Docteur Ahmed Aroua

*Homme de science vertueux et un islamologue réfléchi

«Le docteur Aroua était un poète et avait la maîtrise des deux langues, l’arabe et le français… Peu de gens savent qu’il était un poète engagé. C’est en effet lui qui a composé au camp de Bossuet en 1957 ‘‘le chant des travailleurs’’, le futur hymne de l’UGTA, à la demande du regretté Aïssat Idir.»

************************************

*Ahmed Aroua, savant algérien et musulman 

11 mai 1926–27 février 1992 

Patriote convaincu, homme de science et de religion, poète, Ahmed Aroua fait partie des brillantes personnalités nationales qui ont marqué l’histoire contemporaine de l’Algérie, telle est la conclusion à tirer de la conférence-débat que lui a consacré le Haut conseil islamique, hier après-midi, en présence de nombreuses figures nationales, historiques, culturelles et religieuses. 

Animée par le Dr Saïd Rahmani, enseignant à l’université Emir Abdelkader de Constantine, en présence du Dr Cheikh Bouamrane, président du Haut conseil islamique, la rencontre a permis au conférencier d’évoquer la vie et l’œuvre du défunt savant, notamment ses intéressantes études sur l’islam ainsi que les idées principales qui ont marqué son parcours intellectuel. Dans ce contexte, il a cité le témoignage de nombre de sommités arabes, telles que le Pr Fouad Sislin et cheikh El Ghazali, reconnaissant un grand mérite aux travaux de réflexion et d’étude sur l’islam, menés par le défunt Pr Ahmed Aroua. C’est le cas des rapports de notre religion avec la démocratie, avec la science, avec la vie quotidienne, la prévention des maladies et autres thèmes d’actualité, comme la contraception et la morale des sexes. Le Dr Saïd Rahmani s’est fait un point d’honneur en soulignant aussi la grande qualité de la réflexion de Ahmed Aroua sur les divers aspects du “fiqh coranique”, qui a ouvert de ce fait de nouvelles pistes de recherche scientifique. 

Un débat court mais instructif s’est instauré ensuite dans la salle, permettant aux participants d’évoquer la précieuse contribution du défunt aux nombreux colloques sur la pensée islamique, aux émissions radio et TV, notamment.

 **Biographie du Dr Ahmed Aroua
Né le 11 mai 1926 à Mdoukal (Batna), le docteur Ahmed Aroua est décédé le 27 février 1992 à Alger, en laissant l’image d’un patriote convaincu, d’un homme de bien, de science, de foi et de dialogue. Après des études primaires à Koléa, secondaires à Alger et Orléans (France), Ahmed Aroua décroche son doctorat en 1955 à la faculté de médecine de Montpellier et entame sa carrière à Belouizdad (ex-Belcourt), où il fut témoin des glorieuses manifestations du 11 Décembre 1960, en soignant les nombreuses victimes de la soldatesque coloniale. Très jeune, il adhère au PPA clandestin et fonde avec 4 militants nationalistes le groupe scout Emir Khaled de Belcourt. Ensuite, il a intégré la section sanitaire du FLN et ce, jusqu’à son arrestation en 1957, et sa détention dans divers camps de concentration coloniaux comme celui de Bossuet, où il composa l’hymne de l’UGTA. Après sa libération, Ahmed Aroua se consacre à la médecine jusqu’à l’indépendance. En 1971, il intègre le secteur de la santé publique et occupe divers postes de responsabilité au ministère et à l’INSP, tout en gravissant les échelons jusqu’à devenir professeur de médecine sociale. Il publie un livre sur l’hygiène et la prévention intitulé La prévention chez Ibn Sina. En 1989, il est nommé recteur de l’université islamique Emir Abdelkader de Constantine. 

