Smartphone ou iPhone

**son prix de base: 1.000 euros

- L’équivalent de 20 millions de centimes alg environ

L’iPhone 8 sera le plus cher jamais vendu

Smartphone ou iPhone media_xll_9730408

Si vous souhaitez acquérir le prochain iPhone, commencez déjà à économiser. Car les dernières rumeurs indiquent que le smartphone d’Apple sera le plus cher jamais vendu. Le prix de base pourrait atteindre la barre symbolique des 1.000 euros.

D’après Forbes, l’iPhone va subir un sérieux lifting, que ce soit au niveau de son design ou de ses fonctionnalités. Attendu au tournant, Apple est bien décidé à frapper un grand coup. Au détriment du coût de la production qui risque d’exploser.

La production de l’iPhone 8 pourrait ainsi coûter près de 70 euros de plus que l’iPhone 7 Plus, selon une source de Goldman Sachs citée par Business Insider. Cette augmentation va donc se répercuter sur le prix de vente de l’appareil. 

Le prix de base d’un iPhone 8 de 128 Go atteindrait ainsi 999 dollars, voire plus. Un fameux budget qui ferait de ce téléphone le plus cher jamais vendu par Apple. Rappelons tout de même que l’iPhone 7 Plus de 265 Go, soit le modèle actuel le plus avancé, coûte 1.129 euros en Belgique.*lundi 15/05/2017 – 14h45  Source: Business Insider/Forbes

************************************

*Apple présente les iPhone 6s et 6s Plus

media_xll_7988319

*Lors de sa traditionnelle Keynote, Apple a déjà présenté un nouvel iPad (iPad Pro) et deux nouveaux iPhone, le 6s et le 6s Plus.

Le groupe informatique Apple a annoncé mercredi 09 septembre 2015, deux nouveaux modèles de téléphone portable, l’iPhone 6S et l’iPhone 6S Plus, développant la gamme des « téléphones portables les plus populaires au monde ».

 media_xll_7988460

« Force touch »
« Comment poursuivre un tel succès? Je suis ravi de vous présenter nos deux iPhones les plus récents », et aussi « les téléphones les plus avancés au monde », a dit le patron d’Apple, Tim Cook, lors d’une présentation à San Francisco, avant une démonstration illustrant notamment le nouvel écran tactile, capable de réagir différemment selon l’intensité de la pression exercée par l’utilisateur (« force touch »).

iPad Pro
Le groupe informatique Apple avait auparavant présenté une nouvelle tablette, baptisée iPad Pro, présentée comme la plus puissante de la gamme et d’un format plus grand que les autres modèles. 

media_l_7988301

« Avenir de l’ordinateur »
« L’iPad est l’expression la plus claire de notre vision de l’avenir des ordinateurs », a déclaré le patron d’Apple, Tim Cook, lors d’une présentation à San Francisco. « Nous nous sommes demandés comment porter l’iPad plus loin », a-t-il ajouté, avant de montrer l’iPad Pro, « l’iPad le plus puissant que nous ayons jamais créé ». 

Clavier physique complémentaire
L’iPad Pro, qui a un écran de 12,9 pouces de diagonale contre 9,7 pour le modèle classique, est aussi doté d’un clavier logé dans une couverture, « jamais vu », du moins chez Apple. 

Performances
Phil Schiller, vice-président du groupe en charge du marketing, a précisé que l’iPad Pro avait des performances comparables à celles d’un ordinateur de bureau, « plus rapides que 80% des ordinateurs portables vendus ces douze derniers mois ». 

Autonomie améliorée
« Il peut faire ce qu’un smartphone ne peut pas faire parce qu’il n’a pas besoin de tenir dans une poche », et « il est assez mince et léger pour travailler toute la journée et être emporté partout », avec 10 heures d’autonomie, quatre hauts-parleurs et un poids (1,57 livre ou à peu près 712 grammes) et une épaisseur (6,9 mm) minimes. 

iPencil
Enfin, Apple a égalemnt conçu un stylet équipé de capteurs pour détecter son inclinaison et tracer des traits plus ou moins fins. Quant à l’écran tactile, il est doté d’une technologie capable de réagir différemment selon l’intensité de la pression exercéde par l’utilisateur (« force touch »).

