L’Algérie de Benbella

*50 ans de régimes politiques algériens.

           1- L’Algérie de Benbella

Les cendres d’octobre 88 sont encore chaudes et vivaces dans notre mémoire collective. Les émeutes de janvier 2011 en sont-elles un remake ? Sommes-nous en présence d’un mouvement spontané, produit d’un ras-le-bol social, ou organisé et programmé par un clan du pouvoir en vue d’une succession qui s’annonce rude ? Ici quelques éléments de réponse puisés dans la vie politique algérienne post-indépendance, les maux qui rongent notre pays ayant des origines lointaines.

Confusion autour de l'état de santé de Ben Bella dans actualité ben-bellaL’Algérie de Benbella dans actualité

La démocratie, revendication substantielle, y apparaît comme une denrée rare, sinon résiduelle. Au-delà de nos doléances légitimes (cherté de la vie, mal-vie, chômage chronique des jeunes, flou en matière d’économie politique, gouvernance à vue…), force est d’observer l’absence de légitimité du pouvoir réel, les institutions en place n’en étant que l’apparence.Ainsi, après trois siècles de présence turque et près d’un siècle et demi de domination coloniale, l’Algérie contemporaine a pu se frayer un chemin dans le concert des nations. Ainsi, au commencement de la doctrine politique algérienne, la proclamation du premier novembre 1954 au terme de laquelle l’indépendance nationale est le préalable à toute entreprise. Les questions traitées lors du Congrès de la Soummam (1956) furent approfondies dans le programme de Tripoli (1962) qui énuméra quelques idées générales en vue d’une plate-forme d’action. Il fallut attendre le Congrès du FLN en Avril 1964 pour qu’une charte votée à Alger esquisse les contours d’une doctrine de développement de la société algérienne et trace des perspectives d’avenir.

Ainsi, pour le programme de Tripoli : « A la lutte pour l’indépendance nationale succèdera la révolution démocratique populaire », tout comme le combat idéologique doit succéder à la lutte armée. La charte d’Alger prévoyait une période de transition qui « implique la construction d’un Etat populaire qui exprime la volonté des masses de construire le socialisme ». Déjà le programme de Tripoli faisait de la réforme agraire et de l’industrialisation les deux tâches fondamentales sur lesquelles devrait reposer le développement de l’Algérie, conçu dans le cadre d’une collectivisation des grands moyens de production et d’une planification rationnelle.

Chartisme algérien et autogestion

Durant la présidence de Ben Bella, la charte d’Alger préconisa l’autogestion pour répondre au néo-colonialisme. Les textes institutifs de celle-ci devaient donner les usines aux ouvriers et la terre aux paysans. Facteur de développement socialiste, elle exprimait « la volonté des couches laborieuses du pays à émerger sur la scène politico-économique et à se constituer en force dirigeante ». L’autogestion était considérée comme le cadre dans lequel devait se réaliser la démocratie. Sur le problème central de la propriété, la charte d’Alger avait procédé à sa division entre « propriété exploiteuse » et « propriété non exploiteuse », la première devant être abolie alors que la seconde pouvait être préservée. A cet égard, la charte nationale de 1976 reprend le même critère pour la définition de la propriété.

S’agissant du parti, il est stipulé que le FLN ne doit être ni un parti de masses, ni un parti d’élites, mais un part d’avant-garde au sein duquel une démocratie interne doit être préservée. Les ouvriers, les paysans pauvres et les militants révolutionnaires conséquents sont la composante sociale du parti afin de confirmer dans les faits l’option socialiste du pays par la nationalisation du commerce extérieur, des banques et des transports. Pour ce faire, les cadres de l’Etat sont choisis en fonction de leur valeur politique plutôt que de leur compétence technique. Quant à l’armée, elle doit être soumise au parti qui contrôle les milices populaires.

