La franc-maçonnerie,le sexe et l’argent

La franc-maçonnerie,le sexe et l'argent 4332296985_ec50366254_o

**La franc-maçonnerie : une secte diabolique 

*une invention juive pour détruire l’Eglise

*********************************

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Les Francs-maçons gouvernent-ils la France ?

Les Francs-Maçons constituent-ils un réseau d’influence tel que rien dans ce pays ne se décide sans leur aval ? Oui ! Et non ! C’est la seule conclusion qu’on peut tirer après avoir vu le documentaire de Pascal Catuogno que Canal+ diffuse ce soir.
Sujet en or pour la presse et pour les amateurs paranoïaques d’occultisme, de Dan Brown et autres contempteurs illuminés des illuminati, qui s’intéresse aux Francs-Maçons hormis les Francs-Maçons eux-mêmes et Sophie Coignard ? 
Prêter au Francs-maçons plus que ce qu’ils ne peuvent rembourser (mais on ne prête qu’aux riches, n’est-ce pas ?) en dit plus long sur leurs ennemis que sur eux-mêmes. Ces derniers devraient juste méditer que sans les Francs-maçons, figure rêvée – et longtemps persécutée – de l’ennemi intérieur, leurs farouches adversaires n’existeraient pas. Et ce n’est pas juste une figure de rhétorique.

Il faut dire qu’avec leurs rituels désuets, que d’ailleurs Pascal Catuogno a eu l’autorisation de filmer, leur faux-vrai culte du secret (Vous en êtes ? Si je l’étais je ne vous le dirais pas…), ils entretiennent un mystère pourtant éventé depuis bien longtemps.

Alors, certes, « on » dit que Gérard Larcher a été élu au perchoir du Sénat grâce à eux, que Gérard Collomb a accédé à la présidence de la communauté urbaine de Lyon grâce à eux. Dans ce film on ne dit ni ne dédit. On admet, on dément du bout des lèvres, mais on ajoute raisonnablement qu’ils exercent leur influence comme d’autres groupes d’intérêts, de pression. Il faudrait être bien naïf pour s’imaginer qu’autour de ce gâteau qu’on appelle le pouvoir, seuls les maçons banquettent.

Pourquoi d’ailleurs devrions-nous nous opposer à l’existence de tels groupes qui préfèrent pratiquer la réflexion plutôt que lancer des anathèmes ? Rappelons que si Nicolas Sarkozy est revenu un tant soi peu sur le fumeux concept de « laïcité positive », les Francs-maçons n’y étaient sans doute pas pour rien, de même en ce qui concerne la légalisation de l’avortement ou la suppression de la peine de mort, sujets qui mobilisent la société entière.

Des scandales les éclaboussent que Pascal Catuogno ne se garde pas de dénoncer. Il évoque le « dossier corse », ainsi nommé parce qu’en 2000, le grand maître du Grand Orient de France, Simon Giovannaï, aurait prêté une oreille, disons attentive, au nationalistes corses…

Mais, pourra-t-on rétorquer, il est somme toute assez rassurant qu’on connaisse ces affaires dans lesquelles des maçons sont impliqués. Que la lumière soit faite sur tous les scandales de la république, on attend que ça. Mais on n’en est pas là !

Le film de Pascal Catuogno est éclairant. Non pas parce qu’il contient des révélations, mais parce qu’il met en évidence la grande force des « frères » : la mise en scène d’une opacité savamment dosée. Le flou – entretenu par les maçons eux-mêmes – sur leurs activités est leur plus fidèle allié. Et leur meilleur ennemi. *.agoravox.fr—vendredi 15 mai 2009

 

Pour Les RDV de l’Agora, Pascal Catuogno répond aux questions d’Olivier Bailly

Olivier Bailly : Il y a déjà beaucoup de sujets sur les Francs-maçons…
Pascal Catuogno : C’est clair qu’il s’agit d’un marronnier. Dans les hebdomadaires français vous avez régulièrement une ou deux unes sur les Francs-maçons dans l’année. C’est toujours un fantasme qui fait recette. Mais parce qu’on fait beaucoup de sujets sur certains thèmes il ne faudrait plus les traiter ? Je ne crois pas.

