Les fleurs du bien

Herbiers de grands-mères et manuels d'herboristes deviennent, pour les laboratoires, une extraordinaire source de substances pour des médicaments de pointe.
Herbiers de grands-mères et manuels d’herboristes deviennent, pour les laboratoires, une extraordinaire source de substances pour des médicaments de pointe.

La nature est meilleure chimiste que l’homme. Elle recèle une véritable armoire à pharmacie que l’on redécouvre aujourd’hui. Après l’ère du médicament de synthèse, 100% chimique, beaucoup sont tentés par des traitements plus naturels. Issus d’un jardin thérapeutique où tout ne serait qu’«ordre et beauté, luxe, calme et volupté»…

Les fleurs du bien dans actualité coeur- Passiflore, valériane, lavande ou violette… ne composent pas seulement un joli bouquet champêtre. Elles constituent également des remèdes pour nombre de nos maux quotidiens. Alors que l’écologie est en vogue, on semble redécouvrir les propriétés médicinales de notre flore, après des décennies de désamour. Il était temps de mettre fin à cette méprise linguistique populaire qui avait insidieusement transformé les remèdes ancestraux de bona fama - en latin «de bonne réputation» – en remèdes de «bonne femme», reléguant ainsi les potions d’Hippocrate au rang des modestes recettes de Rika Zaraï. Tout un symbole…C’est pourtant depuis la nuit des temps que l’homme collecte dans la nature de quoi se soigner. Déjà, les Egyptiens connaissaient les effets diurétiques de la scille et les pouvoirs calmants de l’opium, extrait du pavot. Le premier «traité de médecine», le Papyrus Ebers, date de 1600 ans avant notre ère et recense 800 préparations à base de plantes et de minéraux. Une médecine naturelle qui n’a cessé de s’enrichir au fil du temps et des cultures, par tradition orale mais aussi par tradition écrite, avec les ouvrages d’Hippocrate, de Pline l’Ancien, de Galien, puis des ecclésiastiques du Moyen Age, qui cultivaient dans leurs monastères leur jardin des simples. Les médecins perses et arabes, puis les grandes expéditions vers l’Orient et l’Amérique sont venus étoffer cette science empirique… Aujourd’hui encore, plus de la moitié des médicaments utilisés ont une origine végétale.

Mais comment les Anciens, dotés de moyens plus que rudimentaires, ont-ils pu percer le secret de ces végétaux? En se plantant devant et en les observant des siècles durant. Jusqu’à élaborer une théorie déconcertante, fondée sur la signature des plantes, que Paracelse (médecin et alchimiste suisse du XVIe siècle) va populariser: similia similibus curantur (les semblables soignent les semblables). Une plante manifesterait par un signe les propriétés qu’elle possède ou l’organe qu’elle soigne, signe que seuls les sages savent interpréter. Ce peut être dans sa forme, sa couleur ou son mode de vie. Un modelé cordiforme pourrait révéler des vertus généreuses pour le cœur, une teinte pourpre signifier une action sur la circulation sanguine, un terreau froid et humide annoncer un effet anti-inflammatoire. Dame Nature est facétieuse. Le remède se mérite. Il faut d’abord résoudre l’énigme.

« C’est ainsi, raconte le Pr Jean-Marie Pelt, botaniste et président de l’Institut européen d’écologie, qu’au XVIII e siècle, le révérend britannique Edward Stone remarque que le saule ne semble pas souffrir de pousser les pieds dans l’eau. Se fondant sur la doctrine des signatures, il présume que l’écorce du saule pourrait protéger des refroidissements. »

Effectivement, celle-ci est dotée d’une molécule, la salicyline, révélée bien plus tard, et efficace contre les états fiévreux. Cette même molécule fut repérée dans les bourgeons de la délicate reine-des-prés, qui s’épanouit sur les terres humides. Elle offrira l’acide salicylique, à l’origine de l’aspirine.

« La flore est enracinée dans son environnement, et doit donc s’y s’adapter, en développant des défenses pour se prémunir des prédateurs et autres facteurs de risques pour sa survie », explique Claude Fromageot, directeur du centre de recherche Yves Rocher. Et la plante de sécréter sucs, corpuscules et autres floricoles qui servent à la protection de son organisme… comme du nôtre.

A notre époque encore, chercheurs et botanistes utilisent cette approche pour pister des particules aux propriétés prometteuses. C’est après avoir noté que l’aphloïa possédait de forts concentrés de mangiférine, un composé anti-oxydant qui lui permet de résister au rayonnement solaire, qu’Yves Rocher a intégré cette plante dans ses crèmes protectrices. Mais les scientifiques disposent d’outils perfectionnés pour déceler les principes actifs bienfaisants. Et d’études scientifiques pour en attester les effets supposés. « Dans la grande majorité des cas, constate Jean-Marie Pelt, celles-ci ont confirmé les observations des Anciens. » Mais il reste beaucoup à apprendre. Sur les 800.000 espèces végétales dont 300.000 plantes à fleurs que compterait notre planète, 250.000 ont été répertoriées et à peine 3 000 étudiées. Tout un champ de connaissances à défricher et à déchiffrer.

