El-Mechouar(Tlemcen), un véritable trésor

*L’équipe d’archéologues relevant du Centre national de recherches archéologiques d’Alger (CNRAA) a fait récemment, lors des fouilles engagées au site historique d’El-Mechouar (citadelle édifiée par Abd El-Moumen Ben Ali, de la dynastie almohade), une découverte exceptionnelle: pierres tombales musulmanes, passages souterrains, espaces d’eau, pièces de céramique, zellige et un mobilier archéologique assez conséquent sur la connaissance de la période des Zianides, a annoncé M. Chenoufi Brahim, conservateur du patrimoine archéologique, historique et muséal et responsable du musée de Tlemcen. Actuellement, précise la source, les pièces de céramique (60 caisses découvertes) sont en train de recevoir les traitements (dessin, marquage et collage) qui garantiront leur conservation dans le musée. «Le travail consiste à dégager les structures pour restituer fidèlement le palais royal qui servira de parcours culturel lors de l’important évènement attendu en 2011 ‘Tlemcen, capitale de la culture islamique’. Cette recherche archéologique est intéressante à plus d’un titre et nous essayons de réussir fidèlement l’état initial du palais royal», a indiqué à notre journal M. Chenoufi Brahim en précisant que les pierres tombales musulmanes découvertes ont été utilisées par les Français à l’époque coloniale pour couvrir des caniveaux de Tlemcen et à l’intérieur d’El-Mechouar. «Notre objectif est de réhabiliter le palais royal en le reconstruisant à partir des résultats de la fouille archéologique et des documents graphiques à l’endroit même où se trouvent les ruines en intégrant toutes ces structures qui présentent des décors de zellige, des épitaphes, stuc, ainsi que l’ancienne maçonnerie en terre cuite. On suppose que le palais royal va au-delà de ses limites, et des sondages un peu éloignés de la structure centrale et des noyaux sont effectués par le CNRAA, l’université de Tlemcen et des professeurs français de la Sorbonne, a ajouté M. Chenoufi Brahim. Malgré la destruction de la grande bâtisse et des palais «Dar El-Moulk», «Dar Abi Fiher», «Dar Baida» et de l’ensemble des murailles Est (en 1846, 47 et 49) par les Français, El-Mechouar est un espace qui reste imposant et surtout mystérieux. Ces recherches archéologiques vont dévoiler de nombreux mystères qui entourent cette citadelle très célèbre qui a connu une grande expansion, des transformations et des constructions pendant le règne zianide, comme les deux bastions de style zianide à colonnes rondes qui subsistent encore de nos jours. (Quotidien d’Oran-06.02.2010.)

Découverte d'un palais de l’époque zianideOasis Rouge bientôt classé site national 

**Découverte d’un palais de l’époque zianide…
La ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi, a estimé à Tlemcen, lors d’une visite de travail, que les projets lancés dans la perspective de la manifestation culturelle « Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011 » sont bien partis pour être au rendez-vous.
«Nous allons mettre le paquet pour mobiliser toutes nos énergies en vue d’accélérer les travaux des différentes installations culturelles, notamment le Centre de la culture andalouse, la Galerie d’art, la Bibliothèque et les travaux d’extension du musée », fera-t-elle observer lors d’une séance de travail avec les cadres de son secteur. « Nous devons être conscients de notre mission et nous devons être aussi mobilisés pour enclencher une synergie à l’effet de représenter dignement l’Algérie lors de cet événement », a-t-elle noté. Et d’ajouter : « Nous sommes une équipe nationale et on doit gagner comme l’a fait Saâdane avec les Verts », a lancé Khalida Toumi à l’assistance.
Evoquant la gestion des deniers publics de cette manifestation, la représentante de gouvernement a indiqué que toutes les opérations se déroulent avec toute la transparence et que nous veillerons à ce que toutes les opérations liées à cette manifestation soient exécutées avec toute l’orthodoxie voulue.
A son tour, le wali de Tlemcen a tenu à préciser que Tlemcen ne ménagera aucun effort pour assurer le succès à cet événement. Revenant sur la gestion de cette manifestation. Le wali de Tlemcen a été clair à ce sujet « nous sommes redevables envers le Trésor public et nous sommes là pour assurer toute la transparence a cette opération », fera-t-il observer.
Auparavant, la délégation ministérielle s’est rendue, successivement, à l’enceinte d’El Mechouar et de Mansourah pour prendre connaissance des travaux de fouilles et de restitution du palais royal ainsi que les terrains d’assiette devant servir à la réalisation d’une bibliothèque, d’un théâtre de verdure et d’une galerie d’art. Après cette étape la ministre de la Culture a visité les projets de réalisation du Centre d’études andalouses et le Palais de la culture de Mansourah.
A noter, dans ce cadre, que les opérations de fouilles opérées au niveau d’El Mechouar ont permis de découvrir un palais royal datant de l’époque des Zianides et que des pierres tombales ont été utilisées pour obstruer des canalisations d’eaux usées par l’armée française.

