Plan de développement pour Alger, la capitale

alger7.jpg

****************************************************

**450.000 véhicules circulent à Alger aux heures de pointe

128.000 véhicules circulent à Alger-centre aux heures de pointe (7h-8h) et près de 325.000, voitures particulières, camions et bus, soit 450.000, y entrent par les différents accès (sud, nord et ouest), ce qui provoque des encombrements dantesques dans la ville.

embouteillages-alger

Tous les jours, se renouvelle le même scénario, embouteillages monstres, voies de dégagement saturées, artères, rues et  ruelles asphyxiées par l’accumulation de files de voitures, les uns cherchant à stationner, les autres tentant de s’extraire d’un encombrement persistant.

Une véritable galère pour les dizaines de milliers d’automobilistes aux heures de pointe qui paralysent la ville par d’importants embouteillages. De Dar El Beïda à Bouzaréah, de Bab Ezzouar à Ben Aknoun en passant par Alger-Centre, c’est un calvaire quotidien pour les usagers de la route. Ce sont ainsi quelque 600 points «critiques» quotidiens qui sont recensés par les services de la direction des transports pour la wilaya d’Alger.

Cette situation n’a pas manqué d’empoisonner le bien-être des citoyens. Le trafic routier en souffrance dans le centre urbain accentue terriblement l’émanation de gaz toxiques et la pollution a atteint son paroxysme, car les embouteillages ont de nombreuses conséquences économiques, sociales, sanitaires et écologiques.

Le temps passé dans les embouteillages est majoritairement considéré comme « perdu », n’étant utilisé ni pour le travail ni pour les loisirs. Cette perte a un coût économique très important, sans compter les arrivées tardives au travail, les retards de livraison qui peuvent être problématiques pour les entreprises…

En plus de réduire la vitesse de circulation, un embouteillage est une source importante de pollution atmosphérique, due à une consommation supplémentaire de carburant et un moindre mélange des couches d’air, avec des coûts sanitaires et à moyen et long termes, climatiques via les émissions de gaz à effet de serre.

La Direction des transports de la wilaya, pense pouvoir alléger cette monstruosité par la réception d’un nombre de projets du secteur des transports dont des parkings, des tunnels et des extensions des lignes du métro et du tramway.

N’est-il pas temps également de penser au covoiturage ? A la généralisation de l’usage du vélo ? A limiter l’accès des véhicules dans la capitale, en particulier au centre ville ? A favoriser les transports public ? –Par Djamil Mesrer | mardi 14/06/2016 / .algerie1.com/

*****************************

*Un plan de développement pour Alger, la capitale

La Capitale de 2029 se prépare. Le plan stratégique de développement de la wilaya d’Alger 2009-2029 a fait l’objet, jeudi, d’une séance de travail sous la présidence conjointe du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales et du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme. Objectif : Faire de la Capitale une «ville qui s’inscrit dans la mondialisation». La réalisation de ce projet passe impérativement par la mise sur pied d’une batterie de mesures aussi importantes que vitales. Il s’agit entre autres de l’amélioration des mobilités à Alger, la structuration du tissu urbain algérois, la réhabilitation et la revitalisation du centre historique, la restauration des équilibres écologiques et la préservation des terres agricoles de la Capitale. Le communiqué du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales soulignera : «La résolution de ces problèmes, à la fois importants et complexes, nécessite un cadre de cohérence qui assure des passerelles entre les différentes réponses sectorielles au sein d’un projet d’ensemble qui a été présenté ». Il faut souligner, et ce n’est jamais trop dire, les choses ne se présentent point sous de bons auspices au niveau de la «Blanche». Celle-ci souffre d’innombrables carences. L’ex-ministre de l’Intérieur et des Collectivité locales, Nourredine Yazid Zerhouni avait estimé qu’Alger ne peut pas être placée au rang des capitales mondiales. Pourquoi ? Eh bien pour mille et une raisons. Il a cité, les problèmes d’eau, de saleté, de transport, d’insécurité, de défaillance de l’éclairage public ou encore de la préservation des sites touristiques qui fait défaut.

