2011 en Algérie

*Autoroute Est-Ouest longue de 1.216 km

 un mégaprojet aux dimensions maghrébines et africaines, quasi parachevé en 2011

image

L’achèvement en 2011 de l’autoroute Est-Ouest, dont le premier ’’coup de pioche’’ a été donné au milieu des années 1980, représente pour les pionniers de ce mégaprojet, le début d’une nouvelle épopée : celles des grandes liaisons autoroutières maghrébines, et africaines.

 Relancée en 2007, ce projet d’autoroute, réalisée à plus de 96% et dont l’idée est née il y a plus de 40 ans, n’a été mis en chantier qu’après la résolution du problème de financement, qui se posait avec acuité entre 1980 et 1990, une période de grandes difficultés économiques en Algérie.

 Mais, cela n’a pas empêché l’entame, dès la fin des années 1980, de quelques tronçons notamment les évitements d’Alger, de Blida, de Bouira et de Constantine (400 km environ), parallèlement à l’exécution des études techniques de toute l’infrastructure (1.216 km) qui ont été achevées en 1994. C’est suite à une décision du Président de la République M. Abdelaziz Bouteflika en 2005, que l’autoroute Est-Ouest a été effectivement relancée et déclarée projet structurant à la dimension nationale, et partie intégrante de l’autoroute Transmaghrebine (7.000 km) et de la Transsaharienne Alger-Lagos (9.000 km).

 Elle a été conçue pour promouvoir les échanges économiques, et faciliter les déplacements des personnes et des marchandises sur l’axe de l’autoroute qui s’étend d’El-Tarf à Tlemcen tout en desservant une vingtaine de wilayas les plus touchées par le problème de congestionement du trafic routier. A la suite de la levée des contraintes techniques dans les régions au relief difficile, notamment à l’Est, que la cadence d’exécution de ce projet aux imension maghrébines (1.720 km) a été particulièrement accélérée en 2011.

 Côté équipements, les tronçons routiers ouverts à la circulation de Tlemcen à Constantine (1.000 km) ne sont pas encore dotés de toutes les commodités de servitude prévues, notamment des aires de repos et des stations services. Sur les 42 stations-services prévues, une seule a été ouverte récemment dans la wilaya de Relizane. Et si ce projet a été confié aux groupements chinois Citic-Crcc et japonais Cojaal pour un coût de 11 milliards de dollars, l’apport des entreprises nationales publiques et privées, a été non négligeable. En effet, une bonne partie des travaux de revêtement de la chaussée et la réalisation des ouvrages d’art a été lÆ£uvre, entre autres, de l’Entreprise nationale des grands ouvrages d’art (Engoa) et de la Société algérienne des ponts et travaux d’art (Sapta).

 Les ingénieurs, personnels de maîtrise et ouvriers de ces entreprises, déjà rompus aux techniques de réalisations de mégastructures routières, ont amélioré au cours de la réalisation de cette autoroute leur expérience dans les toutes dernières techniques de réalisation d’ouvrages d’art, dont des ponts et des viaducs aux allures futuristes.

 Des hommes et des routes

 « L’autoroute Est-Ouest a permis la formation d’un capital de techniciens, de cadres et d’experts en travaux publics évalué à 5.000 ingénieurs », avait affirmé le ministre des Travaux publics M. Amar Ghoul au cours de l’une de ses visites à ce mégachantier national. « Ces ressources humaines sont appelées à contribuer à la concrétisation des projets inscrits dans le plan directeur du secteur des travaux publics notamment la rocade des Hauts-Plateaux (1.300 km) » a-t-il insisté. L’achèvement total de l’autoroute Est-Ouest, prévu au début de l’année 2012, devra ainsi ouvrir la voie au lancement de plusieurs grands projets routiers qui doivent densifier le réseau routier national à travers de nombreuses wilayas des hauts plateaux et du sud du pays. Il s’agit, outre la rocade des hauts plateaux qui devra desservir plusieurs wilayas, de la 3eme rocade d’Alger (Tipasa-Bordj Menaiel) sur 125 km, et le dédoublement de trois routes nationales Nord-Sud, dont la RN-1 Alger- El-Menea (870 km), l’un des axes principaux de la Transsaharienne dont le tracé en Algérie est estimé à 3.000 km. (Echorouk-28.12.2011.)

 **les investissements ont triplé en 2011

Pour un montant de 1.300 milliards de dinars, les investissements en Algérie ont été trois fois plus importantes durant les onze mois de l’année 2011, en comparaison à la même période de l’année 2010.Le nombre de projets initiés est de 7.047 avec la création de 140.770 nouveaux emplois. Le nombre d’emplois enregistrés a été deux fois plus élevé que celui de l’année 2010. C’est ce qu’a indiqué jeudi à l’APS Abdelkrim Mansouri, directeur général de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) Le bilan non encore finalisé de l’ANDI rapporte que 99.71% des investissements sont initiés par des investisseurs nationaux avec une valeur de 850.6 milliards de dinars. Les investisseurs étrangers, sont présents en Algérie avec un pourcentage 33 % d’une valeur de 423 milliards de dinars. Les investissements étrangers en 2010 ont enregistré 6 projets, cette année le nombre de projets a quadruplé, soit 24 projets déclarés, selon l’ANDI. L’ANDI par le biais de son responsable considère que cet accroissement des investissements est le fruit de la stabilité de la législation durant l’année 2011. (APS-29.12.2011.)

 **Année 2011, Tlemcen capitale de la culture islamique

 La capitale des Zianides, Tlemcen, consacrée tout le long de 2011, « Capitale de la culture islamique » aura vécu une année intense et chargée d’activités scientifiques, artistiques et culturelles de haute facture présentées par des troupes nationales et internationales.

