l’année hégirienne et le prophète Mohammed

***************************************

Nouvelle année hégirienne 1435: mardi 05 novembre 2013

La première journée de la nouvelle année musulmane est une commémoration de l’Hégire, un évènement historique qui se produisit en l’année 622. L’Hégire (la « rupture » ou l »exil ») désigne le moment où le prophète Mahomet, avec quelques compagnons, a quitté la Mecque pour se rendre à Médine et y fonder une communauté répondant à ses souhaits, c’est à dire soudée autour des mêmes croyances. Cette communauté s’appelle Oumma. C’est en cela que l’Hégire désigne autant la rupture que l’exil : rupture avec un modèle de société, et départ vers un lieu prêt à accueillir une communauté qui s’étendra par la suite dans toute la péninsule arabique, puis dans la majorité des régions du monde.

****************************************

**L’année hégirienne 1434

1er jour de Moharram 1434, correspondant au jeudi 15 novembre 2012.

*voir calendrier hégirien: année 1434

*********************************************

A l’occasion de la nouvelle année de l’Hégire, je vous présente mes meilleurs voeux  de bonheur, de santé et de sérénité. Que cette nouvelle année soit porteuse de paix et de prospérité…matérielle et spirituelle…J’implore Allah de nous accorder son pardon, sa clémence et sa miséricorde…et de nous compter parmi les bienheureux le jour du jugement dernier. Amine. Salam alikoum.

*******************************************

 Quel est le sens véritable de la Hijra et le rôle joué  par le Prophète Mohamed (QSSSL),  pour l’avènement de l’Islam ?..

.– Au moment où Mohamed, âgé de quarante ans, fut envoyé comme Messager de Dieu pour sortir l’humanité des ténèbres vers la lumière, la presqu’île arabique était plongée dans la “djahilia”, c’est-à-dire dans l’obscurantisme. Les populations arabes étaient alors désunies : les tribus s’entretuaient dans des guerres fratricides ; elles entretenaient le culte des idoles ; les bourgeois parmi elles exploitaient, sans vergogne, les classes laborieuses, l’esclavage battait son plein. Aucun droit n’était reconnu aux femmes. Souvent les filles étaient assassinées dès leur naissance en toute impunité. Cependant, la chose parfaite en ces temps lointains, c’était la langue arabe, la langue pure des “mouâllaqats” ou poèmes très élevés, affichés dans les concours littéraires de la foire de “Okad” à La Mecque, et toujours étudiés dans les enseignements secondaire et supérieur. Quel est l’arabisant qui ne connaît pas Imrou’El-Kaïs, Nabigha Dhoubiani, Tarafa…? Et c’est précisément dans cette langue admirable, riche et toujours vivante, que fut révélé le Coran, la lecture sacrée par excellence qui, par son style élevé, son contenu juste et équitable et sa valeur dans tous les domaines, n’a jamais cessé d’étonner le monde. Au commencement de sa noble mission et durant plus de dix ans, notre Prophète rencontra dans la région mecquoise où il séjournait, de nombreux ennemis acharnés parmi lesquels notamment des membres de la tribu des Qoraïchites. Tous les opposants à sa tâche voyaient en lui le destructeur de leurs privilèges et de leurs néfastes coutumes.
De nombreux complots furent vainement ourdis contre lui. Les premiers musulmans, ses compagnons, ainsi que leurs familles ne furent nullement épargnés. En raison de leur islamisation, ils furent maltraités, torturés et dépouillés de leurs biens. C’est à la suite de ces conditions difficiles que Mohamed reçut du Ciel l’ordre d’émigrer vers Médine l’illuminée après avoir invité ses compagnons à le précéder.

