L’équipe alg.et le mondial

**Vidéo : Algérie-Allemagne.les buts de ce match de 1982

*Algérie – RFA classé match de légende de France Football

envr

Depuis quelques semaines, le prestigieux France Football raconte pour ses lecteurs les 50 matchs de légende à travers la longue histoire du football. Algérie – RFA du 16 juin 1982 en fait partie…

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

L'équipe alg.et le mondial 992537_10200587101627960_61474771_n

Allemagne-Algérie : Les Verts devant un rendez-vous historique

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Héroïque, l’Algérie a fait trembler l’Allemagne

Allemagne 2 Algérie 1 (Live)

Exemplaires de courage et de combativité jusqu’à la dernière minute de jeu, les Fennecs ont tenu tête à l’Allemagne pendant 90 minutes avant de craquer durant les prolongations (2-1, Schürrle, Ozil, Djabou). Les hommes de Halilhodzic ont lutté jusqu’à leur dernier souffle dans cette rencontre et ont refusé d’abdiquer, à l’image de Mbolhi qui a multiplié les prouesses dans son but. C’est finalement Schürrle (le coéquipier d’Eden Hazard) qui a libéré la Mannschaft… d’une Madjer (quelle ironie du sort!) en tout début de première prolongation. Ozil a doublé la mise en toute fin de match, avant que Djabou ne réduise l’écart (2-1). Hélas, il était trop tard pour l’Algérie, qui quitte le Mondial la tête haute. Place maintenant au choc France-Allemagne en quarts!

media_xll_6865752

*Des Algériens héroïques

Chapeau Messieurs et merci pour le spectacle!

On avait déjà pu s’en rendre compte contre les Diables rouges, l’Algérie est une équipe redoutable et très difficile à manier. Alors qu’on la disait réduite à un rôle de figurant, l’équipe africaine a fait mieux que de se défendre et a donné du fil à retordre à l’Allemagne, qui ne s’attendait sans doute pas à une opposition aussi coriace. Les hommes de Vahid Halilhodzic (qui avait complètement remanié son équipe) ont fait trembler l’un des ténors du football mondial et peuvent être fiers de leur prestation héroïque, n’ayons pas peur de le dire. « L’Algérie est l’équipe africaine la plus technique, il y a de la rapidité devant, elle a une défense solide. C’est une équipe complète », analysait Khalilou Fadiga à la mi-temps. Qu’a-t-il manqué aux Fennecs pour créer la sensation? Un peu plus de justesse et de précision dans le dernier geste, surtout en contre-attaque. Quoi qu’il en soit, chapeau Messieurs et merci pour le spectacle! * 7sur7–01/07/2014

**L’Algérie éblouit le monde

Des centaines de millions de téléspectateurs ont vu ce pays d’Afrique du Nord. Une Algérie combative, celle qui gagne et qui, désormais, fait peur aux grandes nations du football dans le monde.
La dernière bataille livrée à Porto Alegre au Brésil, par le Onze algérien contre la grande sélection allemande est un vrai motif de fierté nationale même si l’issue du match na pas été en faveur de l’Algérie qui s’est inclinée par deux buts à un. Mais quel héroïsme, quelle combativité, quel style de jeu. Surpris, le monde nous a vus. On a séduit par l’élégance du jeu et l’esprit tenace. L’espoir suscité par cette équipe est gigantesque, immense. Grâce à la belle ronde, l’Algérie renaît de ses cendres. En proie au doute après une décennie de destruction et de terrorisme, la société algérienne a bien souvent du mal à faire accepter sa propre place dans le monde.
Le football, comme l’ensemble de la société, payera un lourd tribut durant ces années noires. La descente aux enfers a été telle que l’Algérien a perdu bien des réflexes et des gestes fondateurs. Chanter l’hymne Kassamen et se draper des couleurs nationales, sont autant d’attitudes symboliques qui ont longtemps déserté les postures des Algériens. Seulement, le Mondial brésilien a changé le cours d’une histoire. Les Algériens ont retrouvé le sens du but, ils ont redécouvert leur football, le plaisir de jouer et surtout une équipe qui ira très loin dans les années à venir maintenant que le signe indien est vaincu. On n’est plus craintifs et crispés. On a retrouvé le goût de marquer au Mondial. La folie qui règne autour des Verts s’explique d’abord par la qualité des joueurs de l’équipe algérienne. Ils sont combatifs, héroïques et donnent de l’espoir puisqu’ils sont jeunes. Ensuite, cette équipe incarne une Algérie qui gagne alors que pendant très longtemps ce pays a eu un profond problème avec le succès. Son image a été sérieusement écornée.
Durant les quatre matchs disputés par leur Equipe nationale, les Algériens étaient dans une parfaite communion nationale. Dans les 48 wilayas du pays, au Brésil, en France et ailleurs, ils ont chanté, crié et dansé. Cette joie s’est multipliée lors de la qualification pour les 8es de finale comme ont en témoigné les nombreuses scènes de liesse qui ont suivi. C’est ainsi que les Algériens expriment leur amour du pays de dire leur patriotisme, d’embrasser fort…très fort leur drapeau… Ce drapeau a été arboré avec fierté. Désormais, l’Algérie n’est pas cette nation souffre-douleur qui vient au Mondial encaisser quatre ou cinq buts par match et rentrer chez elle, tête baissée.
Il faut dire qu’ils n’étaient pas nombreux à croire à une pareille prestation de l’Equipe nationale dans ce festival footballistique. Mais c’était sans compter sur ce sursaut d’orgueil national.
Il va falloir maintenant aller de l’avant car la barre est placée haut. L’Algérie ne se contentera plus de jouer les seconds rôles en Coupe d’Afrique de janvier 2015 au Maroc et ne se suffira pas d’un strapontin en Mondial de 2018 en Russie. Il reste que le football ne fait pas à lui seul tout un pays. Oui, la prestation de l’Equipe nationale a comblé un vide abyssal creusé par dix années de terrorisme aveugle. Oui, le Mondial a été une occasion de dire au monde ce que nous sommes et a permis de rassembler positivement le peuple algérien, de faire la fête, de se déguiser et de susciter un bonheur national enveloppé de couleurs communes, celles du drapeau national. Mais est-ce suffisant?
Certes, le parcours des Verts est un motif de fierté d’autant plus fort que le pays se trouve dans une position de reconstruction de ses infrastructures et surtout de son image, mais ce n’est pas tout pour construire une nation…*L’Expression-Par Brahim TAKHEROUBT - Mercredi 02 Juillet 2014

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

* Tariq Ramadan:

« Chapeau à l’équipe algérienne, elle est revenue du Mondial 2014 avec les honneurs, la dignité et la classe.

« Vous avez mon respect et mes prières. Vous nous avez donné de belles leçons, sportive autant que spirituelle et morale.»

L'islamologue Tariq Ramadan, en janvier 2012 à Nantes.

Le célèbre théologien et philosophe égypto-suisse, Tariq Ramadan, a publié sur son site un commentaire fort élogieux à l’adresse de l’équipe nationale et cela pour la remercier de sa prestation en Coupe du monde qui a honoré le Monde arabe et musulman. Voici le contenu. «A des journalistes qui regrettaient les prosternations collectives des joueurs de l’équipe d’Algérie, je répondais qu’il fallait laisser les gens exprimer leurs convictions comme ils le voulaient, à l’image de ces joueurs faisant le signe de croix au moment d’entrer sur le terrain. Le sélectionneur algérien, Vahid Halilhodzic, brillant de franchise, était encore plus clair en menaçant de quitter une conférence de presse si on lui demandait encore si ses joueurs jeûnaient, puisqu’il s’agissait d’une décision personnelle, de conscience et de corps. Etonnant… quand la pratique est visible, elle est toujours trop visible et quand elle est invisible, elle est trop invisible et suspecte.

Et puis, il y a cette dernière décision collective de l’équipe d’Algérie de verser les primes de matchs aux habitants de Ghaza qui vivent dans une prison à ciel ouvert. ‘‘Ils en ont plus besoin que nous”, disent les joueurs. Cette équipe est sortie du Mondial 2014 avec les honneurs, et elle rentre chez elle avec la dignité et la classe. Chapeau bas et respect. C’est de cela que l’on aimerait que les medias rendent compte.Pour deux raisons : d’abord, pour mettre en avant la dignité humaine de cette équipe et, ensuite, pour rappeler au monde le traitement indigne et inhumain auquel est soumis la population civile de Ghaza. Au lieu de s’intéresser avec une curiosité malsaine à la pratique religieuse des individus, il serait plus juste de mettre en avant la conscience humaniste de ces joueurs algériens qui n’oublient pas, alors qu’ils “jouent” au football, qu’en Palestine on tue des innocents, sans jouer. Vous avez mon respect et mes prières, bien visibles. Vous nous avez donné de belles leçons, sportive autant que spirituelle et morale.»**06.07.2014

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Pétition et pages facebook dédiées à Vahid  Halilodzic

«M.Halilhodzic, votre prix sera le nôtre!» Et c'est le moins que l'on puisse faire pour l'Algérie.

**voir vidéoHalilodzic, reste, stay!

Les Algérois ont manifesté, hier, leur joie d’avoir gagné une équipe digne de ce nom. La prestation des joueurs a laissé pantois les footeux du monde entier. Les Verts ont joué sans complexe et ont mis à mal la redoutable machine allemande. L’exploit des Fennecs, qui peuvent désormais tutoyer les grands du football mondial, est dû aux joueurs, qu’ils soient locaux ou évoluant à l’étranger, mais aussi à l’apport d’un homme qui a su construire ce team soudé et donner sa chance à chacun des joueurs de s’éclater sans complexe sur le terrain. Cet homme, c’est le sélectionneur national Vahid Halilodzic.

Un meneur d’hommes qui a su gagner la sympathie et le respect des supporters malgré les critiques de la presse sur son caractère difficile. Vahid a offert à l’Algérie une qualification historique aux 8es de finale de la Coupe du monde de football. Un exploit salué et grandement célébré par les Algériens, redécouvrant les joies que procure le ballon rond après de longues années de déceptions successives.

Le match du 30 juin 2014 contre l’Allemagne restera dans les annales de l’histoire du football comme une belle leçon de technicité et de rage de vaincre que le coach Halilhodzic a su semer dans cette équipe prometteuse que personne ne pourra plus intimider. Un résultat qui n’a pas été facile à atteindre et qui traduit l’abnégation d’un entraîneur dont les larmes versées au coup de sifflet final ne sont qu’une preuve de son engagement entier et total pour mener les Fennecs le plus loin possible.

Les supporters algériens n’ont d’ailleurs pas tardé à manifester leur reconnaissance à l’effort fourni par le sélectionneur national, dont le contrat avec l’équipe algérienne a pris fin lundi soir après le match. Une nouvelle attendue mais pas acceptée par les supporters, qui n’ont pas tardé à appeler, sur les réseaux sociaux, au maintien de Vahid Halilodzic à la tête des Verts. Deux pages facebook, l’une en arabe, l’autre en français,  ont été créées suite à l’annonce de la fin du contrat liant la FAF avec Vahid pour demander aux responsables du football algérien de garder le sélectionneur franco-bosnien.

La page en arabe, appelée «Ensemble pour le maintien de Halilhodzic» a enregistré dès sa diffusion pas moins de 35 000  «j’aime» et a donné l’occasion aux fans d’exprimer leur appel à Vahid de renoncer à partir. «Faisons une grande campagne pour garder Halilhodzic et convainquons tous les responsables de maintenir le même staff technique pour l’équipe nationale», lancent les initiateurs de la page. La page en français a drainé quant à elle près de 7000 «j’aime» et les followers ne tarissent pas d’éloges sur le sectionneur national. «C’est un grand entraîneur, même si je pense qu’il fallait faire entrer Djabou et Brahimi plus tôt pour encenser l’attaque algérienne… Je ne pense pas que le nouvel entraîneur puisse obtenir les mêmes résultats», note un des commentateurs de la page.

«Même s’il a signé ailleurs, on doit le récupérer rien n’est impossible», lit-on sur cette page, à côté de commentaires du style :  «Nous avons encore besoin du grand Vahid» ou encore «mobilisons-nous afin qu’il puisse rester à la tête des Fennecs». Un commentateur a publié un lien renvoyant sur l’adresse mail de la Fédération algérienne de football, invitant les internautes à y demander le maintien de Halilodzic. «Il faut qu’il reste, il a créé une équipe d’artistes. Merci Halilou pour tout ce que tu as donné et ce que nous comptons donner dans le futur à l’Algérie», note un commentateur.

Outre ces pages spécialisées, les membres du réseau social n’ont pas tari d’éloges sur le désormais ancien entraîneur  de l’équipe d’Algérie. «On a l’habitude avec la FAF, ils virent les meilleurs et gardent les mauvais», commente un supporter. Et un autre de souligner que «Vahid a réussi parce qu’il a refusé de céder aux pressions de la FAF et a été seul à choisir et manager son équipe».
Une pétition a été lancée sur internet aussi pour le maintien de Vahid.*El Watan-02.07.2014

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Le groupe musical algérien El Dey enregistre un franc succès au Brésil

Groupe El Bey

Le groupe musical algérien El Dey a bouclé, avec un franc succès sa tournée en terre brésilienne, où il a rassemblé autour de lui des milliers de gens de diverses nationalités, lors du déroulement du premier tour de la Coupe du monde 2014 de football. Envoyé par le ministère de la Culture et l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), ce groupe, considéré comme un phénomène musical en Algérie, s’est produit à cinq reprises devant un public tombé sous le charme de la musique algérienne. Les cinq membres du groupe (Boukhechba Sami, Merabet Samir, Abraz Ahmed, Bouafia Mounir et Hannech Mourad) ont animé, avant chaque match de l’Algérie, des concerts à Belo Horizonte (2 fois), Porto Alegre et Curitiba, soit les trois villes où ont joué les Verts ainsi qu’à Sorocaba, où se trouve le camp de base des hommes de Vahid Halilhodzic.
Au-delà de la musique, les auteurs de « Maria », le tube qui a fait un tabac, avaient la lourde tâche d’être à la hauteur de la mission qui leur a été confiée, à savoir donner une bonne image du pays et être les dignes ambassadeurs de l’Algérie tout au long du séjour au pays de la samba. « Je crois que notre objectif a été atteint. Je suis satisfait de notre sortie en terre brésilienne. Ça a été assez facile de partager notre passion avec des milliers de gens venus de tous les horizons nous voir chanter puisque la musique est un langage universel », s’est félicité, dans une déclaration à l’APS, le chanteur et manager du groupe, Samir Merabet. Pour ce dernier, le clou de cette tournée au Brésil, la première du genre dans un pays si lointain, a été le concert organisé à la FIFA Fan Fest de Porto Alegre, ville ayant abrité le match Algérie-Corée du Sud (4-2), lorsque « quelque 7 000 personnes chantaient, d’une seule voix, +One, two, three, viva l’Algérie+ ». Le même sentiment de fierté et du devoir accompli se dégageait de chez le percussionniste et membre fondateur du groupe, Mounir Bouafia, lequel s’est réjoui du nombre important de personnes ayant assisté aux concerts du groupe musical qui a interprété, notamment, les chansons « Maria » et « Ana djazaïri » (je suis Algérien).
« C’était vraiment sympathique », a-t-il résumé, maillot de la sélection brésilienne sur le dos, acheté en souvenir de cette sortie « historique » qui a permis aux cinq membres d’assister à deux des trois matchs des Verts, contre les Sud-Coréens et la Russie (1-1) à Curitiba. El Dey est un groupe musical composé de jeunes artistes talentueux qui ont su, en l’espace de quelques mois, se frayer un chemin sur la scène nationale. Il a comme but initial de « valoriser la jeunesse algérienne » à travers le partage et l’évasion. Mélangeant divers styles musicaux pour donner un résultat surprenant, les cinq membres du groupe contant leurs histoires aux rythmes de musique hispanique tout en s’inspirant du chaâbi.*lecourrier-dalgerie.-01 juillet 2014

mqdefault

*voir et écouter : Maria clip

mqdefault

*Algerian Music Award’s

*Hchich et pois chiche Gnawi 

*ElHajeb wel Aïen

*Ana Djazairi trés belle chanson 

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*Jeudi 26 juin 2014

*Algérie -1   Russie-1  à 21h  à Curitiba-Heure algérienne

L’Algérie qualifiée pour les 8es de finale

L’Algérie s’est qualifiée pour les 8es de finale de la Coupe du monde 2014 après un match héroïque des joueurs qui ont tenu la dragée haute aux Russes.

**Les Verts entrent dans la légende

Le match nul est tout à fait logique sur l’ensemble de la rencontre. Menée 0-1, l’équipe nationale n’a pas lâché et elle est allée chercher le point qui lui ouvre grandes les portes des 8es de finale où elle rencontera l’Allemagne dans un match revanche qui déchaîne les passions en Algérie, en Allemagne et un peu partout dans le monde pour le monstrueux scandale de 1982. Qu’elle est belle cette première qualification au second tour de la Coupe du monde qui va reconduire l’Algérie à Porto Alegre, là où elle a étrillé la Corée du sud il y a une semaine. C’est l’équipe nationale qui donne le coup d’envoi de cette rencontre capitale pour son avenir dans la Coupe du monde.

Le début de match est fermé. Les deux équipes ne prennent pas trop de risques. Les Russes semblent vouloir imposer le combat physique dans les duels. Après 5 minutes de jeu, Feghouli est obligé de sortir du terrain pour se faire soigner, (une entaille au niveau de la tête), conséquence d’un coup de tête (involontaire) d’un défenseur russe. A 10 contre 11, l’Algérie encaisse un but sur une magnifique tête placée de Kokonin qui met le cuir carrément dans la lucarne de M’bolhi (6’). L’attaquant russe a repris un centre de la gauche qui a pris à défaut la charnière centrale algérienne.

La réaction algérienne intervient quelques instants plus tard (13’) sur une action à deux, Feghouli-Brahimi que la défense russe écarte difficilement. Forts de leur avantage, les hommes de Capello contrôlent le jeu au milieu du terrain et procèdent par des contres placés, dont l’un a failli faire mal aux verts si Samedov n’avait pas perdu le ballon au moment du dernier geste (16’). Les camarades de Yacine Brahimi ont raté leur début de match. Petit à petit, les Russes ont pris l’ascendant sur les Fennecs, surtout au milieu du terrain où le marquage et la récupération du ballon dès sa perte ont fait défaut côté algérien. Medjani ne pouvait faire tout seul le travail défensif. Les supporters algériens sentant leur équipe en difficulté ont redoublé de soutien dans l’espoir qu’elle revienne dans la partie. Ce sont les Russes qui ont failli aggraver la marque par Shatov, dont le tir appuyé est passé à côté de la cage de M’bolhi (25’).

Prémonition

Sur l’action qui a suivi, Mesbah a complètement raté son tir dans la surface de réparation sur une passe de Brahimi. Cette action a redonné confiance aux verts qui, grâce à la vélocité de Brahimi et la technique de Feghouli baladent la défense russe sans égaliser. Les Algériens ont failli voir leurs efforts récompensés à la 29’ sur un  corner de Djabou, Slimani qui a repris le ballon de la tête oblige Akinfeev à une superbe détente alors que l’arbitre assistant avait levé son drapeau pour signaler une position de hors-jeu. Après la demi-heure de jeu, Brahimi, au terme d’une action avec Bentaleb, tire mollement dans les bras d’Akinfeev.

A la 39’, Mesbah écope d’un avertissement suite à une faute sur un adversaire à proximité du point de corner sur la gauche de M’bolhi. Heureusement, il ne donnera rien. A la 43’, Slimani, sur corner, place une tête dans les bras du gardien russe. La fin de la première mi-temps est sifflée sur le score de 1-0 en faveur des Russes. C’est la première fois dans les 3 matchs que les verts encaissent un but les premiers. Un signe prémonitoire ? A la reprise, Vahid Halilhodzic reconduit les mêmes joueurs, contrairement aux russes qui ont fait rentrer Denisov à la place de Glushakov. Deux minutes après la reprise, la Russie a raté le coche par Kerzhakov qui s’est présenté seul face à M’bolhi et n’a pas réussi à conclure.

Au fil des minutes, les deux équipes cherchent à faire la différence (russie) et revenir au score (Algérie). Les attaques se succèdent de part et d’autre et ce sont les Algériens qui se montrent les plus incisifs, notamment Feghouli et Djabou sur les côtés. D’ailleurs, en l’espace d’une minute ils provoquent deux coups francs et deux avertissements. Sur la seconde action, Brahimi place la balle du coup franc sur la tête de slimani qui propulse à ce moment-là l’Algérie en 8es de finale (60’). Cette égalisation redonne un nouveau souffle aux verts qui continuent d’attaquer. A la 62’, Djabou est bien servi par Feghouli, mais son tir n’inquiète pas le gardien russe.

A la 71’ M’bolhi se couche bien sur un tir appuyé de Kerzakhov. C’est le moment que choisit Halilhodzic pour procéder à son premier changement et fait rentrer Yebda à la place de Brahimi. A 15 minutes du coup de sifflet final, Ghilas remplace Djabou. A l’approche de la fin de la partie, les Russes trouvent beaucoup de difficultés à franchir la muraille défensive algérienne dressée devant M’bolhi. Plus la fin approche et plus la pression est énorme sur les algériens sur le terrain et dans les tribunes. La qualification tendait les bras aux verts héroïques hier soir à Curitiba. L’exploit sera au bout des efforts consentis durant tout le match. L’arbitre turc siffle la fin de la partie. L’Algérie vient de réaliser l’exploit attendu depuis 32 ans.*Brésil.*Yazid Ouahib-El Watan-27.06.2014

**Un exploit historique

Les Verts ont réalisé l’exploit que l’Algérie attendait depuis 32 ans. Il a fallu attendre tout ce temps et la 4e participation au mondial (1982-1986-2010-2014) pour qu’enfin l’équipe nationale franchisse l’écueil du premier tour où se sont brisés tous les rêves des générations précédentes.

Celle de Sofiane Feghouli l’a donc fait par une fraîche soirée brésilienne à Curitiba dans l’Etat du Parana. Il faut rendre hommage aux joueurs et à l’entraîneur Vahid Halilhodzic qui, pour un coup d’essai, a réalisé un véritable coup de maître, à savoir conduire les Verts en 8es de finale de la Coupe du monde 2014. Aujourd’hui, il faut lui rendre hommage sur la performance technique. Nonobstant ses relations tendues et conflictuelles avec les journalistes, il a relevé le défi au-delà de toute espérance.

Il a été un des rares à croire que l’équipe nationale pouvait aller si loin. Le résultat acquis jeudi soir à Curitiba fait de lui le premier sélectionneur à avoir conduit les Verts à ce stade de la compétition. L’histoire retiendra son nom comme l’homme qui a conduit l’Algérie, avec les joueurs, sur les cimes qui semblaient irrémédiablement interdites au football algérien. Les joueurs, eux aussi, méritent la reconnaissance pour la grande performance réalisée au Brésil. Le groupe regorge de joueurs de qualité. Pas technique uniquement. De volonté, du dépassement de soi, du sacrifice, d’abnégation, de discipline, des notions sans lesquelles il n’y a point de salut.

La qualification n’a pas été facile. Ils sont allés la chercher dans l’adversité. Après l’entame ratée (1-2) face à la Belgique, le doute s’est quelque peu insinué dans les esprits. Allions-nous revivre le même scénario que celui de 2010 où les Verts avaient débuté le tournoi par une défaite (0-1) face à la Slovénie avant de se ressaisir contre l’Angleterre (0-0) et quitter la compétition sur une mauvaise note (défaite 0-1) devant les Etats-Unis. Ici au Brésil, les joueurs ne voulaient pas vivre la même mésaventure que celle de leurs aînés.

Alors au sortir de la défaite devant les Diables rouges, ils ont serré les dents et n’ont rien lâché. Pourtant, l’entre des deux premiers matchs n’a pas été de tout repos pour tout le monde. Le coach a fait le dos rond et préparé sa stratégie à Socoraba. Les joueurs vexés par les commentaires qui ont suivi le match du 17 juin et les critiques à peine déguisées du Bosnien sur leur prestation ont alourdi l’ambiance au niveau du camp de base. Elle était tellement tendue (l’ambiance) que deux joueurs (Yebda et Ghilas) en sont presque arrivés aux mains et contraint Vahid Halilhodzic à mettre un terme à la séance pour céder au capitaine Madjid Bougherra la prérogative de réunir ses coéquipiers et rappeler chacun à ses devoirs vis-à-vis du groupe.

Après cet épisode, qui arrive souvent en club et parfois en équipe nationale, le sélectionneur a récupéré les cartes et tracé la suite. C’est-à-dire remanier profondément l’équipe en titularisant 5 nouveaux joueurs (Mandi, Mesbah, Brahimi, Slimani et Djabou). La suite lui a donné raison. Slimani, Brahimi et Djabou ont apporté le plus escompté. L’Algérie a fait voler en éclats la Corée du Sud (4-2) et s’est aménagé une voie de passage au second tour avant de gagner un point face à la Russie, synonyme de passage aux 8es de finale. L’Algérie va retourner sur son jardin, Porto Alegre, où elle a sonné la révolte. Le 30 juin à l’Estadio Beira Rio, les Verts ont rendez-vous avec l’histoire. Cette fois, c’est la puissante Allemagne qui se dressera sur le chemin de l’équipe nationale dans un match chargé de bons et mauvais souvenirs. Les bons, c’est l’historique victoire à El Milinon, le 16 juin 1982.

Ce jour-là le monde a découvert une équipe d’Algérie dont nul ne soupçonnait le potentiel. Sur ce match et la victoire des Verts, un quotidien français avait titré «Une Algérie de légende». Le plus mauvais souvenir, c’est ce lamentable non-match qu’Allemands et Autrichiens ont combiné pour écarter l’Algérie de la qualification au second tour. Les Espagnols ne se sont pas trompés en sortant leurs mouchoirs blancs et criant «Fuera, fuera» (dehors !).

Islam Slimani et ses partenaires sont-ils capables de rééditer l’exploit réalisé par la génération Assad-Belloumi-Madjer ? Pour peu qu’ils gardent leur concentration et qu’ils aient toujours faim de victoire et d’exploit pourquoi pas, même si l’Allemagne est pratiquement un ogre du football mondial. Les Verts n’ont rien à perdre et tout à gagner. La planète football a pris rendez-vous pour le 30 juin à Porto Alegre. L’Algérie en quart de finale ? C’est le rêve fou des supporters et le pari du coach et des joueurs. Après les échos qui lui sont parvenus sur son prochain adversaire, Joaquim Low, le coach allemand, va mettre en garde ses joueurs contre tout excès de confiance comme ont fait montre les Breinter, Kaltz, Hrubesh le 16 juin 1982.*Yazid Ouahib–El Watan-28.06.2014

**Impressionnants, les Verts ont réussi en terre brésilienne à éliminer les Russes. Du coup, les Algériens retrouveront, 32 ans après, l’Allemagne pour le compte des huitièmes de finale.

Le pays du football, le Brésil, a fini par sourire aux Verts après plusieurs déceptions, dont celle de 1982, où avec la génération d’exception de cette époque, l’équipe avait été privée de la qualification en dépit de deux succès, contre l’Allemagne (2-1) et le Chili (3-2), à la suite du match de la honte entre les deux cousins germains, la RFA et l’Autriche (1-0). Trente-deux ans après, Slimani, Feghouli, Mandi, Ghoulam et autres Brahimi ont réussi à réparer cette injustice en offrant la toute première qualification pour les 8es de finale aux millions d’Algériens qui rêvaient de ce moment depuis de très longues années.

Le mérite des Algériens est d’autant plus important qu’il a été acquis face à un adversaire russe qui était déterminé à l’emporter. Passés par toutes les sensations dans ce Mondial, les Algériens ont connu la déception avec la défaite face à la Belgique avant l’éclatante victoire arrachée avec les tripes devant la Corée du Sud, avec un visage offensif qui a séduit de nombreux observateurs présents au Mondial qui ont relevé le grand abattage des joueurs algériens sur le terrain, mais aussi leur talent, à l’image  des prouesses remarquables de Sofiane Feghouli, Yacine Brahimi et du gardien M’bolhi. C’est justement à la faveur de cette volonté collective que l’Algérie a réussi à créer la grande sensation devant la Russie.

Cette dernière partait favorite avec la Belgique dans le groupe H. La belle histoire des Verts ne va pas s’arrêter là puisque l’équipe retrouvera sur son chemin une vieille connaissance, à savoir l’Allemagne, une nation que les Verts ont déjà réussi à battre en 1982. Si pour l’Allemagne de l’entraîneur Joachim Low ce sera peut-être l’heure de la revanche, les jeunes joueurs algériens ont prouvé jusque-là qu’ils n’ont aucun complexe  dans ce Mondial. Mais, avant de relever le défi allemand, tous les Algériens vont savourer cette belle qualification que personne n’attendait. L’équipe d’Algérie a été la digne ambassadrice du football africain et arabe. Hier, la ville de Curitiba a vibré avec l’ambiance créée par les fans  algériens. Ainsi, l’aventure va se poursuivre pour les Fennecs qui ont emballé la planète.*Farouk Bouamama-El Watan-27.06.2014

«M.Halilhodzic, votre prix sera le nôtre!» Et c'est le moins que l'on puisse faire pour l'Algérie.