Cet événement, inauguré en grande pompe, a rendu à Tlemcen son lustre d’antan. Il a contribué de manière significative, par le biais des films documentaires, des colloques, des semaines culturelles nationales ou étrangères, du théâtre, des expositions, à dépoussiérer une grande partie du patrimoine immatériel et matériel que recèle la « Perle du Maghreb ». Les films produits et présentés par leurs réalisateurs dans ce cadre -plus d’une trentaine-, constituent un fond cinématographique de grande importance puisqu’il met en valeur des hommes et des femmes et d’autres figures illustres qui ont marqué l’histoire de Tlemcen et de sa région dans divers domaines. Le 4ème art s’est, quant à lui, penché sur l’histoire et les hommes qui ont fait l’histoire de la cité en présentant des spectacles abordant Sidi Haloui, Sidi Boumediène et autres faits historiques mettant en exergue un patrimoine et une histoire inégalable aussi riche que variée. Au total, ce sont 17 pièces théâtrales sur les 19 programmées qui ont été présentées à un public avide de connaître et de s’approprier son histoire.

Des programmes multiples et variés

Les grandes expositions sur l’art musulman, le patrimoine immatériel oral en terre d’Islam et autres ont attiré de manière spectaculaire le public vers les différents musées de Tlemcen, nouvellement crées à l’instar du musée d’art et d’histoire, situé en plein c£ur de la ville. Une dynamique qui s’est développée au fil de l’année grâce à la qualité des expositions qui ont permis au public de s’imprégner d’autres cultures de pays musulmans comme c’est le cas avec les Semaines culturelles internationales qui ont vu défiler un nombre important de pays musulmans ou amis de l’Algérie. Les derviches tourneurs turcs, l’Opéra italien, le Samaa soufi iranien, l’andalou marocain, le malouf tunisien, la danse soufie indienne, le folklore koweitien et émirati, l’habit camerounais, le chant religieux musulman américain représentée par la troupe « Native Deen », l’art traditionnel indonésien, la calligraphie arabe de manière générale ont été autant de thèmes qui ont subjugué le public présent à chaque fois en grand nombre. L’activité scientifique n’est pas en reste dans ce grand événement qui a marqué l’année 2011, puisque dix colloques internationaux sur les douze programmés à cette occasion ont été tenus avec une participation record d’éminents historiens, chercheurs et universitaires venus des quatre coins du monde. Ces colloques ont permis de mettre la lumière sur les grands savants, écrivains et grands hommes de l’histoire ancienne et contemporaine de Tlemcenà l’instar de Sidi Daoudi, premier savant dans le monde musulman au 10ème siècle à commenter « Sahih el Boukhari », ou Messali Hadj, l’un des père du nationalisme algérien, ou Mohamed Dib ou encore Sidi Abou Médien El Ghouth, le saint patron de la ville de Tlemcen et le soufi universel qui a instauré les fondements du soufisme au Maghreb et dans plusieurs pays islamiques.

Une année riche en sonorités et couleurs

Tlemcen 2011 a été aussi riche en couleurs avec la participation de toutes les wilayas d’Algérie qui ont mis en valeur un patrimoine séculaire, montrant combien la culture nationale est riche et variée. D’autres festivals comme ceux de la musique andalouse et les musiques anciennes, de danses populaires, de gnaoui et diwan, d’el inchad ont imprimé une ambiance exceptionnelle que les tlemcéniens ne sont pas prêts d’oublier de sitôt. Cette manifestation culturelle d’envergure internationale, parrainée par le président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika, et organisée par le ministère de la Culture, a également permis de renforcer les structures culturelles de la cité des Zianides. Le nouveau palais de la culture d’Imama, le théâtre de verdures et les halls d’exposition de koudia, le musée d’art et d’histoire de Tlemcen, le palais royal d’El Mechouar, la salle de cinéma « Le colisée » et le centre d’études andalouses figurent parmi les plus importants acquis de Tlemcen et qui vont certainement lui permettre de devenir, dans un futur proche, un pôle de rayonnement culturel national par excellence. A cela, s’ajoutent les multiples opérations de restauration ayant touché l’ensemble des sites et monuments historiques qui ont attiré tout au long de cette année, de nombreux touristes notamment nationaux. Tlemcen est appelée donc également à devenir un véritable pôle de développement du tourisme culturel, créateur de richesses et d’emplois. La wilaya de Tlemcen qui a vécu une année durant sous le signe de la culture, compte capitaliser désormais cette expérience et en faire d’elle un levier pour réinstaurer les traditions culturelles sur des bases solides et pérennes. (APS-28.12.2011.)

*******************

*L’émeute pour se faire entendre des autorités

Dans plusieurs wilayas du pays, les populations bloquent les routes ou ferment les sièges des communes pour réclamer une prise en charge de leurs problèmes quotidiens.

