le jardin d’essais d’El Hamma d’Alger

3.000 essences différentes et des espèces rares des 5 continents

jardessai11.jpg  jardessai8.jpg  

Le Jardin d’Essai d’El Hamma à Alger, a été réouvert au public, après avoir été entièrement réhabilité tout dernièrement. Ce jardin qui présente plus de 3.000 essences différentes, avec des curiosités impressionnantes pour les visiteurs et les touristes, constitue un véritable musée de la plante et de la flore tropicale pour les botanistes du monde entier et les étudiants qui viennent y découvrir ou reconnaitre les caractères d’espèces rares rapportées des cinq continents. Le Jardin d’Essai d’Alger est à la fois une pépinière, un centre de recherche, d’étude et de vulgarisation, et enfin un jardin public que les Algérois connaissent bien et apprécient pour les variétés multiples de ses plantes, le jeu incomparable de ses couleurs où les verts les plus nuancés viennent s’harmoniser avec les bleus du ciel et de la mer, et où les parfums se mèlent aux coloris des floraisons qui s’échelonnent au cours des quatre saisons. Les visiteurs ou les promeneurs y viennent passer des heures entières, seuls ou en famille, accompagnés des enfants, pour goùter au calme reposant de ses ombrages, s’émerveiller devant la beauté et la diversité de ses plantes et ses fleurs, ou prendre une bonne dose d’oxygène aux parfums multiples. Créé en 1832, avec des aménagements dessinés en 1929 par l’architecte Régnier, sur une étendue de 62 hectares en amphithéàtre, il découvre au voyageur qui arrive par la mer, son espace vert, au fond de la baie d’Alger, aux abords immédiats du rivage jusqu’au ravin de la Femme sauvage, en escaladant la colline du Fort des Arcades. Sa partie basse se confond avec cette zone autrefois marécageuse qui fut témoin du campement temporaire de la soldatesque  de Charles Quint, et sa partie haute sur le versan, a pu donner pour un temps, un refuge à Cervantès. La situation topographique lui confère un climat exceptionnel, et sa beauté légendaire attire toujours un nombreux public de tous les horizons. 

jardessai12.jpgjardessai7.jpg  

  jardessai9.jpgjardindess1.jpg  

                      jardessai2.jpg 

** Le jardin d’Essais du Hamma a retrouvé enfin sa superbe d’antan. Désormais, il n’est plus le lieu de prédilection des marginaux de tous acabits et autres délinquants, qui s’adonnaient, dans un passé récent, à la consommation d’alcool, de drogue et à la prostitution, dans les entrailles mêmes de cet espace féerique. Il redevient un lieu de détente et de convivialité par excellence. Le visiteur aujourd’hui est face à un endroit digne des « cours royales », « c’est vraiment l’un des plus beaux jardins botaniques au monde », nous lance un père de famille, exalté par la splendeur du lieu. Le jardin offre pour ses hôtes une vue féerique, où tout est harmonieusement agencé. La célébrissime allée des acacias semble ainsi renaître de ses cendres, tant elle baigne dans le tumulte créé par des enfants avides de relâchement et d’air frais. Les flâneurs éberlués se promènent en contemplant ces pures merveilles que sont les deux principaux sous-jardins « français et anglais », tous deux bordés d’arbres, dont le centre offre au yeux des amphitryons un éventail de couleurs claires, reflet des eaux des deux bassins aquatiques qui dominent la plus grande partie de la surface aux pourtours ornés d’une pelouse taillée à la perfection. Les six statues que compte également le jardin, dont trois sont l’œuvre du sculpteur Gaudissar ont, elles aussi, droit à une restauration qui leur a restitué leur lustre de naguère. Au deuxième jour de l’ouverture officielle du jardin au grand public, et dès les premières heures du matin, une chaîne humaine s’est formée spontanément devant le portail, attendant son ouverture prévue à 10 h, la majorité étant des enfants accompagnés de leurs parents. L’impatience de ces derniers se fait lire aisément sur leurs visages. Ils sont principalement intéressés par le zoo qui a subi une métamorphose complète, offrant aux visiteurs le plaisir de contempler dans la douceur du lieu une foule d’animaux éclectiques. Pour beaucoup de visiteurs, il s’agit maintenant « d’œuvrer dans le sens de la sauvegarde des lieux comme ils ont été réceptionnés ». En effet, la préservation de ce joyau doit faire l’objet d’une attention particulière pour ne pas retomber dans les erreurs du passé. Si la sécurité au sein du jardin est assurée par 60 agents, leur vigilance devrait être ininterrompue par un quelconque relâchement, qui remettrait en cause la splendeur de ce havre de paix. (El Watan- 05.05.09.)

