• Accueil
  • > Recherche : meteo fontaine du genie

les prévisions-Météo

23112013

pluie2.gif  soleil1.gif  nuages1.gif

**Météo Oran   heure par heure…

et pour d’autres régions d’Algérie et du monde

cliquer ici: Long term forecast for Oran

pluie.gif

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*Pluies attendues à Oran et à l’ouest du pays

Des pluies parfois sous forme d’averses orageuses ou de grêles,  affecteront à partir de mercredi 29 novembre 2017 en soirée et jusqu’à vendredi, les   wilayas de l’ouest et du centre du pays, indique un bulletin météorologique   spécial (BMS) de l’Office national de météorologie.

Les wilayas concernées sont: Tlemcen, Ain Temouchent, Oran, Mostaganem,   Chlef, Tipaza, Alger, Boumerdes et Tizi Ouzou.   Les cumuls estimés atteindront ou dépasseront localement 50 mm durant la   validité de ce BMS qui expirera à 21h00. 

Le même BMS annonce également que des pluies parfois sous forme d’averses   orageuses ou de grêles affecteront, à partir de jeudi à 6H00, les wilayas   de, Sidi Belabes, Mascara, Relizane, Tissemssilt, Ain Defla et Médéa. Les cumuls estimés atteindront localement 30 mm durant la validité de ce   BMS qui expirera à 21H00.* APS / *mercredi 29 novembre 2017

*Une bonne pluie est tombée ce vendredi 10 novembre 2017

*Une bonne pluie a arrosé la ville d’Oran depuis l’aube, ce vendredi 10 novembre 2017, ainsi que la plupart des régions du nord du pays. Hamdou Lillah- merci à Dieu- Nous en avions bien besoin. Parfois, c’était la pluie avec le soleil ! Dans certaine régions du pays, on dit que c’est le mariage du renard ! –ours Eddib-

***************************

default algérie dans Eco-finances

**voir vidéo: la météo de Cheikh Ferhat

*Oran, le mercredi 06 avril 2016. 14H30** Une bonne pluie fine tombe sur la ville d’Oran et sa région, ce mercredi 06 avril 2016, et cela depuis hier mardi. Elle ne s’est pas arrêtée jusqu’ici. Hamdolillah! Merci à Dieu. C’est une bonne chose pour l’agriculture et les hommes. Selon l’Office National de la Météorologie (ONM) , d’autres régions du pays connaissent la même situation, avec de fréquentes averses de pluies, notamment lrs wilayas de Tizi Ouzou, Bouira, Médéa, Blida Alger, Tipaza, Ain Defla, Tissemsilt, Chlef, Relizane, Mostaganem, Mascara, Sidi Bel Abbes, Oran, Ain Témouchent et Tlemcen. Des pluies assez marquées affecteront également les wilayas de Laghouat, Djelfa, Bordj Bou Arreridj, M’sila, Biskra et Batna

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Algérie: De nombreux villages ont été paralysés par la neige

 Les populations des régions montagneuses sont les plus vulnérables, souffrant de l’isolement à cause du blocage des routes.

les prévisions-Météo  d-21-axes-routiers-bloques-a-la-circulation-8bc4b

**Hier matin, la quasi-totalité des axes routiers situés en zones montagneuses dépassant les 800 mètres d’altitude était bloquée par la neige. La température qui a encore baissé, hier en début d’après-midi, a donné lieu à des chutes neige de plus en plus abondantes sur les hauteurs et les reliefs de plus de 600 mètres d’altitude recouverts d’un manteau blanc depuis le début de la semaine.
Le réseau routier de la wilaya de Médéa était ouvert à la circulation même s’il est resté difficile durant la journée d’hier en certains endroits de la daïra d’El-Omaria, 45 km à l’est du chef-lieu de wilaya au niveau des tronçons reliant El-Omaria à Ouzera par Madala et Ouled Brahim Guefaïfia.
C’est aussi le cas des axes secondaires de la daïra de Tablat où les la circulation était toujours difficile en direction des communes d’El-Aïssaouia et des Deux Bassins où les équipes de déneigement des travaux publics étaient à pied d’œuvre.
Par ailleurs, les mauvaises conditions atmosphériques, qui affectent le nord de la région, n’ont pas causé de problèmes d’alimentation en énergie électrique des foyers, puisqu’aucune coupure n’a été enregistrée durant la perturbation.
En effet, la vague de froid, qui sévit depuis le début de la semaine, a entraîné une hausse de la consommation d’énergie électrique, même si certains citoyens attendent depuis des semaines le raccordement de leur logement au gaz naturel.
Transies de froid, les familles bénéficiaires de 50 logements situés à Draâ Smar, 5 km à l’ouest du chef-lieu de wilaya, souffrent de plusieurs pathologies dont des maladies respiratoires, faute de gaz de chauffage. La disponibilité de la bonbonne de gaz est toujours problématique à Tablat où de longues files d’attente se forment chaque jour devant le centre de distribution de Naftal qui reçoit quotidiennement jusqu’à 5  800 bouteilles de gaz.
Pour satisfaire la demande et désengorger le centre, les communes rurales limitrophes sont sollicitées pour ravitailler leurs populations par leurs propres moyens de transporte en chargeant les quantités dont elles ont besoin. Le même problème est aussi observé dans la localité de Sidi Ziane où les files d’attente se forment chaque jour même si certains imputent le manque de gaz butane au stockage du produit par les ménages qui craignent la réédition du scénario vécu en 2012.*Liberté 18 janvier 2017

De Bordj Bou Arréridj à Souk Ahras, à l’extrême est du pays, les prévisions météo ne se sont pas trompées. Températures très basses, pluie et neige ont été au rendez-vous cette semaine, charriant leur lot de difficultés, à part la joie apportée par la poudreuse aux enfants qui ont joué à satiété faute d’aller à l’école.Pour le troisième jour consécutif, Constantine était hier couverte d’un épais manteau blanc.

La circulation automobile était réduite et les déplacements étaient rares pour une bonne partie de la population forcée au repos. L’aéroport Mohamed Boudiaf était toujours fermé au trafic et le vol Djeddah-Constantine d’Air Algérie a dû être dérouté sur Annaba hier. Quant aux établissements scolaires et les universités, ils sont désertés depuis dimanche. La durée de cette situation a montré hier les premiers signes de crise, notamment s’agissant des approvisionnements.

Dans l’ensemble des quartiers du chef-lieu de wilaya et même dans les autres communes, les commerces d’alimentation générale étaient à court de pain et de lait en sachet. Les pannes d’électricité répétées ont empêché l’activité des boulangeries, explique-t-on, alors que les distributeurs de lait n’ont pu exercer normalement et se sont contentés de vendre sur la voie publique, selon des témoins, même si la laiterie Numidia a assuré la production.

Les tempêtes de neige ont affecté aussi les réseaux de distribution d’électricité et de gaz. Plusieurs localités ont été touchées par des coupures d’électricité, notamment, dans les communes de Aïn Abid, Ibn Ziad et El Khroub. A Ali Mendjeli, plusieurs unités de voisinage ont été privées de gaz. Comme d’habitude, les populations des régions montagneuses sont les plus vulnérables, souffrant de l’isolement à cause du blocage des routes.

Ce qui a nécessité l’intervention des unités de l’armée sur les hauteurs de Kef Lakehal notamment, pour dégager la route desservant les mechtas de cette région, où les habitants sont privés de produits alimentaires et de gaz butane. Les mêmes unités étaient encore à l’œuvre hier dans la région d’El Abiar, relevant de la commune de Ben Badis.

Les militaires au secours des régions

Le trafic routier entre Constantine et les wilayas de Annaba et Skikda a été sérieusement perturbé aussi bien sur l’autoroute Est-Ouest que sur la RN3 au niveau du pic d’El Kentour. Cette région montagneuse, qui s’étend au grand massif de Collo et aux monts du grand Zardezas dans la wilaya de Skikda, a nécessité le déploiement de l’armée pour briser l’isolement des populations, notamment dans quatre communes : Ouled Hbaba au sud, Khnak-Mayoune, Kanouaa et Ouled Attia à l’ouest.

Par ailleurs, des parents ont empêché leurs enfants d’aller à l’école Mohamed Djilani dans l’agglomération de Zaouïa, commune de Azzaba. En plus de l’absence de chauffage dans les classes et de repas chauds, ces parents justifient leur décision par les inondations qui ont touché l’établissement suite aux pluies qui se sont abattues sur la région.

