Ramadhan aux 4 coins de la planète

**Ramadhan aux quatre coins de la planète

Ramadan sans coucher de soleil : une fatwa pour les musulmans de Suède

Traditions. Ambiance festive, plats alléchants, sorties originales, pratiques –

En Indonésie, le premier pays musulman du monde avec plus de 200 millions fidèles et plus de 900 îles habitées

Ramadhan aux 4 coins de la planète 0225-480x317

Dans l’ensemble du monde musulman, le Ramadhan est un mois extrêmement riche en traditions. Ambiance festive, plats alléchants, sorties originales, pratiques surprenantes… On vous propose un tour d’horizon ramadanesque aux quatre coins de la planète. Pour la première escale, nous ferons une halte en Indonésie, le premier pays musulman du monde qui compte plus de 200 millions fidèles.

L’Indonésie est un territoire très vaste et composé de plus de 900 îles habitées qui hébergent chacune des populations aux coutumes très diverses. Pour le Ramadhan il en est de même, les traditions varient d’une région à une autre. Mais, en dépit de ces différences, un même esprit de joie et de partage règne sur l’ensemble du pays pendant ce mois saint. Et certaines coutumes sont plus célèbres que d’autres.

La préparation du Ramadhan

En Indonésie, le Ramadhan commence bien avant le Ramadhan ! Toute une série de traditions existe en effet avant que le mois de jeûne ne débute. De nombreux Indonésiens se rendent au cimetière afin de rendre hommage à leurs proches défunts, ils recouvrent leurs tombes de fleurs et prient. Une tradition appelée nyekar qui vient à l’origine de l’hindouisme et qui a été reprise par les musulmans.  Ils visitent ensuite leur famille, leurs amis et leurs collègues pour profiter de leur présence mais également pour se pardonner mutuellement avant d’entamer leur jeûne. Parmi les autres coutumes, des processions d’enfants dans les rues sont organisées par les écoles. Dans les villes de Klaten, Boyolali, Salatiga et Yogyakarta, certains musulmans prennent un bain rituel dans des eaux « sacrées » afin de se purifier physiquement et spirituellement avant le début du mois de ramadhan.

Quand le riz et la noix de coco remplacent la chorba et les bourek

Lorsque le soleil se couche, aux alentours de 17h30-18h, les Indonésiens rompent le jeûne au cours du Buka Puasa, l’équivalent du Ftour. Ils boivent en général une boisson douce accompagnée de mets sucrés, des gâteaux à base de riz, de noix de coco, d’haricots rouges ou de banane. L’un des plus connus est le kolak : un dessert préparé avec du sucre de palme, du lait de coco et des feuilles de pandanus, le tout agrémenté de fruits tels que de la banane ou du jacquier.

Indonesie-nasi-goreng
Le nasi goreng est le plat national indonésien, largement consommé pendant le ramadhan

La suite du repas est souvent constitué d’un plat traditionnel qui varie selon les régions. L’un des mets les plus célèbres, reconnu plat national, est le nasi goreng : du riz frit accommodé de poulet ou de crevettes avec des oignons et des épices. Découvrez la recette du nasi goreng.

 La fête de Nuzulul Quran

Le 17eme jour du mois de Ramadhan, les Indonésiens célèbrent la première révélation du Coran au Prophète Mohammed, tandis que les autres pays musulmans attendent la nuit du destin (Leilat al Qadr). Cet événement fêté le 17eme jour en Indonésie est appelée Nuzulul Quran. Les fidèles musulmans se rassemblent en famille ou entre voisins, écoutent et récitent le Coran en groupe.**algerie-focus.com- 2013/07/11

**Voir vidéo-AFP: Ramadan en Indonésie

Les musulmans d’Indonésie se préparent pour le Ramadan

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*La rupture du jeûne chez une famille algérienne

<br /><br /><br />
	Le Ramadhan est un &eacute;v&eacute;nement tr&egrave;s attendu chez la famille de Soussou  » src= »http://www.elwatan.com/images/2015/06/26/ramdhan_2605418_465x348.jpg » /></a></span></span></p>
<p><span style=Le Ramadhan est un événement très attendu chez les Algériens

Tahar et sa femme Chahra – que tout le monde appelle Soussou – nous reçoivent chez leur fille Fatima pour cause de travaux dans leur appartement. Une partie de la fratrie est présente au rendez-vous : Meriem, leur fille, (de) Youssef, l’époux de Fatima ainsi que leur petite-fille Rahma.

A la maison, le Ramadhan est un événement très attendu. Meriem nous dit aimer les festivités, surtout à la tombée de la nuit. «Nous sortons souvent pour faire des achats dans les magasins, notamment des vêtements», ajoute-t-elle. Les réunions de famille sont un moment privilégié pour cette belle Sétifienne diplômée en droit. «Même si des amies m’invitent, je préfère rester avec ma famille.» L’engouement de la famille pour l’événement est palpable. «On commence les préparatifs deux, voire trois mois à l’avance», déclarent, de concert, Fatima et sa mère. Les travaux sont inclus dans ces préparatifs. Cette année, elles se sont occupées du renouvellement de la vaisselle.

Outre les assiettes, les verres et les couverts, c’est surtout la poterie nécessaire à la préparation des plats traditionnels qui fait l’objet de nouvelles acquisitions. «La poterie s’abîme vite, parce qu’on l’utilise tous les jours durant cette période.» Elles expliquent, l’œil rieur, qu’elles font également des réserves d’ingrédients-clés à l’avance, tels que le frik pour la chorba, afin de ne pas en manquer et d’éviter la hausse des prix. Lors de la préparation des plats, tout le monde s’attelle à la tâche, y compris Youssef qui s’active dans la cuisine. A la table de cette famille, l’invité est roi.