L’Hégire
Accompagné de son fidèle compagnon Abou Bekr Es-Seddiq, l’Envoyé de Dieu quitta La Mecque pour Médine, le vendredi 16 juillet de l’an 622 après J.-C. et ce, d’après l’opinion la plus accréditée. C’est ce qu’on appelle en arabe la “Hidjra” qui a donné naissance au mot français hégire. Certains orientalistes malintentionnés ou induits en erreur, traduisent la “Hidjra” par le mot français fuite. C’est une simple inexactitude. Certes, il y avait en Arabie au début de l’Islam, ainsi qu’il a déjà été exposé plus haut, de nombreux sévères contradicteurs à notre Prophète : tout le monde n’avait pas encore saisi le sens du devoir dont il était chargé, mais de là à insinuer qu’il s’était enfui devant ses détracteurs, c’est vraiment vouloir porter atteinte à sa grande valeur, à sa haute dignité et à sa mission envers le Créateur et les hommes. En réalité, le mot hégire signifie en français émigration. En la circonstance, c’est un recul stratégique pour mieux réussir dans la tâche de diffusion de l’Islam entreprise, un déplacement que commandait la religion ainsi qu’il sera signalé plus loin. Non ! L’hégire n’est pas une fuite, tout simplement parce que ce dernier mot se traduit en arabe par “firar”. Durant leur périple sur une distance de plus de 500 km, Mohamed et son compagnon  rencontrèrent de multiples obstacles tendus par la nature du pays ou par des assassins à gage, à la solde d’ennemis mecquois. Ils les franchirent courageusement avec l’aide et la protection de Dieu. A Médine, ils furent reçus triomphalement par une foule considérable d”’Ançars” ou soutiens ; les femmes exprimèrent leur allégresse par des youyous stridents; les filles et les garçons chantaient des poèmes religieux. Partout on entendait un hymne dont le début est interprété ainsi qu’il suit : “Un astre scintillant apparaît sur nos têtes des collines d’adieu entourant Médine ; Notre devoir est d’exprimer notre gratitude tant que priera Dieu un prieur ; O Envoyé parmi nous ! Tu es porteur d’un ordre à suivre…”.

L’après-Hégire
C’est à Médine, à la tête des premiers musulmans, c’est-à-dire ses “Çahabas” ou compagnons et ses “Ançars” ou soutiens, et d’accord avec eux, que l’Envoyé de Dieu élabora minutieusement un programme considérable d’où allait jaillir l’essor prodigieux : l’Islam. Tantôt par la persuasion qu’il préférait, tantôt par la guerre souvent défensive, Mohamed mena le combat contre les adversaires de la nouvelle religion. Dans son action sage et clairvoyante, il s’appuya sur le Livre sacré qui fut naturellement son principal miracle et sa force. Ses efforts inlassables dans l’intérêt de la religion furent couronnés de succès. En effet, il remporta des victoires éclatantes. A la bataille de Badr — point d’eau entre La Mecque et Médine — à la tête de quelque trois cents “Moudjahidine”, il sortit vainqueur d’une armée mecquoise de plus de mille soldats bien équipés. Il fit preuve à cette occasion d’une tactique militaire inconnue auparavant et suivie par la suite par de célèbres généraux. Par la suite le Messager de Dieu revint à La Mecque avec une armée de plus de dix mille hommes, montrant ainsi la force pour n’avoir pas à s’en servir. Il occupa, en effet, cette capitale religieuse sans coup férir et sans aucun esprit de vengeance. Au contraire, il tendit la main à ceux qui l’avaient combattu et qui sans aucune contrainte embrassèrent l’Islam. En ce qui concerne la vie civile de sa nation, Mohamed procéda à de nombreuses réformes dans tous les domaines. Les deux pouvoirs, spirituel et temporel qu’il détenait, lui ont permis d’appliquer facilement le Coran dont il fut le premier exégète. En un mot, il a administré avec justice et équité. Sa riche “Sunna” en est la preuve irréfutable. Et c’est ainsi que l’Envoyé de Dieu réussit à faire l’union des Arabes autour de lui et donner un cinglant démenti à l’adage bien connu : “Nul n’est prophète en son pays”. Cette action bienfaisante, ainsi résumée, est due à la “Hidjra En-Nabawia” Elle est mise en évidence par le Coran lui-même dans la sourate Al-Imrane : “O Croyants ! Craignez Dieu de sa vraie crainte, et ne mourez pas autrement que soumis à Lui. Attachez-vous à la Grâce que Dieu tend vers vous ; ne vous divisez pas ; souvenez-vous de la Grâce de Dieu qu’Il fit descendre vers vous lorsqu’Il fit l’union entre vos cœurs alors que vous étiez ennemis ; un beau matin, vous étiez des frères par Sa Grâce… »   ** Par feu le Pr Bendali Amor..( consulter aussi..http://www.islamhouse.com/

*************************

 ° un grand tournant dans l’histoire de l’humanité.