Situation identique à Jijel où la neige, qui continue de tomber sur les régions sud de la wilaya, a paralysé la vie dans les agglomérations rurales s’étendant du sud-ouest, à Erraguene, jusqu’à Ghebala et Ouled Rabah, au sud-est. Le déplacement et l’approvisionnement en vivres et en gaz butane sont les plus grandes difficultés que rencontrent ces populations, en dépit des efforts entrepris pour leur venir en aide.

Solidarité des uns, opportunisme des autres

Comme à Constantine, les chutes de neige ont été très importantes à Sétif  et les conséquences aussi. Alors que les établissements scolaires sont fermés, cette situation rend difficile, voire impossible l’évacuation des malades et des parturientes des zones enclavées. Le manque de produits alimentaires et de butane a affecté aussi les populations des régions isolées, à l’image des mechtas Ouled Hlima, Ouled Ali, Ouled Amara situées dans le périmètre de la commune de Serdj Ghoul, à 52 km au nord de Sétif. Des quartiers et hameaux de Bougaâ et Aïn Roua ont souffert, par ailleurs, de coupure de gaz naturel dans la nuit de lundi à mardi, alors que la température passait sous le zéro.

Les autorités ont mobilisé quelque 600 engins de travaux publics afin de secourir les régions enclavées. Le même niveau de mobilisation a été enregistré à Souk Ahras, où les entreprises des secteurs privé et public ont été mises à contribution pour ouvrir les routes bloquées et apporter aide aux villes et villages isolés. L’électricité coupées dans la nuit de lundi à mardi dans les communes de H’nencha, Ouled Driss, Aïn Zana et Mechroha a été rétablie au petit matin par les équipes techniques de la société de distribution du gaz et de l’électricité de l’Est.

La solidarité n’est pas générale cependant. Toujours à Souk Ahras, des commerçants sans scrupules ont profité de cette occasion pour augmenter les prix de produits de première nécessité, a constaté sur place notre correspondant. C’est le cas à Aïn Zana, l’une des communes les plus affectées par l’isolement, où le prix de la bonbonne de gaz butane est passé à 600 DA, alors que le kilo de sucre était   à 150 DA et le sachet de 500 gr de spaghetti à 400 DA…*Nouri Nesrouche / el watan / mercredi 18 janvier 2017

**********Vents forts sur le nord du pays

Alerté météo : Vents forts jusqu'à 80 km/h sur 36 wilayas

*Des vents forts de l’ordre de 60 à 70 km/h pouvant atteindre ou dépassant localement jusqu’à 80 km/h souffleront sur les régions nord du pays à partir de ce dimanche 5 février 2017 entre 9h00 heures et 21h00 heures, selon un BMS, publié samedi par Météo Algérie. Les wilayas concernées sont Tlemcen, Ain Temouchent, Oran, Sidi Bel Abbès, Mascara, Saida, Mostaganem, Relizane et Tiaret. Le même BMS est valable aussi pour les wilayas de Chlef, Tipaza, Ain Defla, Tissemsilt, Médéa, Blida, Alger, Boumerdes, Tizi Ouzou et Bouira du dimanche à 9h00 heures jusqu’à lundi à 15heures. Sur les wilayas de Béjaïa, Jijel, Skikda, Annaba, El Tarf, Bordj Bou Arreridj, Sétif, Mila, Constantine, Guelma, Souk Ahras, Oum El Bouaghi, Khenchela, Batna, Tébessa, M’sila et Biskra, les vents forts souffleront du dimanche à partir 12h00 jusqu’à mardi à minuit, selon le BMS.*médias / samedi 04 février 2017

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*tempête sur le sud-ouest de la France 

250.000 foyers privés d’électricité 

Une tempête annoncée « exceptionnelle » a soufflé samedi matin 04 février 2017, dans le sud-ouest de la France, avec des rafales de vent allant jusqu’à 150 km/h, privant d’électricité plus de 250.000 foyers.

media_xll_9502412

Dans un premier temps, aucun blessé n’a été signalé, mais de nombreux dégâts matériels ont été enregistrés: chutes d’arbres, lignes électriques au sol, routes coupées, échafaudages renversés, dans les trois départements placés en « vigilance rouge » jusqu’à la mi-journée.Les vents, selon Météo-France, pourraient atteindre 160 km/h par endroits. Plus de 250.000 foyers étaient privés d’électricité en Gironde, dans les Charentes et dans les Landes, selon les autorités.Rafales de vent enregistrées à 148 km/h
Sur le littoral, des rafales de vent ont été enregistrées à 148 km/h dans la célèbre station balnéaire du Cap Ferret (Gironde).De fortes vagues de l’ordre de 8 à 10 mètres étaient attendues sur le littoral.

En prévision des vents violents, la circulation des poids lourds était interdite depuis minuit sur le réseau national dans toute la région sud-ouest.

En Gironde, les transports scolaires étaient suspendus samedi matin, ainsi que la circulation des tramways à Bordeaux, tandis que les écoles restaient fermées. Les autorités avaient appelé a limiter au maximum les déplacements dans les trois départements concernés dans la matinée. *samedi 04 février 2017 / source:belga

media_xll_9502186

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*Pluies diluviennes à Tamanrasset! 2 morts

***vendredi 12/08/2016**Les pluies diluviennes, qui se sont abattues sur la ville de Tamanrasset durant les dernières 48 heures, ont causé, hier, le décès de deux personnes alors que 27 autres ont été sauvées suite aux  crues dans les rivières de la région, selon un bilan fourni, vendredi, par les services de la protection civile de la wilaya.

tam dilllsue

Selon les précisions fournies par la même source, les corps des deux victimes, âgées de 16 et 30 ans, ont été repêchés par les agents de la protection civile après s’être noyés dans une mare d’eau alors que les 27 autres personnes coincées dans divers points de la ville de Tamanrasset ont été sauvées grâce à de grands moyens de sauvetage.*vendredi 12/08/2016 / Par Mourad Arbani |algerie1.com

**********

Vents forts sur le Nord du Pays : Baignade interdite sur toutes les plages

Imgp5063

Les services de la protection civile invitent les baigneurs à ne pas s’aventurer en mer ces jours-ci en raison de son état très agité, notamment pour la journée de demain vendredi.

En effet, les vents forts qui soufflent sur toutes les régions côtières de l’Algérie, atteignant à certains endroits la vitesse de 70 km/h, sont à l’origine de la dégradation des conditions de baignade sur les plages.

Le drapeau rouge est hissé sur toutes les plages du pays, synonyme de baignade interdite. Et cette mesure restera valide jusqu’à samedi minuit.

Cela étant même  le mercure a sensiblement baissé ces derniers jours sur les régions du Nord de l’Algérie atteignant les moins de 10 degrés la nuit alors que pendant la journée celui-ci ne dépasse pas les 20 degrés.*jeudi 11/08/2016 / Par Lila Ghali | |algerie1.com

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

pluies azle

**Il pleut ! C’est formidable

Il pleut sur la ville d’Oran depuis midi de ce vendredi moubarek, 15 janvier 2016, correspondant au 05 Rabie ethani-2*–1437. Un bonne pluie fine, très bonne et qui n’a pas cessé jusqu’à cet instant où j’écris ces lignes.Il est 18 H. Hamdou lillah, macha’a allah !  *Niar

**************Des averses de pluie et de grêle sur les régions de l’Est jusqu’à vendredi

**Une bonne pluie a arrosé la ville d’Oran depuis l’aube, ce mardi 22 mars 2016, ainsi que la plupart des régions du nord du pays.

****Des pluies assez marquées ont affecté, dans la soirée de lundi, les régions côtières et proches côtières de l’ouest et du centre du pays, selon un bulletin météorologique spécial (BMS) émis par les services de l’Office national de météorologie. Les wilayas concernées par ce BMS dont la validité s’étend de lundi (hier 18h) à aujourd’hui mardi (12h) sont : Relizane, Mascara, Mostaganem, Chlef, Tissemsilt, Aïn Defla, nord de Tiaret, Tipasa et Médéa. Les cumuls estimés atteindront ou dépasseront localement 50 mm durant la validité. Le BMS concernera également les wilayas de Blida, d’Alger, de Boumerdès, de Bouira, de Tizi Ouzou et de Béjaïa dont la validité s’étend de ce mardi (3h) au mercredi (9h). Les cumuls estimés atteindront ou dépasseront localement 40 mm durant la validité. Par ailleurs, des vents forts d’ouest à sud-ouest, pouvant atteindre ou dépasser 60km/h, ont soufflé sur les régions sahariennes depuis hier après-midi (15h) à aujourd’hui mardi (18h) et concerneront les wilayas de Tindouf, d’Adrar, le nord de Tamanrasset, le nord d’Illizi, Béchar, le sud d’El-Bayadh, Laghouat, Ghardaïa, Ouargla, El-Oued et Biskra.* mardi 22 mars 2016

* fortes averses de pluies et grêle sur  l’Est et du Centre du pays

Comme annoncé par les services de  météo Algérie dans deux Bulletins Météo Spéciaux (BMS) émis hier, de fortes averses de pluies et de la grêle ont commencé à s’abattre sur  l’Est et du Centre du pays depuis 15 heures de l’après-midi de ce vendredi au bonheur des habitants de ces régions. Alors que le mercure a sensiblement baissé jusqu’à atteindre les 5°.

