• Accueil
  • > Recherche : algerie egypte

L’Algérie championne d’Afrique-2019

20072019

Résultat de recherche d'images pour "algerie champion d'afrique 2019"

*L’Algérie championne d’Afrique-2019

L'Algérie championne d'Afrique-2019 d-320279les-verts-maitres-de-lafrique-87e07

L’Algérie est championne d’Afrique à la faveur de la victoire acquise vendredi 19 juillet 2019 face au Sénégal, par le score de 1 but à 0. Les Verts remportent ainsi leur deuxième trophée de leur histoire. Fabuleux destin pour cette équipe nationale dont personne ne donnait cher de sa peau. Et la victoire a été pour le moins que l’on puisse dire difficile à se dessiner devant une solide équipe sénéglaise. 

Scénario parfait pour les Algériens. Une minute ne s’était pas écoulée que les Verts vont ouvrir la marque par l’entremise de Bounedjah. Ce dernier servi par Bennacer va s’approcher de la surface de vérité et du pied droit décoche un tir puissant qui sera dévié par le défenseur Sane dans ses propres filets. Galvanisée par cette réalisation, l’EN va poursuivre ses offensives. 

Le Sénégal tente de réagir par des coups francs qui ont trouvé à chaque fois une défense bien organisée. Au fil des minutes, les Lions de la Téranga vont se montrer dangereux comme ce fut le cas à la 17′ quand sur coup franc, Kouyate a manqué de peu le cadre. Les Algériens vont se montrer prudents, laissant l’initiative à leur adversaire du jour tout en procédant par des contres. Mais le Sénégal, loin d’abdiquer, va se montrer menaçant à l’image du coup franc direct à la 26’ qui trouve Mbolhi à la parade. Les protégés de Aliou Cisse vont poursuivre leur domination. Amade Niang était à deux doigts de remettre les pendules à l’heure.

Son tir est passé juste au-dessus du cadre de Mbolhi. Le Sénégal va continuer à pousser les Algériens dans leurs derniers retranchements qui vont se contenter de défendre leur zone. Le Sénégal va encore se procurer une occasion nette n’était le retour de Zeffane qui a éloigné le danger. En seconde période, les Algériens reviennent sur le terrain avec plus de détermination. Les Sénégalais vont jouer leur va-tout compliquant davantage la mission des Verts. 

À la 57’, le tir de Mane, dans la surface de réparation, trouve heureusement Benlamri sur la trajectoire qui dégage. À la 61′, l’arbitre désigne le point de penalty pour le Sénégal après une main involontaire de Guedioura, mais le referee a décidé de revenir sur sa décision après avoir consulté le VAR. Trois minutes plus tard, Niang était seul devant Mbolhi archi battu mais manque sa frappe. Puis c’est au tour de Saivet de se mettre en évidence. Son essai a été dévié par le gardien des Verts.

L’Algérie va sortir de sa torpeur en se procurant une occasion nette de scorer. Belaili voit son tir puissant détourné en corner. Puis c’est Mane qui va rater une occasion nette de scorer alors qu’il était dans une position idéale. La suite des débats n’apportera aucun changement au tableau d’affichage et l’Algérie décroche ainsi sa deuxième étoile africaine. Fabuleux parcours d’une jeune équipe séduisante. *Liberté- samedi 20 juillet 2019

****************************

Résultat de recherche d'images pour "algerie champion d'afrique 2019"

Illustration : L'équipe algérienne de football, championne d'Afrique 2019

Résultat de recherche d'images pour "algerie champion d'afrique 2019"

*L’Algérie est sacrée championne d’Afrique pour la 2e fois de son histoire.

Les hommes de Djamel Belmadi se sont imposés 1-0 face au Sénégal. L’unique but de la rencontre a été inscrit par Beghedad Bounejah à la 3e minute de jeu.