PRIORITÉ : STRUCTURER LE TISSU URBAIN
C’est donc, clair : faire d’Alger une Capitale mondialisée est le voeu à la fois du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales et du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme. Sauf que mener à bon port ce chantier n’est pas une sinécure. C’est pourquoi, dans le communiqué du département de Dahou Ould Kablia, il est mentionné que la réalisation de ce projet ne peut être envisagée qu’à long terme. Il est indiqué de le décomposer en quatre séquences temporelles, à savoir 2009-2014, 2015- 2019, 2020-2024 et 2025-2029. C’est ainsi que dans une première étape (2009-2014), celle portant sur l’embellissement de la Capitale, il a été ciblé en priorité les actions visant à structurer le tissu urbain. Il s’agit, notamment, du parachèvement du réseau routier fondamental, de l’aménagement des quartiers autour des grands équipements en projets, du macromaillage du transport en commun de la Capitale, ainsi que de l’aménagement paysager de l’autoroute de l’Est. Ces actions ont pour objectif de limiter le développement périphérique du tissu urbain de la Capitale, condition de l’aménagement de son Hinterland (arrière-pays) et de la qualification de son Centre (périmètres d’arrêts). La qualification et la revitalisation du Centre historique de ce tissu urbain, à travers sa réhabilitation et les projets de reconquête du Front de mer comme ceux de la Place des Martyrs et des terrasses du Port d’Alger, des piscines et bains naturels de Bab El-Oued, de la promenade de l’Indépendance, ainsi que l’amorce de l’aménagement de la baie par l’aménagement de l’embouchure d’Oued El Harrach et de la rue de Tripoli, figurent, en outre, parmi les actions envisagées, a encore précisé le ministère de l’Intérieur. Notons que la mise en oeuvre de ce plan coïncide avec le lancement du Plan national de développement 2010-2014. Un plan qui vise à consolider les résultats probants atteints par notre pays au cours de ces dix dernières années, mais aussi à mettre en oeuvre un schéma général et diversifié de développement de notre pays en complément du pétrole et du gaz, relève le communiqué. Dans le cadre de ce programme, la conception par l’exécutif de la wilaya d’Alger du plan stratégique de développement de la Capitale à moyen et long termes est aujourd’hui «bien définie» et s’appuie, notamment, sur deux études structurantes portant sur l’aménagement de la baie d’Alger et la révision du Plan directeur d’aménagement et d’urbanisme, «confiées à deux bureaux d’études de réputation internationale », a indiqué la même source.

15 PROJETS ROUTIERS POUR 2011
Le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, en a fait l’annonce : «Environ une quinzaine de projets routiers seront lancés en 2011 dans l’Est, le Centre et l’Ouest de la Capitale, en complément des projets d’infrastructures et d’aménagements routiers précédents, pour rendre plus fluide la circulation automobile à Alger. S’exprimant ce jeudi à l’issue d’une visite d’inspection de plusieurs projets en cours de réalisation, Amar Ghoul indiquera qu’une enveloppe financière globale de 30 milliards de dinars a été dégagée afin de mener à bon port ce projet. Il faut dire que le constat, aujourd’hui, sur ce registre n’est guère reluisant. La Capitale est asphyxiée. La circulation est infernale. Les automobilistes subissent, au quotidien, le calvaire des embouteillages. D’importants bouchons sont observés sur toutes les voies d’Alger. Ces nouveaux projets, inscrits au titre du quinquennat 2010-2014, devraient raccorder directement plusieurs zones urbaines à la rocade sud d’Alger (Ben Aknoun-Dar El-Beïda) et même au segment centre de l’autoroute Est-Ouest, at- il précisé, ajoutant qu’il s’agit essentiellement de réaliser un grand viaduc long de 2 km reliant Baraki à Oued Ouchayah et le dédoublement des chemins de wilaya 121 (Aïn Taya/Khemis El-Khechna), 122 (Réghaia/RN24) et 149 (Tamenfoust/rocade sud). Selon les explications fournies par des responsables de la direction des Travaux publics d’Alger, les projets en question comprennent, également, des liaisons routières de contournement des agglomérations de Saoula et Draria, ainsi que la réalisation de trois trémies, à Saïd Hamdine (Bir Mourad Rais), Garidi (Kouba), alors que la troisième devra relier la Place Addis-Abeba (Mouradia) au Val d’Hydra sur 1 km. Le ministre des Travaux publics est confiant : ces infrastructures vont contribuer, une fois livrées, «à fluidifier et améliorer le trafic sur les axes urbains reliant le plateau des Anassers à la rocade sud d’Alger, mais aussi au niveau des Sources, la Concorde et Bir Mourad Raïs». Amar Ghoul qui s’est enquis particulièrement de l’avancement des travaux d’une liaison routière de 2 km entre Bouchaoui et Ouled Fayet, a insisté auprès des entreprises de réalisation sur l’importance d’assurer une plus grande coordination avec les services de l’hydraulique de wilaya en vue de lever les contraintes liées à l’existence des réseaux d’assainissement. S’agissant du deuxième viaduc reliant Riadh El Feth (Madania) aux Anassers, il semble que les travaux ont considérablement avancé, a affirmé un responsable de la direction des Travaux publics, qui a ajouté que cette infrastructure d’une longueur de 150m, sera livrée dans un délai de trois mois. Il est bien vrai que le secteur des travaux publics connait un véritable boom en matière de réalisation d’infrastructures. Cependant cela n’a pas empêché pour autant certaines voix, parmi les professionnels du bâtiment notamment le Collège national des experts architectes algériens (Cnea) qui n’est pas allé par quatre chemins pour mettre en exergue certaines insuffisances dans la réalisation de certains édifices. En effet, le Cnea soulignera que les travaux réalisés jusque-là manquent de qualité. Preuve en est : les récentes pluies qui se sont abattues sur le pays ont mis à nu la fragilité des constructions réalisées sous la direction de Amar Ghoul. (Le Couriier d’Algérie-02.01.2011.)