 Tlemcen, capitale de la culture islamique en 2010La Casbah d’Alger sera à l’honneur à  ShanghaiCe 24 avril l'artisanat algérien au service de l'enfance maltraitée

*** La nuit du Mouloud au Méchouar de Tlemcen

Le Méchouar de Tlemcen était d’abord l’espace où le cheval était élevé et où les caravanes trouvaient des montures fraîches pour les expéditions, soit vers l’Est, soit vers l’Ouest et l’Andalousie, soit vers le Grand Sud aux pays du Touât et du Sawdân. Ce nom de lieu correspond à une terminologie spécifique du lieu où les étalons de chevaux sont élevés. Da Ghamrâcen commença son règne un dimanche 4 octobre 1230 (24 dhûl-Qi’da 627H (633-681H/1236-1283 J.-C.). Il déplaça le siège du royaume qu’il venait d’ériger, du vieux palais de Tagrart, près de la Grande Mosquée de Tlemcen, vers le Méchouar plus au sud, où ce nom de lieu existait déjà. Il y éleva son palais «Dar Al-Moulk» au milieu de jardins devenus célèbres, pour ses fleurs, pour ses citronniers, pour ses orangers et pour ses arbres le long de ses promenades. De nombreuses fontaines d’eau fraîche en perpétuel écoulement s’incrustaient dans cet écrin de parfums et de ruissellement. Da Ghamrâcen avait acquis un exemplaire du Coran de ‘Othmân Ibn ‘Affân, le quatrième khalife de l’Islam qui constituait un des joyaux de son nouveau royaume. Cet exemplaire du Coran bénéficiera d’un coffre transportable lui assurant sécurité et présentoir.Abou Hammou Moussa Ier (1308-1318) éleva avec le concours de représentants de toutes les tribus du Maghreb central la mosquée d’Al-Méchouar et la rehaussa du superbe minaret, seul témoin de l’époque encore présent.La mosquée du Méchouar a été construite comme un symbole pouvant rassembler toutes les tribus du Maghreb central ayant répondu à l’invitation de Abou Hammou Moussa Ier.Si ‘Abderrahmane Ibn Khaldoun a jugé ce regroupement comme une prison dorée pour les rivaux potentiels d’Abou Hammou Ier, on peut considérer aussi ce regroupement comme le premier parlement du Maghreb central par le message incrusté dans une des faces du minaret.Plusieurs chercheurs sont restés méditatifs devant l’énigme de l’inscription sur le panneau carré de la façade orientale du minaret de cette mosquée du Méchouar : «Al-Youmn wal Iqbâl yâ Thiqatî yâ Amalî ! Anta Erradjâ, Anta al-Walî. Akhtim bi Khaïrin ‘amalî» – Le Bonheur et le Succès ” ma Confiance ! ” mon Espérance ! C’est Toi l’Espoir, c’est Toi le Protecteur ! Scelle mes actions par le Bien ! Ce minaret est le seul témoin du Méchouar depuis près de sept siècles de tout un legs que Tlemcen a développé au coeur de l’Occident musulman et de la Méditerranée occidentale. De ce point partaient annuellement les caravanes vers La Mecque ainsi que les caravanes commerciales qui prenaient la direction des ksour de la Saoura et du Touat jusqu’aux abords du fleuve Sénégal. En 2018, l’Algérie pourra célébrer en ces lieux le septième centenaire de l’événement fondateur du Maghreb central et de l’Algérie.Devant ce minaret sont passés tous les rois des Banî Ziyân, les responsables des garnisons turques. L’Emir Abdel-Qâder s’est retiré dans cette mosquée durant tout son séjour à Tlemcen. Abou Tâshfîn 1er (692-737H/1293-1337) élèvera deux autres constructions au Méchouar «Dar es-Sourour» et «Dar Abî-Fihr». Il s’agit de deux édifices célèbres qui ont attiré l’attention des chroniqueurs de l’époque sans que des détails ne nous soient précisés sur leurs activités d’art et de loisir.