**Vahid Halilhodzic, a une très grande part dans la réussite de l’historique qualification des Verts en 8è de finale de la Coupe du monde 

Le parcours des Verts sous la houlette du coach bosnien est jusque-là parfait, alors autant qu’il poursuive sa mission avec l’Equipe nationale après ce Mondial brésilien…

Le sélectionneur des Verts, le Bosnien Vahid Halilhodzic, a une très grande part dans la réussite de l’historique qualification des Verts en 8es de finale de la Coupe du monde après le nul arraché face à une très accrocheuse équipe russe (1-1). Pourtant, l’ex-attaquant de Velez Mostar, Nantes et le Paris SG, ancien meilleur buteur du Championnat de France (1983 et 1985 avec Nantes) et ex-coach, entre autres, de la Côte d’Ivoire, n’a pas eu la tâche facile avec la sélection algérienne depuis qu’il a été nommé coach principal en juillet 2011. L’homme au regard perçant s’est mis rapidement à dos certains journalistes algériens qui, faut-il bien l’écrire, sont en «hors jeu» de la déontologie et du professionnalisme qu’exige cette noble profession. Le coach des Verts a été critiqué, fustigé, poussé vers la porte de sortie après la CAN 2013, voire «insulté», à cause notamment de ses choix aussi bien des joueurs que des tactiques qu’il propose.
Et il s’en est fallu de peu que l’élimination au premier tour de la CAN 2013 ne l’en écarte. Alors que certains réclamaient sa tête, la Fédération algérienne lui a, contre toute attente, renouvelé sa confiance. Sans oublier les joueurs qu’il avait écartés alors qu’ils étaient considérés comme des «cadres» avec le coach Saâdane. Mais, le sélectionneur des Verts, fit contre mauvaise fortune bon coeur et expliqua toujours le pourquoi de la chose, en précisant d’abord qu’il a bel et bien le soutien de ce cher public algérien qui lui a toujours fait confiance. Et puis bien sûr, il n’oublie surtout pas son premier contact avec les joueurs de la sélection algérienne après la débâcle de Marrakech où l’équipe a été complètement démoralisée.

Touché par la franchise des joueurs
Les Verts: «Après avoir été remercié de mon poste de sélectionneur de la Côte d’Ivoire, ce licenciement montre comment l’Afrique peut être cruelle. Et lors de mon premier rendez-vous avec l’équipe algérienne, un joueur m’a interpellé au bout de cinq minutes et m’a dit « Coach, est-ce qu’on peut parler? » Une discussion a alors débuté avec toute l’équipe.
Elle a duré deux heures, durant lesquelles tous les problèmes sont remontés à la surface. Et ils étaient nombreux. Je me suis dit ce n’est pas pour moi, je pars. Mais finalement, face à autant de franchise, j’ai choisi de continuer l’aventure. C’est cette sincérité, dès le premier contact qui m’a convaincu de poursuivre. Avec les gens sincères, on peut toujours faire quelque chose…»
Et à la fin de l’année 2013, Vahid fait le point en ces termes: «Entre notre premier stage à Marcoussis en juillet 2011 et décembre 2013, il s’est passé beaucoup de choses, nous avons beaucoup travaillé, et nous avons été récompensés à l’arrivée.» Puisqu’effectivement, coach Halilhodzic a bel et bien qualifié les Verts à ce Mondial brésilien. Question statistiques: avec coach Vahid, la sélection algérienne a disputé 29 matchs toutes compétitions confondues. Les Verts ont gagné 18 matchs, fait cinq nuls et perdu six matchs. Les joueurs de coach Halilhodzic ont marqué 51 buts et ont encaissé 25 et ce, jusqu’au dernier match de jeudi dernier contre la Russie.
A noter que le jeu des Verts a bel et bien changé depuis l’arrivée de coach Vahid puisqu’il est passé du jeu «ultradéfensif» et craintif à celui de l’offensive. Puisque les Verts gagnent désormais aussi bien à domicile qu’à l’extérieur. Et c’est le coach Vahid lui-même qui le rappelle: «Avant mon arrivée, l’Algérie jouait un jeu davantage défensif avec une tactique basée sur un bloc défensif très bas avec un seul attaquant en pointe. Bien sûr, cette équipe a eu certains résultats. Mais j’ai voulu changer pour ne pas dire révolutionner sa façon de jouer. En tant qu’ancien attaquant, je suis davantage tourné vers l’offensive, et j’ai voulu instaurer la culture de la victoire pour chaque match, que ce soit à domicile ou à l’extérieur. L’Algérie a toujours eu l’habitude de gagner à domicile, mais pas à l’extérieur. Là aussi, j’ai essayé de changer les choses en parlant, en travaillant, en essayant de faire prendre conscience à mes joueurs qu’ils pouvaient gagner à l’extérieur.»
Aujourd’hui, ces résultats parlent pour lui. Et puis, lui, est toujours reconnaissant: «Je suis très fier du travail que j’ai réalisé depuis ma prise de fonction en juillet 2011. Aujourd’hui la qualification n’a pas des conséquences uniquement sportives, mais également politiques et économiques. L’Algérie est le seul représentant des pays du Maghreb. Cela induit une certaine fierté, mais aussi une responsabilité. L’Algérie ne peut qu’être flattée de participer à une Coupe du monde. Quant à moi, en tant que sélectionneur, quel honneur! Je me dois d’être exemplaire, afin d’obtenir la même conduite de la part de mes joueurs. Mais sur ce point précis, je n’ai rencontré pour l’instant aucune difficulté!», avait-il confié juste avant d’aborder ce Mondial brésilien.

Respect à l’Algérie
Lors d’une interview à fifa.com, coach, Vahid a conclu par ces phrases: «J’ai beaucoup de respect pour l’Algérie parce qu’être sélectionneur d’un pays comme ça, c’est un honneur. Mais aussi une grosse responsabilité. Là-bas, je suis critiqué. Même si je devenais champion du monde, je serais critiqué. J’ai du mal à comprendre cela mais c’est comme ça. Quand vous faites ce métier, il faut avoir des convictions. Il faut savoir être à l’écoute des autres, mais c’est toi qui décide sur le plan sportif. Et là-dessus, je suis assez déterminé. Je n’ai peur de rien. J’aime la pression, cela veut dire qu’il y a un bon match à jouer, et non une rencontre pour la 15e place de tel ou tel championnat… Je suis très respectueux du football. C’est ma foi. Il m’a de temps en temps fait souffrir, mais il m’a aussi beaucoup donné. Je lui suis redevable.»
Eh bien, après tout ce que vous avez fait à notre football et surtout les résultats qui ont dépassé les frontières et celles de 1982, on ne doit en aucun cas être ingrat. On doit reconnaissance au travail et au sacrifice de Vahid Halilhodzic et le laisser partir avec ce palmarès si éloquent est une erreur que nous aurons à regretter au plus vite. Car, remplacer le technicien bosnien aujourd’hui, serait une erreur «fatale» qui briserait tout l’élan qu’a effectué notre sélection nationale.
Car son successeur si successeur il y aurait à Vahid, les décideurs devront donc attendre au moins trois ans pour que ce nouveau coach comprenne les joueurs, leurs points faibles, leurs points forts et surtout obtenir leur confiance. Alors pourquoi perdre du temps et de l’argent pour revenir à la case départ. D’autant que la phase finale de la CAN 2015 prévue au Maroc aura lieu en janvier prochain et l’Algérie devrait disputer son premier match des éliminatoires de cette compétition continentale le 4 septembre prochain face à l’Ethiopie! Coach Vahid Halilhodzic est là, il a bien évidemment changé de cote, mais il mérite bien notre gratitude et la meilleure manière et de le lui montrer est d’avoir ce geste de seigneur en lui disant: «M. Halilhodzic, votre prix sera le nôtre!». Et c’est le moins que l’on puisse faire pour l’Algérie qu’il a su si bien faire sortir pour chanter, danser et surtout crier: «One, two, three viva l’Algérie!».*L’Expression-Par Saïd MEKKI - Samedi 28 Juin 2014

File:MP2013 Arles 13.01.2013 11 Aurélie Filippetti.JPG

**Aurélie Filippetti : on a tous un peu d’Algérie au coeur ce soir ».

voir la vidéo

La ministre française de la Culture Aurélie Filippetti est revenue sur la polémique provoquée par les débordements de quelques jeunes casseurs suite à la qualification de l’Algérie. Une polémique « hors de propos » selon elle. Et si ces « violences sont condamnables », elles ne doivent pas altérer la joie de ceux qui supportent l’équipe d’Algérie : « on vibre tous un peu quand on a un match d’un pays qui est aussi fortement lié à l’histoire de notre pays », déclare la ministre de la Culture, pour qui « cela n’empêche pas d’aimer profondément la France ». Et elle ajoute : « le fait que l’Algérie soit qualifiée pour la première fois de son histoire en 1/8ème de finale, on y participe, on a tous un peu d’Algérie au coeur ce soir ».*chouf.chouf

**Mondial 2014 : l’Algérie 5eme meilleure attaque

Avec six buts inscrits en trois matchs de la phase  de groupes, la sélection algérienne occupe la cinquième place au classement  des meilleures attaques de la Coupe du monde 2014. 

Les Verts ont inscrit au moins un but à chaque match soit une moyenne  de deux réalisations par rencontre, selon les statistiques publiées vendredi  par la Fédération internationale de football (FIFA).         

Les buts algériens ont été marqués par: Slimani (2 buts), Feghouli(1),  Halliche (1), Djabou (1), et Brahimi (1). Trois ont été inscrits en action,  et les trois autres sur coups de pied arrêtés.

La première place au classement est occupée par les Pays-Bas avec  10 buts, suivis de la Colombie (9 buts). La France complète le podium avec 7  buts.         

D’autre part, l’équipe d’Algérie a réalisé 859 passes réussies lors  de ses trois matchs du premier tour: 221 passes courtes réussies, 530 passes  moyennes réussies et 108 passes longues réussies. Le pourcentage des passes  réussies est de 70%. Enfin, les joueurs algériens ont couru 112,5 kms par match et commis  49 fautes au total.*APS-27.06.2014

***L’équipe algérienne n’a besoin que d’un petit point pour réaliser une performance historique. Les résultats de la deuxième journée du groupe H ont permis aux Verts de franchir un grand pas vers la qualification; ils ont assuré la qualification de l’équipe belge pour les 8es de finale après sa petite victoire sur la Russie (1-0). Néanmoins, cette défaite n’élimine systématiquement pas les Russes. Ces derniers seront obligés de gagner face à l’Algérie pour passer au prochain tour. L’équipe nationale algérienne qui avait battu la Corée du Sud au stade Beira Rio de Porto Alegre (4-2), n’aura besoin que d’un seul point pour passer le cap du premier tour. Elle a les capacités pour réaliser cette exploit.

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**  Sur les traces de la victoire

«One, two, three!…»? Il faudra dire dorénavant: «One, two, three, four!…». Jeudi dernier face à la Russie, c’est la 4e fois qui fut la bonne. Les trois précédentes participations (1982, 1986, 2010) si elles étaient méritoires, n’avaient pas pu déboucher sur une qualification. Pourquoi et comment cette 4ème fois l’Algérie a réussi l’exploit historique? A se surpasser? Par quelle alchimie? Mais avant, un petit retour sur l’événement s’impose. Difficile de trouver les mots justes pour décrire l’indescriptible explosion de joie des Algériens après le match? Ici et dans le monde entier? La FIFA a écrit sur son site que «l’Algérie a enfin atteint le paradis!». Notez-le «enfin!». Il renvoie aux trois précédentes participations. La FIFA ajoute «cette fois c’est sûr!». Référence faite au «match de la honte» négocié entre l’Allemagne et l’Autriche en 1982 pour nous fermer la voie de la qualification. Ce sont toutes ces tentatives et la farouche adversité (en y ajoutant les casseurs en France qui se font passer pour des supporters algériens), sans foi ni loi, qui ont donné à la victoire de jeudi dernier son incomparable intensité. Une victoire pour l’Algérie. Pour le Monde arabe. Pour les musulmans du monde entier. Pour l’Afrique, aussi, que nous représentons avec le Nigeria. C’est dire que l’Algérie avait, jeudi dernier, les yeux du monde entier braqués sur elle. Que des milliards de personnes ont fêté sa victoire dans les quatre coins du globe. Hier, toutes les télés, les radios et les journaux du monde avaient au menu de leur journal l’exploit algérien. Quelle belle victoire! Avant de laisser le soin aux journalistes sportifs de commenter, mieux que nous, cette rencontre et son incidence sur la suite du Mondial, nous voulons juste rendre hommage à l’expertise, au travail, à l’engagement et au mérite de l’entraîneur de l’Equipe nationale, Wahid Halilhodzic. Nous rejoignons en cela Islam Slimani, l’auteur du but de la victoire qui, interrogé par les journalistes sur cette grande réussite, a répondu: «On n’a fait que suivre les consignes du coach!». Nous voulons dire à Wahid que les Algériens n’ont jamais été des ingrats et ne le seront jamais. Et ceux qui se sont attaqués à lui sont injustes et ne représentent pas le peuple algérien. Maintenant, revenons aux raisons qui ont permis cette victoire historique des Verts. L’Algérie des années 2000 a pris un décollage qu’aucun analyste n’avait prévu ou même imaginé. Tout y est entrepris en proportions hors normes. Que ce soit dans le nombre des universités construites, des barrages, des aéroports, des routes et autoroutes, des logements, des hôpitaux, etc, etc, l’Algérie, à travers l’immensité de son territoire, a connu un essor inédit dans l’histoire de l’humanité. Tout comme la paix et la stabilité qui y règnent alors qu’autour de nous, tout au long de nos frontières ce ne sont que conflits et crises qui agitent nos voisins. La combinaison de tous ces éléments dans des proportions en adéquation avec la superficie du pays et l’immensité de nos besoins a transformé la condition de l’Algérien dans sa vie quotidienne, mais aussi dans son mental. L’Algérien du troisième Millénaire n’est plus celui du XXe siècle. Il a repris confiance en lui-même. Il a rompu avec toutes les inhibitions handicapantes. Il est plus inventif. Plus combatif. La transformation à grande vitesse de son pays imprime sa marque dans son esprit. Il est le résultat de la vision, du programme et de la méthode du Président Abdelaziz Bouteflika. Un chef de l’Etat qui, avec son génie, a su inculquer un nouvel état d’esprit dont il est, lui-même, un exemple. Celui du vainqueur. Le résultat est là. Eclatant. Génial. Nos joueurs n’ont-ils pas déclaré «être prêts à mourir sur le terrain». Un tel degré d’implication ne peut pas s’obtenir sans «locomotive». Une implication avec laquelle, également, tout devient possible. La preuve! *L’Expression-Par Zouhir MEBARKI - Samedi 28 Juin 2014

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Le programme du Jeudi 26 juin : Heure algérienne

*Groupe G : qualifiés-Allemagne, Etats-Unis

Etats-Unis -0   Allemagne-1  à 17h à Recife
Portugal -2    Ghana-1   à 17h à Brasilia

*Groupe H: Qualifiés: Belgique, Algérie 

Corée du Sud -0  Belgique-1  à 21h à Sao Paulo
Algérie -1   Russie-1  à 21h à Curitiba

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Aux portes de l’exploit

Les Verts ont désormais en main toutes les cartes pour réaliser ce soir face aux Russes une qualification historique en phase finale d’une Coupe du monde.

Aux portes de l'exploit

Ce jeudi soir, toute l’Algérie et des millions de supporters de l’EN de différents horizons, prieront pour que les Fennecs passent avec succès le dernier écueil de ce premier tour, en affrontant à Curitiba la Russie, dans un superbe stade de l’Arenal da Baïxada dans lequel pas moins de 44.000 spectateurs sont attendus aujourd’hui.
A partir de 21h, le coeur de millions d’Algériens va de nouveau battre la chamade pour ces Verts qui ont désormais en main toutes les cartes, pour réaliser ce soir face aux Russes une qualification historique en phase finale d’une Coupe du monde.
L’enjeu de la rencontre Algérie-Russie est tel que l’EN ne doit en aucun se rater ce soir face à la Russie, notamment après avoir vécu le meilleur devant la Corée du Sud. Après avoir connu d’entrée le pire des scénarios contre la Belgique, les Verts ont réussi par la suite à se relancer complètement de très fort belle manière devant les Sud-Coréens.
En infligeant à la Corée du Sud un mémorable 4 à 2, l’EN a fini par forcer l’admiration de toute la planète foot et surtout gagné pour sa cause la plupart des spécialistes et autres connaisseurs en la matière du ballon rond mondial.
Ce soir à Curitiba où cette belle cité brésilienne va sans aucun doute vibrer à son tour pour les Fennecs d’Algérie, pas question pour l’EN de passer complètement en travers d’un rendez-vous qui lui ouvre désormais les bras des huitièmes de finale. Comme a tenu à le déclarer haut et fort le joueur Lacen, contre la Russie, il ne faut surtout pas que cette très belle victoire algérienne remportée aux dépens des Sud-Coréens à Porto Alegre, parte ce soir en fumée. Il est vrai que sur ce plan, et surtout au lendemain de la très belle prestation des Verts face aux footballeurs sud-asiatiques, l’EN se retrouve désormais dans une excellente position de véritable outsider, comme n’a pas manqué de le souligner, même José Mourihno.
L’actuel coach portugais de Chelsea, lui qui n’avait misé le moindre kopek sur les Verts, est désormais convaincu à son tour que l’EN n’a peur de rien, et qu’elle est surtout vraiment capable d’aller jusqu’au bout ce soir face à la Russie. De son côté, le sélectionneur Vahid Halilhodzic entend bien mettre en place son plan de bataille le plus approprié pour surprendre une équipe russe qui craint terriblement aujourd’hui un élément de la trempe de Sofiane Feghouli.
De son côté, le sélectionneur italien de l’ex-Urss, en l’occurrence Fabio Capello, est persuadé que l’équipe russe va monter en puissance face au Onze algérien.
De toutes les manières, il ne pourrait en être autrement pour les coéquipiers de Samedov qui savent pertinemment que seule la victoire leur permettra d’accéder au second tour du Mondial actuellement en cours au Brésil. Sur le plan mathématique, les données du moment, et à quelques heures seulement de la troisième sortie des Fennecs, sont réellement favorables pour l’Algérie.
Tout le peuple algérien sait très bien que son Equipe nationale est désormais à 90 minutes et des poussières seulement, d’un autre grand exploit, sans précédent pour le foot algérien qui vient de marquer de son sceau le Mondial brésilien.
Ce soir à Curitiba il va falloir à tout prix forcer le destin, en jouant le match qui permettra à l’EN d’entrer enfin dans l’Histoire.
Aujourd’hui, le ciel de Curitiba doit absolument toucher de sa grâce cette Equipe nationale algérienne qui a charmé le pays de la samba et surtout conquis le coeur de millions de présents au Mondial 2014. Ce soir enfin, les Verts ne peuvent s’arrêter en si bon chemin. Pas en cette date du 26 juin 2014, porteuse de réels fous espoirs, et surtout le rêve d’inviter les Verts dans la cour que beaucoup de grands ténors ont déjà quittée au moment où des millions d’Algériens s’apprêtent à vibrer pour l’Algérie du foot.*Par Bachir BOUTEBINA - Jeudi 26 Juin 2014 *L’Expression

Le 12ème homme toujours aux côtés de l'EN

***400.000 dinars, la formule la moins chère pour aller au Brésil

400.000 dinars est « la formule la moins chère » qu’auront à débourser  les supporters algériens qui voudront se déplacer au Brésil pour assister aux matchs de l’équipe nationale de football lors du Mondial de football qui aura lieu l’été prochain.

C’est ce que qu’a annoncé le ministre de jeunesse et des sports, Mohamed Tahmi à la radio nationale. Ce dernier, qui préside la commission intersectorielle mise en place par le premier ministre Abdelmalek Sellal pour organiser le déplacement des fans algériens, a ajouté que les détails de l’opération seront dévoilés avant la fin du mois en cours.

Le ministre a par ailleurs indiqué que les supporters qui auront fait le déplacement « ne paieront aucun centime supplémentaire » en cas de qualification des Verts aux tours suivants.

Cela étant dit, la commission citée ci-dessus, table sur 2.000 à 2.500 supporters qui feront le déplacement au Brésil.

Pour rappel, l’équipe nationale s’est qualifiée pour la quatrième fois de son histoire au Mondial, et la deuxième de suite. Lors du premier tour du rendez-vous brésilien, elle affrontera la Belgique, la Corée du Sud et la Russie respectivement pour le compte du groupe H.*algerie1.com-26/01/2014

 

Ils sont toujours là les supporters des Verts

** L’allocation touristique fixée à 2.500 euros pour chaque supporter algérien qui se déplacera au Brésil 

Le ministre des Sports, Mohamed Tahmi a annoncé, lundi, qu’une allocation touristique de 2.500 euros sera accordée à chaque supporter algérien qui se déplacera au Brésil pour assister à la coupe du Mondial 2014 de football (12 juin-13 juillet), dans le cadre du voyage organisé par Touring Voyages Algérie (TVA).

Quelque 2.000 supporters ayant bénéficié de trois formules proposées par TVA, iront au pays de la Samba pour prêter main forte aux verts, qui représenteront l’Algérie au plus grand rendez-vous footballistique planétaire.

Il a, à ce propos, déclaré que « nous opterons pour une allocation touristique de 2.500 euros pour chacun des 2.000 supporters qui se déplaceront au Brésil. J’estime que cette somme est suffisante pour couvrir la période du 1er tour et même dans le cas d’une qualification espérée au second tour ».

Revenant sur le processus de préparation du déplacement des suppporters algériens au Brésil,  il a rappelé que « les 2.000 places mises en vente ont été épuisées en cinq jours, ce qui donne une idée sur l’attachement des Algériens, toutes catégories confondues, à leur équipe nationale ». Dans le même sillage, il a précisé que « 65 femmes et des enfants de 6 à 16 ans seront du voyage ».

Détaillant les chiffres des ventes, le ministre a précisé que  1.100 places ont été vendues à Alger, 78 à Constantine, 19 à Ghardaia, 65 à Tizi Ouzou, 150 à Sétif, 72 à Batna, 80 à Oran, 30 à Adrar, 31 à Djelfa.

Tahmi a, d’autre part, affirmé que les 6.000 billets d’accès au stade pour le premier tour (2.000 pour chaque match) ont été dernièrement récupérés par la Fédération algérienne de football (FAF) et seront distribués aux concernés trois jours avant le départ au Brésil.

Touring Voyage Algérie a programmé, en collaboration avec la compagnie nationale Air Algérie, huit vols pour les supporters entre le 13 et le 15 juin. Mais une seule question reste à régler et concerne le retour des supporteurs au pays après la fin de leur séjour.

Pour les visas, le ministre a affirmé que « 1.600 visas ont été délivrés par les services consulaires de l’ambassade du Brésil à Alger qui traitent toujours les dossiers des 400 autres demandes ».

La ville balnéaire de Florianopolis (Sud du Brésil) a été choisie par TVA comme principal camp de base des 2.000 supporteurs algériens. Florianopolis est une destination touristique renommée, grâce à ses nombreuses plages, mais aussi pour sa qualité de vie notamment en termes de sécurité.

« Un guide contenant toutes les informations (départ, retour, météo, heure de l’iftar –pour le Ramadhan–, programme de séjour, déplacements …) a été édité et sera distribué aux supporteurs », a précisé le ministre.**algerie1.com-26/05/2014 

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

             Corée du Sud-2   – Algérie-4 

madjides

Dimanche 22 juin :
Belgique- 1 – Russie-0  - à 17h à Rio de Janeiro
Corée du Sud-2   – Algérie-4  à 20h à Porto Alegre

Heure algérienne

cliquer ici: échos du mondial brésilien-2014  

BqwySn8IEAA1uXn

**vidéos: Corée du Sud-2   – Algérie-4

*Les buts

Toute l'info sur la coupe du monde 2014

***Rédaction d’El Watan et la coupe du monde

******************************

*Les confrontations entre l’Algérie et l’ex-URSS

L’Algérie et la Russie ne se sont jamais rencontrées ni en match amical ni officiel. Demain, ce sera donc la première fois que les deux sélections s’affronteront et dans quel match ! Celui qui déterminera le nom de l’équipe qui accompagnera la Belgique aux 8es de finale de la Coupe du monde de la FIFA Brésil 2014 qui mettra aux prises le premier du groupe G (Allemagne) au second du groupe H (Algérie ou Russie) le 30 juin à Porto Alegre, là où les Verts ont étrillé la Corée du Sud (4-2), le 22 juin.

Par contre, si on se projette dans le passé, avant l’éclatement de l’ex-URSS, les chemins de l’Algérie et de l’URSS se sont croisés à onze reprises. Chaque fois dans le cadre de rencontres amicales et jamais dans le contexte d’un match officiel, comme l’indiquent les statistiques que notre ami et confrère Ali Selhani, ancien journaliste à l’APS, a gracieusement mises à notre disposition. Par le passé l’Algérie et l’URSS avaient eu beaucoup d’échanges sportifs dans toutes les disciplines.

Des experts russes venaient souvent en Algérie pour apporter leur expérience dans le domaine de la formation. Les rencontres (amicales) de football entre les sélections et clubs des deux parties étaient souvent programmées. Ainsi, la première confrontation a eu lieu en juillet 1964 à Leningrad et a vu la victoire du pays hôte par 3 buts à 1.

La dernière fois que des joueurs algériens et de l’ex-URSS se sont donné la réplique c’était en novembre 1987 à Mascara et ce jour-là la sélection olympique d’URSS s’était imposée 2-0. Entre ces deux dates, il y a eu 9 autres matchs au total entre les sélections des deux pays. Deux résultats ont marqué les esprits. Celui du 11 décembre 1966 à Alger où l’équipe de l’ex-URSS a mordu la poussière (0-4) dans ce qui était à l’époque le temple du football algérien, c’est-à-dire le stade municipal, présentement le stade du 20 Août (El Annasser). Deux ans plus tard, l’URSS a pris sa revanche par une éclatante victoire, étrillant l’Algérie (7-0) le 23 juin 1968 à Moscou. Le bilan est nettement favorable à l’ex-URSS qui s’est imposée 7 fois et n’a concédé qu’une seule défaite et obtenu 3 matchs nuls.

***Les Verts dès ce soir à Curitiba

Après avoir quitté Porto Alegre, hier dans la matinée, les Verts ont rejoint leur camp de base à Sorocaba. Le sélectionneur national a programmé une légère séance d’entraînement en guise de décrassage après le voyage et les efforts fournis lors du match face à la Corée du Sud.
Il y avait une très bonne ambiance à la reprise. Les camarades de Halliche effectueront une dernière séance d’entraînement à Sorocaba cet après-midi avant de s’envoler vers Curitiba dans la soirée. Il faut savoir que le match face à la Russie aura lieu demain, jeudi 26 juin 2014.* Yazid Ouahib-El Watan-25.06.2014

10354952_10152340165897839_6400751388131228057_n

**Coupe du monde et Ramadhan

Quel impact aura le Ramadhan sur les joueurs musulmans ?

Le mois sacré du Ramadhan frappe à nos portes. Cette année, il coïncidera avec le début de la phase des 8es de finale de la Coupe du monde de la FIFA Brésil 2014. Les responsables des différentes sélections qui comptent dans leurs rangs des joueurs de confession musulmane se sont déjà penchés sur le sujet pour savoir ce qu’il y a lieu de faire par rapport à la question du jeûne.

La FIFA a-t-elle tenu suffisamment compte de ce paramètre dans l’établissement du calendrier de la compétition ? «Oui», répond, sans hésitation, un vieux routier de cette instance internationale. Selon notre interlocuteur rencontré à Sao Paulo, «la FIFA était consciente que cette année le Ramadhan coïnciderait avec la fin du premier tour.

Les membres de sa commission médicale ont été sollicités pour donner leur avis, tout comme les grands spécialistes en médecine et physiologie qui ont tous donné leur feu vert. La FIFA a tenu compte aussi de l’expérience et des enseignements tirés des derniers Jeux olympiques qu’a organisés la Grande-Bretagne  et qui ont eu lieu, en partie durant le Ramadhan 2012». Pour rappel, le Comité olympique international (CIO) avait initié une grande étude sur le sujet à partir du moment de l’attribution de l’organisation des JO à la ville de Londres.
Quel impact aura le Ramadhan sur les joueurs musulmans qui participeront aux prochains tours de la Coupe du monde 2014 ? Difficile de répondre à cette interrogation.

En 1982, en Espagne, l’équipe nationale a été confrontée à ce type de situation puisque le match face au Chili a eu lieu pendant le Ramadhan. La grande question de l’heure est la suivante : les footballeurs musulmans jeûneront-ils ou pas les jours de match ? Interrogé sur par un confrère français, le capitaine des Verts, Madjid Bougherra, a répondu : «Cela dépendra surtout de l’état physique des joueurs. Doit-on jeûner le jour d’un match de Coupe du monde, quelles conséquences physiques y aura-t-il sur le rendement des joueurs ?

Ce sont des questions sur lesquelles il est difficile de se prononcer avant le jour J.» La fédération a-t-elle pris ses dispositions dans la perspective d’une qualification aux 8es de finale ? Difficile de le savoir. Le sujet ne paraît pas d’actualité puisque toute l’attention est tournée vers la rencontre de demain contre la Russie qui déterminera la suite du parcours des Verts en Coupe du monde. Si elle s’ouvre les portes de la qualification aux 8es de finale, la fédération aura alors, sans nul doute, recours à une fetwa et à l’imam qui conduit la prière du vendredi au Brésil pour convaincre les joueurs de pas observer le jeûne le jour du match. En 1996 lors de la CAN organisée par l’Afrique du Sud, un match des Verts était programmé en plein Ramadhan à Blomfontein dans l’Etat d’Orange.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports de l’époque, Mouldi Aissaoui, est arrivé avec une fetwa d’un dignitaire religieux égyptien qui autorisait les joueurs à ne pas observer le jeûne les jours de match. Les joueurs se sont longuement réunis avec le staff technique (Ali Fergani et feu Mourad Abdelouahab) et ont décidé de ne pas rompre le jeûne avant le coucher du soleil qui intervenait quelques minutes avant le coup d’envoi.

