Opération Torch du 8 novembre 1942

** Débarquement de plus de 100.000 soldats alliés en Afrique du Nord

Emouvante cérémonie de recueillement à Dély-Ibrahim-Alger

Plusieurs dizaines de personnes, pour la plupart issues du corps diplomatique accrédité à Alger, ont pris part, hier, à une cérémonie de recueillement organisée conjointement par l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique et l’ambassade du Royaume-Uni au cimetière militaire de Dély-Ibrahim à Alger.
Il s’agissait de commémorer l’opération Torch du 8 novembre 1942 qui a consisté au débarquement de plus de 100 000 soldats alliés en Afrique du Nord. Les tombes sont si bien alignées et le protocole si bien réglé que la cérémonie a vite pris des allures martiales. La discipline était de rigueur. Il s’agissait bien d’une cérémonie militaire. Même notre Garde républicaine était là pour entonner la sonnerie aux morts.
La plupart des 527 soldats qui sont enterrés au cimetière de Dély-Ibrahim sont majoritairement des Anglais, mais il y a aussi des ressortissants du Commonwealth (Australiens, Canadiens, Néo-Zélandais, Indiens). Ils s’appelaient Fletcher, Scott, Hancock, ou encore Jarvis. Ils sont venus parfois de très loin pour mourir à la fleur de l’âge en terre algérienne. Leurs sépultures bien entretenues racontent une page de notre histoire contemporaine. Elles donnent aussi l’occasion de réfléchir sur le chemin chaotique qui mène vers la paix. Plusieurs discours-évocations ont alors été prononcés à la mémoire de ces soldats tués lors des affrontements contre la barbarie nazie et ses affidés vichystes.

Opération Torch du 8 novembre 1942  carte-op%C3%A9ration-torch

L’ambassadeur américain, Henry S. Ensher a, d’emblée, situé l’enjeu de cette célébration qui consiste à cultiver le souvenir de l’une des plus grandes opérations de la Seconde Guerre mondiale. Pour sa part, l’ambassadeur de Grande-Bretagne en Algérie, Martyn Keith Roper, a choisi de déclamer un poème en l’honneur des soldats disparus. S’ensuivront plusieurs dépôts de gerbes de fleurs sur le monument érigé en haut du cimetière. Les différentes délégations composées essentiellement d’attachés militaires se succéderont pour se mettre au garde-à-vous et rendre le salut militaire.
Une délégation de l’ANP, composée de quatre officiers, se pliera, à son tour, à ce rituel. Invité à prendre la parole, le général-major à la retraite, Abdelaziz Medjahed, ancien directeur de l’Académie militaire de Cherchell, a rappelé l’importance stratégique du débarquement en Afrique du Nord qui avait permis aux forces alliées de remporter la guerre en moins de trois ans alors que les Algériens resteront, eux, privés de liberté durant 20 années encore.
Le général Medjahed, qui a rendu hommage à tous les combattants de la liberté, n’a pas manqué de souligner ainsi le sacrifice des milliers d’Algériens qui, eux, ont perdu le jour même de la ‘libération », le 8 Mai 1945, quelque 45 000 personnes. Les Algériens, qui connaissent donc mieux que quiconque l’importance et le bonheur de vivre libres, ont connu dans le sillage de l’opération Torch de lourdes pertes notamment à la suite des bombardements de la Luftwaffe à l’est du pays. Le général Medjahed a évoqué également le souvenir du président américain, Wilson, qui avait énoncé dès 1918 le principe de l’autodétermination des peuples en précisant que ceux de Palestine et du Sahara Occidental étaient toujours privés de ce droit consacré depuis par la législation internationale.
Un jeune universitaire algérien, Abderrahamane Moussaoui, originaire de la localité de Messelmoun (à côté de Cherchell) où s’est tenue le 23 octobre 1942, une réunion clandestine entre le général Mark Clarck et des membres de la résistance française, a insisté, pour sa part, sur la nécessité de restaurer et de préserver ce lieu de mémoire.
Il a révélé que ce site enchanteur, dont le général Clarck, était tombé sous le charme, comporte à ce jour une stèle avec pour inscription ‘Ici commence la route de la libération de la France, de l’Europe et du monde ». *liberte-algerie.10.11.2012.

**Vidéo:Dimanche 8 Novembre 1942 : Opération Torch

20467

**Le 8 novembre 1942 marque le premier succès allié de la Seconde guerre mondiale.

*Les troupes anglo-américaines, flanquées de quelques FFL, débarquent en Afrique du Nord à proximité d’Alger, Oran et Casablanca, sous le commandement du général américain Dwight Eisenhower. L’amiral Darlan, dauphin de Pétain, précisément de passage à Alger, ordonne aux troupes françaises restées aux ordres du gouvernement de Vichy de résister.

La marine française perd 27 bâtiments et 40 avions pour un millier d’hommes, principalement à Casablanca. Cette confrontation franco-française est à l’origine de la réflexion menée par l’historien Lucien Febvre, traduite dans son ouvrage Honneur et Patrie (Pocket).

nba-sous-le-soleil-d-oran

*l’Opération Torch au port d’Oran

paul-benaim-oran.jpg

********************************

Les préparatifs

La Grande Bretagne a manqué de peu d’être envahie, et le front russe est prêt de céder lorsque les Américains décident, au printemps 1942, d’ouvrir un second front pour soulager les forces soviétiques qui combattent les Nazis à l’Est. L’Afrika Korps, sous les ordres du général Rommel, est par ailleurs sur le point d’atteindre le canal de Suez comme le redoute Churchill, conscient de la puissance que gagnerait l’Axe en s’emparant de cette nouvelle voie navigable qui débouche sur l’Océan indien. L’opération Torch prend ainsi naissance au plus fort de la domination allemande. Le gouvernement francais de Vichy, particulièrement bien implanté en Afrique du Nord, laisse craindre un échec d’un débarquement américain. Ce sont deux groupes de patriotes favorables à la cause alliée qui, prenant contact avec des diplomates de l’O.S.S. (actuelle C.I.A.), permettent de rendre viable le projet.

Le débarquement proprement dit

Le 8 novembre 1942, 107 000 hommes placés sous le commandement du général Eisenhower, débarquent en Afrique du Nord, assistés par la résistance locale à Alger d’un côté, et accueilli sous le feu de la mitraille vichyste, au Maroc, de l’autre. Véritable putsch militaire, le renversement du gouvernement de Vichy à Alger par 400 résistants a des conséquences immédiates : en premier lieu le succès de l’opération Torch ; en second, le retournement de l’armée d’Afrique qui, après trois jours de combats sanglants contre les Américains, termine finalement la guerre dans le camp allié.

528ij9

*8 novembre 1942… Port d’Alger

********************************

63 réponses à “Opération Torch du 8 novembre 1942”

1 2 3 4
  1. 2 08 2017
    самолетни билети до лондон (10:12:54) :

    Your place is valueble for me. Thanks!…

    https://www.instagram.com/evtinisamoletnibileti/

  2. 29 07 2017
    Organisation eCommerce (18:55:15) :

    You must take part in a contest for probably the greatest blogs on the web. I’ll advocate this site!

    https://www.aladdin-rd.ru/bitrix/rk.php?goto=http://new.mtas.ru/bitrix/rk.php?goto=http://smbblog.tumblr.com/

  3. 26 07 2017
    евтини самолетни билети до франкфурт (02:35:47) :

    When I originally commented I clicked the -Notify me when new comments are added- checkbox and now each time a comment is added I get four emails with the same comment. Is there any way you can remove me from that service? Thanks!

    https://evtini-poleti.yolasite.com

1 2 3 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...