***Les Autrichiens plantent leur carré

Le carré autrichien accueillera 22 arbres dont 09 de différentes sortes et 18 plantes telle, à titre d’exemple, une version d’orchidées alpines d’Autriche.

Dotés d’une conscience aiguë de la préservation de l’environnement, les Autrichiens, non seulement préservent le leur mais le font découvrir aux autres. Une façon de dire «qui nous sommes». Ils décident de se définir naturellement par la nature. Et pour ce faire, «on plante chez vous ce qui pousse chez nous». C’est sans doute ce que ne dit pas l’ambassadrice d’Autriche en Algérie pour les Algériens, mais ce qui fleurira dans l’un des plus beaux jardins de la capitale algérienne, en l’occurrence le Jardin d’Essai du Hamma.
L’espace d’une promenade émouvante et riche en enseignement, les hommes et les femmes en charge de ce projet expliquent et racontent d’allée en allée ce magnifique espace botanique expérimental du Hamma l’histoire du «carré autrichien alpin».
Le directeur du Jardin d’Essai, M. Ziriat Abderrezzaq, accompagné de Son Excellence, l’ambassadrice d’Autriche à Alger, Aloisia Wörgetter, ainsi que la directrice des Jardins fédéraux autrichiens, Mme Brigitte Mang, ont présenté, avant-hier le projet de coopération entre le Jardin d’Essai du Hamma à Alger et les Jardins fédéraux en Autriche. Un projet qui consiste en la conception d’un «Carré autrichien». Dans ce contexte, Mme Brigitte Mang a donné une explication sur le don des plantes autrichiennes, sur le choix des plantes, leurs caractéristiques et leu singularité. «Le Carré autrichien» représentera une parcelle typique des montagnes autrichiennes.
Très émue, Madame Aloisia Wörgetter est revenue sur la naissance de ce projet. «Le projet est né avec mes prédécesseurs qui ont de très bonnes relations avec le ministère de l’Environnement», a indiqué Mme l’ambassadrice. Après avoir rencontré le wali d’Alger pour la première fois, «je lui ai demandé est-ce qu’on peut remettre des arbres, des plantes et des fleurs au Jardin d’Essai, il a tout de suite dit oui», s’est réjouie MmeWörgetter.
L’idée tombe bien en fait puisque Alger et Vienne sont, en effet, en train de créer une coopération et un partenariat important. «Le Jardin d’Essai et les Jardins fédéraux en Autriche font déjà partie d’un grand réseau scientifique pour les échanges botaniques», a-t-elle précisé.
De son côté, Brigitte Mang, d’une joie débordante vu la concrétisation de ce «projet rêve», présente le projet comme on présente une plante qui fleurit.
Le carré aura pour nom: «le Jardin autrichien» ou «le Jardin autrichien des alpes autrichiennes», a-t-elle indiqué. Ce carré d’une superficie de 797 m², accueillera «22 arbres dont 09 de différentes sortes et 18 plantes telle, à titre d’exemple, une version d’orchidées alpines d’Autriche», a précisé Mme Mang. «Il y a un arbre très spécial qui a pour nom Pinos nigra (le pin noir), qui va être dans ce carré, près de l’allée. Ça sera un arbre très grand, de 20 mètres de hauteur», a-t-elle poursuivi.
En tout cas, ça promet d’ores et déjà de la fascination. Le directeur du Jardin d’Essai, M. Ziriat Abderrezzaq, en est le premier: «Moi personnellement, le pin noir d’Autriche j’en entends parler depuis que j’étais étudiant, je n’ai jamais eu la chance de le voir, et voilà une occasion pour que je puisse le voir enfin», a-t-il répliqué.
Pour M. Ziriat, il n’y a rien a dire sur ce genre d’initiative si ce n’est de les encourager et les multiplier.
D’ailleurs, il a tenu à rappeler à l’occasion que «le Jardin d’Essai a perdu un certain nombre de ses collections avec le temps car il y a beaucoup d’arbres qui ont vieilli. C’est un vieux jardin qui n’a pas été renouvelé», a-t-il rappelé. «On ne va pas tout changer en tout cas. Il faut savoir, la mission du jardin botanique du Hamma a changé, sa mission sera désormais la conservation de la flore algérienne tout en continuant à conserver des collections de fleurs exotiques, etc. puisque c’est pédagogique d’abord et ça intéresse le public», a-t-il poursuivi.
Tout en félicitant cette initiative autrichienne, M. Ziriat n’a pas caché son souhait «que cette initiative créée des émulations avec d’autres ambassades qui vont peut-être contribuer à enrichir les collections du jardin».
Pour les amateurs des promenades au Jardin d’Essai du Hamma, «les fleurs que vous allez voir l’année prochaine seront des fleurs typiquement autrichiennes qui vous viennent avec tout notre coeur pour le Jardin d’Essai d’Alger et pour toute l’Algérie», a conclu Mme Brigitte Mang. (L’Expression-23.10.2011.)

