Le bégaiement, une peur quotidienne

Journée mondiale du bégaiement (22 octobre)  

bgaiement.jpg 

**Bègue recherche orthophoniste

Cette journée doit être une occasion pour prendre en charge sérieusement cette pathologie peu connue, mais qui touche beaucoup de personnes. 

bien plus qu’un trouble de la parole, le bégaiement est un phénomène complexe qui va au-delà de la simple et classique répétition des sons, le prolongement des syllabes et autres troubles de la parole. Le bégaiement affecte toute la personne, impliquant, outre les troubles de la parole, la communication et le comportement. La Journée mondiale du bégaiement, coïncidant au 22 octobre de chaque année, doit être l’occasion pour prendre au sérieux cette pathologie.
Pour Nafissa Chamek, orthophoniste à l’hôpital de Kouba, le bégaiement est défini comme étant une perturbation particulière des activités psycholinguistiques dont le plus apparent est le trouble élocutoire. Selon notre interlocutrice, l’on note chez les personnes présentant un bégaiement, des troubles plus ou moins importants du rythme de la parole. Celle-ci est rapide ou saccadée, alors que la mélodie est altérée en présence d’un interlocuteur.
Ce trouble affecte 1% de la population, touche trois garçons pour une fille et débute le plus souvent entre trois et sept ans. «Avant l’âge de six ans, un enfant sur dix présente un léger défaut dans la prononciation des mots.», souligne Salma Fantazi, orthophoniste à l’EPSP de Mouzaïa. Et de poursuivre : «Dans 40% des cas, la mauvaise articulation des mots va persister à l’âge adulte et provoquer ainsi des troubles de la parole.» Les situations de bégaiement varient d’une personne à une autre, et selon le contexte. Il en est de même pour ses conséquences sur l’intégration sociale, scolaire ou professionnelle. Chez l’enfant scolarisé, le bégaiement est l’une des causes essentielles de l’échec scolaire. Les écoliers souffrant de bégaiement font souvent l’objet de moquerie de leurs camarades.
«Chez l’adulte, le bégaiement, prend une connotation particulière, dans la mesure où le trouble est presque ancien et bien ancré dans sa personnalité»,
souligne Melle Chamek. Et de noter : «Les perturbations psychologiques que ce trouble entraîne ont un retentissement important sur la communication interindividuelle.»
La honte du trouble, la culpabilité, la frustration de ne pouvoir communiquer convenablement avec les autres et la mauvaise estimation de soi sont autant de comportements et de sentiments qu’éprouvent les personnes bègues pour elles-mêmes.
Nos deux orthophonistes déplorent le manque d’informations, la négligence des enseignants quant à la nécessité de prise en charge de ce trouble et le peu de considération accordée à la rééducation orthophonique. 196 orthophonistes exercent en santé publique, la plupart d’entre eux sont affectés dans les UDS.   (El Watan-21.10.2010.)     

** l’histoire nationale bégaie toujours 

Peu de gens le savent, mais hier se fêtait la journée mondiale du bégaiement. Pour tous les bègues algériens, ce fut l’occasion de tenter quelques phrases entières, mais aussi de voir que l’histoire nationale bégaie toujours, les dirigeants s’auto-succédant en faisant les mêmes erreurs. Ce goût d’inachevé, qui reste en travers de la digestion des promesses de développement, a culminé le lendemain, jeudi, où M. Ouyahia était debout devant les députés assis pour expliquer sa vie et son œuvre. Le Premier ministre a longuement parlé, mais personne ne lui a fait remarquer qu’il avait déjà dit tout ça.

Dans ce bégaiement permanent, les députés ont balbutié quelques remarques et fait ce qu’ils ont déjà fait, accepter le discours de la force et la stratégie du gouvernement. Mais au cours de cette énième cérémonie d’allégeance, on a oublié que l’objectif d’un Premier ministre est de créer de la richesse et, en noyant les chiffres dans les chiffres, on a failli oublier l’essentiel en termes macroéconomiques. Dans la tautologie de Ouyahia, on a eu du mal à trouver les seuls deux chiffres révélateurs, la croissance économique et le taux d’inflation ; et pour cause, le Premier ministre a oublié de les donner.

Heureusement, d’autres sources sont là pour montrer toute l’inanité du discours politique ; 2,4% de croissance économique en 2009 (3,5 prévus pour 2010) et 5,7% d’inflation pour 2009, soit un appauvrissement général, le pouvoir d’achat diminuant deux fois plus vite que la richesse n’augmente. Un grand bégaiement pour une équipe prétentieuse au pouvoir depuis plus d’une décennie et qui refuse d’admettre ses erreurs et le pari perdu de la croissance. En fin d’après-midi, dossiers pliés et députés rangés, le Premier ministre est rentré chez lui et plus personne n’en parlera. Restera une blague, quel est le comble pour un bègue ? Qu’on lui dise «répète, je n’ai pas bien entendu». (El Watan-23.10.2010.) 

************************* 

**C’est (aujourd’hui le 22.octobre2009) la 12e journée mondiale consacrée à ce trouble de la parole et de l’échange. Un handicap encore méconnu.

 Entre guillemets. Roselyne Seignoux. Déléguée de l’association Parole-Bégaiement en Ille-et-Vilaine.

« Lorsqu’on bégaie, on vit dans l’angoisse de buter sur les mots. C’est une peur quotidienne, une souffrance, qui nous empêche d’aller vers l’autre. C’est culpabilisant et dévalorisant, un peu tabou. Cela nous empêche d’être nous-mêmes. J’ai bégayé toute petite et j’ai vécu dans cette hantise. Du coup, je me taisais et j’évitais certaines situations. Je préférais paraître timide. Je n’ai pas subi de moqueries car j’ai eu la chance de ne pas souffrir d’un bégaiement très expressif.

« À force, on se forge une carapace. Mais ceux qui bégaient beaucoup peuvent se retrouver totalement isolés, jusqu’à être incapables d’aller acheter une baguette de pain. J’insiste sur la prévention. On ne naît pas bègue, on le devient. Beaucoup d’enfants trébuchent sur les mots, mais, quand la parole reste bloquée, il faut consulter un orthophoniste.

« L’enfant bègue exprime une pression. C’est une alerte, il nous dit : il y a un ‘ trop ’ quelque part. Peut-être ‘ trop ’ d’attente de la part de ses parents, mais ça peut être une multitude de choses : l’entrée en maternelle ou en primaire, l’arrivée d’un autre enfant…

« Quelques séances chez l’orthophoniste peuvent suffire pour que tout rentre dans l’ordre. Auparavant, on ne travaillait que sur les symptômes. Aujourd’hui, on part de l’origine du bégaiement pour détricoter tout ce qui l’a engendré. Ce n’est pas une fatalité. Nous avons tous, en nous, la force de le surmonter. »(Ouest-France.22.10.09.)

181 réponses à “Le bégaiement, une peur quotidienne”

1 8 9 10
  1. 11 11 2016
    produits americains (15:06:16) :

1 8 9 10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...