendant des après-midis, des weekends et plusieurs semaines de camps l’été. Là aussi, ils doivent fonctionner en équipe avec les autres chefs bénévoles pour organiser et encadrer les activités. Une première expérience qui permet vraiment de découvrir de manière concrète les bases du management.

Le scoutisme offre aussi aux jeunes adultes bénévoles une occasion exceptionnelle pour faire de la gestion de projet de A à Z. En organisant un weekend ou un camp, les chefs et cheftaines apprennent la planification, la gestion administrative et budgétaire, etc. Autant de compétences très recherchées aujourd’hui dans le monde du travail, bien au-delà du monde de l’animation, friands de profils scouts.

Laetitia Couturier, 21 ans, en sait quelque chose. Elle vient de décrocher un stage dans le cadre de son cursus d’ingénieure en mettant justement en avant son expérience de responsable d’unité scoute. “J’ai expliqué que j’avais pu découvrir les bases du management, apprendre à travailler en équipe et réaliser des projets en autonomie en France comme à l’étranger. Grâce à cet univers, j’ai aussi pu me construire, car j’ai eu l’occasion de débattre sur des sujets d’actualité et de prendre des responsabilités. Bref, que des bonnes choses, très formatrices pour être ensuite une citoyenne active, capable de s’adapter et ayant déjà une bonne expérience dans le relationnel et la gestion de projets”. 

*Le réseau scout

Il y a aujourd’hui environ 185.000 scouts, guides, éclaireurs et éclaireuses en France, répartis entre une dizaine de mouvements différents. Un réseau important donc, qui est surtout mobilisable à l’échelon local d’une ville ou d’un groupe. Quand on est chef ou cheftaine, il est assez simple de solliciter les parents des enfants et des jeunes que l’on encadre pour trouver un petit boulot, un stage ou un job. C’est ce qui est arrivé à Hugo, bénévole chez les Scouts et Guides de France. “Mon sérieux dans mes projets scouts a convaincu une ex-responsable de groupe de me recruter en alternance. Aujourd’hui, je suis chargé de communication pour son entreprise”.

Chez les Eclaireurs et Eclaireuses Unionistes de France, on a poussé la logique encore plus loin grâce à une plateforme créée par le mouvement où tous les adhérents et anciens adhérents peuvent se créer un compte pour poster ou consulter des offres de stages et d’emplois. “On a aussi une vingtaine de partenaires qui postent des annonces sur ce site, en particulier des organismes qui travaillent dans l’Économie Sociale et Solidaire (ESS)”, explique Maxime Jean, responsable développement et bénévoles.

L’intérêt des entreprises de l’ESS pour les profils scouts est logique : les deux mouvements partagent les mêmes valeurs (citoyenneté, écologie, solidarité, etc). Maxime Jean remarque d’ailleurs que de nombreux scouts montent leur entreprise dans ce secteur-là. “Le scoutisme forme des citoyens, pas des managers ou des entrepreneurs. Mais si nos bénévoles peuvent en plus développer des compétences utiles dans leur vie professionnelle, c’est super”, conclut-il.

Par Clémence Boyer–start.lesechos.fr/  11/05/2018

*********************************************

 

205 réponses à “la loi scoute”

1 9 10 11
  1. 29 06 2018
    Sports Bar App (05:15:24) :

    {I’m amazed at how quick your article loaded on my phone.|I truly appreciate individuals like you!|Is there anything else I might read to know more about this subject?|Do you really believe this new trend will keep going ongoing?|Sure is a ton of details to consider.|You’re clearly an expert on the subject soI have no doubt a lot these concepts probably are simple to someone like you however, I’m still not understanding a few things you have written here.|While this probably go against everything I’ve read, I am going to go ahead and try it out then Very useful info particularly the last part. When I browsed this article I can feel myself getting more intelligent.

    http://20minutebody39383.soup.io

  2. 11 06 2018
    Beer Run (08:25:44) :

    Other then that, great insight! Keep up the good quality writing, it is rare to see a nice blogs like this one these days. Some really interesting info here.

    http://best-hollywood-bars93704.ampblogs.com

  3. 16 05 2018
    natural cbd (09:36:08) :

    I sure do wish you would be my best friend. Discovered this while on Facebook and I’m so happy I did. This will definitely be very useful for me when I get a chance to start my article.

    http://cannabis-marketing02356.blogolize.com

  4. 22 04 2018
    Basilia Bentzen (04:49:16) :

    Do you have any video of that? A big thank you for your article! Much obliged.

    http://liquor-run71481.ampedpages.com

  5. 24 09 2017
    Johnathon Filpo (07:24:49) :

    Whats Taking place i’m new to this, I stumbled upon this I have discovered It absolutely helpful and it has helped me out loads. I’m hoping to contribute & aid different users like its aided me. Great job.

    http://www.ergfirnolikz.com/

1 9 10 11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...