Alors que la neige est attendue, selon les prévisions de l’Office National de la Météorologie (ONM), dès ce soir 21 heures sur les reliefs dépassant les 700 mètres d’altitude dans les wilayas de : Chlef, Ain Defla, Tipaza, Alger, Boumerdès, Blida, Médéa, Bouira, Tizi Ouzou, Béjaia, Jijel, Skikda, Annaba, El-Tarf, Souk Ahras, Guelma, Oum El-Bouaghi, Constantine, Mila, Setif et Bordj Bou Areridj.

Le BMS pluies et grêle reste valide sur les régions du Centre jusqu’à  jusqu’à demain samedi à 15 heures et pour l’Est jusqu’à demain samedi à 09 heures du matin.S’agissant du BMS neige, sa validité reste en cours du vendredi 15 janvier à 21 heures jusqu’à dimanche 17 janvier  à 09 heures du matin sur les régions de l’Est et du Centre. Une couche de neige de pas moins de 20 cm d’épaisseur est attendue, toujours selon les prévisions de l’ONM.*algerie1.com/ Par Mourad Arbani | 15/01/2016 | 

FB_IMG_1452953578990

*Plusieurs régions d’Algérie sous la neige

Plusieurs  villes et villages   des régions du Centre et de l’Est du pays étaient recouverts, samedi matin, d’un joli manteau blanc, au bonheur des habitants  qui commençaient à désespérer de voir apparaître l’hiver.

Plusieurs centimètres de neige (4 à 30 cm selon les endroits) « habillent » les toits des maisons, les arbres, les rues et les véhicules en stationnement dans les régions  dont les reliefs  se situent  à  plus de 800 mètres d’altitude, au grand bonheur des petits qui ont profité de leur jour de congé pour sortir bottés, bonnetés et gantés, et organiser les traditionnelles « batailles » de boules de neige.

Peu de véhicules se déplaçaient dans ces villes et villages aux premières heures de la matinée alors que dans  certaines localités  notamment  celles relevant des wilayas de Tizi Ouzou, Bouira et Bejaia  la circulation automobile s’est totalement  interrompue en raison de la neige. Tout le dispositif anti-neige (engins de travaux public, chasse-neige…) est mobilisé dans ces wilayas.*algerie1.com/ Par Mourad Arbani | samrdi 16/01/2016 | 

arddd

**De la neige au milieu du désert est un évènement rare, très rare, en Arabie Saoudite, pour la première fois depuis 25 ans.

**De la neige au milieu du désert est un évènement rare, très rare et c’est bien ce qui est arrivé en Arabie Saoudite où la poudreuse est tombée pour la première fois depuis 25 ans.En effet, ce week-end, la neige est tombée dans le sud du royaume wahhabite, notamment sur la route reliant La Mecque à Médin. Les habitants de la région, dont la plupart n’ont jamais vu de neige de leur vie, n’ont pas tardé à immortaliser l’événement. Des Photos et des vidéos ont été postées sur Youtube et sur Twitter.*Par Abbès Zineb | 17/01/2016 | algerie1.com/

***************************************

** Le mois de mars 2016 a été le plus chaud jamais enregistré et le onzième mois consécutif au cours duquel un tel record a été battu, une série inédite en 137 ans de relevés, ont indiqué mardi 19 avril 2016, des météorologues.

media_xll_8589034

La température moyenne mondiale à la surface de la planète en mars 2016 a été « la plus élevée pour un mois de mars dans les annales des statistiques sur la température mondiale de la NOAA », l’Agence américaine océanique et atmosphérique, a-t-elle précisé dans un rapport. 

Celle-ci effectue des relevés depuis 1880.La température moyenne sur la Terre en mars a été de 12,7 degrés Celsius, soit 1,22°C supérieure à la moyenne du XXe siècle. »Cela a dépassé le précédent record établi en (mars) 2015 de 0,32°C », a ajouté la NOAA, précisant que cet écart de 1,22°C en fait la plus importante anomalie par rapport à la moyenne des plus de 1.600 mois mesurés depuis 1880.

Ces derniers records de température illustrent la poursuite de l’accélération du réchauffement planétaire. Le mercure a ainsi battu, et de loin, un nouveau record pour l’année 2015, surpassant celui de 2014, un phénomène que la plupart des climatologues attribuent à l’accumulation dans l’atmosphère des gaz à effet de serre provenant de la combustion du pétrole et du charbon.

Depuis 1997, première année depuis 1880 à avoir connu une montée record du thermomètre sur la planète, 16 des 18 années qui ont suivi ont été plus chaudes, selon la NOAA. »En tout, les neuf mois avec les anomalies de températures les plus importantes par rapport à la moyenne du XXe siècle sont tous intervenus ces neuf derniers mois », constate encore l’agence américaine.

Les dirigeants du monde sont tombés d’accord en décembre lors de la Conférence de l’ONU sur le climat (COP21) à Paris pour prendre des mesures visant à contenir à 2°C l’augmentation des températures par rapport à l’ère pré-industrielle.*mardi 19/04/2016 -Source: Belga

*Record de température sur la planète en février 2016

media_xll_8487562

Selon les dernières données publiées par la Nasa, la température sur terre en février était supérieure de 1,35° à la moyenne observée sur la période 1951-1980. En janvier dernier, précédent record, la température sur la planète était déjà plus élevée de 1,14° par rapport aux normales.

Il s’agit d’un phénomène « extraordinaire », puisque « le mois de février2016 a battu tous les records », explique David Dehenauw, météorologue à l’IRM.Le phénomène est expliqué par plusieurs facteurs, dont l’intensité du courant marin chaud du Pacifique El Nino, « similaire à celle de l’épisode de l’hiver 1997-1998″. Le mois de février 1998 représentait d’ailleurs le dernier record de chaleur en date pour ce mois, précise M. Dehenauw. En février dernier, la température était plus élevée de 0,85° en comparaison avec février 1998.Mais le réchauffement climatique influence aussi ce record. Les écarts entre les températures observées et celles attendues en février ont été principalement importants dans l’hémisphère nord. « A quelques endroits en Arctique, des écarts de 16° par rapport aux normales ont été observés durant plusieurs jours, avec des températures quasi comparables à celles de juin. » Des observations similaires ont été notées sur le continent américain et en Europe. « Sur un archipel au nord de la Norvège, un écart de 10° a été enregistré en février. » La Belgique n’a par contre pas connu de telle différence le mois dernier, ajoute le météorologue. La fonte des glaces en Arctique illustre encore l’importance du phénomène. Enfin, pour certains spécialistes, la libération de chaleur dans l’atmosphère depuis les océans a également eu un impact cet hiver. *lundi 14/03/2016 Source: Belga**Le réchauffement climatique est « inéluctable » « Même si on arrêtait les rejets de gaz à effet de serre maintenant, le climat continuerait à réagir à la perturbation qui est déjà dans l’atmosphère », affirme la climatologue Valérie Masson-Delmottemedia_xll_8333858Le réchauffement est « inéluctable » mais « chaque année ne sera pas plus chaude que la précédente », explique à l’AFP la climatologue Valérie Masson-Delmotte, membre du bureau du Giec, alors que l’agence météorologique américaine devait annoncer mercredi que 2015 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée.
Le réchauffement de la planète est-il irréversible?
La température fluctue d’une année à l’autre, d’une décennie à l’autre. Ce qui est remarquable, c’est la tendance d’ensemble au réchauffement sur plusieurs dizaines d’années. On ne s’attend pas à ce que chaque année soit plus chaude que la précédente, mais le climat se réchauffe, il va continuer à se réchauffer quoi qu’on fasse pendant quelques dizaines d’années et il va rester plus chaud pendant plusieurs siècles. C’est inéluctable. Après, si on limite au maximum les rejets de gaz à effet de serre très vite, il va se réchauffer peu, si on continue au rythme actuel, il se réchauffera beaucoup plus.Le climat se réchauffera quoique l’on fasse dans les décennies à venir?
Oui, même si on arrêtait les rejets de gaz à effet de serre maintenant, le climat continuerait à réagir à la perturbation qui est déjà dans l’atmosphère, car il y a une forme d’inertie du système. D’abord, le CO2 émis reste longtemps dans l’atmosphère: entre 10 et 30% des émissions d’aujourd’hui continueront à agir pendant au moins 1.000 ans. Ensuite, quand on pertube le climat, on déclenche des phénomènes amplificateurs comme un recul de la banquise et la perte de son effet miroir. Enfin, on ne reviendra pas en arrière car la plupart de la chaleur supplémentaire n’est pas stockée dans l’atmosphère mais dans les océans, à plus de 90%. Ce surplus de chaleur va d’abord dans les eaux de surface, puis en profondeur. Mais les courants marins profonds qui remontent à un moment en surface vont restituer une partie de cette chaleur.L’accord de Paris fixe un objectif de limiter bien en dessous de 2°C le réchauffement et si possible à 1,5°C, est-ce réalisable?
1,5°C, on ne peut pas l’exclure s’il y a une action très ambitieuse et coordonnée au niveau international tout de suite, c’est-à-dire si les émissions mondiales de gaz à effet de serre se stabilisent rapidement et diminuent ensuite, mais c’est très peu probable. Pour un objectif de réchauffement donné, on a une quantité de carbone qu’on peut émettre, une sorte de « budget carbone » qui correspond. Pour 2°C, le budget carbone qui reste c’est environ 25 ans d’émissions au niveau de 2011, pour 1,5°C c’est environ 10 ans, c’est très peu.*20/01/2016 -Source: AFP