La wilaya de Tizi Ouzou n’a pas été épargnée par le mouvement de protestation que connaissent plusieurs villes du pays ces derniers temps. Ainsi, à Draâ El-Mizan, les habitants de la cité Maâmar ont exprimé, avant-hier, leur colère pour exiger des autorités locales l’amélioration de leurs conditions de vie. Pour se faire entendre, ils sont descendus dans la rue en bloquant la RN25 qui traverse leur cité. Les contestataires soulèvent aussi l’alimentation en eau potable et le raccordement au gaz naturel. De leur côté, les habitants du village d’Azifour, distant d’environ trois kilomètres du chef-lieu de la commune d’Aïn Zaouïa, ont exprimé, avant-hier, leur colère en fermant la mairie. Ces citoyens revendiquent l’amélioration de leur cadre de vie. Ils réclament aussi l’achèvement de l’extension du projet de gaz naturel lancé en 2008. Ces villageois soulèvent aussi le problème du bitumage de la route qui mène vers leur localité, en état de dégradation. Les habitants de Bouhamou, ceux de Laâziv n’Cheikh et des quartiers du chef-lieu ainsi que bien d’autres ont montré leur colère devant les retards accusés dans la réalisation des opérations lancées à leur profit ou devant le manque de toutes les commodités. À Boghni, ce sont les transporteurs de voyageurs qui reviennent à la charge. Après un sit-in devant la Direction des transports pour dénoncer leur refus d’intégrer la nouvelle gare routière, dans l’après-midi d’avant-hier, ils ont fermé le siège de la daïra. Les contestataires veulent signifier aux autorités locales leur refus de la décision de délocaliser l’ancienne gare routière et la mise en service de la gare multimodale de Bouhinoun. À Amizour, dans la wilaya de Béjaïa, le siège de l’APC a été fermé, hier, par les citoyens des quatre villages, El-Hama, Aregrag, Boumraou et Aoucha, de la région. Les manifestants exigent la répartition équitable des PCD afin de bénéficier d’un revêtement des routes de leur village, d’une salle de soins, d’une alimentation en eau potable et du gaz de ville. Pour la ville de Tichy, les habitants de la cité Tassift ont fini par libérer la RN9 à la circulation après l’avoir fermée, hier, de 8h à 9h. Ils ont libéré la route une fois que le maire leur a annoncé que le projet de revêtement des artères de leur cité qu’ils réclament a été confié à une entreprise de réalisation. Dans la wilaya de M’sila, les habitants des quartiers Kerrouh et Chebilia ont bloqué la RN6 la semaine dernière. Des dizaines de résidants de la cité Mezrir, qui se situe à la sortie sud-est de M’sila, ont procédé, hier matin, à l’interruption de la circulation au niveau de l’important axe routier de la RN40 qui relie M’sila à Ouled-Derradj. Les difficultés de la malvie, et surtout des négligences et l’absence d’assainissement, d’eau potable et du gaz naturel sont les raisons de la protestation. Par ailleurs et suite au blocage, lundi, de la RN79 reliant Mila à Ferdjioua via Rejas, et devant l’intransigeance des habitants du douar Chebchoub, qui revendiquent l’approvisionnement régulier de leur localité en gaz butane, une force antiémeute de la Gendarmerie nationale de l’escadron de Bouhatem est intervenue, lundi vers 17h, pour débloquer la route et rétablir le trafic automobile sur cet axe névralgique. Trois gendarmes ont été blessés et trois protestataires arrêtés. (Liberté-28.12.2011.)

 

**Les faits dominants de 2011 : Protestation, commerce informel, harga

La satisfaction de besoins sociaux a été à chaque fois entachée d’iniquité, ce qui a poussé la population à sortir dans la rue pour exprimer violemment son courroux.

La protestation sociale a été un des faits qui ont marqué l’année 2011. L’accès au logement et à l’emploi en sont à l’origine. C’est surtout le logement qui a provoqué le plus la colère et généré la contestation, souvent violente, des citoyens se disant lésés et exclus du bénéfice d’un toit décent. Le gros des manifestations s’est déroulé dans les communes de Annaba, El Bouni et El Hadjar, l’axe où sont concentrés l’essentiel de la population de la wilaya et des habitations précaires. Réagissent à ces actions de protestation qui ont pour cadre les sièges de la wilaya et des daïras, constamment cernés par des dispositifs de sécurité, le premier responsable de la wilaya accuse directement des manipulateurs parmi ceux ne réunissant pas les critères pour bénéficier d’un logement public locatif (LPL).

La distribution des logements ayant eu lieu dans la transparence, selon lui, il appelle les demandeurs de logements à être patient et faire confiance aux décideurs locaux car «les tricheurs et les faux sinistrés ne peuvent plus sévir du fait que les personnes sur lesquelles ils comptaient pour accéder au logement, ont été neutralisés», a-t-il rassuré en affirmant que les ailes des trafiquants de logements ont été cassées sans donner d’autres détails. 30 000 logements, tous segments confondus, sont en cours de réalisation dans différents sites de la wilaya, qui a bénéficié, dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014, de 40 000 logements. «J’invite les demandeurs de logements à visiter ces sites», a déclaré le wali comme pour les sécuriser.

 L’autre problème qui a engendré également des actions de protestation, est le manque de l’emploi. Les jeunes qui sont les plus touchés par le fléau du chômage, se regroupaient généralement devant le siège de la wilaya pour exprimer leur mécontentement quant à l’absence de débouchés en matière d’insertion professionnelle. Fort heureusement, la dynamisation des dispositifs de soutien de l’Etat à l’emploi (ANSEJ, ANGEM et CNAC) a quelque peu allégé et réduit la tension qui poussait jusqu’à la fermeture de routes et autres accès.

 D’autres manifestations relatives à des revendications dues à l’amélioration du cadre de vie ont eu lieu dans certaines cités et localités rurales telle Koudiat Merah, dans la commune de Aïn Berda, laissée en marge du développement à en croire ses habitants, qui ont bloqué plus d’une fois RN21. La Harga vers la rive nord de la méditerranée a été aussi un fait qui n’est pas passé inaperçu en 2011, d’autant plus qu’on comptait parmi les candidats à l’immigration clandestine des femmes avec des bébés. En outre, la ville de Annaba qui n’a pas encore reconquis son titre de coquette, continue de vivre dans l’insalubrité à cause de multiples problèmes liés aux retards dans l’exécution du programme d’amélioration urbaine et à la prolifération inquiétante du commerce informel. (El Watan-29.12.2011.)

** L’Algérie de 2011 n’a pas changé sur le plan politique.

Mohamed Hennad : «Le pouvoir est crispé, ne sachant quoi faire pour dépasser l’impasse politique»

Aucun changement. L’Algérie de 2011 n’a pas changé sur le plan politique. Bien au contraire, elle a encore régressé. C’est ce que pense le politologue Mohamed Hennad qui revient ici sur les «réformes politiques» initiées par le président Bouteflika. Ces réformes venues d’en haut, estime-t-il, ne visent en réalité qu’à maintenir le statu quo.