«Dar Abî-Fihr» faisait référence au vaste domaine d’Abî-Fihr créé par Al-Muntasir (647-675H/1249-1277 J.-C.) aux environs de sa capitale des Hafsides près du village actuel de l’Ariana. Il comporte des éléments qui faisaient prévoir la mode maghrébine des «agdâl» :

«On y voyait, disait Ibn Khaldoun, une forêt d’arbres, dont une partie servait à garnir des treillages, pendant que le reste croissait en toute liberté. Le citronnier et l’oranger mêlaient leurs branches à celles du cyprès, tandis que plus bas le myrte et le jasmin souriaient au nénuphar. Au milieu de ces bosquets, un grand jardin servait de ceinture à un bassin étendu qu’on eût dit une mer. L’eau y arrivait par l’ancien aqueduc qui jadis alimentait Carthage et que le Hafside Al-Mustansir avait fait réparer.»

Abou Tâshfîn 1er «se plaisait à faire construire des maisons, blanchir des palais, élever des édifices, planter d’arbres les promenades… Il était d’un esprit très ingénieux, bon designer autant qu’habile mouhandess…». «A l’époque d’Abou Tâshfin 1er, l’Etat abdelwâdide a connu l’apogée de son épanouissement. Les arts et métiers se sont développés, les constructions se sont multipliées. Le Maghreb central acquit ainsi une grande avance dans la civilisation. En effet, Abou Tâshfine 1er avait un penchant pour les arts et les constructions et était attiré par les plaisirs et les réjouissances de la vie, ce qui l’a amené à construire et à décorer de nombreux édifices» Il avait réalisé un automate en deux exemplaires : l’un en apparat dans son palais du Méchouar, l’autre en pièce rare dans sa médersa Et-Tachfîniyya qu’il fit élever entre la Grande Mosquée et le Méchouar.

Abou Hammou Moussa II (760-791H/1359-1389) réalisa un second palais «Dar Al-Fath» où il organisa ses célèbres réceptions à l’occasion de la célébration des nuits du Mouloud.

A la fin du règne des Bani Ziyân, un témoin particulier séjourna dans ce palais et, sous le pseudonyme de «Léon l’Africain», il décrira plus tard quelques particularités de ce palais en passant sous silence nombre de détails sur les coutumes et sur l’organisation de ceux qui vivaient dans ce palais. Nous retenons cependant cette description : «Au sud de la ville, le palais royal est entouré de murailles extrêmement hautes, à la manière d’une forteresse, et qui renferment d’autres petits palais avec leurs jardins et leurs fontaines.» Tous sont d’une construction très soignée, avec une excellente architecture. Ce palais royal a deux portes, l’une qui donne sur la campagne vis-à-vis de la montagne ; l’autre à l’intérieur de la ville, où se tient le capitaine de garde.»

Ainsi, durant plus de trois siècles, le Méchouar a servi de matrice au processus de formation de l’entité algérienne dans sa dimension berbéro-arabo-musulmane et dans ses principes d’indépendance et de développement continu.

La nuit du Mouloud était célébrée au Méchouar avec une splendeur et un éclat inaccoutumés dans le monde, avant de devenir une fête populaire dont la tradition s’est transmise de génération en génération à Tlemcen et surtout dans le Touat où émigrèrent les Tlemcéniens lors de la chute des Zyanides au XVIe siècle. Une réception grandiose était donnée la nuit du 11 au 12 de Rabi’ Al-Awwal dans un des palais du Méchouar. Une profusion de coussins, de divans et de tapis garnissait l’immense salle d’apparat. Des candélabres se dressaient de proche en proche, pareils à des colonnes dressées sur des socles de cuivre doré. Chaque invité avait sa place fixée. Il y avait aussi bien de braves gens du peuple que des commerçants, des artisans, des étudiants et des notables. Des pages revêtus de tuniques aux couleurs variées circulaient parmi les convives. Tantôt ils promenaient des cassolettes et des encensoirs d’où des fumées d’ambre gris répandaient des nuages dans l’atmosphère et emplissaient les narines des assistants, tantôt ils aspergeaient d’eau de rose de sorte que chacun en eût sa part de plaisir.

