Pèlerinage aux Lieux-Saints de l’islam

**Prés de quatre millions de Musulmans sur le Mont Arafat

 Pèlerinage aux Lieux-Saints de l’islam  media_xl_4454068

Prés de quatre millions de musulmans ont commencé à se rassembler sur le Mont Arafat, moment fort du pèlerinage annuel de La Mecque.

 Le déroulement du hajj « se poursuit normalement. Tout se passe bien », a déclaré un porte-parole du ministère de l’Intérieur. Cette année jusqu’à 100.000 agents des forces de sécurité et de la défense civile ont été mobilisés dans les Lieux saints.

media_l_4454062

Vêtus de blanc, les fidèles ont afflué dès le lever du jour vers le Mont Arafat, également appelé « Jebal Al-Rahma » (Mont de la Miséricorde), une colline d’où le prophète Mahomet a donné son dernier sermon il y a plus de 14 siècles.

« O Dieu me voilà répondant à Ton appel », répétaient en choeur les pèlerins qui, en bus ou à pied, parcouraient lentement, par un temps clément, la dizaine de kilomètres séparant le Mont Arafat de la vallée de Mina où le pèlerinage a commencé vendredi par une journée de prière et de recueillement.

media_l_4454061

Selon le gouverneur de La Mecque, le prince Khaled Al-Fayçal, plus de 1,83 million de pèlerins sont arrivés de l’étranger, un chiffre en hausse de 1,5% par rapport à 2010. S’y ajoutent quelques centaines de milliers de Saoudiens et de résidents étrangers du royaume saoudien.

En milieu de journée, les fidèles doivent participer à une prière collective dans la mosquée de Namera, bâtie sur le site où Mahomet avait prié. (belga-05.11.2011.))

**************************************

A La Mecque, on se parle par signes et par gestes , faute de parler la même langue

*Les pélerins parviennent à communiquer par des hochements de tête, des sourires et des gestes.

Dans la Grande mosquée de la Ville Sainte, dans l’ouest du royaume saoudien, une Africaine fronce les sourcils et agite la main pour signaler à sa voisine turque que la prière n’est pas encore terminée. Celle-ci fait un signe de la tête, sourit et poursuit sa prière. Ensuite, les deux femmes se serrent la main et échangent un sourire. Tout se passe en silence. Les deux femmes ne pouvant communiquer autrement, faute de parler la langue de l’autre. «C’est un moyen de communication spécial, que nous avons baptisé le langage du ‘‘Haram’’, ou de la Grande mosquée», dit Ali Abdallah, un commerçant soudanais installé à La Mecque depuis 5 ans.

«Je traite avec les pèlerins asiatiques en usant du langage des signes»,   ajoute-t-il. «Nous comptons sur le langage corporel, les signes, parfois des dessins».  «Je m’en sors mieux avec les Nigérians et d’autres Africains qui parlent généralement l’anglais, mais les Asiatiques ont leurs propres langues que je ne comprends pas», explique-t-il. Non loin, des fidèles s’arrêtent pour demander leur direction à un policier, qui comprend leur requête et hoche la tête.  «Je ne parle pas de langue étrangère, mais je peux comprendre ce qu’ils demandent et souvent ils comprennent mes instructions», dit le policier, même si parfois il doit quitter son poste pour les conduire jusqu’à leur destination. Un commerçant saoudien a mis trois ans pour apprendre le turc, le malaisien et un peu de russe.

Mais il a recours aux signes avec les Africains. «Parfois, ils ne comprennent pas ce que je dis. Je pourrais dire quelque chose qu’un pèlerin interprète comme une insulte, se fâche et s’en va». Les autorités saoudiennes ont pris une série de mesures pour tenter de surmonter les défis linguistiques que pose la présence de plus de deux millions d’étrangers pour le Hadj, le plus grand rassemblement annuel au monde. En arrivant à l’aéroport de Jeddah, les fidèles sont accueillis par des fonctionnaires du ministère du Hadj, qui leur prodiguent, dans différentes langues, des conseils sur leur séjour.* El Wayan-25.10.2012.

**********************************************

*Réduction du quota des passeports spécial hadj pour l’Algérie de 36.000 à 28.000 passeports 

une réduction de 20% en raison des travaux qui ont lieu à la Mecque.

 « un quota de 18 passeports spécial hadj » pour chaque commune

Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Tayeb Belaiz, a indiqué lundi à Alger que la réduction du quota des passeports spécial hadj pour l’Algérie de 36.000 à 28.000 passeports était une « décision souveraine de l’Arabie saoudite qu’on ne peut commenter ».

Répondant à une question orale du député Faycal Hachemi sur la distribution des passeports spécial hadj, le ministre a précisé que le « quota des passeports spécial hadj fixé par l’Arabie saoudite pour l’Algérie est passé de 36.000 passeports par an à 28.000 unités, soit une réduction de 20% en raison des travaux qui ont lieu à la Mecque.

« La décision des autorités saoudiennes est une décision souveraine qu’on ne peut commenter », a-t-il souligné. M. Belaiz a indiqué que la distribution de 28.000 passeports à 1541 communes consacre à chaque commune « un quota de 18 passeports spécial hadj », soulignant que cette opération est soumise à des critères qui prennent en compte le nombre des habitants dans chaque commune et que les petites communes recoivent dans la plupart des cas deux passeports. Le ministre a rappelé également que le tirage au sort pour la distribution des passeports spécial hadj dans les communes « se déroule dans la transparence et en présence des représentants des secteurs concernés ».*L’Expression-Lundi 27 Janvier 2014