Pour l’histoire, ils n’ont pas mangé et bu toute la journée et en soirée ils ont disposé (3-1) du Burkina Faso et se sont qualifiés aux quarts de finale de la CAN-1996. Les Ivoiriens, les Nigérians et les Ghanéens, s’ils se qualifient aux 8es de finale de la Coupe du monde 2014, seront confrontés au même problème du moins pour leurs joueurs musulmans. L’intensité des matchs avec son corollaire, l’engagement physique qu’il faudra déployer, laisse peu de place à l’hypothèse du jeûne de la part des joueurs musulmans.*Yazid Ouahib-El Watan-25.06.2014

**************************

*Le quatrième but des algériens a époustouflé la planète entière.

le grand Claro Ronaldo: « Le quatrième but algérien, on dirait un but de jeu vidéo ».

Claro Ronaldo

Le quatrième but des algériens, à la 62ème minute du match contre l’équipe de Corée du sud, est considéré par les puristes comme un cas d’école. La une-deux entre Feghouli et Brahmi a époustouflé la planète entière. Les éloges pleuvent de la part des spécialistes de la balle ronde qui reconnaissent dans cette offensive footbalistique un grand moment, un jeu de virtuoses et les qualificatifs n’ont pas manqué depuis hier soir après la victoire de l’ Algérie sur la Corée du sud par 4 buts à 2.

Même le grand Claro Ronaldo, lui même star mondiale à son heure du football, ballon d’or en 1997 et 2002, a twitté « Le quatrième but algérien, on dirait un but de jeu vidéo ». c’est dire l’effet qu’a produit, sur les meilleurs techniciens du monde, ce but magique.*algerie1.com- 23/06/2014 |

**Liesse dans les villes d’Algérie et de France, après la  victoire des Verts face à l’équipe de la Corée du Sud sur le score de 4 buts à 2

La victoire des Verts face à l’équipe de la Corée du Sud sur le score de 4 buts à 2, en coupe du monde-2014 au Brésil, a été célébrée en fanfare par des dizaines de milliers de supporters à travers les villes algériennes. A Oran, Constantine, Annaba, Tizi-Ouzou, Sétif, Souk-Ahras, Tébessa, Jijel, Bejaia etc… où ailleurs, particulièrement en France l’ambiance était indescriptible.

Oran

Les Algériens, en liesse, jubilaient après la victoire arrachée haut la main par les coéquipiers d’Islam Slimani face aux Sud Coréens. Dans la capitale de l’Ouest, El Bahia, c’est l’explosion de joie. Les youyous fusaient de tous les balcons ornés pour la plupart de gigantesques drapeaux frappés aux couleurs nationales. Des processions de voitures, avertisseurs bloqués, ont défilé en cortège à travers les rues du centre-ville d’Oran et dans les quartiers populaires comme El Hamri, M’dina Djedida, Seddikia, El Yasmine, Haî Sabbah et dans les lointaines localités de Boutlelis, Bousfer, Arzew, Bethioua.

Des essaims de jeunes, « armés » de vuvuzela, de drapeaux, de karkabou et autres objets de la panoplie du parfait supporter, qui se vendaient comme des petits fours, ont envahi tous les coins et recoins de la ville, apportant une touche particulière à la fête. « Les buts de Slimani, Halliche, Djabou et Brahimi nous ont comblé. C’est comme cela que nous aimons voir nos combattants du désert. Des joueurs battants, offensifs et courageux qui savent aller droit au but », dira Smail, portant sur ses épaules son fils Anis.

Tizi-Ouzou

La ville de Tizi-Ouzou a vécu, elle aussi, une grande ferveur. Des véhicules ornés de l’emblème national ont sillonné les quartiers, tandis que les femmes participaient à cette fête à partir des balcons. Dans l’Est algérien, villes et villages sont plongés, depuis le coup de sifflet final de l’arbitre colombien Wilmar Rodan officialisant le triomphe de l’Algérie sur la Corée du Sud (4-2), dans une liesse indescriptible.

Des scènes d’allégresse collective, quelquefois proches de l’hystérie, ont été observées dans les artères principales (mais pas seulement) des villes de Constantine, d’Annaba, de Batna, d’Oum El Bouaghi, de Guelma ou encore de Bordj Bou Arreridj, de Skikda et de Mila.

Constantine

Dans le centre de la ville du Vieux Rocher, comme dans les cités géantes qui l’entourent, à l’image d’Ali-Mendjeli, des dizaines, puis des centaines, bientôt des milliers de jeunes et de moins jeunes ont investi la rue, drapeau national à la main. Clairons, vuvuzelas, pétards, feux d’artifices, cris à pleins poumons, tout est bon pour faire le maximum de bruit. Et du bruit, il y en a aussi avec les innombrables voitures pleines à craquer défilant klaxons au vent, créant dans les places publiques, les placettes et les cités une ambiance de folie que d’aucuns estiment sans précédent en Algérie.

Sétif

A Sétif, comme c’est de tradition, c’est la place de Aïn Fouara, qui est prise d’assaut par des centaines de personnes munies d’autant d’emblèmes, de banderoles et de fanions à la gloire de Moumene Djabou et de ses camarades. La vieille Nouara (78 ans) ne veut pas être confinée, elle. La fête prend rapidement le dessus et la voilà qui se fourvoie parmi la foule dans son ample m’laya, à la grande joie de jeunes sétifiens qui décident aussitôt d’en faire leur mascotte et de la hisser tout près de la naïade d’Ain Fouara.

Annaba

Mêmes scènes de liesse au niveau du cours de la Révolution d’Annaba et des principales artères de la coquette où les citoyens sont sortis par milliers pour fêter la victoire des verts. De longues processions de voitures ont créé des embouteillages monstres, klaxons à n’en plus finir, cris de joie, you you emplissent la ville. Les jeunes dansent dans les rues  au son des darboukas et autres instruments de musique créant une atmosphère de fête indescriptible.

Le front de mer de Jijel, la placette de l’Indépendance, à Souk Ahras, et toutes les ‘’places fortes’’ des villes et villages de l’Est du pays offrent le même enthousiasme. L’appétit venant en mangeant, de nombreux supporters, tout en savourant la fête, pensent déjà à la Russie que les ‘’Verts’’ affronteront jeudi prochain avec l’espoir de valider un ticket historique pour les 1/8èmes de finale de la coupe du monde.

Mehdi, un jeune de Tébessa, rêve même d’une confrontation contre l’Allemagne qui pourrait bien finir en première position dans le groupe G. On n’en est pas encore là mais le jeune homme, porté par l’enthousiasme ambiant, rappelle, les yeux pleins de malice, que l’Allemagne ‘’n’a jamais battu l’Algérie’’. Se verrait-il déjà en quarts de finale, le jeune Mehdi ?.

3330747_algerie-champs

France

Dès le coup de sifflet final qui a marqué la victoire de l’Algérie (4-2) face à la Corée du sud, des milliers de supporteurs des « Fennecs » ont manifesté leur joie à Paris, Marseille, Lyon, Roubaix…

Des jeunes ont défilé klaxon hurlant et drapés aux couleurs de l’Algérie. Par petits groupes, parfois venus en famille, d’autres ont entamé des danses festives sur de la musique algérienne et des percussions. La foule a scandé « 1, 2, 3, viva l’Algérie ! ». De nombreux jeunes gens sont montés sur les capots des voitures dans une ambiance de liesse.

Partout dans la capitale française, des cortèges de voitures se sont formés, décorés de drapeaux algériens, klaxonnant à tout rompre. Sur les Champs Elysées, fermés à la circulation pour l’occasion, des supporteurs algériens ont défilé en moto ou en voiture, portant des drapeaux et criant leur joie d’une belle victoire sur la Corée du sud.*.algerie1.com- 23/06/2014

**Une belle victoire!

Six jours après avoir perdu leur premier match contre la Belgique (2-1), les Verts se rachètent en infligeant un 4-2 à la Corée du Sud, hier soir, au stade de Porto Alegre pour le compte du deuxième match de ce groupe «H» du Mondial qui se poursuit en terre brésilienne.

Comme attendu depuis trois jours, coach Vahid Halilhodzic a opéré cinq changements dans son onze de départ par rapport à la défaite contre la Belgique (2-1). Seulement, une surprise de dernière minute est à relever, à savoir le retour d’Islam Slimani qui avait ressenti quelques douleurs avant de rejoindre Belo Horizonte, en pointe alors que c’était Nabil Ghilas qui a été annoncé par les médias et qui, d’ailleurs a été testé lors de la dernière mise en place des Verts aux entraînements.
Ainsi, Vahid a choisi de faire confiance au milieu offensif Yacine Brahimi, aux attaquants Abdelmoumene Djabou, Islam Slimani et aux latéraux Aïssa Mandi et Djamel Mesbah.
Aussi, dans le poste de gardien de but, l’excellent Rais M’bolhi, brillant lors du premier match face à la Belgique (2-1) est logiquement reconduit. En defense: Faouzi Ghoulam céde sa place à l’expérimenté Djamel Mesbah alors qu’à droite, Aïssa Mandi prend la place de Mehdi Mostefa au moment où la charnière centrale Bougherra-Halliche ne va pas bouger.

Une équipe à vocation offensive
Au milieu de terrain, Carl Medjani et Nabil Bentaleb s’occuperont de la récupération, alors que Saphir Taider, titularisé face aux Diables rouges, est relégué au banc des remplaçants. L’animation du jeu sera confiée au revenant Yacine Brahimi, alors qu’à droite il y aura Sofiane Feghouli, auteur de l’unique but face à la Belgique. Abdelmoumen Djabou, étincelant lors du match amical face à la Roumanie (2-1), effectue son retour dans le onze, dans son fétiche couloir gauche. Enfin, en attaquant, le coach national fait confiance à Slimani car Hilal Soudani n’ayant pas donné satisfaction face à la Belgique.
Donc, les Verts se présentent face aux Coréens avec une équipe à vocation offensive contrairement à son dernier match contre la Belgique où c’est l’option ultradéfensive qui leur a coûté la défaite contre les Diables rouges belges. Par contre, le sélectionneur sud-coréen Hong Myung-bo a reconduit l’équipe qui a neutralisé la Russie (1-1). D’entrée de jeu, les Verts annoncent la couleur en assiégeant la cage du gardien Jung Sung-ryong. Brahimi rate une première occasion en tentant une reprise à l’extérieur de la surface coréenne, mais son tir est bien au-dessus du cadre (2′). Deux minutes plus tard, le même Feghouli, très en verve, est taclé irrégulièrement par Kim Young-gwo dans la surface de réparation, mais pas de penalty sifflé par l’arbitre colombien M.Roldan.
Les Algériens enchaînent plusieurs tentatives dans la surface sud-coréenne. Sur un corner, la tête de Slimani passe à 1m du poteau droit de Jung Sung-ryong (9e).
Par la suite et sur contre-attaque, Park Chu-young s’infiltre dans la surface algérienne, mais il est stoppé par Bougherra (11e).
Les Algériens poursuivent leur domination du jeu et Slimani rate sa reprise dans les six yeards sur un centre venu de la droite (22′).
Les Algériens sont maîtres de la partie et c’est donc le plus normalement du monde que Slimani arrive enfin à retrouver le chemin des filets.
Islam récupère une balle et prend de vitesse la charnière centrale coréenne avant de tromper Jung d’un petit ballon piqué (26′).
Ce n’est pas fini! Une minute plus tard, revigorés par ce premier but, les Verts enchaînent, de suite, une bonne occasion par Brahimi qui tente une frappe croisée du côté droit de la surface. Il obtient un corner. Djabou botte celui-ci et Halliche s’élève et profite d’un espace dans la défense, et du retard du portier coréen, pour envoyer le cuir au fond de la cage (27′). C’est la deuxième concrétisation des Verts dans ce match important.
Le bon pressing et la domination des Algériens troublent les Guerriers Taeguk. Slimani contrôle sa balle avant de la transmettre à Djabou, au point de penalty, qui ne trouve aucune peine à ajouter le troisième but des Verts (38′). Les Verts font cavaliers seuls et terminent donc cette première mi-temps largement en leur faveur (3-0).

Historique 4e but algérien!
De retour des vestiaires, et comme attendu, les Sud-Coréens voudraient bien revenir au score après cet humiliant 3-0 en une mi-temps. Et c’est ainsi qu’après seulement 5 minutes de jeu, Son récupère un long ballon devant une charnière algérienne perdue. Il contrôle du dos, puis se retourne pour envoyer le ballon entre les jambes de M’Bolhi (50′). Puis c’est Lee (57′) et Yin (59′) qui ratent leurs occasions, mais la défense et le gardien de but des Fennecs s’interposent.
Les Sud-Coréens sont plus entreprenants. Mais, voilà que Yacine Brahimi et Sofiane Feghouli combinent bien dans la surface et à la sortie d’un une-deux, Brahmi redonne confiance aux Fennecs en inscrivant le 4e but (62e). Avec ce 4e but, l’Algérie devient la première nation africaine à inscrire 4 buts dans un match de Coupe du monde!
Quelques minutes plus tard, Koo reprend une passe de volée de la gauche transmise par Lee pour envoyer la balle au fond des filets de M’bolhi (72′). C’est dire que le match n’est pas encore terminé. Les Coréens y croient encore et se créent des situations, mais la défense des Verts tient bon, tout de même. La défense des Fennecs est mise sous pression ces dernières minutes, à l’image de Kim qui est à l’origine d’une bonne activité.
Après une touche, Slimani remet sur Mesbah qui revient vers Ghilas devant. Mais ce dernier, de la tête, ne peut cadrer (78′).
La fatigue se fait sentir dans les deux camps dans cette fin de match très disputée de part et d’autre. Et ce n’est que péniblement que les deux sélections terminent ce second match du groupe qui a bien souri aux Verts qui reprennent confiance pour une éventuelle et probable qualification en 8es de finale. Rendez-vous est donc donné aux Russes pour le 26 juin prochain à Curitiba pour le second ticket de qualification aux 8es de finale après celui déjà arraché par la Belgique dans ce groupe. «One-two-three, viva l’Algérie!» chantent les Algériens pour saluer cette retentissante victoire des Verts en terre brésilienne.*L’Expression-Par Saïd MEKKI - Lundi 23 Juin 2014

**Point du Groupe H du 1er tour du Mondial 2014 de football à l’issue de la 2e journée disputée dimanche

Belgique-1    Russie -0

Corée du Sud –2  Algérie -4

Déjà Joués :

Belgique –2  Algérie -1

Russie –1   Corée du Sud -1

Classement: Pts J G N P bp bc dif

1. Belgique   6    2 2 0 0    3 1 2 

2. Algérie     3    2 1 0 1    5 4 1 

3 Russie       1    2 0 1 1    1 2 -1

4 . Corée du Sud 1- 2 0 1 1   3 5 -2

Reste à jouer (en heure algérienne):

26/06 (21h00): Corée du Sud – Belgique

26/06 (21h00): Algérie – Russie

Ndlr: Les deux premiers qualifiés pour les huitièmes de finale.*22juin 2014

**Une victoire retentissante

L’équipe nationale a parfaitement rempli son contrat, hier à Porto Alegre, en étrillant la Corée du Sud par un score qui lui ouvre les portes de la qualification au prochain tour, à condition de ne pas concéder une défaite face à la Russie le 26 juin à Curitiba.

Sur ce qu’elle a montré hier soir, l’équipe nationale peut légitimement nourrir l’espoir de franchir le premier tour et réaliser le rêve de tous les Algériens : celui de voir enfin les Verts au second tour de la Coupe du monde.Au-delà de la large victoire, ce qu’il faut retenir de cette rencontre, c’est la qualité du jeu produit, très offensif, imaginatif, à travers lequel nos joueurs ont libéré toutes leurs potentialités. Il prouve, s’il en est, qu’on peut bien jouer et gagner. Que demander de plus ?

Cependant, il faudra rester concentrés jusqu’au bout et bien préparer le match face à la Russie. Hier, les Verts ont rassuré et prouvé qu’ils ont les moyens de monter dans le wagon pour le prochain tour. C’est tout le mal qu’on leur souhaite. Les Fennecs entrent vite dans le match. Durant les 5 premières minutes, ce sont eux qui jouent, attaquent par l’entremise du lutin Djabou, bien en jambes et qui donne le tournis à Lee, lequel ne sait comment le prendre. Les Verts s’installent dans le camp adverse et obtiennent coups francs et corners (2) en l’espace de 8 minutes. Sur le second (8’), Slimani a failli ouvrir le score sur le centre de Mandi.

Les Coréens déclenchent leur première attaque à la 10’, sur une perte de ballon de Bougherra, qui se rachète et empêche Son d’ajuster son tir. Petit à petit, le match s’équilibre avec la sortie de leur camp des Coréens, qui bénéficient de leur premier corner à la 14’. L’équipe nationale cherche toujours les solutions offensives pour ouvrir le score. Sur une belle attaque (20’) ponctuée par un centre de Mandi, Slimani, au prix d’un beau geste technique, récupère le ballon et, au lieu de tenter sa chance, revient en arrière et perd le cuir, à la grande colère de Vahid Halilhodzic qui ne tient plus debout sur la surface technique.

Ce n’est que partie remise puisque 5 minutes plus tard, lancé en profondeur sur une ouverture de Medjani, Slimani résiste à la charge des arrières centraux coréens et, du pied gauche, ouvre le score (1-0). Une minute plus tard, Brahimi est à deux doigts d’ajouter un second but si ce n’était le dégagement en corner d’un défenseur coréen. Sur le corner botté par Bentaleb, Rafik Halliche s’élève au-dessus de tous les joueurs et catapulte le ballon au fond des filets de Jung, donnant ainsi de l’air à l’équipe nationale. A partir de cet instant, la fin de la première mi-temps tourne à la démonstration. Avec une maîtrise totale du jeu, les Verts corsent l’addition à la 37’ par un but de Djabou sur un caviar de Slimani et à la conclusion d’une attaque de toute beauté. Les Coréens sont KO debout. Ils ne savent pas comment prendre les petits lutins algériens (Djabou-Brahimi) qui les font tourner en bourrique dès que le ballon est entre leurs pieds.

Les Verts rejoignent les vestiaires avec un avantage mérité de 3 buts à 0. Les changements opérés par le coach ont porté leurs fruits dès la première mi-temps. L’équipe alignée n’a pas déçu les milliers de supporters algériens présents à Estadio Beira Rio de Porto Alegre. Et sans nul doute les millions d’autres rivés sur le petit écran. Le jeu développé a réconcilié les supporters avec l’équipe nationale qui, à l’occasion, a montré un visage très séduisant. A noter que les trois premiers buts algériens ont été inscrits par trois ex-joueurs locaux. C’est la preuve que le produit local n’est pas si mauvais, comme le martèlent souvent des «spécialistes» du football.

Les Coréens reprennent la seconde période avec des intentions offensives affichées dès leur retour sur la pelouse. Ils attaquent sur tous les ballons récupérés et l’avant-centre Son réduit la marque à la 49’ sur un mauvais positionnement de Bougherra qui laisse un peu d’espace au joueur coréen qui trouve facilement l’ouverture. Ils mettent ensuite la pression et ratent de peu de réduire la marque à 3-2 sur un coup franc rapidement joué. Mandi, sur la ligne de but, écarte le danger. A la 59’, M’bolhi efface un but en allant chercher le ballon qui prenait le chemin de la lucarne sur un tir appuyé de Han.

C’est au plus fort du retour en force de la Corée du Sud que l’Algérie va lui porter l’estocade par Brahimi, sur une action individuelle lumineuse partie de Mandi, Feghouli et conclue par Brahimi, juste après l’heure de jeu (61’). Les Coréens ne renoncent pas, ils continuent d’attaquer. Leurs efforts sont récompensés à la 71’ par un but de Koo, devant une défense algérienne passive. Sur l’engagement, Halilhodzic sort Djabou et fait entrer Ghiles.

Medhi Lacen rentre juste après, à la place de Brahimi, auteur d’un très bon match. Le coach opte alors pour une pointe à deux têtes Slimani-Ghiles pour maintenir la défense coréenne derrière, afin de ne pas prêter aide à l’attaque. La Corée réoriente son jeu sur Kim au gabarit impressionnant rentré en seconde mi-temps. C’est une véritable tour de contrôle qui domine sur la surface de réparation. Heureusement que Bougherra et surtout Halliche peuvent rivaliser avec lui dans les airs. Le score n’évoluera plus jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre colombien.*Yazid Ouahib-El Watan-23juin 2014

Ils sont toujours là les supporters des Verts

*les supporters algériens présents au Brésil ont créé l’évènement

La fête était à son comble surtout que le hasard a voulu que ce match se déroule le jour d’un festival très populaire à Porto Alegre, appelé Festival de Gaúcha. Festivaliers et supporters ont défilé ensemble…

Ce n’est finalement pas hier à 3h du matin, mais samedi à 22 heures que les 3000 supporters des Verts présents au Brésil se sont déplacés à Porto Alegre pour suivre la rencontre Algérie-Corée du Sud. Initialement prévue à 6 heures du matin, puis avancée sur demande des supporters à 3 heures du matin, le déplacement pour suivre la rencontre des poulains de Coach Vahid s’est fait à 22 heures, soit 18 heures avant la rencontre.
Une situation qui nous rappelle les veille du match des Fennecs à Alger, où des supporteurs n’hésitent pas à passer la nuit devant le stade pour être sûrs de ne pas rater le match. Au Brésil ce n’est pas devant le stade qu’ils ont passé la nuit, mais dans le bus. Ils ont roulé toute la nuit, pour arriver de bon matin, alors que le match s’est déroulé en fin d’après-midi.
Ce qui était loin de déplaire à ces chauvins d’El Khedra qui, malgré la fatigue des 600 km du voyage où ils ont chanté toute la nuit, la Galerie verte a enflammé Porto Alegre. Comme à Belo Horizonte lors du premier match ou Camboriou de vendredi et samedi derniers, le tsunami vert a déferlé sur Porto Alegre…!
De la matinée jusqu’au début du match, les 3000 supporters algériens ont fait la fête dans la ville. Munis de toute la panoplie du parfait supporter (maillot, drapeau, serre-poignet, vuvuzuela, casquette ou chapeau), ils ont sillonné les rues de Porto Alegre comme au pays, à Bab El Oued (Alger), en passant par Tizi Ouzou et Béjaïa jusqu’à dans le quartier oranais d’El-Hamri ou sur le Cours de la Révolution de Annaba. Les «inchlalah Ya Rabi, inchalah Ya Rabi l’Algérie qualifiée» ou encore la fameuse «Les Algériens, les Algériens!», étaient lancés par ces supporters en furie. Que ce soit avec les Brésiliens ou les supporters des autres équipes, ils ont défilé dans les artères de Porto Alegre. Les appareils à photo étaient dégainés des deux côtés.
Certains ont même échangé leurs maillots de l’Equipe nationale avec ceux d’autres équipes. Les chauffeurs de taxi qui les transportaient ont même joué le jeu en utilisant leurs klaxons et en leur permettant d’accrocher les drapeaux sur leurs voitures. La fête était à son comble surtout que le hasard a voulu que ce match se déroule le jour d’un Festival très populaire à Porto Alegre, appelé Festival de Gaúcha.
Des défilés sont organisés dans toutes les rues. Mais cette année il a pris l’accent algérien avec les supporters des Verts qui s’y sont mêlés. A l’entrée du stade c’était la même ambiance de folie. Certains «chambraient» les supporters coréens alors que d’autres essayaient de discuter avec eux. Dans une ambiance bon enfant, ils leur lançaient les traditionnels,
«One, two, three, viva l’Algérie» et «Nerebho la Corée ou nwelou labess (traduire: nous battrons la Corée pour être bien)». auxquels les Coréens, sûrs d’eux, n’ont pas voulu accorder trop d’importance. «Good, good», se contentaient-ils de répondre en affichant une mine de ceux qui ont confiance en leurs joueurs. Mais le summum de l’émotion a été sans conteste lorsque l’hymne national Kassaman a été chanté en choeur par les 3000 supporters algériens ainsi que les joueurs et leur staff! Agrémenté du «tifos» géant déployé par les supporters, cela a été un vrai moment d’émotion qui donne la chair de poule.
La suite tout le monde l’a vue, avec un public qui a poussé son équipe jusqu’au bout. Le douzième homme a donc comme à son habitude répondu présent pour faire de ce match une fête. C’est cela le vrai visage des supporters algériens, et non les images de violence et d’anarchie qui ont sali sa réputation. Bravo les jeunes…*envoyé spécial de l’Expression au Brésil Walid Aït Saïd - Lundi 23 Juin 2014

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

L’Algérien Djamel Haimoudi arbitrera le match Costa Rica-Angleterre

il a arbitré aussi le match Belgique-USA- en 8èmes de finale

L’Algérien Djamel Haimoudi dirigera le match Costa Rica-Angleterre mardi 24 juin à Belo Horizonte, pour le compte de la 3e et dernière journée du groupe D du Mondial 2014, a indiqué dimanche la FIFA.Le directeur du jeu algérien sera assisté du Marocain Redouane Achik et de Abdelhak Etchiali (Algérie). Le quatrième arbitre sera Alireza Faghani (Iran). Ce sera le deuxième match pour Haimoudi dans le Mondial brésilien après celui qu’il avait officié, mercredi dernier à Belo Horizonte, entre l’Australie  et les Pays-Bas (2-3). Haimoudi avait été également désigné quatrième arbitre lors de la rencontre  Argentine-Bosnie Herzégovine (2-1) comptant pour la première journée de la Coupe du monde 2014, groupe F.*médias- Lundi 23 Juin 2014

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

 fifcla

**Classement FIFA:

L’Algérie propulsée à 22e place au classement mondial

La sélection algérienne a pris la 22e place au classement mondial de la Fédération internationale de football association (FIFA) pour le mois de juin 2014, publié jeudi, gagnant ainsi trois places par rapport à celui du mois écoulé.

L’Algérie, troisième meilleure équipe africaine après la Côte d’Ivoire et l’Egypte lors du précédent classement, a pris les commandes dans ce registre, après le recul des éléphants à la 23e position, perdant deux places.

Le  »Club Algérie » est devenu aussi la meilleure sélection arabe, surclassant l’Egypte qui a chuté de la 24e à la 36e place.

Si les Verts ont réussi ces deux  »distinctions », c’est surtout grâce à leurs deux victoires de rang en l’espace de quatre jours face à l’Arménie (3-1) et la Roumanie (2-1) samedi et mercredi en Suisse dans le cadre de leur préparation pour la coupe du Monde qui débutera le 12 juin au Brésil.

S’agissant des adversaires des Verts lors de la coupe du Monde, la Belgique est classée 11e (+1), la Russie 19e (-1) et la Corée du Sud 57e (-2). Le trio du haut du tableau a vu le retour du Brésil, qui a délogé le Portugal de la troisième place.

Les camarades de Cristiano Ronaldo ont reculé à la quatrième position, tandis que l’Espagne et l’Allemagne gardent leurs première et deuxième places respectivement. Quelques changements ont été enregistrés dans le Top 10, concernant notamment l’Angleterre promue à la 10e place. (Aps)*jeudi 06 juin 2014

**En match amical l’équipe algérienne a battu la Roumanie 2-1

alg-roum

*voir vidéoAlgérie vs Roumanie 2-1 [04/06/2014] 

L’équipe algérienne de football a battu la Roumanie 2-1 (mi-temps : 1-1), en match amical disputé mercredi soir-04 juin 2014è au stade de Genève, en préparation de la coupe du Monde 2014 au Brésil (12 juin-13 juillet). Les buts de l’Algérie ont été marqués par Bentaleb (22) et Soudani (66), alors qu’Alexandru Chipciu a inscrit le but roumain à la 28′. Le 31 mai dernier, les verts s’étaient imposés face à l’Arménie (3-1). Au Mondial-2014, l’Algérie évoluera dans le groupe H avec la Belgique, la Russie et la Corée du Sud.

Les Verts iront au Brésil avec un moral au top

**Le goùt de la victoire

*Stade de la Praille à Genève (Suisse). Affluence nombreuse. Trio arbitral suisse: M.Nicolaj Hann, assisté de MM. Devis Dettamanti et Raffael Zeder.

*Buts: Bentaleb (22′), Soudani (66′) Algérie. Chipciu (28′) Roumanie.
Avertissement: Maxim (73′) Roumanie.

***Algérie: M’bohli, Mostefa, Bougherra, Cadamuro, Ghoulam, Medjani (Halliche 90′), Taïder (Yebda 68′), Bentaleb (Lacen 83′), Feghouli (Brahimi 82′), Soudani (Slimani 73′), Djabou (Mahrez 68′).
Entraîneur: Vahid Halilhodzic.

***Roumanie: Pantilimon (Lung 23′), Grigore, Gaman, Rat, Lazar (Nicolita 52′), Chiriches, Bourceanu, Chipciu, Tanase, Maxim, Marica.
Entraîneur: Victor Piturca.