Le régime de Ben Bella et l’armée

Dès l’origine, la lutte armée a exigé la mise en place d’une organisation politico-militaire, le FLN-ALN, en sorte qu’au lendemain de l’indépendance, Ben Bella a pu dire que : “La reconversion de notre appareil politico-militaire est indispensable… Nous devons faire la distinction entre le Parti et l’Armée”; les questions de la place de l’Armée dans la société et son rapport au pouvoir politique furent ainsi posées. Ce qui n’est pas une mince affaire dans la mesure où, pour Boumediene, alors principal responsable de l’Armée, celle-ci a une double mission : défense de l’intégrité du territoire national et participation au développement du pays.

Ainsi, pour ce dernier : “Aucune révolution réelle n’est réalisable sans la présence d’une armée d’origine populaire, d’idéologie révolutionnaire alliée des masses laborieuses”. De même, dira t-il : “Comment entreprendre une révolution socialiste d’une manière radicale dans un pays en voie de développement en s’appuyant sur les lois de la bourgeoisie et sur une armée réactionnaire”. L’armée se veut d’essence populaire, thèse confirmée par la charte nationale et la constitution de 1976. Au plan politique, des officiers supérieurs occupe depuis des postes importants : présidents de la République, ministres, walis, PDG de sociétés nationales… La même situation a été suscitée dans l’Egypte du temps de Nasser.

Dès lors, s’appuyer sur la “principale force organisée” du pays devint une évidence. Ainsi, l’état-major de l’ANP qui entra en conflit ouvert avec le GPRA fut le soutien de Ben Bella ; celui-ci constitua à Tlemcen un bureau politique chargée de « prendre en main les destinées de l’Algérie ». Après l’élection d’une Assemblée nationale, le 20 septembre 1962, il y eut l’investiture de premier gouvernement algérien post-indépendance présidé par Ben Bella. Parmi ses objectifs : « Reconvertir l’ALN vers des tâches constructives » et « édifier un socialisme spécifiquement algérien ». Devenu secrétaire général du FLN en avril 1963, il fait adopter par l’Assemblée nationale une Constitution de type présidentiel en août de la même année. En avril 1964, un congrès du FLN se tint à Alger et adopta une charte qui fait de l’autogestion « le principe d’organisation sociale ».

Échec du régime de Ben Bella

Parmi les causes explicatives de l’échec du régime de Ben Bella, figure sans doute la concentration du pouvoir entre les mains d’un seul homme ; ce grief est le plus galvaudé à l’endroit du régime de Ben Bella. Il a en effet, au fur et à mesure, écarté certains de ses ministres (ceux faisant partie du « clan d’Oujda », ainsi Medeghri et Bouteflika). Plusieurs ministères se muèrent en de simples directions rattachées à la Présidence. De ce fait, il devint loisible à ses détracteurs d’évoquer un culte de la personnalité, voire de personnalisation du pouvoir.

A cela, s’ajoute l’observation selon laquelle les institutions de l’Etat ont été mises en place à partir su sommet, voire même que la construction de l’Etat a plus relevé de l’énonciation théorique que du travail effectif. Ainsi, la constitution de 1963 n’est ni présidentielle ni parlementaire, « c’est un régime constitutionnel de gouvernement par le parti » comme devait le déclarer alors M. Benabdallah, rapporteur du projet de la loi fondamentale algérienne. En ce sens, le parti unique devait être l’institution fondamentale du pouvoir de l’Etat qui a été qualifié de « monocratisme partisan ».

De même, les dispositions de la constitution de 1963 furent fixées par le bureau politique du FLN et approuvées par une conférence des cadres du Parti et non par une Assemblée constituante. Cette situation explique sans doute que le FLN occupe une place importante dans cette constitution qui lui consacre le préambule et un chapitre. Défini comme un parti d’avant-garde du peuple composé « des masses laborieuses et des intellectuels révolutionnaires », le parti domine l’appareil de l’Etat dès lors qu’il est à l’origine de la désignation des hommes appelés à prendre en charge des responsabilités : le président de la République et les députés de l’Assemblée nationale au sein de laquelle furent recruté les membres du Gouvernement.