OB : Pourquoi chaque année à la même époque ce sujet revient en une. Au lieu de dire que c’est un marronnier, c’est-à-dire un aveu de faiblesse des médias, ne peut-on pas imaginer qu’il s’agit d’une stratégie de communication de la part des Maçons ?
PC : Pour ma part, Je crois qu’ils n’y sont pour rien et que ça vient vraiment des journalistes. C’est un choix éditoriale des news magazine. Tout simplement parce que ça fait du chiffre.

OB : En quoi votre film fait-il la différence ?
PC : J’ai voulu angler le sujet sur la franc-maçonnerie et la politique dans son acception générale. Quelle est l’implication de la maçonnerie dans la vie de la cité. Ça permettait d’avoir un angle beaucoup plus précis et donc m’évitait de retomber dans le piège des éternels marronniers où l’on parle de tout sans jamais parler de rien. Cet angle plus précis m’a permis de mieux cadrer le sujet et d’essayer de faire quelque chose d’un petit peu différent. Je pense qu’on a réussi à le faire.

On s’est attaché à la façon dont les Francs-maçons veulent avoir une implication dans la vie politique et sociale et, en restant sur cet angle bien précis cela nous a permis de sortir quelques petites histoires qui sont emblématiques de la façon dont les francs-maçons travaillent, de leur demander s’ils ont ou non du pouvoir et d’aller un peu plus loin que là où on a été jusqu’à présent. Je pense qu’on a pas trop mal réussi notre coup.

OB : A la fin de votre film on se demande s’ils ont le pouvoir qu’on leur prête ? On a plutôt l’impression qu’il s’agit d’un réseau comme un autre…Pourquoi sont-ils l’objet de tant de fantasmes
PC : Parce que c’est secret. Cultivent-ils le secret parce qu’ils ont quelque chose à cacher ou parce qu’ils n’ont rien à dire et que ça permet de fantasmer autour ? Je pense qu’il y a un peu des deux. Mais il y a cependant un secret intrinsèque c’est celui de l’initiation. Quand ils se retrouvent dans leur temple, c’est un lieu sacré pour eux et ils ont des rites, des façons de communiquer qui leur appartiennent et qu’ils ne veulent pas montrer aux « profanes ».

Mais il est vrai que laisser planer le mystère permet de faire fantasmer, de laisser entretenir le fait qu’il y a un pouvoir. Je pense qu’ils détiennent un pouvoir, mais c’est moins parce qu’ils sont Francs-maçons que parce qu’ils appartiennent à une corporation qui est peut-être plus cimentée par cette connivence du secret.

OB : Font-ils les lois ? On se demande à la fin du film s’ils sont influents. Ils cultivent moins le secret que l’ambiguïté par rapport au secret. Prenons l’exemple de Gérard Larcher que vous citez : on ignore s’il a été élu au perchoir du Sénat grâce, ou non, aux Francs-maçons.
PC : Prenez un homme politique. S’il ne cultive que les Francs-maçons, que l’association des joueurs de football, que les opposants ou les défenseurs de l’avortement, cela ne va pas suffire. A un moment donné il a besoin de prendre un peu partout pour pouvoir agréger autour de lui des personnes qui vont lui permettre d’être élu. Un homme politique comme un autre va tenir compte des Francs-maçons comme il va tenir compte d’un autre groupe de pensée parce qu’à partir du moment où vous avez 140 000 Francs-maçons, c’est un groupe qui compte, donc on l’entretient. C’est toujours pour un homme politique d’avoir un Franc-maçon à côté de lui plutôt que de ne pas en avoir.

