Infos insolites.2

*une citrouille de 750 kilos

Permalien de l'image intégrée

Le Zurichois Beni Meier demeure le roi de la citrouille. Il a remporté dimanche, pour la sixième fois, le concours suisse de la plus grosse courge en présentant un légume d’environ 750 kilos.

Le jardinier de Pfungen n’a cependant pas réussi à battre son propre record du monde, établi l’année dernière en Allemagne avec une pièce de 1.054 kilos. La vague de chaleur estivale n’a pas permis à sa citrouille d’atteindre de telles proportions. Les courges ont besoin de beaucoup d’eau et se développent au mieux lorsque la température avoisine les 25 degrés », a expliqué à l’ats Valérie Suter, organisatrice de l’événement qui se tenait à Jona D’autres variétés de légumes ont malgré tout bien profité de cet été exceptionnellement chaud. C’est le cas des concombres et carottes de Jürg Wiesli, un habitant de Dozwil. Classé deuxième dans la catégorie des courges, il a en outre battu trois records de Suisse: ceux de la plus grosse carotte (1,9 kg), du plus gros concombre 7,6 kg et de la plus grosse Field-Pumpkin (31,7 kg), une variété de courge destinée à la consommation. Il a aussi battu le record d’Europe du plus gros tournesol, avec une tête de fleur mesurant 66 centimètres de diamètre.*dimanche 4/10/2015 -Source: Belga

***************************************

*une petite ville du de l’Angleterre cherche gardien de hérissons pour 2.400 euros par mois

Infos insolites.2 media_xll_8866490

Vous rêvez de tout plaquer et commencer une nouvelle vie? Plutôt que d’élever des chèvres, pourquoi ne pas devenir gardien de hérisson? L’association britannique, Suffolk Wildlife Trust, recherche activement une personne pour surveiller les hérissons dans la petite ville d’Ipswich. Pour 28.000 euros par an, soit 2.400 euros par mois, le candidat retenu deviendra donc garant de la conservation des hérissons dans cette ville de 128.000 habitants.

Cette région du sud-est de l’Angleterre a longtemps été appréciée des hérissons, mais l’urbanisation et les activités humaines menacent aujourd’hui l’animal. C’est pourquoi Suffolk Wildlife Trust veut refaire d’Ipswich « la ville la plus amicale pour le hérisson au Royaume-Uni », et mettre la main sur la personne qui deviendra « le visage de la conservation du hérisson ».

Le candidat devra donc posséder de solides compétences environnementales, mais également en communication, puisqu’il aura pour mission de sensibiliser les habitants à ces petits animaux piquants, le tout durant deux ans.

Si vous rêvez donc de devenir le protecteur des hérissons d’Ipswich, le tout pour un salaire hautement attractif, vous avez jusqu’au 13 juillet pour postuler.*7sur7—dimanche 10 juillet 2016

********************************

*Une petite fille de 8 ans nourrit chaque jour des oiseaux, ils lui apportent des récompenses en retour!

54f4133535707e3e93a8ad44

 Incroyable mais vrai. À Seattle (ouest des USA), une petite fille de 8 ans a pris l’habitude de nourrir depuis ses 4 ans des corbeaux. Un lien d’amitié si fort est né entre les oiseaux et la fillette que ceux-ci lui apportent même des cadeaux.Cela paraît insensé et pourtant… Comme le rapporte la BBC, les corbeaux récompensent Gabi pour ses nombreuses cacahuètes. En guise de remerciement, ils lui apportent des objets trouvés sur leur chemin: boucle d’oreille, vis, boulon, perle en plastique, petite ampoule…Certes, les « cadeaux » ne sont pas toujours utiles ni en bon état. Mais ils ravissent cependant toujours autant la jeune fille, qui n’est pas prête d’abandonner ses bonnes actions. Elle a d’ailleurs bien conservé toutes ses récompenses.* lundi 02 mars 2015 / lalibre.be

*Un mystérieux bienfaiteur distribue de l’argent dans les boites aux lettres

 Grosse surprise pour les habitants d’un quartier de Chênée. Ceux-ci ont trouvé de l’argent dans leur boîte aux lettres et ce, trois jours de suite.Selon Sud Presse, les habitants de la rue de l’Épargne à Chênée ont été plus que surpris en découvrant chacun un billet de dix euros dans leur boîte aux lettres, mardi 22 avril 2014. Mais plus surprenant encore, la même chose s’est produite le lendemain et le surlendemain.Mais qui est donc ce mystérieux bienfaiteur qui distribue des billets de banque et pourquoi cette rue? Le mystère reste entier. Les habitants ont toutefois tenu à remercier ce donateur en affichant un message sur leur porte d’entrée.*7sur7–25/04/2014