La cuisine sera prise d’assaut au moment de la rupture du jeûne pour laisser place aux invités dans le salon. Fatima aime varier les plaisirs. Ce soir-là, des boureks à la béchamel font leur apparition parmi les autres mets, pour le plus grand régal de tous. L’aspect caritatif du mois de Ramadhan est aussi très important pour Soussou, qui souligne l’importance de la rahma et de la zakat : «Durant le Ramadhan, tu ne peux pas manger si ton voisin ne mange pas ; il faut être attentif et repérer ceux qui n’ont pas.»
Ahlem Bensaïdani/ el watan-vebdredi 26 juin 2015/ 09 ramadhan

**Ramadhan en France

**Lyon-dimanche 05 juillet 2015**La canicule qui s’installe depuis un certain temps à Lyon où réside une très importante communauté d’Algériens ne perturbe pas, outre mesure, nos compatriotes. Lesquels estiment qu’il est plus facile de jeûner en France qu’au bled.

Le non-aménagement des horaires de travail n’affecte pas le rendement des jeûneurs. Ils le disent d’ailleurs : «Avec une journée aussi remplie, le Ramadhan n’affecte en aucune manière mon rendement. La journée est surbookée. Ici, le vide n’existe pas alors que chez nous le temps semble s’arrêter. En Algérie, tout marche au ralenti et le travail est mis entre parenthèses en cette période. Mieux encore, certaines persinnes s’énervent et se chamaillent pour un rien. En France où la liberté du culte est assurée, on ne sent pas trop l’effet du Ramadhan. Même si certains ont beaucoup à dire à propos de l’ambiance du mois sacré.

Pour la sentir, il suffit d’une virée à la place du pont, à la grande mosquée ou passer une soirée en familles ou entre copains» révèle Naïm, un jeune cadre d’une banque. Abondant dans le même sens, Rachid, un chauffeur de poids lourd, exerçant dans une société de déménagement, met le doigt sur la chaleur familiale qui lui fait défaut : «J’ai la chance de bosser dans un entreprise où durant le mois sacré l’on me permet de commencer mon travail à 13h. Respectueux, mes collègues des autres confessions évitent de manger ou de fumer devant nous. Malgré la particularité de mon emploi qui n’est pas facile, on ne sent pas les effets du jeûne.

Avec un agenda chargé, le temps passe vite. Mais le fait d’être célibataire pèse un peu. Néanmoins, les sollicitations de la famille et des amis qui m’invitent chaque soir à rompre le jeûne me permettent d’oublier cette pesante solitude. Ceci dit, le Ramadhan en France où le travail est sacré n’a rien à voir avec celui du bled où les gens trouvent non seulement des excuses pour zapper la moitié de leur journée de travail, mais s’énervent pour rien.

On peut épiloguer sur le sujet, mais le Ramadhan à Lyon est impeccable». En dépit de sa proximité avec des non-jeûneurs de différentes nationalités, Amel réceptionniste dans une grande chaîne hôtelière, estime qu’en cette période de jeûne sa rentabilité augmente  : «Travailler dans un hôtel où la restauration fonctionne le plus normalement ne me dérange nullement. L’incessant va-et-vient de la clientèle fait tourner les aiguilles de la montre au rythme d’un train à grande vitesse. Avant de rentrer à la maison pour préparer le f’tour, je dois obligatoirement faire un tour à la place du pont». En parlant de cet espace, notamment au niveau de des rues Paul Bert et villeroy, le visiteur se croit à Bab El Oued ou dans un autre quartier populaire de l’Algérie profonde.

Squattées par des «commerçants», les chaussées des lieux précités sont garnies de matlou’e (galette traditionnelle), la limonade «made in Algeria», les indétrônables kalb-louz et zlabia et d’autres produits du terroir. Mais une demi-heure avant le f’tour dont le coup de starter est donné aux environs de 21h40, les espaces en question retrouvent par magie leur vocation première… *Kamel Beniaiche/ el watan-dimanche 05 juillet 2015

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Ramadhan à Kiruna,  la ville où le soleil ne se couche pas

*à proximité du cercle arctique polaire, là où, l’été, le soleil brille sans jamais se coucher ?

* 350.000 musulmans vivent en Suède

Stockholm(IQNA)-Les musulmans de la ville de Kiruna, à l’extrémité nord de la Suède, où le soleil ne se couche pas durant ce mois, ont beaucoup de problèmes en ce qui concerne les enseignements religieux liés à la prière et au jeûne.

Selon le site d’information The Local, Ali Melhem, musulman de  45 ans qui vit depuis 24 ans à Kiruna dit : « Quand je me suis installé dans cette ville, on avait le ramadan en printemps. »

 « Mais à cette période de l’année où le soleil ne se couche pas, le jeûne devient pratiquement impossible », ajoute-t-il.

 Melhem qui est un musulman chiite ajoute : « Moi et mon épouse, nous avons consulté les oulémas iraniens et irakiens. Ils nous ont conseillé de transférer le mois de jeûne à l’hiver. »

 « Mais certains musulmans sunnites à Kiruna ont décidé de suivre les horaires de jeûne à ceux de la Mecque », a-t-il encore ajouté.

 Le chef de la Ligue Islamique de la Suède, Omar Moustafa dit: « Les oulémas et les organisations islamiques ont diverses idées. Certains pensent que les musulmans des pays scandinaves peuvent suivre les heures de jeûne à la Mecque et les autres croient que chacun doit s’adapter aux heures religieuses de la ville où il vit. »

Il ajoute : « A chacun de décider. L’Islam propose différentes solutions. »

Quelques 200.000 musulmans vivent en Suède, selon les bilans mi-officiels. Le centre islamique de Malmö présente le chiffre de 350 mille.*iqna.ir- 15 07 .2013.

lulea_en_suede

**Les musulmans jeûnent pendant plus de 21h par jour en Suède

Comment se passe le jeûne du Ramadan hors de nos frontières, et plus particulièrement sous des latitudes nordiques, à proximité du cercle arctique polaire, là où, l’été, le soleil brille sans jamais se coucher ? Pour les musulmans de Lulea, une ville située au nord de la Suède, qui observent l’une des plus longues périodes quotidiennes [...]

Comment se passe le jeûne du Ramadan hors de nos frontières, et plus particulièrement sous des latitudes nordiques, à proximité du cercle arctique polaire, là où, l’été, le soleil brille sans jamais se coucher ?

Pour les musulmans de Lulea, une ville située au nord de la Suède, qui observent l’une des plus longues périodes quotidiennes de jeûne qui soit, leurs plus de 21 heures d’abstinence par jour est un rythme à prendre auquel ils se sont parfaitement habitués, tant l’accomplissement de leur devoir religieux est une bénédiction qui favorise le dépassement de soi.