media_xll_8334121

*2015 est  l’année la plus chaude jamais enregistrée sur la planète terre

Selon l’Agence américaine océanique et atmosphérique, l’année 2015 a été la plus chaude jamais enregistrée sur terre, surplombant haut la main l’année 2014.

L’année 2015 a été de loin la plus chaude sur la planète depuis le début des relevés de températures à la fin du XIXe siècle, battant nettement le record de 2014, selon l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) mercredi. Pour l’ensemble de 2015, la température moyenne sur les terres et les océans s’est située 0,90 degré Celsius au-dessus de la moyenne du XXe siècle, soit la plus élevée dans les annales qui remontent à 1880. Le précédent record, établi en 2014, a été battu de 0,16°C. En guise de point final à cette année record, décembre a également été le mois le plus chaud jamais enregistré depuis 136 ans. Sur les 12 mois de l’année 2015, dix ont battu des records de température individuels. Il s’agit de la plus grande marge pour un record annuel par rapport à la précédente marque de référence. Des températures en hausse partout dans le monde
C’est aussi la quatrième fois qu’un record de température globale est battu depuis le début de ce siècle. Depuis 1997, première année depuis 1880 a avoir connu une montée record du thermomètre sur la planète, 16 des 18 années qui ont suivi ont été plus chaudes, précise la NOAA. Les records de chaleur ont été observés quasiment partout dans le monde, y compris en Amérique Centrale, dans la moitié nord de l’Amérique du Sud, des parties du nord, sud et est du continent européen, ainsi que dans l’ouest de l’Asie et d’importantes portions de la Sibérie. Le mercure a aussi atteint des niveaux sans précédent en 136 ans sur des zones étendues de l’est et du sud de l’Afrique, dans le nord-est et la région équatoriale du Pacifique, où sévit le courant chaud El Nino, et du nord-ouest de l’Atlantique, tout comme sur l’ensemble de l’océan Indien et dans certaines parties de l’océan Arctique. En 2015, la température moyenne à la surface des terres s’est située 1,33°C au-dessus de la moyenne du XXe siècle, soit la plus élevée de toute la période 1880-2015, surpassant le précédent record établi en 2007 de 0,25°C. La température globale moyenne à la surface des mers et des océans a été 0,74°C supérieure à la moyenne du siècle passé, pour battre le record établi en 2014 de 0,11°C. *7sur7 / 20/01/2016 -media_xll_8332708

*********************************************

*Mercredi 06/janvier/2016 | 

La neige a refait son apparition sur les hauteurs de l’Atlas blidéen et du Djurdjura suite à une perturbation climatique ayant engendrée de fortes chutes de pluies accompagnées d’une vague de froid glacial.

Djurdjura neige1

Mercredi matin, les citoyens des régions de Blida et de Kabylie étaient heureux de voir les monts recouverts de neige longtemps attendue après sa première apparition en novembre de l’année écoulée.

En Kabylie des couches de neige d’une épaisseur de plus de 20 centimètres ont été signalées à différents endroits entrainant la fermeture des routes à la circulation automobile.

C’est le cas de la Route Nationale (RN) n°15 reliant Tizi Ouzou à Bouira à hauteur de Tirourdha et le Chemin de Wilaya (CW) n° 253 reliant Tizi Ouzou à Béjaia au niveau du col de Chellata.

La circulation était difficile sur la RN 33 reliant Tizi Ouzou à Bouira à hauteur du stade d’Aswel dans commune d’Ait Boumahdi.

Les services de voirie de ces communes ont entrepris des opérations de déneigement pour rouvrir les routes à la circulation notamment à Iloula Oumalou, Ath Ziki et Ait Boumahdi.

Il est à signaler que la neige est tombée sur des monts dont l’altitude dépasse les 1200 mètres voire moins, alors que le mercure a sensiblement baissé ce mercredi. Cette perturbation climatique, tant attendue, persistera demain sur toutes les régions du Nord. De fortes pluies sont attendues sur ces mêmes régions en plus des chutes de neiges sur les hauteurs dépassant les 1000m. *Mercredi 06/janvier/2016 | Par Ameziane Athali | algerie1.com/

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Va-t-il pleuvoir des jours-ci ?

Les conditions météorologiques connaitront une dégradation durant les prochaines 48 heures pour donner des pluies sur les régions Nord de l’Algérie, selon les prévisions de l’Office National de la Météorologie (ONM).

pluies azle

Les premières pluies de tout ce mois de décembre sont attendues mardi 29 décembre 2015. Elles toucheront les régions du Nord et persisteront jusqu’à jeudi.

L’accalmie ne sera que de quelques heures seulement puisque les prévisionnistes de l’ONM avertissent que le retour des pluies assez marquées interviendra vendredi.

Toujours selon l’ONM, le début de l’année 2016 sera pluvieux pendant plusieurs jours avec des accalmies relatives. Ce changement annoncé interviendra après plusieurs semaines de températures très au dessus de la moyenne saisonnière.

La persistance du beau temps a même commencé à inquiéter les agriculteurs quant au risque de sécheresse. Alors que le taux de remplissage des barrages a baissé dans certaines régions du pays jusqu’à frôler les 50% avec une moyenne nationale de l’ordre de 66%. Selon les prévisionnistes de l’ONM, la situation reste identique à celle de l’an dernier durant lequel les chutes de pluies étaient faibles en novembre et octobre.*Par Mourad Arbani | Dimanche 27/12/2015 | algerie1.com/

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

          ***La sécheresse menace

«Afeddikhe, thirghi» (Une blessure aggravée par une brûlure, Ndlr), dit un adage populaire de chez nous. Aux conditions économiques et financières déjà détériorées, vient s’ajouter la menace d’une sécheresse qui risque d’aggraver sérieusement la situation. L’inquiétude gagne les paysans, le ministère des Ressources en eau pense à la rationalisation et le gouvernement cherche la parade. Le danger est bien réel.