*Contrairement au match contre l’Arménie, ce duel face à la Roumanie n’a pas été une simple formalité pour les Verts qui ont éprouvé de grandes difficultés. Les actions dangereuses étaient de part et d’autre sous un engagement physique important. La première tentative fut à l’actif de l’EN à la 6′ suite à une belle accélération de Djabou qui a tenté sa chance d’une frappe lointaine, mais son ballon s’envole bien trop haut. La réaction des Roumains intervient à la 8′ lorsque Tanase parvient à s’échapper côté gauche, avant d’être rattrapé in-extremis par Cadamuro. Le placement défensif des Verts ne plaisait pas trop à Halilhodzic. Les Roumains plus avancés auront une seconde chance à la 13′ suite à une balle mal renvoyée de la part de la défense de M’bolhi, Tanase d’un tir spontané a failli trouver le cadre. Après un quart d’heure difficile, les capés de Vahid reviennent dans le match en enchaînant plusieurs actions de but, comme celle à la 16′ suite à une récupération de Bentaleb qui lance Feghouli dans l’axe des buts, la frappe du joueur de Valence manque de puissance. Les Verts réussiront à la 18′ à créer une excellente phase de jeu à une touche de balle sur l’aile gauche. Bentaleb lance Djabou qui remet sans contrôle pour Feghouli à la réception, mais ce dernier rate le cadre. Les camarade de Bougherra parviendront à ouvrir le score à la 21′ suite à un excellent travail de Djabou sur l’aile gauche avec un passement de jambes, son centre met le portier roumain en difficulté, avant que Bentaleb surgit et il marque d’un tacle. Le jeu s’est arrêté juste après pendant deux minutes à cause d’un fumigène sur la pelouse. Les Roumains réagiront rapidement à la 26′ par une action dangereuse à l’actif de Marica qui était à deux doigts d’égaliser sur un centre tendu de Rat. Les protégés de Piturca réussiront à remettre les pendules à l’heure à la 28′ sur une nouvelle erreur de la défense algérienne qui a voulu jouer le hors jeu. Chipciu profite d’une passe en profondeur entre Bougherra et Cadamuro pour partir seul au but et dribbler M’bolhi avant de pousser le ballon dans la cage vide. Juste avant la mi-temps, les Roumains ont failli doubler la marque à la 43′ lorsque Tanase prend le meilleur sur Mostefa et adresse un centre pour Maxim, mais rate de justesse sa reprise de volée. On jouait la 44′, lorsque l’arbitre suisse arrête le match après avoir récupéré une bouteille sur la pelouse, en indiquant aux joueurs de rejoindre les vestiaires. Les joueurs reviennent enfin sur la pelouse après une pause de 25 minutes. L’arbitre remet le ballon en jeu dans le camp algérien, pour un six mètres afin de lancer les deux dernières minutes de la première mi-temps. Les deux équipes changent juste après de côté au signal de l’arbitre, pour entamer la seconde période. Les Verts poursuivent leur offensive à l’image de celle à la 51′ suite au centre de Ghoulam, Feghouli tente un geste acrobatique, mais ne parvient pas à s’imposer. Les camarades de Maxim réagiront timidement à la 63′ suite à un coup-franc direct, M’bolhi se couche pour stopper une tête de Chiriches. Les Verts réussiront à doubler la marque à la 66′ suite à l’incursion de Taïder côté droit, Soudani reprend sans contrôle. Les Roumains n’ont pas réussi à se montrer dangereux par la suite, face aux partenaires de Bentaleb très actifs. A la 82′, Mahrez et Yebda réussissent un double une-deux dans la surface adverse, la frappe du joueur de l’Udinese passe à côté. La dernière action du match fut à l’actif de Slimani à la 92′ qui se présente seul face au portier roumain, l’avant-centre du Sporting Lisbonne perd son duel face à Lung. L’arbitre mettra fin à ce match sur cette action signant une belle victoire des Verts qui leur fera du bien avant de s’envoyer au Brésil.*L’Expression-Par Lounès MEBERBECHE - Jeudi 05 Juin 2014 

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

En match amical à deux semaines du Mondial

       Algérie.3 –Arménie.1

Slimani et Ghilas, les deux buteurs

A l’occasion de ce match amical de l’EN face à l’Arménie à Sion, les capés de Halilhodzic ont arraché une belle victoire (3-1) et rassuré au passage coach Vahid et le public algérien à moins de deux semaines du Mondial brésilien.

**une allocation spécifique aux supporters algériens de 2.500 Euros.

la Banque d’Algérie, en application d’une décision prise en haut lieu, a décidé d’octroyer donc une allocation spécifique au supporters des Verts. « La mise en place de ce droit de change spécifique « Coupe du Monde 2014″ entre dans le cadre des mesures de facilitation et d’accompagnement décidées par les pouvoirs publics à l’effet de permettre le déplacement et le séjour des nationaux résidents dans de bonnes conditions »explique le communiqué de la Banque d’Algérie.

Le montant de cette allocation qui sera exclusivement allouée du 1er juin 2014 au 13 juin 2014 est fixé à la contre-valeur en devises de 281.650, 00 dinars(soit à peu prés l’équivalent de 2.500 Euros.

Mais cette allocation qui revêt un caractère exceptionnel, obéit à des conditions très strictes. Elle est délivrée par les guichets de banques intermédiaires agréées sur présentation par le demandeur bénéficiaire des documents justificatifs.

Ces documents sont le passeport en cours de validité, établi ou prorogé en Algérie et revêtu du visa d’entrée au Brésil ; le titre de transport à destination du Brésil avec une réservation confirmée délivrée par la compagnie Air Algérie; l’original du Bulletin de réservation délivré au demandeur par « Touring Voyages Algérie » (TVA). Le communiqué de la BA précise encore que cette allocation de change est délivrée au bénéficiaire une fois portée sur son passeport la mention « allocation de change spécifique coupe du monde 2014″. Mais si jamais le déplacement n’a pas lieu, il y aura obligation de rembourser.* algerie1.com-02.06.2914

*Des policiers algériens pour encadrer les supporters des verts au Brésil

verstés

*A la demande des autorités brésiliennes, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a désigné 7 officiers de police pour coordonner les efforts en matière de sécurité avec la police internationale et la police fédérale brésilienne pour assurer le bon déroulement du Mondial 2014.

Selon le directeur de la sûreté publique à la DGSN, Aissa Naili, qui s’exprimait, mercredi au cours d’une conférence de presse à Alger, la délégation algérienne est composée de trois cadres « une brigade fixe » et de quatre autres cadres constituant une « brigade mobile », pour une mission de coordination avec le centre international des opérations relevant de ce corps et de la police internationale (Interpol).

L’opération en question s’inscrit aussi dans le cadre des dispositions prises par la DGSN pour l’accompagnement et l’encadrement de la sélection algérienne de football au cours de son séjour au Brésil (12 juin-13 juillet).

Naili a précisé que la mission de ces deux brigades consistera à encadrer les supporters algériens dans leurs déplacements à travers les villes et stades où auront lieu les rencontres de la sélection nationale, ainsi qu’à l’intérieur des stades.

La police algérienne a été invitée au même titre que les polices des 31 pays qualifiés pour ce grand rendez-vous mondial et dont les règles d’encadrement des supporteurs ont été établies par la Fédération internationale de football (FIFA), et entreront en vigueur à partir du 8 juin au 13 juillet.

Ce centre qui sera opérationnel 24/24h sera chargé d’unifier les efforts de la police fédérale brésilienne avec ceux des polices invitées, dans le but d’assurer des prestations rapides en fonction des besoins que nécessite la coopération internationale dévolue à ce corps.*algerie1.com–Par Mourad Arbani | 04/06/2014

*****Les Algériens font la fête en Suisse

A moins de deux heures du coup d’envoi de la rencontre amicale des Verts face à l’Arménie, la ville paisible de Sion (Suisse) a été plongée dans le rythme des chants et danses des supporters algériens venus en petits groupes ou en famille pour soutenir les partenaires de Madjid Bougherra à l’occasion de leur première sortie amicale de préparation pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil.
Dès les premières heures de la journée, les fans des Verts, venus de différentes villes suisses, mais également de France, d’Allemagne ou d’Italie, ont commencé à converger vers le stade de Tourbillon qui accueillait hier après-midi le match.
Aux alentours du stade, les supporters chantaient et dansaient alors que la musique fusait à grands décibels dans une ambiance de fête très sympathique en attendant l’ouverture des portes d’accès au stade, alors que les retardataires attendaient leur tour pour acheter leurs billets au niveau des guichets. Match World Group, la société chargée de l’organisation du match a installé, à cette occasion, un «Fan Village» aux abords du stade, où les supporters se rencontraient autour des tables pour partager un café ou une boisson fraîche, alors que les petits enfants jouaient au ballon.
Messaiae Ahcen, résidant à Mulhouse (France), la soixantaine, n’a pas hésité à faire plus de 300 km pour venir assister au match des Verts. «Pour l’Algérie, on est prêt à tous les sacrifices.
J’espère qu’ils vont nous faire plaisir et surtout réussir une belle Coupe du Monde. Personnellement, je suis confiant», a déclaré ce natif de Skikda, accompagné de ses deux filles.
Dans le «Fan Village», les stands installés à cette occasion proposaient différents services, entre autres, la vente de maillots et survêtements de l’Equipe nationale, alors que les vendeurs à la sauvette de drapeaux et écharpes aux couleurs algériennes ne pouvaient rater une telle aubaine. «Oui, les affaires marchent bien, je suis content, je vais réussir ma journée et en même temps faire plaisir aux supporters», a indiqué Mouloud, tout content.
Enveloppés dans des drapeaux aux couleurs nationales ou portant des maillots de leurs idoles tout en étant soutenus par des supporters tunisiens et marocains, les Algériens continuaient de faire la fête devant des Suisses ébahis. Même la gent féminine algérienne a tenu à faire remarquer sa présence à l’occasion de ce match et encourager les partenaires de Sofiane Feghouli.
Nadia Mougharbel, accompagnée de sa fille a fait le déplacement de la ville d’Evian-les-Bains pour assister à la rencontre et faire la fête. «Nous sommes fiers d’être Algériens. Je suis venue avec ma famille pour partager avec mes compatriotes cette belle journée et soutenir l’équipe d’Algérie», a-t-elle déclaré.*L’Expression-Dimanche 01 Juin 2014

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

L’entreprise publique de télévision (ex-ENTV) retransmettra 24 matchs du Mondial brésilien pour un montant de 30 millions de dollars

etpt

L’entreprise publique de télévision (EPTV ex-ENTV) a acheté les droits de retransmission de 24 matchs du Mondial brésilien pour un montant de 30 millions de dollars.

C’est le ministre de la Communication, Hamid Grine qui a confirmé cette information en marge de sa visite dans la wilaya de Tizi Ouzou en assurant que les Algériens pourront bien suivre ces rencontres sur la chaîne de télévision nationale dans son antenne terrestre conformément aux droits acquis auprès du diffuseur des matchs du mondial Bein Sport.

Grine a indiqué, par ailleurs, qu’une centaine de journalistes algériens vont assurer la couverture du mondial. Ces derniers bénéficieront, toujours selon le ministre, d’une allocation touristique de 3.500 euros.*algerie1.com-07/06/2014 

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Éliminatoires du-mondial -Brésil 2014 -

*Algérie – Burkina Faso

Mardi 19 novembre 2013 à 19H15

 L’Algérie bat le Burkina (1-0)

L’Algérie qualifiée au mondial

butt-300x168

**vidéo:Le but qualificatif de l’Algérie pour le mondial du Brésil

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*L’Algérie nage dans l’euphorie

C’est finalement une nouvelle fois un défenseur, Madjid Bougherra, monté aux avant-postes, comme cela avait été à Omdurman, à savoir Antar Yahia, qui allait mettre à genoux des Burkinabés terriblement mieux organisés que les Verts.

Bougherra et consorts réalisent le rêve d'être présents à Rio

C’est dans la douleur que les Verts ont arraché avant-hier soir leur billet qualificatif au Mondial brésilien, prévu l’année prochaine au pays de la samba. La chance et la baraka ont encore choisi l’EN dont la prestation fournie mardi soir face aux Etalons du Burkina Faso, a connu plusieurs phases, avant ce fameux but libérateur, inscrit dès le retour des vestiaires par l’emblématique capitaine d’équipe des Verts, en l’occurrence «Magic Bougherra» qui porte bien son nom. C’est finalement une nouvelle fois un défenseur, monté aux avant- postes, comme cela avait été exactement à Oumdurman, qui allait mettre à genoux des Burkinabés terriblement mieux organisés que les Verts, mais qui étaient tombés avant-hier sur des joueurs déterminés jusqu’au bout. Mardi dernier, l’équipe alignée pour la circonstance par le sélectionneur national Vahid Halilhodzic, était presque new-look, à travers une composante qui a finalement surpris plus d’un en réalité. Une fois n’est pas coutume, le Onze rentrant choisi par Halilhodzic, contrastait totalement avec ses déclarations, et surtout ses réponses fournies, lors de sa dernière conférence de presse en date d’avant-match. Le coach Vahid a encore surpris son monde, en alignant mardi dernier, et pour la première fois, plusieurs joueurs qui ont finalement bien tenu le choc, même si par moments, l’EN a longtemps subi le jeu. L’EN a d’ailleurs manqué beaucoup d’imagination, notamment sur le plan offensif. Contrairement au match aller, les Verts ne sont jamais arrivés à se procurer plus de deux véritables occasions franches. Mais elle a eu le très grand mérite de faire preuve d’une très grande solidarité, notamment lorsque les Burkinabés semblaient avoir le match en main. Les Etalons du Burkina n’ont finalement été très dangereux qu’une seule fois, lorsque le centre-tir de Traoré Alain est venu percuter le poteau droit de la cage algérienne, alors que l’on jouait pratiquement l’avant-dernière minute du temps additionnel. Les dieux du ballon rond avaient bel et bien encore choisi leur camp. Et ce n’était sans aucun doute que justice. Une justice divine accueillie comme il se doit un peu partout, et qui a même fait la fierté du Monde arabe. Les Verts sont désormais au prochain Mondial, et la satisfaction profonde de posséder aujourd’hui en son sein, une génération de joueurs prêts à relever d’autres défis. Désormais, le fait d’avoir à sa disposition des joueurs qui savent donner le change, et qui semblent avoir réellement encore grandi, Vahid Halilhodzic peut encore entrevoir avec l’EN un avenir encore plus prometteur. Aujourd’hui, les Fawzi Ghoulam, le portier Mohamed Lamine Zemmamouche, et autres Yacine Brahimi, ont prouvé que l’on pouvait sérieusement compter sur eux au sein d’un groupe qui a compris que personne ne peut avoir la prétention d’être titulaire à part entière sous la coupe d’un sélectionneur qui a, de son côté, donné avec le temps une nouvelle dimension à l’EN. La qualification des Verts au Mondial brésilien, récompense aujourd’hui le travail de 29 mois, et le 19 novembre 2013 n’a fait que plébisciter en réalité un technicien bosnien auquel tout un peuple a toujours fait confiance au fond de lui-même.*Par Bachir BOUTEBINA-L’Expression-Jeudi 21 Novembre 2013

**Quelques réactions après la match:

Vahid Halilhodzic «Je dédie cette qualif au peuple algérien qui a cru en moi» «C’est une grande victoire pour l’équipe, je dédie cette qualification à tout le peuple algérien qui a toujours cru en moi. Sur l’ensemble des deux matchs nous méritons la qualification.»
Noureddine Korichi «J’offre cette victoire aux 40 millions d’Algériens» «Il y avait beaucoup de pression autour de cette rencontre, j’offre cette victoire aux 40 millions d’Algériens. Nous avons mérité notre qualification face à une très bonne équipe du Burkina Faso.»
Rabah Saâdane, ex-sélectionneur national «Je suis content pour l’Algérie» «Hamdoulillah, c’est la 2ème qualification de suite après celles que nous avons connues dans les années 1980 (Mondial 1982 et 1986). Je suis content de cette qualification qui est très bénéfique pour le football et le sport algérien en général. Le plus important était la victoire. Le match a été très difficile, car les deux équipes étaient tétanisées par l’enjeu. Elles ne se sont jamais libérées de la pression, ce qui a donné lieu à un match très haché. C’est ce qui explique probablement le rendement des deux équipes. Il y avait beaucoup de déchets dans le jeu. Tout comme les Algériens, les Burkinabés n’ont rien montré et tant mieux parce que les Verts n’étaient pas dans un jour faste en raison de l’enjeu.»
Nourredine Saâd, ex-entraîneur national adjoint «L’objectif est atteint, c’est l’essentiel» «Le plus important c’est la victoire. Il ne faut pas faire la fine bouche dans des circonstances pareilles, car en fin de compte il y avait une qualification à un Mondial. Cela a été dur en raison de la grosse pression et probablement par les changements apportés dans le Onze rentrant. L’objectif est atteint, c’est l’essentiel.»
Boualem Laroum, ex-DTN «Félicitations au peuple algérien» «Nous avons réalisé l’essentiel en décrochant la qualification. le Burkina Faso a très bien préparé cette rencontre. Je ne me prononcerai pas sur l’aspect technique. Félicitations au peuple algérien pour cette qualification.»

**La magie du « footbalisme » -Sevrés de joie, les Algériens ont vécu de longues années la boule au ventre. Pendant 20 ans, le pays collectionnait les malheurs des hommes et de la nature. L’Algérie ne rimait qu’avec attentats, terrorisme, échecs, malheur et catastrophes naturelles. Il fallait que cette noria de malheurs cesse. La magie du football a su rendre le sourire aux Algériens. «Nous avons besoin de ces moments de joie» résume une jeune femme accostée par une caméra de télévision à Alger alors qu’elle fêtait la victoire de l’Equipe nationale. Le pays est gagné par une ferveur exceptionnelle. Portée au firmament par son Equipe nationale qui vient de se qualifier au Mondial du Brésil, l’Algérie nage dans l’euphorie. L’ambiance électrique et extraordinaire a embrasé toute la nuit glaciale de mardi. Au son des youyous, des chants, des cris, des klaxons et au milieu des fumigènes, des feux d’artifice et des pétards, les Algériens sont sortis dans les rues, les quartiers, les villes et les villages aux cris de «One, two, three, viva l’Algérie!». Quelle belle soirée, quels beaux moments de liesse. La joie de la victoire brise toutes les barrières. Elle rappelle que les Algériens ne sont pas agressifs, qu’ils s’acceptent entre eux, qu’ils n’ont pas perdu le sens de la joie, d’être heureux. Enivrée, transportée par l’allégresse, l’Algérie vit une noce collective avec son peuple avide de ces moments de réjouissance. Les Verts ont recréé le sourire sur des visages ternis par le désespoir. Telle est la magie de cette nouvelle idéologie qui séduit la planète entière et qui s’appelle le «footbalisme».*L’Expression-Jeudi 21 Novembre 2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Le Brésil profite du football pour accéder au marché algérien

Les Verts ne seront pas dépaysés au Brésil

Le football est un excellent remède pour renforcer des relations et même pour refroidir. L’épisode égyptien nous l’a prouvé. Ainsi, après le Soudan et l’Afrique du Sud, l’Algérie s’apprête à renforcer ses relations économiques avec le Brésil, conséquence d’une qualification nationale en Coupe du Monde.

C’est un véritable tapis rouge qui a été déroulé au vice-ministre brésilien du Développement de l’investissement et du Commerce extérieur, Ricardo Schaefer. Reçu aussi bien par le ministre des Affaires étrangères M.Lamamra que par le ministre du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement, Amara Benyounès. Mais la visite du vice-ministre brésilien de trois jours en Algérie à la tête d’une importante délégation, composée de représentants d’organismes gouvernementaux et d’opérateurs économiques, ne manquera pas d’être rattrapée par le football, puisque l’ambassadeur du Brésil à Alger, Monsieur Eduardo Botelho a indiqué à cette occasion que le processus d’octroi de visas sera «extrêmement simplifié». «Il suffit d’avoir un ticket nominal, qui ne peut être changé, et de remplir un formulaire avec le passeport et une photo pour obtenir un visa de 90 jours permettant d’assister aux matchs», a-t-il déclaré en marge d’un forum d’affaires algéro-brésilien. Pour ce qui est du pourcentage des places réservées aux supporters, fixé par la Fifa pour les matchs de Coupe du Monde, l’Algérie bénéficiera de près de 8%, ce qui représente quelque 3200 places dans un stade contenant 40.000 supporters, a précisé l’ambassadeur. Profitant de l’accueil chaleureux des Algériens, le vice-ministre brésilien a plaidé hier pour «la création d’une plateforme d’affaires» avec l’Algérie en vue d’accroître les échanges commerciaux entre les deux pays et créer de l’emploi, à l’issue d’une audience avec le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra. Selon M.Schaefer, l’Algérie et le Brésil sont appelés à renforcer leur coopération et à multiplier les contacts entre opérateurs économiques pour la conclusion de partenariats. Le responsable brésilien a le droit de s’inquiéter. Son pays est classé 10e client de l’Algérie et 11e fournisseur. Les exportations algériennes vers le Brésil ont atteint 1,57 milliard de dollars durant les neuf premiers mois de 2013, alors que les importations ont avoisiné les 932 millions de dollars, selon les dernières statistiques des Douanes algériennes. Le ministre du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement a en tout cas plaidé pour sa cause. Amara Benyounès a appelé les entreprises algériennes et leurs homologues brésiliennes à explorer les opportunités de partenariat pour contribuer au renforcement des relations économiques bilatérales. «L’expérience économique brésilienne intéresse l’Algérie, du fait que le Brésil fait partie des grands pays émergents qui ont connu un décollage économique exceptionnel», a indiqué M.Benyounès en co-présidant le premier forum algéro-brésilien avec le vice-ministre du Développement de l’investissement et du Commerce extérieur, Ricardo Schaefer. Soulignant l’excellence des relations politiques algéro-brésiliennes, M.Benyounès a incité les opérateurs des deux pays à identifier les projets de partenariats qui contribueront à l’émergence de joint-ventures et à l’approfondissement des relations économiques bilatérales. L’Algérie est le deuxième partenaire commercial du Brésil en Afrique et du Monde arabe, a indiqué de son côté le vice-ministre brésilien, souhaitant la dynamisation des relations économiques bilatérales pour augmenter le volume des échanges commerciaux entre les deux pays. Des rencontres (B to B) ont été organisées, en marge de cette journée, entre les opérateurs algériens et brésiliens, notamment dans les secteurs de la sidérurgie, de la métallurgie, de la pharmacie, de l’agriculture et des transports. Ainsi, le football a donné une nouvelle occasion au partenariat économique de l’emporter sur le politique et développer les relations entre deux pays qui avaient dans le passé un partenariat fort.*L’Expression-02.12.2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**De Johannesburg 2010 à Rio De Janeiro 2014

Novembre, ce mois sacré des Algériens

Le souvenir d’Oumdurman est toujours vivant dans la mémoire des jeunes Algériens qui avaient vécu ce beau souvenir en 2009.

<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />

********************************************************

*vidéo clip:LES ALGERIENS : CHEBA Sonia

* اغنية الجزائر في المونديال

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*Des milliers de fans des Verts défilent bruyamment sur les Champs-Elysées à Paris

3330747_algerie-champs

* voir vidéo:les Algériens de Paris en liesse aux Champs Élysées

Des milliers de fans des Verts ont défilé bruyamment sur les Champs-Elysées à Paris, laissant exploser leur joie à la suite de la qualification à l’arrachée de la sélection algérienne de football mardi face aux Etalons du Burkina Faso.

Dès le sifflet final de l’arbitre, un carrousel de véhicules a pris d’assaut la plus belle avenue du monde, créant un bouchon interminable jusqu’à la Place de l’Etoile. Aux cris de « One, Two, three, Viva l’Algérie », des milliers de supporters, venus tant de la banlieue parisienne que des quartiers voisins, ont laissé libre court à une manifestation de joie intense.

En pleurs, Merouane, un jeune du 14e arrondissement de Paris, dit garder un souvenir indélébile de cette qualification.  » Je suis aux anges. C’est un très un bon souvenir que je suis en train de vivre avec mon fils de trois ans. Je compte l’emmener avec moi au Brésil pour lui faire vivre inchallah une joie encore plus intense « , a-t-on confié.

Pour Chabane, un sexagénaire mordu de football, c’était une qualification « certes arrachée dans la douleur, mais bien méritée ». « On a stressé durant tout le match, mais El Hamdoulilah on a gagné et fait l’essentiel pour aller au Brésil ».

Réunis, à l’instar de centaines d’autres en Face de l’Arc de triomphe, Amar Boudraa et ses deux enfants se sont mêlés à un grand rassemblement, égayé par des lancers de fumigènes multicolores, sous l’œil vigilant de dizaines de policiers mobilisés à l’occasion pour empêcher tout débordement. Hamid, un jeune étudiant de la Place Clichy, faisait partie de la cohorte des manifestants. « Des Champs-Elysées, je dédie cette victoire à tout le peuple

algérien et lui dit que les jeunes de l’immigration partagent les mêmes sentiments de fierté en ces moments de liesse intense », a-t-il dit.

Privés de la retransmission sur Canal Algérie de la rencontre û droits de diffusion obligent  la plupart des membres de la communauté algérienne à Paris ont affirmé avoir suivi le match sur une chaîne sportive française, sur de grands écrans mis à leur disposition notamment dans des cafés et autres restaurants détenus par des compatriotes dans la capitale française.

Hasard du calendrier, des supporters algériens s’étaient mêlés à des inconditionnels des Bleus qui fêtaient, eux aussi, leur qualification au mondial brésilien suite à la victoire (3-0) de leur équipe face à l’Ukraine. C’est dire qu’à Paris, la fête a été, cette fois-ci, franco-algérienne.*L’Expression-20 Novembre 2013*

La liesse des fans algériens à Paris

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Stade Tchaker (Blida). Affluence recorde. Arbitrage de M. Badara Diatta (Sénégal), assisté de ses compatriotes M.M Djibril Camara et El Hadji Samba. Buts: Bougherra (49′) Algérie. Avertissements: Bougherra (44′) Algérie, Kaboré (53′), Yago (74′) Burkina Faso.  *Algérie: Zemmamouche, Khoualed, Ghoulam, Bougherra, Medjani, Mostefa (Taïder 85′), Lacen, Brahimi (Yebda 68′), Feghouli (Kadir 90′+2), Soudani, Slimani. Entraîneur: Vahid Halilhodzic.*Burkina Faso: Diakité, Yago (Alain Traoré 79′), Bakary Koné, Djakaridja Koné, Roumba (Bancé 65′), Pitroipa, Panandetiguiri, Balima, Zongo (Traoré 65), Nakoulma, Kaboré. Entraîneur: Paul Put.

Le but tant attendu!

