180.000 DA la kalachnikov

**  Sur la route des trafiquants d’armes

Alors que les autorités tentent de contenir le trafic d’armes, les réseaux de l’est du pays profitent de la chute du régime d’El Gueddafi pour prospérer. De Barika à la frontière tunisienne, El Watan Week-end vous emmène au coeur de la route des armes.

180.000 DA la kalachnikov

Barika est une ville comme n’importe quelle autre d’Algérie. Métissage de vestiges coloniaux et de nouvelles constructions inachevées. Mais dans ce paysage de no man’s land rocheux, rien ne ressemble au reste du pays. Nous sommes sur la route des trafiquants d’armes. Depuis la révolution tunisienne, la chute du régime libyen et l’essor du terrorisme au Sahel, c’est ici que convergent les plus importants contrebandiers du Maghreb, mais aussi terroristes, particulier et archs pour se procurer mitrailleuses, kalachnikov, RPG… Il est 6h quand, sur la nationale encore déserte, je rencontre Ali pour un rendez-vous organisé par mon fixeur. La quarantaine, moustache fournie mais bien soignée, il arrive dans une vieille berline. «Ne vous inquiétez pas, elle est en bon état», rassure-t-il d’emblée.

Pour lui, officiellement, je suis un potentiel acheteur d’armes qu’il doit emmener en «visite de routine» auprès de ses contacts. Je lui ai avancé 5000 DA pour qu’il me prenne en charge. La veille, il a pris soin d’interdire tout bagage, même un sac à dos. Direction Khenchela, sur la RN28. Après 35 minutes de route, Ali s’arrête devant une ferme abandonnée à quelques kilomètres de Aïn Touta. A priori rien de suspect, mais la ferme renferme un atelier artisanal de confection d’armes «pour les fêtes du baroud», nous dit-on. En clair, des armes de chasse utilisées lors de fêtes chaouies, notamment par les grandes familles des archs de la région. Ali trouve que ce n’est pas «normal» que les autorités interdisent la fabrication de fusils artisanaux prisés par les familles.

«Avant, posséder une bachtola (arme en chaoui), était une fierté pour ses propriétaires et un objet qu’on exhibe lors des mariages», se désole-t-il. Durant la décennie noire, «cela était considéré comme une arme dissuasive contre les terroristes», explique-t-il encore. Des ateliers de confection d’armes artisanales, il en existe beaucoup dans la région, jusqu’à Annaba. L’année dernière, les services de sécurité avaient découvert plusieurs ateliers clandestins, notamment à Bir El Ater, et ont arrêté leurs propriétaires après les aveux d’un trafiquant appréhendé à Annaba. D’après une source sécuritaire locale, ce démantèlement continue et devrait s’étendre aux wilayas limitrophes. «Nous soupçonnons ces ateliers d’être connectés avec les réseaux maffieux de trafics d’armes et dans un certain degré de connivence avec les groupes terroristes. Car en plus de la confection d’armes, ils fabriquent des cartouches, un gisement de munitions important pour les terroristes. Ces ateliers peuvent aussi servir à la maintenance et à la réparation d’armes de poing», révèle un gendarme bien au fait de ce dossier.

Ateliers artisanaux

Nous sommes à l’entrée de Batna. Le chauffeur marque une halte encore une fois devant un café qui sert de relais pour les routiers. Son contact semble, de loin, lui dicter la route à parcourir pour arriver au lieu des transactions. Nous reprenons la route vers Khenchela en empruntant la RN83, traversant le plateau caillouteux surplombé de blocs montagneux. Tout au long de la route, Ali raconte sa vie, son destin. «Je n’ai pas trouvé quoi faire pour nourrir mes enfants. Avant, je travaillais à l’usine de N’gaous, puis j’ai perdu mon travail à la fin des années 1990, suite à un malentendu avec la direction. Depuis, je n’ai jamais pu retrouver un emploi.» Il fait alors la connaissance de Moussa, un importateur connu des magnats de l’Est algérien. «Il m’a embauché comme routier pour l’acheminement de sa marchandise vers les marchés de la région. Et un jour, il m’a proposé une nouvelle tâche. Je suis devenu son chauffeur personnel et presque son bras droit. Je m’occupais presque de tout», lance fièrement Ali.

Les kilomètres défilent, Ali est à l’affût d’un repère qu’il refuse de révéler pour l’instant. Soixante-dix kilomètres passés, à quelques lieues de l’ex-Youks-les-Bains, plus connu sous le nom de Youkous, le chauffeur ralentit. Il vient de repérer ses pierres superposées sous forme de pyramide. A quelques mètres se trouve l’entrée d’une piste. Un code utilisé par les trafiquants d’armes emprunté à celui des contrebandiers : un intermédiaire ou un lieu d’échange se trouve tout près. Si une pierre est posée à gauche de la pyramide, cela veut dire : prendre l’entrée à droite et vice-versa. D’autres signaux son utilisés : des pierres jetées sur la chaussée, par exemple, indiquent la présence de gendarmes ou de l’armée.