Plus qu’un militant nationaliste, plus qu’un médecin, Ahmed Aroua a été également un fin observateur de l’évolution de la société islamique à laquelle il consacra plusieurs essais notamment L’Islam et le socialisme, L’Islam et la démocratie, L’Islam et la contraception et L’Islam et la morale des sexes. Auteur d’un recueil de poèmes, le défunt s’est fait connaître en Algérie et à l’étranger en animant de nombreuses conférences sur l’islam vrai, l’islam tolérant et ouvert sur la modernité. *El moudjahid- Juin 2009

*********************************

ملف:014 Dr Ahmed AROUA 007.jpg

–Parmi ses oeuvres:

*L’Islam à la croisée des chemins

**Islam et démocratie

Docteur Ahmed Aroua

**Comme les fleurs de cactus

**Hygiène et prévention médicale chez Ibnou Sina Avicenne

**L’Islam et la science

** Qu’est-ce que l’Islam?

 «L’Islâm n’est pas le chemin que l’on parcourt avec ses pieds, mais avec son coeur.» (Ibn Al-Djaouzi [1116-1200])

Il n’empêche que dans son ouvrage intitulé Docteur Ahmed Aroua, mon ami (*), le docteur Messaoud Djennas nous confie une émouvante et authentique «affirmation d’une fidèle amitié». C’est chose extrêmement rare dans notre littérature, tous genres confondus. Et, ici, il ne s’agit évidemment pas seulement d’un bel élan de sentiment d’un confrère envers un confrère, – Messaoud Djennas, professeur agrégé en ophtalmologie en 1967, éminent chef du service d’ophtalmologie du CHU Issad Hassani de Beni Messous, à la retraite depuis 1991 et Ahmed Aroua, docteur en médecine, décédé «d’une longue et cruelle maladie, le 27 février 1992 à Alger». Ils ont été – l’un, né à El Aouana, commune côtière à 20 km de Jijel, le 15 octobre 1925; l’autre, né à M’doukal, près de Barika, le 11 mai 1926 – tous les deux militants nationalistes en des temps durs de la lutte de Libération nationale et, à l’indépendance, de grands praticiens de santé publique et de grands amis.

*Toute une histoire d’amitié

Plus précisément, très admiratif de l’action scientifique, culturelle et cultuelle de son ami, et le citant ainsi comme exemple d’intellectuel algérien moderne, Messaoud Djennas a entrepris «de retracer la vie et l’oeuvre d’une personnalité aussi riche, lit-on dans l’Avant-propos, que celle de Aroua.» Aussi, l’auteur nous raconte-t-il – je dirais presque à mi-voix, n’était son ardeur naturelle, que ses amis lui connaissent et lui reconnaissent, à exprimer ses sentiments les plus profonds, c’est-à-dire les plus intimes – non pas seulement un souvenir, mais toute une histoire d’amitié élaborée dans les soubresauts d’un monde alors empêtré dans les crises multiples de systèmes politiques différents, opposés, belliqueux, conquérants et matérialistes. Que pouvait-on choisir entre le colonialisme spoliateur, le racisme invétéré, l’impérialisme arrogant, le fascisme, le nazisme, et le toutime?… N’allons pas plus loin.
Revenons à l’évocation de «la mémoire du Docteur Aroua», son nom pourrait se traduire par «Il se désaltère» ou] «Il désaltère [quelqu'un]», – ce qui me paraît convenir à l’homme généreux qu’il fut. Le professeur Djennas, déjà fort de ses précédentes publications (Vivre, c’est croire; Algérie, Résistance et Épopée; La Saga des Rois numides), éprouvé lui-même par diverses expériences d’homme de conscience face aux vicissitudes de notre société qui ne cesse de se battre et de se débattre pour construire son avenir, lance à qui peut ou veut l’écouter cette réflexion partagée par tous les fiers et justes Algériens: «Mon profond souhait est de voir le présent ouvrage contribuer, si peu que ce soit, à travers l’évocation d’une vie exemplaire [...] à l’émergence d’un code moral dont notre jeunesse, quelque peu déboussolée par les incohérences et les turpitudes de notre système politique, ainsi que par les grands bouleversements qui affectent nos régions, a le plus grand besoin. Est-ce trop demander, alors que nous vivons une phase exceptionnelle de l’Histoire de l’Humanité à l’ère de l’Internet et du Facebook, où toute information se répand à la vitesse du son, avec des effets mobilisateurs aux conséquences souvent imprévisibles?» Voilà une alerte sérieuse sous nos yeux, récurrente et perçue par tous, mais qui ne semble pas inciter beaucoup à s’engager pour éveiller les consciences précisément indispensables à l’édification du bonheur de notre société. Et pourtant, l’Histoire de l’Algérie est assez riche d’exemples populaires à la fois pleins d’héroïsme et d’humanisme, et héroïsme et humanisme sont une seule et même chose dans la sainte idéologie algérienne…