**Emprisonné pour avoir insulté le chien du roi

Un internaute détenu depuis la semaine dernière en Thaïlande se voit désormais poursuivi pour lèse-majesté pour avoir manqué de respect au chien du roi, une affaire révélatrice de la nervosité de la junte ultra-royaliste au pouvoir depuis le coup d’Etat de mai 2014.

media_xll_8242355

La justice reproche à cet homme, un ouvrier de l’industrie automobile de 27 ans, « un commentaire tournant en dérision le chien du roi » sur sa page Facebook, a déclaré à l’AFP son avocate Pawinee Chumsri de Thai Layers for Human Rights, une ONG engagés dans des affaires sensibles.
Le tribunal militaire de Bangkok en charge de l’affaire s’est refusé à tout commentaire.

En Thaïlande, la famille royale est protégée par l’une des lois les plus restrictives au monde. Toute personne offensant le roi Bhumibol Adulyadej, 88 ans, présenté comme un demi-dieu, la reine, son héritier ou le régent est passible de 15 ans d’emprisonnement pour chaque délit.

media_l_8242386

**sur la photo: Thanakorn Siripaiboon.

Le chien du roi, Tongdaeng, est investi d’un fort pouvoir symbolique: il a été utilisé par le passé par le monarque pour diffuser ses conseils à la Nation et fait l’objet d’un film d’animation, à l’affiche depuis début décembre dans les cinémas thaïlandais pour les 88 ans du roi.
Ce dernier aussi fait l’objet d’un livre écrit par le roi en 2002. Celui-ci avait alors été interprété comme un moyen pour le souverain de rappeler à ses sujets leur place au sein d’une société très hiérarchisée. Dans un contexte de grande inquiétude autour de la succession du roi, hospitalisé depuis des mois, la loi de lèse-majesté est utilisée à tout-va par les militaires au pouvoir.

Dans cette affaire, l’accusé, Thanakorn Siripaiboon a été interpellé mardi dernier à Samut Prakan, près de Bangkok, risque au total 37 ans de prison pour plusieurs accusations – lèse-majesté (il a aussi cliqué « like » sur une photo « dégradée » du roi) mais aussi pour non-respect de la loi informatique et pour avoir également posté sur sa page Facebook une infographie expliquant les ramifications d’une affaire de corruption qui embarrasse la junte.
Cette affaire concerne le projet pharaonique du parc Rajabhakti, dédié à la dernière dynastie des rois de Thaïlande, dans lequel des hauts responsables militaires sont accusés de corruption.(Afp)–mardi 15/12/2015 |

*Une femme arrêtée dans le Teenessee avec un revolver caché dans son slip

 Une femme a été arrêté à Kingsport dans le Teenessee pour conduite sans permis. La police a découvert qu’elle cachait un revolver chargé caché dans son vagin. Dallas Archer, 19 ans, a été arrêtée lundi vers 15 heures. C’est lors d’une fouille de routine que le pistolet a été découvert. L’arme appartenait à John Souher, un vendeur de voitures à la retraite de la région. L’homme a expliqué que l’arme lui avait été volée l’année passée alors qu’il se trouvait dans sa voiture, garée devant chez lui. Il a évidemment été surpris quand il a appris où son arme avait été retrouvée.  »Elle va avoir besoin d’un petit bain d’eau de Javel », a-t-il déclaré aux officiers. La jeune fille a été accusée de possession d’arme et d’avoir introduit des objets interdits en prison. Elle a dû payer 6000 dollars de caution pour retrouver la liberté.*7sur7–24/04/2014 

*Ivre, une femme tire sur son mari, et personne ne s’en souvient!

media_xll_6692863

Un couple français en état d’ivresse avancé est au centre d’un fait divers peu commun. L’histoire de ce couple marié de Saint-Symphorien-de-Lay (Loire) a attiré l’attention des médias français ce week-end. Après une nuit bien arrosée, une femme âgée de 43 ans aurait ouvert le feu sur son époux, 47 ans, au domicile conjugal. Le mobile de cet acte demeure mystérieux, et pour cause: ni l’auteur des faits ni sa victime ne se souviennent de l’incident, révèle le quotidien Le Progrès… 

Réveil douloureux
Dans la nuit de jeudi à vendredi, l’homme blessé se réveille au beau milieu de la nuit avec une forte douleur à l’épaule et, à l’arrivée des secours d’urgence, le diagnostic ne laisse guère place au doute: il a été atteint d’une balle. 