-L’année 2011 tire à sa fin. Elle a été très remarquable pour le Monde arabe, où plusieurs pays ont connu des changements politiques profonds ; des régimes sont tombés et des processus démocratiques ont été enclenchés. L’Algérie a connu, elle aussi, des mouvements de protestation qui ont contraint le pouvoir à annoncer «des réformes politiques». Quel bilan, faites-vous, de la situation politique en Algérie durant cette année charnière ?

A vrai dire, je ne veux pas être parmi ceux qui veulent faire tendance et s’ingénient à ponctuer le temps pour le simple plaisir de le ponctuer. Il est, quand même, triste de voir les années défiler dans notre pays sans que les choses y changent sinon pour le pire. Bien plus, notre pays ne cesse de régresser dans des domaines vitaux, notamment en matière de sécurité publique et environnementale et de transparence dans la gestion des affaires publiques ; ce qui porte un sacré coup au moral de la nation que certaines chancelleries n’ont pas hésité à qualifier de «malheureuse». Je vais, peut-être, vous étonner si je vous disais, aussi, que le sens de la pudeur est en perte de vitesse dans notre pays, sachant que ce sens est le ciment même de toute vie communautaire. Vous dites «année charnière», les années algériennes n’ont jamais cessé d’être «charnières».

 Sincèrement, je ne peux utiliser cette expression pour qualifier la situation dans notre pays. Pour ce qui est des réformes, je dirais, tout simplement que l’enjeu fondamental semble moins lié aux réformes – inévitables par ailleurs – qu’au souci de ne pas perdre les élections prochaines – la campagne électorale ayant déjà commencé, notamment au sein du FLN ! Car ce pouvoir fera tout pour ne pas permettre l’alternance en perdant les élections.

 C’est le propre d’un pouvoir conquérant ! Cependant, ce dernier sait que les élections prochaines seront beaucoup plus difficiles à manipuler que celles qui ont eu lieu à ce jour, et ce notamment pour les raisons suivantes : les bouleversements que vit la région, avec quatre «révolutions» ayant déjà réussi à faire «dégager» les anciens dirigeants. Aussi, le problème qui se pose, aujourd’hui, au pouvoir algérien réside dans le fait que trois pays aussi nord-africains et arabes que le sien (Tunisie, Maroc, et Egypte) ont situé une barre démocratique déjà trop haute pour lui à atteindre, puisque lesdits pays ont connu des élections qui vont, malgré tout, conduire au changement de la pratique politique et au renouvellement de l’élite dirigeante qui a dominé la scène politique dans leurs pays jusqu’à présent.

Les frustrations nées de l’échec répété depuis l’ouverture du champ politique en 1989, doublé d’une demande, nationale et internationale, incessante pour une alternance et une meilleure gouvernance du pays. Il faut savoir aussi que les pays occidentaux nous surveillent de très près, notamment à travers leurs chancelleries. Tout le monde le sait. La fragilité grandissante de l’Alliance présidentielle (majorité écrasante au «Parlement», conçue pour freiner le pluralisme) à cause de son caractère plutôt disparate. Les divergences au sein de cette alliance pourraient engendrer une concurrence assez rude entre ses trois composantes lors des prochaines élections. C’est ce qui pourrait expliquer les agitations du leader du MSP depuis quelque temps, encouragé par la victoire des islamistes aux élections qui ont eu lieu en Tunisie, au Maroc et en Egypte. Il faut aussi ajouter au tableau la maladie du président A. Bouteflika et le blocage auquel elle a conduit. En cas d’ un empêchement quelconque d’ici là, le pouvoir se trouvera devant une situation difficile à gérer, d’autant plus qu’actuellement aucune figure ne semble émerger du lot pour assurer une succession en douce.

 -Les textes législatifs élaborés dans le cadre «des réformes politiques», promises par le président Bouteflika, ont largement été critiqués même par des parties au sein du pouvoir. Pensez-vous que la démarche adoptée jusque-là est en mesure de mettre le pays sur la voie de la démocratie ?

 Comme je viens de le dire, le vrai enjeu est ailleurs. A ce titre, les critiques qui peuvent s’exprimer çà et là importent peu finalement, tant que ce qui doit attirer notre attention est moins le contenu de ces réformes que la démarche adoptée dans leur élaboration et adoption. Tout d’abord, lesdites réformes sont le «fait du prince», c’est-à-dire octroyées au lieu d’être le fruit d’un débat national et/ou d’une négociation entre les différentes forces politiques du pays. Elles ont été le résultat de simples «consultations» initiées et conduites par le pouvoir en place. De ce fait, l’application de ces réformes restera, en toute logique, tributaire de la volonté de celui qui les aura décidées. Ensuite, elles sont fondées sur des considérations sécuritaires d’abord, puisque c’est le ministère de l’Intérieur – notre cheval de Troie – qui en est l’élaborateur et l’exécutant ! Enfin, elles n’ont pas été accompagnées de mesures à même d’instaurer la confiance qui fait lamentablement défaut chez nous.

 Parmi ces mesures, l’on peut citer, par exemple : le refus d’annuler l’article 93 du projet de loi électorale obligeant – pour des raisons évidentes – les ministres désirant se porter candidats aux prochaines élections législatives de démissionner, trois mois avant l’échéance électorale ; le remplacement du gouvernement actuel du moment que celui-ci est basé sur des considérations partisanes et de quotas par un gouvernement intérimaire sans enjeu électoral pour ses membres. Il aurait même été judicieux de dissoudre la législature actuelle d’autant plus qu’elle est devenue la risée de tout le monde, y compris des députés eux-mêmes.

 -Dans sa dernière intervention, le président Bouteflika paraît satisfait de sa démarche et promet d’organiser «des élections législatives pluralistes et transparentes». Quels sont les enjeux de ces élections pour le pouvoir et pour la classe politique nationale ?