*********************************

**Premiers départs des hadjis vers les Lieux Saints de l’Islam

 Le premier groupe composé de 200 hadjis a quitté vendredi soir Alger, en direction des Lieux Saints de l’Islam à bord d’un avion de la compagnie nationale Air Algérie.Les hadji étaient accompagnés par des membres de la mission nationale du hadj qui comprend des médecins et des encadreurs dont des guides et des personnes en charge de l’hébergement et du transport pour assurer les prestations nécessaires aux pèlerins tout au long de leur voyage et de leur séjour aux Lieux Saints. Le ministre des Affaires religieuses et du wakf, Bouabdallah Ghlamallah, qui était à l’aéroport pour saluer le premier groupe de pèlerins à leur départ en compagnie de membres du gouvernement, a souligné que de nouvelles mesures ont été prises cette année, notamment en ce qui concerne le transport des hadjis dans les Lieux Saints. Il a, dans ce cadre, appelé les hadjis à « faire preuve de vigilance » lors de leurs déplacements pour éviter de perdre leur argent et à respecter les orientations des membres de la mission qui veilleront à assurer leur bien-être tout au long de leur pèlerinage.Le ministre a également indiqué que l’accomplissement de ce rite qui durera 33 jours est épuisant pour les hadjis particulièrement pour les personnes âgées, appelant les pèlerins à éviter la bousculade notamment à Mina et Arafat. Par ailleurs, Ghlamallah a appelé les membres de la mission à coordonner les efforts au service des pèlerins concernant l’hébergement, le transport, la prise en charge médicale et les orientations religieuses.S’agissant des nouvelles mesures, il a indiqué que les moyens de transport ont été dotés de nouveaux bus notamment à la Mecque. Outre les 10 vols supplémentaires, 140 vols à destination des Lieux Saints, dont 22 à partir d’Alger, ont été organisés à l’échelle nationale. Agée de 35, Houria mère de trois enfants a exprimé sa « joie » d’effectuer ce rite religieux pour la première fois, recommandant aux jeunes « d’accomplir le hadj à un jeune âge ». Pour sa part, Mohamed un quinquagénaire a insisté sur l’importance d’accomplir le rite du hadj qui constitue le cinquième pilier de l’Islam. Youcef Mechria, un Imam à la mosquée d’El Mohammadia a indiqué qu’il se rendait aux Lieux Saints de l’Islam dans le cadre de la mission nationale du Hadj, pour prodiguer conseils et orientations aux hadjis.

Après avoir indiqué que sa mission s’avère « difficile », vu que la majorité des hadjis sont des personnes âgées, souvent atteintes de maladies chroniques, Mecheria a toutefois souligné qu’il veillera à les orienter et à leur apprendre les rites du hadj. (Ennaha/aps.08.10.2011.)

********************************

*Hadj 1432 : les frais du hadj-Algérie sont à 321.000,00DA

Le coût total du pèlerinage « Hadj » a augmenté de 1000 DA supplémentaire pour cette année 1432, dont le hadji doit payer une somme 321 000, 00 DA. 100 000,00 DA pour les frais de billet d’avion pour se rendre aux terres saintes, tandis que la somme restante couvrira les frais d’hébergement et de transport entre la Mecque et Médine. Quant à la somme supplémentaire de 1000 DA, elle est destinée pour le linge et le transport à Mina et Arafat.Selon des sources responsables de l’Office national du Hadj et de la Omra, les frais du hadj 1432 connaitront une augmentation symbolique de 1000 DA contrairement aux rumeurs selon lesquelles les coûts du hadj seront entre 35 et 40 millions de centimes.Les 1000DA supplémentaire permettront d’acquérir du linge et des frais de transport pour les entreprises de transport saoudiennes assurant le transport des hadjis algériens dans les terres saintes.      Les mêmes services ont ajouté que le conseil d’administration de l’Office du Hadj écartant la possibilité d’octroyer aux hadjis algériens une somme de 100 riyals en espèces pour chacun au niveau de l’aéroport international Houari Boumediène en raison de la prolongation par les autorités saoudiennes de la durée de séjour en Arabie Saoudite de 15 jours.Par contre, les autorités algériennes ont refusé  une telle prolongation en visant d’ailleurs à la réduire à moins d’un mois (séjour). Dans le même sillage, les autorités algériennes tentent de convaincre les organisateurs du hadj et des programmateurs des vols  aller/retour entre Djedda et Médine a annuler une telle décision de prolongement de la durée du séjour.(Echorouk-11.08.2011.) 

*les pèlerins se rassemblent à Mina au premier jour du hajj

 Des centaines de milliers de fidèles ont commencé dimanche à affluer à Mina, près de La Mecque en Arabie saoudite, au premier jour du hajj, qui se déroule jusqu’ici sans incident majeur.
Le nombre total des pèlerins n’a pas été encore annoncé, certaines estimations évoquant quelque 2,5 millions de fidèles. Selon les autorités, 1,7 million de musulmans ont obtenu un visa pour le hajj, auxquels s’ajoutent 200.000 fidèles du royaume saoudien et de la région du Golfe autorisés à effectuer le rite.
Agissant avec fermeté, les autorités ont lancé une campagne de chasse aux pèlerins illégaux, arrêtant toute personne qui tenterait de s’infiltrer à La Mecque. Un chauffeur risque une amende de 10.000 riyals (2.667 dollars) pour chaque pèlerin illégal qu’il transporterait dans son véhicule.
L’affluence des fidèles à Mina marque le début officiel du hajj, au huitième jour du mois lunaire musulman de Dhou al-Hajja: c’est le jour de Tarwiah au cours duquel les fidèles faisaient, dans le passé, leurs réserves en eau en prévision de leur stationnement le lendemain sur le Mont Arafat.
La plaine de Mina, qui ne s’anime que cinq jours par an, la durée du hajj, abrite un camp de tentes blanches.
Lundi, les pèlerins mettent le cap sur le Mont Arafat et ses environs, situés à 10 km au sud-est de Mina, où ils consacrent leur journée à la prière. Au coucher du soleil, ils refluent vers Mouzdalifah, à mi-chemin entre Arafat et Mina, où ils passent la nuit.
Mardi, ils célèbrent l’Aïd al-Adha, qui consiste à immoler une bête en mémoire d’Abraham. Ce dernier avait failli immoler son fils Ismaïl, avant que l’ange Gabriel ne lui propose à la dernière minute de sacrifier un mouton à sa place, selon la tradition.
Les fidèles se consacrent ensuite à la lapidation des stèles représentant Satan, à Mina, à 8 km de Mouzdalifa. Il faut jeter sept pierres le premier jour sur la grande, et 21 pierres le lendemain ou le surlendemain sur les trois (la grande, la moyenne et la petite).
Aucun incident majeur n’a été signalé ces derniers jours dans les lieux saints où 1,7 million de fidèles ont assisté vendredi à la prière hebdomadaire dans la Grande mosquée de La Mecque.
Les déplacements des pèlerins entre les lieux saints est un casse-tête récurrent pour les autorités saoudiennes, qui redoutent notamment les mouvements de panique ayant fait dans le passé des centaines de victimes.
Pour y remédier, le riche royaume pétrolier a mis les bouchées doubles pour améliorer l’infrasctructure du hajj. Ainsi, le métro de La Mecque, prévu pour entrer en service dimanche soir et relier Mina à Arafat, doit contribuer à décongestionner la circulation autour de ces sites.
Il vient compléter une série d’infrastructures, dont des passages surélevés et des tunnels, destinés à rendre fluide la circulation des fidèles pendant les différents rituels.
Le hajj est l’un des cinq piliers de l’islam que tout fidèle est censé accomplir au moins une fois dans sa vie s’il en a les moyens. (AFP-14.11.2010.)