 Mouharram, c’est le mois de l’année dans le système de réglementation du calendrier mis sur pied par les musulmans depuis, notamment, la khilafa de Omar Ibn El Khattab (Que Dieu soit satisfait de lui).
Le calendrier en question a commencé en effet à partir de l’Hégire (Migration), reconnu par les historiens pour être le grand tournant qui changea le cours de l’histoire de l’homme. Les musulmans retiennent plusieurs faits relatifs au mouvement et au redéploiement du Prophète Mohamed (QSSSL). Certains se remémorent en exploits divins lors de cette mutation (El Mou’djizate) comme celles de la grotte et l’araignée. D’autres méditent encore surtout des nombreux évènements qui se sont produits entre la période allant de la Hidjra de Mohamed (QSSSL) et ses Compagnons vers Taïf et ensuite vers la ville cosmopolite de Médine. Cette période est riche, au point que, en fin de compte, il s’est agi d’une évolution qui devait provoquer des changements radicaux aussi bien dans la mission du Prophète (QSSSL) que dans les rapports de force entre musulmans d’une part et les tenants de l’ordre établi de l’époque, notamment les grands dignitaires de Qoraïch ainsi que leurs alliés parmi les autres tribus, d’autre part. Ainsi, de cette évolution quantitative et qualitative dans l’histoire de l’islam a été fondé l’Etat musulman et, bien après la khilafa, doté de structures de fonctionnement, notamment le pouvoir législatif, l’exécutif, le judiciaire ainsi que les fondements politiques, diplomatiques et théologiques de la Oumma islamya. L’Hégire, un terme qui signifie résignation du tout petit groupe de Compagnons (Omar, Abderrahmane Ibn Aouf, Othmane Ibn Affane, Oubaïda Ibn El-Djarah et les autres) devant le terrible diktat des Qoraïchites, voire leur arrogance à l’égard du Très-Haut, la torture et l’humiliation, constituait aussi une permission de Dieu pour s’exiler. Pour certains, et tel que donné littéralement à travers un verset coranique, ce fut plutôt un ordre. Le terme oudhina signifie, en effet, ordre et permission. En tout état de cause, ce sublime verset demeure un des plus solennels dans l’histoire de Mohamed (QSSSL) et de ses Compagnons. Ainsi, il a été écrit : “Il a été donné Sa permission à ceux qui sont combattus et qui subissent l’injustice, Allah est certes capable de leur assurer la victoire. Ceux qui ont été déportés de leur terre sans nulle autre raison qu’ils avaient dit Allah est notre Seigneur”. Les musulmans, aujourd’hui, en percevant davantage l’importance et la portée de ce jour, devraient, en ces temps de crise, méditer autour des grands signaux adressés par Mohamed (QSSSL) et notamment celui qu’il donna à travers l’historique pacte de fraternité entre les Partisans et les Emigrés (El Mouhadjiroun oual Ançar). C’est pendant l’Hégire que Mohamed (QSSSL), ayant senti la nécessité de renforcer les liens entre les fidèles, avait institué un pacte de fraternité entre les Emigrés et les Partisans. “Soyez, dit-il, l’un pour l’autre confrères dans la foi.” N’était-ce pas ce jour-là que Hamza le noble, l’oncle du Prophète (QSSSL), le “Lion de Dieu” devenait un frère de l’esclave affranchi Zaïd Ibn Harith ? N’est-ce pas là un véritable symbole de fraternité, étrangère à la différence des classes et des rangs ?..