OB : En toute logique il faudrait non pas s’intéresser aux Francs-maçons, mais aux groupes vraiment occultes qui n’ont pas pignon sur rue.
PC : Alors il faudrait s’intéresser aux fraternelles. Ce sont des Francs-maçons qui se réunissent par corporation. La fraternelle des boulangers, des sportifs, des parlementaires… Oui, ces groupes peuvent avoir une certaine influence. On en parle moins.

OB : La Franc-maçonnerie : une secte ? Un réseau ? Un lobby ?
PC : Une secte, non, parce qu’il n’y a pas de gourou. C’est plus facile d’en sortir que d’y entrer…

OB : C’est ce que dit Alain Bauer, ex dirigeant du Grand Orient de France !
PC : Et il a raison. Donc une secte, non. Un lobby, cela peut en être un. La grande partie des gens qui rentrent dans la Franc-maçonnerie sont des gens comme vous et moi, « normaux », qui y entrent pour trouver un autre sens à leur vie. C’est souvent ce profil-là. Donc ils se rendent dans leur loge pour parler des questions philosophiques et sociales qui les intéressent. Mais ça n’empêche pas qu’il y a des gens qui y entrent parce qu’ils pensent que cela va leur être utile, qu’ils vont se constituer un carnet d’adresses. S’ils passent par des fraternelles cela peut constituer un lobby, c’est clair.

OB : Le début de votre film montre une cérémonie. C’est inédit ?
PC : De cette façon c’est inédit. Ils ont plusieurs rites : le rite écossais ancien accepté, le rite français, etc. En fonction de chaque rite, chaque fois qu’ils commencent leur tenue, ils la commencent avec un cérémonial. Et c’est la première fois à ma connaissance qu’on le voit.
OB : Vous expliquez que le cheval de bataille des Francs-maçons est la laïcité, mais qu’en même temps ils tiennent la Bible ouverte en permanence.
PC : Dans le film on parle de différentes obédiences et notamment de la Grande Loge Nationale Française(GLNF) qui demande à ses adhérents de croire obligatoirement en Dieu. Cela n’est pas forcément an adéquation avec la laïcité. On peut très bien croire en Dieu et être pour la laïcité, mais pour les gens qui croient vraiment en Dieu, surtout quand on les oblige à y croire comme c’est le cas pour cette obédience, la laïcité n’est pas le combat principal.

Alors qu’une obédience complètement opposée comme le Grand Orient de France (GOF), beaucoup plus à gauche, ne demande pas la croyance en Dieu, au contraire, ils sont plutôt très laïc. Et ils se battent vraiment pour la laïcité. Donc dans le film lorsque nous parlons de laïcité il s’agit du GOF ainsi que le Droit Humain et la Grande Loge Féminine de France. Dans la GLNF et la Grande Loge de France, toutes deux classées à droite – même si c’est plus compliqué que ça (on peut être de gauche et en faire partie) -, on parlera moins de laïcité et on croira de croire en Dieu.

OB : Quand on dit croire en Dieu, cela signifie être Chrétien ? Les Juifs et les musulmans en sont exclus ?
PC : Non, il suffit de croire en un dieu révélé. Il peut donc y avoir des Juifs et des Musulmans. Dieu, c’est pour eux le grand architecte de l’univers.

OB : Est-ce qu’il y a de l’entrisme de la part de tel ou tel groupe religieux pour s’accaparer le pouvoir au sein de la Franc-maçonnerie et éventuellement influer ?
PC : Je ne pense pas. Il y a eu un problème il y a quelque temps non pas par rapport à des groupes religieux, mais par rapport à des sectes. C’est pourquoi maintenant les Francs-maçons sont très vigilants contre les sectes parce qu’il y a environ une dizaine d’années certaines sectes puissantes ont essayé de faire l’entrisme chez les Francs-maçons. Il y a même eu des alertes à l’époque dans les différentes loges.

