Les complices du chaos.3

**Ils ont laissé le pays aller à la dérive

************************************

Ali Benouari, ex-ministre du Trésor dans le gouvernement Ghozali (© Imad Boubekri - TSA Algérie)

*Ali Benouari : Ouyahia sert la mafia

Ali Benouari a été ministre du Trésor dans le gouvernement Ghozali avant de s’établir en Suisse. En 2014, il était candidat à la candidature à la présidentielle. Mardi dernier, Ahmed Ouyahia, en présentant le projet de révision de la Constitution, a affirmé que ceux qui se sont présentés aux élections en Suisse n’auront plus le droit de se porter candidats aux présidentielles algériennes. « Une attaque personnelle contre moi », explique Ali Benouari dans cet entretien réalisé par TSA à Alger. L’ancien ministre revient également sur la politique économique du gouvernement et mets en garde : « Si ce pouvoir ne change pas d’ici trois ans, c’est la digue qui va céder. Ça veut dire l’euro à 2 000 dinars, la baguette de pain et l’essence seront à 10 000 dinars ».

**Lors de sa présentation de l’avant-projet de la révision constitutionnelle, Ahmed Ouyahia a parlé « d’un homme politique qui s’est présenté aux élections en Suisse et qui n’aura plus le droit de se présenter aux élections présidentielles en Algérie après cette révision ». Ouyahia vous a-t-il visé ?

Ahmed Ouyahia est coutumier des attaques personnelles contre moi. Il y a dix ans, il avait réagi à un de mes articles de nature académique intitulé « Plaidoyer pour une convertibilité totale du dinar ». C’était un papier purement académique destiné aux étudiants et aux chercheurs dans lequel j’ai exposé mon point de vue sur la nécessité d’instaurer la convertibilité du dinar afin que le taux de change devienne une variable d’ajustement pour éviter un écart trop important entre la valeur réelle et la valeur officielle de notre monnaie.

Mais M. Ouyahia m’avait attaqué personnellement et en direct à la télévision algérienne, avec les mêmes arguments qu’il a utilisés mardi. C’est-à-dire comment un homme qui fait de la politique en Suisse se permet de parler de l’économie algérienne en usant de termes insultants à mon égard du genre parti d’extrême droite etc. ? Il avait même ajouté : « On se demande quelle mafia cet homme (Ali Benouari) sert parce que si on suit ses recommandations, cela reviendrait à siphonner les réserves de change du pays ».

Dix ans après, la même personne commet les mêmes attaques liées à ma nationalité suisse et à mes activités politiques dans ce pays. Ce n’est pas innocent. Le point commun entre les deux attaques c’est de détruire un homme, pas pour ses ambitions politiques forcément.

D’ailleurs, la lecture de l’avant-projet de révision constitutionnelle montre à l’évidence qu’il y a des articles qui ont été ajoutés pour m’empêcher d’être candidat à l’élection présidentielle. S’il subsistait un doute sur ce point, il a été levé par le commentaire personnel (d’Ouyahia) me concernant.

La question fondamentale que je me pose : qui a peur de Ali Bennouri, et par voie de conséquence, qui a peur de Nidaâ El Watan (parti non agrée de Ali Benouari) ?  Il y a dix ans, je me suis également posé la question par rapport aux attaques personnelles qui visaient à m’incriminer dans l’affaire Khalifa de manière absolument odieuse, injustifiée et sans fondement.

Ces attaques souvent sournoises, anonymes, qui me visent, ont atteint un niveau jamais égalé, à la fin 2013 au moment où j’étais engagé dans la campagne électorale pour les élections présidentielles de 2014. Quelque part, je représentais une menace politique. Je me suis présenté aux présidentielles et j’ai été exclu par le Conseil constitutionnel au motif de ne pas avoir réuni les 60 000 signatures. Je me suis dit : voilà une autre manœuvre pour m’empêcher de faire de la politique et d’entraver mon action et mon militantisme.