 M. le Président, comme tous les présidents du monde, a le droit d’être satisfait de tout ce qu’il fait. Toutefois, lorsqu’il insiste que les prochaines élections législatives seront sans précédent en matière de transparence, cela veut dire, a contrario, que les élections qu’a connues l’Algérie jusqu’à présent ont été toutes frauduleuses, y compris ses propres élections, bien entendu. Il faut donc commencer par reconnaître, sans détour, ce fait avant de promettre quoi que ce soit ! En même temps, rien ne garantit que cette promesse sera tenue cette foi-ci, d’autant plus qu’il s’agit d’une promesse qu’on ne cesse de répéter à la veille de chaque échéance électorale. Car une fois les résultats de ces élections seront connus, on ne pourra rien contre ; ce sera un fait accompli, comme toujours !

 Quant aux enjeux de ces élections pour le pouvoir en place, je pense qu’ils sont clairs. Comment faire pour demeurer au pouvoir sans perdre la face devant les opinions publiques nationale et internationale, vu tout ce qui se passe, depuis plus d’une année, chez nous, autour de nous et ailleurs. Il s’agit là d’une équation qui sera très difficile pour le pouvoir à résoudre. Ceci côté pouvoir. Côté «classe politique», il faut distinguer, grosso modo, deux classes : une plus ou moins parasitaire qui voudrait voir les choses rester, tant bien que mal, en l’état dans notre pays et l’autre plus ou moins de défi qui voudrait le contraire, mais qui, primo, peine à s’entendre sur un dénominateur commun, notamment comment préparer le terrain pour une compétition politique saine avant de parler de cette compétition en elle-même ; secundo elle ne donne pas l’impression d’avoir bien appris la leçon, notamment avec le régime en place . Par conséquent, l’enjeu sera différent selon qu’il s’agisse d’une ou de l’autre classe.

 -Le système algérien est-il prêt à faire sa mue ?

 Franchement, non ! Il est quand même triste de constater que la «tragédie nationale» n’a servi à rien jusqu’à présent. Bien plus, elle continue sous une forme ou une autre ! Force est de constater que le pouvoir en place ne veut pas faire sa mue, mais il faut, aussi, se rendre à l’évidence qu’il est foncièrement incapable de faire cette mue sans qu’il y soit contraint d’une manière ou d’une autre. Je dirais même qu’il est crispé, ne sachant quoi faire pour dépasser l’impasse politique que le pays vit depuis une bonne vingtaine d’années. Car, il doit penser que toute initiative crédible de changement dans les mœurs politiques et dans l’élite régnante serait, inévitablement, fatale pour lui. Bien plus, il est à parier que ses dignitaires craignent des poursuites sérieuses si jamais leur système tombe. (El Watan-29.12.2011.)

 **Réformes politiques, niveau de vie, libertés, SNMG, allègement du credoc, boom des importations…

2011, L’année des désillusions

<br />
 » /></a></span></strong></p>
<p><strong><span style=Tripartite, augmentation du SNMG, allégement du credoc, révision de la loi sur les hydrocarbures, lancement des activités de l’assureur français AXA, explosion de la facture des importations, etc.

Retour en arrière sur quelques faits marquants de l’actualité économique algérienne. Après une période de tensions, le gouvernement et le patronat privé ont renoué en mai dernier le fil du dialogue. Signe du dégel : l’allègement du crédit documentaire (credoc), fortement contesté par les chefs d’entreprise. Les entreprises sont autorisées à utiliser la remise documentaire, voire même utiliser le transfert libre à hauteur de 4 milliards de dinars (contre 2 anciennement) pour leurs importations de biens d’équipement, de matières premières et d’intrants non destinés à la revente en l’état.

En 2009, les autorités avaient instauré le credoc comme unique moyen de paiement des opérations de commerce extérieur dans l’espoir de mettre un frein aux importations massives. En vain. L’autre fait marquant : l’augmentation du Salaire national minimum garanti (SNMG). Lors de la 14e tripartite consacrée aux questions sociales, le gouvernement a concédé une majoration de 20% du SNMG fin septembre, faisant passer celui-ci de 15 000 à 18 000 DA à partir de janvier 2012.

 Une concession qui ne satisfait pas pour autant les syndicats autonomes. Cette augmentation coûtera 75 milliards de dinars au budget de l’Etat. Dans le secteur de l’énergie, le gouvernement entend réviser la loi sur les hydrocarbures pour encourager l’investissement étranger dans l’exploration. Alger compte aussi garder le contrôle sur son pétrole et son gaz. L’Algérie a durci à partir de 2009 les conditions d’investissements étrangers.

 Cette mesure interdit à tout investisseur étranger de détenir plus de 49% du capital d’une société de production tout en répartissant les 51% restants entre plusieurs partenaires algériens, de sorte que ces derniers restent majoritaires. Par ailleurs, Noredine Cherouati a été limogé de son poste de PDG de la compagnie nationale Sonatrach, dont l’image de marque est ternie par une série de scandales financiers. Il a été remplacé par un autre haut cadre de l’entreprise, Abdelhamid Zerguine, ancien responsable de la filiale de la société nationale des hydrocarbures à Lugano (Suisse).

 Toujours au sein de Sonatrach, l’ex-PDG du groupe, Mohamed Meziane, a vu sa peine confirmée début décembre par la justice à deux ans de prison dont un ferme pour malversations et à une amende. Abdelhafid Feghouli, qui occupait la vice-présidence du groupe, a été condamné en appel à la même peine, soit un an de prison dont huit mois avec sursis et 200 000 DA d’amende.
Côté entreprises, et après avoir conclu en mai 2011 un partenariat avec la BEA et le FNI, l’assureur AXA annonçait, mardi 20 décembre 2011, le lancement officiel de ses activités sur le marché algérien par le biais de ses deux sociétés, AXA assurances Algérie dommage et AXA assurances Algérie en partenariat avec la Banque extérieure d’Algérie et le Fonds national des investissements. AXA espère ouvrir une trentaine d’agences et une quinzaine d’espaces d’ici 2012 et créer de 300 à 400 postes d’emploi en 2012.