OB : Y a-t-il une guerre des obédiences ?
PC : Il y a deux obédiences principales, les sœurs ennemies si j’ose dire, c’est la GLNF, plutôt de droite et déiste, et le GOF, plutôt de gauche et laïc. Ce dernier est le premier en chiffre. Il y a une guerre à ce niveau-là. La GLNF aimerait avoir plus d’adhérents que le GOF, ils aimeraient bien être les plus nombreux tout simplement pour une question de puissance. Mais il y a aussi des obédiences qui font leur petit bonhomme de chemin sans rien demander à personne.

OB : Ce qu’on sait moins c’est qu’il y a de la part de la GNLF une véritable politique de recrutement en direction de l’Afrique
PC : En Afrique la Franc-maçonnerie prend très bien, depuis toujours. Parce qu’il y a une sensibilité maçonnique très en rapport avec la sensibilité africaine, avec certaines croyances. De tous temps les obédiences ont été présentes en Afrique, mais c’est vrai que depuis quelques années la GLNF, plus que les autres, crée un vrai travail en Afrique pour initier les africains et plutôt les Africains haut placés. Donc on trouvera plutôt des ministres, des hauts-fonctionnaires, voire des chefs d’état…

La GLNF se dit la seule obédience régulière en France parce que, pour des raisons historiques, la Franc-maçonnerie vient d’Angleterre, cela remonte à plusieurs siècles, et, sans rentrer dans les détails, l’Angleterre n’a reconnu que la GLNF. A partir de là, cette dernière est la seule à pouvoir créer des obédiences ailleurs. Par exemple quand elle se rend en Afrique, elle y va avec une patente des Anglais, et muni de cette patente elle a le pouvoir non pas de créer des loges, mais des obédiences. Au lieu d’avoir une loge du Congo qui dépendra de la GLNF, on aura une Grande Loge Nationale du Congo, c’est-à-dire une obédience congolaise qui sera la petite fille de la Grande Loge Nationale Française.
Donc la création d’une obédience se fait avec faste, il y a des oripeaux, des dorures, beaucoup d’éléments qui donne l’impression qu’ils ont du pouvoir. Cela fait mousser et ensuite cela fait des liens très forts. Contrairement à d’autres obédiences ou à d’autres loges où l’on n’initie que dans les milieux corporatistes et élitistes en Afrique bien entendu cela crée du pouvoir. Si ce pouvoir est bien copain avec le pouvoir français parce que c’est lui qui a donné la patente cela ne peut favoriser que des liens intéressants et puissants.

OB : Cela joue-t-il sur la politique extérieure de la France ?
PC : On est dans la même considération que ce que je disais tout à l’heure : on a besoin de toutes les forces. On a besoin de manipuler tout le monde. Donc on utilisera le réseau maçonnique comme on utilisera le réseau des catholiques, des protestants, des pétroliers, etc. Il faut jouer sur tous les tableaux. Donc cela peut jouer, mais au même titre qu’un autre réseau. L’erreur consisterait à penser que cela concerne les seuls Francs-maçons.

OB : Où les obédiences trouvent-elles leur argent, en dehors des cotisations ?
PC : Faites le compte et voyez combien il y a d’adhérents par obédiences. A environ 350 ou 400 euros par cotisation cela fait un peu d’argent. Et puis ils ont des magasins, des fondations, de l’immobilier. Les grosses obédiences possèdent des temples un peu partout dans les grandes villes de France ; Ils les mettent à la disposition de petites obédiences qui n’ont pas les moyens d’avoir un potentiel immobilier pour organiser leurs tenues. Donc ces temples sont loués et tout le temps occupés, éventuellement par d’autres obédiences. On peut ajouter les associations parallèles, des dons. Tout cela fait pas mal d’argent.

Francs-Maçons : au cœur de la République, documentaire diffusé sur CANAL+ vendredi 15 mai 2009-à 22H10.

