Le palmarès mondial des universités

 **Classement des facs mondiales :l’Asie arrive en tête du top 10.. la France absente

Un classement sur une nouvelle génération d’universités, -celles qui ont moins de 50 ans-, fait la part belle à l’Asie. Paris-Dauphine, la première Française n’arrive qu’en 45e position. Pas glorieux.

Voici un tout nouveau classement, réalisé par le bureau d’études QS (Quacquarelli Symonds) qui sévit dans l’univers des rankings en tout genre. Il s’agit du Top 50 des universités de moins de 50 ans, ces jeunes pousses, qui sont peut-être les futures Harvard …

Sans surprise, les asiatiques se détachent nettement. La Chine occupe les deux premières marches du podium, avec l’université chinoise de Hong Kong (CUHK) et l’université hongkongaise de science et technologie (HKUST), créées respectivement en 1963 et en 1991.

Au final, les dix premiers établissements classés comptent 6 asiatiques. Les universités britanniques s’en tirent plutôt bien, avec Warwick (créée en 1964) et York. Les Pays-Bas sont aussi présents, avec l’université de Maastricht (8e), ainsi que les États-Unis avec l’université de Californie.

Le palmarès mondial des universités 7e57cf0a-aa45-11e1-ade3-3e0f7ef6beb3-493x328

Il est plutôt logique que les pays émergents qui investissent largement sur leur formation pour former leurs cadres et accompagner leur développement économique soient surreprésentés. «Les nouvelles institutions à dominantes scientifiques ont été créées afin de doper l’innovation et la croissance dans des économies en plein essor telles que Hong-Kong, la Corée du Sud et Singapour», commente Ben Sowter, directeur de QS intelligence Unit. Leurs performances économiques comparées aux universités occidentales témoignent du dynamisme de l’Asie.

Dauphine, seule université française présente

Mais si l’Asie arrive en tête du top 10, c’est l’Australie qui domine l’ensemble du classement en nombre (10 universités classées), reflétant sa position économique au carrefour de l’Orient et l’Occident. Et, la France dans tout ça? Pas à son meilleur niveau. Elle est représentée par Dauphine, créée en 1968, qui arrive en …45e position. Il faut dire que dans l’Hexagone, les universités de moins de 50 ans, ne sont pas la majeure partie de nos 83 institutions. En Ile-de-France, quatre universités ont été créées en 1991 (Cergy-Pontoise, Marne-la-Vallée, Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et Evry-Val d’Essonne). Celles de La Rochelle et de Bretagne-Sud ont vu le jour, quant à elles, en 1992 et 1995.

À noter que dans le classement annuel classique de QS, qui ne tient pas compte de l’âge des établissements, Dauphine arrive en 324e position… Bien pire donc… Dans le si contesté classement de Shanghaï, qui paraît tous les étés, on n’est pas tendre non plus avec la France, Dauphine a fait son entrée l’an dernier dans le top… 300.

Dans ce palmarès chinois, les établissements américains dominent, Harvard en tête. Tandis que trois universités françaises seulement sont présentes dans son top 100: Paris-Sud Orsay (40e), Pierre-et-Marie-Curie (41e), l’École normale supérieure (69e). (Le Figaro-30.05.2012.)

********************************************

Le palmarès mondial des universités

Des étudiants de la prestigieuse université de Harvard, première du palmarès de Shanghaï.
Des étudiants de la prestigieuse université de Harvard, première du palmarès de Shanghaï. 

Le palmarès mondial 2009, ne retient cette année que trois établissements français dans le top 100.

coeur-Rendue publique vendredi dernier, la version 2009 du palmarès de Shanghaï, qui propose une hiérarchie des 500 premières universités mondiales, était attendue avec impatience comme chaque année en France. Première classée, l’université Paris-VI grignote deux places par rapport à l’année dernière et atteint le 40e rang. Paris-XI et Normale Sup, les deux seules autres françaises dans le top 100, progressent aussi. «C’est un frémissement», veut croire Valérie Pécresse, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Mais les meilleures places sont, comme tous les ans, réservées aux anglaises et surtout aux américaines.