Par la suite, j’ai créé Nidaâ El Watan pour poursuivre mon activité politique à travers un parti en dehors de toute ambition électoraliste. Et là, je découvre que je n’ai même pas le droit de déposer le dossier de constitution de mon parti politique auprès du ministère de l’Intérieur.

**Pourquoi c’est Ouyahia qui est à la manœuvre contre vous ?

Cet homme, je ne le connais pas et il ne me connaît pas. Pourquoi cette obsession de vouloir m’empêcher de faire de la politique dans mon pays ? Je suis obligé de faire un lien avec les menaces que je subis de la part de la mafia algérienne. Ça m’amène à revenir aux circonstances de mon départ du gouvernement en 1992. J’ai attaqué la mafia au plus haut niveau de l’État. J’étais menacé de mort, ce qui m’a valu d’en parler au Premier ministre de l’époque Sid Ahmed Ghozali qui m’a octroyé un garde du corps. Quelques mois après, ils m’ont fait quitter le gouvernement. J’ai été contraint de rentrer en Suisse.

**C’est qui la mafia algérienne ?

Ce sont ceux que j’ai attaqués à cette époque.

**Des noms ?  

Je ne peux pas vous donner de noms. D’ailleurs, la plupart des menaces sont anonymes. Des lettres, des appels téléphoniques, etc.

**Donc, les attaques d’Ouyahia ont un lien avec les attaques de la mafia ?

Mais bien entendu. Je ne peux pas imaginer une seconde que les attaques d’Ouyahia procèdent d’une bonne intention ou qu’elles soient fondées sur quelque chose. Encore une fois, je ne le connais pas. Je n’ai pas travaillé avec lui. Donc, pourquoi ces attaques répétées et renouvelées contre moi ? Pourquoi cette obsession à vouloir me barrer le chemin de la politique ? Pour moi, Ouyahia sert la mafia.

À lui de répondre et il n’a qu’une façon de répondre : c’est d’expliquer pourquoi il m’a accusé de me mettre au service de la mafia lorsque j’ai écrit l’article sur la convertibilité du dinar en 2005. Pourquoi au moment où il présente l’avant-projet de Constitution, il m’attaque sans parler du contenu des articles qui visent manifestement à m’empêcher à me présenter aux élections présidentielles même si je renonce à ma nationalité Suisse. À l’évidence, ces attaques sont signées et elles ont un but et un sens. Ayant un seul ennemi, la mafia, je ne peux pas m’empêcher de faire le lien entre ces attaques et les menaces que je reçois régulièrement de la part de cette mafia.

**Cela veut-il dire que vous avez des preuves tangibles contre cette mafia ?

Je n’ai pas de preuves. J’essaie de trouver des explications politiques et personnelles, je n’en trouve pas. Par contre, il se trouve que les gens qui m’ont toujours attaqué sont ceux que j’ai dérangés dans la quiétude de leurs affaires. Exemple : j’ai été le premier algérien à avoir dénoncé les pratiques de Khalifa en avril 2000. J’étais seul, je prêchais dans le désert.

**C’est pour ces raisons que vous avez quitté l’Algérie pour la Suisse ?

Il fallait d’abord que je donne à manger à mes enfants. Je veux rappeler que j’ai travaillé trois ans sans être payé. Je suis rentré en septembre 88 en Algérie et je n’ai pas été payé pendant 3 ans. D’ailleurs, à cause de ça, je ne touche que 40 % de ma retraite. Alors, j’arrive au gouvernement et je me rends compte que les caisses étaient vides, mais j’ai découvert également qu’il y avait des gens qui se sucraient et la corruption persistait malgré le fait que le pays était ruiné. J’ai commencé à faire le nettoyage. Je suis le seul, à ma connaissance, à avoir chassé des présidents de banques et avoir mis en prison des patrons des entreprises. C’est à la suite de ça que j’étais menacé de mort. Les auteurs de ces menaces n’ont pas hésité à me donner l’adresse de mes enfants et de ma femme en Suisse en disant qu’ils s’en prendront à eux. Dans les années 90, je me suis mis à la disposition de mon pays avec une grande présence dans les médias et des conférences où je traitais souvent de la dette et je préconisais le rééchelonnement. Tout ça pour dire que je suis resté présent sur la scène économique de mon pays pour le servir.