*****************************

 * L’Islam, une religion de paix, d’amour et de tolérence

- Les musulmans de toute la planète fêtent aujourd’hui le premier jour de Mouharram, l’un des quatre mois sacrés de l’islam avec Rajab, Dhou al Qi’da et Dhou al Hidja. Nous sommes, nous Algériens, conviés à le fêter, la paix dans l’âme, aussi bien dans les bons moments que dans les dures épreuves. Pour notre Prophète Mohamed (QSSSL), que Dieu Tout-Puissant a envoyé à toute l’humanité pour promouvoir davantage la Rahma dans les cœurs et délivrer les âmes des rancœurs et du mal, ce jour est sacré. Comme pour  démontrer que l’islam a réactualisé toute les valeurs universelles prônées par les religions monothéistes, à savoir le judaïsme et le christianisme, El Mustapha (QSSSL) a, entre autres, instauré pour lui une tradition consistant à marquer l’importance de ce jour en faisant carême. La paix véhiculée à travers la symbolique de Mouharram, qui est en même temps annonciateur de l’avènement du nouvel an chez les musulmans, est une donnée incontournable dans le contenu et l’esprit de la Rissala. L’islam est une religion de paix, d’amour et de tolérance. Les croyances des gens du Livre concordent avec celles des musulmans, non seulement en termes de foi, mais également en termes de valeurs morales. Les musulmans, en fêtant partout dans le monde le premier du mois de Mouharram, le font également eu égard à sa symbolique et à un des évènements majeurs ayant eu lieu en ce mois. C’est en effet le mois où Moïse (QSSSL), sur les Monts de Tore au Sinaï (Egypte), le seul Prophète à avoir eu à parler avec Allah, a délivré le peuple d’Israël des forces dominantes du Pharaon. En célébrant ce premier jour de Mouharram qui, sur un intervalle de quarante-huit heures, précède l’avènement du nouvel an chrétien, nous sommes invités par ailleurs à consacrer nos convictions  que la vie de la paix est, d’essence, plus longue que celle de la terreur et du mal. Le mot islam a la même signification que «paix» en arabe. L’islam est une religion qui offre à l’humanité la paix et le bien-être. Dans la vie du musulman, la Miséricorde et la Compassion éternelles d’Allah sont manifestes. Il a commandé à l’humanité d’éviter le mal. Il a interdit la mécréance, l’immoralité, la cruauté, l’agressivité, le meurtre et les massacres.  En Algérie, qui a rompu avec un terrorisme aussi abject que celui qui frappe en ces moments nos frères palestiniens dans les territoires occupés et notamment à Ghaza, ville martyre soumise au génocide et au massacre organisé et systématique, l’on connaît le prix à payer pour faire triompher les valeurs contenues dans la symbolique de Mouharram.  Puisse tout citoyen méditer l’importance d’une paix quand elle est retrouvée par la grâce du recours à la raison et à la sagesse. ( El Moudjahid)…