C’est à la lumière du jour que la communauté musulmane locale aux multiples origines, Turquie, Afghanistan, Pakistan, Iran, Irak, Syrie et Tunisie, prend ses principaux repas tout au long du mois saint, qu’ils soient diurnes, les deux suhoors (repas avant l’aube), ou du soir, l’iftar (dîner de rupture du jeûne). Si la clarté extérieure permanente ne les gêne plus, en revanche les trois petites heures qui séparent l’Iftar du repas de l’aube les mettent quelque peu sous pression. Ils ne disposent que de 38 minutes pour se préparer pour les prières nocturnes (Tarawih) après l’Iftar.

A Luléa, tous les records de l’extrême sont battus : en effet, c’est dans la mosquée la plus septentrionale du monde que vont se recueillir et communier ensemble les musulmans détenteurs de l’un des plus longs jeûnes journaliers du Ramadan.**Oumma.com-11.07.2013.

Ramadan sans coucher de soleil : une fatwa pour les musulmans de Suède

**Une Fetwa pour les Musulmans de Suède

du Conseil européen de la fatwa et de la recherche (CEFR)  qui émet de nouvelles recommandations à l’attention de ces jeûneurs 

Les musulmans sont tenus de jeûner pendant le mois du Ramadan de l’aube au coucher du soleil. Mais que faire lorsqu’il ne se couche pas ? De nouvelles recommandations ont été émises pour faciliter la vie des jeûneurs dans les pays du nord de l’Europe.

Dans le nord de la Suède comme dans la ville de Kiruna, en Laponie suédoise, le soleil ne se couche jamais une bonne partie des mois de juin et de juillet. Autant dire que pour les musulmans du pays, le Ramadan, qui a démarré pour eux samedi 28 juin, est un vrai défi. 

Le Conseil européen de la fatwa et de la recherche (CEFR) vient d’émettre de nouvelles recommandations à l’attention de ces jeûneurs qui devront affronter des heures de jeûne interminable, rapporte le journal suédois The Local. 

Le CEFR les invite à suivre les horaires de la capitale Stockholm ou de Malmö, troisième plus grande ville de Suède située à l’extrême sud du pays. Ils peuvent également suivre les horaires du dernier jour où le crépuscule était encore très sombre dans cette région, c’est-à-dire le 1er mai. A cette date, pour les musulmans vivant à Västerbotten, le jeûne démarrait à 3 h 11 pour se terminer à 21 h 03. 

Cette règle s’applique aussi pour les temps de prières. « Quand les musulmans étaient peu nombreux en Suède, cela ne posait pas trop de questions. Cependant, ces dernières années, c’est devenu un problème. Doit-on suivre La Mecque ou suivre toutes les heures de clarté durant le jour et la nuit ? », s’interroge l’imam Mahmoud Khalfi de l’Association islamique de Suède. Le guide du CEFR permet d’apporter des réponses aux musulmans du pays. Mais « une solution unique » est attendue pour « l’an prochain », espère M. Khalfi. 

La communauté musulmane de Suède est estimée officiellement à 200 000 personnes mais, selon le Centre islamique de Malmö, on dénombre autour de 350 000 musulmans.*saphirnews–Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Lundi 30 Juin 2014

24196599

**L’appel à la prière musulmane autorisé en Suède du haut des minarets

Les minorités musulmanes sont devenues une composante de poids de la vie politique, économique et sociale en Europe

En Suède les muezzins ont obtenu l’autorisation d’inviter appeler les musulmans à prier du haut du minaret des mosquées. Jusqu’à ces derniers temps, l’appel à la prière était interdit par la loi suédoise. En attendant l’autorisation n’est délivrée qu’à une mosquée des environs de Stockholm. Les experts pensent cependant que cela peut créer un précédent pour le reste de l’Europe.

250px-Stockholms_mosk%C3%A9_(gabbe)

 Les immigrés professant l’islam deviennent de plus en plus nombreux en Europe. Souvent leurs coutumes vont à l’encontre des traditions, voire de la législation locales. Plusieurs pays d’Europe se sont mis déjà à parler de la menace d’intervention islamique agressive en vue d’y faire face. En France le hijab a été interdit dans les lieux publics. La Suisse a interdit la construction de mosquées nouvelles. La Suède a évité des conflits religieux. En autorisant l’appel des muezzins à la prière, les autorités suédoises ont évidemment voulu se protéger contre de tels condflits dans le futur. Cependant leur méthode est, pour ainsi dire, étrange, estime Roman Silantiev, directeur du Centre de la géographie des religions :

 « Sur le plan technique c’est dénué de sens. Via les téléphones mobiles et les montres, les fidèles sont facilement avertis du début de la prière et ils n’ont guère besoin de l’appel du muezzin. Dans la plupart des cas, de tels problèmes ne se posent pas car les musulmans savent parfaitement à quelle heure ils doivent prier ».

 Cependant un précédent est créé. Les musulmans arrivés en Suède, ainsi que les immigrés vivant dans d’autres pays d’Europe, peuvent dorénanvant pratiquer leurs rituels sous la forme à laquelle ils sont habitués. Les autorités européennes auront beaucoup plus de peine à s’y opposer, estime Alekseî Mararkine, vice-président du Centre des technologies politiques :

 « Dans les pays où la majorité de la population professe traditionnellement le christianisme, on assiste à un abandon graduel de l’identité religieuse. En Suède ce processus a commencé il y a 50 ans, à l’époque de la fameuse révolution des moeurs. C’était un pays chrétien où la religion imposait des restrictions très strictes et où la société était très exigeante sur le plan de la morale. Cette époque révolue cède la place à une crise de l’identité religieuse ».

