Complexe électronique-ENIE de Sidi Bel Abbès

Complexe électronique-ENIE de Sidi Bel Abbès

**Incendie spectaculaire au complexe électronique ENIE de Sidi Bel Abbès

L’unité d’intégration électronique à l’arrêt

Un incendie spectaculaire s’est déclaré jeudi 9 octobre 2015, en fin d’après-midi au complexe électronique ENIE, à la périphérie de la ville de Sidi Bel Abbès. Prenant son départ dans un dépôt de stockage, le feu, dont l’origine demeure inconnue, s’est vite propagé aux infrastructures mitoyennes, notamment la nouvelle unité d’intégration électronique.

L’incendie a touché plusieurs parties du complexe, dont un ancien hangar d’assemblage transformé en lieu de stockage du mobilier réformé. Le feu s’est ensuite propagé pour atteindre l’unité d’intégration électronique», selon un communiqué du ministère de l’Industrie et des Mines, répercuté hier par l’APS. Le communiqué précise que «le magasin de stockage de produits finis et de matières premières n’a pas été touché». Selon des employés de l’entreprise, l’approvisionnement du circuit de commercialisation en produits ENIE «ne sera pas affecté».

Jeudi, aussitôt l’alerte donnée, d’importants moyens humains et matériels ont été déployés à l’effet de circonscrire les flammes qui risquaient d’atteindre dangereusement d’autres installations. Selon les éléments de la Protection civile, aucune perte humaine n’est à déplorer. «Trois agents de sécurité incommodés par la fumée ont été évacués vers l’hôpital de Sidi Bel Abbès, mais leur état de santé est sans gravité», selon la Protection civile. «Le site où l’incendie s’est déclenché contenait des produits hautement inflammables.

L’extension des feux et la propagation de fumées toxiques a beaucoup gêné l’intervention des sapeurs-pompiers», relate un agent de sécurité de l’ENIE. «Il est encore prématuré pour avancer une estimation des dégâts matériels subis par le complexe électronique», a révélé hier le PDG de l’ENIE, M. Bekara, lors de la visite effectué par le wali sur le lieu du sinistre. Les éléments de la Protection civile étaient toujours sur les lieux, hier matin, accompagnés d’agents de la Sûreté nationale, pour les besoins de l’enquête destinée à déterminer l’origine de cet incendie. Une équipe de la police scientifique s’est rendue sur le lieu du sinistre afin de procéder, in situ, aux prélèvements d’usage.

Pour le PDG de l’ENIE, «tous les moyens humains et matériels seront mobilisés pour faire redémarrer, au plus vite, l’unité d’intégration électronique». Selon le chargé de la communication de la wilaya, le ministre de l’Industrie, M. Bouchouareb, est attendu aujourd’hui à Sidi Bel Abbès, où il doit s’enquérir des dégâts occasionnés par cet incendie. Le ministre de l’Industrie s’est voulu rassurant, hier dans un communiqué, affirmant que «toutes les mesures nécessaires seront prises pour une reprise de l’activité dans les meilleurs délais». «Je tiens également à rassurer les employés sur leur avenir», a-t-il ajouté. 

Le maillon fort du cluster de l’ENIE

L’unité d’intégration électronique, partiellement endommagée par l’incendie survenu jeudi, avait été inaugurée en février 2015 par le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb.

Cette unité constitue l’une des principales composantes de la plateforme électronique (cluster) lancée en 2009 par l’Entreprise nationale des industries électroniques (ENIE) dans le cadre de son plan de redéploiement.

L’entrée en production de cette première usine d’intégration électronique, spécialisée dans la fabrication de tous types de cartes électroniques, équipements professionnels et produits grand public, a permis de booster les ventes au premier semestre 2015, selon la direction de l’entreprise.

«La mise en fonction de l’unité d’intégration électronique constitue le point de départ de la concrétisation en Algérie d’un des plus importants projets inscrits dans le cadre de sa nouvelle stratégie industrielle», avait déclaré, lors de son inauguration, M. Bouchouareb. Le cluster de l’ENIE comprend également l’unité de fabrication de panneaux photovoltaïques, ENIE Solar, déjà opérationnelle.

Sa configuration se présente sous forme de plusieurs entités disposées en grappes, dont la capacité de production permet l’intégration de pièces plastiques et polystyrène, peut atteindre jusqu’à 300 000 produits/an parmi lesquels figurent des cartes électroniques. Sur un plan qualitatif, les produits usinés dans ce cluster bénéficient de la certification ISO 9001 version 2008 relative au système de management de la qualité.

Cette certification permet notamment de conformer la qualité des produits ENIE aux normes internationales et à renforcer ainsi leur compétitivité sur les marchés intérieur et extérieur. M. A.