Notre guide refuse de nous initier davantage au langage des contrebandiers. Pour les lieux d’échange, des pierres entreposées des deux côtés de la chaussée, accompagnées d’un tronc d’arbre, renseignent sur un lieu d’échange proche. D’ailleurs, nous apercevons de loin deux voitures qui procèdent à une transaction. Ali emprunte la piste à la rencontre d’un berger. La discussion ne prend que quelques minutes. De loin, il surveille mes moindres faits et gestes. Ali vient de passer commande auprès du faux berger, intermédiaire lui aussi d’un célèbre marchand d’armes de la région. Ali refuse de révéler son identité. «Il s’agit de mon gagne-pain», se défend-il fermement. Le lieu ainsi que la date de la transaction lui seront communiqués plus tard par le biais d’un autre intermédiaire, probablement le cafetier rencontré au relais routier de Batna. Ali n’utilise jamais son téléphone portable pour ses opérations de transaction. «Cet outil ne me sert que pour joindre la famille», précise-t-il.

NM-309700

Il nous apprend que le faux berger propose des Beretta 9 mm en bon état pour 100 000 DA. Les neufs peuvent coûter un peu plus cher. «N’était la garantie de Moussa, je ne vous aurais jamais accompagné. Dès le départ, je voyais bien que vous n’aviez rien de quelqu’un d’intéressé par l’achat d’une arme.» A Khenchela, les bars clandestins grouillent de nouveaux marchands qui se tiennent aux côtés des anciens. Ali profite pour saluer ses contacts, pour la plupart des jeunes vendeurs d’armes en provenance de Libye.

Le Smith& Wesson d’El Gueddafi

«Des armes de grande qualité esthétique et technique. Certaines proviennent des stocks personnels des Gueddafi. Elles sont très recherchées par les hommes d’affaires de l’Est, voire des hauts gradés militaires.» Un Smith & Wesson orné d’or massif est proposé à plus de 1 million de dinars. Son propriétaire refuse de le céder pour l’instant, car il a beaucoup de demandes. D’autant que «cette arme, qui a appartenu à El Gueddafi, a une charge symbolique importante. Elle est considérée comme une arme de collection», précise un des jeunes. Ces derniers temps, exit les Berreta et les PA, la mode dans le milieu est aux armes de collection, notamment celles qui arrivent directement des Gueddafi. Selon certains témoignages, Seïf El Gueddafi se serait fourni, avant la chute du régime libyen, auprès des marchands locaux via des réseaux maffieux.

Principaux produits proposés par ces derniers : grenades, kalachnikov de fabrication coréenne et fusils à jumelle. Les prix du moment sont alléchants : 200 000 DA la kalachnikov ou quelque 300 000 DA la mitrailleuse. Après ces échanges fructueux entre Ali et ses acolytes, nous prenons la direction de Tébessa. «Vous n’avez encore rien vu», promet notre chauffeur. En cours de route, Ali nous parle des armes recherchées par les archs. «Wallah, la situation est devenue préoccupante, confie-t-il. Les conflits entre tribus ou membres de tribus font parfois l’objet de litiges – sur la délimitation des parcelles de terrains arides – qui se règlent avec des kalachnikov. Une situation dangereuse où des tribus entières sont devenues de vraies milices prêtes à tout.» Arrivés à Tébessa ville, la Mecque des trafiquants de tout acabit, nous faisons une halte avant de reprendre la route en direction des frontières tunisiennes, d’ou proviennent les armes. Ici, on parle ouvertement du business des armes et de la contrebande.

180 000 DA la kalachnikov

Dans un bar clandestin, les trafiquants se réunissent, échangent et proposent en toute liberté leur marchandise. Un contrebandier offre pour 1 million de dinars 10 Beretta 9 mm. Un autre, des kalachnikov en bon état à 180 000 DA. Chacun d’eux est armé. «Normal, entre les terroristes d’un côté et les militaires de l’autre, ils doivent se protéger. Pratiquement aucune semaine ne passe sans qu’un échange de tirs ne soit signalé, relève Ali. Les forces de sécurité ont beaucoup de difficultés à les appréhender. Ce sont de véritables milices aujourd’hui surarmées.»