 Conséquence : des restaurants et des hôtels s’ouvrent dans de vieux couvents européens et des cathédrales abandonnées sont transformées en mosquées. Les jeunes en Europe se sentent gênés pour parler ouvertement de leur foi. Les adeptes de l’islam, au contraire, parlent de leurs droits d’une voix toujours plus forte et avec plus d’insistance, souligne Léonide Sukijanen, spécialiste de la charia ;

 « Les minorités musulmanes sont devenues une composante de poids de la vie politique, économique et sociale en Europe. Les Européens doivent chercher des formules de coexistence avec l’islam qui permettent de garder l’identité culturelle européenne, d’assurer la sécurité de leurs pays et de maintenir les standards des droits et des libertés de l’homme. Outre les Européens, cela dépend aussi des musulmans, de leurs organisations et de leurs centres. Les deux parties sont intéressées à ce que des litiges soient réglés à l’amiable. Il est vrai que les musulmans sont plutôt moins intéressés à ce que le taux d’opposition baisse. Ils sont habitués à vivre sous la pression, dans des conditions de conflits ».

 Il est difficile de dire à quel point la tactique des concessions faites aux communautés islamiques adoucira les contradictions religieuses et culturelles. En attendant une chose est certaine : la politique européenne du multiculturalisme est en crise.

Natalia Kovalenko
french.ruvr.ru/25.10.2013
sriimg20081216_10100686_0

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

gronland_nuuk_kort

Au-delà du 60e parallèle nord, rien n’est plus comme ailleurs: le temps, le climat, les saisons et les gens

**Nuuk, capitale du Groenland : Un jeùne de 22 heures par jour

Au-delà du 60e parallèle nord, rien n’est plus comme ailleurs. Le temps, le climat, les saisons et les gens sont différents. En été, le soleil ne se couche pratiquement pas sur le Groenland, terre de l’extrême, rattachée pour l’instant au lointain royaume du Danemark. Pour les rares jeûneurs du Ramadhan qui y vivent, il faut revoir tous les calculs.

nuuk-old-town-nuuk-greenland+13483904355-tpfil02aw-24704

Nuuk (Groenland).
envoyé spécial d’El Watan- Chawki Amari

Trop de Danois, s’emporte Pavia, le regard fixé sur le détroit de Davis, couloir marin de 500 kilomètres de large, qui relie, à l’ouest, le Groenland au Canada.
Juillet, un vent glacial fait claquer le drapeau du Kalaallit Nunaat, le Groenland, rattaché au Royaume du Danemark depuis le XVIIIe siècle.
64°11’ Nord, Nuuk en est la capitale, agglomération déposée sur un fjord méandres au milieu d’un monde totalement minéral où il n’y a pas un seul arbre. Au nord de la ville, le vieux port de Qanaaniviit. Là où au marché traditionnel de Kalaaliareq, on découpe encore les gros poissons à la hache, parfois les baleines quand on en attrape. Là où trône aussi sur un mont de granit aussi vieux que la Terre la statue de Hans Egede, le missionnaire norvégo-danois venu à Nuuk évangéliser les Vikings en 1720. Il ne les a pas trouvés. Premiers envahisseurs du Groenland au Xe siècle, les durs Vikings ont tous disparu à cause du froid, des maladies et de la faim, refusant d’apprendre les techniques de pêche des Inuits, la population locale. Cette dernière étant encore vivante, Hans Egede les a christianisés.
7h. Le regard toujours fixé sur le Nunavut, province autonome canadienne où vivent ses cousins inuits d’Amérique du Nord, Pavia, avec sa bonne tête d’Asiatique bronzé, plisse ses yeux déjà bridés :
– En 5 heures avec un bateau rapide, on peut y être.
– Et en kayak ?

sddefault

C’est avec le kayak (mot local : qayaq en réalité, avec les «q» qui se prononcent en «qaf» comme en arabe ou en tamazight) que les Inuits ont pu survivre, pêchant et naviguant, faisant s’autodétruire le Viking, qui ne désigne plus qu’aujourd’hui que le nom d’une bière. D’ici, du vieux port, avec un peu de chance on peut voir les baleines passer le détroit bordant Nuuk, qui signiifie «presqu’île» en inuktitut, la langue inuite.  Les baleines boréales de l’espère arctique peuvent vivre plusieurs siècles et les plus vieilles d’entre elles ont peut-être pu voir Hans Egede poser le pied ici en 1721. Le froid conserve et la température vient encore de chuter. Au large, un iceberg s’est formé avec une extraordinaire rapidité.   
– Trop de Danois, répète encore Pavia, une bière danoise à la main, indiquant que non, Pavia ne fera pas le Ramadhan. Les Inuits, pas tous, boivent très tôt, pour ne pas dire tout le temps, un peu comme les Indiens d’Amérique, déchus par la fin de leur système. C’est le mois de Ramadhan au bord du cercle arctique, qui semble être la limite septentrionale de l’islam. Assis sur un banc face à la mer, cet Inuk sévère (Inuk est le singulier de Inuits), déteste Nuuk :
– Pas de travail pour nous ici, et pour avoir un logement social, il faut attendre 20 ans, explique-t-il.
Sur le port, mouettes blanches et corbeaux noirs ne se disputent pourtant pas, la mer y est très poissonneuse, ce qui a d’ailleurs poussé le Groenland à quitter l’Union européenne pour cause de quotas de pêche. Pavia n’aime pas Nuuk, lui préférant les villages 100% Inuits. Il a un problème avec les Blancs et vit à Qaqortoq, au sud du Groenland. Qaqortoq d’ailleurs, ville mondialement imprononçable, désigne la couleur blanche en inuktitut. Mais celle de la glace, pas celle des hommes.

greenland-nuuk-1280x800

La théorie des Bloks

Un adolescent d’une douzaine d’années marche nonchalamment avec un fusil de chasse sur l’épaule et une casquette US sur la tête. Une autre, Inuite, est teinte en blonde et fait son jogging matinal au pied du Sermitiaq, la montagne fétiche de Nuuk, dressée au nord-est avec ses angles très aigus. Le soleil est voilé derrière les nuages mais déjà debout depuis 2 heures du matin. 22 heures de soleil par jour sur ce continent extrême, le Ramadhan semble bien compromis. Nous sommes au new Nuuk, la nouvelle ville, reconnaissable à ses barres de béton de logements sociaux contrastant avec les petites maisons en bois de type scandinave. Si le centre de la ville est tout petit, la surface de la municipalité l’incluant, Sermersooq, en fait la plus vaste ville du monde avec ses 490 km2 pour 15 000 habitants. Une immense terre désolée pour des Inuits mondialisés, serrés dans leurs barres de béton. Sur l’une d’entre elles, une affiche dessinée ironise : NYC, Nuuk York City.  