**********************

Mardi, ils regagneront Mina pour immoler une bête, généralement un mouton, en souvenir du sacrifice que faillit accomplir Abraham en voulant tuer son fils sur ordre de Dieu. Les fidèles se consacrent ensuite à la lapidation des stèles représentant Satan. – Cliquez pour voir la photo suivante

Mardi, ils regagneront Mina pour immoler une bête, généralement un mouton, en souvenir du sacrifice que faillit accomplir Abraham en voulant tuer son fils sur ordre de Dieu. Les fidèles se consacrent ensuite à la lapidation des stèles représentant Satan.

Les fidèles se sont rassemblés samedi autour de la Kaaba, au sein de la Grande mosquée de La Mecque. Ils ont ensuite pris la direction du Mont Arafat (REUTERS/Mohammed Salem). – Cliquez pour voir la photo suivante 

Les fidèles se sont rassemblés samedi autour de la Kaaba, au sein de la Grande mosquée de La Mecque. Ils ont ensuite pris la direction du Mont Arafat. (Libération-15.11.2010.)

Les pèlerins participent d'abord à une prière collective dans la mosquée de Namera, avant de passer le reste de la journée à prier et à implorer longuement le pardon de Dieu (AFP/MUSTAFA OZER). – Cliquez pour voir la photo suivante

Les pèlerins participent d’abord à une prière collective dans la mosquée de Namera, avant de passer le reste de la journée à prier et à implorer longuement le pardon de Dieu

Au coucher du soleil, les fidèles refluent vers Mouzdalifah, à mi-chemin entre Arafat et Mina, où ils passent la nuit (REUTERS/Mohammed Salem). – Cliquez pour voir la photo suivante

Au coucher du soleil, les fidèles refluent vers Mouzdalifah, à mi-chemin entre Arafat et Mina, où ils passent la nuit

Pour éviter les mouvements de panique qui ont déjà fait des centaines de victimes par le passé, le riche royaume saoudien a mis les bouchées doubles pour améliorer les infrastructures. Ainsi, le métro de La Mecque, entré en service dimanche soir, doit contribuer à décongestionner la circulation entre Mina et Arafat (AFP PHOTO/AMER HILABI). – Cliquez pour voir la photo suivante 

 Pour éviter les mouvements de panique qui ont déjà fait des centaines de victimes par le passé, le riche royaume saoudien a mis les bouchées doubles pour améliorer les infrastructures. Ainsi, le métro de La Mecque, entré en service dimanche soir, doit contribuer à décongestionner la circulation entre Mina et Arafat

*********** 

*Le Pèlerinage  raconté par Malek Chebel …

« Se laver de tous ses péchés, et retrouver la pureté originelle »

La Kaaba, temple cubique, est le cœur névralgique de l’ensemble du pèlerinage et même de l’islam. Peut être le lecteur a-t-il vu à la télévision des reportages sur la foule immense qui tourne autour de la Kaaba .Cela s’appelle le tawaf, mais une chose est sûre : la réalité dépasse largement la fiction. Spectacle impressionnant en effet que ce cratère de montagnes qui bordent la Mecque de toutes parts. Et c’est dans ce cadre grandiose, un amphithéâtre sombre et volcanique de 4 kilomètres carrées, que plus de 2 millions de personnes vont s’agglutiner et observer les rites qui constituent la raison même du pèlerinage : la rencontre de la Demeure de Dieu, Bayt Allah al Haram, selon le mot même du Coran (III ,91).

SMS : « Cher ami, Voulez-vous participer au prochain pèlerinage à la Mecque ? Prise en charge totale, Paris- la Mecque-Paris, pour deux personnes. Vous partirez si Dieu le veut, la semaine procéventualité d’un stress supplémentaire m’a découragé. Cette fois- ci, j’ai accepté. Intuition ou folie ?  Me voici à Roissy. 10 heures. Nous décollons à 12h30 pour neuf heures de vol jusqu’à Djedda, l’aéroport international de la mer Rouge. Entre Ryad, où nous avons fait escale, et Djedda. Le capitaine de bord nous informe que nous entrons dans l’espace sacré qui englobe La Mecque et Médine. Dans l’appareil, où un petit réduit est prévu à cet effet, nous nous dépouillons de nos vêtements profanes pour revêtir l’ihram, le vêtement sacré. Nous voilà tous accoutrés à la manière de Gandhi, il ne nous manque que le bâton. La Mecque, 1 heure du matin. J’ai l’impression de mettre mes pas dans ceux des grands personnages du passé, le voyageur Ibn  Battouta, Lawrence d’Arabie, le peintre Etienne Dinet, mais surtout dans ceux du prophète Mahomet lui-même, né à La Mecque  vers 570 après J.C. Quelle émotion ! A- t-on déjà évalué le nombre de pèlerins qui, depuis le début de l’islam,  ont foulé cette terre si spéciale et promené leurs regards sur les montagnes brûlées qui l’enserrent ?