*******************************

*le sceau des Prophètes

En effet, vous avez dans le Messager de Dieu un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Dieu et au Jour dernier et invoque Dieu fréquemment. Comme le déclare un autre verset du Coran, « Mohammad est le Messager de Dieu et le sceau final des prophètes. »(Sourate al-Ahzab verset 40), le Prophète Mohammad (Que la bénédiction de Dieu et le salut soient sur lui fut le dernier prophète envoyé à l’humanité. Il était l’exemple vivant de la sublime moralité enseignée par Dieu dans Sa dernière révélation. Ami de Dieu, il sut inspirer à l’humanité de nobles sentiments par sa proximité avec Lui. C’était aussi Son représentant, noble à Ses yeux, et l’ami de tous les croyants.
Ainsi que Dieu l’a révélé dans un autre verset, « Nous allons te révéler des paroles lourdes (très importantes). » Il a confié à Son dernier Prophète, Mohammad, une lourde responsabilité.
Grâce à la fermeté de sa foi en Dieu, ce dernier s’est acquitté de cette mission de la meilleure des façons, en appelant l’humanité à suivre le sentier de Dieu et l’Islam, et en éclairant de sa lumière le cheminement de tous les croyants.
Bien que nous n’ayons pas eu l’occasion de voir le Prophète en personne, il nous est cependant possible de faire de notre mieux pour connaître son comportement exemplaire, ses dires pleins de sagesse et la moralité admirable dont il savait faire preuve, à travers les versets du Coran et les hadiths (propos et actes du Prophète Mohammad). Il nous appartient de nous efforcer de lui ressembler, si nous voulons être proches de lui dans l’au-delà. Les gens d’aujourd’hui, et les jeunes en particulier, aiment à ériger certains individus en modèles dont ils imitent le comportement, le style, la façon de parler, en espérant ainsi leur ressembler. Mais bien souvent, ces prétendus modèles eux-mêmes sont loin d’être sur le droit chemin, et manquent de personnalité propre. C’est donc une lourde responsabilité que de mener les hommes vers la vérité et vers une moralité exemplaire.
Un musulman se doit de prendre exemple sur le modèle du Prophète et d’aspirer à s’en rapprocher autant que possible. Dieu confirme cette idée dans un des versets du coran:  »Et Nous n’envoyons les messagers que pour annoncer la bonne nouvelle et avertir. Et ceux qui ont mécru disputent avec de faux arguments, afin d’infirmer la vérité et prennent en raillerie Mes versets (le Coran) ainsi que ce (châtiment) dont on les a avertis. (Sourate al-Kahf verset 56)
En effet, vous avez dans le Messager de Dieu un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Dieu et au Jour dernier et invoque Dieu fréquemment. Comme le déclare un autre verset du Coran, « Mohammad est le Messager de Dieu et le sceau final des prophètes. »(Sourate al-Ahzab verset 40), le Prophète Mohammad (Que la bénédiction de Dieu et le salut soient sur lui fut le dernier prophète envoyé à l’humanité. Il était l’exemple vivant de la sublime moralité enseignée par Dieu dans Sa dernière révélation. Ami de Dieu, il sut inspirer à l’humanité de nobles sentiments par sa proximité avec Lui. C’était aussi Son représentant, noble à Ses yeux, et l’ami de tous les croyants.
Ainsi que Dieu l’a révélé dans un autre verset, « Nous allons te révéler des paroles lourdes (très importantes). » Il a confié à Son dernier Prophète, Mohammad, une lourde responsabilité.
Grâce à la fermeté de sa foi en Dieu, ce dernier s’est acquitté de cette mission de la meilleure des façons, en appelant l’humanité à suivre le sentier de Dieu et l’Islam, et en éclairant de sa lumière le cheminement de tous les croyants.
Bien que nous n’ayons pas eu l’occasion de voir le Prophète en personne, il nous est cependant possible de faire de notre mieux pour connaître son comportement exemplaire, ses dires pleins de sagesse et la moralité admirable dont il savait faire preuve, à travers les versets du Coran et les hadiths (propos et actes du Prophète Mohammad). Il nous appartient de nous efforcer de lui ressembler, si nous voulons être proches de lui dans l’au-delà. Les gens d’aujourd’hui, et les jeunes en particulier, aiment à ériger certains individus en modèles dont ils imitent le comportement, le style, la façon de parler, en espérant ainsi leur ressembler. Mais bien souvent, ces prétendus modèles eux-mêmes sont loin d’être sur le droit chemin, et manquent de personnalité propre. C’est donc une lourde responsabilité que de mener les hommes vers la vérité et vers une moralité exemplaire.
Un musulman se doit de prendre exemple sur le modèle du Prophète et d’aspirer à s’en rapprocher autant que possible. Dieu confirme cette idée dans un des versets du coran:  »Et Nous n’envoyons les messagers que pour annoncer la bonne nouvelle et avertir. Et ceux qui ont mécru disputent avec de faux arguments, afin d’infirmer la vérité et prennent en raillerie Mes versets (le Coran) ainsi que ce (châtiment) dont on les a avertis. (Sourate al-Kahf verset 56) *Le Midi Libre-26.07.2012.

****************************

244 réponses à “l’année hégirienne et le prophète Mohammed”

1 11 12 13
  1. 14 11 2011
    Winrar gratuit (01:58:39) :

    I’m agitated all these article directories. It sure would be nice to have every article directory that instantly accepts articles.

  2. 14 11 2011
    Science Websites for Kids (00:45:04) :

    I appreciate the insightful post. Thanks.

  3. 13 11 2011
    chicken recipes for dinner (14:12:10) :

    Which i insisting my dad that doesn’t all headlines posted over the internet are original but this post is definitely an exceptional to my rule.

  4. 13 11 2011
    The Lemonade Diet (13:53:54) :

    Effectively written post. Additionally, an all natural health diet program calls for serious amounts of dedication for the best outcomes.

1 11 12 13



évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...