**La fable des nouvelles villes promises depuis plusieurs années

Avec peu de moyens, des pays ont construit des villes de dimension universelle. Avec 400 milliards de dollars, l’Algérie a bâti des bidonvilles modernes.

Les Algériens s'accrochent à des chimères à défaut de projets réalisables

Les Algériens en ont rêvé. On le leur a promis depuis longtemps. Mais ils ne voient rien arriver. Une ville digne de ce nom pour les Algériens? Ce n’est certainement pas demain la veille. Des projets de construction de grandes villes comme celles des pays du Golfe ont été annoncés depuis des dizaines d’années. Des pays moins riches que l’Algérie ont construit depuis des miracles. Mais l’Algérie a préféré renvoyer ça aux calendes grecques. La ville ultramoderne de Boughezoul dans la wilaya de Médéa, celle de Hassi Messaoud à Ouargla ou encore les villes de Sidi Adbdellah et Alger Médina, les Algériens s’accrochent à des chimères à défaut de projets réalisables tant l’attente est longue.Quant aux autres villes, constituées de quelques bâtiments, qu’on construit ici et là, elles ressemblent plus à des bidonvilles modernes qu’à des villes à proprement dit.Pourtant, ce n’est pas l’argent qui manque. Depuis 1999, l’Algérie a dépensé plus de 400 milliards de dollars. Mais elle ne peut pas construire une ville à la hauteur des aspirations de son peuple.Faisant le zoom sur le projet de la nouvelle ville de Boughezoul, commune de la daïra de Chahbounia, distante de 89 km de Médéa, le chef-lieu de wilaya, annoncé depuis le début des années 1980, à l’époque du président Chadli Bendjedid.Le projet traîne et refuse de voir le jour. Les Algériens doivent peut-être patienter à défaut de désespérer.Et aujourd’hui, on est juste au stade de désigner l’entreprise qui va construire la ville.En effet, le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement a annoncé, avant-hier, que la réalisation du siège de la ville nouvelle de Boughezoul, dans la wilaya de Médéa, a été confiée au groupe sud-coréen Daewoo Engineering & Construction pour plus de 100 millions de dollars. Le projet aboutira-t-il cette fois-ci?Les observateurs avertis se souviennent certainement qu’en 2009, le même projet avait été attribué au groupe chinois Sinohydro pour près de 64 millions d’euros avant que le contrat ne soit annulé. D’une superficie totale urbaine de 3653 ha, le projet de la ville consistera en la réalisation d’ensembles d’habitations, d’une zone d’activités qui s’étalera sur 589 ha où seront implantés des commerces, des hôtels, un district administratif primordial et un pôle de compétitivité et d’industrie technologique de pointe.Avec une architecture des plus modernes, le territoire de la nouvelle ville de Boughezoul sera organisé autour de plusieurs ensembles qui, outre la zone urbaine, comprendront un grand ensemble commercial de 116 ha, une base logistique de 335 ha, une gare intermodale et une plate-forme de marchandises de 305 ha, une zone d’extension de 1301 ha, une zone aéroportuaire de 500 ha, un lac de 1886 ha, des zones d’exploitations agricoles de 1839 ha et celles de la protection de la ville de 2578 ha. Les lecteurs pourront rêver en attendant que cela devienne une réalité.Un autre projet, une autre histoire, une autre déception. La nouvelle ville de Hassi Messaoud, dans la wilaya de Ouargla, annoncé en grande pompe en 2003, peine à se matérialiser. Ce qui est supposé être la perle du désert, par ailleurs créée par décret exécutif n° 06/321 du 18 septembre 2006, s’est vu allouer une enveloppe de 6 milliards de dollars. Il y est prévu l’implantation d’un îlot énergie, des immeubles administratifs, des instituts universitaires, des centres de formation, de recherche et de développement, des lieux et centres de culte, des infrastructures, équipements et établissements du sport et de la jeunesse, des zones d’activités destinées à la production de biens et services liés aux activités énergétiques et universitaires.Là c’est la maquette qui parle. Car près de 10 ans après, on ne voit que la poussière.D’autres projets de villes existent. Ils sont devenus des fables. Alger Médina, annoncé par l’homme d’affaires, Abdelouahab Rahim, est une utopie pour les Algérois. Celle de Sidi Abdellah aussi. On se demande comment un Etat qui a dépensé plus de 400 milliards de dollars en 10 ans n’a pas pu offrir une ville digne de ce nom à ses citoyens. Qu’est-ce que l’Algérie offre donc aux Algériens et à ses visiteurs? Réponse de Denis Bauchard, ancien haut diplomate au Quai d’Orsay et conseiller auprès de l’Institut français des relations internationales qui a séjourné récemment en Algérie.«La première impression à l’arrivée en Algérie est celle d’un délabrement généralisé: délabrement des immeubles non entretenus, maisons écroulées ou abandonnées en pleine ville, comme dans la Casbah d’Alger. L’accumulation d’ordures et de gravats frappe également le visiteur, y compris dans le centre des villes et dans les quartiers résidentiels. Les rues, les routes, les trottoirs sont en mauvais état, parsemés de nids-de-poule quand ils ne sont pas effondrés. L’éclairage public est aléatoire». Décevant. (L’Expression-30.05.23012.)