Les plus téméraires d’entre nous, Mohamed, un érudit de la mosquée de Paris, Saïd et d’autres n’attendent pas le lever du jour pour entamer leur petit pèlerinage d’entrée à la Mecque,  la « omra ». Saïd, un musulman français d’origine espagnole, un converti, extrêmement pieux  ne cesse de dire « Macha ‘Allah »,  « Telle est la volonté d’Allah ». Même la lenteur abyssale de certains fonctionnaires trouve grâce à ses yeux, à fortiori la bénédiction du ciel que représente le nombre de mosquées au kilomètre carré. Saïd a réussi la prouesse de concentrer sur lui toutes les bonnes influences du groupe qui l’accompagne. Ce qui lui importe le plus,  c’est de ne rater aucune prière, aucune oraison, et les prières et invocations  sont  multiformes, comme celle-ci, la fameuse  talbiya :  « labbayk Allahouma  Labbayk… » Ce qui signifie : « Me voici, mon Dieu, me voici ! » Des milliers de pèlerins la psalmodient en même temps. Et cela se poursuit : « La charika lak » : « Tu n’as pas d’associé. » Le monothéisme absolu ! L’hôtel qui nous a été réservé n’est qu’une adresse postale, un pied à terre. Ce qui compte maintenant, c’est le processus incroyable du grand pèlerinage. Le hadj, l’une des cinq obligations de l’islam que nombre de musulmans rêvent d’accomplir au moins une fois dans leur vie. Dès midi, nous nous installons sous la tente, dans une vallée proche de la Mecque proche de la Mecque appelée Mina.

Au carré des invités du Roi,  dont la vocation ancestrale est d’être «  le   protecteur des deux lieux saints de l’islam », la vie s’organise comme dans un camp scout, rythmée selon le cycle éprouvé depuis toujours : ablutions, prières, invocations,  puis récitation du Coran, de nouveau prières, invocations, etc. Le but affiché est de se laver de tous ses péchés, de retrouver la pureté .Cependant, le viatique est réduit à l’essentiel. On vit dans un long vêtement blanc, d’un blanc de moins en moins immaculé. D’emblée, les hommes et les femmes sont séparées, de façon à éviter la nervosité trouble que le démon est prêt à leur inspirer. Ici, la  moindre tentation, le moindre frôlement sont de nature à frapper d’annulation tout le rite.

Autre clause d’annulation, le laisser aller en matière d’hygiène, poussée jusqu’à l’obsession. Malgré leur dureté, le pèlerin se fait un point d’honneur de se conformer à tous les interdits coraniques : jeux et musique profane, rapports sexuels, chasse ou pêche. Il va sans dire que les boissons alcoolisées et les nourritures non conformes aux règles du halal sont frappées d’une malédiction spéciale. Prohibés également, la violence verbale et physique,  la médisance, l’esprit querelleur .Etre hadj est une activité à temps pleine, une responsabilité et une charge à l’exigence digne des plus grandes compétitions sportives. Car il faut courir, marcher, grimper, tourner sept fois autour du sanctuaire de la Kaaba, aller sept fois de Safa à Marwa, et prier, prier, prier. On ne sort pas indemne de cette épreuve, tant elle est surdimensionnée.

Lorsque, à l’aube du troisième jour, débute la grande transhumance vers le mont Arafat, à 21 Kilomètres plus au sud, ce sont plus de 2,5 millions de personnes qui se ruent sur le lieu dit pour y poser leurs pénates pendant le jour crucial du hadj, le huitième du mois musulman, et attendre le coucher du soleil. Arafat, c’est la journée majeure du hadj. Le prophète aurait dit que le hadj pouvait s’y résumer, et la journée ici est particulièrement radieuse. Imaginons une ville comme Lyon ou Strasbourg, dont les habitants transhument d’un endroit à un autre. C’est ce que font les pèlerins lorsqu’ils quittent Mina pour Arafat, qu’ils abandonnent dix –huit heures plus tard pour se poser à nouveau à  Mouzdalifa, à 10 kilomètres en amont, sur le chemin du retour. Déjà en 1931, Albert Londres écrivait : « je vous adjure de vous représenter cent mille individus :Afghans, Javanais, Hindous, Egyptiens, Yéménites,  Philippins, Soudanais, Persans, Iraniens, Sénégalais et Maghrébins, Chinois  du Turkestan et Balkaniques, Boukhariotes et Polonais, d’autres inconnus, d’autres méconnaissables…… » A ceux-ci, il faut désormais ajouter les musulmans des anciennes républiques soviétiques, les Kirghiz, les Tatars, les Kazakhs, les musulmans européens et ceux d’Amérique du Nord, ceux de Malaisie, du Bangladesh, des Comores ,  d’Afrique de l’Est et de Syrie, sans compter les mille palestiniens qui ont été invités par les autorités saoudiennes. Il ne faut pas perdre le fil, et beaucoup de musulmans asiatiques ou africains viennent avec des guides. Les invocations qu’ils récitent étant en arabe, on les voit les murmurer à partir d’une transcription phonétique. La linguistique en prend un sacré coup, mais qu’importe, le rituel est sauf. Sur le chemin de Mouzdalifa, les pèlerins ramassent sept cailloux-ou un multiple de sept-, car le lendemain à Mina, Satan sera lapidé trois fois de suite, pour commémorer le refus d’Abraham, tenté par le diable, de ne pas obéir à l’injonction terrible de Dieu : sacrifier son fils .Une forêt de bras vengeurs lancent ces sept cailloux sur la stèle qui symbolise le démon tentateur en lui rappelant Qu’Allah est le plus grand : « Allahouakbar ».