La génération des Feghouli et Brahimi a réussit son pari, à savoir celui de qualifier l’Algérie pour la 4e fois de son histoire à une Coupe du Monde, comme l’ont fait les Ziani, Antar Yahia sans oublier les Belloumi, Assad et Madjer. Pour revenir au match, les cinq premières minutes ont été à l’avantage des Burkinabés qui se sont positionnés très haut et qui procédaient pas un jeu rapide sur les couloirs, alors que la sélection algérienne, très tendue par l’enjeu, n’arrivait pas à remonter le terrain. La première timide tentative des Verts a été à la 7′ minute suite à l’incursion de Ghoulam côté gauche, ce dernier d’un centre tir a failli tromper Kaboré qui dégage le danger. Par la suite, les Algériens multiplient les pertes de balles au milieu de terrain, tandis que les capés de Paul Put semblaient plus organisés derrière. Après le premier quart d’heure de jeu, la sélection algérienne a pu redresser la barre en occupant un peu plus haut le terrain en mettant le ballon à terre. L’action la plus dangereuse pour l’EN intervient à la 21′ minute lorsque Brahimi lança Ghoulam qui d’un centre millimétré trouve Slimani. Ce dernier, d’une tête croisée rate le poteau droit de Diakité. Seulement, les Burkinabés ne semblent point impressionnés puisqu’ils ont su réagir à la 33′ suite à un corner joué rapidement, Nacoulma tente de surprendre le portier des Verts, mais sa frappe est complètement ratée. La seconde action décisive est intervenue à la 37′ suite à une belle passe de Lacen, Islam Slimani tarde à reprendre le cuir dans la surface et fut rattraper par défenseur Kaboré qui dégage en corner. Ghoulam tente une seconde fois à la 43′ de frapper directement un coup franc, mais le ballon s’envole largement au-dessus. L’ultime action pour l’EN fut à l’actif de Brahimi dans le temps additionnel de ce premier half suite à son tir des 35 mètres dans les mains du keeper burkinabé. De retour de la pause citron, les Verts semblent plus mordants ce qui s’est transformé dès la 49′ suite au coup franc rentrant de Ghoulam, le capitaine Madjid Bougherra tire en deux fois sur le gardien Diakité avant de prolonger le ballon au fond des filets. L’avant-centre de l’EN, Slimani, a failli doubler la mise à la 58′ suite à une longe touche de Khoualed pour Feghouli qui dévie le cuir pour Slimani, ce dernier pivote et tire juste à côté du cadre. Le sélectionneur des Etalons a décidé par la suite d’opter pour l’offensive en incorporant deux attaquants à la fois, Traoré et Bancé, afin de redresser la situation. Le technicien bosniaque réagit tout de suite en incorporant Yebda à la place de Brahimi au milieu de terrain aux côtés de Lacen et Mostefa en passant à 4-3-2-1 afin d’assurer une meilleure maîtrise du jeu. L’EN algérienne se montre plus prudente en s’appuyant surtout sur les balles arrêtées et les longes balles devant, tandis que les Burkinabés ont pris de l’élan sur le terrain. La réaction des Etalons est témoignée par l’action dangereuse d’Alain Traoré à la 80′ qui tente sa chance de loin par un tir puissant et qui passe juste à côté du poteau droit de Zemmamouche. Les Burkinabés jettent tout devant dans les ultimes minutes du match pour tenter d’égaliser à l’image de ce corner botté par Traoré qui touche le poteau de Zemmamouche. Suite à cette dernière action, l’arbitre Badara Diatta met fin à la rencontre laissant tout le peuple algérien exulter sa joie suite à cette qualification historique au pays du football.*Par Lounès MEBERBECHE-L’Expression-Mercredi 20 Novembre 2013

Le Brésil tend ses bras aux Algériens

*Le Brésil tend ses bras aux Algériens

Depuis l’indépendance en 1962, l’Algérie s’est qualifiée à trois reprises à la phase finale du Mondial, en 1982 (Espagne), 1986 (Mexique) et 2010 (Afrique du Sud). Hier au stade Tchaker de Blida les Verts ont démontré, une fois de plus, qu’ils sont bel et bien imbattables sur ce terrain et cette victoire contre le Burkina Faso est d’une saveur spéciale dans la mesure où elle permet aux joueurs algériens choisis par coach Vahid Halilhodzic de qualifier l’Algérie pour sa 4eme phase finale du Mondial. Ainsi, les Verts enregistrent par la même, leur seconde qualification à une phase finale après celle au pays de Nelson Mandela. Au mois de juin prochain, les Verts seront au pays du meilleur joueur du monde de touq les temps, à savoir le roi Pelé, le Brésil. Mais cette qualification a été vraiment très difficile à se dessiner puisque les Verts ont donné des frayeurs aux millions d’Algériens en débutant le match contre les Burkinabés très crispés et incapables de prendre le match en main. Et il avait fallu attendre la 47e minute du jeu pour voir Bougherra libérer ses coéquipiers et les millions d’Algériens par ce but synonyme de qualification au Mondial brésilien. Vahid Halilhodzic n’a pas dérogé à sa règle. Il surprend toujours en matière d’effectif et c’est ainsi qu’il a procédé à six changements dans son «Onze» rentrant dont deux forcés à savoir Guedioura (blessé et suspendu) et Belkalem (suspendu). Ainsi, le sélectionneur des Verts a finalement préféré le gardien de but local, Mohamed Amine Zemmamouche au détriment du titulaire, M’bolhi. Ce sont donc les très bonnes prestations de Zemma au sein de son équipe l’USMA qui ont donc fait, pour une fois, la différence, dans ce poste spécifique. A droite le local Khoualed qui s’illustre avec son club a aussi eu les faveurs de coach Vahid au détriment de Cadamuro et Mandi, le nouveau venu. A gauche, Ghoulam en pleine forme a été préféré à Mesbah. Au centre de la défense et en l’absence de Belkalem, Bougherra jouera donc avec Medjani. Et c’est le plus normalement du monde qu’en milieu défensif on retrouve Lacène pour couvrir les montées de Ghoulam. Cela voudrait dire que c’est Lacene qui s’occupera du même rôle qu’avait Guedioura. C’est une bonne couverture défensive du fait qu’on retrouve quatre défenseurs et deux milieux défensifs sans oublier le duo central. Dans l’animation, Brahmi est préféré à Taïder et Kadir. Brahimi étant le joueur en forme dans ce poste d’autant qu’il a toujours demandé plus de temps de jeu chez les Verts. Vahid a finalement donc accédé à son voeu. Bien sûr, le trio restant était très attendu car étant le trio «titulaire» indiscutable à savoir, Feghouli et Soudani ainsi que le fer de lance le buteur Slimani. Du côté burkinabé, il n’y avait pas trop de surprisees puisqu’on retrouve l’expérimenté Koné en titulaire alors qu’il était blessé lors du match aller. Par contre, le buteur lors du match aller à Ouagadougou, Bancé, a été laissé sur le banc des remplaçants. Et c’est aussi le même cas pour Alain Traoré qui revient juste d’une blessure. L’entraîneur des Etalons a donc opté par des éléments très rapides pour prendre à défaut la défense algérienne. Très vite les Algériens rentrent dans le match et tentent de presser des Burkinabés très prudents. Les Burkinabés sont mieux organisés que les Verts très pressés. Les Algériens sont très tendus par l’enjeu et n’arrivent pas à s’exprimer comme l’attendent leurs fans. Ce qui fait même réagir le coach Vahid qui sort de son carré devant le banc de touche pour montrer son mécontentement vis-à-vis de ses poulains. Dans les gradins, les supporters sont anxieux et c’est compréhensible. Les deux équipes se surveillent et n’osent pas trop s’aventurer et c’est à l’avantage des Burkinabés qui n’ont vraiment pas connu de difficulté durant cette première mi-temps. La place de Taïder se fait sentir au milieu de terrain qui ne remplit pas son rôle convenablement. Pas de construction de jeu et donc c’est toujours à l’avantage des visiteurs qui, finalement, terminent la mi-temps sur le score de nullité. De retour des vestiaires, Ghoulam effectue un coup franc et Bouguerra profite d’une hésitation de la défense burkinabé pour pousser la balle au fond des filets (47′). C’est le but libérateur pour les Verts. Deux minutes plus tard, Feghouli rate le second but par manque d’application. Le match est bel et bien relancé. Les Verts prennent confiance et commencent vraiment à gêner les Burkinabés qui s’énervent au fil des minutes. Ce qui est à l’avantage des Verts qui mènent et qui sont qualifiés après leur défaite du match aller (3-2). Vahid incorpore Yebda à la place de Brahimi et Taïder qui remplace Mostefa dans l’entre jeu pour une certaine stabilité de ce secteur névralgique de lanimation du jeu. Et c’était bien vu par le technicien bosnien puisque les Verts maîtrisent mieux la balle et la gestion du match. Une chose est sûre, la nouvelle vague du football algérien représentée par les Feghouli, Kadir, Taïder, Ghoulam, Belfodil et autre Mandi, se remémore encore l’accueil triomphal réservé aux héros d’Omdourman. Et les voilà qu’ils se placent comme les dignes héritiers de la vague drivée par Rabah Saâdane en faisant revivre en ce 19 novembre 2013, la même ambiance vécue le 18 novembre 2009 aux quatre coins du pays en écrivant en lettres d’or la 4e glorieuse du football algérien, fierté de tout un peuple qui a passé une nuit blanche pour fêter cette seconde qualification consécutive à la phase finale du Mondial. Et le Brésil ouvre ainsi, grand ses bras aux Verts pour la fête mondiale prévue au mois de juin de l’année prochaine.*Par Saïd MEKKI-L’Expression-Mercredi 20 Novembre 2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*Une victoire pleine de sueurs!

Merci à Bougherra et à ses coéquipiers! Comment décrire le bonheur et la joie qui ont envahi 37 millions d’Algériens, hier après la victoire des Verts contre l’équipe du Burkina Faso? Il y a des moments, des événements, des situations qui sont impossibles à rapporter fidèlement avec des mots. Il y a l’intensité de la ferveur. Le poids écrasant du stress avant et surtout tout au long de la rencontre. L’indescriptible tonalité du coup de sifflet à la fin de la partie. Le sifflet consacrant la victoire. Le sifflet qui transforme l’angoisse en bonheur. Difficile de décrire des sentiments où se mêlent le sport et le patriotisme. En effet, hier le match n’était pas suivi uniquement par les passionnés de la balle ronde. Tous les Algériens avaient les yeux rivés sur la rencontre. Les jeunes comme les vieux. Les femmes comme les hommes. Même les enfants. Sur le territoire national mais aussi par nos compatriotes à l’étranger. Une bonne partie de la population ne comprend rien, ou très peu, à la technique du football. L’essentiel pour eux est que l’Algérie gagne. Pour faire flotter l’emblème national au Mexique. Comme en 1982 en Espagne. Comme en 1986 au Mexique. Coup sur coup. Puis il a fallu attendre près d’un quart de siècle pour revenir sur la scène du Mondial. Il a fallu attendre 2010 pour reprendre le chemin de la Coupe du monde qui, cette fois, se déroulait en Afrique du Sud. On sera au Brésil en 2014. Pour un autre coup sur coup. L’intervalle, de 24 ans, qui sépare notre présence au Mexique et celle d’Afrique du Sud correspond justement à la période la plus sombre de notre histoire post-indépendance. Un vide qui a duré un quart de siècle. Un quart de siècle qui a démarré précisément «l’année du Mexique». 1986, c’était l’amorce de la chute des prix du pétrole. La crise économique qui s’en est suivi était porteuse de tous les maux. Deux années ont suffi pour l’explosion du 5 octobre 1988. L’endettement et le FMI ont fait le reste. Quelle place et quels moyens pour le sport? Penser à la Coupe du monde paraissait insensé. Encore moins durant les années 1990 dont il est inutile de rappeler les souffrances. Malgré tout, dans ce décor tragique, nous avons eu deux embellies. Le record du monde de Hassiba Boulmerka et celui de Morcelli. Ce n’était pas du foot et pourtant, tout le monde se rappelle la fierté et la joie du peuple algérien devant les performances de nos deux champions du monde en athlétisme. Ce n’était malheureusement que des embellies. La réalité avait aussitôt repris le dessus sur la vie quotidienne faite de larmes et de sang. Une réalité que nous avons traînée jusqu’en 2005, année du référendum sur la Charte pour la paix et la réconciliation nationale décidé par le Président Bouteflika et adopté par 98% des Algériens avec un taux de participation record de 80%. Ce référendum venait compléter celui que le Président Bouteflika présenta, dès son arrivée, au peuple en 1999, qui l’adopta à 90%. Ce long travail, couplé avec le remboursement anticipé de la dette extérieure entre 2004 et 2006, a permis le retour de la paix dans notre pays. Comme on le constate, notre retour sur la scène mondiale du football ne relève d’aucun miracle. Après quatre années de préparation sportive, dans la paix retrouvée, nous avons renoué avec la Coupe du monde en Afrique du Sud. Notre victoire, hier, confirme notre retour durable à la normalité. Ainsi et avec un travail soutenu, des efforts tout en étant vigilants pour protéger la stabilité du pays, nous participerons à toutes Coupes du monde à venir. Jusqu’à décrocher la finale et la Coupe du monde. Nous le disons sans complexe aucun, nous sommes capables d’être champions du monde. Il n’y a pas de miracle et nous sommes, humainement, capables de performances. Quelle meilleure preuve que la victoie d’hier? Pleine de sueurs! *Par Zouhir MEBARKI- L’Expression-Mercredi 20 Novembre 2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**Les autres défis de Halilhodzic

Les autres défis de Halilhodzic

Sachant que le capital expérience joue un rôle très important à ce niveau de la compétition de très haut niveau, il était évident que le coach Vahid devait garder des anciens joueurs avant d’attaquer le Mondial.

Le contrat du sélectionneur de l’Equipe nationale, Vahid Halilhodzic, vient de prendre fin avec sa qualification, la première de sa carrière en qualité d’entraîneur et la 4e pour l’Algérie, et il aura donc ainsi sept mois pour préparer son groupe en vue de la phase finale de ce Mondial 2014 au Brésil. Il faut reconnaître qu’en juillet 2011, lorsqu’il avait pris la barre technique des Verts, son principal objectif était de qualifier les Verts à son second Mondial consécutif après celui en Afrique du Sud en 2010 sous la houlette du coach algérien, Rabah Saâdane. En objectif intermédiaire, le coach Vahid avait également pour mission de mener les Verts aux demi-finales de la CAN en janvier dernier. Mission très difficile compte tenu du fait que gérer des résultats est beaucoup plus difficile que d’en réaliser. Saâdane avait mené les Verts aux demi-finales de la CAN précédente et a bel et bien qualifié les Verts un certain 18 novembre 2009 au Mondial sud- africain. Par la suite, Abdelhak Benchikha qui avait alors succédé à Saâdane n’avait point de chance en quittant les Verts, suite à une humiliante défaite face au Maroc à Marrakech. Et c’est alors que le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua, a négocié avec le Bosnien Vahid Halilhodzic pour la mission première délicate de qualifier les Verts à ce Mondial brésilien. Débutant avec le même groupe qu’avait mis en place Saâdane, Vahid Halilhodzic décide alors d’effectuer des changements dans le groupe pour «une nouvelle» sélection. Belhadj et Antar Yahia décident de mettre fin à leur carrière internationale au moment où Karim Matmour demande à rester au service de con équipe en Allemagne. Et c’est ainsi que le coach Vahid Halilhodzic a eu comme première mission de réorganiser l’équipe algérienne avec de nouvelles têtes. Aidé par le président de la FAf qui a tout fait depuis l’ère Saâdane pour que certains jeunes algériens ayant joué sous les couleurs de la France rejoignent les Verts, grâce à la loi dite des Bahamas. Et les derniers à l’avoir fait sont Belfodil et Taïder. Seulement, l’Equipe nationale algérienne a non seulement déçu, lors de la dernière CAN où elle se fait éliminer au premier tour, mais cela fut considéré comme une véritable «humiliation» pour un mondialiste. Halilhodzic était sous grosse pression et on avait même évoqué son limogeage. Et voilà que le président Raouraoua décide de ne point perturber le travail déjà effectué par le coach Vahid en lui prêtant son soutien total pour arriver à son objectif principal à savoir la qualification au Mondial 2014. Ainsi, le coach Vahid convoque à chaque nouveau stage des Verts, de nouvelles têtes. Le retour de certains cadres conjugué à l’arrivée de nouveaux talents, ont permis au groupe de vite mûrir et les résultats sont là pour le prouver. Sans oublier le facteur chance qui a tourné en faveur des Verts avec l’effondrement de l’adversaire malien, mis en difficulté par le départ brutal de son sélectionneur français. Et c’est ainsi que le sélectionneur des Verts revoie sa méthode et se lance dans la prospection tous azimuts arguant qu’il est en train de former un «nouveau groupe». Ainsi, on notera l’arrivée de Yacine Brahimi très attendue avec celle de Sofiane Feghouli, Saphir Taïder et Nabil Ghilas. Et puis, sachant que le capital expérience joue un rôle très important à ce niveau de la compétition de très haut niveau, il était évident qu’il devait garder des anciens joueurs. Ainsi, six joueurs sont près de disputer leur second Mondial: M’Bolhi, le gardien de but, Mesbah, Bougherra et Medjani, en défense, Yebda et Lacen, au milieu et Djebbour en attaque. Il ne faut pas non plus oublier les autres joueurs absents pour ce dernier match contre le Burkina Faso, à savoir Boudebouz, Halliche et Guedioura, suspendu. Avec une mention spéciale pour Djebbour, Bougherra et Yebda qui ont participé à la campagne de qualification du Mondial 2010. C’est donc un véritable équilibre qu’a utilisé le coach Vahid pour former son groupe pour la campagne du Mondial 2014. Sur le plan des statistiques, les résultats parlent d’eux-mêmes pour les éliminatoires de ce Mondial brésilien: les Verts ont disputé 8 matchs en gagnant 6 tout en perdant uniquement deux rencontres. A domicile, les Verts ont gagné 4 matchs et n’ont connu ni défaite ni match nul. Les Verts sont donc imbattables au stade Tchaker de Blida. En déplacement, les joueurs du coach Vahid ont gagné deux matchs et ont perdu également deux. Slimani est le buteur des Verts avec 5 buts suivi de Feghouli et Soudani 3 buts chacun et ce, sur un total de 16 buts inscrits dont le dernier, celui d’avant-hier signé Bougherra qui a propulsé les Verts au Mondial brésilien. Reste maintenant un autre travail au coach Vahid Halilhodzic : suivre la quarantaine de joueurs qu’il a sur son calepin et pourquoi pas de nouveaux d’ici à la fin de saison. Mais le plus important pour ce coach qui adore les grands défis il devra donc en relever un autre: tenter de qualifier les Verts au deuxième tour du Mondial à Rio…*Par Saïd MEKKI-L’Expression-Jeudi 21 Novembre 2013

Le Président Bouteflika félicite l’EN et le peuple algérien -Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a envoyé avant-hier soir un message de félicitations à l’ensemble de l’Equipe nationale de football et au staff dirigeant après la qualification au Mondial 2014 au Brésil, dont voici la traduction. «Le public sportif et tout le peuple algérien sont enfin comblés de joie et de bonheur après la victoire, toute méritée, de notre sélection nationale de football», écrit le président de la République. «Une fois de plus, les Algériennes et les Algériens à l’intérieur et à l’extérieur du pays sont en fête, une fête nationale où les supporters laisseront éclater toutes leurs émotions festives, ravis en extase après cette éclatante victoire, méritée, de notre Equipe nationale face à nos frères burkinabés dans une compétition où les deux sélections ont fait preuve de fair-play pour la qualification au Mondial 2014 au Brésil», ajoute le président Bouteflika. «Tout en réitérant mes félicitations à notre Equipe nationale, joueurs, entraîneurs et dirigeants, je félicite tout le peuple algérien pour cet exploit sportif», conclut le message.*

<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />

**Scènes de liesse à travers le pays

Le coup de sifflet final de l’arbitre fait l’effet d’une bombe dans les logements et les cafés où les familles et les amis s’étaient réunis pour suivre le match. Des milliers d’Algériens à travers le pays, dans leurs voitures, à pieds ou en motos ont pris aussitôt possession de la rue et des boulevards. La joie est véritablement à son comble. On s’embrasse, on rit, on danse des youyous et des chants fusent de partout. Indescriptible est l’ambiance. Même les bateaux à quai au port de Annaba sont de la partie avec leur sirène qui s’entend des kilomètres à la ronde. Alger, comme toutes les régions du pays, a fêté dignement la qualification des Verts. Une explosion de joie a sorti la capitale de sa léthargie au coup de sifflet final de l’arbitre. En quelques secondes, rues et ruelles de la capitale, vides quelques heures avant la rencontre, grouillent d’une marée humaine, agrémentée de défilés de véhicules klaxonnant, rappelant aux Algérois les fameux moments de la qualification de 2009 et l’épopée d’Omdurman.*El Watan-20.11.2013

*Une prime de 200.000 euros pour chaque joueur en cas de qualification au Mondial

Une prime de plus de 21 millions de dinars (200.000 euros) pour chaque joueur algérien en cas de victoire contre le Burkina Faso synonyme de qualification pour la phase finale de la coupe du monde au Brésil en 2014.C’est la promesse faite par les responsables de la fédération algérienne de football (FAF) pour motiver davantage les verts à arracher ce billet qualificatif pour ce grand rendez vous mondial de la balle ronde.

*le Ghana 25e pays qualifié à la phase finale

Le Ghana est devenu mardi le 25e pays à composter son billet pour la phase finale du Mondial-2014 au Brésil (12 juin-13 juillet), malgré sa défaite au Caire face à l’Egypte (2-1), (match aller: victoire 6-1). Outre le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Cameroun et l’Algérie se sont qualifiés et représenteront ainsi l’Afrique au Brésil.

Il y aura au total 32 sélection qualifiées pour le rendez-vous brésilien. Le tirage au sort est prévu le 6 décembre prochain.

Liste des pays déjà qualifiés:

Europe : Pays-Bas, Italie, Belgique, Suisse, Allemagne, Espagne, Angleterre, Russie, Bosnie

Asie : Japon, Australie, Iran, Corée du Sud

Amérique du Sud : Brésil (pays hôte), Argentine, Colombie, Chili, Equateur

Concaf (Amérique du nord, centrale et Caraïbes): Etats-Unis, Costa Rica, Honduras

Afrique : Nigeria, Côte d’Ivoire, Cameroun, Ghana, Algérie (Aps-19.11.2013)

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

***La fièvre monte

A la veille du match décisif pour la qualification au Mondial brésilien, entre l’Algérie et le Burkina Faso, la fièvre monte et devrait atteindre son paroxysme demain, jour de la rencontre qui aura lieu à 19h15 au stade Mustapha Tchaker de Blida. 30 000 billets ont été vendus comme des petits pains dans un brouhaha indescriptible qui nous rappelle le fameux match Algérie – Maroc à Annaba en 2011.

Le prix du billet au marché parallèle a atteint 5000 DA le ticket. Beaucoup de gens, venus de l’intérieur du pays, ne veulent pas rater ce rendez-vous historique pour le football national.  A Alger, l’ambiance a bien débuté il y a une semaine. Plusieurs voitures, couvertes de drapeaux, de fanions et d’écharpes, sillonnaient les rues et boulevards de la capitale. Des petits revendeurs tentent de convaincre les conducteurs pour leur vendre leurs produits sportifs. Dans les wilayas limitrophes, l’ambiance est la même. A Bouira, Tipasa ou Blida, la ville qui va abriter le match, l’ambiance est à son comble.

L’emblème national est déployé partout, dans les balcons, les cafés et les grandes placettes du chef-lieu de wilaya pour marquer leur soutien à l’équipe nationale. Les fans des Verts ne veulent pas rater l’événement et ne jurent que par la qualification. Des jeunes qui scandaient le fameux refrain «One, Two, Three, viva l’Algérie» affichent un grand espoir de voir l’Algérie l’emporter et se qualifier à la Coupe du monde pour la deuxième fois d’affilée. Même en dehors de nos frontières, tous les regards son braqués sur l’Algérie, qui reste le seul pays arabe en course pour la qualification au Mondial après l’élimination de la Tunisie par le Cameroun, et fort probablement de celle de l’Egypte (à moins d’un miracle). Ceci va motiver davantage les joueurs pour être les dignes ambassadeurs du Monde arabe comme en 2010.*Slimane Mekhaldi-El Watan-18.11.2013

**Moments de folie à Blida

Sept heures avant le coup d’envoi de la fameuse rencontre entre notre équipe nationale et celle du Burkina Faso, le stade Mustapha Tchaker était déjà archicomble.

Tout a commencé dès 7h, le matin, lorsque les supporters des Verts ont commencé à affluer. Il y en avait même qui ont passé la nuit devant les portes du stade qui ont été ouvertes deux heures après. Afin de gérer au mieux le flux exceptionnel des fans venus soutenir les Fennecs, les responsables ont préféré n’ouvrir qu’une seule porte, histoire de canaliser le flux des supporters. Des milliers de supporters venus de toutes les wilayas du pays (Annaba, Constantine, Sétif, Alger, Chlef, Oran, Aïn Beïda, Béchar…) ont commencé à se bousculer. Le scénario de samedi dernier, lors de l’opération de la vente des billets, s’est reproduit dès l’ouverture des portes du stade.

Les supporters voulaient absolument réserver leurs places dans les gradins.  La bousculade a généré donc son lot de blessés. Selon le rapport établi par la direction de la Protection civile de la wilaya de Blida, une quarantaine de blessés ont été enregistrés, dont un dans un état critique, blessé à la tête, qui a été évacué en urgence vers l’hôpital Frantz Fanon de Blida. Pour le reste des blessés, il s’agissait de blessures légères et de contusions aux pieds et aux jambes. On notera aussi quelques évanouissements dus à la fatigue parmi les fans qui ont passé une nuit blanche devant le stade. Mais les cas les plus graves étaient ceux de deux supporters qui ont fait une chute du pont de la vallée de Beni Azza, face du stade.  Fermées en raison de cette bousculade, les portes du stade ont été rouvertes une heure plus tard pour être refermées vers 13h. Le stade était archicomble près de sept heures avant le coup d’envoi de la rencontre. La seule porte restée ouverte était celle réservée aux officiels. Il convient de noter que les unités de la Protection civile étaient depuis quelques jours mobilisées pour toute éventualité.

Mais le fait le plus marquant est ce défilé des voitures et de motos drapées des couleurs nationales qui n’a pas cessé jusqu’au coup d’envoi de la rencontre. «Nous sommes très contents et fiers de notre équipe nationale» ; «nous sommes qualifiés en Coupe du monde» ; «nous sommes au Brésil khouya», lançaient à tue-tête les supporters que nous avons approchés au centre-ville de Blida. Fait nouveau : l’usage du vuvuzela. Cet instrument de musique que le peuple algérien a découvert lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud a très vite été adopté chez nous et voilà que Algériens en font leur instrument fétiche.*E. Rafik-El Watan-20.11.2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

***Ce 18 novembre 2009 est rentré dans l’histoire du football algérien. Ironie du sort, ce sera le 19 du même mois que devrait avoir lieu la 2e qualification consécutive des Verts à un Mondial, la 4e après celles de 1982, 1986 et 2010.

La qualification de l’Equipe nationale algérienne au Mondial a, de tout temps, suscité la très grande patience des Algériens qui ne lésinent sur aucun moyen pour soutenir les Verts dans leurs différentes missions, en particulier à travers les stades africains. Il suffit de voir cet effet instantané qui a rassemblé tous les Algériens fervents des Verts sans qu’ils ne soient nullement provoqués par les pouvoirs publics, lors de ce «triple» choc Algérie-Egypte en 2009 en vue de la qualification à la phase finale de la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. La date du 18 novembre 2009 est donc bien rentrée dans l’histoire des Verts et restera gravée dans la mémoire de tout le peuple algérien. Et de là, à faire la comparaison avec 2014, le pas est vite franchi, mais avec un degré moindre pour ce match du 19 novembre prochain contre le Burkina Faso, puisque le contexte est totalement différent. Mais au vu de l’objectif, c’est la même passion qui «oblige» les supporters algériens à se mobiliser d’une manière instinctive.
Du rêve du pays de Nelson Mandela en 2010, les fans des Verts rêvent désormais, du pays du roi de cette balle ronde, à savoir Edson Arantos do Nascimento, dit «Pelé». En 2009, l’Algérie était à ce moment là, absente de cette «fête» du football mondial qui est la phase finale de la Coupe du Monde depuis 24 ans. Le sélectionneur des Verts, Rabah Saâdane, a bien préparé son groupe avec plusieurs jeunes talents découverts dont les Matmour, Boudebouz et autres Bougherra et un certain latéral qui rappelle bien Merzekane et ses chevauchées, à savoir Nadir Belhadj. Début difficile des Verts au Sénégal qui perdent 1-0 au premier tour avant de gagner leur dernier match face au Libéria en déplacement. Mais cette victoire ne suffisait pas pour se qualifier au deuxième tour. Et c’est la Gambie qui offre cette opportunité aux Verts en imposant le nul au Sénégal. On joue le Rwanda puis l’Egypte le 6 juin à Alger. Les Matmour, Ghezzal et Djebbour ont été les buteurs de ce premier match contre les Egyptiens du coach Shehata qui ont sauvé l’honneur par un but. Puis, après avoir joué contre les Rwandais le mach retour, les Verts se retrouvent alors avec deux buts d’avance sur les Pharaons au goal-average avant de les affronter le 14 novembre 2009 au Caire. Et c’est là que les Egyptiens commettent ce qui ferait par la suite leur nid de l’élimination. Le bus des Verts est caillassé entre l’aéroport et l’hôtel des Verts où des joueurs algériens étaient blessés. N’empêche que les Verts joueront finalement ce match en perdant (2-0).

De Matmour et Ziani à Feghouli et Soudani
Il fallait donc un match d’appui pour désigner l’équipe qui devrait disputer la phase finale du mondial sud-africain. Et c’est là que la passion des Algériens pour la présence de leur pays à ce mondial a vite pris le dessus de tout ce qui est «politique». Le Soudan est désigné pour abriter ce match décisif entre Algériens et Egyptiens. Les supporters algériens, aidés, faut-il le souligner, par les pouvoirs publics se sont donc rués vers les daïras pour établir des passeports et ainsi s’envoler vers Khartoum. A la capitale du Soudan, les drapeaux algériens ont envahi les rues, ruelles et quartiers au grand bonheur des frères soudanais tout aussi pris par la passion des Algériens en se liant à leur cause. Le stade d’Omdurman est plein à craquer, il n’y a que très peu de supporters égyptiens, et c’est lorsque Antar Yahia qui, d’un tir rageur, marque ce qui serait le but de la victoire que le stade explose. On ne voyait que les couleurs algériennes. L’Algérie est désormais de retour à la phase finale du Mondial pour s’inviter au pays de Nelson Mandela. Ce 18 novembre 2009 est donc bel et bien rentré d’ans l’histoire du football algérien. Ironie du sort, ce sera le 19 de ce même mois de novembre qui serait celui de la deuxième qualification consécutive des Verts à une phase finale du Mondial, la 4ème après celles de 1982, 1986 et 2010. Seulement là, les données sont quelque peu différentes. Les Verts sont drivés par le Bosnien Vahid Halilhodzic qui, lui aussi apporte son lot de nouveaux joueurs dont les derniers sont Belfodil et Mandi, sans oublier Taïder. Les Verts ont perdu le match barrage contre le Burkina Faso à Ouagadougou en octobre dernier (3-2). Il leur faut donc uniquement une victoire par un but d’écart ou de deux buts pour la sécurité pour faire la fête comme en novembre 2009.
Le match se déroulant en Algérie, les supporters de l’EN attendent déjà avec impatience le 16 novembre prochain pour se ruer sur les «tickets» d’entrée au stade. C’est dire que ce mois de novembre qui est celui du déclenchement de la Révolution algérienne est devenu, par la force des choses, le mois sacré de notre pays, mais surtout des rêves les plus fous…*Par Saïd MEKKI -L’Expression-Mercredi 13 Novembre 2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

*Blida, la ville des Roses respire Rio

Le souvenir d’Oumdurman est toujours vivant dans la mémoire des jeunes Blidéens qui avaient vécu ce beau souvenir du Soudan en 2009.

