les enfants d’enseignants surreprésentés dans les grandes écoles

*Le « délit d’initié » des professeurs

Tout le monde, désormais, connaît ces chiffres consternants : les enfants d’enseignants sont surreprésentés dans les grandes écoles, Normale sup et Polytechnique en tête. Dans un éditorial du magazine Enjeux-les Echos intitulé Le scolaire de la honte, Eric le Boucher, directeur de la rédaction et co-fondateur du site Slate.fr, dénonce le fait que la moitié des élèves de polytechnique ont au moins un de leurs parents enseignant. « Pour parvenir, écrit-il, au sommet des sommets du système scolaire national, la crème de la crème de l’élite, pour intégrer les belles positions, assurées ensuite toute la vie durant, il faut être un enfant du système, avoir le « décodeur » que seuls les « insiders » possèdent : les professeurs. » Le terme, qu’Eric le Boucher n’emploie pas, mais qui s’est répandu pour dénoncer le phénomène, est celui de « délit d’initiés ».

Et de fait, les statistiques sont d’une violence glaçante : un enfant d’enseignant a 92% de chances d’obtenir un baccalauréat, contre 37% pour un fils de chômeur et 51% pour un fils d’ouvrier non qualifié. Et si l’on parle du très convoité bac scientifique, les chiffres sont de 43% pour un enfant d’enseignant et 6% pour un enfant d’ouvrier non qualifié. Le gouffre est plus impressionnant encore en classe préparatoire (la multiplication des bourses et des classes préparatoires – dont beaucoup ne feront jamais entrer un seul de leurs élèves dans ces très grandes écoles – permettant de masquer l’échec en affichant des taux de boursiers alléchants). Oui, les enfants dont au moins un des parents est professeur ont plus de chances d’être de bons élèves, et les bons élèves ont plus de chances de réussir des concours anonymes fondés sur une haute culture générale. Mais le lecteur attentif aura d’emblée remarqué que cette formulation est déjà très différente de celle de l’éditorialiste suscité.

Qu’est-ce, en effet, qu’un « délit d’initié » ? Toute personne qui, disposant d’informations privilégiées à titre professionnel, les utilise de manière illicite c’est-à-dire réalise ou permet sciemment de réaliser sur le marché, directement ou par personne interposée, une ou plusieurs opérations avant que le public ait connaissance de ces informations, commet, selon la définition officielle, un « délit d’initié ». Le terme concerne donc, à l’origine, des opérations boursières, et rapporte au coupable un bénéfice d’ordre pécuniaire. On comprend donc la métaphore : les professeurs connaissent les arcanes d’un système complexe et peuvent donc faire accéder leurs enfants aux positions les plus éminentes. Mais que l’on permette à l’auteur de ces lignes d’émettre quelques doutes sur la validité de cette métaphore, et même d’affirmer que son caractère inopérant empêche d’identifier les cause du phénomène, et donc d’y remédier.

Bien sûr – et la violence des réactions à la précédent note de ce blog le laissent présager – d’aucuns diront qu’une agrégée, ancien professeur de lycée et actuel professeur en école de commerce et école d’ingénieur, fait partie de ces affreux privilégiés. Et je l’admets bien volontiers. Mais les lignes qui suivent, comme tout ce que j’écris, n’en sont que plus dignes de foi. Oui, je suis une bénéficiaire de ce système injuste. Oui, mon enfant a de fortes chances (sauf écueil du destin, dont il ne faut jamais se croire protégé) de faire une scolarité moins chaotique que la plupart des enfants de sa génération. Ce n’est pas pour lui que je me bats, mais pour tous ceux, justement, que ce système sacrifie. Une fois rappelée cette évidence, nous pouvons donc en passer à l’analyse de cette curieuse image.

Employer le terme de « délit d’initié », ou parler comme le fait Eric le Boucher des « insiders », de ceux qui ont le « décodeur », laisse penser que la réussite scolaire dépendrait, comme autrefois « l’entrée dans le monde » des aristocrates et des grands bourgeois, de « codes » mystérieux transmis dans les familles pour se distinguer de la masse. Pire encore, on suggère ainsi que les professeurs réserveraient à leurs propres enfants ces précieux sésames dont ils dissimuleraient l’existence à leurs élèves. Comment donc ? Il y aurait un secret à la réussite scolaire ? Et les professeurs le cachent ? Mais qu’on les fusille ! Et qu’on permette enfin à tous les enfants, fils d’ouvriers ou fils de PDG, d’intégrer Normale Sup et Polytechnique.

Ah, petite rectification. Les enfants d’ouvriers veulent bien intégrer ces prestigieuses écoles, mais les fils de PDG préfèrent un MBA aux Etats-Unis pour 30 000 dollars par an. C’est, de nos jours, un parcours plus coté pour qui veut devenir trader ou diriger une grande entreprise. Parce que le délit d’initié des professeurs concerne des filières qui ne préparent plus à devenir l’élite de la nation. Somme toute, un délit d’initié sans bénéfice. Ou celui, certes appréciable, de figurer parmi ces chercheurs inconnus qui hantent des laboratoires vétustes. Car le Normalien d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier. A moins d’ajouter à son cursus une médaille un peu plus rutilante, il a peu de chances de se distinguer dans un monde où même les ministères prennent goût aux managers et aux communicants. L’X a plus de chances, mais il est supplanté par les avocats d’affaires et les spécialistes de ressources humaines. Les très grandes écoles françaises n’attirent plus que ceux qui croient encore aux vertus de la culture et de l’étude : les enfants de professeurs.