La Kaaba, temple cubique, est le cœur névralgique de l’ensemble du pèlerinage  et  même de l’islam. Peut être le lecteur a-t-il vu à la télévision des reportages sur la foule immense qui tourne autour de la Kaaba .Cela s’appelle le tawaf, mais une chose est sûre : la réalité dépasse largement la fiction. Spectacle impressionnant en effet que ce cratère de montagnes qui bordent La Mecque de toutes parts. Et c’est dans ce cadre grandiose, un amphithéâtre sombre et volcanique de 4 kilomètres carrées, que plus de 2 millions de personnes vont s’agglutiner et observer les rites qui constituent la raison même du pèlerinage : la rencontre de la Demeure de Dieu, Bayt  Allah al Haram, selon le mot même du Coran (III ,91). Mais imagine-t-on l’énergie que cela demande à un humble pèlerin immergé dans cette foule pour réussir à toucher la Pierre noire sacrée ? Une foule incommensurable, aussi compacte que le granit, sans états d’âme, une foule qui n’a ni maître ni gouvernail, mais qui semble mue par une force surhumaine. Elle entraîne l’individu singulier toujours en avant et sept fois de suite, le ramène méthodiquement à son point de départ .De la lave en fusion, mais ici la lave rejoint le cratère et non l’inverse. Une foule paradoxale, aussi, dès lors que la puissance impériale s’allie à la douceur infinie,  airain d’un côté, soie de l’autre. Pourtant, le danger peut jaillir de partout, une hésitation, un ralentissement, un grain de sable dans ce  mécanisme brownien, et tout peut déraper, provoquer une tragédie. Encore peu étudiée au plan cinétique, l’évolution de cette foule est désormais filmée par les services de sécurité qui survolent en hélicoptère Mina et la Kaaba.  Ah, les hélicos ! J’avais l’impression d’assister au tournage «  d’Apocalypse Now » Appareils redoutables et aussi vastes que des maisons. Ils surgissent  de nulle part et vous intiment le respect par leur lenteur calculée. Depuis tôt le matin, en un ballet incessant, ils tournent dans le ciel de Mina, observent et analysent le moindre mouvement suspect de la foule. Les hélicoptères sont devenus des alliés indispensables de la sécurité des pèlerins, qui payèrent le prix lourd les précédentes années. On saura désormais que la panique mortelle d’antan n’a pas endeuillé le pèlerinage 2009, et même la grippe H1N1, un moment redoutée,  notamment par la Tunisie et le Sultanat d’Oman, n’a pas provoqué d’hécatombe. Mais la pression de la fouler demeure constante.

Se fondre dans la collectivité

Rude épreuve. Tout s’embrouille dans ma tête, car me voilà au milieu d’une marée humaine. Une sarabande de mots m’assaille : tourbillon, maelström,  tornade…..Je me dis : Vers quel appel suprême court-elle, que veut-elle satisfaire ? » Prières, invocations et appels vibrants fusent de partout. A l’mage des autres rites de l’islam, l’une des données du pèlerinage, c’est d’être observé collectivement. Pas de place pour la solitude, même si la médiation individuelle est respectée. On voit d’ailleurs certains croyants ramassé sur eux-mêmes, dans un coin de la mosquée, qui prient Allah sans se préoccuper du tumulte ambiant. La Kaaba symbolise à elle seule l’immersion totale dans la communauté des croyants et, en même temps, la rotation des planètes autour du Soleil. Le chiffre 7 renvoie aux sept planètes, aux sept jours de la semaine, aux sept climats, .Toutefois,  au-delà des symboles, le fait de se lancer dans la mêlée demeure malgré tout une rude épreuve Il faut jouer des coudes, ne pas avoir peur de défendre son pré carré. A cet exercice de force et d’adresse les Africains sont les meilleurs, mais aucune nationalité n’est prête à s’en laisser conter : Allah mérite tous les sacrifices, les ampoules, les bleus, les foulures, les entorses. Chaque groupe forme une masse compacte et va de l’avant sans jamais se retourner. De la terrasse, on peut suivre la manière dont la résistance des uns prend le dessus sur le lâcher-prise des autres, et inversement. Les caméras de surveillance enregistrent de manière ininterrompue ces ellipses étranges  qui se forment  et qui se déforment sans cesse.
Le plus remarquable est cependant le groupe des Indonésiens, peuple discipliné et assez énigmatique : ils forment des carrés de plusieurs centaines d’individus et arrivent à tourner en toute tranquillité. Quelques uns ont eu le souhait de constituer une double rangée autour des femmes, ce qui permet à celles-ci de participer au rite sans se faire marcher dessus. Un autre parcours adjacent à la Mecque mérite d’être expliqué. En effet, une course appelée  sa’yi emmène le flot interminable des pèlerins à deux endroits symboliques, Safa et Marwa, distants

De 395 mètres l’un de l’autre.  Ces deux monticules ont joué un rôle important dans l’histoire de la religion, ce que le Coran évoque distinctement dans l’un  des versets. Il s’agit pour les croyants de reproduire à l’identique la frayeur vécue par Hajjar, femme d’Abraham, lorsque, manquant d’eau, elle s’est trouvée démunie, avec son fils  Ismaël,   qui a failli mourir. Une voix  lui dit de frapper le sol de ses talons, ce qu’elle fit quand soudain la source de ZAMZAM jaillit devant elle. Etonnante source de ZAMZAM qui a traversé les âges  depuis Abraham jusqu’à nos jours sans jamais tarir. Encore aujourd’hui, des milliers de pèlerins rapportent chez eux  aux quatre coins du monde, un nombre considérable de jerricans, qu’ils débitent ensuite parcimonieusement, en litres, demi-litres, verres, biberons pour bébés et même aspersions pour malades. Résumons : La Mecque, au premier jour, pour un petit pèlerinage privatif appelé Omra .Ensuite, deuxième et dernier jour à Mina, avec ses centaines de tentes posées comme des œufs d’autruche entre deux contreforts brûlés par le soleil.