Blida, ville hôte du match Algérie – Burkina-Faso, qualificatif au Mondial 2014, vibre au rythme de cette rencontre capitale, prévue le 19 novembre au stade Mustapha-Tchaker, et se prépare à en faire une fête majestueuse. Déployé sur les balcons, les devantures des magasins et même sur les toits de voitures qui sillonnent les différents axes routiers, le drapeau national est omniprésent, partout dans la ville des roses. Maillots et équipements des Verts, banderoles et chapeaux aux couleurs nationales sont exposées à la vente dans les moindres coins et recoins de la ville.
Les Blidéens s’apprêtent à vivre une soirée historique et ne jurent que par une quatrième participation des Verts au Mondial, après celles de 1982, 1986 et 2010. Dans les cafés et espaces publics, le match du 19 novembre constitue le principal sujet des discussions. La belle forme affichée, ces derniers jours, par certains joueurs évoluant en Europe, tels Brahimi, Kadir, Yebda et Slimani, conforte la conviction des supporters quant à «la certitude» de dépasser l’écueil des Etalons. Le souvenir d’Oumdurman est toujours vivant dans la mémoire des jeunes blidéens, qui avaient vécu ce beau souvenir du Soudan en 2009.
«Cette fois-ci encore, la qualification ne nous échappera nullement. Nous préparons une fête qui étonnera le monde entier», disent ces jeunes, ayant peint leurs motos en vert, rouge et blanc, couleurs de l’Equipe nationale et qui sillonnent la ville des roses. La ville de Blida a toujours porté chance à l’Equipe nationale, estiment des citoyens, croyant dur comme fer que cette «constante» demeurera encore de mise. «La ville du Saint Sidi Lekbir est le porte-bonheur de l’Equipe nationale. Les joueurs vont toutefois se donner à fond afin de concrétiser le rêve d’aller au Mondial 2014», commente un citoyen blidéen.
L’ambiance festive est à son comble et chacun tente d’y ajouter «son grain de sel». L’image de ce jeune qui se déplace entre plusieurs quartiers du centre-ville, vêtu d’un survêtement aux couleurs de l’Equipe nationale et emmitouflé dans un grand drapeau, est, en effet, très expressive. «Je tente de motiver les Blidéens sur la nécessité de venir en masse soutenir notre Equipe nationale, d’une part, et montrer à ceux qui ont osé piétiner l’emblème national à Casablanca que les Algériens s’attachent profondément à ce symbole», avoue ce jeune, très remarquable, à ses gestes et aux chansons qu’il fredonne tout au long de son parcours.
L’approche du match arrange parfaitement les affaires de ces jeunes qui se sont convertis en vendeurs de maillots, drapeaux, bonnets, étendards aux couleurs de l’Equipe nationale. C’est un créneau très porteur ces jours-ci, puisque les citoyens achètent sans modération. La grande placette, appelée Place-Ettout, à Bab Essebt, à l’image de plusieurs autres coins de la ville, est, en effet, devenue un marché à ciel ouvert pour la vente de tous genres d’accessoires pour les supporters qui s’en approvisionnent à coeur joie. A des prix variant entre 150 à 800 DA, ils se vendent comme des petits pains. Les citoyens ne lésinent pas sur les moyens pour disposer de ces objets très prisés, ces jours-ci.
Les tables de fortunes installées au niveau de la placette sont prises d’assaut du matin au soir. Les chansons évoquant les succès des Verts sont lancées à grandes décibels, ce qui attire davantage les foules. Certains inconditionnels des Verts n’hésitent pas, du reste, à entamer des pas de danse, invitant même des piétons de passage à faire la fête avec eux. Optimistes quant à la qualification des poulains de Halilhodzic, les Blidéens se préparent également pour la grande «Fiesta» qui devrait avoir lieu après le match.*L’Expression-Mercredi 13 Novembre 2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

**les supporters se préparent pour le jour du match

Les fumigènes, les drapeaux et les «one, two, three, viva l’Algérie» ont mis
du temps à sortir. Mais pour le match retour de mardi contre le Burkina Faso à Blida, les supporters sont déjà chauds.
Khaled Mahiout

Rue Dris Hamidouche - la haute casbah

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

L’Algérie a le potentiel pour se qualifier

L’ancien international algérien, Rabah Madjer, a estimé que l’Equipe nationale avait le «potentiel pour se qualifier» au Mondial-2014 au Brésil mais qu’elle devait bénéficier d’une «bonne préparation psychologique» en prévision du match retour des barrages face au Burkina Faso, mardi prochain à Blida (19h15). Madjer s’est confié dans une longue interview publiée hier sur le site de la Confédération africaine de football (CAF) dans laquelle il a parlé du match aller perdu contre les Burkinabés (3-2) le 12 octobre dernier à Ouagadougou et évoqué les chances de qualification à une semaine, jour pour jour, de la manche retour. «Je m’abstiens de donner le moindre avis technique ou critique (sur le match aller). Je peux dire que les deux équipes se sont données à fond ce qui n’est que logique compte tenu de l’enjeu. Je pense que les joueurs algériens ont fait le match qu’il fallait. Maintenant, il va falloir une bonne préparation psychologique en prévision du match retour», a déclaré l’ex-joueur du FC Porto, aujourd’hui âgé de 54 ans. «Je souhaite du fond du coeur que l’équipe d’Algérie soit présente au cours de ce prestigieux événement prévu au Brésil, mais il reste encore 90 minutes à jouer», a ajouté l’auteur du premier but de l’Algérie lors de la victoire contre l’Allemagne (2-1) à Gijon lors de la Coupe du Monde 1982. Interrogé sur les chances de qualification des hommes de Vahid Halilhodzic après avoir inscrit deux buts à l’aller, Madjer pense que l’ «Algérie n’a pas tellement d’avantage». «Seulement, j’estime qu’on a les moyens de marquer des buts, pas un seul mais plusieurs buts. La ligne d’attaque de l’équipe d’Algérie fonctionne bien ces derniers temps, la preuve, c’est qu’elle marque toujours des buts. C’est le point le plus important à mon avis», a-t-il fait observer. Interrogé, par ailleurs, sur la dernière sortie médiatique du président de la Fédération internationale de football (FIFA), le Suisse Joseph Sepp Blatter, dans laquelle il a souhaité plus de places pour l’Afrique à la coupe du Monde, l’auteur de la talonnade décisive en finale de la coupe d’Europe des clubs champions 1987 avec Porto contre le Bayern Munich a rétorqué que «ce serait une très bonne chose pour notre football». «En Afrique, le football a beaucoup progressé, je constate cela de jour en jour. C’est aussi le cas pour l’Asie où le football a aussi progressé. La coupe du Monde est un rendez-vous prestigieux qui regroupe les meilleures équipes de la planète et c’est toujours un plaisir pour moi de retrouver les nations africaines», a-t-il dit. A la fin de l’entretien, le joueur aux 87 sélections nationales a réservé son pronostic pour les futurs qualifiés africains au Brésil: «Je crois comme je l’espère que l’Algérie en sera, elle a le potentiel pour le faire. Même si je souhaite que la Tunisie se qualifie, je pense que c’est le Cameroun qui finira par décrocher le billet brésilien. Le Ghana, le Nigeria et la Côte d’Ivoire n’auront, en principe, pas de difficultés pour valider leur billet».*L’Expression-Mercredi 13 Novembre 2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

Le match Burkina Faso-Algérie a tenu toutes ses promesses

 Il a été spectaculaire, avec des émotions, de l’intensité, de l’engagement, du fair-play aussi, de part et d’autre, avec à la clé cinq buts et beaucoup de promesses pour la seconde manche, le 19 novembre prochain à Blida.

Bien sûr qu’au vu de la rencontre, les Verts ont toutes les raisons de pester contre l’arbitre zambien Zikazwe qui a influé sur l’issue de la partie en offrant un penalty «cadeau» aux Etalons après avoir oublié de siffler un autre en faveur de l’Algérie, faute sur Feghouli à l’intérieur de la surface de réparation adverse. Sur leur prestation d’hier, les camarades du capitaine Madjid Bougherra n’ont pas à rougir de la défaite.
Sans l’erreur arbitrale de la fin de partie, les garçons seraient rentrés avec un partage des points tout à fait équitable. La défaite (2-3) ne compromet nullement les chances de qualification de l’équipe nationale au Mondial brésilien… mais à condition de ne pas rater le rendez-vous de Blida dans un mois. A priori, c’est dans les cordes des joueurs algériens surtout après ce qu’ils ont montré sur la pelouse du 4 Août à Ouagadougou.

Si la qualification au Mondial 2014 n’est pas compromise par la défaite d’hier soir, il n’en demeure pas moins qu’elle n’est pas encore acquise et qu’il faudra aller la chercher à la mi-novembre, un mois qui réussit bien aux Algériens, face à un adversaire qui a du répondant et qui, d’ici là, va récupérer sa tour de contrôle, le défenseur de Lyon, Koné, qui a été contraint d’abandonner ses coéquipiers après quelques minutes de jeu suite à une élongation.

Le staff technique va mettre à profit les quatre semaines à venir pour analyser la rencontre de Ouagadougou et dresser le plan de bataille du match retour. Après coup, il y a lieu de nourrir des regrets sur le résultat du match aller. Marquer deux buts à l’extérieur, surtout revenir deux fois au score, n’est pas un mince exploit à ce stade de la compétition et qui plus est face au finaliste de la CAN-2013. Lors de cette sortie, l’équipe nationale a joué avec ses moyens actuels, à savoir avec un effectif au sein duquel de nombreux joueurs ne sont pas au mieux de leur forme.
Malgré cela, ils ont relevé le défi. Celui d’aller inscrire deux buts sur le terrain de l’adversaire. Mieux. Par moments, surtout en seconde mi-temps, ils l’ont fait douter, jusqu’au cadeau de l’arbitre zambien. Tactiquement, la sélection a tenu le coup et techniquement les joueurs ont confirmé les progrès enregistrés lors des dernières sorties, à l’instar de la prestation de Slimani, Soudani, Medjani et Feghouli jusqu’à son remplacement.

Le gardien Raïs M’bolhi, lui, a alterné le bon, un penalty arrêté, un autre dévié dans les filets, et le moins bon à l’image de sa sortie hasardeuse sur le premier but adverse et sa passivité et absence de réaction sur le second.
 Battre le Burkina Faso à Blida est dans les cordes de l’équipe nationale. Mais attention au péché mignon qu’engendre souvent le trop-plein de confiance ! L’adversaire, lui aussi, caresse le même espoir : faire le beau voyage au pays du football. La maîtrise de soi, de ses émotions, l’évacuation de la pression, ne pas jouer le match avant l’heure seront les facteurs déterminants du succès que l’Algérie appelle de ses vœux. Le Brésil est si proche et si loin en même temps.*El Watan-13.10.2013

**Les Verts trahis par le deuxième assistant !

Un quatuor d’arbitres multinational, une pelouse fantastique dans une ambiance électrique, en dépit d’une guerre menée et soutenue par l’environnement burkinabé sur le plan psychologique et une présence fougueuse des supporters algériens au Burkina Faso, tels étaient les ingrédients de cette première manche des barrages qualificatifs à la Coupe du monde FIFA Brésil 2014.
Le referee zambien, Janny Sikazwe, qui a manqué de justesse d’appréciation et fut tatillon, a eu des assistants peu sûrs ; le deuxième assistant angolais, vraiment malhonnête, qui a, en première mi-temps, ordonné à deux reprises de rejouer la rentrée de touche en faveur des Etalons, a omis de siffler un penalty plus qu’évident à Feghouli. Il a sifflé un penalty très juste aux locaux et a averti fort justement Koffi et Belkalem.

Le seul but burkinabé avant la pause ne souffre d’aucune contestation, mais montre que, côté algérien, il y a eu un manque de vigilance et de concentration. Trois buts inscrits correctement et des avertissements à profusion, mais siffler un penalty fort litigieux sur signalisation du deuxième assistant a totalement faussé la partie. Sur l’action, le défenseur Belkalem avait comme l’impression qu’ils étaient attendus au tournant par un arbitrage vicieux, avait caché ses mains en s’interposant à un tir d’un attaquant burkinabé. On retiendra toujours lors d’un match l’impact arbitral et ses conséquences sur le score final. La deuxième manche sera cette fois décisive face à une équipe qui a montré qu’elle garde intactes ses incisives.*El Watan-13.10.2013

*voir vidéo: Burkina Faso 3   2 Algérie   L’analyse, le Résumé

Les Burkinabés se sont imposés 3-2 contre les Algériens grâce à un penalty  contestable en match aller du 3e tour couperet des éliminatoires de la Coupe du  monde au Brésil. Une erreur d’arbitrage qui ne passe pas. 

On saura le 19 novembre prochain les noms des cinq sélections africaines qui  joueront la Coupe du monde au Brésil, en juin et juillet prochain. Pour  traverser l’Atlantique, l’équipe d’Algérie va d’abord devoir battre celle du  Burkina Faso, puisque cette dernière s’est imposé 3-2 samedi lors du  match aller. Au retour à Blida, l’ambiance promet d’être aussi chaude,  même s’il semble impossible qu’il fasse à nouveau 39° C, comme à  Ouagadougou. 

Car les Burkinabés doivent leur victoire à un penalty très contestable,  transformé à la 86e par Bancé. L’arbitre zambien Janny Sikazwe a  considéré qu’il y avait eu main de Belkalem dans la surface, alors que le  ralenti montre qu’il avait collé ses bras à son corps et qu’il se trouvait juste  en dehors de la limite. A cette injustice flagrante – et néanmoins tout à fait  classique dans le sport – s’ajoute l’oubli d’un pénalty en faveur des « Fennecs »  pour une faute sur Feghouli. 

« Nous avons perdu à cause d’un arbitre qui nous a privés d’un penalty et qui en  a sifflé un autre imaginaire pour le Burkina », a réagi Hassan Yebda à la fin du  match. Le sélectionneur Vahid Halilodzic a lui boycotté la conférence de presse  d’après match. La presse algérienne s’est lâchée le lendemain, comme le souligne  ce lundi L’Equipe. « Cet arbitre est un salaud! » titre le quotidien  Compétition, tandis que Buteur préviens: « Au retour, on les  bouffera ! » *LEXPRESS.-14.10.2013

gif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradisegif-anime-scintillant-etoile-etoiles-angel-paradise

 Algérie-Égypte: la fièvre revient

Players argue on the field during the Algeria vs Egypt 2010 World Cup qualifying playoff soccer match in Khartoum

**La sélection algérienne de football à la 34e position dans le classement de la FIFA

La sélection algérienne de football a gagné une nouvelle place dans le dernier classement établi par l’instance suprême du football mondial, la FIFA, hier, à Zurich, en Suisse.

L’Algérie passe de la 35e place, qu’elle occupait en juin dernier, à la 34e position. Les deux succès des coéquipiers d’Islam Slimani remportés, en déplacement, respectivement face au Bénin (3-1) et au Rwanda (1-0) ont ainsi permis à la sélection algérienne de gagner une place et passer devant le Nigeria. L’Algérie occupe désormais la quatrième position sur le plan continental, derrière la Côte d’Ivoire (13e), le Ghana (24e) et le Mali (28e). Ce classement sera très important lors du dernier tour des éliminatoires du Mondial 2014, prévu le 16 septembre prochain. Pour rappel, les confrontations du dernier tour auront lieu entre les 11 et 15 octobre prochain pour l’aller. Quant à la rencontre retour, elle aura lieu entre les15 et 19 novembre prochain.

Les poulains de Vahid Halilhodzic sont bien placés pour conforter leur position sur le plan continental. Il ne leur reste plus qu’à bien négocier le match amical, prévu le 14 août prochain, face à la Guinée, mais aussi la confrontation devant le Mali, comptant pour la dernière journée du groupe H. Sur le plan arabe, l’Algérie conserve toujours sa première position devant la Tunisie (47e), l’Egypte (62e) et la Libye (70e), la Jordanie (76e) et le Maroc (79e). La Guinée, qui donnera la réplique le mois prochain aux Verts, occupe la 61e position mondiale. En haut du tableau, l’Espagne conserve sa première position au classement, malgré le revers subi, en finale de la Coupe des Confédérations, face au Brésil. Le podium est complété par l’Allemagne et la Colombie, cette dernière accède pour la première fois de son histoire à la troisième position. Le Brésil, qui a gagné 13 points à la faveur de son succès en Coupe des Confédérations, se hisse à la 9e position. Il est suivi, en 10e position, par la Belgique, qui entre, enfin, dans le top ten des meilleures nations de football.*El Watan-05.07.2013.

**********************

**Capello doit montrer à ses joueurs le film A nous la victoire pour gagner!

«Nous sommes dans la merde, mais ce n’est pas une raison pour la remuer.» Marcel Bigeard

La programation de La Bataille d’Alger aux nouveaux joueurs de l’équipe nationale la veille d’un match capital contre les anglais, a porté ses fruits. En tout cas, ça a donné une âme de guerriers à nos joueurs, et leur a permis de tenir en échec l’équipe des trois Lions. Par le hasard des choses, le jour du match, l’un des témoins directs de la vraie bataille d’Alger, le général Bigeard, s’est éteint du haut de ses 94 ans. L’histoire vient de rejoindre la fiction et la fiction vient de toucher la passion. Quelle coïncidence! Ceci au moment où quelques anciens joueurs de l’équipe nationale, invités sur la chaîne Nessma TV doutaient de la bonne méthode prônée par Antar Yahia. Le cinéma contribue-t-il à faire gagner un match de football? La question est sérieusement posée par des spécialistes. En tout cas, le foot est vecteur essentiel du nationalisme. Et là on conseille à Capello de programmer aux joueurs anglais, la veille de leur match capital contre la Slovènie, le film A nous la victoire de John Houston. Un film passionnant et motivant pour les Anglais et qui évoque justement la tenue d’un match capital entre les joueurs d’un camp de prisonniers et une équipe germanique dans le stade de Colombes à Paris. Au-delà du simple fait sportif, le film est avant tout un combat de Titans qui met en vedette l’ancien champion John Colby et surtout le football anglais comme inventeur de ce sport planétaire. Le seul Américain de l’équipe est un joueur de football américain qui ne connaît rien à ce sport pratiqué par les Européens. Ce match joué à Paris était une occasion d’évasion inespérée pour ces prisonniers du Stalag, comme ces trois joueurs nord-coréens qui se sont évaporés en Afrique du Sud. Dans le film, l’arbitre est Suisse, le match est rempoirté à la mi-temps par les Allemands, qui trichent pour sauver la face. Alors qu’ils sont menés 4 à 0, les joueurs anglais, menés par Bobby Moore, Michael Caine, aidés par le brésilien Pelé et l’Argentin Ardilès vont remporter le match au bout d’une partie mémorable. Comme quoi le cinéma stimule toujours le football. Et comme l’entraïneur des Bleus, Raymond Domenech, s’inspire de la combativité des Algériens, on lui conseille de programmer en séance spéciale, la projection de la superproduction, Paris brûle-t-il? de René Clément, qui décrit les dernières semaines de la Seconde Guerre mondiale à Paris, jusqu’à la libération de la capitale en août 1944. Le scénario du film est coécrit par Francis Ford Coppola, Jean Aurenche et Pierre Bost d’après le livre Paris brûle-t-il? de Dominique Lapierre et Larry Collins. Le film s’inspire de l’ordre donné par Adolf Hitler à l’armée d’occupation de raser Paris avant de capituler, en faisant sauter les ponts et les monuments. Le général Dietrich Von Choltitz désobéira finalement à cet ordre et se rendra sans condition aux Alliés, préservant ainsi Paris de la destruction. Voilà comment le 7e art peut se rapprocher du 1er sport sur la planète; ce n’est pas le cas de ces pseudo-consultants télés, qui critiquent les méthodes de nos capés à coups d’euros et qui n’osent même pas démentir qu’ils n’ont pas apprécié la programmation de La Bataille d’Alger. (L’Expression-21.06.2010.)


*****************L’ALGÉRIE À DEUX BUTS DU 2E TOUR
Tant qu’il y a de l’espoir…

Sans trop entrer dans les détails des probabilités pour connaître les chances de qualification de l’Algérie au 2e tour de ce Mondial sud-africain, une chose est sûre: les Verts doivent simplement gagner face aux Etats-Unis par au moins deux buts à zéro.

Le reste n’est point important. Or, le dire est beaucoup plus facile que de le réaliser. Car, chez les joueurs de Rabah Saâdane, il y a certes une évolution progressive perceptible, mais un seul secteur demeure inefficace et il s’agit de celui, névralgique, offensif. Tout le monde sait que c’est dans ce secteur que Saâdane et ses joueurs doivent travailler le plus pour arracher une victoire synonyme de qualification. Or, l’enjeu pour mercredi prochain face aux Etats-Unis se trouve justement être cette victoire qui fait courir les deux équipes. Car, pour les Etats-Unis, il s’agit également de gagner et seulement gagner pour espérer passer au second tour. Or, sur le plan des statistiques, les Etats-Unis dépassent de très très loin l’Algérie en matière de concrétisations.
A ce problème d’inefficacité offensive, Rabah Saâdane a, à maintes reprises, précisé que ce secteur n’est pas facile à travailler. Il faut un peu plus de temps pour y arriver et il faut donc bien patienter. Ce qui voulait dire que ce secteur ne sera réglé qu’après la Coupe du Monde. Or, tous les Algériens seront branchés sur le stade de Tshwane à Prétoria mercredi prochain dans l’espoir de voir Matmour, Boudebouz et leurs coéquipiers enfin marquer ce ou ces buts qui n’arrivent toujours pas. L’équipe de Bob Bradley a bien montré des carences en défense et la preuve c’est que les Slovènes ont même réussi à leur marquer deux buts en première mi-temps. Les Donavan et compagnie ont sûrement sous-estimé ces Slovènes avant de revenir plus déterminés en seconde période pour retourner la situation et marquer deux buts avant que l’arbitre malien, Coulibaly ne les prive de ce troisième but pourtant bien valable. Le paradoxe est que les Américains possèdent une défense fébrile, mais, eux, contrairement aux Verts, ils arrivent bien à concrétiser. Et c’est là toute la différence.
Rabah Saâdane le reconnaît lui-même: «Nous allons jouer notre prochain match avec la ferme intention de reproduire le volume de jeu comme celui contre l’Angleterre tout en ayant plus d’efficacité devant. Si nous voulons passer au premier tour, précise-t-il, nous devons gagner et il faudra impérativement marquer des buts». Mais, le problème demeure posé comment parvenir à concrétiser, justement? Et la réponse de Saâdane est très simple: «Pour le moment, je réfléchis à la question. Nous savons tous que c’est un groupe difficile et nous avons planifié le prochain match face aux Etats-Unis». Quand Saâdane parle de planification, c’est-à-dire qu’il a bel et bien un plan de jeu et un autre de secours qu’il préparera face aux Etats-Unis. Et connaissant parfaitement ses joueurs et leurs capacités, Saâdane va donc devoir puiser dans ce moral des Verts pour arriver à produire des buts.
Pour l’inamovible latéral algérien, Nadir Belhadj, il est encore plus clair dans ses perspectives: «Je suppose que nous devons jouer avec deux attaquants, sachant que nous sommes tenus par l’obligation de marquer des buts. Les Américains ont du répondant, remarque-il, mais, je pense que cela va se joueur techniquement aussi, avec une manoeuvre d’exécution rapide», précise-t-il. Et justement, sur ce plan de la rapidité d’exécution, les Algériens sont très forts, seulement, créer des occasions est une chose et les mettre dedans c’en est une autre. Et le tout est de savoir quand cette efficacité offensive va-t-elle s’exprimer chez les Verts? Gageons que ce sera mercredi prochain à Pretoria, face aux redoutables Américains bien drivés par Bradley…(L’Expression-21.06.2010.)

*************************** 

** Les Verts à l’heure de vérité…

Mondial 82…. Mondial 86…. Mondial 2010. Trois dates clés dans les annales du football national. Mais que de décalage dans le temps et dans le ton pour l’E.N toujours aussi sacralisée. En Espagne, ce fut le coup de maître pour un coup d’essai. Et le coup de maître a failli faire mouche n’était la perfidie des grands devenus subitement petits au point de combiner sur le dos de la « little big team » algérienne. Grosse surprise l’Algérie ? Peu évident si l’on savait le degré de consistance d’une préparation de longue haleine dont ont bénéficié des talents inouïs qui avaient pour noms Belloumi, Madjer, Assad, Merzekane, Cerbah, Guendouz, auxquels sont venus s’adjoindre les plus-values -et les plus-values seulement- expatriées telles Zidane, Dahleb et autre Korichi. L’alchimie était parfaite pour un cocktail qui allait littéralement détoner. Et les maîtres alchimistes étaient également là pour mariner le chef d’oeuvre. Rogov, Khalef, Mekhloufi, Maouche veillaient , en symbiose, à instaurer, les uns, le politique dans l’EN et les autres la sagacité technique. Le nationalisme conjugué au talent fou mit groggy l’Allemagne arrogante. Un triomphe en premier et dernier ressort.

Quatre ans plus tard, le rendez vous mexicain devait en apporter la confirmation et l’Algérie , bien avant toute autre nation africaine, devait flirter avec les premiers rôles, ses éléments ayant eu 4 autres saisons footballistiques dans les jambes- pour certains dans de grosses écuries européennes. L’immensité du rêve algérien n’avait d’égal que la classe insolente et l’efficacité de Belloumi et ses frères. Mais si l’âme était toujours là, l’esprit était mort. En confiant une véritable et redoutable machine de football à un chef machiniste, loin du sujet à tous les plans, les pouvoirs publics donnèrent le coup de grâce à une génération dorée et au football national promu à toutes les gloires. La tragédie pourtant passa inaperçue, aidée il est vrai par la triste conjoncture qui guettait le pays. Et n’est ce pas qu’au vu du gâchis incommensurable, fallait –il sûrement dresser tribunal pour apaiser l’Histoire ? Ne pas , surtout, commettre l’erreur fatal de laisser le temps édifier de bien grandes mystifications. Près de 30 ans après la grande désillusion, nous revenons au Mondial. En rangs dispersés ? Pour sûr. Et pour cause. L’une des premières inepties qu’on nous a fait ingurgiter est que , fatalement , le salut ne peut venir que d’Algériens de souche certes -et cela personne ne le conteste- mais d’Algériens « repêchés in extremis » après que les portes tricolores leur aient été fermées. De ce point de vue, et même si l’on reconnaît à la politique tous ses droits, la pilule passe déjà mal. La deuxième ineptie, étroitement liée à la première est que même dans cette configuration du tout professionnel et les moyens ultra colossaux mobilisés à cet effet, l’on nous prévient que la présence seulement de l’Algérie en phase finale est une fin en soi. Tout le reste est bonus, qui préfigure d’un avenir ante Mondial enchanteur (Sic !). Redoutable manoeuvrier, le président de la FAF, Mohamed Raouraoua prend les devants, dans une émission taillée à sa mesure par son grand ami Hafid Derradji, sur le plateau d’Al Jazeera tout récemment, pour se dédouaner de tout échec au Mondial. Tournant autour du pot pendant toute la durée de « VIP », il s’en alla droit, à la fin, pour le message essentiel : « Nul n’a le droit de me demander des comptes sur les résultats de l’EN au Mondial ». Péremptoire, clair, net et précis. Mais pas convaincant du tout. Car en filigrane ressurgit la grosse polémique née autour du maintien de Saâdane à la tête de l’EN, ou le renforcement de la barre technique , à l’issue des éliminatoires en novembre 2009 et à laquelle de zélés serviteurs se sont attelés à en tordre le cou, profitant de l’allégresse spontanée et l’euphorisme d’un public passionné auquel on fourguait du rêve à bon prix. Raouraoua a eu toute la latitude de constater l’indigence technico-tactique, jusqu’à l’autorité, de celui qui lui aura dit : « Je reste et je reste seul à la tête de l’EN » à la CAN 2010 déjà. Une CAN où l’EN a cultivé , à son image bien des paradoxes, atteignant les demi-finales via un parcours quasiminable. Les matches suivants, cadrant dans la préparation à l’AFSUD ont confirmé la tendance de la médiocrité. Habilement , Saâdane a fait dans la subversion. À moins de 15 jours du jour « J » celle-ci est apparue, pour détourner l’attention, sous la forme d’une revue d’effectif intronisant de nouveaux talents prompts à ébahir le public. Trop grosse , la couleuvre ? Depuis l’avènement de cette équipe, personne n’a contesté la valeur de ce onze, hormis peut-être pour Mansouri et Ghezzal, mais les limites d’un homme aux allures d’un jockey veule et gauche ; le type parfait qui ferait de chevaux de course, de vulgaires tocards. Tabou mis à part, on n’est pas loin du tableau. Et comme on aimerait se tromper !  (Le Courrier d’Algérie-10.06.2010.)