Les tables par leur éclat et forme ressemblaient à des lunes. Les plats étaient pris pour des parterres fleuris. Leur vue était un régal pour les yeux et leur parfum un délice pour l’odorat. Après quoi venaient les plus beaux fruits qui puissent se voir, et enfin les gâteaux. Le Roi, assis au milieu de la salle, sur son trône, les jambes croisées, gardait le silence et l’immobilité qui sied à un monarque. Dans l’intervalle des heures, on procédait à la récitation d’abord du poème composé par le Roi. Un héraut, choisi pour la douceur de sa voix, se plaçait sur une estrade vis-à-vis du monarque et récitait ou chantait le poème en faisant sentir la mesure. Puis venaient les poèmes composés par les poètes de la cour et où chacun rivalisait d’éloquence et d’habileté à la gloire du Prophète.

Parmi ceux qui ont déclamé des poèmes mémorables en l’honneur de cette nuit du Mouloud, nous pouvons citer : Sidi Mohammed ben Youcef Al-Quîssî ; Al-Hadj Aby-Abdallah ben Aby-Djam’a et-Talâlissî, le médecin du Palais ; Abou Zakarya Yah’ia Ibn Khaldoun ; Aby-Mohammed ‘Abdel Moumen Ibn Moussa Al-Madyounî ; Abou ‘Abdallah Mohammed Ibn Ahmed Ibn Ya’lâ ; Aboul-Hassen ‘Ali Ibn Al ‘Attâr ; Aboul-Quacem Ibnou Maymoun Es-Senouci ; Abou ‘Abdallah Mohammed Al-Battîoui ; etc.

Un orchestre où se distinguaient les mesures du karîdj -viole – de Séville exécutait des airs de mélodies andalouses dans les intermèdes. L’objet de curiosité à tous était le coffre de la Magana qui était orné de figures d’argent d’un travail très ingénieux. Sur le plan supérieur de l’appareil, s’élevait un buisson sur lequel était perché un oiseau avec ses deux petits sous les ailes. Un serpent, sortant de son repaire situé au pied de l’arbuste, grimpait lentement vers cet oiseau, pour s’emparer des petits. Sur la partie antérieure, il y avait dix portes, autant que l’on compte d’heures dans la nuit. A chaque heure, une de ces portes tremblait et faisait entendre un frémissement aux deux extrémités latérales où se trouvaient deux autres portes plus hautes et plus larges que les autres. Au-dessus de toutes ces portes et près de la corniche, l’on voyait le globe de la lune qui se mouvait sur une trajectoire et représentait exactement la marche naturelle que cet astre suivait alors dans la sphère céleste pendant cette nuit.

Au commencement de chaque heure, au moment où la porte qui la représentait, se trouvant placée au centre, faisait entendre son frémissement, deux aigles sortaient tout à coup par les deux grandes portes, chacun d’eux tenant à son bec un poids de cuivre, qu’ils laissaient tomber avec eux dans un bassin en cuivre. Ces poids entraient par un trou qui était pratiqué dans le milieu du bassin et roulaient dans l’intérieur de l’horloge.

Alors le serpent, qui, parvenu au haut du buisson, poussait un sifflement aigu et mordait l’un des petits oiseaux, malgré les cris du père. A ce moment, la porte, indiquant l’heure qui se terminait s’ouvrait toute seule, il en sortait une jeune fille, à la taille prise dans une ceinture, aussi gracieuse qu’il se puisse voir. De la main droite, elle présentait un feuillet où le nom de l’heure se lisait à travers une petite pièce écrite en vers ; la main gauche, elle la tenait placée sur sa bouche comme pour saluer.

Cette horloge était l’oeuvre de l’ingénieur en automates de l’époque, le très célèbre Aboul-Hassan Ali ben Ahmad Ibn Al-Fahhâm qui fut le plus savant de son temps dans les sciences mathématiques, féru de géométrie et de mécanique, formé à l’école d’Ibn en-Nejjar et qui avait déjà réalisé aussi l’horloge d’Abou ‘Inân à Fez dont on voit encore les vestiges sur les murs qui font face à la médersa Al-Bou’naniyya. Il fut récompensé par les rois de ces pays, qui lui servirent une rente de mille dinars en or, fournie par les gouverneurs des provinces. Ce n’est qu’après avoir présidé à la prière en commun du fadjr dans la mosquée du Méchouar, que le Roi se retirait dans ses appartements. *par Mohammed Baghli -  Ingénieur consultant..(Paru dans le Q.d’O.)