Enfin, le Mont Arafat, où l’on passe la journée. Retour par Mouzdalifa, autre moment de recueillement, puis toute une série de rites successifs pour valider le rite, comme la lapidation de Satan, le sacrifice du mouton et le fait de se raser la tête. Le sacrifice du mouton, rn souvenir de l’épisode d’Ismaël,  fils aîné d’Abraham, dont Dieu exigea la mort pour tester la foi du père, a lieu durant trois jours à Mina, dits « jours du sacrifice ». Le cycle est clos après un tawaf d’adieu autour de la Kaaba.

Après tous ces moments intenses, nous voilà sur le départ pour Médine, deuxième ville sainte de l’islam à 447 kilomètres au nord, et sanctuaire des tombes du Prophète, de ses compagnons et de ses femmes. Elle fut naguère le siège de la première communauté musulmane structurée, la cité-Etat de Médine. Des milliers d’autocars surclimatisés sont réquisitionnés afin de soulager la Mecque. Et c’est de nuit qu’il faut voyager dans ce pays où la température annuelle moyenne dépasse souvent 4O°.

Je retrouve Saïd, le Don Quichotte de l’islam. Il me raconte son expérience de la Mecque : « Tu te rends compte, me dit-il avec une pointe d’élan mystique dans la voix, j’ai fait  une invocation à Allah,  et il m’a comblé.  A 3 heures du matin, après  plusieurs tours autour de la Kaaba, j’ai enfin réussi à toucher la Pierre noire. Je me suis accroché plusieurs minutes à l’embouchure, et personne ne m’a poussé. J’y ai même mis la tête. Tu ne peux pas savoir ce que l’on ressent. » (Echorouk-01.09.2010.)

(LE PELERINAGE EN CHIFFRES : 2,4 millions nombre total des pèlerins : 1,6 millions de pèlerins étrangers, 35.000 pèlerins français,160 pays de provenance, 100.000 agents de sécurité, 20.000 membres des services médicaux, 20.000 bus.)

Avec l’aimable autorisation pour la publication de cet article, Malek CHEBEL Anthropologue de l’islam. Auteur de la Nouvelle traduction du Coran et du « dictionnaire encyclopédique du Coran » aux éditions Fayard- Paris.     

******************************* 

** pélérinage à la Mecque 2008-(1429 h)+Aid El Adha

 * L’Algérie célèbre lundi Aid El Adha

 Alors que tous les cœurs en ces instants sont à  djebel Errahma, le sublime mont Arafat, les Algériens s’apprêtent à célébrer, Aïd El Adha, appelé communément la fête du Sacrifice. Ils le fêteront parmi tous les musulmans de la planète et en symbiose avec les rituels de Muzdalifah, Minane et Arafat dans les Lieux saints  du pèlerinage. Ils le fêteront selon le rituel symbolique légué par le père de tous les monothéistes Ibrahim Aleïhi Essalem, celui par lequel Dieu Tout-Puissant, par la symbolique du mouton, enseigna à l’humanité, que la vie et les valeurs du pardon et de la paix sont pour Allah et les prophètes, qui succéderont au père d’Ismaïl et d’Isaak, aussi chères que ce sublime univers qu’Il a créé. Allahou Akbar, Soubhana Allahi Oua Bihamdih Oua la Ilaha Ila Allah. Par-delà les symboliques véhiculées par le sacré rituel de cette fête recommandée dans sa sunna par notre Prophète Mohamed (QSSSL), lui-même descendant du père de tous les Arabes Saydina Ismaïl, Paix et Salut sur lui, cette fête de tous les musulmans est celle du pardon et du salut. Elle est précédée du rituel de Arafat, appelé «El Witr» dans le Saint Coran et par lequel Allah a juré dans Sa Parole (Sourate 89 Verset 3). C’est aussi le jour bien attesté, dont il est question dans la parole du Très-Haut  «Et par le jour promis !» (Sourate 85, verset 3). Il symbolise le jour du Jugement dernier, notre présence devant Dieu. C’est enfin le jour où dans son dernier sermon, le dernier des envoyés d’Allah, El Mustapha (QSSSL), rappellera à l’humanité «qu’il n’a été envoyé qu’en Miséricorde pour l’univers» (Coran 21:107). Il leur rappellera aussi et pour une dernière fois le fondement spirituel des concepts du  sacrifice et  du sacré. «Tout comme vous considérez ce mois, ce jour, cette cité comme sacrés, considérez aussi la vie et les biens de chaque musulman comme sacrés», avait dit ce jour-là Mohamed (QSSSL). Les Algériens se donneront ainsi une autre occasion de méditer les vertus du pardon et de la paix. Le rituel du sacrifice n’a de sens pour Allah que lorsque qu’il attendrit les cœurs, purifie les âmes et réconcilie les citoyens avec eux-mêmes.     