***3ÈME PARTICIPATION ALGÉRIENNE AU MONDIAL  La bonne ?

Après 24 longues années d’absence, l’Algérie retrouve la scène mondiale après une qualification, ô combien était dure, au terme d’une lutte acharnée avec les Égyptiens lors d’un match d’appui historique, disputé, un certain 18 novembre 2009, à Oumdourman (Soudan). Les scènes de liesse battaient leur plein et toutes les ruelles à l’échelle nationale, et multiples à l’échelle mondiale, étaient vêtues des couleurs nationales, disant que l’objectif a été atteint avec cette brillante qualification, alors que tout le monde n’espérait qu’une qualification à la CAN, après une absence de deux éditions.Toutefois, l’appétit vient en mangeant, comme prédit l’adage. Le public algérien voit encore loin, et ne semble pas se contenter d’une simple participation de sa sélection. Ce qui en témoigne, c’est ces moult critiques lancées envers les joueurs et le staff technique après la première défaite face au Malawi (3-0), lors de la dernière CAN en Angola. Cela a pris encore d’autres proportions lors de la rencontre des demi-finales, perdue face à l’Égypte (4- 0). Sur le papier, la CAN semble, certes, réussi, avec cette quatrième place acquise suite la défaite concédée lors de «la petite finale» face au Nigeria (1-0), mais la réalité du terrain en était autre, avec dix buts encaissés contre quatre inscrits en six matchs. De l’avis des spécialistes, la prestation du «Onze» algérien est loin de donner de l’optimisme pour la suite, surtout à l’approche du Mondial. Dans l’intervalle de temps entre ces deux compétitions, les coéquipiers de Ziani ont disputé trois joutes amicales. Encore une fois, les appréhensions furent au rendez-vous : six buts encaissés contre un seul inscrit après les deux défaites face à la Serbie et l’Eire, sur le même score de (3-0), et la maigre victoire face aux EAU (1-0), sur un penalty de Ziani. Les sept nouveaux éléments appelés par Saâdane, dont, pour la majorité, sont inconnus pour le large public algérien, et qui viennent s’ajouter à Lacen, diffèrent entre ceux qui ont donné satisfaction, tels que Boudebouz et Kadir, et ceux qui ont suscité de grandes interrogations, à l’image de Belaïd. L’attaque, ce compartiment stérile, peine encore à trouver ses marques et l’exemple de Ghezzal demeure le plus frappant. Le pensionnaire de FC Sienne n’a encore pas trouvé le chemin des filets depuis onze matchs, ce qui est inquiétant pour un avant-centre, qui s’apprête à affronter les ténors des défenses mondiales. La défense algérienne, qui était le point fort de la sélection lors des dernières éliminatoires combinées CAN/CM-2010, devient l’autre maillon faible, avec 16 buts encaissés en huit rencontres, en moyenne de deux par match. Seule la zone médiane, qui sera privée du «Magicien» Meghni, constitue source de confiance, elle qui est menée par Ziani et Lacen en pleine forme malgré le manque de compétition avec leurs clubs respectifs. Prise en «sandwich» entre le «boulevard» de la défense, et le «mutisme» de l’attaque, cette zone aura, sans nul doute, une grande tâche. Mais, dit-on encore, «l’hirondelle ne fait pas le printemps».La composition du «Onze» nationale ne sera certainement pas différente de celle présentée en Angola, hormis l’incorporation de Lacen au milieu du terrain, lui qui s’est imposé, lors des trois matchs qu’il a disputés avec les Verts, comme un éléments indispensable. Toutefois, il n’est pas à écarter de voir Mansouri, en méforme depuis un bon moment, se poser sur le banc des remplaçants, et ce, malgré le fait que Saâdane ait déclaré qu’il sera bel est bien reconduit. Et si Yabda retourne ? La réponse est chez Saâdane. De même que pour Ghezzal, qui risque de connaître le même sort que celui de son capitaine. Les appréhensions, comme toujours sous l’air Saâdane, ne manquent pas et ce, malgré les assurances des joueurs, qui promettent de faire tout ce qui est en leur possible afin d’honorer les couleurs nationales dans la première édition de la plus prestigieuses des compétitions footballistiques internationales en terres africaines. L’Algérie fut brillante en Espagne et terne au Mexique. Que sera-telle en Af’Sud ? (Le Courrier d’Algérie-10.06.2010.)

**IL EST LE SEUL SÉLECTIONNEUR africain DU CONTINENT
Saâdane, pour l’honneur de l’Afrique.

La Coupe du monde a beau se dérouler pour la première fois de son histoire en Afrique, une seule des 32 équipes engagées sera dirigée par un sélectionneur issu du continent : Rabah Saâdane, le vétéran du football algérien qui fait presque figure d’anomalie. Les cinq autres équipes africaines – Côte d’Ivoire, Cameroun, Ghana, Nigeria et Afrique du Sud – ont en effet toutes confié leur sort aux mains de sélectionneurs étrangers.
L’anecdote, à laquelle il n’avait pas prêté attention, fait sourire Saâdane, 64 ans. «Je représente donc tous les entraîneurs africains, ainsi que le monde arabe. C’est une grande responsabilité», a-t-il dit lors du stage de préparation des Fennecs à Crans-Montana, en Suisse. La mode africaine qui consiste à faire appel à des grands noms étrangers quelques mois seulement avant le début des compétitions internationales l’interpelle toutefois. «C’est un problème qui appartient aux présidents (des fédérations) et je ne veux pas leur donner de conseils. Mais je peux vous dire que l’Afrique recèle des entraîneurs de grande qualité». Dans la longue histoire de la Coupe du monde, il a fallu attendre 1978 pour trouver trace du premier sélectionneur africain présent en phase finale, le Tunisien Abdelmadjid Chetali. En 2002, trois pays, un record, avaient fait confiance à des sélectionneurs locaux – Nigeria, Afrique du Sud et Tunisie – mais, quatre ans plus tard en Allemagne, on ne comptait déjà plus que l’Angolais, Luis Oliveira Gonçalves. Saâdane, dont la carrière de joueur fut brutalement interrompue à 27 ans par un accident de voiture, n’en est pas à son coup d’essai. Il dirigeait déjà l’Algérie en 1986 lors de sa dernière apparition en Coupe du monde au Mexique, qui s’était soldée par une élimination sans gloire au premier tour. Rappelé, il y a deux ans et demi à la tête des Fennecs après le passage de plusieurs entraîneurs étrangers, Saâdane en est à son cinquième mandat de sélectionneur, dont deux par de courts intérims, la Fédération faisant appel à son vieux sage à chaque fois qu’elle se retrouve en difficultés. «C’est la vie d’un entraîneur en Afrique», résume-t-il. «Je ne sais pas s’il faut y voir de la chance ou de la malchance.» Le peuple algérien, lui, y a vu une providence. Surnommé le «Cheikh» par ses joueurs, l’entraîneur algérien a su galvaniser ses troupes pour les amener jusqu’à la qualification dans un groupe où l’Egypte faisait office de favori. Et, à quelques jours du Mondial, personne n’ignore en Algérie que Rabah signifie en arabe «celui qui gagne». (Le Soir d’Algérie-03.06.2010.)

*********************

** L’ALGÉRIE EN 82 ET 86  Brillante en Espagne, terne au Mexique

Après celle de l’Espagne en 1982 et du Mexique en 1986, l’Algérie prendra part, à partir de dimanche face à la Slovénie, à sa troisième édition du Mondial, la première en Afrique. Les seuls représentants du monde arabe à cette manifestation universelle au pays de Nelson Mandela, avaient pris part à leur première édition en Espagne en 1982. Une participation à marquer d’une pierre blanche, avec cette mémorable victoire sur la grande RFA (Allemagne actuellement), qui avait, à ce moment-là, à son palmarès deux sacres de la couronne mondiale, en 1954 et 947. Un certain 16 juin 1982, grande fut la surprise créée par les Madjer et Belloumi, qui s’étaient faits découvrir au large monde footballistique en obligeant le légendaire portier allemand, Schumacher, à aller ramasser la balle à deux reprises de son nid. La partie fut terminée sur un score de (2-1). Le «Onze» allemand avait bien du mal à résister à la vista et au culot de onze petits lutins déterminés à faire une entorse à la logique qu’impose la force allemande et d’affirmer la nouvelle identité du football algérien et arabe. Les Verts auraient pu faire un long chemin dans cette édition, n’était-ce «le match de la honte» entre la RFA et l’Autriche, entraînant l’élimination, au goal-average, de l’Algérie, pourtant victorieuse une deuxième fois face au Chili (3-2). Une élimination qui fut, certes, mal digérée, mais a permis aux Algériens de sortir avec les honneurs en inscrivant leurs noms en lettres d’or dans le panthéon du football mondial. Quatre ans plus tard, place à la deuxième participation au Mexique. L’ambition était grande pour les Algériens, en fixant comme objectif : franchir une nouvelle étape dans leur ascension. Avec la même ossature, les résultats n’étaient, au grand dam du public algérien, pas à la hauteur des ambitions et des attentes. Bilan : match nul face à l’Irlande du Nord (1-1), et deux défaites face au Brésil (0-1) et l’Espagne (3-0). Une participations avec une élimination précoce, qui a laissé comme un goût d’inachevé pour cette belle génération. En somme, le bilan en deux participation est comme suit: six matches, deux victoires, un nul et trois défaites, avec six buts inscrits contre 10 encaissés. (Le Courrier d’Algérie-10.06.2010.)

**Quand l’Algérie fait bouger les lois du foot

Nous ne serons sans doute pas champion du monde en Afrique du Sud. Mais la première édition africaine du Mondial de football sera marquée par des changements dans les règles de jeu dans lesquelles l’Algérie n’aura pas été pour rien. En effet, à observer l’évolution qu’ont connue les lois de jeu décrétées par l’International Football Association Board, (IB, législateur des règles de jeu du football), on s’aperçoit que l’Algérie est à l’origine de certains de ses amendements, ou en est la raison, pour certains autres, intervenus ces dernières années. Le plus médiatisé de ces changements consiste dans la programmation le même jour et à la même heure du troisième match du premier tour de la Coupe du Monde. En effet, ce changement est la résultante directe du «match de la honte» entre l’Allemagne et l’Autriche qui se sont entendues pour se qualifier, au détriment de l’Algérie, la privant d’un passage au deuxième tour lors de la Coupe du monde 1982 en Espagne. Une Algérie pourtant snobée par les bookmakers, considérée pas du tout au niveau d’un Mondial. Or, les Verts se sont permis de terrasser, à la régulière, la «kolossale» Germanie. Le match entre les cousins germains est de fait entré dans les annales du football comme étant le match le plus déloyal qu’avait connu la Coupe du Monde depuis sa création en 1930. Comme ironisait l’entraîneur national de l’époque, Mahieddine Khalef, cela a été un honneur pour l’Algérie que deux grandes nations du football aient été amenées à tricher pour pouvoir accéder au second tour. La loi «Algérie» sur le troisième match du premier tour de la World Cup, voulait ainsi rationaliser le jeu à onze et imposer la loyauté parmi les participants. L’autre changement important intervenu dans les règles de jeu de l’IB, date de quelques semaines seulement et concerne le tir du coup de pied de réparation (penalty). Ainsi, il est désormais interdit pour le footballeur chargé de tirer le penalty de feinter le tir, comme cela à été le cas lors de la demi-finale de la CAN…Algérie-Egypte, lorsque le tireur égyptien avait déstabilisé le gardien de but algérien, Chaouchi, en se reprenant par deux fois avant de tirer. Dès lors, l’IB a été amené à amender la loi de référence du tir du coup de réparation en…rectifiant le procédé de tir afin de rendre le jeu plus loyal. En étant par deux fois victimes de la déloyauté de ses adversaires, l’Algérie aura mis à nu les failles dans les règles de la pratique du football, donnant à la FIFA de procéder aux rectificatifs nécessaires pour rendre le jeu à onze plus attractif et moins soumis à la tricherie. L’autre changement majeur apporté par la FIFA concerne l’autorisation donnée aux joueurs, qui n’ont pas porté les couleurs de l’Equipe «A» du pays d’adoption, de pouvoir opter pour le pays d’origine de leurs parents. Là encore, l’Algérie a pris l’initiative de ce texte de loi approuvé par le congrès de la FIFA aux Bahamas (3 au 9 juin 2009). Cela a permis à l’Algérie et à des pays africains, notamment, de récupérer et de relancer la carrière de nombreux jeunes. En vertu de cette loi – dite «loi Raouraoua», du nom de son promoteur, le président de la FAF – Meghni, Yebda et de nombreux binationaux ont pu rejoindre les Verts, alors qu’ils étaient laissés pour compte par leur pays d’adoption après avoir été sélectionnés dans les catégories jeunes. C’est dire que si l’Algérie n’a pas (encore) les moyens de remporter la Coupe du Monde, elle aura en revanche, puissamment et efficacement contribué, directement ou indirectement, à faire avancer le principal sport mondial vers plus de «fair-play» et de fiabilité dans le jeu. De fait, l’Algérie aura eu le mérite, ces dernières années, de faire bouger les lois rigides de l’IB. Et ce n’est pas rien! (L’Expression-27.05.2010.)

****Al Jazzera Sport écarte l’Entv du champ de vision

Toutes les images sont des mensonges, l’absence d’image est aussi mensonge. Bouddha

C’est une véritable guerre que se livrent actuellement Al Jazeera et l’Entv pour l’acquisition des images de l’EN. Officiellement, c’est la chaîne qatarie qui a l’exclusivité des coulisses de l’Equipe nationale. Alors qu’on ne cesse de dire que Al Jazeera est interdite en Algérie, la chaîne qatarie sera la seule télévision qui couvrira les coulisses et les matchs de l’EN. Autrement dit, Al Jazeera est interdite politiquement, mais autorisée commercialement. En plus d’acheter les droits des coulisses de l’Equipe nationale en Suisse et en Afrique du Sud, Al Jazeera Sport va réaliser une opération très juteuse en vendant les cartes Al Jazeera Sport. Pour le moment, ces cartes sont presque introuvables sur le marché national. Vendredi, c’est Al Jazeera Sport qui pourra diffuser le match amical des Verts contre l’Irlande, puisqu’elle est la seule à détenir les droits de diffusion du match. D’un commun accord, il a été décidé de diffuser le match sur le canal terrestre de l’Entv seulement, alors que Al Jazeera Sport le diffusera en clair sur satellite, avec le commentaire de Hafid Derradji.
Par ailleurs, Canal+ Sport diffusera le match en crypté le vendredi en même temps de l’Entv et Al Jazeera Sport.
Cette guerre des images entre Al Jazeera et l’Entv ne fait que commencer. En Afrique du Sud, les choses sérieuses commenceront, puisque l’Entv et le micro de Aït Athmane ne seront pas autorisés à prendre les échos des joueurs et encore moins à les inviter sur son plateau de télévision. Al Jazeera a verrouillé toutes les issues d’expression des joueurs algériens pour l’Entv. L’équipe de l’Unique du service sport a même été exclue de l’hôtel et n’a pas le droit de prendre des images ou des interviews des joueurs et du staff.
Ainsi, pour la conférence de presse de Saâdane, annonçant la non-sélection de Meghni, la caméra de l’Entv n’était pas conviée. Le seul micro présent, autre celui d’Al Jazeera Sport, était celui de l’AFP, qui était autorisé à fouler le gazon de la conférence, en tant que média non audiovisuel. Chaque jour, c’est un véritable combat pour l’équipe de l’Entv de décrocher les images des Fennecs. L’Entv n’a le droit qu’à une heure de reportage de 16h à 17h. En pénétrant sur le terrain, elle doit faire vite car plusieurs télévisions sont lâchées à ce moment-là pour prendre des images: TF1, Canal+, M6, France 2, Al Arabya…
Une situation de concurrence très pénible et dure pour les journalistes de l’Unique qui n’arrivent pas encore à saisir les raisons très obscures qui ont conduit les droits d’images de l’EN à atterrir chez Al Jazeera Sport et les empêcher ainsi de filmer la seule équipe qu’ils vont encourager durant le Mondial: l’Algérie.(L’Expression-27.05.2010.)

*********************** 

 **PLANIFICATION TECHNICO-TACTIQUE
Saâdane entame sa course contre la montre

Les deux prochains matchs amicaux contre l’Irlande et les Emirats arabes unis constituent de belles opportunités pour le staff technique national.

Le temps est un facteur important dans toute préparation d’une équipe en vue d’une grande échéance et c’est le cas de Rabah Saâdane qui n’a, en réalité que moins d’un mois pour préparer les Verts à ce Mondial 2010 prévu du 11 juin au 11 juillet prochain en Afrique du Sud.
Mais le sélectionneur de l’équipe algérienne de football demeure serein et imperturbable: «Il est vrai que le temps est très court, mais nous comptons être prêts pour le premier match contre la Slovénie», annonce-t-il. Mais quelle est la stratégie à adopter dans ce cas de figure?
Rabah Saâdane explique alors sa démarche pour bien préparer les Verts à ce Mondial: «On enlève la première semaine du stage qui sera consacrée aux tests physique et sanitaire. Et c’est à partir de la deuxième semaine du stage que l’on commencera le travail sur le terrain.»
Là, poursuit Saâdane, «on doit reconstruire cette Equipe nationale et heureusement que l’ossature existe déjà. C’est la raison pour laquelle nous avons convoqué sept nouveaux joueurs pour pallier aux défections éventuelles ou à un quelconque impondérable. Nous allons donc mettre au point deux variantes et on se mettra donc dès la seconde semaine du stage aux répétitions des plans défensif et offensif avec les joueurs. Le match contre l’Eire serait une bonne opportunité pour confirmer certains joueurs ou rectifier certaines erreurs», précise l’entraîneur national.
Ainsi, Saâdane a bien réfléchi à ses stratégies en assurant un travail méthodique avec des joueurs professionnels: «Ce n’est pas en équipe nationale que je vais apprendre aux joueurs le placement!», remarque-t-il d’ailleurs. Allusion aux joueurs locaux certainement.
«Il faut tout régler en amont en constituant le puzzle afin de reconstruire l’Equipe nationale en si peu de temps. Et c’est la raison pour laquelle nous avons été très exigeants pour les nouveaux joueurs puisqu’il fallait qu’ils aient un haut niveau de préparation et qu’ils soient surtout hautement compétitifs. C’est une équipe qui a été formée depuis deux ans et demi et c’est pourquoi j’ai gardé l’ossature de l’équipe tout en injectant de nouveaux éléments pour ne point perturber la sérénité du groupe et assurer ainsi la continuité. Il ne faut surtout pas oublier que ce qui m’intéresse le plus, ce n’est pas uniquement la participation au prochain Mondial, mais le travail que nous menons est à court terme et on vise à préparer une bonne équipe pour les échéances 2012-2013 et 2014.»
Pour revenir à la préparation du Mondial, Rabah Saâdane n’a théoriquement rien laissé au hasard puisqu’il compte préparer un plan d’attaque pour chaque adversaire des Verts au premier tour de ce Mondial.
Il est évident que les répétitions lors des stages sur les plans technico-tactiques concernant justement ces plans de travail avec pour chaque plan une seconde variante pour s’assurer d’une bonne réaction en cas d’échec de la première.
Plus et c’est très important, c’est durant ce premier stage que le staff technique pourrait bien choisir les 23 éléments devant représenter l’Algérie au prochain Mondial. Puisque même les joueurs blessés seront réexaminés sur le terrain.
Le cas Meghni est illustratif, puisque Saâdane assure: «Je suis en contact permanent avec le corps médical qui le prend en charge pour essayer de se concerter sur ce cas. Je peux dire que sa blessure évolue positivement, chose qui m’a poussé à le convoquer pour le stage en Suisse pour voir sa réaction sur place».
C’est également le cas pour les autres joueurs manquant de compétition, par exemple, et bien évidemment pour chaque nouveau joueur. Et ce mutisme sur les cinq joueurs réservistes est observé pour une stratégie plutôt «intelligente» de Saâdane.
En effet, en ne dévoilant pas cette liste, le coach national se donne plus de temps de choix que prévu. La preuve, lors de sa dernière conférence de presse, le coach national avait annoncé que cette liste se compose de cinq joueurs locaux.
Or, invité de l’émission Football Magazine de la Radio Chaîne III algérienne, vendredi dernier, Rabah Saâdane confie que «parmi les cinq réservistes, il y’a un joueur professionnel. Nous allons donc l’informer pour qu’il soit prêt au cas où…»
C’est donc pour une marge plutôt sécurisante et de changement de liste à sa guise, sans qu’il n y ait de sensibilité que Saâdane ajourne cette liste.
De plus et c’est très important, Rabah Saâdnae indique que la «réglementation FIFA permet de convoquer un joueur même s’il n’est pas dans la suite des 30».(L’Expression-09.05.2010.)

*************************

Quand Saâdane cache son jeu!

 Grand adepte de la méthodologie, le patron de la barre technique des Verts ne veut rien laisser au hasard.

 Le sélectionneur de l’Equipe nationale, Rabah Saâdane, poursuit toujours sa prospection des joueurs tout en appliquant sa méthodologie de choix des 30 joueurs devant effectuer le premier regroupement avant la purge de sept parmi ce groupe qui prendra part au stage prévu du 20 au 28 mai prochain en Suisse.
Après avoir indiqué auparavant, soit après la CAN, qu’il est à la recherche de défenseurs latéraux, d’un gardien de but et d’un attaquant, Saâdane, n’avait en réalité pas voulu dévoiler sa stratégie de prospection. Et pour mieux camoufler son jeu, il annonce la non-convocation des joueurs locaux. Ce qui a d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre d’autant que c’était la période où la sélection nationale A’ allait disputer son premier match du CHAN 2011 face à la Libye (1-0). Benchikha, le coach de cette sélection A’ encourageait alors ses joueurs à plus d’efforts dans la perspective de gagner leur place chez les A. Mais, Saâdane brise cet espoir, du moins, pour une future sélection pour le prochain Mondial 2010. Ainsi, le coach national actionne son staff et c’est le début d’une large prospection dans la perspective de choisir ces 4 ou 5 nouveaux éléments devant «renforcer» les Verts pour le Mondial. D’ailleurs, Rabah Saâdane est très clair en précisant: «On ne va pas trop chambouler l’équipe. On doit nécessairement garder la dynamique du groupe et il n’y aurait que 4 ou 5 joueurs nouveaux, tout au plus, pour ne point perturber le groupe.»
Puis, c’est la grande et large prospection à la recherche des meilleurs éléments évoluant à l’étranger.
Pour les critiques ils voient mal cette décision de ne plus convoquer les joueurs du cru. Voilà que le coach national se voit obligé de rappeler que «les portes de l’Equipe nationale restent toujours ouvertes».
Allusion à de probables rappels de Chaouchi, Ziaya et autre Lemmouchia.
Ainsi, le premier nommé voit sa peine purgée face à la Libye en éliminatoires du CHAN 2011.
Le second revient fort avec son équipe Ittihad Saoudia (donc évoluant à l’extérieur du pays). Quant au troisième, il vient d’être appelé par Benchikha pour aider de par son expérience, ses coéquipiers de la sélection A’ pour le difficile match retour contre la sélection libyenne.
Rabah Saâdane se lance donc dans une prospection tous azimuts en Europe allant même superviser des joueurs n’ayant pas encore leurs «papiers» en règle avec la Fifa pour pouvoir évoluer avec les Verts.
Une manière comme une autre de les obliger à prendre une décision dès maintenant.
Là, le coach national déroute les plus avertis. Donné pour probable partant dès la fin du Mondial, Saâdane fait de la prospection future. Ce qui incite à penser qu’il compte rester dans le staff technique des Verts après le Mondial puisqu’il prépare même cet après-Mondial 2010.
Et c’est ce qui a fait sortir les Français de leur mutisme pour crier au «scandale». Saâdane est en train de profiter de la formation française pour en choisir ses meilleurs éléments afin de les «algérianiser». C’et la polémique du côté des Français qui ont déjà vite oublié qu’ils sont en train de piller l’Afrique de ses jeunes talents avant de les «franciser»…
Le coach national et son staff savent très bien où ils vont et c’est ainsi, que Saâdane passe à la vitesse supérieure en confiant: «J’ai déjà la liste des 30 joueurs devant effectuer le premier stage en Suisse et je n’ai même pas voulu la coucher sur papier pour éviter toute fuite.»
Cela veut dire que blessés ou pas, manquant de compétition ou pas, les joueurs sur lesquels compte Saâdane pour représenter le pays en Afrique du Sud au Mondial 2010, sont bel et bien choisis. Reste juste à en publier les noms. Seulement les «impondérables» sont légion en football et c’est ainsi que la plus grande prudence est observée par le coach national Rabah Saâdane.
Enfin, une chose est certaine: ce premier stage des Verts en Suisse est d’importance pour ces 30 joueurs qui seront soumis à des tests précis pour un ultime choix. Et c’est la méthodologie Saâdane qui incite à la patience…(L’Expressionè-13.04.2010.)

**Ryad Boudebouz semble vivre toujours sur un nuage, et ce, depuis qu’il a eu son passeport algérien, la semaine dernière. Un précieux document qui lui permet de défendre les couleurs du pays de ses ancêtres. Le joueur de Sochaux, qu’on a joint par téléphone, ne cache pas du reste cette immense fierté que lui procure son imminente convocation chez les Fennecs. «C’est une grande fierté pour moi que d’obtenir mon passeport algérien pour la première fois. Désormais, je suis tout proche de la sélection, l’idée de jouer pour le pays de mes parents me rend très heureux», nous dira t-il. En fait, pour le meneur de jeu de Sochaux, c’est un rêve d’enfance qui est en passe de se réaliser. «Depuis que j’étais enfant, je rêvais de porter les couleurs de mon pays d’origine. Aujourd’hui, je suis tout proche de réaliser ce rêve». Il faut dire que tout a commencé pour Ryad lorsque le driver des Verts, Rabah Saâdane a pris attache avec lui, il y a de cela quelques jours. «Un moment que je ne suis pas prêt d’oublier, raconte le joueur, quand l’entraîneur national m’a appelé pour me faire-part de l’intérêt qu’il m’accorde, j’étais très heureux. Ce qui m’a touché le plus aussi, c’est lorsqu’il m’a demandé de faire attention dans la suite du Championnat afin de me préserver d’une quelconque blessure. J’ai compris tout de suite qu’il mise déjà sur moi en prévision du Mondial.» Et même s’il n’est pas encore mis dans le bain, Boudebbouz a déjà une idée sur les forces et les faiblesses de la sélection algérienne. Une idée qu’il s’est faite lors des rencontres des Verts qu’il a suivies au cours des éliminatoires du Mondial, ainsi que lors de la dernière CAN. «Comme tous les Algériens vivant à l’étranger, je me suis débrouillé pour suivre les rencontres des Verts. Je trouve qu’on a un bon groupe même si, à mon avis, le maillon faible de la sélection se situe au niveau de son compartiment offensif; on devra redoubler les efforts pour être au top lors du Mondial», estime t-il. (Le Courrier d’Algérie-13.04.2010.)

**Sept nouveaux joueurs dans l’Equipe Nationale …

Echorouk a appris que le sélectionneur national Rabah Saadane a établi une liste de trente joueurs qu’il enverra à la FIFA le 15 mai prochain. Cette liste qu’Echorouk a pu à obtenir, comporte onze joueurs qui n’ont pas pris part à la Coupe d’Afrique des Nations, parmi lesquels sept qui n’ont jamais revêtu les couleurs nationales.

C’est ainsi que l’on y retrouve quatre gardiens de buts locaux. Le coach des Verts a en effet renouvelé sa confiance dans le trio Chaouchi, Gaouaoui et Zemamouche, en y ajoutant le nom du portier de la JSM Bejaïa Si Mohammed Cédric.

Saadane emmènera ces gardiens en stage en Suisse, avant d’en choisir trois après la rencontre amicale contre la sélection irlandaise.

Suite aux réserves émises par certaines parties sur le recrutement de gardiens de l’étranger, le sélectionneur n’a coché ni le nom de Michael Fabre, ni celui de Mbolhi.

Et si le coach national a opté pour des portiers locaux, il a été “équitable” en ce qui concerne les défenseurs en choisissant deux locaux; Meftah et Metref, et les deux professionnels que sont Belaid et Chakouri.

Quant à l’entrejeu de l’EN, il connaitra un renfort qualitatif avec le choix de Guedioura, Khadir et Boudebbouz.

 La liste des joueurs convoqués qui sera divulguée au début du mois de mai devant la presse, comportera le nom de l’attaquant évoluant dans le championnat hollandais, Soltani, mais les chances de voir ce dernier figurer sur la liste des 23 demeurent faibles car il ne joue pas régulièrement au sein de son club. Ziaya qui est à présent dans le club Saoudien, Ittihad Djeddah, est également évoqué, au même titre que Bouazza de Blackpool. Quoique Bouazza, blessé, pourrait être remplacé à la dernière minute par Mesbah du club Lecce d’Italie.

 La liste des joueurs: Lounès Gaouaoui (48 sélections) Zemmamouche Mohamed Lamine (2 sélections) Fawzi Chaouchi (8 sélections) Hocine Metref (4 sélections) Nadir Belhadj (43 sélections) Mohamed Chakouri (pas de sélection) Abdelkader Laifaoui (6 sélections) Rafik Halliche (15 sélections) Antar Yahia (40 sélections) Majid Bougherra (40 sélections) Habib Belaid (pas de sélection) Rabie Meftah (5 sélections) Medhi Lacen (1 sélection) Adlene Guedioura (pas de sélection) Fouad Khadir (1 sélection avec les espoirs) Riadh Boudebouz (pas de sélection) Khaled Lemouchia (13 sélections) Yazid Mansouri (65 sélections) Karim Ziani (53 sélections) Hacene Yebda (9 sélections) Mourad Meghni (9 sélections) Djamel Abdoun (5 sélections) Amri Chadli (9 sélections) Rafik Saifi (58 sélections)   Abdelkader Ghezzal (17 sélections) Abdelmalek Ziaya (4 sélections) Rafik Djebbour (14 sélections) Karim Soltani (pas de sélection) Ameur Bouazza (15 sélections). (Echorouk-11.04.2010.)

*******

**HÉBERGEMENT DES SUPPORTERS DES VERTS EN AFRIQUE DU SUD
L’Algérie loue une cité universitaire

700 à 800 supporters se sont déjà inscrits pour être du voyage.