****************

**colloque international sur «Sidi Boumediene….C’est devant un public clairsemé que prendront fin dans la matinée de jeudi dernier (04.03.2010.) à la maison de la culture les travaux du colloque international initié sous le thème «Sidi Boumediene, une voie, une œuvre» qui aura duré deux jours. Une clôture qui se déroulera en l’absence des autorités locales. «C’est un travail d’actualité qui nous donne la solution métaphorique à la condition humaine dans un monde marqué par la technicité en quête d’un sens à la vie», devait souligner M. Sari Ali Hikmet quant à la finalité de ce genre de rencontre. Ce dernier, médecin de son état, représentant local de l’UNZA, par ailleurs manager de ce colloque, choisira de parler dans sa communication de la personnalité de Sidi Boumédiene sous un angle littéraire: «Pour moi, Sidi Boumédiène, en tant que soufi, c’est un poète». Définie dans ce contexte comme étant une puissance du langage, une capacité de créer, la poésie traduit un cheminement vers la Lumière, selon lui.

 Notons que le Dr Sari est l’auteur du scénario du film «Voyage au coeur des zaouïas d’Algérie» projeté en avant-première en marge des travaux. Son réalisateur, Mrah Abdellatif, gérant d’une boîte de communication, est celui-là même qui fit le portrait de cheikh Ghaffour ainsi que celui de cheikh Larbi Bensari au titre de «Alger, capitale de la culture arabe 2008».

 La communication «La présence d’Abû Madyan dans l’enseignement d’Ibn Arabi» du Pr Denis Gril d’Aix-en-Provence sera suivie avec un grand intérêt. «Le problème quand on aborde la personnalité d’Abu Madyan est la contradiction relative entre d’un côté le rôle éminent, capital qu’il a joué dans l’émergence d’un soufisme andalou maghrébin, à l’époque almohade, s’affirmant comme tel et étendant son influence dans tout l’Occident musulman mais aussi au Proche-Orient, en Egypte tout particulièrement, et de l’autre le manque relatif d’information sur sa vie et surtout sur son enseignement…», dira-t-il en guise d’entrée en matière. Celle du Dr Zaïm Khenchlaoui, directeur de recherche au CNRAPH (Alger) polarisera également l’attention de l’assistance. Et pour cause. Dans le «Le Wakf de Sidi Boumediène à El Qods», l’orateur fera la genèse de la disparition tragique de «Haret el maghariba» (attenante à Hayt el bouraq dit mur des lamentations) à travers la spoliation des terres agricoles:(40 dolmen, soit 1.000 m²) en 1948 et la destruction des maisons en 1967 (140 habitations abritant 650 personnes)… Il ne manquera pas d’évoquer la mission de l’UNESCO dépêchée en 2007 à El Qods, qui comptait parmi ses membres Mounir Bouchenaki. «Si sur le plan militaire, on a perdu la guerre (avec Israël, n.d.l.r.), on a gagné en revanche une bataille juridique et morale avec ce rapport technique…», conclura-t-il. Le Dr Benbrika Mohamed d’Alger, un expert en soufisme, montrera l’intersection des enseignements des écoles de «Sidi Boumediène et Sidi Abdelkader El Djilani» à travers une intervention axée autour de l’unicité (et la loi), l’éternité (et la pérennité) et l’unité de l’existence. Le Dr Hedhil Maâmar de l’université de Tunis optera pour le thème de «La quête de l’altérité dans la poésie de Sidi Boumediène» qu’il développera à travers trois axes: la clarification, la quête et la conquête. Le Dr Chalane Mohamed Omar, président de l’UNZA, fera l’historique du ribat (architecture et organigramme) dans le cadre de ce qu’il appellera «le soufisme pratique». A noter la participation du Pr Mustapha Cherif, ancien ministre, ex-ambassadeur. Dans sa communication intitulée «La fonction du maître», l’orateur exposera les vertus cardinales de la voie soufie basée sur le scrupule, l’humilité et la droiture avant d’évoquer les trois stations par lesquels passe l’aspirant à Dieu: la soumission, la foi et la magnanimité. L’hôte aurait mis à profit son séjour à Tlemcen pour visiter à titre privé le mausolée de son ancêtre Sidi Kheladi (disciple de Sidi Benyoucef, saint patron de Miliana) se trouvant au sein même de la résidence du wali au quartier El Fekharine. «On devrait réhabiliter le m’qam», nous dira-t-il en aparté. Quant à l’épitaphe qui se serait déposée au musée de Tlemcen, il suggère qu’on en fasse une réplique…