Messaoud Djennas nous présente Ahmed Aroua, son ami. De chapitre en chapitre – l’ouvrage en compte six, plus des «Annexes» et huit pages de photos illustratives en hors-texte) nous apprenons à connaître cet Algérien par ses oeuvres, ses positions d’homme de conviction dans ses domaines de prédilection (littérature, sciences médicales et islamiques), d’autres le redécouvriront homme de lettres, parfaitement bilingue (arabe et français). Il a été essayiste scientifique vertueux et islamologue réfléchi, ayant publié: L’Islam à la croisée des chemins (dont j’ai fait une note de lecture en son temps, en 1969, dans le quotidien national El Moudjahid); Islam et démocratie; Comme les fleurs de cactus; Hygiène et prévention médicale chez Ibnou Sina Avicenne; L’Islam et la science; Qu’est-ce que l’Islam? Poète engagé, le docteur Aroua a écrit, entre autres textes, «Le Chant des travailleurs» pendant sa détention dans le camp de Bossuet en 1957. Ce chant est devenu «L’hymne de l’UGTA à la demande du regretté Aïssat Idir», rappelle Djennas.

*Un islamologue reconnu

Ensuite, il avise sereinement encore sur son choix d’évoquer le docteur Ahmed Aroua, son ami dont il n’hésite pas à faire souvent précéder le prénom par «Sî», un titre significatif de respect et de considération pour la personne à qui l’on parle ou de qui l’on parle. «J’aimerais, déclare-t-il, être très clair sur un point de doctrine: si l’amitié qui m’a uni au Dr Aroua pendant près d’un demi-siècle n’a pas connu le moindre nuage, tant nos personnalités ont été complémentaires et nos conceptions de la vie très proches, cette amitié n’empêcha pas que sur le plan du rôle de l’Islam dans la société – au-delà donc d’une pratique individuelle -, nos idées aient été quelque peu différentes. Je m’explique. Aroua est un islamologue reconnu. Il se distingue cependant de beaucoup d’autres islamologues, – arabo-musulmans, chrétiens ou libres penseurs – non seulement par une conformité rigoureuse de sa vie privée et sociale avec les valeurs morales de l’Islam, mais aussi par sa grande ouverture d’esprit, sa tolérance, son esprit rationnel et scientifique.[...] Bref, Aroua se situe dans la lignée des grands réformateurs de l’Islam, notamment cheikh Mohammed Abdou, Djamel Eddine el Afghani, Iqbal [...]. À mon humble avis, l’Islam à visage humain, vécu quotidiennement par Aroua jusqu’à son dernier souffle [...] peut apporter des éléments d’analyse et de probabilité quant à l’universalité d’un Islam rénové susceptible de répondre aux grands défis de l’Histoire, comme annoncé par Malek Bennabi dans les années 40 et prôné par Aroua un demi-siècle après…»