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**La franc-maçonnerie : une secte diabolique 

La Franc-maçonnerie, qui généra toutes les révolutions, a toujours été dénoncée par les papes comme une entreprise travaillant à la destruction du catholicisme.  [1] La franc-maçonnerie est le grand ennemi de l’Eglise et de la civilisation, de l’ordre surnaturel et de l’ordre naturel. Ennemi pire que ne le fut communisme, puisque le communisme était orchestré par la maçonnerie.

Mais qui se trouve derrière la Franc-maçonnerie ? Pour éclaircir ce point, rien ne vaut l’ouvrage du jésuite Mgr Léon Meurin, ancien évêque de Port-Louis. C’est un livre extraordinaire, certainement le meilleur jamais écrit sur la maçonnerie. Que dit Mgr Meurin?  Il écrit ceci :

« La maçonnerie est une invention juive pour détruire l’Eglise, une invention juive construite sur la base de la cabale. » (Mgr Meurin, Philosophie de la maçonnerie, éd. Nos, Madrid, 1957).

I. La maçonnerie une hérésie antichrétienne

Depuis que l’Église a commencé à se prononcer à l’égard de la franc-maçonnerie, son jugement négatif s’est inspiré de multiples raisons, pratiques et doctrinales. Elle a jugé que la franc-maçonnerie était non seulement responsable d’exercer une activité subversive à son égard mais, depuis les premiers documents pontificaux en la matière et en particulier dans l’encyclique Humanum genus de Léon XIII (20 avril 1884), le magistère de l’Église a dénoncé dans la franc-maçonnerie des idées philosophiques et des conceptions morales opposées à la doctrine catholique. Pour Léon XIII, elles se ramenaient essentiellement à un naturalisme rationaliste, inspirateur de ses plans et de ses activités contre l’Église.

Pie IX soulignera :

« Parmi les nombreuses machinations et les moyens par lesquels les ennemis du nom chrétien ont osé s’attaquer à l’Église de Dieu et ont essayé, quoiqu’en vain, de l’abattre et de la détruire, il faut sans doute compter cette société perverse d’hommes, vulgairement appelée « maçonnique », qui, contenue d’abord dans les ténèbres et l’obscurité, a fini par se faire jour ensuite, pour la ruine commune de la religion et de la Société humaine. Dès que Nos prédécesseurs les Pontifes Romains, fidèles à leur office pastoral, eurent découvert ses embûches et ses fraudes, ils ont jugé qu’il n’y avait pas un moment à perdre pour réprimer par leur autorité, frapper de condamnation et exterminer comme d’un glaive cette secte respirant le crime et s’attaquant aux choses saintes comme aux choses publiques. » (Pie IX, Multiplices inter, 1865).

Au début du XVIIIe siècle, alors que les Lumières font naître des funestes idées subversives, la franc-maçonnerie spéculative qui se répand inquiète l’Eglise : pour la papauté c’est une hérésie et une conjuration. Mais cette conjuration hérétique est dirigée par des maîtres secrets que l’Eglise identifiera très vite comme étant les Juifs. En effet, la raison d’être des Juifs est la destruction de l’Eglise. Cela ressort naturellement et saint Paul l’a exprimé end des termes définitifs :   »Ces Juifs qui ont mis à mort le SEIGNEUR JESUS et les Prophètes et nous persécutent nous-mêmes, qui ne plaisent pas à DIEU, et sont contre tous les hommes; qui empêchent qu’on parle aux gentils et qu’on leur procure le salut. » (Première Lettre de Saint Paul aux Thessaloniciens, II, 15-16.)

Voilà qui résume la tâche des Juifs à travers l’histoire chrétienne [2].

Il serait erroné de penser aujourd’hui que le livre des Juifs est la Bible. Leur livre est le Talmud, et l’âme du Talmud est la cabbale. La cabale est le grand instrument secret des Juifs contre l’Eglise et contre le monde chrétien. La cabbale a pu être la tradition authentique des Juifs, mais aujourd’hui, elle a perdu sa vertu et elle est un instrument de perdition. La cabale informe la maçonnerie qui est une institution cabalistique. C’est là la grande démonstration du livre de Mgr Meurin. Il y a donc une interprétation judéo-maçonnico-démoniaque de la cabbale.