 Parmi les invités de marque (VIP), citons cheikh Abdelatif Belkaïd de la zaouïa éponyme d’Oran (qui aura droit à un sonore exclusif de la station de télévision régionale), Taleb Bendiab Choaïb, ancien ambassadeur, M. Bensenane, ex-wali, membre de la fondation Emir Abdelkader, outre le Dr Mamoun Hamdaoui (communicant), directeur du Centre culturel islamique d’Alger… Notons l’absence de cheikh Ghaffour. Il faut mentionner que le colloque péchait par un escamotage de la plage réservée au débat (censure ?), une carence en matière de «communication» (absence de traduction par rapport aux cheikhs monolingues), une utilisation parcimonieuse, parfois défaillante des NTIC (data show) et une distribution inéquitable du temps imparti aux communications. En outre, les présidents de séances sollicitaient à chaque fois les communicants de bien vouloir laisser une copie du document pour une éventuelle publication des actes (inscrite dans la classique liste des recommandations). (Quotidien d’Oran-06.03.2010.)

210 réponses à “El-Mechouar(Tlemcen), un véritable trésor”

1 9 10 11
  1. 23 04 2017
    spas a adelaide (06:21:30) :

    Excellent, I’m happy to see this content on the internet

    http://www.spasaadelaide.com.au/

  2. 19 04 2017
    jerseys|wholesale nfl jerseys|jerseys china} (05:06:48) :

    Hi, I would like to subscribe for this webpage to get most recent updates, thus where can i do it please help out.

    http://www.wholesalejerseyschina.us.com{wholesale

  3. 17 04 2017
    Lynna Crabtree (03:56:10) :

    Enjoyed looking at this, very good stuff, regards . “What the United States does best is to understand itself. What it does worst is understand others.” by Carlos Fuentes.

    http://www.RNXjAvnzt9.com/RNXjAvnzt9

  4. 16 04 2017
    Heriberto Dewing (19:58:48) :

    This excellent website truly has all of the information I needed concerning this subject and didn’t know who to ask. |

    http://www.RNXjAvnzt9.com/RNXjAvnzt9

  5. 15 04 2017
    Tiffaney Gorin (17:21:51) :

    It is difficult to find good quality material, as that is expressed in this text. I hope that you continue to publish elements at this level and to keep it!

    http://www.sobretarot.com/tarot-de-hoy/

  6. 15 04 2017
    Jae Rakes (08:33:58) :

    Hello, Neat post. There is an issue together with your web site in internet explorer, could test this¡K IE nonetheless is the marketplace leader and a good element of other people will miss your fantastic writing due to this problem.

    http://www.ka9WlMbCRM.com/ka9WlMbCRM

  7. 14 04 2017
    Patricia Sikkila (23:24:41) :

    What’s up to every body, it’s my first pay a visit of this website; this web site carries remarkable and in fact good stuff in support of readers.|

    http://www.C14eodneUz.com/C14eodneUz

  8. 12 04 2017
    Barney Juaire (01:16:32) :

    I am continually browsing online for articles that can assist me. Thank you!

    http://www.RNXjAvnzt9.com/RNXjAvnzt9

  9. 11 04 2017
    Rocky Framer (06:45:27) :

    I would like to thank you for the efforts you have put in writing this web site. I’m hoping the same high-grade blog post from you in the upcoming also. In fact your creative writing abilities has encouraged me to get my own website now. Actually the blogging is spreading its wings fast. Your write up is a great example of it.

    http://www.AgA7Ed81p2.com/AgA7Ed81p2

  10. 11 04 2017
    Blair Antolin (02:28:54) :

    obviously like your web site however you have to take a look at the spelling on quite a few of your posts. Several of them are rife with spelling problems and I in finding it very troublesome to tell the truth then again I will surely come again again.

    http://www.RNXjAvnzt9.com/RNXjAvnzt9

1 9 10 11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...