Ainsi, le gouvernement par le parti fut une pure illusion ; ce, outre que Ben Bella fut président de la République et secrétaire général du FLN. Titulaire de quelques portefeuilles ministériels, il recourut également à l’article 59 de la constitution de 1963 qui lui octroyait des pouvoirs exceptionnels. La confusion des pouvoirs eut lieu, d’autant plus que les autres institutions prévues (conseil constitutionnel, conseil supérieur de la magistrature, conseil économique et social) se révélèrent secondaires et de peu de poids.

Par ailleurs, l’autogestion fut retenue comme modèle de développement économique ; la charte d’Alger précise que la période de transition au socialisme « implique la construction d’un Etat populaire qui exprime la volonté des masses ». Les textes instituant juridiquement l’autogestion se trouvent être les décrets de mars 1963 qui consacrent une situation de fait dès lors qu’il semblerait que l’autogestion a été dans les grandes fermes -gérées jusqu’alors par les colons- le produit de la spontanéité des travailleurs de la terre. Ainsi, le décret du 18 mars 1963 définit le transfert définitif des biens européens abandonnés au patrimoine algérien. Sauf à dire que ces biens furent placés sous la tutelle administrative de la présidence, l’autogestion ayant été alors limitée aux entreprises d’intérêt local.

Suite au coup de force opéré par Boumediene, un conseil de la révolution fut mis en place au nom d’une certaine idée de la légitimité révolutionnaire ; ce faisant, la constitution de 1963 et la charte d’Alger furent mises au boisseau et les institutions existantes furent mises entre parenthèses. C’est ainsi que, avec les discours officiels, la proclamation du 19 juin 1965 demeura jusqu’en 1976 le seul texte de référence dont le credo était « le redressement révolutionnaire ». Celui-ci s’assimila au « socialisme spécifique » qui reposa sur une stratégie développementiste faisant des sociétés nationales la cheville ouvrière du projet de ce conseil. En fait, cette expérience, entamée en 1967, donna naissance à un capitalisme d’Etat périphérique dépendant du système financier international. Cette expérience vit sa cristallisation théorique dans la charte nationale.

Ammar KOROGHLI, Avocat-auteur Algérien (notamment de : « Institutions politiques et développement en Algérie »)

**************************************

Mahdia Benbella

La fille d’Ahmed Ben Bella, ancien chef d’Etat, a réagi aux propos de Saïd Sadi tenus lors d’une conférence-débat à Sidi Aïch le week-end dernier.

Offusquée par le qualificatif d’«agent égyptien» utilisé par l’ancien président du RCD pour évoquer son rôle durant  la guerre de Libération nationale, Mahdia Ben Bella traite pour sa part Sadi de «petit Colombo» qui «n’arrivera jamais à la cheville» de son père, dont elle rappelle le parcours connu de tous.

Qualifiant les déclarations de Sadi de «scandaleuses», elle affirme qu’ «aucun de tous les responsables de la Révolution sans exception n’a pu déceler qu’Ahmed Ben Bella était à la solde de l’Egypte et de la France». «Aucun de tous les opposants, a-t-elle encore ajouté, qui ne partageaient pas sa vision politique, Abane compris, n’a traité Ahmed Ben Bella d’agent de l’étranger.

Et voilà qu’un petit ‘Colombo’, à savoir Saïd Sadi, découvre qu’Ahmed Ben Bella est un agent à la solde de l’Egypte et de la France.» Selon elle, «si fréquenter les grandes personnalités qui dirigent le monde, et Ahmed Ben Bella en a fréquenté beaucoup, de Guevara à Mandela sans oublier Abdel Nasser, Mohammed V et Bourguiba, pour ne citer que ceux-là, c’est être un agent d’un pays, alors que dire de Saïd Sadi dont la fréquentation plus que douteuse qu’il entretient avec les gens qui ne cessent de tirer sur notre pays, de le diaboliser et d’essayer de le détruire dans son unité et son entité». Mahdia Ben Bella dit laisser «aux Algériens de juger ce comportement et d’en tirer les conclusions». Elle rappelle ainsi qu’il était membre de l’Organisation secrète (OS).