Indices
Un bref état des lieux a permis aux enquêteurs de rassembler quelque indices concordants et ces informations semblent désigner l’épouse, seule avec son mari au moment des faits. Les jours de la victime ne sont pas en danger. La coupable présumée des faits a quant à elle été mise en examen pour « tentative d’homicide aggravé » et placée en détention préventive. Selon les analyses sanguines, elle avait plus de deux grammes d’alcool dans le sang. Son mari, « un peu moins », selon le parquet de Saint-Étienne. *7sur7–27/04/2014 

*Une automobiliste suisse ivre dépose sa fille dans un tunnel d’autoroute

media_xll_6442194

Une automobiliste suisse a été interpellée après avoir déposé sa fille dans un tunnel d’autoroute et effectué ensuite une dangereuse marche arrière pour tenter de la récupérer. Selon les médias suisses, c’est une dispute entre une femme de 43 ans et sa fille de 24 ans qui est à l’origine de cet incident survenu ce dimanche vers 6 heures du matin dans le canton de Vaud en Suisse. Alors qu’elle se trouvait dans le tunnel d’une autoroute, la conductrice en colère a contraint sa fille de descendre du véhicule. Prise de remords, l’automobiliste a ensuite parcouru 600 mètres en marche arrière sur l’autoroute afin de venir rechercher sa fille. Mais elle ne l’a pas trouvée. Celle-ci avait, en effet, trouvé refuge dans une niche de secours du tunnel. Contactés par des automobilistes ayant assisté à cette scène improbable, la gendarmerie s’est rendue sur les lieux et a interpellé la chauffarde qui était en état d’ivresse. Celle-ci s’est vue retirer son permis de conduire sur le champ. Une interpellation qui a nécessité pas moins de trois patrouilles de gendarmerie ainsi que la fermeture du tunnel. 

L’examen des images filmées par les caméras de surveillance du tunnel prouve que la conductrice a mis en péril la vie des autres conducteurs en effectuant cette dangereuse marche arrière. De nombreux automobilistes ont évité de peu la collision en braquant de justesse.*7sur7–29/01/2014

**un gourou d’une secte en Inde, règne sur un harem de 38 épouses.

et il est à la tête d’une famille de 73 enfants

Ziona entouré de ses 38 épouses, 73 enfants et 33 petits-enfants. Son fils aîné a 50 ans et sa dernière fille a 7 ans.

**Ziona est un gourou d’une secte millénariste considéré par ses adeptes en inde, comme un dieu vivant. Dans le nord-est de l’Inde, il règne sur la plus grande famille du monde, soit 162 personnes. Une légende dit que Ziona et les enfants qu’il engendre sont immortels.

Juchées sur de hauts talons, soigneusement maquillées, les jeunes filles tournoient, les yeux clos. En pleine extase, elles s’effondrent soudain sur le sol, soutenues avec bienveillance par des femmes plus âgées. Dans l’église, l’ambiance est surchauffée, la musique et la danse s’accélèrent, et les fidèles endimanchés se laissent emporter dans une transe mystique au rythme des percussions. C’est l’occasion de montrer sa foi en public et son attachement au patriarche, Ziona, qui est considéré ici comme un dieu vivant.

Dans le petit village de Baktawng, la célébration dominicale rassemble les 2000 disciples du leader de 69 ans, icône vivante d’une secte millénariste unique en son genre. L’homme au visage épais et impassible, que l’on appelle ici l’Elu, règne sur un harem de 38 épouses. Il est à la tête d’une famille de 73 enfants, le fils aîné a 53 ans… la petite dernière, 7 ans. Viennent ensuite 48 petits-enfants et 7 arrière-petits-enfants… Au total, la grande maison édifiée à flanc de colline, peinte d’un violet pimpant, héberge 162 personnes.

Les 162 membres de la famille partagent deux repas quotidiens dans le grand réfectoire du rez-de-chaussée.

Dans la presse, le clan de Ziona a été surnommé la «plus grande famille du monde». Un titre qui lui vaut des visites de journalistes venus des quatre coins du globe. Le patriarche y trouve même désormais une source de revenus.

Il réclame des sommes mirobolantes aux équipes de télévision qui se succèdent dans son village, tout en fuyant les interviews et en imposant une longue liste d’interdictions, comme celle de visiter les étages de sa maison. «Il a eu une mauvaise expérience, certains journalistes ont eu des commentaires déplacés au sujet de sa chambre à coucher», explique l’un de ses petits-fils, chargé d’encadrer les visiteurs.

