Le film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb

*Avant-première mondiale de Hors-la-loi à la salle El Mougar

Des frères d’armes à Alger

L’avant-première mondiale du film Hors-la loi a été étrennée, jeudi en fin d’après-midi, à la salle El Mougar, à Alger, et ce, en présence du réalisateur Rachid Bouchareb et de ses comédiens, dans une ambiance festive et fébrile.Le film Hors-la-loi a drainé un public nombreux, notamment des anciens moudajhidine, des journalistes, des ambassadeurs, des comédiens comme Sid-Ali Kouiret, Hassan Benzerrari, et les réalisateurs Lamine Merbah, Mahmoud Zemmouri ou encore Hadj Rahim. C’est dire la fébrilité qui était dans l’air de cet événement. La projection inaugurale, dont l’Algérie a eu l’insigne honneur d’être l’hôte de marque, a été relevée par la présence de Khalida Toumi, ministre de la Culture, Rachid Bouchareb, de sa mère Maghnia et de ses comédiens, les guest-stars Jamel Debouze, Roshdy Zem, Chafia Boudraâ, Bernard Blancan, Ahmed Benaïssa qui ont été longuement et chaleureusement ovationnés.

Seul Sami Bouajila était absent car en tournage dans l’île de la Réunion. Le pitch du film Hors-la-loi ? Chassés de leur terre algérienne, leur humus natal, à Sétif en 1925, trois frères et leur mère sont séparés. Messaoud s’engage en Indochine. A Paris, Abdelkader prend la tête du mouvement pour l’indépendance de l’Algérie, et Saïd fait fortune dans les bouges et les clubs de boxe de Pigalle. Leur destin, scellé autour de l’amour d’une mère, se mêlera inexorablement à celui d’une nation en lutte pour sa liberté… Une histoire filiale d’une fratrie d’armes. Un film qui fait office de suite d’Indigènes, dont le scénario est de Rachid Bouchareb et Olivier Lorelle. Cette fois-ci, sans Samy Naceri, avec sa « dream team » : Jamel Debbouze, Sami Bouajila, Roschdy Zem, Bernard Blancan qui ont crevé l’écran. Avec une mention spéciale pour les comédiens algériens, comme Chafia Boudraâ, Ahmed Benaïssa et Mourad Khan qui ont joué juste et avec générosité. « J’ai eu l’honneur de jouer dans le film Hors-la-loi. Je remercie Rachid Bouchareb de m’avoir fait confiance pour ce rôle. Gloire à nos Martyrs ! », dira Chafia Boudraâ.

Jamel « Boudebouze »

Un thriller historique, mnémonique et chronologique digeste et galvanisé. 2 heures 11 minutes pour convaincre… les sceptiques, les détracteurs et les esprits chagrins. Du celluloïd d’une brillance, pas à l’effet bœuf, compulsant les interstices de l’histoire. L’exaction féodale, l’expropriation, les massacres du 8 Mai 1945 à Sétif (Guelma et Kherrata), la guerre d’Indochine en 1953, le déclenchement de la révolution de Novembre 1954, l’activisme nationaliste au bidonville de Nanterre (Paris), les actions révolutionnaires du FLN au cœur de la France, les manifestations d’octobre 1961 réprimés par la police de Papon, les exécutions sommaires de la Main rouge (escadrons de la mort, un service parallèle et clandestin français), des activistes du FLN et puis l’indépendance en 1962.

Rachid Bouchareb signe, ici, sans complaisance ou autre flagornerie, une œuvre majeure, d’excellente facture, surtout au niveau de la mise en scène. C’est que ce réalisateur, après Indigènes et London River est en train de s’affiner et de se bonifier, filmiquement parlant. La preuve ! Il traite d’un pan de l’histoire algérienne sous l’occupation française. Mais pas d’une manière manichéenne, frontale et déclarée. Rachid Bouchareb retrace une guerre, un combat d’un peuple s’affranchissant, se libérant et arrachant son indépendance. Et ce, de par une fiction mêlant drame, histoire et action. « L’avant-première mondiale de Hors-la-loi de Rachid Bouchareb qui se passe en Algérie, c’est formidable. C’est un film qui a créé beaucoup de polémiques. C’est dommage ! Parce que c’est complètement illusoire de penser que la vérité peut être enterrée indéfiniment. Il y a un vrai renouveau du cinéma algérien. Il y a beaucoup à faire… Il y a de très bonnes nouvelles. Dans la loi de finances complémentaire en matière de cinéma et de livres. Et il y a beaucoup de projets. Faites du cinéma et moi je me battrai pour que vous ayez des moyens… », déclarera Mme Khalida Toumi.