  *******************

*Mina puis Arafat-  Quelque 4 millions de pèlerins devaient se rendre  samedi (correspondant au 8 Dhou El Hidja) à Mina puis à Arafat où ils devront observer la « Wakfa de Arafat », le jour suivant. Ils accompliront les cinq prières obligatoires, en allégeant celles à quatre génuflexions à deux seulement et celle du Fadjr le jour suivant (9 Dhou El Hidja) conformément à la tradition du prophète. Pour permettre aux pèlerins algériens d’accomplir les rites du hadj dans les meilleures conditions possibles, tous les éléments de la protection civile et les représentants de la mission ont été mobilisés pour assurer une bonne prise en charge des pèlerins à Mina et à Arafat. Outre la restauration qui leur sera assurée tout au long de leur séjour dans ces lieux saints, les hadjis algériens bénéficieront d’une couverture médicale totale (notamment les personnes malades et les cas urgents). Et pour permettre aux hadjis algériens de rejoindre leurs tentes sans difficultés, l’Office national du hadj et de la omra a mis en place quatre énormes ballons au niveau des camps, sachant que le nombre de tentes qui leur sont réservées est de 3200 tentes. Pour leur part, les autorités saoudiennes ont mobilisé quelque 25.000 bus qui seront mis à la disposition des hadjis. Certains, par contre, préfèrent traverser à pied un tunnel de six kilomètres qui s’étend de la place de la mosquée du Haram (mosquée sacrée de la Mecque) au lieu du jet des « Djamarat » (petits cailloux pour lapider Satan). La saison du Hadj 2008 a vu l’ouverture d’un troisième niveau réservé aux pèlerins résidant dans les immeubles situés au pied du mont de Mina. Ce troisième niveau vient s’ajouter au pont qui a connu des travaux d’extension l’année dernière, ce qui a permis de contenir la foule compacte de hadjis. Les pèlerins se rendront ensuite au Mont Arafat pour accomplir le rite le plus important du pèlerinage, selon le prophète (QSSSL) qui a dit « le hadj est Arafat » pour le grand rassemblement des pèlerins du lever au coucher du soleil. Les prières du Dohr et du Asr sont accomplies ensemble et allégées de quatre à deux génuflexions après le sermon de Arafat. Les pèlerins mettront à profit cette journée bénie pour adresser des louanges à Dieu, le prier d’absoudre leurs péchés, d’exaucer leurs voeux et implorer son pardon et ce, jusqu’au coucher du soleil. Ils se rendront ensuite à Mozdalifa pour y passer la nuit conformément à la tradition du prophète. A Mozdalifa et après les prières du Maghreb et d’El Icha, en groupe les pèlerins ramassent des petits cailloux qui serviront à la lapidation de Satan. Ils se rendent à Mina à l’aube de la journée de Aid El Adha qui coïncide avec le 10e du mois de Dhou EI Hidja pour le redjm de la grande stèle. Ils se rasent ou se coupent les cheveux et se rendent à la Mecque pour accomplir la prière de Tawaf El Ifadha et emprunte Essafa et El Marwa. Les pèlerins passent la nuit à Mina les 11 et 12 Dhou El Hidja et d’autres le 13 de ce mois (Les mois de Tachrik). Durant ces trois journées ils procèdent aux jets de sept pierres dans chacun des socles. Afin d’éviter la cohue et les bousculades durant ce rite, les ulémas ont permis de prolonger ce rite jusqu’à l’aube. Après l’accomplissement des rites (13 Dhou El Hidja) les pèlerins retournent à la Mecque pour accomplir Tawaf El Wadaa dernier rite avant de regagner leur pays tandis que d’autres empruntent le chemin de Médine pour se recueillir sur la tombe du prophète (QSSSL) et visiter les autres Lieux Saints.Les autorités saoudiennes ont annoncé officiellement que quelque 1,7 million  de fidèles étrangers participaient cette année au hadj. Le nombre total de  pèlerins, Saoudiens et résidents du royaume inclus, pourraient atteindre les  trois millions, selon la presse locale. Les processions d’hommes et de femmes regroupés par nationalité ou par  langue descendaient vers la vallée sous l’oeil vigilant du personnel de  sécurité. Le gouvernement saoudien a mobilisé quelque 100.000 hommes pour assurer le  bon déroulement du hadj. Selon l’agence de presse officielle saoudienne SPA, « les foules s’avançaient  sans problème et de manière fluide vers Mina ». La vallée est recouverte de milliers de tentes blanches destinées à abriter  les pèlerins à la veille du point culminant du hadj, la prière sur le mont  Arafat, dimanche. Le dispositif de santé est également considérable, avec 24 hôpitaux de  campagne d’un total de 4.000 lits, 140 centres de soins, 150 ambulances et  11.000 personnels, selon le ministère de la Santé. Sur le chemin, où de l’eau potable leur est offerte, les pèlerins  chantaient « Labbayka Allhaoumma Labbayk » (nous répondons à Ton appel, O Dieu),  une phrase que les fidèles récitent en choeur tout au long du hadj pour  affirmer leur obéissance à la volonté divine. (source..Echorouk)