«La plus grande famille du monde»

Pour atteindre le village reculé, depuis Aizawl, la capitale du Mizoram, il faut entreprendre un périple de plusieurs heures sur une route qui sillonne les collines verdoyantes et les hameaux aux maisons sur pilotis nichées sur les crêtes. Le Mizoram est un petit Etat situé dans l’extrémité nord-est de l’Inde, pris en étau entre le Bangladesh et la Birmanie. C’est la porte d’entrée de l’Asie du Sud-Est, et «les yeux bridés des habitants leur valent de se faire traiter de «Chinois» lorsqu’ils se rendent à Delhi», déplore Ruata, un journaliste local. «Le reste de l’Inde ne sait même pas que nous existons!»

Dans ce petit paradis de forêts de bambous et de palmiers, l’incroyable histoire du patriarche Ziona trouve ses racines au XIXe siècle, dans les Indes britanniques. «A l’époque, le Mizoram est peuplé de tribus guerrières qui se battent entre elles mais n’intéressent pas grand monde», raconte Ruata. Les seuls à s’aventurer dans ces contreforts reculés sont les missionnaires baptistes et presbytériens qui vont peu à peu convertir avec succès toute la population à un christianisme mystique. Ici, la transe, les visions et les miracles font partie du quotidien.

C’est ainsi qu’en 1942, Quantua, un villageois, reçoit «une révélation divine» et fonde sa propre secte. Il promet à ses disciples le salut de leurs âmes pendant la vie terrestre et un règne de mille ans aux côtés du Messie. Lui et ses fidèles sont bientôt chassés dans la jungle par les autorités locales pour hérésie. A la mort de Quantua en 1955, son frère Chana reprend le flambeau et prépare l’avènement de son fils. «Dans la forêt, un tigre avait annoncé à Chana qu’il aurait un fils qui serait l’Elu et qu’il devrait l’appeler Ziona», raconte un ancien membre de la secte. La prophétie du tigre s’accomplit, et dès sa naissance le petit Ziona est considéré comme un demi-dieu.

Mais bientôt, un fléau terrible s’abat sur la région. Tous les quarante-huit ans, la floraison des bambous provoque une surpopulation de rats noirs de la jungle qui se délectent des fruits très nourrissants de ces plantes et se reproduisent alors de manière fulgurante. Une fois la floraison terminée, les bêtes affamées déferlent sur les champs et dévorent les récoltes. Frappé par une famine épouvantable en cette année 1960, le Mizoram meurt de faim dans l’indifférence du gouvernement indien. Un réseau local s’organise pour venir en aide à la population. Il finira par se politiser et par réclamer l’indépendance de la région, en lançant une insurrection armée. En représailles, Delhi envoie alors ses avions de chasse bombarder la ville d’Aizawl et ses alentours.

L'office religieux du dimanche rassemble tous les membres du village dans l'église qui jouxte la maison familiale.

La guérilla prend le maquis, mais pour couper les insurgés de leur soutien local, l’armée regroupe les habitants des collines dans des villages sous contrôle des militaires, qui se livrent impunément à des viols et des actes de torture sur la population locale. De guerre lasse, le Mizoram obtiendra finalement son statut d’Etat, petit confetti de 1 million d’habitants dans l’Union indienne. Parqués dans leur «zone de regroupement», qui deviendra le village actuel de Baktawng, Chana et ses disciples, à force de dur labeur, parviennent au fil des ans à mettre en valeur les terres en friche. La petite communauté est même désormais prospère.

Le ronronnement des scies électriques résonne dans les ateliers de menuiserie où s’affairent les hommes, tandis que les femmes cultivent leurs potagers escarpés et engraissent les cochons avec une bouillie de patates et de cœurs de palmiers. Les villageois ont eux-mêmes goudronné la route et construit l’école, sans attendre les promesses du gouvernement local corrompu.

Sur les toits, citrouilles et piments rouges sèchent au soleil. Dans les ruelles du village, de vieilles femmes passent chargées de fardeau de bois porté sur la tête, tandis que des adolescentes mettent à jour leur statut Facebook sur leur téléphone portable dernier cri et que les jeunes garçons débattent des vertus footballistiques du Manchester United.

Au bout du village, dans l’immense maison violette, la «plus grande famille du monde» s’active dans une discipline militaire: à chacun ses tâches, planifiées au quotidien. Lal Tuagi, 67 ans, chignon gris et jupe longue à fleurs jaunes, supervise dans la cuisine la cuisson des 30 kilos de riz quotidien dans d’épaisses marmites posées sur l’âtre. Elle est la cinquième épouse de Ziona, et la mère de cinq de ses enfants. «Mon mari est un saint, explique-t-elle, Nous avons été choisis par Dieu, nous attendons le jour où nous régnerons avec lui sur le monde.»

