80 stations thermales en Algérie

**Tourisme thermal : affluence de plus en plus nombreuse

Mohamed  Benmeradi, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, a révélé à l’ouverture du séminaire international sur la médecine thermale qui s’inscrit dans le cadre du programme d’appui à l’exécution de l’accord d’association avec l’UE que les stations thermales ont accueilli plus d’un million de visiteurs en 2012.

Plus de 80 stations thermales sont exploitées à travers le pays, dont 12 d’importance nationale avec une moyenne d’accueil de 300 000 personnes. Le secteur public investit depuis les années 70 dans 8 stations thermales, outre le centre de thalassothérapie de Sidi Fredj et 202 sources thermales à travers le pays. Le ministère a élaboré une fiche technique pour chaque source, comprenant les atouts thérapeutiques et la température de l’eau qui varie entre 20 et 70 degrés.
Respectueuse de l’organisme et non invasive, la médecine thermale propose une démarche de santé tout à fait originale, car celle-ci ne se fonde pas uniquement sur le traitement des symptômes. L’atout majeur de la médecine thermale repose, au contraire, sur la prise en charge globale d’une pathologie, accordant à la prévention une place aussi importante qu’au soulagement.

Certains soins, comme la marche à contre-courant ou les bains à jets vont agir comme un massage des jambes, permettant de stimuler la circulation sanguine, de mieux oxygéner le muscle et de diminuer les douleurs ressenties. Du fait de la qualité de ses eaux, on assiste depuis plusieurs décennies à un engouement pour le tourisme thermal en Algérie. En fonction des affections traitées, la clientèle optera pour un séjour dans des stations thermales aux eaux reconnues pour leurs qualités curatives. Dans ce contexte, il faut rappeler qu’un programme de rénovation et de modernisation de l’ensemble des structures thermales a été retenu, visant principalement la mise en conformité aux standards internationaux. Une enveloppe de plus de 11 milliards de dinars a été consacrée à cette opération. *El Watan-13.12.2012.

**l’Algérie veut attirer ses immigrés en France vers son tourisme thermal

L’Office national algérien du tourisme (Onat) s’associe avec l’opérateur français Selectour pour relancer la destination Algérie et développer le tourisme thermal en direction des immigrés algériens basés en France. Ce jeudi, les deux sociétés signeront des conventions de collaboration, selon un communiqué de l’Onat. Des séjours et des circuits axés sur le tourisme thermal sont au programme. « L’Onat a mis en place, dans cette perspective,  un programme de séjours et de circuits  axés sur le tourisme thermal dont la réputation de ses eaux a dépassé les frontières », selon le même document.

Ces offres sont destinées en premier lieu aux immigrés algériens résidant notamment en France, qui souhaitent allier le tourisme aux visites familiales. « Ces offres sont destinées, en premier lieu, aux compatriotes résidant à l’étranger, notamment en France, puisqu’il a été observé que ce type de clientèle souhaite allier le bien-être aux visites familiales au pays d’origine et la découverte des régions touristiques qu’ils ne connaissent pas », explique l’Onat.
Les entreprises de gestion touristique « Est » et « Tlemcen » vont collaborer avec la compagnie nationale Air Algérie pour proposer, à des tarifs préférentiels pour le montage de package complet (avion+séjour), « des séjours dans les stations thermales de Hammam Bouhnifia et Guergour au profit des résidents Algériens en France avec un calendrier de départ régulier à partir de fin mars 2013 », indique l’Onat.
Les destinations du sud sont également concernées par ce programme qui propose un produit complet à des prix avantageux. « Ces programmes qui offrent l’avantage d’être un produit complet proposé à un tarif attractif, seront élargis aux destinations Sud et Grand Sud avec des circuits et séjours dans les régions de Ghardaïa, Timimoune, Tamanrasset et Djanet », selon la même source.*TSA-28.02.2013.

******************************************

Excursions vers les grandes stations thermales du pays pour des Algériens vivant à l’étranger

L’Office national du tourisme (ONAT) organisera, dès le mois de décembre prochain, à l’intention des Algériens vivant à l’étranger, des excursions vers les grandes stations thermales du pays.

Tourisme en Algérie aguel_841101_679x417

Selon le délégué  de l’ONAT pour la région Est, Mohamed-Cherif Djebbari ,  quatre stations thermales sont concernées, dans un premier temps, par ce programme d’excursions. Il s’agit des stations de Hammam Guergour (Sétif), de Chellala (Guelma), de Hammam Essalihine (Biskra), et de Hammam Bouhanifia (Mascara).

Nous apprenons aussi  que Cinquante  sièges seront réservés sur des vols en provenance de France aux personnes intéressées par ce programme d’excursions avec des prix compétitifs adoptés de manière à promouvoir ce tourisme thermal.

Le délégué de l’ONAT pour la région Est a également fait état d’une « nouvelle politique » de cet office, axée sur la promotion du tourisme interne avec, notamment, le renforcement humain et matériel des antennes de l’ONAT qui renforcera sa flotte « dès le début de l’année prochaine » avec 15 nouveaux bus de luxe, 20 voitures 4×4 et 10 véhicules touristiques. Il fera part  aussi du lancement des travaux de réalisation des villages de vacances. 20 villages sont au programme pour l’année 2016. Une formation  pour le personnel est lancée au mois de novembre en cours.  Une  autre  pour les chefs d’agence est prévue en 2013.* L’Eco.News-10.11.2012.