Longtemps, la plante a été appréhendée dans son totum, c’est-à-dire dans tout ou partie de ses éléments. Sans les dissocier. Ce qui est toujours le cas, aujourd’hui, en phytothérapie. Mais les chimistes des XIXe et XXe siècles sont parvenus à isoler et à extraire des composés spécifiques des tiges, racines, feuilles ou sommités fleuries. Ils les ont traitées, modifiées pour en optimiser les vertus ou en diminuer la toxicité. Ils les ont aussi synthétisées et copiées chimiquement, avec, pour objectif, d’en contrôler les dosages et de les reproduire en quantité. La médecine a fait des pas de géant. Une nouvelle ère s’est alors ouverte.

Herbiers de grands-mères et manuels d’herboristes deviennent, pour les laboratoires, une extraordinaire source de substances pour des médicaments de pointe. Les feuilles de l’if et la pervenche de Madagascar sécrètent des alcaloïdes anticancéreux, la digitale pourprée dispose de digitaline, un excellent cardiotonique… Cette « révolution pharmacobiologique » n’a pas été sans dégâts. L’if a failli disparaître purement et simplement de la surface du globe, tant il était arraché et exploité.

C’est la ruée vers l’or vert, essentiellement menée dans les pays de la zone intertropicale, les plus riches en variétés végétales. Des nuées de chercheurs butinent la biodiversité de territoires entiers pour collecter le maximum d’échantillons. Il faut tester 100.000 molécules pour en débusquer une ou deux prodigieuses. Ils font également appel au savoir de guérisseurs. Une nouvelle science émerge : l’ethnopharmacologie, que certains comparent à l’espionnage médicinal… Le fait est que, durant des décennies, la prospection et l’exploitation végétales se sont faites au seul profit des laboratoires et des industriels, sans contrepartie pour l’Etat d’origine de la plante, jusqu’à ce que la convention de Rio impose « un partage juste et équitable des avantages découlant de l’exploitation des ressources génétiques ».

Mais, comme le déplore Jean-Marie Pelt, « il subsiste encore des entreprises qui contournent les règles du jeu et s’inspirent des molécules naturelles pour fabriquer et breveter des collections de molécules voisines ». On ne jure plus alors que par la molécule de synthèse, et l’on supprime, en 1941, le diplôme d’herboriste. La phytothérapie, jugée peu active et peu fiable, est réduite au rôle de cousin de province. C’était sans compter avec le retour en force dudit cousin, lorsqu’il fut constaté que dissocier une propriété des autres pouvait engendrer un déséquilibre et des effets secondaires déplaisants, que ne connaissait pas la version douce de l’emploi des plantes dans leur ensemble. La synergie des composés ne brusque pas les organismes. Si l’homme est chimiste, la nature est alchimiste. Et ses présents naturels valent de l’or. « Nombreux sont ceux qui demandent, en consultation, des soins par les plantes, constate le Dr Laurent Chevallier, nutritionniste et phytothérapeute. Pour remédier aux petits maux quotidiens, prévenir des pathologies chroniques ou soulager les effets secondaires de traitements lourds. La réponse n’est pas toujours adaptée. Les médecins ne sont pas formés à l’usage des plantes, discipline qui a disparu de l’enseignement obligatoire. Elle devrait pourtant faire partie du panel thérapeutique de chaque médecin. »

D’autant que, depuis 2008, près de 150 plantes sont en vente libre, hors officines. Proposées en grandes surfaces, sur internet, sans conseils ni précautions d’emploi. De quoi jouer les apprentis sorciers. En effet, ce qui est naturel n’est pas sans danger. La flore a des épines. La plupart des plantes dont sont issus de grands médicaments sont d’une toxicité foudroyante. Et d’autres plus anodines, prises en excès ou mal à propos, ont des effets indésirables… Sans omettre les risques d’interactions avec d’autres traitements et, notamment, les médicaments anticancéreux. Récemment, les oncologues ont mis en garde les patients contre un emploi inconsidéré du millepertuis, de la « primevère du soir » (onagre), du ginkgo biloba, du thé vert ou du chardon-marie… Il ne faudrait pas que les plantes de bona fama y perdent leur bonne réputation.Jean-Marie Pelt est l’auteur de nombreux ouvrages sur les plantes, parmi lesquels Les Dons précieux de la nature (Fayard) et Quelle écologie pour demain?(L’Esprit du temps). (Le Figaro-Mag.06.08.2010.)

****************

25 réponses à “Les fleurs du bien”

1 2
  1. 11 04 2017
    Greg (05:43:28) :

    It’s in fact very complex in this active life to listen news on TV,
    therefore I only use world wide web for that reason, and obtain the hottest news.

    Check out my website … BHW

  2. 18 06 2015
    sdorttuiiplmnr (15:40:11) :

    I love it when people come together and share opinions, great blog, keep it up.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  3. 11 05 2015
    payday loans online no credit check (23:45:42) :

    How can I add a link to my website from a Joomla website?
    payday loans online no credit check

  4. 11 05 2015
    low fee payday loans (00:08:07) :

    ive got alot of free time on my hands recently, so ive decided to start blogging again, . . does anybody know any good blogging sites which are free and easy to use?? (apart from tumbr and blogger/google ). . thanks (:.
    low fee payday loans

  5. 7 05 2015
    ez money payday loans (23:40:46) :

    I started creating templates, but I don’t know how to make demos in my Joomla website, for my visitors to test them..
    ez money payday loans

1 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...