Jamel Debouze ne dérogera pas à sa marque de fabrique : King of comedy (roi de la comédie). « La dernière fois que je voulais venir en Algérie, on m’a pas donné de visa. Je me suis acharné. Et j’ai bien fait ! Alger est la plus belle ville du monde. Vous avez énormément de chance ! J’ai beaucoup de respect pour l’Algérie, pour son histoire. Je suis très fier d’avoir incarné ce personnage. Grâce aux gens (révolutionnaires) que vous verrez dans ce film, nous sommes libres aujourd’hui. Donc, j’ai envie de dire : ‘‘One, two, three… Viva l’Algérie’’. Désormais, je m’appelle Jamel Boudebouze (un clin d’œil au talentueux joueur algérien Riadh Boudebouze) ! »

Rachid Bouchareb prépare un film sur l’activiste des Black Panthers, Angela Davis, dont le scénario est écrit par Yasmina Khadra, et un autre, une comédie. « Un film drôle où il n’y a pas de polémiques (rires). L’histoire de deux flics, l’un arabe et un autre américain. C’est Jamel Debouze qui campe le rôle du flic arabe et l’Américain, c’est ‘‘quelqu’un’’ mais on est en train de discuter. Et puis, la suite de Hors-la-loi. Un film sur l’immigration… », confiera le prolixe et prolifique Rachid Bouchareb. (El Watan-10.07.2010.)

***

30 PERSONNALITÉS DU CINÉMA FRANÇAIS À ALGER POUR SOUTENIR “HORS-LA-LOI”

Bouchareb présentera le film aux Oscars au nom de l’Algérie

Plus de 30 artistes français, en majorité des réalisateurs et producteurs, sont venus spécialement de France pour soutenir l’avant-première de Hors-la-loi, jeudi à 18h, à la salle El Mouggar à Alger.

1Parmi les invités les plus importants, on cite notamment Costa Gavras et sa femme Michelle, qui avaient produit le film Mon Colonel, Djamel Bensalah, auteur de Il était une fois dans l’oued, le producteur Richard Djoudi et Philipe Faucon qui avaient notamment produit et réalisé la Trahison, à cela s’ajoute l’inamovible Jacques Verges, le cinéaste Amor Hakar, le producteur de Cartouche Gauloises, Salem Brahimi, ou encore Yasmina Adi, auteure notamment du fameux documentaire l’Autre 8 Mai 45. Il y avait également de nombreux intellectuels, producteurs, scénaristes et auteurs français, qui avaient notamment signé la lettre de soutien à Bouchareb dans le quotidien le Monde.
Tous invités par la ministère de la Culture, Khalida Toumi, qui a tenu à mettre le paquet pour récompenser un film qui avait redonné au cinéma algérien ses lettres de noblesse dans les concert des nations du cinéma. Plus qu’une avant-première, c’est une véritable démonstration de force politique et cinématographique de l’Algérie après la campagne médiatique acharnée de la France contre le film Hors-la-loi lors du Festival de Cannes.
Le tout en présence de quelques figures révolutionnaires du pays, à l’image de l’héroïne de la Bataille d’Alger, Zohra Drif. Dans le camp politique, seule Louisa Hanoune a tenu à assister à cette avant-première spéciale. Mais la plus grande attraction de la soirée à la salle El Mouggar, c’était incontestablement Djamel Debouzze et toute l’équipe de Hors-la-loi, (Roshdy Zem, Bernard Blancand, Samir Gasmi, Chafia Boudraâ ou encore Mustapha Djemdjam et Ahmed Benaïssa), seul Sami Bouadjila était absent pour cause de tournage.
Le comédien franco-marocain, Djamel Debouzze, a pris avec philosophie le fait que l’Algérie lui ai refusé deux fois le visa, déclarant qu’il a bien fait d’attendre. Très sollicité et toujours disponible, il avait échappé à la foule, accompagné d’une discrète protection rapprochée pour se promener dans et découvrir pour la première fois de sa vie les belles ruelles d’Alger.