Commercialisation
L’iPad Pro doit être mis en vente à partir de novembre pour un prix débutant à 799 dollars avec 32 gigaoctets de mémoire, et jusqu’à 1.079 dollars pour 128 go, tandis que le stylet est vendu 99 dollars, et le clavier à partir de 169 dollars. Trois finitions seront proposées, argenté, doré, et « gris sidéral ». Apple a aussi annoncé un nouvel iPad mini à partir de 399 dollars.*09/09/15 -Source: avec Belga/Afp

media_l_7988461

*******************************

39% utilisent internet sur leurs mobiles en 2016

Les Algériens de plus en plus accros aux smartphones

L’Algérie n’est pas en reste des autres pays où le taux de pénétration et d’utilisation du smartphone est en forte croissance. Le secteur du mobile continue d’ouvrir la voie à l’innovation. Avec une population de 40,72 millions d’habitants, 18 millions d’Algériens utilisent déjà internet avec un taux de pénétration de 44%, selon les chiffres communiqués par Jumia, spécialiste du e-commerce en Afrique, qui a présenté récemment une étude intitulée «L’Algérie Mobile 2017» lors d’une conférence de presse animée par Sacha Poignonnec, co-fondateur de Jumia Groupe et Sophienne Baudry, co-directeur de Jumia Algérie.

Selon Jumia, dont l’étude a concerné les 15 pays plus gros pays africains où elle opère (l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, l’Egypte, le Nigeria, le Kenya, l’Ethiopie, le Mozambique, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Rwanda, l’Ouganda, la Tanzanie et le Sénégal), 39% d’Algériens utilisaient l’internet sur leurs mobiles en 2016. Selon la même source, 720 millions de smartphones seront vendus en Afrique d’ici 2020.

Sur Jumia, ces derniers constituent la part dominante des ventes de téléphones. En 2016, 9% des ventes de Jumia concernaient les téléphones mobiles. 91% des Algériens préféraient les smartphones. La vente de ces derniers est en plein essor sur Jumia, avec un taux de croissance de 15% de 2015 à 2016, indique-t-on. Les algériens sont devenus des mordus du m-commerce puisque, chaque mois, Jumia enregistre 577 000 visites, dont 42% de femmes et 58% d’hommes, ce qui représente une évolution de 44% de 2015 à 2016.

Les Smartphones en haut du podium

18 millions d’Algériens utilisent déjà internet. Un taux de pénétration de 44 %, certes en deçà de ses voisins marocains (58%) ou tunisiens (56%), mais qui tient devant l’Egypte (37%) et bien loin devant la moyenne globale de pénétration d’internet en Afrique qui s’établit en 2017 aux alentours de 18%.

Avec un parc avoisinant les 47,64 millions d’abonnés mobiles à la fin 2016, la téléphonie mobile confirme sa tendance à la hausse en réalisant un taux de pénétration de 111% d’abonnés en Algérie, contre 103% en Egypte par exemple et 80% en Afrique. Le marché de la téléphonie est donc en plein essor en Algérie, avec des utilisateurs qui possèdent en moyenne plus de 2 cartes Sim et renouvellent plus fréquemment leur téléphone mobile.

Ils sont également de plus en plus nombreux à utiliser leur téléphone portable pour se rendre sur internet (39%). Selon Jumia, d’ici 2020 il y aura 720 millions de smartphones en circulation en Afrique. Sur Jumia, les ventes de smartphones écrasent celles des téléphones mobiles avec 91% de ventes de smartphones pour seulement 9% de ventes de téléphones classiques en 2016.

Cet écart se creusera encore plus pour atteindre d’ici quelques mois les 100% de ventes de smartphones dans la catégorie mobile. Cette démocratisation de l’accès aux smartphones est expliquée par «un coût de connexion mobile en baisse importante (41% des utilisateurs mobiles d’internet se connectaient avec la 3G en 2016)», mais aussi par «la diversification des manufacturiers mobiles présents sur le sol algérien et à la multiplication de leurs offres adaptées aux spécificités du marché algérien.»