**Vous étiez, entre 1999 et 2004, le premier responsable de Société Générale en Algérie. Cela a coïncidé avec la montée en flèche de Khalifa Banque. Que diriez-vous de cet épisode ?

Effectivement, il y a eu ensuite l’épisode Khalifa. Nous avons mis en garde les autorités algériennes contre les pratiques absolument étonnantes de cette banque, après avoir constaté qu’il n’y avait pas de réaction au niveau des banques algériennes notamment l’association des banques algériennes présidée à l’époque par Abderrahmane Benkhalfa.

Malgré toute l’insistance et les démarches entreprises par Société Générale auprès des banques algériennes, nous n’avons jamais su pourquoi la banque Khalifa surpayait et agissait d’une manière si peu orthodoxe. Ce qui m’a conduit, le 27 avril 2000, à donner une interview à un quotidien national où j’ai demandé de resserrer le contrôle sur les banques privées.

Nous avons pris contact, quelques semaines plus tard, avec M. Abdelouahab Keramane qui était le Gouverneur de la Banque d’Algérie à l’époque pour lui expliquer que nous étions inquiets concernant les pratiques de la banque Khalifa et il fallait absolument qu’il nous rassure. Deux ans après, nous vendons, nous les actionnaires algériens, tous non-résidents, nos actions Société Générale à Khalifa banque. Et à partir de là, il s’est passé quelque chose d’étrange.

Moins d’une semaine après avoir annoncé la cession de nos 29% détenues par des Algériens cadres bancaires résidents à l’étranger, le gel des transferts de Khalifa banque était décrété le 27 novembre 2002. Ce qui a immédiatement entrainé la liquidation de Khalifa banque. J’évoque cette question parce que quelque temps après, j’ai été incriminé pour avoir commis quelque chose d’illégal alors qu’il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour démontrer le contraire. Au contraire, j’ai aidé l’administrateur à récupérer des actions de Khalifa à Genève et j’ai aidé le liquidateur après pour les revendre. Le seul actif que Khalifa a acheté et qui a été récupéré à 100%, ce sont ces actions et je suis fier d’avoir contribué d’une manière indirecte à sauver 8 millions de dollars de tout l’argent que Khalifa a investi à l’étranger.

**Il vous reproche aussi de faire de la politique en Suisse. Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a amené à faire de la politique en Suisse ?

Disons que j’ai fait un stage. Comme d’aucuns veulent apprendre la médecine et revenir dans son pays pour le servir. Moi j’ai appris à faire de la politique en Suisse et je viens dans mon pays pour mettre cette expérience et cette ingénierie politique au service de mon pays. Mon expérience professionnelle aussi. J’ai été aux commandes dans plusieurs banques à l’étranger notamment en France et en Suisse. J’ai acquis une expérience extrêmement importante dont a besoin notre pays.  La création d’un parti politique est une autre manière de servir mon pays.

**Si vous estimez que vous êtes visé par l’article 51 de l’avant-projet de la révision de la Constitution, il n’y a pas qu’Ouyahia qui a participé à l’élaboration de ce texte…

Je me suis déjà posé la question, en quoi je pouvais par exemple déranger Bouteflika. Je peux l’avoir dérangé en ayant été appuyé par Benflis. C’est une raison pour attirer l’inimitié du clan présidentiel. Est-ce que cette inimitié du clan présidentiel pouvait aller jusqu’à m’interdire d’activité politique ou mon parti ? S’il n’y avait pas eu cette sortie d’Ouyahia, j’aurai pensé que mes ennemis se situaient du côté du clan présidentiel. Or, le crime est signé. C’est Ouyahia.