Inauguration aujourd’hui de l’unité ENIE Solar par Bouchouareb

Le ministre de l’Industrie et des Mines, M. Bouchouareb, inaugurera aujourd’hui la nouvelle unité de fabrication de panneaux photovoltaïques, ENIE Solar. Selon un communiqué publié sur le site de l’ENIE, le ministre de l’Industrie se rendra, dans la matinée, au complexe électronique, dont les installations ont subi quelques dégâts matériels suite à l’incendie survenu jeudi.

M. Bouchouareb inspectera également plusieurs autres installations du complexe, à l’instar des unités «Etalonnage» et «Maintenance». L’inauguration officielle de l’unité ENIE Solar, prévue depuis plusieurs semaines, devrait accélérer la mise en place de la plateforme électronique projetée sur le site de l’ex-Sonelec.

Fruit d’un partenariat entre l’ENIE et la firme américaine Spire Semiconductor, ENIE Solar est dotée d’une chaîne robotisée d’encapsulation de panneaux solaires. Investissement de 2 milliards de dinars, l’unité de fabrication de panneaux solaires se fixe comme objectif de réaliser une production d’une capacité totale de 6 mégawatts/an.

L’ENIE s’est déjà lancée dans la réhabilitation de ses installations pour développer les galettes de silicium (wafer) qui constituent le composant de base entrant dans la fabrication de puces d’ordinateurs et cellules solaires.

Avec une capacité prévisionnelle de fabrication de panneaux et cellules solaires correspondant à 25 mégawatts/an au démarrage, ces derniers seront à usage aussi bien public que domestique, allant de l’éclairage public et industriel aux équipements électriques solaires (moteur, TV, climatiseur solaire…) et seront commercialisés à des «prix compétitifs», selon le PDG de l’ENIE.

Celle-ci s’est lancée depuis 3 ans dans l’installation de kits solaires et a procédé à l’équipement de plusieurs organismes et structures publiques en panneaux photovoltaïques, dont l’aéroport Ahmed Benbella d’Es Sénia (Oran).

Dans la ville de Sidi Bel Abbès, une partie du réseau d’éclairage public a été doté de kits solaires, en partenariat avec les pouvoirs publics, dans le cadre d’une opération-pilote pour le développement des énergies renouvelables. Ces kits écologiques sont visibles dans plusieurs quartiers et aux alentours du stade du 24 Février. M. Abdelkrim

 **Abdelkrim Mammeri/ el watan-samedi 10 octobre 2015

*************************

Incendie à ENIE de Sidi Bel Abbes : Une enquête approfondie est nécessaire pour évaluer les dégâts

Incendies dans les usines de télévisions :

        sabotage ou négligence ?

Les usines algériennes sont régulièrement touchées par des incendies qui endommagent durablement leurs unités de production et laissent sur le carreau de nombreux employés.

Mise en place d’une cellule de crise

Jeudi soir, c’est le complexe de l’Entreprise nationale des industries électroniques (ENIE) de Sidi Bel Abbes qui a vu plusieurs de ses unités partir en fumée. Une enquête a aussitôt été ouverte pour identifier les origines de l’incident et la mise en place d’une cellule de crise a été demandée par le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb. Cet incendie, n’a provoqué que des dégâts matériels mais n’est pas le premier à toucher les unités de production ou de stockage d’entreprises nationales.

Il y a un peu plus d’un an, 25 % de l’usine Samha-Samsung de Sétif était détruite après un départ de feu qui n’est toujours pas expliqué. Les unités de production de réfrigérateurs, de climatiseurs et de lave-linge n’étaient plus opérationnelles suite à l’incendie le plus important enregistré depuis les années quatre-vingt-dix dans la région. Toujours à l’est du pays, c’est l’entreprise Condor, installée à Bordj-Bou-Arreridj, qui est successivement touchée.

Des incendies sont enregistrés en 2013, en septembre 2014 et pas plus tard que cet été, entraînant à chaque fois des pertes matérielles et financières considérables. Près de 15 000 climatiseurs étaient détruits lors du dernier incident en juillet.

Sécurité industrielle en Algérie

Ces épisodes malheureux n’ont provoqué aucune perte humaine, bien que de nombreuses personnes aient été blessées, mais ils posent la problématique importante de la sécurité sur les sites industriels. Les enquêtes qui sont automatiquement ouvertes pour ne jamais aboutir donnent lieu aux suppositions les plus variées, évoquant même l’hypothèse du sabotage lorsque les sites d’entreprises privées sont touchés. Mais la responsabilité des opérateurs dans la gestion de leur sécurité n’est presque jamais évoquée alors que les grandes entreprises devraient consacrer un budget conséquent à ce volet afin d’assurer la pérennité de leur propre activité.

La responsabilité de l’État est également engagée d’autant plus que ces incendies placent de nombreux salariés en situation de chômage technique et provoquent un manque à gagner avec une diminution de la production nationale et un dérèglement du marché plus ou moins important selon l’étendue des dommages.* samedi 10 octobre 2015 | Par Zahra Rahmouni tsa

****************************

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...