Institut régional de formation musicale-Oran

**Institut régional de formation musicale d’Oran

*Adresse : 21 Boulevard Abderahmane Mira – Oran

Tel: 041.39.17.28

Fax: 041.39.17.28

*Conditions d’accès :

L’accessibilité à l’institut régional de formation musicale est réservée aux :

• Candidats ayant suivi la classe de neuvième année (9éme) de l’enseignement fondamental âgés de dix sept (17) ans au moins à la date du concours sur épreuves .

• Candidats âgés de moins de vingt (20) ans à la date du concours d’entrée et ayant suivi la troisième année de l’enseignement secondaire (3 A-S) dont les aptitudes musicologique sont en adéquation avec la formation dispensée peuvent être admis sur concours sur épreuves en troisième année de formation des instituts régionaux de formation musicale.

**Durée de la formation : Six (06) ans d’études dont.

• Une première phase de trois années d’études générales, qui servira à l’initiation et l’acquisition de connaissances fondamentales en musique, et correspond au cycle de formation secondaire.

• Une deuxième phase de trois années d’études spécialisées en musicologie, qui servira à l’approfondissement et la consolidation des connaissances (théorique, technique et méthodologique)

Spécialités : Violon. Alto. Flûte. Trompette. Basson. Piano. Percussion. Hautbois. Guitare. Saxophone…, Chant- Education Musicale.

*Annexes : Tlemcen – Bechar – Rélizane- Sidi Bel Abbés 

****************************************

*Abbad Mohamed. Directeur de l’ Institut régional de formation musicale d’Oran

«La musique doit être prise en charge dès le jeune âge»

*En entrant à l’Institut régional de formation musicale d’Oran, on ressent que ce lieu revit…

***Depuis une vingtaine d’années, ce lieu portait uniquement le nom d’Institut régional de formation musicale. Il y avait des professeurs, une administration. Que sur le papier. Mais sur le plan organisationnel et pédagogique, il y avait un laisser-aller. Aucune structure pédagogique. Il n’y avait pas d’engouement. Je pense qu’Oran a été victime de cet état de fait. Au fil des années, la situation s’était détériorée. Aussi, les gens en ont pris conscience. Cela ne veut pas dire que je suis venu avec la prétention de «sauveur».

*Vous enseignez aussi au sein de cet établissement…

***Bien que je sois le directeur de cet établissement, je viens d’ouvrir une classe de hautbois. Car je suis chef du pupitre des hautbois au sein de l’Orchestre symphonique national (OSN). On n’a jamais enseigné le hautbois ici. D’ailleurs, je donne mon cours de hautbois dans mon bureau.

*Vous voulez activer une nouvelle impulsion…

***Je suis venu ici avec un nouveau chantier. Tout assumant «l’héritage» de problèmes énormes. Donc j’ai temporisé pendant huit mois. Le neuvième, j’ai commencé à procéder au changement. C’est-à-dire à structurer la comptabilité, le personnel et le volet pédagogique. Je remercie Mme Moussaoui, directrice de la culture, ainsi que Zaâlane Abdelghani, wali d’Oran, et Mme Rabhi, directrice de la formation au niveau du ministère de la Culture, qui m’ont ouvert toutes les portes et soutenu quand je suis venu ici.

*Justement, vous abordez ce changement par le côté pédagogique….

***Absolument. Je viens de réformer les programmes des instruments et les adapter aux normes universelles. Aussi ai-je provoqué des réunions avec les enseignants concernés.

A savoir ceux de trois départements : instruments et chants, théorie et histoire de la musique (solfège, harmonie, contre-point…) et instruments à cordes. Avec le concours de mes amis violonistes et violoncellistes d’Alger, nous avons établi un nouveau programme. Je l’appelle «la réforme des programmes de l’IRFM d’Oran». C’est-à-dire qu’à la rentrée scolaire et universitaire 2016-2017, on va commencer à adopter cette nouvelle méthode basée sur des principes universels.

*L’âge des élèves varie entre 16 et 20 ans. Alors que cela devrait se faire très tôt…

***Oui, c’est anormal. Puisque vous le soulignez. J’ai ouvert une école dispensant des cours aux amateurs chaque mardi après-midi. Ils viennent apprendre le solfège, font de la flûte à bec, du piano…Nos élèves, avant de venir ici, étaient à l’école primaire, au collège et au lycée. Cette arrivée tardive des élèves est due au manque de communication et de publicité de recrutement. A cette effet, cette année, nous avons organisé des portes ouvertes à Oran, Sidi Bel Abbès, Relizane… Il y a un léger engouement. Les élèves sont venus à l’IRFM. Le jour où je suis arrivé, il y avait 20 élèves. Aujourd’hui nous comptons 40 apprenants.

A Sidi Bel Abbès, il y avait 5 élèves, aujourd’hui 40. La politique d’ouverture de ces IRFM n’a pas été faite avec le concours des professionnels locaux. J’aurais aimé ouvrir des IRFM à Mostaganem, Tlemcen, Mazouna, pourquoi pas Béchar… L’annexe de Tiaret qui est toujours fermée, elle ne fonctionne pas. On attend toujours le décret du Premier ministre. A Oran, on va vers les élèves, on fait du porte-à-porte… Ils ont pris conscience sérieusement de la valeur de la musique.

*L’initiation à la musique classique devrait être dispensée à l’école primaire…

***Notre proposition est de regrouper des délégations ou des comités qui feront le tour des écoles primaires pour détecter les aptitudes par des tests psychotechniques. Et puis, le facteur parental, l’accord, pour l’option musicale de l’enfant. Il n’y pas de structures de ce genre. La musique doit être prise en charge dès le jeune âge ! Il est impensable de recruter des bacheliers pour devenir musiciens. On doit ouvrir des écoles spécialisées dans la musique pour les enfants.

*Les musiciens de l’IRFM d’Oran pourraient intégrer l’Orchestre symphonique national (OSN) ?

***Actuellement, il y a un professeur et trois étudiants de l’INSM originaires d’Oran qui ont rejoint l’Orchestre symphonique national. Il y a une nouvelle génération qui commence à participer et être musicien permanent au sein de l’OSN. Timidement mais sûrement.

*Les musiciens de l’IRFM donnent-ils des concerts localement  ?

***Oui. Nous avons un petit groupe regroupant des professeurs et des étudiants. Ils ont participé à de nombreux événements locaux. On travaille aussi avec l’Institut français d’Oran. On fait des masters classes.*K. Smail / el watan/ *lundi 28 mars 2016

*******************************

Institut régional de formation musicale-Oran fest04

fest01

fest06

arton17021-85751

**********************************

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...