**Donc pour vous, Ouyahia ne fait pas partie du clan présidentiel ?

Non. Je n’ai pas dit ça. Aujourd’hui, il est officiellement au service du clan présidentiel. Je ne sais pas qui a rédigé l’avant-projet de la Constitution mais on sait que c’est lui qui a procédé aux consultations. Donc, il était à la manœuvre dans la rédaction de ce texte. Je ne peux pas penser qu’il est étranger aux rajouts qui me visent.

**Il se trouve que le Secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, est contre l’article 51 de l’avant-projet de révision constitutionnelle. Comptez-vous aborder cette question avec lui ?

Par bonheur, je le félicite publiquement comme je le félicite pour ses positions contre Louisa Hanoune qui m’a déjà attaqué de manière ouverte et diffamatoire. D’ailleurs, je suis en procès contre elle. Le FLN, ce n’est pas ma tasse de thé. Pour moi, il doit être au musée. Mais Saâdani, par beaucoup d’égard, est quelqu’un de plus démocratique que le RND et Louisa Hanoune par exemple.

**Que pensez-vous de La loi de finances 2016 ?

La loi de finance 2016 n’est pas une réponse appropriée aux problèmes qui se posent actuellement au pays. Il s’agit d’un déséquilibre structurel très grave. Un déséquilibre structurel est un déficit qui naît non pas d’un phénomène conjoncturel qui est appelé à se rétablir rapidement, mais c’est un déficit qui naît du fait que nous ne produisions pas et nous n’exportons que des hydrocarbures. Aujourd’hui, aucune politique ne peut viser l’avenir du pays sur une donnée qui nous échappe.

**Le prix du pétrole est actuellement en dessous de 35 dollars le baril. Pensez-vous qu’il continuera dans sa tendance baissière ?

Personnellement, je pense qu’il continuera de baisser. Il faudra attendre deux ou trois ans pour espérer un redressement du prix du pétrole et cela est dû à plusieurs raisons. D’abord, le taux de croissance mondial est toujours en baisse. Les taux faramineux de croissance chinoise sont derrière nous, l’Europe n’arrive pas à redresser la barre de sa croissance. Les États-Unis qui étaient le premier importateur de pétrole sont maintenant exportateurs. Il y a donc une faiblesse de la demande et une surabondance de l’offre dans le marché mondial. Les perspectives sont très sombres aussi du moment que la Libye va revenir à sa production normale et avec l’entrée de l’Iran dans le marché. L’effet quantité va remplacer l’effet prix. C’est-à-dire plus les prix baissent plus les pays produisent pour pouvoir compenser. Dans trois ans, l’Algérie n’aura plus de réserves de change, vu que c’est le seul moyen pour combler le déficit des balances de payement.

**Certains experts préconisent l’amélioration de l’appareil fiscal. Qu’en pensez-vous ?

Pour améliorer l’appareil fiscal, il faut une refonte complète de notre système économique et dans des pires moments. Nous aurions pu entamer des réformes quand il y avait l’aisance financière. Le pouvoir lui-même ne sert pas le peuple. C’est-à-dire, on ne prend pas l’argent des riches pour le donner aux pauvres. Les riches sont peu ou pas taxés. Ajoutons à cela le secteur informel. Ce phénomène est un autre danger puisqu’il engendre le non-paiement des impôts et l’évasion des capitaux vers l’étranger.

**Le dinar se déprécie. Quelle est la conséquence sur l’économie nationale ?

Je pense que le régime pratique la fuite en avant. Il ne veut pas avouer ses échecs et donc il va tout faire pour camoufler ses échecs. Un des moyens pour le faire et de maintenir un taux de change artificiel. Le dinar est surévalué, mais on ne veut pas le reconnaître. Ils ne savent même pas gérer annuellement les budgets et les dépenses. On va s’apercevoir de plus en plus que les mesures qui sont prises ne serviront pas à équilibrer les déficits budgétaires.