 Pour clore cette liste, notons l’explosion de la facture des importations que ni l’annulation du crédit à la consommation ni l’établissement du crédit documentaire n’ont pu juguler. Cette année encore, la facture devrait franchir un nouveau cap avec plus de 43 milliards de dollars. Les onze premiers mois de 2011 enregistrent déjà 42,63 milliards de dollars contre 36,49 au cours de la même période en 2010, soit une hausse de 16,83%, selon des chiffres provisoires du Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (CNIS). (El Watan-29.12.2011.)

 

  «Le régime refuse de tirer les leçons de ce qui se passe autour de lui»

Mostefa Bouchachi déplore la régression de la situation des droits de l’homme…La situation des droits de l’homme en Algérie n’a connu aucune amélioration

<br />
 » width= »345″ height= »225″ /></a></strong></span></p>
<p><span style=.Au contraire, l’Algérie enregistre un recul inquiétant dans tous les domaines. Aveugle, le régime algérien ne veut pas tirer les leçons de ce qui se passe en Afrique du Nord et au Moyen-Orient et s’entête encore à empêcher les citoyens d’avoir leurs droits fondamentaux. C’est le constat établi par le président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (Laddh), Mostefa Bouchachi. «Contrairement à tous les pays du monde et particulièrement ceux de notre région, l’Algérie a enregistré en 2011 une régression dans tous les domaines : droits de l’homme, démocratie et lutte contre la corruption», affirme-t-il dans une déclaration à El Watan. La vie publique, ajoute-t-il, demeure strictement contrôlée par le pouvoir qui refuse de concéder aucune ouverture aux Algériens.

«Les droits civiques et politiques sont bafoués. Malgré la levée officielle, le 24 février 2011, de l’état d’urgence, les citoyens algériens ne voient aucun effet sur le terrain. Les marches, comme moyens civilisés de revendications, sont toujours interdites. Non seulement à Alger, mais sur tout le territoire national. L’administration et les différents services de sécurité interdisent tout mouvement de protestation», souligne-t-il. Le refus d’agréer de nouveaux partis politiques, de nouvelles organisations syndicales et des associations sont aussi, ajoute Mostefa Bouchachi, des preuves supplémentaires de cette régression.

 «Ces interdictions prouvent que les droits des Algériens ne sont pas consacrés par les lois et la Constitution, mais restent tributaires du bon vouloir des dirigeants», déplore-t-il. Le président de la Laddh relève également les restrictions sur l’exercice du culte non musulman, et ce, en contradiction avec la loi fondamentale du pays qui garantit cette liberté. «La loi de 2006 est contraire à la Constitution, puisqu’elle oblige les non-musulmans à obtenir une autorisation de l’administration pour créer leurs associations ou ouvrir des lieux de culte», explique-t-il.

 La liberté de la presse reste également un vœu pieu. En plus du monopole sur l’audiovisuel, le pouvoir, estime Mostefa Bouchachi, «exerce des pressions sur la presse indépendante et les journalistes, contraints, de ce fait, à recourir à l’autocensure pour échapper aux représailles». «Les tenants du pouvoir imposent des redressements fiscaux aux journaux qui les critiquent, tandis que les titres de la presse qui véhiculent leur propagande bénéficient de toutes les largesses», dénonce-t-il.

 Qui refuse la démocratisation du pays ?

 Partant de ce constat, le premier responsable de la Laddh regrette le comportement du régime algérien «qui refuse de voir autour de lui pour prendre connaissance de l’évolution rapide de la démocratie dans le monde». «Il semble que le pouvoir officiel et le pouvoir réel ne sont pas conscients que le rejet de l’ouverture et la privation des Algériens de la liberté et des moyens pacifiques d’expression mèneront à l’implosion sociale», met-il en garde. Et d’enchaîner : «L’Algérie a vécu une période difficile. Je pense qu’il vaut mieux éviter l’aggravation de la crise.» Dans ce sens, Mostefa Bouchachi s’interroge sur les tenants et les aboutissants de cet entêtement à rejeter toute demande de changement en Algérie. «Qui a pris la décision d’empêcher les Algériens d’enclencher une transition démocratique pacifique et au profit de qui ?», demande-t-il, avant de répondre : «Cette situation n’est pas dans l’intérêt de l’Algérie ni de celui du régime.»

 Selon lui, le temps a changé et le monde a évolué et évolue toujours. Et cela, enchaîne-t-il, n’est pas dans l’intérêt des décideurs qui veulent faire barrage à tout changement. «Quand on sait que la démocratie sera effective en Tunisie et qu’au Maroc il y a une ouverture, tandis qu’en Libye la dictature est tombée par la force des armes, je dis qu’il vaut mieux qu’il y ait une transition pacifique en Algérie. Mais si les décideurs optent pour le maintien de la situation actuelle, les conséquences seront dramatiques pour le pays et pour eux-mêmes», avertit-il.

Poursuivant, Mostefa Bouchachi rappelle qu’avec le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, «il est difficile à tout régime dictatorial de continuer à endormir les peuples». «Les Algériens sont éveillés et la démarche du pouvoir ne réussira pas. Je sais que la société craint toujours le remake de l’expérience des années 1990, mais il ne faut pas la prendre en otage», lance-t-il en conclusion. (El Watan-29.12.2011.)

 

**Manne financière et promesses de réformes pour acheter la paix sociale

Nacer Djabi, sociologue, fait le bilan d’une année de contestation ….

L’année 2011 a commencé, en Algérie, dans la tourmente.