Prochaine étape :  les Oscars
Mais l’objectif réel de la projection du film Hors-la-loi à Alger, c’est d’inscrire avec cette date de projection le film aux Oscars pour la course du meilleur film étranger en mars 2011, a avoué le producteur et associé Jean Bréhat.
Selon le règlement de l’Académie des arts et science des Oscars, le film qui postule pour la candidature pour l’Oscar du meilleur film étranger doit être présenté dans le pays candidat à l’inscription, même si ce n’est pas le pays du producteur majoritaire ou la langue étrangère parlée dans le film. Ce qui fait que le réalisateur Rachid Bouchareb a choisi d’inscrire le film Hors-la-loi au nom de l’Algérie aux Oscars, comme pour Indigènes en 2008 et Poussière de vie en 1995. Des voix vont encore s’élever contre ce choix du réalisateur et producteur algérien qui a choisi la voix du cœur de la patrie à celle de la raison artistique et productrice d’un pays. D’ailleurs, l’une des craintes de la production, c’est la sortie du film le 22 septembre prochain en France. Le film risque de faire l’objet d’une énième contestation de la part de l’extrême droite et des partisans de l’Algérie française.
Mais malgré les pressions politiques et médiatiques, le film a été présenté avec succès au Festival de Cannes. Après la projection tant attendue au palais du festival, le réalisateur répondra avec son équipe et ses producteurs à toutes les attentes des journalistes, mettant ainsi un terme à plus de trois semaines de cabale médiatique française, alors que le film n’avait même pas été présenté à la presse. Une audace artistique et politique qui a valu au réalisateur d’être écarté du palmarès, alors que sa présentation a reçu un accueil royal, ponctué par un standing ovation de 15 mn.
L’Algérie, qui aspire à revenir sur la scène cinématographique internationale, a tenu à produire ce film à hauteur de 20%, soit environ 4 millions d’euros (plus de 40 milliards de centimes), sur un financement global du film qui a atteint les 19,5 millions d’euros, partagé entre la France, la Belgique et la Tunisie.
Avec cette avant-première à Alger, l’Algérie est sur le point d’être nominée une nouvelle fois aux Oscars, puisque avec un oscar gagné en 1969 avec Z, de Costa Gavras, et 3 nominations pour le Bal, d’Ettore Scola, Poussières de vie et Indigènes, de Rachid Bouchareb, elle se classe à la 15e place des pays oscarisés et nominés juste derrière la Russie.
Selon la production, une nouvelle campagne sera bientôt menée pour empêcher Hors-la-loi de se présenter pour les Césars du cinéma français, mais Rachid Bouchareb ne semble pas intéressé, puisque, selon toujours les mêmes sources, son film sera présenté dans d’autres festivals internationaux : Dubaï, Marrakech, Toronto, Sundance.  Rachid Bouchareb a de toute façon gagné son pari, celui de présenter un grand film sur la Révolution algérienne au palais des Festivals à Cannes, le plus grand rendez-vous international du cinéma dans le monde, attirant tous les projecteurs de la planète sur la fresque colorée et dramatique de la guerre d’Algérie, et devenant plus connu et célèbre que celui qui a remporté la Palme d’or en 2010. (Liberté-10.07.2010.)  

*********

7 réponses à “Le film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb”

  1. 18 06 2015
    sdorttuiiplmnr (09:23:18) :

    Great write-up, I am regular visitor of one’s blog, maintain up the nice operate, and It’s going to be a regular visitor for a long time.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  2. 15 06 2015
    sdorttuiiplmnr (21:25:36) :

    I am impressed with this web site, really I am a big fan .

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  3. 9 12 2012
    moncler outlet (23:29:20) :

    Some genuinely quality blog posts on this site, saved to my bookmarks .
    moncler outlet

  4. 20 11 2012
    mulberry handbags (22:04:13) :

    I was examining some of your blog posts on this site and I think this site is rattling instructive! Keep putting up.
    [url=http://www.bagmulberry.co.uk/mulberry-handbags-c-9.html]mulberry handbags[/url]
    mulberry handbags

  5. 19 10 2011
    monster headphones outlet (13:29:27) :

    Good reputation

  6. 17 10 2011
    debt management plan (19:30:26) :

    This it is an interesting piece of information. But first of all I must salute all every one. Bounjour. And now I must say that I have post http://niarunblog.unblog.fr/la-vie-culturelle/le-film-de-djamila-bouhired/le-film-hors-la-loi-de-rachid-bouchareb on my Hi5 profile. And this because in the end I found what I was looking for. What you say here is really very good post. In the second I saw this tittle, ELAyam-2 » Le film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb, on my google search I was very glad. It is possible I found something that have the same ideea here http://ivauk.com/debt-management.php, I’m not sure but I thing it was the same. My regrds

  7. 10 05 2011
    martiniquaise (14:57:35) :

    cool merci pour l’infos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...