9h. Les innombrables chantiers de construction ont déjà débuté. La ville s’étend rapidement, les contremaîtres sont Danois, les ouvriers inuits. Et le Ramadhan ? Il est là, grand et blanc, presque carré, cheveux très blonds avec des yeux vert clair. Il est Danois et, depuis quelques années, est musulman, converti grâce à sa femme Drissia, une Berbère marocaine venue ici il y a 6 ans à la recherche d’un travail.
– J’ai rencontré mon mari quand je travaillais à l’office du tourisme, explique-t-elle dans son nouveau bureau institutionnel de Greenland.com, là où le gouvernement tente de développer le tourisme. Son mari voulait connaître la ville et le Groenland, lointaine possession danoise :
– Il était professeur de droit à Copenhague (Danemark) et s’intéressait déjà à l’islam.
Drissia, sortie de ses montagnes de Tizi Ougli dans le Rif, n’a eu qu’à le pousser. Mariés sans enfant, ils jeûnent ensemble. Oui, mais combien ?
– Ici à Nuuk, ce n’est pas possible de jeûner 22 heures. Alors on s’aligne sur la France.  Pourquoi la France ? En contact internet régulier avec un fqih de Copenhague (Danemark), le couple apprend qu’il peut s’aligner sur l’heure d’un pays plus clément, une fatwa déconseillant de jeûner plus de 18 heures. De fait, le soleil ne sert plus à rien et la France, où ont émigré les parents de Drissia, est un pays clément, même Bouteflika le sait.
– Le f’tour ? 21h15. S’hor ? 4 heures du matin. On met le réveil, avec mon mari, on mange et on se rendort.
Une Marocaine, près de 4000 Danois et 1000 Islandais vivent au Groenland. Il y a pourtant beaucoup de couples mixtes à Nuuk même si le brassage social ne se voit pas trop. De fait, les sentiments d’indépendance sont partagés et le système danois y est peut-être pour quelque chose, la reine-mère Margrethe II du Danemark assurant 50% du budget du Groenland. Ce qui compromet sérieusement les rêves de détachement de la banquise. Pavia, l’Inuit de Qaqortoq, n’est évidemment pas de cet avis.
11h. Le soleil semble immobile au milieu du ciel. Marché central, sur le grand boulevard Aqqusinersuaq. Les Inuits vendent bijoux, poissons, viande de phoque, vêtements d’occasion, bois de cerf sculptés et ivoire de morse, une Xbox d’occasion et même une guitare électrique. Des souvenirs aussi bien sûr, comme ces T-shirts marqués «Greenland, the coolest place in the world», jeu de mots en anglais entre «froid» et «cool». Quelques touristes traînent, auxquels Anaaq, une Inuite farouche militante indépendantiste, tente de vendre du haschich marocain. Non, elle ne sait pas où est le Maroc.

ne sait pas où est le Maroc.
– Mais comment est-il arrivé ici ?
– Par le Danemark, je suppose…
Si elle ne connaît pas le Maroc ni le Maghreb, Anaaq, la quarantaine, est fière de Aleqa Hammond, première femme Première ministre du Groenland, qu’elle dit connaître personnellement et pour laquelle est a voté en mars dernier. Elle est formelle :
– Le prochain vote sera celui de l’indépendance.
Au marché aux poissons, Pia préfère la viande. Issue d’un couple mixte, de père inuit et de mère danoise retournée depuis à Copenhague, elle est née ici, il y a 35 ans et n’a jamais quitté cette terre hostile. Mais avec ses 1,80 m et sa forte corpulence, elle revendique la culture danoise et pense que le Groenland ne sera pas indépendant avant 50 ans :
-  Les politiciens disent n’importe quoi.
Elle doit savoir de quoi elle parle, son père était policier et a fini politicien pro-indépendance. Tout comme le frère de Pia, policier et politicien aussi :
– Il vit comme un Inuit, explique-t-elle comme pour s’en démarquer. Il ne mange que du poisson.
Pia comprend pourtant l’inuit même si elle ne le parle pas et elle a donné un prénom inuit à son fils. Mais entre les deux cultures, elle préfère la danoise et dans sa petite maison au sud de Nuuk, elle ferme sa porte à clé, de crainte des voleurs.
– Les Inuits ?
– Alcooliques et fainéants.