De violentes émeutes ont embrasé plusieurs régions du pays, se propageant comme une traînée de poudre. Bien que maîtrisées, les convulsions de ces révoltes ont perduré et fait le lit des mois qui ont suivi. Dans le même temps, le vent de la révolution a soufflé sur de nombreux pays de la région arabe, balayant par la même des présidents greffés au pouvoir. Le rapport entre les deux ? «Il est indéniable que ces mouvements populaires, qui ne sont pas nouveaux en Algérie, aient pris plus d’ampleur et un cachet différent, en partie sous l’influence d’un facteur exogène, à savoir les événements qui ont eu lieu, en Tunisie et en Egypte, entre autres», explique le sociologue, Nacer Djabi. Pourtant, les résultats de ces «expressions populaires» diffèrent du tout au tout, tant sur un plan politique que social.

Les raisons en sont, selon le sociologue, l’essence même de ces mouvements de contestation, dont il décortique «l’année 2011». «Le bilan que l’on peut faire de cette année de fronde est qu’elle n’a pas dépassé les dimensions socioéconomiques et corporatistes», entame-t-il. La manne financière du pays a pu éteindre les velléités de révolte et acheter la paix sociale. «Et ce en satisfaisant certaines demandes de ces mouvements, qui se sont organisés et rassemblés derrière les syndicats autonomes. Ces derniers ont confirmé leur statut d’acteur majeur et d’interlocuteur incontournable dans la vie publique.

 

D’autres formes de contestation sont apparues, qui se rapprochent plus de la révolte populaire auxquelles l’Algérie s’est habituée. Mais ce qui a aussi caractérisé cette fronde sociale, c’est qu’elle a pu sortir des grandes villes et atteindre les régions du sud du pays, et ainsi poser des problèmes tels que l’emploi et l’iniquité de la répartition des ressources et richesses du pays», énumère-t-il

 

Des changements imposés de l’intérieur ou de l’extérieur

 

Le sociologue poursuit : «Toutefois, ces différents mouvements ont poursuivi leurs revendications socioéconomiques et corporatistes, sans poser ou évoquer plus d’exigences citoyennes et politiques, et ce, pour différentes raisons. L’on peut par exemple citer le manque d’encadrement politique de ces lames de fond, la faiblesse des partis politiques, ainsi que le manque de maturité des syndicats.» Par ailleurs, des tentatives avortées de rassemblements pour le changement politique ont été enregistrées. «Ces actions n’ont rencontré aucun écho et aucune adhésion auprès de la population. Elles se sont cantonnées à des franges réduites de la société et à des formations politiques restreintes. Et ce en sus du consensus et le statu quo qui caractérise la scène politique nationale, que l’on peut considérer comme la cause essentielle de cet échec», commente M. Djabi.

 

«La seule différence notable que l’on a pu observer en 2011 est le fait que la contestation a pu imposer la mise en œuvre de réformes, officiellement s’entend. Ce processus a démontré encore une fois la paralysie qui maintient le système politique dans l’inertie et son incapacité à améliorer la gestion de la chose publique», analyse-t-il. Et si constante il y a au sein de la société algérienne, c’est bien le manque d’intérêt et de foi des citoyens envers la politique et ceux qui la pratiquent. «La fin de cette année est marquée par l’adoption de ce qui est appelé les ‘réformes politiques’, par la possibilité pour de nouveaux partis politiques d’activer, ainsi que par l’annonce par le président de la République d’élections législatives transparentes et plurielles, sous contrôle international», énumère M. Djabi.

 

Ces paramètres garantiront-ils un scrutin et des résultats auxquels les Algériens accorderont du crédit ? «Nous aurons la réponse au printemps», répond le sociologue. D’autant plus que l’on pourrait considérer que le pouvoir est obligé, Printemps arabe oblige, de lâcher du lest. «Ce type de changement politique, auquel n’a toujours pas abouti l’Algérie, est ardu et délicat, de par nos expériences et notre système politique. Le pouvoir n’a aujourd’hui plus le choix. Soit, il introduit des changements de sa propre initiative, soit, ces changements lui seront imposés de l’extérieur. Tout simplement parce que l’Algérie ne peut pas se permettre de se transformer en ersatz de Corée du Nord, en Afrique du Nord», affirme M. Djabi. (El Watan-29.12.2011.)

 

 

 

 **5e édition du Festival d’Oran du film arabe -Oren

 Le film libanais « Hala lawain » réalisé par Nadine Labaki a remporté le « Wihr d’or », grand prix du long-métrage, décerné jeudi, lors de la soirée de clôture de la 5e édition du Festival d’Oran du film arabe (FOFA).

image

Cette distinction est d’une valeur de 50.000 USD. Elle a été attribuée par un jury de professionnels présidé par la tunisienne Fatima Bensaïdene. Le jury du court-métrage, présidé par le cinéaste algérien Abdenour Zahzah, a décerné le prix du meilleur court-métrage au film « hayate qacira » (vie courte) du réalisateur marocain Adil Fadily. Cette distinction est dotée d’une valeur de 30.000 USD.

 Autres distinctions constituant le reste du palmarès :

 Prix de la meilleure réalisation : « Kef el Qamar » du réalisateur égyptien Khaled Youssef.

Prix du meilleur scénario : « Hala lawain » de Nadine Labaki.

Prix de la meilleure interprétation masculine : Ibrahim El Bakkali et Lotfi Sabeur (Maroc) dans le film « Majid » de Nassim Abassi.

Prix de la meilleure interprétation féminine : Claude Msoba Taz pour son rôle dans le film « Hala lawain ».

Des mentions spéciales ont été attribuées à « Asma » du réalisateur égyptien Amr Salama et « Andalousie mon amour » du marocain Mohamed Nadhif pour les longs-métrages et « Bahia wa Mahmoud » du réalisateur jordanien Zeid Abou Hamdane et « Hanine » du réalisateur palestinien Oussama Bourady, « djin » de l’Algérienne Yasmine Chouikh et « bip » de l’égyptien Haithem Sakr.

