Ebola,une catastrophe humanitaire

«  Ce n’est plus une épidémie. C’est une catastrophe humanitaire« 

         Virus inconnu, mais mortel

Confidences alarmantes du chercheur qui a découvert Ebola

« Il faut que cela soit clair pour tout le monde. Ce n’est plus une épidémie. C’est une catastrophe humanitaire », explique Peter Piot, le médecin belge qui a identifié le premier cas de fièvre du virus Ebola en 1976.

Ebola,une catastrophe humanitaire media_xll_7177941Dans une interview accordée au Guardian et reprise par le site des Inrocks, Peter Piot se souvient de la découverte d’Ebola, en 1976. Il travaillait alors comme chercheur à l’Institut de médecine tropicale d’Anvers. Un jour, un pilote de la Sabena apporte aux scientifiques l’échantillon du sang d’une religieuse belge tombée malade à Yambuku, un petit village du Congo. « Il nous a demandé de vérifier s’il s’agissait de la fièvre jaune », raconte Peter Piot.Virus inconnu, mais mortel
« Nous ne savions pas à quel point ce virus était dangereux. » Lors des premiers tests, l’équipe de chercheurs se protège avec les moyens du bord. Les tests de la fièvre jaune, de la typhoïde et de la fièvre de Lassa se révèlent négatifs. C’est en transmettant le virus à des souris que les scientifiques se rendent compte du potentiel mortel d’Ebola. Infectés, les rongeurs décèdent les uns après les autres.Une fiole contenant le virus renversée sur un collègue
Au Congo, la religieuse malade meurt aussi. Alors que les chercheurs reçoivent d’autres échantillons, l’OMS leur demande de les envoyer dans un laboratoire plus sécurisé en Angleterre, mais le patron de Peter Piot refuse. Il veut aller jusqu’au bout. « Il a saisi une fiole contenant le virus, mais ses mains tremblaient et il a tout renversé sur les pieds d’un collègue », affirme Peter Piot. « Heureusement, personne n’a été contaminé. »L’équipe parvient finalement à créer une image du virus inconnu au microscope. Il est « très gros, très long et ressemble à un ver ». Il fait aussi penser à celui de Marburg, qui a fait plusieurs morts en Allemagne. « Je ne connaissais pas le virus de Marburg, j’ai dû aller à la bibliothèque pour me renseigner. Quand je dis ça aujourd’hui à mes étudiants, ils pensent que je viens de la Préhistoire. » 

Je me sentais comme Tintin au Congo
Quelques jours plus tard, Peter Piot se porte volontaire pour faire partie de la première expédition à se rendre au Congo. « J’avais 27 ans et je me sentais un peu comme le héros de mon enfance, Tintin. J’étais excité d’avoir la chance de découvrir quelque chose de complètement nouveau », confie le chercheur devenu professeur à Londres. 

Ebola est un chouette nom, n’est-ce pas?
« Bien sûr, il était évident que nous avions affaire à l’une des maladies infectieuses les plus mortelles que le monde ait jamais vues, et nous ne savions pas qu’elle était transmise par les fluides corporels! » Peter Piot explique aussi comment son équipe a pensé au nom Ebola. « Nous ne voulions pas l’appeler le virus de Yambuku, alors nous avons repéré une rivière assez proche, l’Ebola. Mais la carte que nous avions était petite et inexacte. Il y avait une autre rivière plus proche. Enfin, Ebola est un chouette nom, n’est-ce pas? »

Les hôpitaux ont participé à la contamination
Pendant sa mission, Peter Piot se rend compte que les hôpitaux et les religieuses belges ont participé à la propagation d’Ebola en ne respectant pas correctement les procédures d’hygiène. « Dans l’épidémie actuelle d’Ebola en Afrique de l’Ouest, les hôpitaux ont également participé à la contamination », affirme-t-il.

Très inquiet
Après avoir consacré 30 ans à la recherche contre le sida, Peter Piot avoue qu’il n’a pas vu venir la récente épidémie du virus Ebola. « J’ai toujours cru que les infections dues à Ebola ne poseraient pas de problème car elles restaient à chaque fois brèves et locales. Mais en juin, j’ai commencé à comprendre que c’était différent. Nous les flamands, on a tendance à ne pas montrer nos émotions, mais à ce moment-là, je suis devenu très inquiet. »

Catastrophe humanitaire
« Il faut que cela soit clair pour tout le monde. Ce n’est plus une épidémie. C’est une catastrophe humanitaire », prévient Peter Piot, qui se montre surtout inquiet par la situation en Afrique, surtout si le virus venait à toucher des grandes métropoles. Il invite l’Allemagne et la Belgique à faire beaucoup plus d’efforts, indique le site des Inrocks. Il rappelle aussi que le sida continue de faire des ravages en Afrique. « J’aime la vie. C’est pourquoi je fais tout ce que je peux pour convaincre les puissants de ce monde à envoyer suffisamment d’aide en Afrique de l’Ouest. Maintenant! » *7sur7–mardi 07/10/2014 -

media_xll_7175601

*Plus de 2.000 enfants rendus orphelins par Ebola au Liberia. 