Et nous voici sur les chemins qui forment le parcours du docteur Aroua: Enfance et adolescence, Étudiant à Montpellier (France), Le patriote et le médecin, L’homme de science et de lettres, L’islamologue, L’ami et l’homme, un destin inachevé?… Dans les «Annexes», on lira des extraits de «L’homme de lettres»: des poèmes de circonstance (Mohammed Belouizdad; Le Chant des travailleurs; Le chant de la jeunesse; Le chant des révoltés; Fleurs des champs; Panoramas, Au-delà des barrières, La valse de l’atome, Charnier,… On retiendra la profondeur expressive de ces vers: «Non? L’homme n’est pas un monstre / Le monstre? / C’est l’Homme.» Plusieurs textes (extraits des oeuvres d’Ahmed Aroua et de divers documents (conférences, articles de presse, contributions) nous remémorent «L’islamologue»: Qu’est-ce que l’Islam? Islam et démocratie; L’Islam à la croisée des chemins; L’Islam et la laïcité; L’Islam et l’Occident; Islamologie et Islamisme; Évocation: le Dr Ahmed Aroua, 10 ans après,… Une grande vérité émerge de toutes les réflexions du docteur Aroua et se confirme dans l’actualité, elle est dans ces quelques lignes extraites de l’introduction à son livre L’Islam à la croisée des chemins»: «Mais l’Islam se trouve en face d’une situation mondiale qui exige de lui un remaniement colossal dans son contenu et dans son expression. Il ne s’agit pas d’une mise en question, mais d’une remise en ordre, qui est le point de départ d’une nouvelle étape évolutive, d’une nouvelle affirmation de son existence et de sa mission.»
Le professeur Messaoud Djennas s’est livré, en tout état de cause, en «homme fin instruit et intelligent» (plus puissant que ce dicton atinî fâham ou Allah lâ aqrâ’) à un genre de littérature inédit chez nous. Son ouvrage Docteur Ahmed Aroua, mon ami est, plus qu’un éloge, plus qu’un hommage, une admirable reconnaissance des bienfaits d’une amitié tout en la maintenant encore en vie, et il l’enseigne comme un repère à la jeunesse algérienne avide d’une instruction et d’une formation, de progrès et de justice, de bonheur et de fraternité pour tous. J’ai en tête, mais hélas, sans références sûres, ces paroles d’un poète arabe dont le nom m’échappe maintenant: «Salâmoun alâ d-douniâ idhâ lam yakoun bihâ çadîqoun çâdiqou louadi mounfiâ, Que je dise salut (adieu) au monde où point ne se trouve un ami qui tienne ferme sa bien utile promesse!»
En ce début du mois sacré de Ramadhâne (Qu’Allah nous comble de ses faveurs immenses), j’ai cette citation: «L’Islâm n’est pas le chemin que l’on parcourt avec ses pieds, mais avec son coeur.» (Ibn Al-Djaouzi [1116-1200]). Bon Ramadhâne à mes lecteurs musulmans.*L’Expression-Par Kaddour M’HAMSADJI - Mercredi 02 Juillet 2014 