Le suicide par radioactivité

Un café à l’américaine, avec vue sur l’un des trois cimetières de Nuuk, planté de croix. C’est ce que propose Soqt, un Thaïlandais de 30 ans émigré ici depuis 3 ans qui travaille dans le restaurant d’un de ses compatriotes. Le café est américain, chaud et léger. Soqt a bien sûr le cœur qui se serre quand il pense à Bangkok, où l’on peut vivre toute l’année en transpirant dans son T-shirt. Heureusement, tous les deux ans, son patron lui paye un voyage aller-retour pour la Thaïlande. Mais il n’est pas seul, une cinquantaine de Thailandais vivent au Groenland alors que 13000 Groenlandais sont déjà partis s’installer au Danemark. Il n’y a plus de saisons. Le ramadan? Oui, Soqt connaît :
– Il y a un vieux Pakistanais près du nouveau port qui doit le faire.  
Un coup de son téléphone portable pour vérifier, non, il est parti. Tout comme Wassim Azaqir, le Libanais de Nuuk célèbre pour avoir jeûné 21 heures l’année dernière, détenteur du record mondial. Il a fermé sa pizzeria et loué sa maison par facebook puis est reparti en février dernier, juste avant le mois de mars, le plus froid de l’année.
13h. Dans le café thaïlandais, un vieil Inuit à la retraite est entré. Un café, américain, pour le réchauffement climatique, et un rapide coup d’œil sur le cimetière à côté.
– Ce n’est pas le cimetière préféré des Inuits, explique-t-il, eux aiment se faire enterrer face à la mer.  Ici effectivement, sur le grand boulevard Aqqusinersuaq, la mer ne se voit pas et pour croiser des Inuits morts, il faut aller au vieux port, là où Pavia buvait sa fin du monde. Le vieil Inuit a travaillé au gouvernement et explique, si à cause du réchauffement climatique l’ours blanc disparaît, le loup de l’Arctique, éteint depuis les années 1930, est revenu. Et, avec lui, les compagnies internationales de prospection qui cherchent dans cet immense terre vierge de quoi se nourrir. Pétrole et gaz offshore au large des côtes, or de la mine de Kirkespirdalen et, l’été, un ciel envahi par les hélicoptères des chercheurs de diamants. Surtout, pour Nuuk, la ville la plus peuplée, ce sont les terres rares de la région qui sont convoitées, minéraux essentiels associés à des éléments radioactifs dont le gouvernement a stoppé momentanément la recherche. Car la fonte des glaces qui ouvre la voie aux prospecteurs risque de fragiliser encore plus la société inuite. Les multinationales sont à l’affût, quelque peu ralenties par les obstacles dressés par le gouvernement (voir l’entretien, demain, avec la Première ministre Aleqa Hammond) et les cris d’alarme des environnementalistes, «drill my baby, but not in my garden» (creuse mon bébé, mais pas dans mon jardin). C’est tout l’enjeu, dans ce pays qui détient le triste record mondial de suicide, l’ouverture des terres aux multinationales risque fort d’accélérer la fonte des Inuits eux-mêmes.
– La radioactivité ? Il faut demander aux Américains.  
Oui, bien sûr que les Américains sont là. A Qaanaaq, du nom de la ville de l’Extrême-Nord, palindrome parfait (mot qui se lit dans les deux sens). C’est à proximité de cette agglomération que la base américaine de Thulé est installée depuis 1941. Selon les USA, il n’y a pas d’arme nucléaire entreposée, bien que celle-ci fasse partie du dispositif antimissile et de rempart nucléaire contre les Russes, à quelques icebergs de là sur l’Arctique. Le Danemark, allié des USA, n’a pas vérifié. Pavia n’aurait pas aimé.
16h. Les administrations ferment et Nuuk traîne. Anaaq est au bar, Pia fait quelques courses pour la maison et Drissia est rentrée chez elle pour préparer le ftour.
18h. A Nuuk, tout est importé et la vie est chère. Les vieilles Inuites se retrouvent à la maison de jeunes pour jouer au bingo (loto) comme au Ramadhan et espérer gagner de l’argent, pendant que les hommes sont au café des Sports à miser sur des matchs du championnat danois. Pavia est retourné à Qaqortok par air, aucune route n’existant au Groenland, où tous les déplacements se font en avion, hélicoptère ou bateau. Un pays équivalent à la surface de l’Algérie et sans routes ? Le pays idéal pour Amar Ghoul, qui rêverait de creuser des trémies sous la banquise.

Chorba phoque

A ne pas confondre avec la chorba frik. La «suaasat» est un plat traditionnel inuit, soupe à base de phoque, avec des oignons et des tomates, voire quelques pommes de terre qui, depuis le réchauffement climatique, se cultivent un peu au sud, sur de petites plaines autrefois gelées. Le soleil ne s’est pas couché mais cela n’a plus d’importance, administrativement et religieusement, la journée est terminée.
21h. Pia a acheté des hamburgers à emporter chez Soqt le Thaïlandais et Drissia a préparé la table du f’tour pour elle et son mari. Les Danois dînent à 17h et les musulmans à 21h15. Quand aux Inuits, après la traditionnelle chorba phoque, ils aiment à savourer de la baleine, dont la chair est proche du bœuf, et sa peau, le mitak, au goût si raffiné.
23h30. Dehors, le pays a changé, au sens propre, sa carte se modifiant sous l’effet de la fonte des glaces, faisant surgir des îles, relevant les montagnes et redéfinissant le tracé des côtes. Le soleil se couche enfin. Il n’y a pas de mosquée à Nuuk, donc pas d’appel à la prière. C’est l’été, moment fétiche pour tous les adorateurs du soleil sur cette limite du monde. Les enfants jouent toute la nuit dehors, dans un froid glacial qui avait fait dire à Pavia que c’est l’été le plus froid depuis 10 ans. Faut-il le croire ?  Le vieux port de Qanaaniviit se plonge dans le soleil de minuit, celui qui fait semblant de tomber pour se relever immédiatement. La nuit de l’Inuit commencera dans quelques mois, où le soleil n’apparaîtra plus.
– Je comprends, avait dit Pavia en voyant pour la première fois de sa vie un Nord-Africain. On vous donne l’impression d’être très loin. Mais c’est peut être vous qui l’êtes. Oui, mais quel est le Dieu ? Le Dieu de l’islam, religion qui vient d’être consacrée première du monde, devançant le christianisme, les anciens dieux inuits ou le dieu chrétien des Vikings que les Inuits adorent ? En bon anglais, les Inuits aiment à dire «we don’t believe, we fear», ce qui se traduit par «nous ne croyons pas, nous avons peur» de la nuit, des forces de l’invisible et de l’au-delà. Ici, au bout du monde, on peut comprendre.
Nuuk s’endort, laissant le Ramadhan se terminer. C’est peut-être difficile mais, en même temps, jeûner au Groenland n’est pas forcément un cauchemar. Le temps bouge et la planète tourne. En hiver, même s’il fait -20°, on ne jeûne que deux heures par jour. Saha Aïdkoum. 

QALASERSUAQ :

90°00’00’’. Le pôle Nord, ou pôle géographique, ne doit pas être confondu avec le pôle magnétique. Appelé Qalasersuaq par les Inuits, il est défini comme le point le plus septentrional de la Terre, là où les méridiens fusionnent tous, ce qu’il fait qu’il n’y a pas d’heure et que l’on peut, en tournant autour,  marcher à travers tous les fuseaux horaires en une seconde.

Situé au nord du Groenland sur l’océan Arctique qui est gelé toute l’année (la banquise), il  a été déclaré bien de l’humanité toute entière mais est néanmoins un enjeu stratégique crucial qui pourrait être libre dès l’année prochaine si les prévisions de réchauffement sont justes. Ce qui accélérerait les convoitises des «Arctic 5», les 5 puissances de l’Arctique, Groenland, Canada, USA, Russie et Norvège.