«Eau- secours!». Ce sera l’objet d’une réunion gouvernementale qui doit se tenir en janvier prochain. Le Premier ministre devrait se réunir, au milieu du mois prochain; une cellule de crise pour lancer un plan anti- sécheresse. Présidée par Sellal, cette réunion regroupera les ministres des Ressources en eau, de l’Agriculture, de l’Intérieur et celui des Transports.
Car, la situation est des plus urgentes. Selon les spécialistes, la date butoir sera le 10 janvier. Passé cette échéance, le gouvernement peut déclarer «l’état de sécheresse». Les prévisions météorologiques augurent d’un hiver des plus secs. Selon les météorologues, la pluie ne devrait refaire surface qu’à partir du 5 janvier, mais pour seulement deux ou trois jours. Pis encore, les précipitations seraient des plus faibles. Un autre court et faible épisode pluvieux est prévu pour la fin janvier. Les vraies précipitations sont prévues pour le 4 février. Seulement voilà, ces pluies se feront désirer. Elles ne dureront pas! Après ces petites précipitations, les spécialistes ne prévoient plus de pluie.
D’ailleurs, même les températures vont rester élevées pour la saison, elles varieront entre 17° et 20 °. Un véritable casse-tête pour le gouvernement qui va être obligé de déclarer le pays en sécheresse, lui qui espérait un miracle du ciel en cette fin d’année. Mais… les ministres qui formeront la cellule de crise devront ainsi présenter au chef de l’Exécutif leurs «solutions» pour éviter aux Algériens de revivre les cauchemars du passé, en protégeant au mieux les ressources de ce précieux liquide, tout en garantissant une alimentation régulière à la population. On parle déjà d’une augmentation de la production des stations de dessalement. Mais vu la conjoncture financière actuelle et le prix de revient excessif d’un mètre cube d’eau dessalée, cette solution est le dernier recours. Les 94 barrages du pays ont certes un taux de remplissage de 70%, mais les autorités savent qu’avec les besoins actuels de la population, ces capacités risquent de fondre comme neige au soleil! Si la situation persiste, l’Etat risque d’être contraint de revoir la tarification de «l’or bleu» à la hausse! L’Algérie est en proie à une crise hydrique critique. Entre les mois de septembre et novembre, les wilayas du centre du pays n’ont enregistré que la moitié de la quantité des pluies évaluée habituellement. Cela sans parler de l’été qui a été des plus chauds et qui a, cette année, commencé à partir du mois de mars pour se prolonger jusqu’à maintenant.
Cet hiver sec n’augure donc rien de bon. Et ce ne sont pas les agriculteurs qui vont venir le contredire! Car, la saison agricole risque fortement d’être compromise. Le plan de relance agricole que veut mettre en application Sid Ahmed Ferroukhi pourrait ainsi être contrarié par un hiver qui s’annonce «noir» pour les agriculteurs. Ce sont des centaines d’hectares qui risquent d’être asséchés, des milliers de tonnes de céréales perdues, des millions de dinars envolés et bien des cultures sapées par le manque d’eau!
La sécheresse est la menace la plus redoutée par les fellahs! C’est même un vrai traumatisme, vu qu’elle peut transformer une saison prometteuse en cauchemar, comme cela s’était passé en 2014, lorsque près de 800.000 hectares de céréales avaient été tout simplement abandonnés dans plusieurs wilayas de l’Est à cause de la sécheresse, selon des statistiques du ministère de l’Agriculture. Un vrai désastre! Mais notre pays n’est pas le seul à faire face à cette menace. Que ce soit pour l’Algérie ou le reste du monde, l’année 2015 a été l’une des plus chaudes jamais enregistrée, révèle l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Même au nord de l’ Europe il ne pleut pas!La Russie, le Canada et les Etats-Unis habituellement submergés par les neiges en cette période de l’année, sont sous un soleil brillant.
Paradoxalement, c’est le Qatar qui a eu droit cette semaine à de fortes pluies. Est-ce le début de la guerre de l’eau prédit par les experts? En tout cas, avec des barrages et des stations de dessalement pour l’eau potable, l’Algérie a encore une marge de manoeuvre. Même si cette sécheresse conjuguée à la chute des prix du baril de pétrole fait amèrement penser à l’Algérie des années 1980…*Par Walid AÏT SAÏD - Lundi 28 Decembre 2015 / L’Expression

***L’Algérie risque une saison de sécheresse avec de lourdes conséquences sur l’agriculture notamment

La situation de douceur et de sécheresse que nous connaissions depuis la fin de l’été va durer plusieurs jours, annoncent tous les sites spécialisés en prévisions météo. Les conditions actuelles, avec un anticyclone scotché sur l’Europe du Sud et des dépressions bloquées sur l’Atlantique, vont se prolonger. Les hautes pressions réduiront considérablement l’activité pluvieuse. Par conséquent, le temps va rester sec sur l’ensemble des régions côtières du pays. L’absence de précipitations, préjudiciable aux récoltes, aux barrages et aux nappes phréatiques, sera une nouvelle fois désolante en montagnes, qui ne s’habilleront pas en blanc, comme tout le monde le souhaite en cette fin d’année.
Pas d’offensive hivernale en vue
Il n’est donc pas envisagé de véritable offensive hivernale pour le début janvier 2016, mais simplement un retour à un schéma plus classique avec le retour des perturbations et des précipitations sur la rive nord de la Méditerranée. Néanmoins, une vague de froid va envahir l’Europe centrale, arrivant jusqu’en Allemagne. A ce jour, la France ne semble pas menacée, mais ce conflit de masse d’air reste à surveiller pour la suite.
Les quelques changements prévus vers le début de l’année prochaine ne seront pas à la hauteur des attentes, puisqu’il s’agit d’arrivée de quelques nuages qui ne donneront pas assez de précipitations. Ainsi, le déficit en pluviométrie va se poursuivre en janvier, du moins les premiers jours. Sans changement important vers la mi-janvier, l’Algérie selon Météo Algérie risque une saison de sécheresse avec de lourdes conséquences aussi bien sur les récoltes, notamment les céréales, que sur la disponibilité de la ressource en eau,  notamment dans les foyers. Bien qu’aucun plan spécial de distribution d’eau n’ait été décidé encore, des appels à une consommation rationnelle de l’or bleu s’impose, notamment si on sait que le prix réel du mètre cube d’eau est largement supérieur au prix de vente pratiqué par l’Algérienne des eaux (ADE). <.reporters.dz/ dimanche, 27 décembre 2015 

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Comment expliquer les récents phénomènes météo?

Inondations, tornades, vagues de chaleur…: les épisodes météorologiques extrêmes et contrastés qui ont marqué la fin 2015 sont dus au phénomène El Niño particulièrement puissant cette année qui s’ajoute au réchauffement climatique, selon les scientifiques.

media_xll_8274369

« Il n’y a pas de réponse simple » pour expliquer les phénomènes exceptionnels, parfois meurtriers, observés aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis, en Australie et en Amérique latine, souligne Jérôme Lecou, ingénieur prévisionniste à Météo-France. « On a une conjonction » de facteurs, approuve le climatologue Hervé Le Treut.El Niño 
Le phénomène climatique El Niño joue un rôle « évident » dans une partie des phénomènes observés sur la planète, relève M. Le Treut. El Niño, qui survient tous les quatre à sept ans en moyenne, est provoqué par un changement de sens des alizés au-dessus du Pacifique équatorial. Les eaux chaudes de surface, qui s’accumulent normalement dans l’est du Pacifique, se déplacent vers l’ouest, entraînant des pluies plus abondantes sur la côte ouest de l’Amérique et davantage de sécheresse en Asie du Sud-est et en Australie. Il « affecte fortement le climat des Etats-Unis actuellement », « il est la cause majeure » de ce qu’il s’y passe, souligne M. Le Treut.
Les tornades meurtrières au Texas, inhabituelles en cette saison, comme la douceur observée dans le nord-est du pays sont partiellement dues à ce phénomène, ajoute-t-il. El Niño est un phénomène naturel mais l’épisode de 2015 est « probablement le plus puissant depuis les 100 dernières années », souligne M. Lecou. L’Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence de l’ONU, avait averti en novembre qu’il gagnerait en intensité d’ici à la fin de l’année. Cet « événement El Niño extrêmement puissant » explique par exemple « les inondations particulièrement intenses du côté du Paraguay et du nord de l’Argentine », indique M. Lecou.
Fin d’année hors normes
Les très fortes chaleurs en Australie correspondent aussi « assez logiquement à des périodes El Niño », ajoute-t-il. Par ailleurs, les effets du changement climatique « commencent à se mettre en place », relève le prévisionniste. Au niveau mondial, l’année 2015 « sera la plus chaude jamais enregistrée » et les cinq dernières années seront « le quinquennat le plus chaud jamais observé », rappelle-t-il. Selon l’OMM, « la température moyenne à la surface du globe franchira sans doute le seuil aussi symbolique que significatif que constitue un réchauffement d’un degré Celsius » par rapport à l’ère préindustrielle.
L’accord de Paris conclu le 12 décembre sur le climat prévoit de limiter « bien en deçà de 2°C » le réchauffement par une limitation des gaz à effet de serre. « De façon plus ponctuelle, on va retrouver (ce réchauffement) au niveau régional, avec une fin d’année absolument hors normes sur l’hémisphère nord, avec un mois de décembre historique du côté de l’Europe », explique M. Lecou. « Il y a un réchauffement de fond qui fait que, à application météorologique égale, on a tendance à battre des records un peu partout », explique Hervé Le Treut. 
Cette douceur pourrait expliquer notamment les inondations en Angleterre. « Les hivers doux qu’on vit sont favorables à des précipitations importantes, comme c’est le cas en Angleterre », estime le climatologue Jean Jouzel. « Il y a un lien entre le fait d’avoir des inondations et des hivers très doux en Europe de l’Ouest, c’est très clair ». La puissance d’El Niño est-elle liée au réchauffement de la planète ? « Pas nécessairement », selon Hervé Le Treut, même si « on peut imaginer qu’elle soit modulée un peu par le réchauffement climatique ». Selon le secrétaire général de l’OMM, Michel Jarraud, « ce phénomène naturel qu’est El Niño et le changement climatique provoqué par l’homme peuvent interagir et influer l’un sur l’autre de manière totalement inédite », et « El Niño ne fait qu’accentuer (la) tendance au réchauffement ».*lundi 28/12/2015 -Source: AFP

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*Une canicule exceptionnelle avec des pics de 47 degrés

cnhdrs

L’Algérie se prépare à l’instar des autres pays de méditerranée à faire face à une vague de chaleur caniculaire à partir de demain dimanche et ce pendant presqu’une semaine soit jusqu’au 4 juillet prochain.