II. La cabbale judéo-maçonnico-démoniaque

Mgr Meurin démontre que la maçonnerie recueille les erreurs des vieux cultes païens de Zoroastre, du brahmanisme, du bouddhisme, des Syriens et des Babyloniens, des Chaldéens, d’Hermès Trismégiste, du gnosticisme, du manichéisme. Elle les recueille parce qu’elle les trouve dans la cabbale. La cabbale est aussi un mélange de toutes les vieilles religions païennes. La maçonnerie est aussi un mélange de tous les cultes païens. Mais la cabbale est surtout la divinisation de l’homme juif et l’intronisation de Satan.

La Franc-maçonnerie est à notre siècle ce qu’a été le protestantisme au seizième, ce qu’a été l’arianisme au quatrième. C’est la grande secte antichrétienne, qui résume en elle toutes les forces vives de l’impiété, du rationalisme, de la libre pensée, de la fausse science, de la fausse politique, de la fausse bienfaisance; en un mot, de toutes les erreurs modernes et révolutionnaires. La Franc-maçonnerie, c’est l’organisation universelle de la Révolution, c’est-à-dire de l’antichristianisme :

« Depuis plus de cinq cents ans, le grand instrument des Juifs est la franc-maçonnerie. Qu’est-elle ? C’est une armée de mercenaires, ou plutôt de traîtres et d’esclaves, que le peuple juif lève dans toutes les nations, pour l’aider à tes révolutionner à son profit, et finalement à les asservir. Tout est juif dans la franc-maçonnerie... Le malheureux Européen, Américain, Asiatique ou Africain que le Juif fait entrer dans la loge, n’entend parler que des Juifs. Le Juif Hiram, dont il doit venger la mort; le Juif Salomon dont il doit reconstruire le temple; la captivité de Babylone où il n’a rien à voir; Assuérus, faisant de Mardochée son premier ministre; Abraham, Judith, Esther, la fontaine de Siloé, Zorobabel, Adonaï, le passé, le présent, l’avenir d’Israël ne cessent de retentir à son oreille. Les Juifs nos maîtres, nous défendent d’enseigner l’histoire sainte à nos enfants; mais ils ne font que la raconter, – à leur manière, il est vrai — au franc-maçon stupide. Les titres eux-mêmes, quand ils ont une signification précise, ne rappellent que la patrie de ces Juifs, qui ont l’audace de se dire nos compatriotes et de crier par la bouche de leurs rabbins qu’ils sont plus Français que nous. Le goï est salué par les fils de Jacob des titres pompeux de chevalier d’Orient, prince de Jérusalem, grand pontife de Jérusalem, prince du Liban, chef du Tabernacle de Jérusalem, chevalier du serpent d’airain, souverain commandeur du temple, etc., etc. Le terme même de chevalier Kadosch est juif. Si le franc-maçon examine les symboles, les cérémonies, les vêtements, les dispositions mêmes de la loge, tout lui parlera des Juifs, ses maîtres, comme à un pauvre esclave dans la maison de son tyran. Les deux colonnes à l’entrée de la loge, Jakim et Boaz, représentent, disent les vénérables, Israël et Juda, l’union des deux royaumes. Et le but de la maçonnerie, n’est-il pas absolument juif ? Le but religieux de la secte: la destruction du christianisme et de toute religion autre que la magie n’est-elle pas ordonnée au peuple par les rabbins dans la Cabale ? Renier le Christ, marcher sur la croix, profaner les saintes Hosties, ces idées qui forment le fonds religieux des sectes juives, gnostiques, manichéennes, albigeoises, maçonniques, n’est-ce pas l’oeuvre du Juif déicide, qui chaque année au Vendredi-saint, dans sa rage de maudit, fouette le Christ sur sa croix ? Que pourrait faire le Christ, après tout, à un libre penseur ordinaire ? Le but politique de la secte est de détruire les empereurs, les rois, les frontières, afin d’établir sur les ruines des empires un gouvernement absolu, unique, universel. Mais c’est le but même d’Israël depuis trois mille ans ! Son organisation, comme son esprit, est toute juive. » (Abbé Barbier, Les infiltrations maçonniques dans l’Eglise, Société Saint-Augustin, Desclée De Brouwer, 1910, p. 125).