En 1952, il a rejoint Le Caire pour devenir membre du Maghreb arabe comme représentant du PPA/MTLD avec Mohamed Khider et Hocine Aït Ahmed, en 1954 membre du Comité révolutionnaire d’union et d’action (CRUA). Le 1er Novembre 1954, il a annoncé sur les ondes de Saout El Arab le déclenchement de la Révolution algérienne. Elle fait état également du reste de son parcours jusqu’à l’indépendance, où il a été le premier chef de gouvernement et puis le premier Président jusqu’à 1965.*El Watan/07/01/2015

Mahdia ben Bella, second left, pays respect to her father and late Algerian president Ahmed Ben Bella in Algiers, Thursday. Ahmed Ben Bella, Algeria's first president and a historic leader of its bloody independence struggle from France, died at his family home in Algiers on Wednesday. He was 95. Ben Bella, a symbol of pan-Arabist ideology as well as the global anti-colonial movement, was president of Algeria from 1963 until he was overthrown in a military coup in 1965 by the army chief of staff, Col. Houari Boumedienne. Photo: Sidali Djarboub                           , AP / AP

ahmed-ben-bella-devient-president-du-conseil-de-lalgerie-independanteben-bella-62- Ben-Bella Algérie-USA Dexia dans Eco-finances

*le parcours de Ahmed Benbella.

  1. Conseiller municipal PPA/MTLD de Marnia
  2. Membre de l’Organisation secrète (OS) et son responsable pour l’Oranie
  3. Responsable national de l’Organisation secrète en remplacement de MrHocine Ait Ahmed
  4. Arrestation par les autorités coloniales
  5. Évasion de la prison de Blida
  6. Rejoint Le Caire pour devenir membre du Maghreb Arabe comme représentant du PPA/MTLD avec Mohamed Khider et Hocine Ait Ahmed
  7. Membre du Comité révolutionnaire d’union et d’action (CRUA)

1° Novembre 1954. L’homme qui annonce sur les ondes de Saout El Arab le déclenchement de la Révolution algérienne

Août 1956. Désigné membre titulaire du Conseil national de la Révolution algérienne (CNRA) au même titre que Benboulaid, Krim et Abane, entre autres

Octobre 1956. Arrêté avec ses compagnons dans l’avion détourné par l’armée française

Aouût 1957. Désigné membre du CNRA et du CEE au même titre que ses compagnons à la prison de la santé ainsi que Abane, entre autres

Septembre 1958. Désigné vice-président du gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) dans le Premier gouvernement

Janvier 1960. Confirmé en tant que vice-président du GPRA dans le Deuxième gouvernement

Août 1961. Confirmé en tant que vice-président du GPRA dans le Troisième gouvernement

D’Août 1956 à l’indépendance à 1962. Membre titulaire des cinq congrès du CNRA

  1. Premier chef du gouvernement dans l’Algérie libre et indépendante
  2. Premier président de la République

Aucun de tous les responsables de la Révolution sans exception n’a pu déceler que Ahmed Benbella était à la solde de l’Égypte et de la France.

Aucun de tous les opposants qui ne partageaient pas sa vision politique, Abane compris, n’a traité Ahmed Benbella d’agent de l’étranger.

Et voilà qu’un petit « Colombo », à savoir Saïd Sadi, découvre que Ahmed Benbella est un agent à la solde de l’Égypte et de la France.

Quel scandale,

Si fréquenter les grandes personnalités qui dirigeaient le monde et Ahmed Benbella en a fréquenté beaucoup de Guévara à Mandela sans oublier Abdel Nasser, Mohamed V et Bourguiba pour ne citer que ceux-là, c’est être un agent d’un pays, alors que dire de Saïd Sadi dont la fréquentation plus que douteuse qu’il entretient avec les gens qui ne cessent de tirer sur notre pays, de le diaboliser et d’essayer de le détruire dans son unité et son entité.

Aux Algériens de juger ce comportement et d’en tirer les conclusions.