**Réaction d’un internaute

 Mourad – France 

Pourquoi nos ambassadeurs en poste à l’étranger ne prennent pas des initiatives de ce genre ou dans d’autres registres qui aident à faire découvrir et aimer l’Algérie.
Je le vois dans la région où je réside (en France) l’ambassade d’un pays du Maghreb, voisin à l’Algérie, par exemple est très actif. Alors que le notre je ne l’ai jamais vu.
Si nos représentants ne se bougent pas, ce ne sont pas les idées ni les bonnes volontés de citoyens de la communauté algérienne qui manquent pour peu que l’on veuille bien les aider à entreprendre à leur place, des actions qui participent à redorer le blason de l’Algérie. Salutations

*********************

*Horaires d’ouverture et de fermeture du jardin et les tarifs d’accès….

Le jardin et le zoo seront ouverts tout les jours de la semaine, mis à part les samedis, journée qui sera consacrée pour l’entretien général des lieux. Quant aux horaires d’ouverture du jardin, ils ont été fixés à partir de 10 h jusqu’à 18 h. Le zoo ouvrira ses portes à partir de 11 h jusqu’à 17 h du soir. Les tarifs d’accès au zoo ont été fixés à 50 DA, pour les adultes et 20 DA pour les enfants. Les droits d’entrée au jardin ont été quant à eux fixés à 30 DA pour les adultes et 10 DA pour les enfants.

**********************

43 réponses à “le jardin d’essais d’El Hamma d’Alger”

1 2 3
  1. 9 09 2016
    Jean VR (18:13:58) :

    Félicitations, un blog très appréciable. Retrouvez ici la captation de vidéo à 360°

    http://adon-immo.com/fr/web-services

  2. 2 12 2015
    kumbh mela (21:34:55) :

    I was looking above google and so i discovered your web-site. Well basically just saying I like your internet site and your web design. I appearance a lot of web sites and they also will not appear so simple to use and shade you will be making use of it packages your website. Keep doing it.

    http://gurubhakti.org/kumbh/simhasth-ujjain-maha-kumbh-2016/

  3. 10 10 2015
    Happy New Year 2016 images (01:23:10) :

    Fact: 99 of all articles and website content online is regurgitated and rewritten material from some original piece of literary or artistic work.. . So, isn’t it true about web content copyright that as long as you reword or rewrite a piece of content from a site’s copy online, then it’s not theft or copyright infringement?.

    http://www.happynewyear2016hdimageswihshes.com

1 2 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...