Selon les prévisions météorologiques, la hausse du mercure débutera progressivement dès demain dimanche sur toutes les régions du Nord et de l’intérieur du pays avec des températures pouvant atteindre les plus de 40°. Et le pic de cette vague de chaleur semblable à celle de 2012 sera atteint mercredi prochain avec une température de plus de 47° à l’ombre et 54 ° sous le soleil.

Néanmoins aucune alerte météo n’a été annoncée par les services de l’Office Nationale de la Météorologie (ONM), qui prévoient cette hausse des températures maximales entre 37° à 46°, qui affecteront les régions de l’Ouest jusqu’à celles de l’Est du pays en passant par celles du centre du pays.*Par Lila Ghali | 27/06/2015 | .algerie1.com/

**La vague de chaleur atteint le sud de l’Espagne et touche aussi la France et le Portugal.

Avec des températures atteignant les 44°C, le sud de l’Espagne était placé lundi en état d’alerte pour « risque extrême » ou « important » à cause d’une vague de chaleur exceptionnelle touchant aussi la France et le Portugal.

« Aujourd’hui dans la campagne autour de Cordoue (en Andalousie ndlr), il fait 44°C », a indiqué une porte-parole de l’agence nationale de météorologie (Aemet) D’autres pays sont touchés par de fortes chaleurs, en particulier les voisins de l’Espagne, en état d’alerte depuis plusieurs jours pour éviter une catastrophe comme celle de 2003. La canicule avait alors provoqué le décès de 70.000 personnes supplémentaires en Europe comparé aux autres années, frappant surtout les personnes âgées.

« La masse d’air chaude s’est formée ici pendant ces jours de fort ensoleillement (…) et comme elle va coïncider avec un anticyclone en Scandinavie, elle va probablement affecter la zone la plus occidentale de l’Europe au cours des prochains jours », a expliqué à l’AFP Angel Alcazar, expert d’Aemet.

Meteo France a mis en garde lundi contre une semaine caniculaire, avec des températures comprises entre 36 et 40°C dans le sud-ouest et cette vague de chaleur, caractérisée par « sa précocité et son intensité », devrait s’étendre à partir de mercredi vers le nord et l’est de la France.

Les autorités portugaises ont averti dès vendredi des dangers liés au temps caniculaire et sec, avec des températures maximales de 35 à 44°C. Elles ont maintenu lundi quatre régions en alerte orange.

Même dans le sud de l’Espagne, « ces phénomènes météorologiques ne sont pas habituels, (ils sont) d’une intensité exceptionnelle et avec un niveau de risque très élevé pour la population », a expliqué la porte-parole d’Aemet. A Séville par exemple, le thermomètre devrait grimper jusqu’à 42°C et ses habitants ont pris d’assaut les fontaines. Enfants et adultes y trempent les pieds ou s’y baignent, d’autres préférant se rafraîchir dans le fleuve Guadalquivir.

Dans les zones côtières, les plages ont été envahies par les Espagnols et les touristes étrangers, avec le commencement de la haute saison touristique, et la protection civile a mis en garde contre les risques d’incendie.

La situation devrait toutefois s’améliorer dans les jours à venir dans la péninsule ibérique. « Il n’y a pas d’alerte rouge pour mardi et moins de provinces placées en alerte orange », a assuré la porte-parole d’Aemet.(Afp)–lundi 29/06/2015 | 

**********

41°. dans les régions ouest d’Algérie

L’Office national de la météorologie (ONM) prévoit une hausse sensible des températures pour jeudi 14 mai 2015, sur les régions du Nord du pays, notamment à l’Ouest où le mercure pourrait atteindre les 41°

Selon la même source, le mercure grimpera progressivement à partir de jeudi pour atteindre les 41° jeudi sur les régions de Sidi Belabès, Ain Témouchent, Relizane, Chlef et Mascara. Dans les autres régions du Nord du pays, les températures varieront entre 27° et 36°.

Pour les régions du Sud, les températures allant de 35 à 41° pourraient enregistrer. Le mercure ne dépassera pas les 35° sur le Hoggar et le Tassili. Une baisse de température sera observée à partir du vendredi sur les régions du Nord du pays.*Par Mourad Arbani | 13/05/2015 | algerie1.com

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Mars 2015 a été le mois de mars le plus chaud sur la planète 

media_xll_7642060 argent. dans Eco-finances

Mars 2015 a été le mois de mars le plus chaud sur la planète depuis le début des relevés des températures en 1880, a annoncé vendredi l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).  »Pendant le mois de mars, la température moyenne à la surface des terres et des océans a été de 0,85°C au-dessus de celle du 20e siècle », a expliqué la NOAA dans un rapport.  »C’est la température moyenne la plus élevée pour un mois de mars depuis 1880, elle surpasse le précédent record établi en 2010 de 0,05°C ». -*17/04/15 -Belga

**Prévisions Météo

*cliquer ici: Long term forecast for Oran et partout dans le monde

default algérie dans Eco-finances

**voir vidéo: la météo de Cheikh Ferhat

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Le temps qu’il fait

Le temps qu'il fait album_large_7248692

**Temps généralement ensoleillé Samedi 3 janvier et Dimanche 4 janvier 2015

L’Office Nationale de la Météorologie (ONM) prévoit un temps nuageux pour ce vendredi sur les régions de l’Est avec localement quelques averses de pluies, excepté les régions Ouest et Centre où le soleil sera prédominant en cours de journée. Quelque Chutes de neige sur les reliefs de l’Est dépassant 0900 mètres d’altitude affecteront ces mêmes régions durant la journée du vendredi.

Alors que pour la journée du demain samedi le temps sera généralement ensoleillé dans l’ensemble des régions du Nord du pays. L’ONM prévoit des températures maximales varieront de 13°c/16°c sur les côtes et entre 05°c/12°c vers l’intérieur et les hauts plateaux avec légère hausse le Dimanche. Les vents seront faibles à modérés. Dans les régions du Sud,  le temps sera généralement ensoleillé, excepté les Oasis et le Sud-Est ou le temps sera relativement froid et passagèrement nuageux le Vendredi. Les températures maximales varieront entre 11°C A 14°C du Sud-Ouest vers le Nord Sahara et les Oasis et de 12°c à 18°c sur le Sahara Central et l’Extrême Sud. Les vents seront modérés à parfois assez forts avec soulèvements de Sable locaux.*algerie1.com-02/01/2015 

*******

**Il a commencé à pleuvoir à Oran, ce mardi 04 novembre 2014 à partir de 13 heures. Une petite pluie fine qu’on espère se poursuivre jusqu’à demain ou même après.

*******************************

*Algérie:

Pluies, froid et premiers flocons de neige à partir de mardi 04 novembre 2014

alerte_m%C3%A9t%C3%A9i

Une activité pluvio-orageuse de plus en plus marquée sur l’ensemble des régions du Tell et des Hauts-plateaux, seront observés à partir de mardi, selon les prévisions des services de l’Office National de Météorologie (ONM). Ce changement notable et progressif des conditions météorologiques touchera ainsi tout le Nord de l’Algérie.

Les perturbations annoncées ont pour origine polaire qui feront irruption vers l’intérieur du pays. Elles seront accompagnées des premiers flocons de neige dans les massifs de l’intérieur.

Toujours selon l’ONM, une amélioration progressive sera observée dans l’Ouest à partir du vendredi et s’étalera aux régions du Centre et de l’Est.