Chaque année, depuis sa création en 2003, le classement de l’université Jia Tong de Shanghaï sonne comme un désaveu pour les Français, tant ils y font pâle figure. L’équipe qui concocte ce palmarès à l’impact retentissant n’a pourtant rien d’impressionnant. Ils ne sont que trois à se relayer pour mettre à jour leurs critères dans un modeste bureau de l’université Jiao Tong, au sein du département de recherche en éducation. «Moins d’un emploi à temps plein suffit», explique au Figaro le professeur Nian Cai Liu, l’initiateur de l’index, même s’il a eu besoin «de beaucoup plus de monde lors de son élaboration entre 1999 et 2003».

 

937377e8-c59d-11de-b26e-f4bb1877ca6a
 

Le classement se fonde sur six critères, dont le nombre de prix Nobel et de médailles Fields, la fréquence de citations des chercheurs ou le nombre d’articles référencés dans les «meilleures revues» scientifiques. Toutes les informations dont l’équipe a besoin sont disponibles sur Internet via des bases de données, bibliométriques notamment. «Contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, ce n’est pas compliqué à faire d’un point de vue technique», observe Geneviève Filliatreau, directrice de l’Observatoire français des sciences et des techniques (OST). La force de Shanghaï, c’est surtout d’avoir dégainé en premier. «Certains donneraient de l’or pour avoir acquis une telle notoriété. C’est indéniablement un plus pour cette université et pour la Chine», poursuit-elle.

Les critiques persistent

Au départ, Nian Cai Liu, professeur de chimie chinois et spécialiste des polymères, n’est pas un connaisseur du système des palmarès. Il ne s’est lancé qu’en 1999, à la demande de l’équipe dirigeante de l’université Jiao Tong. «Nous voulions simplement savoir comment nous situer», affirme-t-il. L’idée du gouvernement chinois était d’amener plusieurs de ses universités à un niveau mondial d’ici à 2020. Les établissements chinois sont alors comparés entre eux, puis avec des universités étrangères.

8d050c5a-c59d-11de-b26e-f4bb1877ca6a
 

En 2003, l’équipe décide de rendre publics ses résultats sur Internet. L’impact est considérable, car il s’agit du premier classement international. Le site est consulté des milliers de fois. Des centaines de mails et coups de fil pleuvent d’institutions s’estimant lésées, parmi eux des élèves de la célèbre London School of Economics. Une partie de la presse internationale se déchaîne. Les pays anglo-saxons n’en font en revanche guère mention puisqu’ils ont depuis longtemps élaboré leurs propres systèmes de classements nationaux. Petit à petit, l’équipe de Nian Cai Liu affine ses critères. En 2007, pour répondre aux critiques, l’université a créé un second classement par discipline. Mais quels que soient les critères utilisés, les critiques persistent, notamment parce que la recherche non anglophone n’est pas prise en compte.

Pourtant, les universités européennes ne s’en sortent pas si mal, puisqu’elles représentent environ la moitié des 500 établissements recensés. Mais dès que l’on s’approche des vingt premières, leur nombre décroît. «La France comme beaucoup de pays d’Europe continentale ne réussit pas bien dans notre ranking», remarque le professeur chinois, «elle a tout de même progressé ces dernières années. Elle améliorera encore plus son rang si les réformes politiques en cours arrivent à leur terme». Pour progresser, affirme-t-il, l’Hexagone «devrait miser sur un nombre réduit d’universités de tête» à l’image de l’Asie qui progresse dans le classement parce qu’elle «met en place de nombreuses initiatives d’excellence».

Un avis peu entendu par de nombreux chercheurs français, pour qui ces comparaisons entre systèmes éducatifs profondément différents «n’ont pas de sens». Même Yin Jie, le vice-président de l’université Jiao Tong reconnaît que son classement n’est vraiment utile «que si l’on veut comparer les universités américaines, britanniques, chinoises et japonaises. Il ne rend pas justice aux universités françaises ou allemandes dont le système diffère complètement», estime-t-il. Ce classement a néanmoins eu une vertu, selon Geneviève Filliatreau, «il a mis en évidence que nos universités françaises étaient sous-dotées et que notre système était très particulier».

Plus les universités publient, plus elles sont avantagées. La France est à cet égard handicapée, puisque son enseignement est dispersé entre 85 universités et une foultitude de «grandes écoles», petites par la taille. Enfin, une partie de la recherche ne se passe pas à l’université mais dans des organismes comme le CNRS. Tout un pan des publications échappe donc aux classements.