En attendant, c’est au 66° 33’ 44 que se situe le cercle Arctique, là où la nuit et le jour durent 6 mois chacun. Car c’est surtout grâce au 23°26’15’’, l’angle d’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre, que les saisons existent. Si l’axe était vertical ? Ce serait un autre monde, où les journées dureraient toute l’année 12 heures, brûlant d’un côté, glacé de l’autre et balayé par les tempêtes. Bref, invivable. Pour les jeûneurs du Ramadhan, ce serait impossible.      C. A.

LE GROENLAND, UNE CARICATURE DANOISE ?

Dimanche, 9h à Nuuk. Un Inuit sort de l’église luthérienne du centre-ville et hisse le drapeau groenlandais composé d’un cercle rouge et blanc, symbolisant le soleil rasant sur l’horizon marin. Puis retourne à l’église et sonne la cloche pour la messe du dimanche. C’est le prêtre. Petit à petit, les familles inuites, hommes, femmes et enfants habillés de blanc, arrivent. La messe est entièrement lue en inuktitut.

Un homme a le bras tatoué d’un énorme «Greenland» sur le bras et récite ses cantiques dans la langue de ses ancêtres. Deux heures plus tard, les familles sortent, groupées, avec le sentiment du devoir accompli. Les Inuits sont chrétiens mais le drapeau du Groenland adopté en 1985 prend petit à petit la place du drapeau danois flanqué d’une énorme croix et qui se fait de plus en plus discret. L’indépendance ? «Nous sommes des êtres humains comme les autres», affirme un fidèle, Bible à la main.

Le Groenland, terme donné par les Vikings (terre verte) est le Kalaallit Nunaat, qui signifie simplement «terre des hommes», tout comme ses habitants se surnomment  «Inuits», terme désignant simplement «les humains». Colonisé par le Danemark depuis le XVIIIe siècle, l’autonomie interne a été acquise en 1979 et, depuis 2008, celle-ci a été renforcée par un référendum adopté à plus de 75%. 32 nouveaux domaines de compétences ont été acquis par le Groenland, ce qui ne laisse le pouvoir de décision au royaume danois que dans les domaines des affaires étrangères, de la sécurité et des finances. En attendant l’indépendance.
Proverbe inuit : «Le caribou nourrit le loup, mais c’est le loup qui maintient le caribou en bonne santé.»    C. A.
  **Chawki Amari -El Watan-06.08.2013.

costumes

1302488_FULL-LND

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Ramadhan -2015

14h de jeûne en Algérie, 16h en France et 21h au Danemark

Ramadhan 2015 : 14h de jeûne en Algérie, 16h en France et 21h au Danemark

L’édition arabophone de la radio étatique néerlandaise, Radio Nederland Wereldomroep – RNW a réalisé une simulation du nombres d’heures de jeûne des musulmans par pays. Les Algériens jeûneront cette année 14 heures en moyenne par jour pendant le mois sacré de Ramadhan. Les plus longues journées de jeûne seront enregistrées au Danemark, où les musulmans jeûneront en moyenne pendant 21 heures.

Le Koweït, la Jordanie, la Syrie, l’Irak, la Libye et le Maroc feront le ramadhan pendant 14 heures en moyenne par jour, contre 14h40 au Qatar, 14h50 aux Émirats Arabes Unis et 15 heures en Tunisie, au Bahreïn, en Palestine et en Arabie Saoudite, où des dizaines de milliers de pèlerins effectueront le petit pèlerinage de la Omra à l’occasion du mois sacré.

En Espagne, les Musulmans jeûneront environ 15 heures par jour, 16 heures au Royaume-Uni, en France et en Italie, 16h30 en Allemagne, 18h30 aux Pays-Bas et en Belgique.

En Islande et en Suède les Musulmans jeûneront en moyenne 20 heures, alors que les musulmans du Danemark auront les journées de jeûne les plus longues au monde avec une moyenne de 21 heures. Par contre, les journées de jeûne les plus courtes s’observeront en Argentine avec seulement 9h30 et 10 heures en Australie.*Par Lila Ghali | 07/06/2015 | algerie1.com

**Le début de Ramadhan 2015 est prévu pour le jeudi 18 juin 

Pour l’Algérie et la plupart des pays arabes et musulmans, le Ramadhan  débutera inchaà Allah, jeudi 18 juin 2015, et il se terminera le 17 juillet 2015

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*consulter par ailleurs: ** L’Islam au pays des Mayas

L'Islam au pays des Mayas 2fcdyaui

*********************************************

*A Marseille, c’est la petite Algérie, la meilleure ville où faire le carême en France”.

“Ici c’est comme au bled pendant le Ramadhan… enfin presque ….”

Ramadhan oblige, les Algériens de Marseille sont rentrés pour la plupart au bled. Mais ceux qui ont fait le choix de rester n’ont pas le mal du pays. Reportage dans le quartier de Noailles, la “petite Algérie” aux milles visages de la cité phocéenne. 

Un marché de Marseille, le 1er septembre 2008, au début de la période du Ramadan.

Envoyée spéciale à Marseille* Djamila Ould Khettab

Aatini celles-là, nbghit celles-là”, insiste la cliente, une blonde peroxydée habillée d’une djelabba noire. Lahcen s’exécute l’air bougon et lui tend une boîte de dattes “Tolga” : “Je t’aurais prévenu, elles ne sont pas encore taïbin“. Mi-français, mi-darja, ici on se hèle, on se tutoie et on se dispute. Ici ce n’est pas les halles couvertes de Meissonier, le quartier populaire situé au centre-ville d’Alger, mais le marché au quartier de Noailles, en plein coeur de Marseille.

Originaire de Tlemcen, Lahcen, les cheveux grisonnants, passe son 24è Ramadhan à Marseille, derrière ses étales à fruits et légumes. Il est donc rompu à l’exercice. “J’ai fait le plein de coriandre, de menthe, de presil et de fruits secs”, raconte ce primeur, qui tient boutique à l’angle entre la rue du marché des Capucins et la rue Papere.

Mais cet après-midi, ça ne se bouscule pas devant les marchandises de Lahcen. “C’est comme ça pendant le Ramadhan à Marseille. Les gens repartent au bled pour être en famille. Le commerce ralentit. Et ceux qui restent ne font pas leurs courses avant 17 H”, observe ce primeur algérien.