Ainsi, de nouveaux acteurs, souvent venus de Chine, tels qu’Oppo, Xiaomi, Huawei, Infinix, InnJoo ont su flairer l’opportunité des marchés africains et moyen-orientaux et sont arrivés sur le marché avec des stratégies de prix très agressives. Ce n’est pas par hasard qu’en 2015 déjà, 7 des 10 plus grandes marques de vendeurs de smartphones étaient chinoises.

En Algérie, Samsung reste le choix préféré des clients Jumia, une tendance surprenante car c’est le seul des 15 pays sondés avec la Tunisie où ce fabricant de smartphones est en tête de liste. Et de préciser : «Avec des fourchettes de prix bien plus élevées que les manufacturiers chinois, Samsung a su garder la préférence des Algériens, montrant l’attrait de la marque pour le consommateur algérien et un pouvoir d’achat plus élevé que les consommateurs de la région et du continent. En effet, au Maroc et en Egypte, Infinix, un fabricant chinois proposant des fourchettes de prix bien moins élevées, est la marque la plus vendue, Samsung n’arrivant que deuxième en Egypte et troisième au Maroc.»

L’Algérie à la traîne dans le M-commerce

Si le m-commerce, ou la vente et l’achat effectués à partir d’un appareil mobile, que ce soit un smartphone ou une tablette, est un phénomène encore naissant en Afrique, l’utilisation massive du mobile pour accéder à internet va sans nul doute lui donner une place prépondérante dans les prochains mois. Ils sont 577 000 Algériens à se rendre chaque mois sur Jumia, une progression de 44% par rapport à 2016, mais qui reste encore faible par rapport au nombre total d’utilisateurs d’internet en Algérie, indique Jumia.

De ces 577 000 visiteurs mensuels, ils sont 61% à utiliser leur mobile pour accéder au site de e-commerce et 60% à passer commande directement depuis leur mobile, une tendance très encourageante pour le m-commerce, conclut l’étude à ce sujet. Ils sont 25% du nombre total d’utilisateurs d’internet au Maroc et 16% en Egypte.

En comparant ce pourcentage avec celui moyen de commandes sur mobile des pays d’Afrique qui est de 47%, l’étude de Jumia dit constater l’importance de cette préférence dont fait preuve le consommateur algérien. Ceci peut être associé, d’une part, à «l’ubiquité du réseau d’internet mobile dans le pays, ainsi qu’aux prix très abordables et compétitifs proposés par les opérateurs.»

Enfin, il est signalé que si l’Algérie fait donc figure de meilleur élève au Maghreb et en Afrique en termes de pénétration internet et mobile et de potentiel de croissance, des efforts doivent être engagés pour encourager une population encore assez frileuse pour découvrir les derniers usages d’internet sur mobile tels que le m-commerce. Le m-commerce «a donc encore du chemin à parcourir pour se faire connaître d’abord dans tout le pays, puis enfin recueillir la confiance des Algériens et les séduire par l’offre, le prix et l’expérience client», conclut l’étude Algérie Mobile 2017. **Mahmoud Mamart – el watan /  lundi 15 mai 2017

***************************************

*Apple a vendu 5 millions d’iPhone 5 en trois jours

Le nouveau smartphone s’est mieux vendu que ses prédécesseurs, mais Apple affirme n’avoir pas pu faire face à toute la demande.

Apple a vendu 5 millions d’iPhone entre vendredi matin et dimanche soir, a annoncé le groupe dans un communiqué. C’est mieux que tous les précédents modèles du smartphone lors de leur lancement. Il s’était vendu 4 millions d’iPhone 4S sur la même période, 1,7 million d’iPhone 4 et un million d’iPhone 3GS.

Selon Tim Cook, PDG d’Apple, la demande pour l’iPhone 5 a été «incroyable» et a excédé les stocks disponibles. «La majorité des précommandes ont été honorées, mais de nombreuses ont dû être retardées à octobre», souligne le groupe dans son communiqué. Apple avait engrangé plus de 2 millions de réservations en 24 heures pour l’iPhone 5, deux fois plus que pour l’iPhone 4S.