Shanghaï est-il alors légitime ? Là n’est déjà plus la question. En quelques années, divers classements (CHE, Financial Times, THE, etc.) se sont imposés et ils ont déjà un impact majeur en matière de politiques publiques. Nicolas Sarkozy a ainsi expliqué qu’il avait pour objectif de faire entrer deux établissements français parmi les vingt premiers mondiaux et prévu en contrepartie une augmentation conséquente du budget de l’Enseignement supérieur. (Le Figaro-30.10.09.)

 

****Sur le top 100 classement des institutions universitaires en Afrique, 26 institutions maghrébines sont présentes avec une dominance marocaine 13/26 ; et algérienne 11/26 avec à la traîne la Tunisie 2/26.

Sur les 13 institutions marocaines, 7 sont universitaires, 3 sont des facultés, 2 instituts et une école d’ingénieurs, alors que sur les 11 institutions algériennes, 10 sont universitaires et 1 école. (Voire tableau en bas de page) Ce classement montre qu’aucune université algérienne n’est dans le top 4000 du gotha mondial et ne parlons pas de nos écoles, instituts et facultés, alors que les universités sud-africaines et égyptiennes occupent le haut du pavé africain, sans omettre que certaines universités kenyanes, rwandaises et du Botswana sont mieux classées que Constantine, l’USTHB ou Béjaïa. Malgré la controverse suscitée en Algérie, le classement de Shanghai utilise les 4 critères de sélection suivants :
- 1- 10% pour la qualité de l’enseignement ;
- 2- 40% pour la qualité de l’institution ;
- 3- 40% pour les publications de renom et les brevets ;
- 4-10% pour les tailles de l’institution.

Donc 80% de la sélection dépend de la qualité des chercheurs et de la production scientifique. Essayons de faire une analyse terre à terre pour comprendre pourquoi la recherche algérienne est aussi mal classée. Il n’est pas important dans cette contribution de faire un rappel historique des péripéties de la recherche algérienne, mais on peut dire qu’elle a vu le jour le 22 août 1998 avec la loi 98-11 sur l’orientation et le programme à projection quinquennale sur la recherche scientifique et le développement technologique 1998/2002, modifiée et complétée par la loi 08-05 du 23 février 2008. Cette loi a eu le mérite d’instituer la création des laboratoires de recherche avec des ressources humaines, des budgets d’équipements et de fonctionnement. Hélas, le constat après dix ans de fonctionnement des laboratoires est plus qu’amer, les laboratoires de recherches sont mis sous la tutelle de l’administration de l’université au sens bureaucratique du terme. N’ayant pas d’autonomie réelle, ils dépendent essentiellement du bon vouloir du pouvoir de l’administration. (Imaginez que pour acheter un stylo, un directeur de laboratoire est obligé de faire une consultation, trois factures proforma, un conseil de laboratoire, un PV de choix et remettre le travail à l’administration qui à son tour va prendre son temps dans la vérification, pour faire signer le bon de commande par l’administration, quel gaspillage d’énergie et de moyens pour un stylo). Imaginez encore qu’il est interdit pour un laboratoire de recherche de se doter en micro ordinateurs portables, d’essence, ou de se doter de téléphones… la liste des interdits dépend de l’administration. Toute initiative de recherche devrait recevoir l’aval de l’administration et l’humeur de l’administration dépend des hommes qui la gèrent. Les superpouvoirs accordés par les textes aux administrateurs des universités font de sorte que les organes de consultation deviennent des faire-valoir et gare à ceux et celles qui ne suivent pas le droit chemin.