Le véritable business commence la nuit. Les routes qui mènent vers la zone frontalière deviennent un souk à l’armement à ciel ouvert. Ainsi, les itinéraires autrefois empruntés pour le trafic de stupéfiants sont désormais empruntés pour le trafic d’armes. Sur la RN10, après le check point de la gendarmerie dressé à la sortie de la ville, la route, qui ressemble à un circuit pour courses sauvages, appartient aux contrebandiers qui y font régner leurs lois. Idem pour la RN16. Pas besoin de repères ou d’indices pour trouver la route au milieu de la forêt. Les trafiquants connaissent les lieux «mieux qu’un GPS», ironise Ali. Des casemates nouvellement créées abritent des quantités impressionnantes d’armes. On y trouve de tout, du simple PA 15 coups à la RPG. «Bientôt on vendra ici des missiles sol-air», commente notre guide. Les ânes sont utilisés comme moyen de transport pour traverser la frontière.

Complicités

Pour les gros bonnets, «des complicités avec les services de sécurité leur permettent d’acheter les routes et de ne pas être inquiétés», révèle un jeune nouveau marchand. Pour être acheminées vers les villes et les centres urbains, les armes sont cachées sous le châssis et les banquettes. Mais les trafiquants choisissent le timing, quand la garde baisse, surtout les week-ends ou la saison des rotations des casernes. «Les militaires sont beaucoup plus préoccupés par la protection du transfert des leurs que par le trafic et les terroristes», nous assure Ali. L’aventure ne s’achève pas là. De retour à Tébessa ville, Ali nous propose une virée du côté des montagnes.

273604-travailleurs-fuit-libye-installes-camp

Douaibia, à quelque 30 km au nord-est de Tébessa, se trouve le marché des munitions. «Depuis un certain temps, chaque marché a trouvé sa vocation ou son créneau. Le marché des munitions à lui seul représente des milliards.» Des voitures sont stationnées les unes à côté des autres, coffres ouverts en guise de vitrine. Les clients arrivent en voiture, les uns derrière les autres, sans s’arrêter – pour prendre la poudre d’escampette plus vite au cas où les gendarmes arriveraient, ce qui arrive, de l’aveu des contrebandiers, assez rarement. Les contrebandiers paient de la drogue et de l’alcool aux jeunes de Tébessa pour qu’ils servent de leurre, à «l’entrée», en cas d’arrivée des forces de l’ordre. «En cas de pépin, les contrebandiers n’hésitent pas à tirer».

Un réseau national de trafic d’armes à feu, de munitions et de fusils de chasse a été démantelé la semaine dernière dans l’ouest du pays. Quatorze personnes ont été arrêtées et une autre a pris la fuite. Ce réseau, qui a des ramifications dans de nombreuses wilayas de l’ouest du pays, a été démantelé par la brigade de gendarmerie de Bouguirat (Mostaganem) après des renseignements parvenus à cette brigade faisant état de l’existence d’un individu activant dans le trafic d’armes dans les marchés hebdomadaires de la wilaya de Mostaganem et de Tissemsilt.

Dernière minute :

Deux dealers, en possession d’armes à feu de 5e degré, une arme de chasse avec des munitions, ont été arrêtés hier à Biskra et à Barika, dans la wilaya de Batna, suite à une enquête menée par les services de police.

Le record :

D’après le bilan de la gendarmerie, le trafic d’armes et de munitions a atteint des records en 2012. Principale région concernée : l’est du pays, notamment Oum El Bouaghi, Batna et Tébessa.

Le catalogue des armes

MITRAILLEUSE : Prix : 300 000 DA

Arme à feu à fonctionnement automatique dont l’objectif est d’offrir une puissance de feu maximale par une capacité au tir en rafales soutenues en cas de conflit armé. Elle est l’arme préférée des contrebandiers, notamment dans le désert, car facile à transporter sur les 4×4. Son apparition est considérée comme l’un des éléments majeurs marquant l’entrée de la guerre dans l’ère industrielle.

KALACHNIKOV : Prix : 180 000 DA

Fusil d’assaut populaire – pour son coût, sa robustesse, sa fiabilité et sa grande facilité d’entretien – en particulier auprès des guérillas et des pays ayant peu de moyens budgétaires pour équiper leur infanterie. C’est la raison pour laquelle les guérilleros et autres membres de groupes armés révolutionnaires en sont munis lors de leurs missions (désert, forêt et autres endroits hostiles).

BERETTA : Prix : 100 000 DA

Pistolet italien compact chambré en 9 mm. De nombreuses polices du monde, à l’image de l’Algérie, leurs éléments de cette arme petite et légère. Deux versions sont disponibles : la version F fonctionnant en simple et double action avec une sécurité manuelle qui permet également le désarmement, et la version D fonctionnant en double action uniquement sans sécurité supplémentaire.

PISTOLET AUTOMATIQUE : Prix : 100 000 DA

Pistolet français semi-automatique chambré en 9mm, concurrent direct du Beretta. Cette arme peut servir lorsque soldats font des protections rapprochées. Ce n’est pas véritablement une arme de combat, car comme toute arme de poing, sa portée pratique est faible (50 mètres) et sa puissance de feu est limitée.