Des analystes plus optimistes

Si le résultat est solide et ne traduit pas d’essoufflement de la demande pour l’iPhone, il reste dans la lignée des prévisions des analystes, qui oscillaient entre 3 et 10 millions de ventes. Horace Dediu, sur le blog Asymco, tablait sur 6 millions de ventes en un week-end, en appliquant la même hausse qu’entre les générations précédentes.

Dans son communiqué, Apple se félicite aussi du taux d’adoption particulièrement rapide d’iOS 6. Son nouveau système d’exploitation mobile équipe désormais 100 millions d’iPhone, d’iPad et d’iPod touch dans le monde, moins d’une semaine après sa mise à disposition.

L’iPhone 5 est vendu depuis vendredi dans 9 pays, dont la France (contre 7 pour l’iPhone 4S). Il sera disponible dans 22 pays de plus à partir du 28 septembre, et dans une centaine au mois de décembre.*Le Figaro-24.09.2012.

***************************************

Un smartphone, ordiphone ou téléphone intelligent, est un téléphone mobile disposant aussi des fonctions d’un assistant numérique personnel. La saisie des données se fait par le biais d’un écran tactile ou d’un clavier. Il fournit des fonctionnalités basiques comme : l’agenda, le calendrier, la navigation sur le web, la consultation de courrier électronique, de messagerie instantanée, le GPS, etc. À partir de fin 2007, le marché des Smartphones s’étend considérablement jusqu’à dépasser en quelques années celui des téléphones mobiles classiques.Il est possible d’installer des applications additionnelles sur l’appareil. Les applications peuvent être développées par le fabricant, par l’opérateur ou par n’importe quel autre éditeur de logiciel. .*Wikipedia.

*Le premier smartphone, l’IBM Simon (en), fut conçu en 1992. Mais à l’époque, la téléphonie mobile en est à ses débuts, et il faut attendre 10 ans pour que les réseaux évoluent (avec l’arrivée du Edge et de la 3G/3G+). Les principaux fabricants de téléphones de l’époque se lancent dans l’aventure (comme Nokia, le leader de l’époque, LG ou Samsung), ainsi que de nouvelles sociétés spécialisées dans les smartphones (comme Research In Motion avec le BlackBerry). L’OS de référence est alors Symbian.

L’année 2001 a vu le lancement du WA3050 de Sagem qui fut l’un des premiers à combiner les fonctions d’un téléphone mobile et d’un PDA tactile. Il était compatible avec la nouvelle norme de l’époque, le GPRS.

En 2007 sortit l’iPhone d’Apple, dont le succès commercial contribua à démocratiser les smartphones, rendant accessible au consommateur lambda ce qui ne l’était pas avant. Face à ce marché très prometteur, les constructeurs adaptent leurs produits, et Google rachète en août 2005 la startup Android qui développe un système d’exploitation pour smartphone, et qui commence à équiper de nombreux constructeurs (comme Samsung ou HTC).

Fin 2008, RIM lance son premier smartphone tactile, mais BlackBerry OS ne devient réellement un système d’exploitation ergonomique et adapté au tactile qu’en 2011, et se projette fin 2012 avec un OS novateur basé sur QNX.

En 2010, le marché des applications dépasse les 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires, Samsung lance Bada juste après l’avoir montré au Mobile World Congress de Barcelone et Microsoft lance son OS, Windows Phone 7. 2011 est l’année du croisement entre les smartphones et les téléphones classiques, qui se vendent désormais moins bien dans plusieurs pays (dont la France). Une course à la performance se met en place, qui n’est pas sans rappeler celle des PC au tournant du XXIe siècle. Les processeurs sont désormais double, voire quadri-cœurs, atteignent des fréquences de près de 1,5 GHz, et iOS, Android et Windows Phone 7 se livrent une bataille sans merci pour devenir le système d’exploitation de référence.

*Les smartphones, et notamment leurs applications téléchargeables, transmettent en temps réel aux sections marketing des fournisseurs de services des données personnelles des usagers, le plus souvent sans leur consentement. Ces données sont savamment analysées, mettant ainsi en œuvre un véritable profilage et une segmentation des usagers. Selon Meghan O’Holleran, directrice de la section mobile et publicité dynamique de la régie publicitaire américaine Traffic Marketplace, « c’est comme ça qu’on peut tout tracer, en regardant quelles sont les applications téléchargées par le mobinaute, leur fréquence d’utilisation ainsi que le temps qu’il y passe ».