Comment peut-on expliquer que lors de la dernière décade le nombre de plaintes déposées par les administrateurs des universités sur leurs collègues enseignants n’a fait qu’augmenter, pourquoi cet acharnement de l’administration (constituée de responsables enseignants) sur le corps enseignants, étudiants et ATS, pourquoi les différents organes de consultation de l’université (comité scientifique de département, conseil scientifique de faculté et d’université, conseil de faculté, conseil d’administration, etc.) n’ont pas de légitimité représentative du corps enseignants et ne sont plus producteurs de l’initiative pédagogique, car vide de tout pouvoir de contrôle dans la gestion de l’université. Le système LMD est en soi une bonne réforme pour les notions de passerelles et d’équivalence, mais l’anarchie qui règne dans la confection des cycles Let M pas de concertation nationale, chaque université voulait concurrencer l’autre ne tenant compte ni des défis ni des besoins, a donné une cohorte de licences et de masters n’obéissant à aucune stratégie nationale, ni au court terme ni au long terme. Cette insouciance de mener une démarche pour réformer aura pour seule conséquence de déformer. Les organes d’évaluation de programmes pédagogiques régionaux ou nationaux devraient sérieusement se pencher sur les domaines filières et spécialités à ouvrir en accord avec les axes stratégiques du pays, et non pas faire des réunions que pour faire passer le programme d’un ami ou d’un collègue, qui à son tour rendra la pareille. La durée moyenne de responsabilité dans les universités est de 10 ans, en 10 années les universités algériennes ont régressé, si nous pouvons dire que l’esprit des textes gérant les universités répond peut-être aux aspirations du développement de l’enseignement supérieur, on ne peut pas dire la même chose des hommes qui ont mené cette réforme, car le constat est sans appel, la 1re des universités algériennes est la 23e à l’échelle africaine et 4116e à l’échelle mondiale. L’Algérie dispose d’une importante base sur le plan humain et matériel pour développer une stratégie dans la recherche scientifique et technologique, hélas la condition sociale du chercheur, mais surtout son environnement professionnel et son interaction avec son administration, font de telle sorte que cette ressource vitale du pays fuit vers d’autres horizons. On est d’ailleurs l’un des seuls pays au monde qui souffre le plus de la fuite des cerveaux. Les colloques coûteux, les forums inutiles et des partenariats sans assise devraient cesser dans l’intérêt de l’université, le salut viendra d’une association intelligente de la triade collectivité locale, industrie et université autour des intérêts scientifiques et publics dans un cadre légiféré. (El Watan-17.12.09.)

Par Dr Khodir Madani …L’auteur est : Enseignant chercheur, université de Béjaïa

*******************************

**Les meilleures universités en France-2011-

tudiants3.jpg

*Cours d’économie à Lille-I, université qui occupe la première place en sciences humaines et sociales, et la deuxième marche en sciences, technologie et santé

 Pour la deuxième année consécutive, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a mené une enquête globale sur l’insertion professionnelle des diplômés d’université. Le Point la publie en exclusivité. Trente mois après la sortie des amphis, les anciens sont invités à dire où ils en sont dans leur parcours professionnel. Salarié, CDI, temps plein, cadre… ou encore en recherche, une foultitude d’informations est recueillie par les services du ministère.

À partir de ces données, Le Point a établi une note. Le critère de l’insertion professionnelle a été prépondérant, mais ce n’est pas le seul. Le statut du jeune diplômé a également été pris en compte. Hélas, nous n’avions pas d’information sur les niveaux de salaires. Enfin, le taux de réponse aux questionnaires envoyés par le ministère de l’Enseignement supérieur constitue également un critère dont nous avons tenu compte, car il détermine la pertinence de toutes les autres informations. Les établissements dont le taux de réponse est inférieur à 30 % ont été éliminés du classement. (Le Point-02.11.2011.)

*Les meilleures universités

 

**********************

 

 

 

16 réponses à “Le palmarès mondial des universités”

  1. 7 11 2011
    a4685227 (12:53:24) :

    I’ve said that least 4685227 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

  2. 7 11 2011
    a1206717 (12:53:23) :

    I’ve said that least 1206717 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

  3. 7 11 2011
    traduceri romana engleza (12:38:19) :

    What is here it is an interesting piece of information this is the reason why I post a link to you in one of my site your link is here . But first of all I must salute all the visitors. Hello there. After this I must say that I have post http://niarunblog.unblog.fr/le-savoir-diffuse-gratuitement/le-palmares-mondial-2009-des-universites on my Twitter profile. I will do this because at last I found what I was looking for. What you post here is really respectable information. In the minute I saw this tittle, ELAyam-2 » Le palmarès mondial 2009 des universités, on my google search I was very glad. I think I found something like this here http://www.toplevel-traduceri.ro, I’m not sure but I thing it was the same. Thank you

  4. 3 11 2011
    Cordia Brabble (01:37:47) :

    I was more than happy to search out this web-site.I needed to thanks in your time for this glorious learn!! I positively having fun with every little bit of it and I have you bookmarked to take a look at new stuff you weblog post.