Il est rappeler, par ailleurs, que le mois de novembre de l’année 2013 a été marqué par d’importants épisodes pluvio-orageux ayant touché l’ensemble des régions Nord du pays et plus particulièrement les régions de l’Est et du Centre où un cumul mensuel de 367 mm été enregistré à Jijel et 210 mm à la station d’Alger (Port). Et l’épisode le plus important avait été enregistré durant la période du 12 au 15 novembre, où de fortes pluies et des vents violents ont causé d’importantes intempéries dans certaines régions de l’Est dont Souk Ahrass et Annaba.*Par Mourad Arbani | 01/11/2014 /algerie1.com

**Selon l’ONM le mauvais temps est de retour dès demain. Les premiers flocons de neige tomberont sur les massifs de l’intérieur.

Après les parasols, il faudra sortir les parapluies. Exit le soleil, entre les nuages. Selon les prévisions de l’Office national de météorologie (ONM), des pluies, un temps frais, des vents violents et surtout de la neige, sont au programme dans le nord du pays, ainsi que sur les régions du Tell et des Hauts-Plateaux. Les premiers flocons de neige sont prédits sur les massifs de l’intérieur. Le retour du mauvais temps est annoncé pour demain. En effet, d’après les prévisions de l’ONM, il semble que l’hiver reprendra ses droits et mettra fin à l’été indien. Il s’agit d’un changement notable et progressif des conditions météorologiques sur le nord de l’Algérie ainsi qu’une activité pluvio-orageuse de plus en plus marquée sur l’ensemble des régions du Tell et des Hauts-Plateaux. Sur le plan du mercure, un rafraîchissement sensible sera observé, notamment, durant la journée du mercredi avec la pénétration en altitude d’air froid d’origine polaire vers l’intérieur du pays qui sera accompagné des premiers flocons de neige dans les massifs de l’intérieur.
Toutefois, ce retour du mauvais temps ne sera que périodique puisque selon le responsable de la communication de l’ONM, Brahim Ambar, une amélioration progressive sera observée dans l’Ouest à partir du vendredi et s’étalera aux régions du Centre et de l’Est. Le site météorologique «la chaîne météo» dans ses prévisions, annonce des températures variant entre 15° et 16° pour la journée du mercredi prochain, avec des rafales de vents entre 50 et 70 km/h.
Le site souligne dans un bulletin établi hier que «des pluies intenses, des orages violents et des vents très forts se produisent dans le Sud de la France, mais aussi sur tous les pays riverains de la Méditerranée». Concernant l’Algérie, le site souligne que le contact entre l’air très chaud venant depuis le Sahara avec l’air frais océanique engendrera une violente dépression. La même source explique que l’Est de l’Algérie et le Nord de la Tunisie sont les secteurs les plus exposés à de violents phénomènes (orages et pluies torrentielles, crues subites d’oueds, inondations éclairs, tempête en mer, grosses vagues déferlantes à la côte et risque de submersions). Par ailleurs, le site évoque l’hypothèse d’un «médicane».
Explications: l’air plus froid qui va plonger en Méditerranée devrait engendrer le creusement d’une dépression. Celle-ci, en continuant à se creuser, pourrait présenter des caractéristiques semblables aux phénomènes tropicaux qui se forment aux latitudes plus basses. Ce phénomène baptisé «medicane» pour (Mediterranean et Huricane) désigne la formation épisodique d’ouragans sub-tropicaux qui se forment parfois sur les eaux chaudes de la Méditerranée. Vues du satellite, ces tempêtes présentent la structure caractéristique des ouragans, avec un oeil dans leur centre. Le dernier en date, était la dépression Wolf du 9 novembre 2011, dont les vents à 160km/h ont provoqué un coup de mer dévastateur sur la Côte d’Azur.
Par ailleurs, ces pluies devraient être bénéfiques tant pour l’agriculture et les fellahs, que pour les réservoirs. Car les fellahs commencent à se plaindre du retard des pluies. A ce propos, il est à signaler que jusque-là aucune chute de pluie significative n’a été enregistrée dans aucune région du pays. Et les réservoirs commencent à se désemplir.
Pour rappel, le mois de novembre 2013 a été marqué par d’importants épisodes pluvio-orageux ayant touché l’ensemble des régions nord du pays et plus particulièrement les régions de l’Est et du Centre où un cumul mensuel de 367 mm a été enregistré à Jijel et 210 mm à la station d’Alger (Port).*Par Kheireddine BOUKHALFA - Lundi 03 Novembre 2014*L’Expression

****************************

*Belgique: L’automne reprend peu à peu ses droits

media_xll_7248727

Les nuages, accompagnés d’averses, feront leur retour dimanche après-midi sur le sud-est de la Belgique avant de s’étendre à l’ensemble du territoire. Le vent sera modéré à fort à la côte avec des maxima de 13 degrés dans les Ardennes et de 15 à 18 degrés ailleurs.

Des averses sont possibles dans la soirée et durant la nuit, les températures minimales étant comprises entre 9 et 12 degrés.La journée de lundi débutera sous quelques éclaircies avant que les nuages venant de l’ouest et les averses ne prennent le dessus. Le vent du sud sera modéré à fort à la côte. Il faiblira toutefois au fil de la journée. Les maxima atteindront 11 degrés en Haute Belgique et de 14 à 16 degrés dans le reste du pays.Mardi, le temps restera pluvieux avant le retour des éclaircies à partir de mercredi. Les températures maximales tourneront autour des 11 degrés, ce qui est normal pour la saison.*2/11/2014 -Source: Belga

media_xll_7247149

*Le 1er novembre 2014, le plus chaud depuis 1901

 La température de 18,5° a été mesurée samedi peu avant midi à Uccle, battant de la sorte le record de 18,4° observé le 1er novembre 1984. Cette journée est la plus chaude depuis 1901, a indiqué le météorologue David Dehenauw.

Des températures supérieures à 20° ont toutefois déjà été mesurées au mois de novembre dans le passé. Le 4 novembre 1994 par exemple, le mercure affichait en effet 20,2 degrés. Mais le thermomètre a grimpé jusqu’à 20,3 degrés ce samedi à Uccle, égalant ainsi le record du jour de novembre le plus chaud qui remontait au 12 novembre 1995, a indiqué samedi soir le météorologue. *1/11/2014 -Source: Belga

**Le temps sera généralement sec et ensoleillé durant la journée de samedi. Des champs nuageux feront toutefois leur apparition au littoral dans le courant de l’après-midi. Les températures seront douces avec des maxima avoisinant 17° en Ardenne et à la Côte, et entre 19 et 21° dans le reste du pays. Le vent de secteur sud à sud-ouest sera, quant à lui, faible à modéré.

Durant la soirée et la nuit, la nébulosité augmentera à partir de l’ouest. Localement, quelques gouttes de pluie ne sont pas à exclure. Des éclaircies feront graduellement leur apparition dans l’ouest et le centre du pays. Les minima s’échelonneront entre 8 et 12°.Dimanche, les nuages seront présents dans le sud-est tandis qu’ailleurs les périodes d’ensoleillement seront toujours de la partie. En fin d’après-midi, la nébulosité augmentera sur l’ensemble du territoire. Des précipitations sont prévues durant la soirée et la nuit. Le vent de secteur sud-ouest sera modéré dans l’intérieur du pays et assez fort à la Côte. Les maxima oscilleront entre 13 et 18°.A partir de lundi, le temps sera variable et les précipitations seront fréquentes. A midi, le mercure affichera environ 12°.*1/11/2014 -Source: Belga

Des températures minimales &quot;très anormales&quot;

**mauvais temps, coupures d’électricité, fortes pluies et vent à Buenos Aires 

   évacuation de plusieurs milliers de personnes

media_xll_7252336

Le mauvais temps, mêlant fortes pluies et vent, qui touche la province de Buenos Aires depuis jeudi, a provoqué des inondations, faisant deux morts et entraînant l’évacuation de plusieurs milliers de personnes.

Un jeune homme de 22 ans est mort électrocuté à San Fernando, dans le nord de la capitale argentine, alors qu’il tentait de récupérer des affaires dans son logement inondé, a indiqué le maire Luis Andreotti. C’est la deuxième victime des intempéries, après la découverte ce week-end du corps sans vie d’un adolescent de 14 ans, noyé dans le Lujan (75 kilomètres au nord de Buenos Aires), fleuve dont les eaux avaient monté. « Il y a 5.203 personnes évacuées dans les 19 localités de la périphérie de Buenos Aires touchées », a déclaré au cours d’une conférence de presse le chef du gouvernement argentin, Jorge Capitanich. L’agglomération de Buenos Aires, construite en partie sur des zones marécageuses, est fréquemment inondée. Dans la capitale, où en quatre jours il a plu autant que ce qui tombe habituellement en trois mois, de nombreuses rues restaient inondées lundi, tandis que la chute de poteaux a entraîné des coupures d’électricité.*4/11/14 -Source: Belga

20% d'inflation en neuf mois en Argentine

***************************************

Débordement des oueds, routes coupées et effondrement d’habitations, à la suite des dernières intempéries

infos d'Algérie.1

Durant la période allant du 25 au 28 avril 2013, les services de la Protection civile ont effectué plus de 500 opérations d’épuisements des eaux pluviales infiltrées dans plusieurs habitations et édifices publics à travers différents quartiers des wilayas touchées par les fortes chutes de pluie.