*****Djamel Belmadi, le magicien

Résultat de recherche d'images pour "algerie champion d'afrique 2019"

« Nous avons l’ambition d’aller gagner cette CAN ». Le 1er juin dernier au Centre technique de Sidi Moussa à Alger, Djamel Belmadi annonçait clairement la couleur.

 « Je ne suis pas de l’avis de ceux qui disent que cette CAN est une transition. J’avais dit qu’il fallait dans un premier temps se qualifier, avant de se fixer un objectif. Personne ne nous interdit d’être ambitieux. Nous avons l’ambition d’aller gagner cette CAN. Changer de discours est une stratégie, c’est ma manière de fonctionner, mais je ne garantis rien. Nous allons tout faire pour y parvenir. Nous avons le droit de viser le plus haut possible », avait affirmé Belmadi lors d’un point de presse tenu au Centre technique national de Sidi Moussa (Alger).
Résultat de recherche d'images pour "algerie champion d'afrique 2019"

Cinquante jours après, ce vendredi 19 juillet au stade Caire, le coach des Verts a prouvé que son ambition n’était pas démesurée. L’Algérie a gagné la CAN 2019 en Egypte, après sa victoire en finale contre le Sénégal, sur le score de 1-0. Un but chanceux de Baghdad Bounedjah, marqué deux minutes après le début du match, a suffi aux bonheurs des Verts.

Et l’Algérie mérite amplement sa deuxième couronne africaine, même si en finale, les coéquipiers de Riyad Mahrez, n’ont pas étalé leurs grandes qualités techniques et individuelles, préférant gérer un match qui a très bien commencé pour eux, avec le but précoce de Bouedjah. En face, les Sénégalais, désordonnés, ont été incapables de bousculer une équipe regroupée en défense, pour défendre son maigre acquis.

Sur l’ensemble de la compétition, les Verts n’ont rien à se reprocher, au contraire, ils ont été au dessus des équipes qualifiées. Ils ont terminé la phase de poules, avec trois victoires, dont l’une contre le Sénégal, avant de terrasser deux géants du football africain : la Côte d’Ivoire en quarts de finale et le Nigéria en demi-finale.

Nommé il y a moins d’une année en août 2018, sous la pression populaire, Djamel Belmadi a réussi à redresser une équipe nationale, en perdition et qui enchaînait les mauvais résultats depuis sa brillante qualification aux 8es de finale du Mondial 2014

Rapidement, il a sélectionné les bons joueurs, résolu les éternels problèmes au niveau de la défense, et insufflé une âme guerrière à l’équipe qui n’en avait plus. Il a aussi marqué son territoire, en gérant convenablement des joueurs stars comme Riyad Mahrez, le capitaine qui a tout donné durant cette CAN. Du coup, les résultats n’ont pas tardé à suivre et c’est tout simplement magique.

Le 1er juin dernier, quand il avait dit, que son objectif était d’aller en Égypte, pour gagner la CAN, personne ne l’avait pris au sérieux, tellement les coachs qui se sont succédé à la tête de l’EN ces dernières années, manquaient d’ambition et de courage. Désormais, l’Algérie tient un coach à la mesure de son potentiel, et qui a réussi à la transformer en équipe conquérante, capable de gagner une coupe d’Afrique, en dehors de ses bases.*tsa-  samedi 20 juillet 2019

Résultat de recherche d'images pour "algerie champion d'afrique 2019"

Résultat de recherche d'images pour "algerie champion d'afrique 2019"

************************************************

* le régime algérien. Contesté, rejeté, illégitime depuis le 9 juillet dernier, tente de récupérer politiquement cette victoire

L’équipe nationale a gagné sa deuxième étoile. Toute l’Algérie a exulté au bout d’une finale très dure, haletante, passionnante et exceptionnellement tendue. Les poulains de Djamel Belmadi l’ont fait : ils ont donné du bonheur à tout un peuple qui attendait un trophée sportif international pour retrouver sa communion et se libérer de son angoisse collective. L’Algérie, championne d’Afrique des Nations de football. C’est aussi un rêve qui se réalise pour le régime algérien. Contesté, rejeté, illégitime depuis le 9 juillet dernier, date de l’expiration du mandat présidentiel d’Abdelkader Bensalah, ce sacre des Verts a été récupéré politiquement par un régime aux abois. 