Le prix du jury a été décerné à « Dima Brando » du réalisateur tunisien Ridha El Bahi pour les longs-métrages et « Hawas » du réalisateur égyptien Mohamed Ramadan pour les courts-métrages.

Pour les films documentaires, le jury, présidé par le critique égyptien Tarik El Shinnawi, a récompensé l’œuvre « Dar el hadith » réalisée par Said Eulmi dans le cadre de la manifestation « Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011″.

Lors de cette 5e édition, 12 longs-métrages étaient en compétition officielle ainsi que 23 courts-métrages et 9 documentaires, rappelle-t-on. (Echorouk-23.12.2011.)

 

**

 

 

****************************

55 réponses à “2011 en Algérie”

1 2 3
  1. 13 04 2016
    Sydney Kobylarz (17:24:07) :

    This is very interesting, You’re a very skilled blogger. I have joined your rss feed and look forward to seeking more of your great post. Also, I’ve shared your site in my social networks!

    http://ow.ly/ZIpRQ

  2. 2 04 2016
    Oliver Mankey (17:37:59) :

    Wow, wonderful blog layout! How long have you been blogging for? you made blogging look easy. The overall look of your web site is fantastic, let alone the content!

    http://ow.ly/ZIpRQ

  3. 6 12 2015
    maha kumbh (23:22:41) :

    I am trying to find out good quality information sites for reading. I had been seeking over google and bing and discovered your website. Well i like your expert weblog style as well as your authoring skills. Keep doing it.

    http://gurubhakti.org/kumbh/haridwar-ardh-kumbh-mela-2016/

  4. 10 10 2015
    Happy New Year 2016 images (00:30:47) :

    I know many wikipedia articles contains copyright violation or licence violation. how do i do this..

    http://www.happynewyear2016hdimageswihshes.com

  5. 15 09 2015
    http://www.quantumparallel.com/qp/jerseys_09.asp (15:21:55) :

    Obviously, you get in overtime in a very Game 7, many things can happen, Quenneville said on Thursday. Those style of things, we’ve seen three overtime games in this series here. There’s some unpredictability there. But Game 7, being player, these are kind of games you ought to sign up for. The disappointment which we exited with is one area that would get us excited,Blackhawks captain Jonathan Toews vouched towards the.I’m sure in the form of hockey player, you desire to talk about the clich锟斤拷 of skyrocketing up as a youngster, playing on the backyard rink, pretending you’re playing that Game 7, Toews said. You think of that because the ultimate test for just a player to ascertain exactly what you got, to see ideal for bring in a high-pressure situation prefer this.
    http://www.quantumparallel.com/qp/jerseys_09.asp http://www.quantumparallel.com/qp/jerseys_09.asp

  6. 30 08 2015
    elfisanta uk (02:57:20) :

    I’m still learning from you, while I’m making my way to the top as well. I absolutely enjoy reading all that is posted on your site.Keep the aarticles coming. I enjoyed it!

    http://www.purevolume.com/mall24john/posts/10405173

  7. 26 08 2015
    global travel insurance (06:10:00) :

    I am just commenting to make you understand of the fantastic discovery my cousin’s princess encountered reading your webblog. She came to understand numerous details, most notably what it is like to have an excellent coaching heart to let a number of people very easily learn some tricky things. You undoubtedly surpassed our expected results. I appreciate you for delivering these great, safe, edifying as well as easy tips on the topic to Jane.

    http://topcheapinsurance.com/travelers-home-and-auto-insurance.html

  8. 25 08 2015
    http://hotelepoznan.blog.pl/hotel-poznan/ (12:04:48) :

    I dugg some of you post as I cerebrated they were very useful very useful

    http://hotelepoznan.blog.pl/hotel-poznan/

  9. 23 08 2015
    Lenny Weinrich (23:16:48) :

    An impressive share, I simply given this onto a colleague who was doing a bit evaluation on this. And he the truth is purchased me breakfast as a result of I discovered it for him.. smile. So let me reword that: Thnx for the treat! However yeah Thnkx for spending the time to debate this, I really feel strongly about it and love studying extra on this topic. If potential, as you develop into expertise, would you thoughts updating your weblog with more details? It is extremely helpful for me. Large thumb up for this blog publish!

    http://www.superbowl.com.tw

  10. 19 08 2015
    http://wallinside.com/post-480332-weihnachtsgeschenke-ideen.html (16:53:56) :

    Way cool, some valid points! I appreciate you making this article available, the rest of the site is also high quality. Have a fun.

    http://wallinside.com/post-480332-weihnachtsgeschenke-ideen.html

  11. 18 08 2015
    jewelry store Charlotte (04:01:25) :

    Whats Happening i’m new to this, I stumbled upon this I have discovered It absolutely helpful and it has helped me out loads. I am hoping to give a contribution & help other customers like its aided me. Good job.

    http://juliepearson.beepworld.de/index.htm

  12. 12 08 2015
    major car insurance companies (17:24:45) :

    Have you ever thought about writing an e-book or guest authoring on other blogs? I have a blog centered on the same information you discuss and would love to have you share some stories/information. I know my audience would appreciate your work. If you are even remotely interested, feel free to send me an e-mail.

    http://topcheapinsurance.com/companies-insurance-united-states.html

  13. 11 08 2015
    ge monogram icemaker repair (17:50:06) :

    I have been checking out some of your stories and i can claim clever stuff. I will definitely bookmark your blog.

    http://refrigerator-repair-oc.com/ge-monogram-refrigerator-repair/

  14. 10 08 2015
    stove repair in orange county (06:26:03) :

    I like what you guys are up too. Such smart work and reporting! Keep up the superb works guys I have incorporated you guys to my blogroll. I think it’ll improve the value of my site :).

    http://dnvappliance.com

  15. 10 08 2015
    Interserver Hosting review (03:20:26) :

1 2 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...