Pour ma part, je dis à Saïd Sadi, vous n’arriverez jamais à la cheville de Ahmed Benbella. »

**mahdia benbella (@mahdiabenbella) | Twitter

*****************************

 

134 réponses à “L’Algérie de Benbella”

1 5 6 7
  1. 11 11 2016
    épicerie américaine (15:04:41) :

  2. 28 06 2016
    drywall screwdriver (14:04:32) :

    What are your standards of success for a blog? Readership? Quality? Is there a relationship between readership and quality?. . What did people with successful blogs do to make them successful? Was it a kind of « if you build it, they will come » thing? Do they actively market themselves? Do they associate themselves with other famous bloggers or websites? How does it happen?. . Do you have a blog? What do you do with your blog? Do you consider yourself successful? Why?.

    http://toolmart.eu/eng_m_Power-Gasoline-Tools_Drywall-Screwdrivers-240.html

  3. 3 04 2016
    Taylor Sauseda (04:06:48) :

    Do you mind if I quote a couple of your posts as long as I provide credit and sources back to your website? My blog site is in the exact same area of interest as yours and my users would truly benefit from some of the information you present here. Please let me know if this okay with you. Many thanks!

    http://tinyurl.com/hn7vubm

  4. 25 03 2016
    Charley Rudney (04:23:14) :

    very nice put up, i actually love this website, keep on it

    http://ow.ly/ZIpRQ

  5. 18 10 2015
    Happy New Year 2016 Image (21:11:20) :

    I had been seeking around yahoo and google and that i found your online site. Effectively in fact stating I really like your website plus your internet site design. I seem several websites and they also is not going to appear so simple to use and colour you are making use of it suites your web site. Keep doing it.

    http://www.happynewyear2016hdimageswihshes.com

  6. 22 08 2015
    Antekhrist (06:21:49) :

    je viens de partager ! par contre, petite précision au sujet de 51, l’album NecroPedoSadoMaso vient de SEWER et non de Antekhrist… à méditer ;)

    http://antekhrist.bandcamp.com

  7. 22 08 2015
    Le Monde (05:25:17) :

    je viens de partager ! par contre, petite précision au sujet de 28, l’album NecroPedoSadoMaso vient de SEWER et non de Antekhrist… à méditer ;)

    http://antekhrist.bandcamp.com

  8. 18 06 2015
    sdorttuii plmnr (14:55:57) :

    I just like the helpful information you supply to your articles. I’ll bookmark your blog and check once more right here frequently. I am slightly sure I’ll learn many new stuff right right here! Good luck for the next!

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  9. 17 06 2015
    Song Kinter (01:50:22) :

    Hi there I am so excited I found your site, I really found you by error, while I was searching on Askjeeve for something else, Anyways I am here now and would just like to say many thanks for a incredible post and a all round interesting blog (I also love the theme/design), I don’t have time to read through it all at the moment but I have saved it and also added in your RSS feeds, so when I have time I will be back to read a great deal more, Please do keep up the great b.|

    http://random1.qy119.com

  10. 15 06 2015
    sdorttuiiplmnr (23:30:24) :

    Attractive section of content. I just stumbled upon your website and in accession capital to assert that I acquire in fact enjoyed account your blog posts. Any way I’ll be subscribing to your feeds and even I achievement you access consistently quickly.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  11. 15 06 2015
    sdorttuiiplmnr (23:04:02) :

    There is apparently a bundle to know about this. I believe you made various nice points in features also.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  12. 15 06 2015
    sdorttuiiplmnr (19:19:07) :

    I liked as much as you will receive performed right here. The comic strip is attractive, your authored material stylish. nevertheless, you command get bought an edginess over that you wish be turning in the following. sick for sure come further previously once more since precisely the same nearly a lot ceaselessly inside of case you defend this hike.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  13. 10 05 2015
    guaranteed payday loans direct lenders (23:55:38) :

    Can you translate and post articles online from foreign news/magazines without fear of copyright infringement?
    guaranteed payday loans direct lenders http://www.paydayloansusa.company

  14. 9 05 2015
    bad credit online payday loans (00:46:28) :

    Can i protect my blog content copyright without registering it to copyright departmen? please help?
    bad credit online payday loans http://www.paydayloansusa.company

1 5 6 7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...