Et cette récupération a marié l’absurde avec le ridicule. Dés le coup de sifflet final, une image a été immortalisée par les caméras du monde entier : un militaire, un haut gradé de l’armée algérienne, foule la pelouse du stade du Caire pour serrer la main des joueurs de l’équipe nationale et les féliciter. Les joueurs sont surpris, les spectateurs ébahis. Non, ce n’était pas un haut gradé de la dictature militaire de l’égyptien Sissi. C’était l’attaché militaire et de défense de l’ambassade d’Algérie en Egypte.

La scène est hallucinante. Du jamais dans l’histoire des finales des compétions sportives internationales. Des militaires sur les pelouses pour s’afficher avec les champions adulés par tout un peuple. Le message politique est clair et précis : l’institution militaire algérienne est bel et bien présente dans l’arène et les caméras des médias internationaux peuvent en témoigner. « Le pouvoir, c’est nous ! » Est-ce le message que ce militaire voulait transmettre à tous les Algériens ? A-t-il été instruit de se frotter sciemment aux joueurs de l’équipe nationale ? Est-ce un moyen de retrouver une légitimité internationale que le régime algérien recherche désespérément ?

Ces questions ont suscité durant toute la nuit du vendredi au samedi un vif débat sur les réseaux sociaux. Les commentaires les plus déchaînés ont été postés et les échanges virulents entre défenseurs et partisans de l’institution militaire algérienne ont inondé le Facebook algérien.

Du point de vue protocolaire, cette apparition est un grave couac. Et pour cause, l’institution militaire a utilisé l’équipe nationale de football pour signifier sa prééminence politique. D’habitude, seuls les diplomates civils comme l’ambassadeur ou les membres de son staff partent à la rencontre des joueurs de football pour les féliciter et les remercier. Un attaché de défense est un militaire qui ne doit nullement attirer les projecteurs des médias. Son rôle est de gérer les dossiers de la coopération militaire avec le pays hôte, en l’occurence l’Egypte. Les questions sportives ou politiques dépassent de loin toutes ses prérogatives. Cette intervention intempestive dans le champ sportif est un grave précédent car elle marque une réponse cinglante aux millions de manifestants algériens qui sortent chaque vendredi pour dire non à l’Etat militaire tout en réclamant un « Etat civil ».

C’est, peut-être, la première fois dans l’histoire qu’un militaire s’ingère aussi « brutalement », du point de vue de la sémiotique, dans un protocole purement civil et diplomatique.

Cette entorse est venue s’ajouter aux autres bêtises commises par Abdelkader Bensalah. Ce chef d’Etat intérimaire dont le mandat légitime a expiré officiellement le 9 juillet dernier  s’est retrouvé seul dans le « carré VIP » des dirigeants politiques  au stade du Caire. Il était entouré uniquement par des responsables du football africain et mondial, incarnés par les présidents de la Fifa et de la CAF et un membre du gouvernement égyptien. Ni Abdelafattah Al-Sissi ni le président sénégalais, Macky Sall, n’ont participé à la finale de la CAN-2019. Les caméras du monde entier ont filmé ainsi un Bensalah malade, affaibli et esseulé au stade du Caire. Un Président auquel personne ne s’est frotté alors que son employeur, le régime algérien, espérait désespérément tirer des « dividendes » de ce déplacement en Egypte. Raté. Et ce ratage ne manquera pas de renforcer le hirak algérien dans sa détermination pour le changement démocratique.*Par Abdou Semmar - algeriepart.com/ samedi 20 juillet 2019

**************************************







évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...