Habituellement bondé et bruyant, la place du marché des Capucins est plongée les après-midi de Ramadhan dans un calme reposant. A l’ombre des parasols, les vendeurs de fruits et légumes piquent du nez, profitant de cette accalmie “ramadhanesque”. Cette fois-là, l’un d’entre eux roupille sur deux chaises, un chapeau en paille sur le visage.

Le marché de Noailles se la coule douce jusqu’à l’approche du Maghreb, explique Lahcen. Mais quelques minutes avant la tombée de la nuit, les jeûneurs Marseillais déferlent par centaines sur la place des Capucins à la recherche de l’ingrédient qui manque à leur recette. “Le rythme est complètement inversé pendant le Ramadhan”, fait valoir le primeur algérien.

Horaires aménagés

Si Lahcen a maintenu ses horaires habituelles, ce n’est pas le cas de la boulangerie de la place des Capucins. Derrière le comptoir, Amena, une jeune Tunisienne détaille : “Au lieu de commencer à 6 H du matin, comme d’habitude, pendant le Ramadhan, on ouvre à 8 H et on finit un peu plus tard, vers 21 H, juste avant le Maghreb”. Et de poursuivre : “En temps normal, le matin ont fait trois charriots de pains mais là on en remplit à peine un. Du coup les horaires du boulanger aussi sont décalés. Il commence à 5 H au lieu de 2 H du matin”. 

Dans la boulangerie où travaille Amena, ce n’est pas seulement les horaires qui changent durant le mois de Ramadhan. “On vend des pâtisseries orientales, chose qu’on ne fait pas tout au long de l’année. Et aussi les variétés de pains ne sont pas les mêmes. Pendant le Ramadhan, on diminue la quantité de baguettes françaises, qui se vend mal durant cette période, et on propose des pains briochés pour le shour“, précise la vendeuse.

Dans le quartier de Noailles, la boulangerie du marché des Capucins n’est pas la seule à s’adapter au mois de jeûne. Nombreux, les snacks autour de la place du marché ne servent plus des sandwichs et pizzas mais des gâteaux arabes. A l’intérieur, les chaises et les tables sont empilées les unes sur les autres et rangées au fond de la salle, transformée en cuisine. On y prépare des plateaux entiers de kalbelouze et de la zlabia, entre autres, avant de les vendre à l’entrée du snack. Certains fast-food proposent même de la schorbet artisanale, vendue dans des bouteilles d’eau “Cristaline”. Derrière la caisse, Malek, un Algérois originaire du quartier de Kouba, explique : “C’est une question de survie. Si on ne s’adapte pas, on est obligé de fermer pendant le Ramadhan”. 

Lorsqu’on demande à Malek si l’Algérie lui manque, notamment durant le mois sacré du Ramadhan, le jeune homme, vêtu d’un polo Lacoste, sourit. “Ici c’est comme au bled pendant le Ramadhan… enfin presque ….”, glousse-t-il, en jetant un coup d’oeil au café d’en face.

Dans ce décor ramadhanesque, importé de l’autre côté de la Méditerranée, le “Numéro 10″ apparaît comme une anomalie sur la place du marché des Capucins, qui vit au rythme du mois sacré. En terrasse, couples et amis savourent un café, tirent sur leurs clopes et bavardent à tue-tête.

Venu de Mostaganem en 2007, Mohamed s’étonne encore du brassage culturel qu’engendre le quartier de Noailles, habité par des Maghrébins, des Comorriens, des Italiens. “En Algérie, c’est simple, tout le monde jeûne et les cafés sont fermés. Ici, ils restent ouverts, les gens boivent et mangent dans la rue et les femmes s’habillent très court”, décrit-il.

Pour Mohamed, qui tient l’alimentation générale les “4 saisons” sur la place du marché, rien ne saurait remplacé un Ramadhan en Algérie. “C’est vrai on a de tout ici”, dit-il, en pointant du doigt les packs de Ngaous et Ifri qui traînent sur le sol de sa boutique. “Mais en Algérie, il y a une saveur unique et indescriptible qui nous manque à tous”, confie-t-il. 

Nordine, un adolescent d’origine algérienne, qui sert des tranches de kalbelouze sur la place du marché, nuance. “La nuit c’est comme au bled. Après le ftour, on sort dans le quartier, il n’y a plus une seule chaise de libre dans les cafés. Mais l’ambiance n’est plus comme avant depuis qu’ils [ndlr les autorités locales] nous ont interdit de faire des ftour sur la place publique”, dit-il, avant d’ajouter, chauvin : “Mais Marseille c’est la petite Algérie, la meilleure ville où faire le carême en France”.

-*.algerie-focus.com/blog/*Par Djamila Ould Khettab*9 juillet 2014

Bons plans pour passer le réveillon à Marseille

***********************************

6 réponses à “Ramadhan aux 4 coins de la planète”

  1. 4 03 2017
    Ernie (14:36:48) :

    Hello, i think that i saw you visited my site thus i came to ?return the favor?.I’m
    attempting to find things to enhance my site!I suppose its
    ok to use some of your ideas!!

    my blog – credit cash loans

  2. 18 02 2017
    Hector (06:14:16) :

    Helpful information. Fortunate me I discovered your website by accident, and I’m shocked why this twist of fate didn’t came about
    earlier! I bookmarked it.

    Also visit my homepage :: ideal body consequence

  3. 11 11 2016
    produit USA (15:08:28) :

    Magnifique, merci

    http://www.candious.com/

  4. 18 06 2015
    sdorttuiiplmnr (14:14:07) :

    After study a few of the blog posts on your website now, and I truly like your way of blogging. I bookmarked it to my bookmark website list and will be checking back soon. Pls check out my web site as well and let me know what you think.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  5. 15 06 2015
    sdorttuii plmnr (19:01:05) :

    so much great information on here, : D.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  6. 15 06 2015
    sdorttuiiplmnr (16:35:19) :

    you’re in reality a excellent webmaster. The site loading speed is incredible. It kind of feels that you’re doing any unique trick. Moreover, The contents are masterwork. you’ve done a great job in this subject!

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...