Comme l’écrit Mgr Gaume :

« Depuis un siècle et demi, la Franc-maçonnerie ourdit dans le monde entier, mais principalement en Europe, une vaste conspiration dont le but final, déjà à moitié atteint, est de détruire le règne de JESUS-CHRIST sur la terre, en renversant, d’un côté la Papauté, tant spirituelle que temporelle, et, de l’autre, la monarchie chrétienne, bras droit de la Papauté. Elle prépare ainsi directement les voies de l’Antéchrist. » ( Mgr Gaume, Le dogme de l’infaillibilité, 1871)

III. L’agent principal de la Révolution

Le principal agent de la Révolution fut désigné, par les penseurs contre-révolutionnaires et surtout par le Magistère Ecclésiastique, comme étant la judéo-maçonnerie. Et il faut dire que c’est dans les cénacles secrets qu’ont été forgées les idées de la Révolution, faisant que lors de la Commune de Paris, les bannières maçonniques furent plantées sur les barricades, alors que ceux qui menaient le peuple et incitaient à incendier les églises et tuer les évêques et les prêtres, étaient tous francs-maçons ; ceci sans même parler de la IIIe République anticléricale de Jules Ferry, ses écoles laïques et la scandaleuse affaire des fiches et son entière implication dans la loi de 1905.

FM%20Synag

Léon XIII résuma parfaitement le dessein occulte de la secte :

« Or, que ces doctrines soient professées par les francs-maçons, que tel soit pour eux l’idéal d’après lequel ils entendent constituer les sociétés, cela est presque trop évident pour avoir besoin d’être prouvé. Il y a déjà longtemps qu’ils travaillent à le réaliser, en y employant toutes leurs forces et toutes leurs ressources. Ils frayent ainsi le chemin à d’autres sectaires nombreux et plus audacieux, qui se tiennent prêts à tirer de ces faux principes des conclusions encore plus détestables, à savoir le partage égal et la communauté des biens entre tous les citoyens, après que toute distinction de rang et de fortune aura été abolie. Les faits que Nous venons de résumer mettent en une lumière suffisante la constitution intime des francs-maçons et montrent clairement par quelle route ils s’acheminent vers leur but. Leurs dogmes principaux sont en un si complet et si manifeste désaccord avec la raison qu’il ne se peut imaginer rien de plus pervers. En effet, vouloir détruire la religion et l’Eglise, établies par Dieu lui-même et assurées par lui d’une perpétuelle protection, pour ramener parmi nous, après dix huit siècles, les moeurs et les institutions des païens, n’est-ce pas le comble de la folie et de la plus audacieuse impiété? (Léon XIII, Lettre Encyclique Humanum genus, 1884).

« Les francs-maçons ont toujours à la bouche les mots de « liberté » et de « prospérité publique ». A les en croire, c’est l’Eglise, ce sont les souverains qui ont toujours fait obstacle à ce que les masses fussent arrachées à une servitude injuste et délivrées de la misère. Ils ont séduit le peuple par ce langage fallacieux et, excitant en lui la soif des changements, ils l’ont lancé à l’assaut des deux puissances ecclésiastique et civile. » (Léon XIII, Humanum genus, 1884)*lebloglaquestion.wordpres–23 novembre 2012

Notes.