Il est de plus impossible de désactiver a posteriori le traçage de l’usager qui ne peut donc exercer aucun droit à l’oubli. Il est aussi impossible d’effacer l’identifiant unique d’un smartphone. Une part importante des producteurs d’applications ne fournirait pas de règles de confidentialité : 45 sur 101 applications testées lors d’une enquête du Wall Street journal.

Selon Max Binshtok, créateur de DailyHoroscope, une application sur Android, la publicité ciblée, basée sur le lieu où se trouve l’utilisateur, rapporterait de deux à cinq fois plus que la publicité classique. Au point que certaines régies publicitaires souhaitent aussi récolter des renseignements comme l’« origine ethnique [voir marketing ethnique], les revenus, l’orientation sexuelle et les opinions politiques ».

L’enjeu de la protection des données personnelles dans ce cadre est celui du respect de l’autonomie de volonté ; plus de cinq millions de personnes, 10 % de la population, utilisent en 2010 des smartphones.*Wikipedia.

*******************************************

Qui sont les acheteurs de la première heure de l’iPhone 5 ?

L'effet crise ne joue pas sur les aficionados d'Apple.

Ceux qui se pressent dans les Apple store pour acquérir le dernier smartphone d’Apple sont très majoritairement des hommes, jeunes, qui cèdent à l’achat plaisir… De Tokyo à San Francisco, la mise en vente de l’iPhone 5 a donné lieu à un concert d’applaudissements de vendeurs et de louanges de fans. Les analystes pensent qu’Apple vendra entre 6 et 10 millions d’iPhone 5 ce week-end, en incluant les 2 millions de précommandes réalisées en 24 heures. Apple avait vendu un million d’iPhone 3GS, 1,7 million d’iPhone 4 et 4 millions d’iPhone 4S en un week-end. À plus long terme, un nouvel iPhone se vend toujours au moins autant que tous les modèles précédents combinés, a récemment noté Phil Schiller, vice-président marketing d’Apple. Ce qui donnerait environ 250 millions de ventes pour l’iPhone 5. Orange a d’ores et déjà enregistré plus de 20.000 précommandes en dix jours, bien plus que pour l’iPhone 4S. Les autres opérateurs ne donnent pas de chiffres mais sont assurés de tout vendre, la difficulté étant d’être approvisionné en quantités suffisantes.*Figaro-22.09.2012.

*******************************************

L’iPhone 5, «une nouvelle référence»

L'iPhone 5 (à gauche) et l'iPhone 4S, côte à côte.

photo:L’iPhone 5 (à gauche) et l’iPhone 4S, côte à côte..*Prix: à partir de 650 € nu, 190 € avec un forfait

Avec son écran de 4 pouces, l’iPhone 5 est plus allongé tout en gardant la même largeur, mais il est aussi plus fin et nettement plus léger: 112 grammes contre 140 pour l’iPhone 4. Pour cela, Apple a largement revu et corrigé plusieurs détails. Le vieux connecteur plat qui a fêté ses 10 ans est remplacé par un petit connecteur plus pratique avec une prise qui s’enfonce dans n’importe quel sens. La carte micro-SIM cède la place à une carte nano-SIM. Les haut-parleurs perdent en encombrement et gagnent en qualité avec un son plus clair est plus précis que sur l’iPhone 4. La sortie audio, elle, est désormais placée en bas. Apple en a profité pour installer un nouveau processeur, particulièrement rapide, et pour accélérer les connexions 3G et Wi-Fi.

Ce qu’on remarque en premier, c’est le grand écran Retina qui affiche 1136×640 pixels. Du coup, il présente une ligne d’icônes en plus sur la page d’accueil, mais aussi des messages supplémentaires ou encore davantage de rendez-vous dans l’agenda. Petit détail pratique: on trouve désormais l’apostrophe sur le clavier en mode portrait. En mode paysage, on peut regarder des films en 16/9 pratiquement sans bandes noires. Mais seules les applications optimisées s’adaptent au nouveau format de l’écran. Les autres s’affichent avec une bande et haut et en bas.