  5. 1 11 2011
    traduceri engleza romana (08:54:01) :

    This it is a great piece of information. But first of all I must salute all every one. . After this I must say that I m thinking to post http://niarunblog.unblog.fr/le-savoir-diffuse-gratuitement/le-palmares-mondial-2009-des-universites on my Hi5 profile. And this because at long last I found what I was looking for. What you say here is really good post. When I saw this tittle, ELAyam-2 » Le palmarès mondial 2009 des universités, on my google search I was very glad. I think I found something like this here http://www.toplevel-traduceri.ro, I’m not sure but I thing it was the same. Thank you

  6. 29 10 2011
    John Hancock (17:20:39) :

    I have recently started a website, the info you offer on this web site has helped me greatly. Thanks for all of your time & work. « Americans detest all lies except lies spoken in public or printed lies. » by Edgar Watson Howe.

  7. 23 10 2011
    auto approve list (17:54:54) :

    Looking through your blog gives me the opportunity to realize precisely why I like reading things with the much understanding. It is actually wonderful to learn it is possible to terrific authors around that may put wit into knowledgable information. I appreciate you for the contributions and eagerness to talk about your opinions along with us.

  8. 23 10 2011
    scrapebox (15:40:37) :

    really enjoyed what which you wrote actually. it simply isnt that easy to get great text to read (you realize.. READ and not appraising it like some zombie before going to another post to simply ignore), so cheers mate for really not wasting all of time! :p

  9. 19 10 2011
    ed hardy sale clearance (14:53:49) :

    Good reputation

  10. 17 10 2011
    iva help (19:03:33) :

    What you have here it is an interesting article. But first of all I must say all every one. Hy. And second I must say that I m going to post http://niarunblog.unblog.fr/le-savoir-diffuse-gratuitement/le-palmares-mondial-2009-des-universites on my Twitter profile. I will do this because at last I found what I was looking for. What you say here is really very good information. When I saw this tittle, ELAyam-2 » Le palmarès mondial 2009 des universités, in my google search I was very happy. It is possible I found something like this here http://ivauk.com, I’m not sure but I thing it was the same. My regrds

  11. 6 08 2011
    Cut The Rope (20:54:47) :

    I like Your Article about ELAyam-2 » Le palmarès mondial 2009 des universités Perfect just what I was looking for! .

  12. 13 07 2011
    mobile phone car mount (21:53:04) :

    Heya i’m for the first time here. I came across this board and I in finding It truly useful & it helped me out a lot. I hope to give something again and help others like you helped me.

  13. 25 05 2011
    bedwetting (18:09:48) :

    Bounjour. I simply want to say that what you share here is really the best sharing so I will post http://niarunblog.unblog.fr/le-savoir-diffuse-gratuitement/le-palmares-mondial-2009-des-universites on my Facebook profile so everybody can have the chance to enjoy. I was glad when I saw this tittle, ELAyam-2 » Le palmarès mondial 2009 des universités, on my google search, and the reason is that at long last I found what I was looking for. Thank you

  14. 25 05 2011
    bed bug bites (17:16:25) :

    Hy. I sincerely want to emphasize that what you give us here is really respectable information so I m thinking to post http://niarunblog.unblog.fr/le-savoir-diffuse-gratuitement/le-palmares-mondial-2009-des-universites on my Twitter profile so all can have the chance to enjoy. I was glad when I saw this tittle, ELAyam-2 » Le palmarès mondial 2009 des universités, on google search, and i was so becouse at last I found what I was looking for. Thank you

  15. 18 05 2011
    Dorian Segura (03:10:44) :

    Admiring the commitment you put into your site and detailed information you provide. It’s nice to come across a blog every once in a while that isn’t the same outdated rehashed information. Wonderful read! I’ve saved your site and I’m adding your RSS feeds to my Google account.

  16. 9 05 2011
    its smoke remedy (12:49:30) :

    The very crux of your writing while appearing agreeable in the beginning, did not really settle very well with me after some time. Somewhere throughout the sentences you actually managed to make me a believer but just for a very short while. I nevertheless have got a problem with your jumps in assumptions and you might do nicely to fill in those breaks. When you actually can accomplish that, I will definitely end up being amazed.




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...