Les pèlerins de toutes les régions du monde ne  cessent d’affluer en grands nombres ces derniers jours sur La Mecque pour accomplir  les rites du 5ème pilier de l’islam. Ainsi, et en application du verset de la sourate el-Hadj (le pèlerinage)  dans lequel Dieu Tout-Puissant ordonnât à Son prophète Ibrahim  » Et fais au gens  une annonce pour le hadj, ils viendront vers toi, à pied, et aussi sur toute  monture, venant de tout chemin éloigné », les pèlerins algériens, à l’instar  des autres hôtes du Tout Clément issus des différents pays musulmans, ont commencé à converger, après une semaine passée à Médine, vers le Saint Lieu (La Mecque)  pour rallier le plus grand rassemblement au monde. Pour la saison (1429 h/2008 g), plus de trois millions de hadjis sont  attendus, selon les autorités saoudiennes. A deux semaines de l’ascension du Mont Arafa et de l’Aid el Adha, La  Mecque enregistre une affluence particulière notamment aux horaires des prières, rendant difficile l’accès des retardataires aux lieux pour accomplir le Tawaf  (tour) de la Kaaba et la marche (Saâï) entre al Safa et al Marwa. Conscientes des difficultés dans la gestion de ce nombre considérable  de hadjis, les autorités saoudiennes ont procédé à l’extension des lieux par  la démolition des anciennes bâtisses alentour de la Kaaba pour y créer de vastes  esplanades en mesure d’accueillir le plus grand nombre de hadjis, tout en prévoyant  deux couloirs supplémentaires pour l’accomplissement du Saâï (marche) entre  Al-Safa et Al-Marwa. Les autorités ont également procédé à une vaste opération de restauration  de l’esplanade de la Kaaba et à l’ouverture de portes supplémentaires qui ont  remarquablement facilité la gestion du flux des hadji. Sur les lieux, des fidèles, en groupes ou individuellement, accomplissent  leurs prières dans la piété, ou récitant le Coran, tout en implorant Dieu Tout-Puissant de leur accorder sa miséricorde. Après chaque prière, des dizaines de milliers de hadji transforment  les rues et ruelles de la ville sainte en une vraie fourmilière, où se mêlent  des pèlerins de différentes nationalités. Certaines délégations sont même facilement  reconnaissables grâce aux tenues vestimentaires unifiées portées par les hadjis,  notamment les turcs et les malaisiens arpentant les rues en rangs serrés où  portant des drapeaux pour pouvoir être identifiés dans une foule compacte. Les restaurants et fast-foods sont particulièrement prisés par certains hadji, tandis que d’autres prennent d’assaut les commerces ouvert de jour comme  de nuit pour proposer aux hôtes des souvenirs et autres objets qu’il apporteront  aux leurs à leur retour au pays. En attendant de se rendre à Mina, le 8 du mois de Dhou el-Hidja pour  accomplir Yaoum Altarwiya, jour où les pèlerins s’alimentent et se préparent  à l’ascension, le jour suivant, du Mont Arafa, le plus grand pilier du hadj,  conformément au hadith du prophète (QSSSL) « le hadj c’est Arafa », les pèlerins  égrènent les derniers jours en accomplissant dans la ferveur leurs rites quotidiens. .( source: ElMoudjahid)

9 réponses à “Pèlerinage aux Lieux-Saints de l’islam”

  1. 1 11 2011
    burberry (12:15:16) :

    This is my first time i visit here. I found so many interesting stuff in your blog especially its discussion. From the tons of comments on your articles, I guess I am not the only one having all the enjoyment here! keep up the good work.

  2. 1 11 2011
    burberry (12:08:10) :

    Very effectively written information. It is going to be worthwhile to anyone who usess it, including myself. Sustain the nice work – for certain i’ll take a look at extra posts.

  3. 1 11 2011
    bilete avion (09:06:19) :

    What is here it is an interesting article. But first of all I must say all the visitors. . After this I must say that I will post http://niarunblog.unblog.fr/lumieres-dislam1/pelerinage-a-la-mecque-2008-1429-h on my Facebook profile. And this because at long last I found what I was looking for. What you give us here is really very good post. In the minute I saw this tittle, ELAyam-2 » Pèlerinage aux Lieux-Saints de l’islam, on google search I was very happy. Maybe I found something that have the same ideea here http://www.xfly.ro, I’m not sure but I thing it was the same. My regrds

  4. 30 10 2011
    burberry (05:27:13) :

    There is obviously a lot to know about this. I think you made some good points in Features also.

  5. 26 10 2011
    online poker magazine (21:28:36) :

    What you have here it is an interesting piece of information. But first of all I must say all the visitors. Bounjour. And now I must say that I m thinking to post http://niarunblog.unblog.fr/lumieres-dislam1/pelerinage-a-la-mecque-2008-1429-h on my Facebook profile. And this because at long last I found what I was looking for. What you say here is really the best post. In the second I saw this tittle, ELAyam-2 » Pèlerinage aux Lieux-Saints de l’islam, on my google search I was very glad. It is possible I found something that have the same ideea here http://www.bluffaway.com, I’m not sure but I thing it was the same. All the best

  6. 25 10 2011
    Bonsmara SA (21:46:27) :

    What you have here it is an interesting article. But first of all I must say all the visitors. Salve. And second I must say that I m thinking to post http://niarunblog.unblog.fr/lumieres-dislam1/pelerinage-a-la-mecque-2008-1429-h on my Twitter profile. And this because at long last I found what I was looking for. What you say here is really respectable information. In the second I saw this tittle, ELAyam-2 » Pèlerinage aux Lieux-Saints de l’islam, on my google search I was very happy. It is possible I found something like this here http://www.bonsmara.za.org, I’m not sure but I thing it was the same. Thank you

  7. 24 10 2011
    Regulatory compliance copywriting (10:12:36) :

    This it is an interesting article. But first of all I must say all the visitors. Hy. After this I must say that I m going to post http://niarunblog.unblog.fr/lumieres-dislam1/pelerinage-a-la-mecque-2008-1429-h on my Facebook profile. I will do this because finally I found what I was looking for. What you give us here is really very good sharing. In the second I saw this tittle, ELAyam-2 » Pèlerinage aux Lieux-Saints de l’islam, on my google search I was very glad. It is possible I found something like this here http://www.writte.com, I’m not sure but I thing it was the same. My regrds

  8. 17 10 2011
    debt management (17:47:12) :

    What you have here it is a great article. But first of all I must say all the visitors. Hy. After this I must say that I m thinking to post http://niarunblog.unblog.fr/lumieres-dislam1/pelerinage-a-la-mecque-2008-1429-h on my Digg profile. And this because at last I found what I was looking for. What you say here is really respectable post. When I saw this tittle, ELAyam-2 » Pèlerinage aux Lieux-Saints de l’islam, on google search I was very glad. It is possible I found something that have the same ideea here http://ivauk.com/debt-management.php, I’m not sure but I thing it was the same. My regrds

  9. 9 05 2011
    Aimee (10:31:49) :

    Looks like you are an expert in this field, Great post and keep up the good work, my buddy recommended me this.

    My blog:
    Meilleur Taux puis comparatif rachat de credit




évasion |
évasion |
Généalogies |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | dartagnan
| dartagnan
| D A T A F O R U M