Pour mettre en valeur l’écran, Apple propose une fonction de panorama sur l’appareil photo. Il suffit de viser et de balayer le paysage pour obtenir une image très grand format. La caméra de visiophonie, elle, filme désormais en HD 720p.

Parmi les nouvelles applications, Plans affiche certaines villes en 3D et offre désormais la navigation GPS pour se laisser guider d’un point à un autre. Une sorte de porte-cartes virtuel, baptisé Passbook, permet de regrouper les cartes d’embarquement, les tickets de concert et les coupons de réduction qui disposent d’un code-barres. Enfin, le système de reconnaissance vocale Siri peut suggérer des restaurants, donner des résultats de sport et lancer des applications.

Après nous avoir obligés à changer de carte SIM pour une micro-SIM avec l’iPhone 4, Apple nous impose d’en commander une nouvelle au format nano-SIM pour l’iPhone 5. Il faudra aussi changer tous les accessoires qui ne sont pas compatibles avec le nouveau connecteur, à moins d’investir dans l’adaptateur que vend Apple au prix exorbitant de 29 €. Quant à la connexion aux réseaux 4G, rien n’indique qu’elle sera compatible avec les réseaux français, qui de toute façon ne seront pas opérationnels avant l’an prochain…

On pourrait dire que la nouveauté de l’iPhone 5 se résume à une petite opération de chirurgie esthétique avec un écran un peu plus long. En fait, tous les détails apportés à sa réalisation font qu’on se retrouve face à un bel objet, particulièrement rapide et toujours aussi simple à utiliser. C’est vrai, il est plus cher que les concurrents et pas forcément plus innovant. Mais il reste, encore une fois, une référence dans le monde des smartphones. *Figaro-19.09.2012.

***************************************

*déclin du marché mondial des tablettes

media_xll_7899593

Le déclin se poursuit sur le marché mondial des tablettes, où les leaders Apple et Samsung ont vu baisser leurs parts au deuxième trimestre, selon des estimations mercredi du cabinet de recherche IDC. Toutes marques confondues, 44,7 millions de tablettes ont été vendues, soit un recul de 7% sur un an et de 3,9% comparé aux trois premiers mois de l’année. 

Le marché avait enregistré une croissance explosive après le lancement de l’iPad d’Apple en 2010, mais montre de nets signes de ralentissement depuis plusieurs trimestres. « Des cycles de vie plus longs, une concurrence accrue d’autres catégories comme les très grands smartphones, combinés avec le fait que les utilisateurs peuvent installer les derniers systèmes d’exploitation sur leurs vieilles tablettes, ont étouffé l’enthousiasme pour ces appareils chez les consommateurs », commente Jitesh Ubrani, un analyste d’IDC. 

Il estime toutefois que de nouvelles formes comme les appareils deux-en-un, qui grâce à des parties mobiles ou amovibles peuvent servir à la fois de tablette et d’ordinateur portable, ou l’ajout de fonctionnalités plus productives dans le système d’exploitation de l’iPad, pourraient raviver le marché.

C’est en exploitant de telles poches de croissance que de plus petits vendeurs ont réussi à grignoter les parts de marché des deux plus grands fabricants mondiaux, Apple et Samsung, qui ne représentaient plus que 41% du marché au deuxième trimestre, contre encore 45% au premier, relève IDC. 

L’américain Apple s’adjuge encore 24,5% du marché, malgré des ventes d’iPad en baisse de 17,9% sur un an, à 10,9 millions d’unités. Le sud-coréen Samsung pointe à 17% avec 7,6 millions de tablettes écoulées (-12% sur un an). 