 

 

 

*********************

 

 

31 réponses à “Plan de développement pour Alger, la capitale”

1 2
  1. 14 02 2012
    Real Estate and Property (02:18:06) :

    Great article thanks.

  2. 10 11 2011
    league of legends download (23:49:55) :

    Well, all things considered…

  3. 10 11 2011
    Android Apps (10:19:56) :

    Great goods from you, man. ELAyam-2 » Un plan de développement pour Alger, la capitale I’ve understand your stuff previous to and you’re just extremely excellent. I actually like what you’ve acquired here, really like what you’re stating and the way in which you say it. You make it entertaining and you still care for to keep it sensible. I cant wait to read far more from you. This is actually a great ELAyam-2 » Un plan de développement pour Alger, la capitale informations.

  4. 9 11 2011
    Overstock Coupon Code (19:00:05) :

    The scene of the sea side and buildings are very beautiful. Thanks for the picture.

  5. 8 11 2011
    Gas Man (11:19:02) :

    I was suggested this web site by my cousin. I’m not sure whether this post is written by him as nobody else know such detailed about my problem. You’re incredible! Thanks!

  6. 6 11 2011
    shayne sherman (07:57:13) :

    Very interesting subject, thank you for putting up.

  7. 4 11 2011
    Laronda Taras (10:29:42) :

    If you’re still on the fence: grab your favorite earphones, head down to a Best Buy and ask to plug them into a Zune then an iPod and see which one sounds better to you, and which interface makes you smile more. Then you’ll know which is right for you.

  8. 2 11 2011
    periodontal treatment (20:38:11) :

    Currently it sounds like Movable Type is the best blogging platform available right now. (from what I’ve read) Is that what you’re using on your blog?

  9. 31 10 2011
    traduceri romana engleza (21:38:38) :

    What you have here it is an interesting article. But first of all I must say all every one. Salve. And now I must say that I m going to post http://niarunblog.unblog.fr/infos-dalgerie/lalgerieun-enorme-chantier/un-plan-de-developpement-pour-alger-la-capitale on my Digg profile. And this because finally I found what I was looking for. What you post here is really nice sharing. In the minute I saw this tittle, ELAyam-2 » Un plan de développement pour Alger, la capitale, in my google search I was very happy. It is possible I found something like this here http://www.toplevel-traduceri.ro, I’m not sure but I thing it was the same. My regrds

  10. 27 10 2011
    Dragonboy Irene (10:53:19) :

    Your Blog is awesome. I thoroughly enjoyed your post and will keep my eyes open for updates. Keep up the good work! Thanks. Sincerely Ladyboy Irene

  11. 26 10 2011
    domain forum (22:07:16) :

    This it is a great piece of information. But first of all I must say all every one. . And now I must say that I m going to post http://niarunblog.unblog.fr/infos-dalgerie/lalgerieun-enorme-chantier/un-plan-de-developpement-pour-alger-la-capitale on my Hi5 profile. And this because at long last I found what I was looking for. What you share here is really nice information. In the second I saw this tittle, ELAyam-2 » Un plan de développement pour Alger, la capitale, on my google search I was very glad. Maybe I found something with the same ideea here http://www.domainonlineforum.com, I’m not sure but I thing it was the same. All the best

1 2



évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...