Ziona a été marié une première fois à l’âge de 16 ans, puis les épouses se sont succédé. «Il est polygame tout comme Salomon ou le roi David dans la Bible», justifie l’un de ses disciples, un vieil homme édenté coiffé d’un bonnet rouge New York Yankees. Zalthiang, 73 ans, vieille dame aux cheveux blanchis par les années, a le digne rôle de première épouse. «Quand Ziona a pris une deuxième femme, j’étais jalouse, c’est humain!, confie-t-elle. Puis j’ai fini par l’accepter puisque c’était la volonté de Dieu…». L’épouse la plus jeune, âgée de 37 ans, n’a pas le droit de donner d’interview. «Nous avons peur qu’elle dise des choses irresponsables», explique l’un des petits-fils de Ziona.

Les tâches ménagères sont effectuées à tour de rôle.

Un ancien adepte de la secte, âgé de 85 ans, raconte: «Il y a une croyance selon laquelle Ziona et les enfants qu’il engendre sont immortels. Voilà pourquoi de nombreux fidèles lui ont offert leurs filles en mariage.» Le vieux fonctionnaire, lui, a préféré quitter la secte «le jour où des Anciens du village ont décrété que Ziona était ni plus ni moins que Dieu sur terre et que ce dernier n’a pas démenti».

Dans sa minuscule épicerie, au milieu des sacs de riz, des rayons de shampoings, de cigarettes et détergents, une femme du village voisin est aussi une ancienne adepte de la secte. Elle se moque: «Ziona a besoin de nombreuses femmes pour produire sa prétendue race d’Elus. Mais elles ne sont pas toutes d’accord! J’ai une amie qui a été mariée de force avec lui. Elle s’est enfuie et a menacé de se suicider. Puis elle a fini par lui céder, elle n’avait pas d’autre choix.»

Toute la petite communauté vit sous la coupe de l’Elu, qui dirige le village d’une main de fer et perçoit 10 % des revenus de tous ses disciples. Ziona a même lancé d’imposants travaux de terrassement pour édifier un stade et des terrains de tennis et de basket pour les jeunes du village, et à proximité d’un futur gîte pour d’improbables touristes. Au petit matin, des groupes d’adolescentes et de vieillards emmitouflés cassent au marteau de la roche sur le bord de la route: c’est le travail volontaire obligatoire, «demandé par Dieu», sous peine d’amende.

Tout le monde s'active et les rares moments de détente sont millimétrés...

Dans le village d’à côté, le pasteur Lalrinsanga de l’église presbytérienne semble blasé par ce voisinage. «Dans cette secte, ils se multiplient entre eux, et je ne vois pas comment ramener ces brebis égarées. Si l’un des disciples veut quitter la secte, il risque de tout perdre. Le conseil de village est sous le contrôle de Ziona, il se comporte comme un roi.» La communauté, qui représente un réservoir important d’électeurs, est aussi courtisée par les politiciens. Ziona a ainsi reçu en cadeau des autorités un puissant générateur qui permet de pallier les coupures de courant quotidiennes. De quoi attendre sereinement la fin du monde.*Le Figaro-27/04/2014

Quelques filles et petites-filles de Ziona devant la maison familiale.

*quelques filles et petites-filles du gourou

Des membres de la secte habitant le village travaillent bénévolement à la construction des vestiaires du terrain de football.

*des membres de la secte travaillant bénévolement dans le village

Et chaque matin également les épouses de Ziona se chargent de la corvée de bois. Sa dernière femme fend le bois sous le regard de son avant dernière femme.

Des jeunes femmes concassent des pierres qui serviront aux travaux de construction dans le village.

L'atelier de fonderie d'aluminium est l'une des sources économiques principales de la famille de Ziona Chana.

Chaque matin les jeunes femmes de la famille trient le riz qui servira au déjeuner des 162 membres de la communauté.

*chaque matin, les jeunes femmes de la famille, trient le riz qui servira au déjeunet des 162 membres de la communauté

Les petites-filles de Ziona passent beaucoup de temps devant la télévision.

*Les petites-filles du gourou passent beaucoup de temps devant la télévision

********************************

2 réponses à “Infos insolites.2”

  1. 18 06 2015
    sdorttuiiplmnr (10:19:02) :

    After examine a couple of of the weblog posts in your web site now, and I actually like your way of blogging. I bookmarked it to my bookmark web site listing and might be checking back soon. Pls try my web site as nicely and let me know what you think.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  2. 15 06 2015
    sdorttuiiplmnr (19:13:38) :

    so much fantastic information on here, : D.

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>




évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...