Selon le point de situation relatif aux intempéries, la Protection civile a indiqué que les secours ont procédé au sauvetage des personnes cernées par les eaux pluviales, suite aux débordement des oueds ou suite à des effondrements partiels des habitations vétustes dans les wilayas de l’ouest du pays, notamment Mascara, Aïn Témouchent, Saïda, Tlemcen, Oran, Chlef, Bouira, Médéa et El Oued.

En outre, les pompiers ont procédé également au sauvetage de trois familles cernées par les eaux d’un oued en crue au douar Ouled Kada à Mascara, ainsi que le sauvetage et l’évacuation de 51 personnes à bord d’embarcations pneumatiques suite aux débordements d’un oued au lieudit Megtaâ, dans la même wilaya.

Par ailleurs, deux personnes ont péri suite aux intempéries ; une est décédée suite à l’effondrement d’une baraque dans la wilaya de Tlemcen, et un enfant est décédé dans un terrain vague, à 200 mètres de son domicile, sis au douar Sehanine, à Mascara.

innondations_copy

Dans la commune de Oued El Sabah à Aïn Témouchent, 12 habitations ont été infiltrées par les eaux pluviales.

25 autres habitations ont également connu le même sort à Saïda. Dans la wilaya de Chlef, 13 opérations d’épuisement des eaux ont été effectuées à travers différents quartiers. Un glissement de terrain a été enregistré au douar Beni Fouda qui a causé des fissurations des murs de deux habitations à Bouira.

A El Oued, il a été enregistré l’effondrement partiel d’une habitation construite en toub au lieudit cité El Kara. Aucune victime n’est à déplorer. Un autre effondrement d’une baraque suite au glissement de terrain a été enregistré à Tlemcen, causant la mort d’une personne qui a été ensevelie sous les décombres.

Des routes coupées ou difficiles à la circulation

Par ailleurs, la Protection civile a fait état dans son point de situation, de plusieurs routes coupées ou difficiles à la circulation dans les wilayas touchées par les intempéries.

A Aïn Témouchent, la circulation a été coupée en raison du débordement de Oued Berkache, au niveau du CW59, reliant les communes de hammam Bouhadjar et El Hessasna.

Le chemin communal reliant les douars Zenakhra et Fratssa, est coupé à la circulation à cause de l’infiltration des eaux pluviales. A Sidi Bel Abbès, la RN94, reliant Telagh et Mezaourou est coupée à la circulation suite à un glissement de terrain à hauteur d’un pont. Les intempéries ont provoqué, en outre, la coupure à la circulation de plusieurs routes à Mascara.

Parmi les routes coupées et difficiles à la circulation, la Protection civile a fait état de la RN97, reliant Chorfa et Sig, la RN17, reliant Hacine et Mohammadia, qui demeure coupée à la circulation au niveau de la commune de Hacine.

Les CW31, 43 et 58 reliant respectivement Ghris et Makda, Aïn Fares et Mohammadia, Oued Taghia et le barrage Oued Ouzeghat sont également coupés à la circulation.

Par contre, la RN6, reliant Hacine et Mascara a été rouverte à la circulation. La pluie a également bloqué la circulation au niveau du CW13, au douar El Menailia, suite au débordement de l’oued Mina à Relizane.*Le Temps d’Algérie-29.04.2013.

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Retour du soleil dans la majorité du pays 

des températures de 30 et 31 C°, prévues en fin de semaine

media_xll_6619900

Le soleil sera de retour dès mardi dans la majorité  du territoire national après les dernières perturbations enregistrées depuis le début  de la semaine, selon les prévisions des services de l’Office national de météorologie. 

Après les perturbations climatiques de ces derniers jours, le climat  devra se stabiliser à partir de la matinée de mardi, avec un retour du soleil  et des températures saisonnières dans la quasi-totalité du pays, a assuré lundi  le chargé de l’information et des relations publiques au niveau de l’office,  Benchâabane Fatah.         

« Seules les wilayas de l’est du pays continueront à connaître quelques  passages nuageux, accompagnés de pluies par moments avant que l’éclaircie ne  refasse surface durant l’après-midi », a ajouté le même responsable.         

« Les changements climatiques observés ces dernières 48 heures n’ont  rien d’exceptionnel, sont tout à fait ordinaires et sont dus à des conditions  anti-cycloniques (haute pression) qui avaient touché toutes les régions de la  Méditerranée », a-t-il expliqué au sujet des derniers changements climatiques,  caractérisés parfois par des pluies ayant atteint 45 mm dans certaines wilayas  du pays. L’Office national de météorologie prévoit, par ailleurs, des journées  « relativement chaudes » en fin de semaine dans les régions intérieures de l’ouest  du pays, avec des températures oscillant entre 30 et 31 C°.  Le reste du pays connaîtra des températures saisonnières allant de 20  à 28 C°, un vent faible et modéré (20 à 40 km/ h) alors qu’au Sud, quelques  passages nuageux seront observés.*APS-02.06.2014

media_xll_6789583

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Une nouvelle vague de froid arrive

Les intempéries n’ont pas encore fini. De fortes chutes de pluie et des baisses de températures sont prévues au cours de la semaine. Les prévisions annoncent que cette semaine sera pluvieuse, avec une baisse notable des températures, et ce, jusqu’à mardi prochain. D’ailleurs, on constate la baisse du mercure, signe d’un temps particulièrement froid. Ainsi, les intempéries sont de retour. Ce retour des chutes de pluie, intervient après seulement deux jours de répit. La semaine écoulée les chutes de pluie ont causé beaucoup de dégâts matériels, ainsi que la mort de cinq personnes et 11autres blessées dans des accidents de la circulation. Par ailleurs, les premières chutes de neige ont été enregistrées dans la région montagneuse de l’Ouarsenis (Tissemsilt), ainsi qu’au niveau de la commune de Larbaâ, notamment les monts de Aïn Antar, Fouara de Boukaïd et Aïn Lellou. Mais aussi les monts El Medad dans la commune de Theniet El Had et les monts de l’Atlas blidéen (Chréa) qui ont revêtu leur manteau blanc. Ces prévisions feront sans nulle doute des heureux, mais aussi des malheureux. Les agriculteurs seront heureux d’accueillir ces pluies pour mener à bien leurs labours et semailles. Tandis que les autres seront malheureux, car ces pluies torrentielles leur causeront plusieurs désagréments. Toutefois, les autorités doivent mettre en place un dispositif qui permettra de faire face à ces situations critiques, en l’occurrence l’approvisionnement en denrées alimentaires et la livraison des bonbonnes de gaz butane pour les régions qui ne bénéficient pas encore du gaz naturel. Le ministre de l’Energie et des Mines M.Youcef Yousfi, a exhorté, il y a quelques jours, les travailleurs de Naftal d’assurer la livraison des bouteilles de gaz butane aux gens habitant les zones enclavées et isolées, mais il leur a aussi demandé d’élargir leurs points de vente. Dans ce contexte, les walis ont été saisis par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, afin de préparer des plans d’urgence face aux conséquences dues aux intempéries. Ces plans Orsec visent à faire face à d’éventuelles catastrophes naturelles, notamment les inondations. Ils visent également à établir les bilans occasionnés par les fortes chutes de pluie, en période d’automne, en l’occurrence dans les zones ayant des antécédents d’inondations. Par ailleurs, les walis disposeront de photos satellitaires sur la situation des zones touchées par les catastrophes naturelles. Ce qui leur permettra d’avoir une meilleure vue sur la situation, mais également les autorités locales qui pourront assurer une meilleure intervention et une rigoureuse gestion au moment de la catastrophe, et ce dans la logique de minimiser les dégâts. Il est à noter que plusieurs pays du monde, ont connu ces derniers jours des intempéries, en particulier les Philippines où le typhon Hayian a fait un passage désastreux, mais aussi l’Irak, le Vietnam, l’Arabie Saoudite, l’Italie, la Chine,l’Inde et les Etats-Unis.*L’Expression-23.11.2013

media_xll_6758488

media_xll_6790801

media_xll_6690548

media_xll_6792492

media_xll_6735544

**************************************







évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...