Quand on épuisera le Fonds de régulation des recettes, on entre dans une phase où on ne pourra pas payer les fonctionnaires, ni les soldats d’ailleurs. Et on ne pourra même pas financer les importations. Un jour, la digue va lâcher. À ce moment-là, on pourra dire bonjour les dégâts. Les gens vont peiner de mettre de l’essence dans leurs voitures. Si ce pouvoir ne change pas d’ici trois ans, c’est la digue qui va céder. Ça veut dire l’euro à 2 000 dinars, la baguette de pain et l’essence seront à 10 000 dinars. Ce jour-là, ça sera le sauve-qui-peut pour le régime et l’Algérie aura besoin de beaucoup de courage. Il faudra que l’Algérie ne soit pas totalement disloquée pour qu’elle puisse se reconstruire et panser ses blessures.*vendredi 8 janvier 2016 / tsa /  Par Imad Boubekri 

******************************************

Ali Benflis - TSA

Le parti d’Ali Benflis a dénoncé ce samedi 9 janvier l’accaparement par des forces extraconstitutionnelles du centre de décision en Algérie. « La vacance du pouvoir est parvenue au stade de la dislocation du centre de la décision nationale du fait de l’accaparement de forces extra-constitutionnelles dont il est l’objet », a estimé le président de Talaie El Hourriyet, à l’issue de la réunion du Bureau politique de ce parti.

Pour l’ancien chef du gouvernement, « l’obsession du régime politique en place par sa pérennité à tout prix constitue la principale menace à l’intégrité de l’État national qu’elle affaiblit et fragilise face aux défis internes et aux périls externes. ». Le Bureau politique du parti de Benflis a critiqué le projet de révision constitutionnelle dont les grandes lignes ont été présentées mardi 5 janvier par Ahmed Ouyahia. Comme arguments, il cite notamment « le processus contestable auquel a obéi cette révision constitutionnelle du fait de l’illégitimité de la source de son initiative, du fait de la même illégitimité et de la non représentativité du Parlement qui est appelé à l’avaliser et du fait que le Conseil constitutionnel dont il est attendu qu’il confirme sa régularité n’est qu’une institution aux ordres et sans liberté de décision. »

Pour le parti de Benflis, le projet de révision constitutionnelle « s’inscrit dans la logique de la fuite en avant que le régime politique en place privilégie pour satisfaire ses propres intérêts au détriment de ceux de la Nation ».*samedi 9 janvier 2016 | Par Rafik Tadjer | tsa

***************************************

Hanoune Bouchouareb - TSA Algérie

Louisa Hanoune a qualifié, ce samedi 9 janvier 2016, Abdesselam Bouchouareb, de « délinquant politique ». « Vous (les membres du Comité central de son parti) avez cité les menaces du ministre de l’Industrie qui disait : on va leur répondre (…). Par la suite, la campagne menée par une chaîne et un journal a commencé. Le ministre est revenu pour dire : nous avons répondu », a relaté devant la presse la secrétaire générale du PT à l’issue de la réunion du Comité central. « Il (Abdesselam Bouchouareb) a adopté officiellement cette opération criminelle et mafieuse. C’est un délinquant politique », a-t-elle accusé.

Louisa Hanoune a évoqué une opération menée par deux membres du Comité central du FLN et un ministre du RND en faisant allusion à Abdesselam Bouchouareb. Baha Eddine Tliba, vice-président de l’APN, a « donné un bureau à l’ex-cadre du PT, Salim Labatcha, accuse encore Mme Hanoune. « Ils vont probablement lui fabriquer un groupe virtuel. On ne sait pas encore si le président de l’APN est au courant ou non. Mais on le saura dans les prochains jours », a-t-elle ajouté.