L’Unicef intervient depuis le début de l’épidémie d’Ebola au Liberia, le pays plus touché par le virus avec 3.696 cas, dont 1.998 morts sur plus de 3.300 en Afrique de l’Ouest. La responsable de la communication de crise de l’ONG, Sarah Crowe est rentrée lundi du pays et pointe les « conséquences secondaires du virus » lors d’une conférence de presse à Bruxelles. « Plus de 2.000 enfants ont été rendus orphelins par Ebola au Liberia. Il n’existe pas non plus de protocole pour les enfants mis en quarantaine durant 30 jours. Les services de santé publique sont débordés face à l’ampleur de l’épidémie », indique lundi Mme Crowe.

Les actions d’Unicef s’étendent sur plusieurs niveaux au Liberia. « Nous distribuons des fournitures d’aide, comprenant des produits d’urgence comme du chlore. Unicef forme des équipes de volontaires sur place chargés de servir dans des centres coordonnés entre les ONG et le gouvernement. Nous menons également un travail de sensibilisation de la population. »La traçabilité des personnes ayant été en contact avec des patients infectés est décrite comme « chaotique » par la représentante d’Unicef. « La peur et la suspicion est globale. Elle pèse également sur les enfants. »Une attention particulière est portées aux enfants atteints du virus ou ayant perdu leurs parents à la suite de l’épidémie. « Nous mettons en place des infrastructures de quarantaine pour les enfants. Ils y sont pris en charge par des personnes ayant survécu au virus, et donc immunisées. Ces volontaires peuvent ainsi prendre soin des enfants de façon plus personnelle qu’un aide soignant enveloppé dans une combinaison protectrice », selon Sarah Crowe. Unicef prévoit également d’ouvrir des centres scolaires dans les semaines à venir. Les écoles libériennes sont en effet fermées et ne devraient pas ouvrir avant l’année prochaine.Plusieurs fronts
La lutte contre le virus est menée sur plusieurs fronts au Liberia, poursuit la responsable d’Unicef. « D’une part, nous luttons contre Ebola. De l’autre, nous menons une bataille pour l’accès aux soins de santé. De nombreuses personnes doivent continuer à être traitées pour des maladies telles que la malaria. Ces maladies ne cessent pas simplement d’exister. »

Le temps de réaction de la communauté internationale s’explique en partie par la rapidité exceptionnelle de l’expansion de l’épidémie, selon Mme Crowe. « Historiquement, la fièvre Ebola ne s’était jamais étendue à un milieu urbain. Elle avait été maîtrisée rapidement. L’épidémie actuelle est sans précédent. Si nous voulons y mettre fin, nous devons impérativement prêter assistance aux pays les plus touchés », conclut la représentante d’Unicef.

L’Union africaine a par ailleurs réclamé à nouveau l’envoi de plus de personnel pour « briser le cycle d’Ebola », lors d’une réunion de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) lundi à Paris. « Les infrastructures sont bienvenues mais les infrastructures seules ne régleront pas le problème, nous avons besoin de ressources humaines », a-t-elle souligné.*06/10/2014 – 14h42  Source: Belga

media_xll_7175228

**Un virus proche de l’Ebola, fait sa réapparition en Ouganda

Le virus Marburg, proche de l’Ebola, a fait sa réapparition en Ouganda ou un homme d’une trentaine d’années a succombé à la maladie tandis que près de 80 personnes étaient mises en quarantaine ou placées en observation, ont indiqué lundi les autorités à Kampala.

La directrice des services de santé a appelé la population à la plus grande vigilance. Le ministère de la Santé a mobilisé toutes les équipes d’urgence qui ont de l’expérience dans la lutte contre les maladies virales mortelles.*06/10/2014 –  Source: Belga

*******************

Un médecin sénégalais soigné en Allemagne est guéri

 Un expert sénégalais de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), atteint par le virus Ebola, est guéri et a pu quitter l’hôpital de Hambourg vendredi, a annoncé l’établissement de cette ville du nord de l’Allemagne samedi.

« Il va bien et n’est plus contagieux depuis déjà un bon moment », a précisé l’hôpital universitaire de Hambourg-Eppendorf dans un communiqué. « Nous nous réjouissons vraiment pour lui qu’il puisse maintenant rentrer dans son pays », a-t-il ajouté. Cet expert, spécialiste en épidémiologie, avait été contaminé en Sierra Leone par ce virus qui provoque des fièvres hémorragiques. Il avait été admis fin août dans cet hôpital de Hambourg, l’Allemagne ayant proposé d’apporter son aide médicale quand elle le peut pour soigner certains malades sur son territoire. 

Un autre malade, un médecin ougandais travaillant pour une organisation d’aide italienne, est soigné depuis vendredi dans un autre hôpital d’Allemagne, à Francfort. Il a, lui aussi, contracté le virus en Sierra Leone. 

En France, la ministre de la Santé a également annoncé samedi qu’une jeune infirmière française, volontaire de l’organisation Médecins sans frontières (MSF), contaminée par le virus au Liberia, avait quitté l’hôpital et était complètement rétablie. 

L’épidémie d’Ebola, la plus meurtrière jamais connue, a déjà fait 3.439 morts et quelque 7.500 personnes ont été infectées par le virus dans cinq pays d’Afrique de l’Ouest, principalement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, selon un bilan de l’OMS arrêté au 1er octobre.*7sur7– 04/10/2014 -

**************************

Une réponse à “Ebola,une catastrophe humanitaire”

  1. 18 06 2015
    sdorttuii plmnr (13:32:02) :

    You completed certain good points there. I did a search on the subject matter and found the majority of people will consent with your blog.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...