1. La franc-maçonnerie a notamment été dénoncée par :  

Clément XII, encyclique In Eminenti, 1738 (« constitution valable à perpétuité »);

Benoît XIV, encyclique Providas,

Pie VII, Ecclesiam a Jesu Christo, 1821

Léon XII, Lettre apostolique Quo graviora, 1826

Pie VIII, Traditi,

Pie IX, Qui pluribus,

et Léon XIII, Humanum genus, 1884.

2. La représentation du peuple juif comme rebelle et subversif est très ancienne: la Synagogue talmudique était vue depuis toujours comme « fons persecutionum« . Deux éléments sous-tendent le concept de Révolution, tel qu’il fut précisé dans le Magistère ecclésiastique et dans l’apologétique contre-révolutionnaire. Joseph de Maistre a bien saisi la nature de la Révolution française. Il l’a définie « Satanique dans son essence, satanique parce que rebelle à l’autorité, c’est-à-dire à Dieu » (Considérations sur la France). L’unique alternative possible, pour Maistre, est donc la Papauté : si « la Révolution est l’erreur », si elle « est satanique dans son essence », elle « ne peut donc être tuée que par la Papauté, qui est la vérité, puisqu’elle est le Christ en terre » (Du Pape). Il faut donc réunir à nouveau l’Eglise et l’Etat, le trône et l’autel, pour réédifier la cité catholique.

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

  « orgie sexuelle » dans un temple maçonnique à Michigan

Des policiers de Battle Creek, petite ville du sud du Michigan, ont été appelés dans la nuit du dimanche 1er septembre pour mettre fin à une bagarre se déroulant dans un temple maçonnique. Mais surprise : sur place, les forces de l’ordre ont interrompu une « orgie sexuelle remplie de drogue» (sic).

photo
Vers deux heures du matin, la patrouille pénètre dans l’enceinte du temple, alertée par des riverains. Le site Rawstory, à l’origine de l’information, raconte : « Quand ils sont arrivés, ils [les policiers] ont été surpris de trouver des couples en plein acte obscène, drogués, et plusieurs femmes nues. Certaines personnes étaient en train de filmer la scène ». Choqués, les policiers ont rapidement mis fin à la fête, donnant l’ordre de se rhabiller aux différents participants qui ont été interpellés.
ritual_satanic
Location de 900 dollars
Ces derniers avaient loués les locaux du temple pour une somme de 900 dollars. Joints par la presse américaine, un dénommé « Charlie », franc-maçon responsable des réservations pour le compte de la loge maçonnique, a déclaré que toutes les réservations à venir avaient été suspendues.
Selon la police de Battlecreek, interrogée par la chaîne américaine Newschannel 3, au moins une fête similaire aurait eu lieu dans le temple avant la découverte du week-end dernier.*leschroniquesderorschach.blogspot- mercredi 4 septembre 2013

**Des strip teaseuses chez les francs maçons !

*vidéo: strip tease en plein rite chez les francs maçons

*Réaction d’un internaute: Ce qui nous gène dans ce genre de comportement ? Et bien, tout d’abord, de nombreuses personnes haut placées dans la sociétés y sont, que ce soit des avocats, des juges et même des ministres. Voir l’élite qui est sensée nous représenter pratiquer ce genre de choses… c’est juste répugnant ( il y a 200 ans encore un homme « haut placé » surpris entrain de faire ce genre de chose perdait tout simplement son boulot + gosse humiliation ).
Ensuite, il y a souvent des prostituées dans ce genre de pratique, mais aussi des mineurs dont le consentement n’est pas toujours positif + droguées.
Finalement, l’éducation maçonnique a bien réussi son travail, vous faire passer ce genre de pratique pour des choses complètement normaux et donc sans aucun mal à ça. Bravo ! Quelle belle génération de sodomites qui nous attend.

******************************

57009

 

Enquête sous les robes et les tabliers

*******************

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...