Salim Labatcha, exclu du PT

Au cours de la lecture de la résolution générale approuvée par le Comité central du parti, Louisa Hanoune a annoncé « l’exclusion définitive » de Salim Labatcha qui avait lancé un mouvement de redressement au sein du parti. « Le Comité central décide d’exclure définitivement Salim Labatcha en présence d’un huissier de justice pour avoir violé les statuts et le règlement du parti en rejoignant une opération criminelle et mafieuse visant le parti », a-t-elle expliqué, en ajoutant que cette opération a « été menée par des membres du CC du FLN et un ministre du gouvernement affilié au RND. Il (Salim Labatcha) est devenu un outil ».* samedi 9 janvier 2016 | Par Hadjer Guenanfa | tsa

*************************************

*Démilitariser l’Etat

101_photo_21386_134599

(…) redimensionner le format, le rôle et la place du DRS dans le nouveau paysage institutionnel du pays, cela a pour objectif de démilitariser l’Etat.

Saadani n’a pas cessé d’appeler à l’instauration d’un « Etat civil », une revendication inédite venant du dirigeant du plus important parti du pays. Un tel sujet appelle normalement une attention particulière dans le processus d’élaboration en cours de la nouvelle Constitution qui est censée reformer le mode de gouvernance, tant décrié, prévalant dans notre pays.

Les propos de Amar Saadani relatifs au retrait total de l’ANP, DRS compris, du champ politique, doivent être médités en relation avec l’évolution de l’édifice politique algérien depuis le 19 Juin 1965.

Malgré l’existence d’une Constitution et d’institutions d’inspiration moderniste, la vie politique est restée, dans notre pays, fortement dominée par l’influence pesante d’un régime de type oligarchique tirant son pouvoir de la légitimité révolutionnaire.

Après le passage à la légitimité constitutionnelle, à la faveur de l’adoption de la Constitution de 1996 et des élections présidentielles de 1997 puis les suivantes, la praxis politique a quelque peu évolué tout en demeurant caractérisée par l’intervention de fait des militaires dans la sphère politique et leur emprise sur le fonctionnement des institutions de souveraineté en particulier.

L’Etat militaire est le contraire de l’Etat à caractère civil, c’est-à-dire démocratique dirigé par des civils où l’Armée, comme les autres corporations de fonctionnaires, n’a pas d’attributions constitutionnelles particulières; l’Etat où les militaires ne jouissent pas de la prééminence sur les civils.

En Algérie, l’Etat à été, de 1965 à 1979, dirigé par une oligarchie militaire constituée du chef de l’Etat, chef de l’armée, et d’un groupe d’officiers à la retraite ou en activité, un Etat où l’Armée ne rend pas compte aux institutions du pays et leur impose sa volonté. L’Armée a, depuis l’indépendance, toujours placé l’homme de son choix à la tête de l’Etat.

Sous Boumédiène qui, aidé par un parti unique, d’avant-garde peu représentatif au sein de la société, développa le culte de sa personnalité et imposa sa figure à titre d’incarnation de l’Etat et de la nation aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de ses frontières.

L’Algérie était devenue une autocratie militaire où le premier rôle était joué par la Sécurité Militaire, aujourd’hui le DRS. Elle a vécu, depuis, sous un régime qui s’apparente à un régime de loi martiale ou d’un état d’urgence permanent, en tout cas un régime peu respectueux des droits de l’homme qui n’admet pas l’idée qu’il puisse y avoir une opposition et qui utilise tous les moyens pour réduire au silence les opposants politiques.

Depuis le milieu des années 1990, les militaires semblent ne plus s’impliquer dans la gestion politique en Algérie, mais tous les leviers du pouvoir demeurent en réalité entre les mains du DRS qui exerce indirectement, sans être responsable, le pouvoir de nomination, voire d’intervention dans la gestion, et dispose d’un réseau d’agents au sein de la société, dans tous les rouages de l’Etat et des partis politiques et même des entreprises économiques….*Par Djamil Mesrer | mardi 08/09/2015 | algerie1.com/

*********************************

 

Une réponse à “Les complices du chaos.3”

  1. 18 06 2015
    sdorttuii plmnr (10:24:15) :

    What’s Taking place i’m new to this, I stumbled upon this I’ve discovered It positively helpful and it has helped me out loads. I hope to contribute & aid other customers like its aided me. Great job.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...