Et nous en arrivons à la révélation de ce secret essentiel pour la réussite scolaire. Lecteur de ce blog, sois bien attentif, car les lignes qui suivent contiennent des informations hautement confidentielles : pour réussir un parcours scolaire, et atteindre ces temples de l’élitisme que sont les grandes écoles, il faut lire, développer sa culture générale, sa connaissance de l’histoire et de la langue, sa logique et son esprit de déduction. Bref, il faut travailler. Et l’enfant dont les parents ont conscience que tout cela nécessite effort et concentration, qu’il faut soutenir dans cet élan un jeune sollicité par les écrans et les divertissements, aura plus de chance qu’aucun autre de ne pas bifurquer vers une voie plus attrayante, celle du bindge drinking ou celle du profit rapide.

Dénoncer le « délit d’initié » des enseignants, de la part de penseurs issus d’un milieu social favorisé, et dont les enfants ne sont donc pas enfermés dans des Zones d’Echec Programmé, c’est oublier que ces enseignants ne sont pas seuls responsables de l’échec actuel de l’école. Certes, on trouve beaucoup d’adeptes de pédagogies fort sympathiques, mais dont l’application fait des ravages en maternelle ou au CP. Certes, des parents dont l’enfant a mal appris a lire auront bien du mal à rattraper les dégâts, surtout si on ne leur donne aucune chance d’identifier les causes du problème. Mais tous les professeurs n’ont pas applaudi aux réformes qui ont conduit à un système inégalitaire, où les enfants de milieu défavorisé n’ont plus la moindre chance de sortir de leur condition. Bien des parents, et notamment parmi ces élites férues de nouvelles technologies, d’anglais et d’adaptation au « monde qui bouge », réclament toujours plus de réformes, toujours moins de culture classique et de vieilleries inutiles. Bien des parents, surtout, refusent qu’on impose à leurs enfants le moindre effort, la moindre contrainte. Les mêmes, parfois, stresseront inutilement leur progéniture à l’occasion d’un baccalauréat dont ils s’imaginent qu’il demeure aussi sélectif qu’il l’était à leur époque. Mais ils ne leur enseigneront pas la rigueur, le plaisir d’apprendre, le respect du professeur, et surtout, l’amour du savoir, cette certitude qu’un livre, une pensée, la connaissance d’un événement historique, nous transforment et nous font plus humains. Le fils d’ouvrier, travailleur et méritant, dans une classe où quelques gamins paumés interdisent toute concentration et toute progression, est floué par le système. Mais est-ce la faute des seuls enseignants?

D’aucuns estimeront que puisque ce qui permet de réussir à l’école est à ce point éloigné des préoccupations de notre beau monde moderne, il est grand temps de changer le système scolaire, pour que la réussite s’y mesure à d’autres critères (savoir-être, créativité, compétences… quel que soit le nom qu’on leur donne). Ceux-là achèveront de tuer l’école et priveront définitivement les fils d’ouvrier de ces savoirs auxquels ils ont droit. Les enfants d’une bourgeoisie festive et déculturée s’en sortiront en intégrant Sciences Po ou une toute autre école de Management par le Vide communicationnel. Les enfants d’enseignants seront toujours plus nombreux dans ces niches où le savoir est une valeur. Mais ces niches seront toujours plus confidentielles, et toujours plus déclassées. Un peu comme ces quelques monastères du Vème siècle où de rares moines copistes attendaient des jours meilleurs. (Figaro.blog.-04.06.2010.)

**************

27 réponses à “les enfants d’enseignants surreprésentés dans les grandes écoles”

1 2
  1. 2 02 2021
    Johnathan Nathan (01:20:47) :

    How much money have you earned by blogging on the internet?

    https://ask-cloudkicker.tumblr.com/

  2. 2 02 2021
    Sanda Hentschel (01:18:23) :

    I would like to remove the blogger and designer links on the attribution bar at the bottom of a blogger page. I know its not good to remove it and usually i don’t, but this is a page for a business so it needs to look clean and profesisonal..

    https://www.linkedin.com/in/kmkowalsky/

  3. 2 02 2021
    Kourtney Plantier (01:17:10) :

    In Mozilla Firefox how do you customize the toolbars to different colors and styles?

    https://bookeworm94.tumblr.com/

  4. 2 02 2021
    Angele Sossaman (01:15:35) :

    im starting a blog and i need a way to prove the content is mine so i think when i write a post i will record it on camtasia studio, will it prove 100 it is mine?. . i dont want to pay 30 $ each post to copyright them..

    https://ask-cloudkicker.tumblr.com/

  5. 2 02 2021
    Don Caul (01:13:32) :

    How come my computer does not register the other computers in the network?

    https://ask-cloudkicker.tumblr.com/

  6. 2 02 2021
    Edyth Boillot (01:11:31) :

    I love to write creative things such as poetry and short stories, but I don’t know what I would be able to do with the creative writing degree. . . Besides an author or poet, what can I do with a creative writing degree?.

    https://twitter.com/cybertechnews3

  7. 2 02 2021
    Mary Gudroe (01:10:10) :

    Want to detailed introductory course in creative writing-novel,short story,even plays and screenplays. Written before but not published and no formal training..

    https://bookeworm94.tumblr.com/

1 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...