A l’inverse, les chinois Lenovo et Huawei comme le sud-coréen LG Electronics ont augmenté leurs ventes. Huawei et LG, qui ont particulièrement misé sur les tablettes intégrant une connexion de téléphonie mobile, ont vu leurs ventes respectivement doubler et plus que tripler, à un niveau proche dans les deux cas de 1,6 million d’unités. Selon IDC, Huawei s’adjuge désormais 3,7% et LG 3,6%, ce qui les place aux quatrième et cinquième rangs mondiaux. Lenovo arrive troisième avec 5,7% du marché et des ventes en hausse de 6,8% à 2,5 millions d’unités.*29/07/15 -Source: AFP

****************************

La traduction en direct des conversations devient réalité

Grâce à une application de l’opérateur mobile japonais NTT DoCoMo, il sera possible de converser sans maîtriser la langue de son interlocuteur, le smartphone se chargeant de la traduction vocale.

0dab10f2-1d0c-11e2-8b6c-ffa59a9acac5-493x328

**voir vidéo: traducteur vocal une réalité

Un touriste français, en vacances au Japon, souhaite réserver une table dans un restaurant de Tokyo. Problème, il ne parle pas un mot de japonais. C’est pourtant sans peur qu’il empoigne son téléphone portable. Son secret? Son smartphone a instantanément traduit ses paroles pour son interlocuteur, et interprété en français ce que ce dernier lui a répondu.

Cette scène, qui paraît bien futuriste, sera bientôt une réalité pour les clients de l’opérateur mobile japonais NTT DoCoMo. Ce dernier va mettre en ligne le 1er novembre une application gratuite pour smartphone Android, baptisée Hanashite Hon’yaku. Cette application est capable de traduire une conversation entre deux personnes ne parlant pas la même langue – l’une devant obligatoirement être le japonais -, que ce soit de face-à-face ou par téléphone.

Un résultat pas toujours juste, mais compréhensible

L’application a déjà pu être testée par quelques journalistes lors du salon japonais Ceatec, même si seules les conversations en tête-à-tête étaient disponibles. L’utilisateur choisit sa langue puis celle dans laquelle ses paroles doivent être traduites. Seuls le japonais, le chinois et le coréen seront disponibles au lancement, mais le français, l’allemand, l’italien, le portugais, l’espagnol, l’indonésien et le thaïlandais arriveront à la fin du mois de novembre.

Pour un meilleur résultat, les phrases doivent être simples et bien prononcées. Au bout d’une à deux secondes, une voix de synthèse énonce la phrase traduite, qui apparaîtra également par écrit sur l’écran du téléphone. Pour un journaliste de la BBC, qui teste l’application en vidéo, le résultat est loin d’être parfait d’un point de vue grammatical et syntaxique, mais suffisamment clair pour se faire comprendre de son interlocuteur.

Les trois étapes pour lancer le service de traduction: sélectionner «face-à-face», puis les langues de la conversation, attendre que l'application se connecte au cloud de DoCoMo, puis parler.
Les trois étapes pour lancer le service de traduction: sélectionner «face-à-face», puis les langues de la conversation, attendre que l’application se connecte au cloud de DoCoMo, puis parler.

 Un traducteur instantané de textes écrits

NTT DoCoMo promet que le service sera identique par téléphone, et permettra d’appeler aussi bien des lignes mobiles que des lignes fixes, partout dans le monde. L’application fonctionnera sur n’importe quel smartphone ou tablette tournant sous Android (version 2.2 minimum). Une connexion Internet (Wi-Fi ou 3G) sera néanmoins indispensable, l’application communiquant avec le «cloud» de DoCoMo pour envoyer et recevoir des données, dont la quantité sera soustraite du forfait mobile. Autre limitation, de taille: cette application n’est disponible que pour les clients de DoCoMo. Les touristes étrangers souhaitant en bénéficier devront donc louer un téléphone de cet opérateur le temps de leur séjour, une pratique courante au Japon.

Ces derniers pourront également être tentés par l’application en réalité augmentée Utushite Hon’yaku. Perdu face à un menu tout en japonais, ou des panneaux d’information écrits en kanji? Il suffira de diriger l’écran de son smartphone vers le texte incompréhensible pour le voir instantanément traduit dans sa langue (le chinois, coréen et anglais sont disponibles). L’application sera téléchargeable gratuitement le 1er novembre mais ne marchera que sur les smartphones et tablettes tournant sous Android 2.3 et toute version supérieure.*Le Figaro-23.10.2012.

******************************************************




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...