Quand l'homme construit l'amitié de l'homme

*Quel bel hommage que celui rendu par le docteur Messaoud Djennas à feu Ahmed Aroua, disparu en 1992, à travers ce livre ! Photos, anecdotes, souvenirs à deux, ouvrages… L’auteur nous dit tout sur son fidèle ami. «J’ai un cancer du poumon»… Un soir d’octobre ou de novembre 1991, je reçois un coup de fil de Si Ahmed, qui m’annonce d’une voix étranglée la grave affection qu’on venait de déceler chez lui… «C’est très dur», me dira-t-il d’une voix à peine audible, quelques jours avant la date fatidique du 27 février 1992» (page 137). Dr Djennas a fait la connaissance d’Ahmed Aroua dans les années 1940 lorsque sa famille, originaire de M’doukal (wilaya de Batna), s’installa à Alger après une petite transition par Koléa. Leur amitié s’est renforcée à partir de 1948 sur les bancs de l’université de médecine à Montpellier (France). A travers ce livre, l’auteur revisite l’œuvre de son ami. Homme de lettres, poète, islamologue, humaniste et scientifique, le docteur Aroua jouait sur plusieurs registres à la fois. Ainsi à propos de sa fibre poétique, Messaoud Djennas écrit :«Le docteur Aroua était un poète et avait la maîtrise des deux langues, l’arabe et le français…Peu de gens savent qu’il était un poète engagé. C’est en effet lui qui a composé au camp de Bossuet en 1957 ‘‘le chant des travailleurs’’, le futur hymne de l’UGTA, à la demande du regretté Aïssat Idir… L’hymne de l’UGTA sera magistralement mis en musique par le futur chef d’orchestre de la RTA, Haroun Rachid, qui était également interné à Bossuet.» (P. 144-145).
L’auteur évoque l’engagement de son ami : «C’est du balcon de son cabinet, sis dans un immeuble jouxtant l’ex-Monoprix de Belcourt, que Si Ahmed pu voir les grandioses et historiques manifestations du 11 décembre 1960… Il y eut de nombreux morts et Si Ahmed pris en charge les blessés qu’on lui amenait.» (P.145).
Né le 15 octobre 1925 à El Aouana (wilaya de Jijel), Messaoud Djennas a dirigé le service d’ophtalmologie du CHU de Beni-Messous de 1971 jusqu’en 1991. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages (mémoires, essais, réflexions).
Sabrinal*lesoirdalgerie.mercredi 27 novembre 2013

*Docteur Aroua mon ami de Dr Messaoud Djennas. Casbah Editions. Année : 2013. 202 P. 750 DA.

***************************************

8 réponses à “Docteur Ahmed Aroua”

  1. 7 04 2017
    Marina (19:38:22) :

    Remarkable! Its really amazing article, I have got much clear idea regarding from this post.

    Also visit my blog post manicure

  2. 28 06 2016
    fastening tools (13:35:38) :

    How to make old computer a client of new vista computer?

    http://toolmart.eu/eng_m_Fastening-Tools-167.html

  3. 3 12 2015
    maha kumbh mela (00:26:55) :

    I found myself browsing above google and i also located your site. Properly in fact expressing I like your internet site along with your internet site design. I appearance several web sites plus they will not seem so easy to use and color you might be making use of it packages your internet site. Carry on doing it.

    http://gurubhakti.org/kumbh/simhasth-ujjain-maha-kumbh-2016/

  4. 16 10 2015
    Happy New Year 2016 Image (21:06:46) :

    Properly this is extremely fantastic post along with helpfull to every person. I do believe everyone should read this post whilst keeping sharing it. Thanks and keep on writting.

    http://happynewyear2016hdimageswihshes.com

  5. 11 10 2015
    Top 10 Car (06:27:30) :

    I need to earn a little extra money and I am a very opinionated person so I feel like writing blogs would be a good start to making some extra cash. I am a full time college student and I also have a $20 hour a week job but I am still having problems making ends meet. Thanks for any help!.

    http://www.topmotorcar.com/

  6. 9 10 2015
    Happy New Year 2016 images (21:59:22) :

    I’ve recently started a webcomic. After viewing some of my favorite other webcomic sites I noticed that they had a ? in every comic posted. My questions are: Do you have to Copyright a webcomic? Is it as simple as just typing in a ? into every comic or do I have to register something somewhere?.

    http://www.happynewyear2016hdimageswihshes.com

  7. 18 06 2015
    sdorttuii plmnr (14:30:11) :

    Great post. I was checking constantly this blog and I’m impressed! Extremely helpful info particularly the last part :) I care for such info a lot. I was looking for this certain info for a very long time. Thank you and best of luck.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  8. 15 06 2015
    sdorttuii plmnr (20:21:00) :

    Thanks for every one of your work on this web site. My mom delights in engaging in investigations and it’s obvious why. Most of us notice all of the compelling ways you deliver helpful guidance on your blog and even cause response from the others on this content so our favorite girl is learning a great deal. Have fun with the rest of the year. You are performing a useful job.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...