CARABINE DE CHASSE : Prix : 120 000 à 150 000 DA

Arme très polyvalente, d’abord dédiée à la chasse, qui sert à d’autres fins. Son calibre léger et rapide permet de tirer des petites cibles à longue distance, jusqu’à 300 m. Les calibres lourds et plus lents servent pour le tir des grandes cibles à courte distance.

GRENADES : Prix : 50 000 à 80 000 DA

Petite bombe dont la mise à feu est, contrairement à une mine, déclenchée volontairement par un dispositif pyrotechnique. Arme particulièrement efficace contre un groupe d’ennemis dans un milieu relativement clos et qui ne peut être atteint directement par un tir d’arme à feu.

*El Watan-19.10.2012….Par Zouheir Aït Mouhoub

*******************************************

Frontière algéro-tunisienne : Cinq personnes arrêtées en possession d’un arsenal de guerre

30 kalachnikovs et des jumelles à infrarouge saisies

Cinq personnes, dont deux ressortissants tunisiens, ont été placées, hier, sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur de la première chambre, sur recommandation du procureur près le tribunal de Annaba, avons-nous appris de sources judiciaires.

Lors de leur arrestation, il y a quelques jours, par les éléments du groupement de la Gendarmerie nationale de Annaba, les mis en cause étaient en possession d’un arsenal de guerre composé de 30 armes automatiques de fabrication allemande et d’un lot de jumelles dotées de la technologie infrarouge à usage nocturne et diurne. La mise hors d’état de nuire de ce réseau de trafiquants d’armes a été rendue possible grâce, selon toujours les mêmes sources, à l’infiltration de l’organisation par un gendarme enquêteur qui s’est fait passer pour un client.

Ce dernier, qui a identifié l’intermédiaire, un jeune résidant à Annaba, lui a proposé l’achat d’une kalachnikov en contrepartie de 600 000 DA. Après la conclusion de cette transaction, le gendarme infiltré a gagné la confiance des trafiquants d’armes dont des Tunisiens et des Libyens. Un atout qui lui a permis de faire une autre commande d’armes automatiques plus importante. Après l’accord financier, un rendez-vous lui a été donné au niveau de la frontière algéro-tunisienne, dans la localité de Lahdada, dans la wilaya de Souk Ahras. En effet, l’agent infiltré a été invité à se déplacer sur le lieu de la transaction muni de l’enveloppe destinée au paiement d’un lot de 30 kalachnikovs et de jumelles à infrarouge. C’est ce qu’il a fait. Après quatre jours passés en compagnie de l’intermédiaire à Lahdada, le jour J est fixé pour conclure le marché.

C’est là que les éléments du groupement de la Gendarmerie nationale de Annaba, munis d’une extension de compétence, sont intervenus et ont arrêté les quatre mis en cause en flagrant délit. Cette opération menée avec brio par les éléments de la Gendarmerie nationale de Annaba a suscité un intérêt particulier au niveau de la haute sphère militaire, qui a insisté, selon d’autres sources sécuritaires, sur la nature des déclarations des accusés, notamment celles des deux Tunisiens, qui ont déclaré lors de leur audition qu’«effectivement, les armes saisies lors de cette opération proviennent de Libye et transitent par la Tunisie avant d’être écoulées en Algérie».

Avant-hier, le ministère de l’Intérieur tunisien a déclaré, lors de la tenue de la 15e édition de la conférence des ministres du groupe 5+5, l’existence de 11 individus armés près de la frontière tuniso-algérienne, ajoutant que ces individus seraient actuellement encerclés par les autorités des deux pays. Quant aux douaniers en poste sur la frontière est du pays, ils ont été appelés à faire preuve de plus de vigilance, d’autant plus que leurs homologues tunisiens ont, à maintes reprises, débusqué des quantités de drogue et autres objets prohibés dans des véhicules déjà contrôlés par les douaniers algériens. *El Watan-18.04.2013. 

*********************************

4 réponses à “180.000 DA la kalachnikov”

  1. 14 12 2012
    sacs pliage longchamp (01:27:14) :

    Some genuinely great content on this site, appreciate it for contribution. « Be absolutely determined to enjoy what you do. » by Sarah Knowles Bolton.
    sacs pliage longchamp

  2. 12 12 2012
    Womens TK Society (05:32:08) :

    I like this post, enjoyed this one regards for posting .
    Womens TK Society

  3. 10 12 2012
    Christian Louboutin Mens (18:18:49) :

    I like what you guys are up too. Such intelligent work and reporting! Carry on the superb works guys I have incorporated you guys to my blogroll. I think it will improve the value of my website :).
    [url=http://mychristianlouboutinonline.webs.com/]Christian Louboutin Mens[/url]
    Christian Louboutin Mens




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...