*************************

source_thermale_algerie dans

cascade-hammam-meskoutine

La cascade de Hammam Meskoutine, l’eau sort à 97°C, les chutes sont du calcaire laissé par les eaux…

gulema

Hammam%20Debagh

*La wilaya de Guelma compte 15 stations thermales

********************************************************

Les stations thermales en Algérie et leurs vertus curatives

Hammam Boughrara
Situation : à l’extrême ouest du pays, à 150 km d’Oran et 11 km de Maghnia, à 280 m d’altitude.
Les eaux sont hyperthermales (45°), bicarbonatées sodiques et sulfatées.
Les indications thérapeutiques concernent la rhumatologie et la dermatologie.
Les techniques thermales consistent en bains simples, bains carbo-gazeux, bains locaux, douches au jet, auxquelles s’ajoutent des soins complémentaires : thermothérapie (infrarouges et applications de paraffine), électrothérapie, massage à sec.
Hammam Bou-Hadjar
Situation : à 65 km d’Oran et 21 km d’Ain-Témouchent, à 150 m d’altitude.On y dénombre une quarantaine de
sources, en majorité chaudes, entre 35° et 72°C. Les eaux sont bicarbonatées, chlorurées sodico-calciques, carbo-gazeuses, faiblement radioactives.
Les indications principales sont les rhumatismes et les séquelles de traumatismes ostéoarticulaires qui regroupent 85% des curistes.
Les pratiques thermales comportent : bains simples et locaux, douches générales et locales, massages sous l’eau et kinéobalnéothérapie en piscine. Il s’y adjoint des soins complémentaires : massages à sec, thermothérapie(infrarouges et applications de paraffine), électrothérapie.
Hammam Bou-Hanifia
Situation : à 100 km au sud d’Oran et 25 km de Mascara, à 230 m d’altitude.
A côté d’un groupe de sources chaudes, bicarbonatées, chlorurées sodico-calciques, carbo-gazeuses, radioactives, la source Sidi Abdellah, dite  » source salée « , est hypothermale (25°C), très minéralisée, chlorurée sodique, sulfatée calcique et magnésienne.
Les sources chaudes donnent naissance à un fongoïde appliqué sous forme de cataplasmes.
Les indications concernent la rhumatologie, la neurologie, les affections digestives et métaboliques.
Les pratiques thermales sont multiples et vont de la cure de boisson à la balnéation générale et locale, aux bains de vapeur, aux douches générales et locales, aux massages sous l’eau. Il s’y adjoint thermothérapie (infrarouges et applications de paraffine), électrothérapie, rééducation fonctionnelle.
Hammam Righa
Situation : à 100 km au sud-ouest d’Alger, à 525 m d’altitude. Elle se trouve dans une région verdoyante et boisée appréciée pour ses qualités climatiques.
Quelques sources ont disparu lors du tremblement de terre de 1980. Il en reste neuf dont le débit total est de 54 m3/H. Les eaux sont sulfatées calciques hyperthermales (54° C de moyenne). Les techniques de cure sont classiques : balnéation générale et locale, douches au jet et affusions, massages sous l’eau. Massothérapie à sec, électrothérapie, rééducation et enveloppements de paraffine en sont les compléments.
Hammam Guergour
Situation : à 60 km au nord-ouest de Sétif et à 115 km de Bejaia, à 650 m d’altitude. Ses eaux sont hyperthermales (45° C), sulfatées calciques, radioactives, carbo-gazeuses.
Elles sont indiquées dans les affections rhumatismales, dermatologiques et en phlébologie.
Les pratiques thermales associent bains en baignoire, en piscine ou en couloir de marche, bains locaux, massages sous l’eau et soins complémentaires (électrothérapie, ultrasons, infrarouges et cataplasmes de paraffine).
Hammam Meskhoutine (Guelma)
Situation : dans l’est Constatinois, à 110 km de Constantine et 20 km de Guelma, à 320 m d’altitude. Il existe neuf sources d’eaux hyperthermales (97° C), bicarbonatées calciques, chlorurées sodiques, arsenicales, radioactives, avec dégagement d’hydrogène sulfuré.
Les indications sont prioritairement rhumatologiques mais aussi respiratoires (ORL et bronches).Les pratiques thermales associent bains en baignoire, en piscine ou en couloir de marche, bains locaux, massages sous l’eau et soins complémentaires (électrothérapie, ultrasons, infrarouges et cataplasmes de paraffine).
Les pratiques thermales associent la balnéation et les douches aux techniques ORL (inhalations, aérosols, pulvérisations…)
Les soins complémentaires utilisent les techniques de physiothérapie et les protocoles de rééducation fonctionnelle.
Hammam Salihine
Situation : aux portes de Biskra, à 400 km au sud-est d’Alger et 115 km de Batna, à 120 m d’altitude. Les eaux sont sulfatées et chlorurées sodiques, mésothermales (43° C), fortement minéralisées. Les indications concernent la
rhumatologie, la dermatologie, la gynécologie et l’ORL. Les pratiques thermales comportent balnéation, douches, humages et inhalations. S’y adjoignent techniques de physiothérapie et massokinésithérapie.
Centre de thalassothérapie de Sidi Fredj
Situation : à 30 km à l’ouest d’Alger, dans la commune de Staouéli, à proximité du complexe touristique de Sidi-Fredj. Le centre date de 1982.
La ressource est l’eau de mer, fortement minéralisée, chlorurée sodique, chauffée entre 33° et 39° C. Aux propriétés de l’eau de mer s’ajoutent les qualités remarquables du climat marin. Le plateau technique est composé d’installations de balnéothérapie (baignoires, manupédiluves, piscines de rééducation et de marche, douches générales et locales), de massokinésithérapie (massages sou l’eau et à sec), de mécanothérapie, d’électrothérapie et ultrasons, de thermothérapie (infrarouges, paraffine), de pressothérapie pneumatique. Il s’y adjoint saunas et postes d’héliothérapie. *Midi Libre-11 Mars 2009

******************************




évasion |
évasion |
Généalogies |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dartagnan
| dartagnan
| D A T A F O R U M