A moins de 60 jours du Mondial sud- africain, le déplacement des supporters algériens au pays de Nelson Mandela fait l’actualité. «Que les inconditionnels des Verts se rassurent, les préparatifs de leur déplacement et séjour se déroulent dans les conditions requises», a assuré, hier, M.Sekhri, directeur général de Touring-Club (TVA), joint par téléphone. Chiffres à l’appui, ce dernier a assuré que 700 à 800 supporters se sont déjà inscrits pour être du voyage.
«300 à 400 particuliers ont honoré les frais du déplacement et d’hébergement. Le reste des réservations a été commandé par des sociétés commerciales privées», a précisé M.Sekhri. Pour l’hébergement, les autorités concernées ont loué une résidence universitaire. Elle accueillera entre 1400 et 1500 personnes. «Cette résidence est située à 900 mètres de notre ambassade à Pretoria», a indiqué notre interlocuteur. Le reste des fans sera orienté vers des hôtels 3 étoiles. «Deux établissements ont été retenus à cet effet», a déclaré M.Sekhri. Au demeurant, il a souligné qu’une commission mixte, composée des représentants de Touring-Club et de l’Office national algérien du tourisme (Onat), s’est rendu sur les lieux pour s’enquérir de la disponibilité des infrastructures prévues pour l’accueil des supporters. Cette visite a eu lieu à la mi-mars dernier, tel qu’avancé par le représentant de TVA.
Se voulant rassurant, ce dernier a signalé que huit vols sont prévus pour le déplacement des Algériens. Le premier vol est prévu pour le 10 juins prochain.
Le retour est fixé au 24 du même mois. Ainsi, les fidèles auront le loisir de suivre les sorties de Fennecs durant le premier tour. Le premier match de la bande à Saâdane est prévu pour le 13 juin. Le troisième aura lieu dix jours plus tard. Des dispositions supplémentaires sont prévues en cas de qualification au deuxième tour.
«Dans ce cas, nous prolongerons le séjour de nos supporters en fonction des résultats de notre sélection», a prévu le directeur général de Touring-Club. Cela dit, il n’a pas précisé les modalités de ce prolongement. «Au deuxième tour, des équipes seront éliminées. Donc, il y aura des places de séjour supplémentaires que nous tâcherons de réserver pour les fans des Verts», s’est-il contenté de dire.
A titre de rappel, Air Algérie propose plusieurs packages comprenant le billet d’avion (aller-retour), les billets des trois matchs des Verts du premier tour et la prise en charge d’un séjour de 12 nuits et 13 jours.
Pas moins de 2000 supporters accompagneront la sélection nationale en Afrique du Sud. «Nous avons pris toutes nos dispositions pour la réussite de cette opération», avait affirmé Abdelwahid Bouabdallah, le président-directeur général de la compagnie Air Algérie, lors d’une conférence de presse animée le 16 mars dernier. Pourvu que les Verts soient au rendez-vous et répondent aux aspirations de leurs inconditionnels.(L’Expression-13.04.2010.)

****

Proposition alléchante d’Air France pour le Mondial-2010

Alger-Johannesburg via Paris à 110 000 DA à bord de l’A380

Le tarif fixé pourrait être revu à la baisse si une forte demande est exprimée par les fans qui voudraient joindre l’utile à l’agréable : soutenir les Verts et s’offrir leur premier voyage à bord de l’ A380.

La compagnie Air France a dévoilé, hier lors d’une conférence de presse, son programme spécial Coupe du monde 2010. À quelque deux mois de l’événement planétaire, qui attire toutes les convoitises, Air France propose à son tour sa formule de transport des nombreux fans vers l’Afrique du Sud. Et c’est à bord de l’Airbus A380 que les supporters des Verts feront le voyage d’Alger vers Johannesburg via Paris. “Pour permettre aux fans d’accompagner leur équipe, le prix du billet du voyage de rêve est fixé pour l’heure à 110 000 DA. C’est un tarif compétitif qui pourrait être revu selon le remplissage et la demande formulée. C’est un enjeu de disponibilité de sièges. Nous sommes en concurrence au niveau des places”, précise Pierre-Marc Teboul, directeur commercial. Et d’ajouter : “Nous nous inscrivons dans l’option additionnelle pour ce qui est du prochain rendez-vous mondial.” Interrogé sur le tarif loin d’être aussi bas que celui pratiqué par d’autres compagnies, le directeur commercial rétorque : “Remplir un avion à bas tarif n’est pas difficile, mais le problème pour la compagnie est d’engranger les recettes espérées ou fixées. C’est l’adéquation remplissage-prix.” En un mot, si la demande pour le déplacement en Afrique du Sud pour assister au Mondial-2010 est importante ou se fait par groupe, la compagnie Air France se réserve la possibilité de revoir à la baisse le tarif fixé initialement. Et puis, fait remarquer M. Teboul, “le client est libre de faire son choix”. Il faut préciser à ce propos que faire le voyage au pays de Mandela via l’A380 se paye cher. l’Airbus A380 compte 538 sièges dont 9 en première classe et 80 en classe affaires. “C’est l’avion le plus respectueux de l’environnement avec moins de 75 grammes de CO2 produits par passager au kilomètre et le plus silencieux de sa catégorie. Sa large cabine offre au passager plus de confort et d’espace. À bord de cet avion, Air France innove en proposant des ambiances lumineuses changeantes adaptées aux différentes étapes du voyage, des espaces de convivialité et de détente ou encore un système de divertissement entièrement nouveau avec des écrans plus larges”, explique encore le directeur commercial. Et de révéler que la compagnie prévoit pas moins de dix vols par semaine vers Johannesburg. “La fréquence était depuis le 28 mars dernier de sept vols hebdomadaires, mais, Coupe du monde oblige, trois vols hebdomadaires supplémentaires seront programmés”, note le même orateur qui ne manque pas de faire remarquer qu’“Air France devient ainsi le premier transporteur à proposer le plus grand avion civil du monde sur le continent africain”. Le vol inaugural a eu lieu le 18 février 2010. Air France a commandé douze exemplaires du A380, dont deux lui ont déjà été livrés.    Une chose est sûre, en tout cas, la formule d’Air France pour le Mondial-2010 trouvera certainement de nombreux preneurs au milieu des 2 000 supporters qui voudraient joindre l’utile à l’agréable, surtout que pour l’heure, le choix n’est pas très varié. Avis aux amateurs. (Liberté-14.04.2010.)

**QUAND RAOURAOUA PERTURBE LA FRANCE
Cette loi qui dérange…

La Fédération française de football s’activerait pour faire annuler la loi Raouraoua afin d’éviter de se faire piquer des joueurs.

La politique finira-t-elle par déteindre sur le football? En effet, les relations déjà bien crispées entre Alger et Paris risquent de se compliquer davantage avec ce que l’on peut déjà qualifier de futur bras de fer entre les fédérations de football des deux pays qui se disputent des espoirs du ballon rond. Un nouveau sujet de discorde qui tombe en plein débat sur l’identité nationale française et la nouvelle politique d’«immigration choisie» que veut mettre en place le président Nicolas Sarkozy. On laisse entendre depuis peu que la Fédération française de football serait extrêmement irritée. En effet, le sélectionneur algérien Rabah Saâdane fait actuellement sa prospection dans l’Hexagone. Mondial oblige, le patron des Verts veut renforcer son effectif et a jeté son dévolu sur des jeunes joueurs franco-algériens ciblés également par la direction technique de la Fédération francaise de football. Se disputer des joueurs nés et formés en terre française est une situation qui est loin d’amuser les responsables des Bleus qui tentent de retenir des éléments qu’ils revendiquent. D’ailleurs, le sélectionneur «Espoirs», Erick Mombeart, se démène énergiquement auprès de Brahimi, Taffer ou autre Belfodil pour les avoir dans son groupe à partir du prochain regroupement. Cela a perturbé les joueurs en question qui se sont montrés tout d’un coup hésitants à rejoindre les Fennecs. La loi du Bahamas passée par le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua sur les bi-nationaux a été sévèrement critiquée par les responsables du football français.
C’est le texte en question qui donne liberté aux joueurs de choisir le pays pour lequel ils voudraient jouer qui est remis en cause. A ce propos, un proche de Michel Escalettes (président de la FFF), est intervenu dans la presse pour prévenir qu’une riposte allant à l’encontre de cette loi se préparait. D’ailleurs, la presse égyptienne qui continue sa campagne anti-algérienne s’est empressée de relayer cette information. Elle fournit même des précisions qui font mention qu’un dossier sera remis à la FIFA pour faire annuler cette loi. Ce qui aura pour effet de faire obstruction à la démarche de l’entraîneur de l’EN. Gérard Houllier, président de la DTN francaise, a démenti l’information dans les colonnes du quotidien sportif Le Buteur. Selon lui, cette loi se trouve être «une bonne chose», il dira à ce sujet: «Non, pas du tout, ce n’est pas vrai, aucune pression ne sera exercée sur la FIFA pour faire annuler la loi des bi nationaux. Si vous voulez mon avis, c’est une bonne chose car, ils pourraient choisir pour quel pays jouer, même à 28 ans. Ce sera donc une très bonne chose pour les deux pays, alors que par le passé, ces joueurs avaient le droit de choisir pour quel pays opter avant 21 ans. Pour moi, cette loi est une bonne chose.» Gérard Houllier cultive-t-il cependant la contradiction? Il dira par ailleurs, que les jeunes joueurs de moins de 23 ans devront réfléchir davantage et penser à leur avenir avant de choisir l’Algérie au risque de laisser passer une chance de rejoindre l’équipe de France. En effet, ce serait un secret de polichinelle que de dire que nos joueurs ne choisiraient pas l’Algérie s’ils avaient une chance de rejoindre la sélection française. Alors opteront-ils pour les Verts par défaut? La question ne se pose pas pour certains joueurs, à l’image de Brahimi et Taffer qui intéressent au plus haut point les dirigeants français.
Céderont-ils toutefois au chant des sirènes ou diront-ils, malgré tout «oui» à Saâdane? Une belle opportunité pour eux. Une Coupe du Monde ne se refuse pas, elle peut ouvrir bien des horizons. (L’Expression-04.04.2010.)

******************************** 

*Les Verts se prépareront en Suisse

Le premier responsable de l’instance fédérale ne cite pas du tout le lieu de ce stage sous prétexte qu’il faut éviter la présence des supporters dans le cas où ce lieu serait connu.

Le président de la Fédération algérienne de football (FAF), M.Mohamed Raouraoua, vient de mettre fin à quelques spéculations relatives au lieu de déroulement du prochain stage de l’Equipe nationale algérienne prévu du 20 au 28 mai prochain et qui sera ponctué par un match amical le 28 mai justement à Dublin face à l’Eire.
Le président de la FAF l’a d’ailleurs déclaré à l’APS: «Nous avons visité plusieurs sites de préparation en altitude en Suisse, en Autriche et en France. Certains sites possèdent de bonnes installations sportives mais les conditions d’hébergement ne répondent pas aux normes, tandis que d’autres offrent de bonnes conditions d’hébergement, mais les installations sportives sont loin de répondre à nos besoins. Notre choix s’est finalement porté sur un site en Suisse qui offre les meilleures conditions de préparation», a-t-il précisé.
Seulement, le premier responsable de l’instance fédérale ne cite pas du tout le lieu de ce stage sous prétexte qu’il faut éviter la présence des supporters dans le cas où ce lieu serait connu. Ce prétexte n’existe que chez l’Equipe nationale algérienne. Car toutes les autres équipes ne prennent en aucun cas le côté présence du public en considération. Et la différence se trouve dans l’organisation des stages. Si c’est d’une manière professionnelle que cela se passe, là, aucun problème, y compris celui des médias ne doit se poser.
A noter que ce n’est qu’après la fin de la CAN 2010 que le président Raouraoua et l’entraîneur national ont effectué plusieurs séjours en Afrique du Sud, en Italie et même en Suisse décidant une première fois d’effectuer ce stage à Coverciano en Italie avant d’opter pour l’altitude, chère à Saâdane.
Or, il ne fallait sûrement pas s’y prendre au mois d’avril pour un stage prévu en mai! Il s’agit de l’Equipe nationale et de plus, on évoque le cas du «professionnalisme».
La meilleure, c’est que c’est le président de la FAF lui-même qui reconnaît: «Il faut savoir que sur les 24 pays qualifiés au Mondial sud-africain, dix-neuf avaient réservé depuis un certain temps leurs lieux de préparation en Suisse, en Autriche et en Allemagne», a expliqué M.Raouraoua.
Il est très utile de préciser que concernant les lieux des stages en altitude dans le système international, on trouve huit lieux dont un en Slovénie, pays qui sera notre premier adversaire. Il y a deux sites en Allemagne.
Il est évident qu’il faut citer les sites en France, en Suisse, en Autriche, en Belgique, aux Pays-Bas et au Canada. Et s’agissant de ces stages en altitude, il y a lieu de définir la période. A court, moyen ou long terme. Et là, il s’agit d’un court terme puisque c’est moins de quinze jours.
L’avantage d’un tel stage pour les joueurs sont les effets de l’altitude principalement dus à la diminution de la pression partielle en oxygène dans l’air inspiré, et à la baisse de température. En effet, au repos, ces éléments causent à court terme une hyper-ventilation, augmentation de la ventilation, une tachycardie, augmentation de la fréquence cardiaque, ainsi qu’une diurèse (élimination d’une partie du volume plasmatique (plasma sanguin) destiné à augmenter la proportion de globules rouges dans le sang). Ce qui permet donc de bien se familiariser puisqu’en Afrique du Sud, c’est en altitude que les Verts vont devoir jouer deux des trois matchs du premier tour de cette phase finale. Il est clair que l’Italie va se préparer chez elle à Coverciano ce qui explique la nouvelle décision de Saâdane de changer de lieu. Et ce qu’il oublie peut-être, c’est qu’il ne pourrait pas effectuer son stage à Crans Montana là, où il avait préparé les Verts lors du Mondial de 1986. Pour la simple raison que c’est l’équipe suisse qui est déjà programmée dans ce site. Celui-là même qui a connu les venues de l’AS Monaco, Lyon, l’Equipe nationale des Emirats arabes unis, de la Tunisie (-22 ans), le Slavia Prague, le Servette de Genève et Sion pour s’y préparer. Ainsi, deux ans après avoir traversé le Gothard pour aller préparer son Euro 2008 au Tessin, la Suisse a cette fois, choisi le Valais pour son camp d’entraînement en vue de la Coupe du Monde. L’Equipe nationale a plus précisément jeté son dévolu sur Crans-Montana, où les joueurs de l’entraîneur de la Suisse arriveront le 25 mai pour un stage de 10 jours en altitude. En concurrence avec Saint-Moritz, Crans-Montana (1500 m) et c’est le second site que le staff technique suisse a choisi.(L’Expression-03.04.2010.)

**********

**Saâdane : « Feghouli, Boudebouz et Bellaid m’intéressent »

Après une tournée européenne qui l’a conduit en France, Rabah Saâdane, le sélectionneur algérien, se confie en exclusivité pour RMC Sport. Il lève notamment le voile sur les joueurs qu’il souhaite convaincre de joindre les Fennecs…

Rabah Saâdane, vous avez supervisé de nombreux joueurs lors de votre tournée en Europe, quels joueurs ont retenu votre attention en L1 ?


On est en train de suivre Habib Belaid de Boulogne-sur-Mer (défenseur prêté par Strasbourg, ndlr). Je voulais le superviser lors du match PSG-Boulogne mais à cause du huis-clos, je n’ai pas pu. On est aussi sur Foued Kadir de Valenciennes (attaquant), Ryad Boudebouz de Sochaux (milieu offensif) ou encore Sofiane Feghouli de Grenoble (milieu offensif). Ces trois joueurs nous intéressent beaucoup. Ils sont sur notre liste pour la Coupe du monde.

Êtes-vous entré en contact avec ces joueurs pour les persuader de rejoindre la sélection algérienne ?


Non, pas pour le moment. De toute manière, Belaid et Kadir sont trop vieux pour l’équipe de France (24 et 26 ans, ndlr), ils n’ont aucune chance de pouvoir y jouer. Pour Feghouli et Boudebouz (20 ans, ndlr), c’est différent. Ils sont à un tournant de leur carrière. Pour eux, la priorité reste l’équipe de France, mais si eux non plus ne peuvent pas jouer avec la France, ils choisiront l’Algérie.

On parle beaucoup en ce moment de Mickael Fabre, le gardien de Clermont. A-t-il une chance de rejoindre la sélection ?


Il fait partie de notre liste car on a besoin d’un joueur de très haut niveau au poste de gardien de but. Je le suis personnellement et j’ai pu assister à un de ses matchs (ndlr, contre Istres en compagnie du président de la fédération algérienne). Nous avons une liste de sept gardiens pour la prochaine Coupe du monde, Fabre en fait partie.

A l’image de ce qui se passe en France avec Raymond Domenech, les médias algériens vous critiquent beaucoup. Comment le vivez-vous ?


Je ne sais pas pourquoi on me critique (il rigole)… Au sujet des critiques de la presse algérienne, je ne lis jamais les journaux car je trouve la presse nationale peu professionnelle. J’ai réussi à qualifier l’Algérie pour une Coupe du monde, la première depuis vingt-quatre ans. On a aussi réalisé une bonne CAN avec une demi-finale (perdue face à l’Egypte, 4-0, ndlr). Après, je pense qu’il y a beaucoup de jalousie, c’est ce qui explique les critiques.

Vous serez opposés à l’Angleterre, à la Slovénie et aux Etats-Unis en Afrique du Sud. Quel objectif visez-vous durant cette épreuve ?


D’abord, il faut que l’on représente de la meilleure des manières le Maghreb et l’Algérie par nos résultats, mais surtout pas notre attitude, qui doit être irréprochable. Nous sommes dans un groupe compliqué, mais j’ai espoir d’emmener l’équipe au second tour, ce serait formidable pour notre pays.(Echorouk-03.04.2010.)
**********************************

Il purgera sa suspension avant le mondial

Chaouchi : “C’est la délivrance”

 Comme annoncé par Liberté en exclusivité le 9 mars dernier, Faouzi Chaouchi pourra disputer la Coupe du monde. Il purgera sa suspension de trois matches qui lui a été infligée par la commission de discipline de la Confédération africaine de football à la suite du match des demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations, qui a opposé en Angola les Verts à l’Égypte, avant le rendez-vous mondial.
Après avoir, en effet, purgé un premier match lors de la rencontre de la troisième place qui a mis aux prises les Fennecs avec le Nigeria, le portier ententiste devait purger sa sanction à l’issue du match qui opposera l’équipe nationale A’ face à la Libye, dans le cadre de la manche retour des éliminatoires du Chan 2011. Contacté par nos soins, le portier ententiste s’est déclaré heureux de cette nouvelle. “C’est un moment de délivrance”, nous a-t-il dit d’emblée. “Je ne vous cache pas que depuis ce fameux match face à l’Égypte, j’ai vécu des moments difficiles. Cependant, le soutien et les encouragements aussi bien de mes coéquipiers de l’équipe nationale que de l’Entente ont atténué un tant soit peu mes soucis. El-Hamdoullillah, tout est pour le mieux”, a ajouté l’ancien keeper kabyle qui se voit donc relancé pour une participation à la prochaine Coupe du monde de l’Afrique du Sud. “N’importe quel joueur au monde rêve de participer au Mondial. Tout ce que je peux vous dire, c’est que je ferai de mon mieux pour être parmi le groupe qui sera retenu pour cette grande manifestation footballistique”, a conclu l’enfant de Bordj Ménaïel, ménagé hier par le coach Nourredine Zekri pour la manche retour des 16es de finale de la Ligue des champions d’Afrique face au représentant du Cameroun, l’Union sportive Douala en l’occurrence.
Le Guen convoque Ambane
Idriss Francis Ambane pourrait bien participer à la prochaine Coupe du monde de l’Afrique du Sud en juin prochain. En effet, le Camerounais de l’Entente de Sétif a été retenu par la Fédération camerounaise de football pour un stage de présélection en vue d’un éventuel renfort avec les Lions indomptables pour prendre part au prochain Mondial. Une nouvelle qui a fait beaucoup du bien à l’ancien milieu de terrain de l’Union sportive Douala, lequel attendait depuis belle lurette cette occasion, notamment depuis qu’il a rejoint le club champion d’Algérie en titre il y a deux ans. Ambane est du reste le seul joueur qui vient de l’étranger, contrairement au reste des sélectionnés qui viennent des clubs locaux. Il devait effectuer le déplacement au Cameroun à la fin de cette semaine pour prendre part à ce stage, qui aura lieu du 12 au 16 avril 2010, et de ce fait, il ne sera pas avec son team pour les confrontations des quarts de finale de la Coupe d’Algérie face à l’USM Bel-Abbès et en championnat contre l’USM Blida, programmés respectivement les 13 et 16 avril. Contacté par nos soins, Francis s’est déclaré heureux et honoré d’être retenu par la Fédération de son pays, tout en souhaitant parvenir à convaincre le coach national français Paul Le Guen à être du groupe qui sera à Johannesburg à partir du 15 juin prochain. “Je ne vous cache pas que cela fait un bout de temps que j’attendais cette convocation pour rejoindre l’équipe nationale de mon pays. Je suis sincèrement content et honoré. Tout ce que je peux vous dire, c’est que je vais faire de mon mieux pour être du rendez-vous de l’Afrique du Sud”, nous a-t-il dit.(Liberté-03.04.2010.)

*****************

**JSK 1 – CLUB AFRICAIN 0, EN MATCH RETOUR DE LA LIGUE DES CHAMPIONS
L’aventure africaine continue pour la JSK

Avec un excellent meneur de jeu de la trempe d’Echergui, les Kabyles dominent parfaitement cette première mi-temps. Aoudia (16’, 24’ et 36’), Tedjar (29’) et Ousalah (34’) ont, tour à tour, raté des occasions nettes d’ouvrir la marque. Et il fallait attendre cette 38e minute de jeu pour assister à l’ouverture du score et à la concrétisation donc de cette domination kabyle face à la formation tunisienne du Club Africain. Driss Echergui glisse une balle en or vers Yahia Cherif qui contrôle sa balle avant de fusiller le gardien tunisien Adel Nefzi, ouvrant ainsi la marque. Seulement, Yahia Cherif ne se contrôle malheureusement plus et enlève son maillot en signe de joie. Et c’est l’expulsion directe puisqu’il avait déjà écopé d’un carton jaune à la 20e minute de jeu pour charge sur le gardien. Les Canaris terminent donc cette première mi-temps en infériorité numérique, mais avec un léger avantage d’un but sur leurs vis-à-vis tunisiens.
De retour des vestiaires, les joueurs de l’entraîneur suisse, Geiger, poursuivent leur domination face aux joueurs du coach français, Pierre Lechantre. Mais les Canaris n’ont pu doubler la mise devant une bonne organisation défensive des joueurs du Club Africain. Les joueurs tunisiens n’ont pas su exploiter leur supériorité numérique avant que Traoré ne se fasse expulser suite à son agression sur Ousalah (61’). Les deux équipes terminent donc la partie avec dix joueurs dans chaque camp.
Les Kabyles dominent et multiplient les attaques, mais sans pouvoir doubler la mise. D’ailleurs, Maroci rate une très belle occasion à la 75e minute de jeu avant qu’il n’obtienne un corner.
Puis, c’est au tour des supporters tunisiens de se manifester, hier au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou en abusant de fumigènes, mécontents qu’ils étaient de la prestation de leur équipe. Et l’arbitre libyen, Adel El Raay, arrête momentanément la partie alors qu’on jouait la 76e minute de jeu.
Le commissaire au match, le Marocain Bahou Mohamed, a pris soin de prendre des photos pour situer les responsabilités avant d’avertir le capitaine de l’équipe tunisienne. Douze minutes plus tard, le directeur de jeu siffle la reprise de la partie.
Même avec 14 minutes de temps additionnel, les deux équipes se tiennent en respect et la JSK réussit à préserver ce court avantage d’un but à zéro pour se qualifier aux huitièmes de finale puisqu’au match aller disputé au stade El Menzah de Tunis, les deux formations s’étaient neutralisées (1-1).
Suite à cette qualification bien méritée, la JSK rencontrera aux huitièmes de finale le vainqueur du match Petro Atletico (Angola) – Raja Casablanca (Maroc) devant se dérouler demain à 16 heures en Angola. Les deux équipes se sont neutralisées (1-1) lors du match aller disputé au Maroc.(L’Expression-03.04.2010.)

***Ligue des champions d’Afrique. ESS 5 – US Douala 0 

L’Entente de Sétif s’est qualifiée facilement, hier, pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions d’Afrique de football face aux modestes Camerounais de l’US Douala sur le score sans appel de 5 buts à 0.

Au match aller, les Sétifiens l’avaient, rappelle-t-on, remporté par 2 buts à 0. Cette deuxième manche entre ces deux vieilles connaissances s’est jouée devant un public clairsemé. L’horaire de la tenue de la rencontre est, sans nul doute, à l’origine d’une bouderie qui ne dit pas son nom. Privée de nombreux joueurs ayant déclaré forfait pour diverses raisons, l’Entente s’est présentée avec un onze remodelé. Sonnés par le résultat de l’aller, les Camerounais ne sont rentrés dans le match qu’après l’ouverture du score (16’) par Hadj Aïssa qui ponctue une belle phase de jeu. Le catalyseur ententiste qui avait la possibilité de corser l’addition, rate lamentablement, une minute après. Décidés à se mettre à l’abri de toute mauvaise surprise, les Noir et Blanc accentuent la pression.

Cette manière de faire complique la tâche des protégés de Nicolas qui pètent les plombs à la demi-heure de jeu, quand l’arbitre expulse deux joueurs pour antijeu et insultes. Même si elle est justifiée, cette décision a influé sur le cours d’une partie à l’avantage des Ententistes qui corsent l’addition (41’) par Djediat, bien servi par ce lutin de Bouazza. La supériorité numérique a beaucoup aidé les Sétifiens en deuxième mi- temps, lesquels se sont, le moins qu’on puisse dire, adonnés à un galop d’entraînement. Instruits certainement par leur coach, les camarades de Kacem, qui fusille l’infortuné Andwa, privent leurs vis-à-vis du ballon. Malgré un score lourd, les hommes de Tonye n’ont pas pour autant fermé le jeu. Cette approche a arrangé les Noir et Blanc qui ajoutent un autre but (72’) par le biais de Diss qui catapulte de la tête le cuir centré par ce passeur de Bouazza qui permet, à l’instar de ses partenaires, de prendre, 29 ans après, sa revanche et par le même score…s’il vous plaît. (ElWatan-03.04.2010.)

**Stade du 8 Mai 45 (Sétif)
- Arbitrage : Koman Coulibaly, Balla Diarra et Mamadou Diarra (Mali)
- Buts : Hadj Aïssa (16’), Djediat (41’), Kacem (63’), Diss (72’), Faradji (85’sp) ESS
- Averts : Andami, Nana, Hyoubi (USD) Bouaza (ESS)
- Expuls : Andami (31’) et Moundi (33’) USD
- ES Sétif : Faradji, Raho, Benchadi (Yakhlef 46’) (Metref 55’), Diss, Delhoum, Belkaïd, Bouazza, Lammouchia (Megueni 55’), Kacem, Hadj Aïssa, Djediat Entr. : Zekri
- Union Douala : Andwa, Moundi, Andami, Dzone (Diamba 46’), Moungui (Ourouk 52’), Bouma, Choudam, Hyoubi, Ouanzou (Samai 57’), Ngomalou (cap), Nana Entr. : N. Tonye

**********

**ESPAGNE
Dernière répétition avant le «Clasico»

Les joueurs des deux équipes ne veulent pas penser au match de samedi prochain préférant rester concentrés sur leurs différentes sorties prévues pour ce week-end.

Avant la «finale» du Championnat d’Espagne, le samedi 10 avril dans la capitale espagnole, le Real Madrid se déplace dimanche chez le mal-classé Santander et le FC Barcelone accueille samedi un Athletic Bilbao ambitieux, lors de la 30e journée.
Le FC Barcelone (2e) reçoit l’Athletic Bilbao (6e), ce soir au Camp Nou tandis que le Real Madrid (1er) se déplace demain à Santander (16e) samedi.
Entre ses deux confrontations européennes face à Arsenal, le Barça, champion d’Espagne en titre, ne peut se permettre de se relâcher à domicile face à l’Athletic sous peine de donner un avantage psychologique au Real avant le «Clasico». «Nous allons tout donner pour gagner les deux titres (C1 et Liga), à aucun moment on ne pourra douter de notre comportement», a lancé jeudi le défenseur et capitaine du Barça, Carles Puyol. «La Liga est très disputée et nous ne pouvons pas nous rater». Puyol se méfie surtout du grand attaquant de l’Athletic, Fernando Llorente, auteur d’un doublé lundi devant Santander (4-3): «Ils ont un joueur très puissant devant. Nous devons fermer les couloirs pour les empêcher de centrer et d’avoir le ballon». Du côté du Real, on ne veut pas entendre parler du match face au Barça. «Nous ne pouvons penser qu’au Racing», a ainsi coupé jeudi le défenseur brésilien Marcelo. Penser au Clasico pourrait «nous compliquer la vie», a ajouté le latéral gauche. Le Racing, seulement 16e, compte dans ses rangs un ancien danger offensif du Real, l’ailier Pedro Munitis, et un futur joueur «merengue», le jeune espoir Sergio Canales, qui rejoindra le club madrilène pour six ans en fin de saison.
Pour Séville, qui n’a pris que trois points sur 18 lors des six dernières journées et glisse inexorablement au classement, l’heure est à la révolte. Le changement d’entraîneur n’a rien donné à Villarreal le week-end dernier (défaite 3-0) mais Antonio Alvarez, successeur de Manolo Jimenez sur le banc, veut voir le positif: «On a bien travaillé ces jours-ci, avec des séances dynamiques, aidant les joueurs à reprendre confiance. Je suis très fier du travail accompli ces derniers jours. Je suis sûr que nous allons nous améliorer et remonter». (L’Expression-03.04.2010.)

********************* 

Responsabilités

Mieux placé que tout autre technicien pour parler au nom de l’EN, pour savoir quels changements, minimes ou insignifiants, doivent être opérés et quelle feuille de route tracer en prévision du Mondial sud-africain, Rabah Saâdane est maître de ses décisions.

Après six ans d’absence, l’Algérie a, mine de rien, réussi un retour remarquable sur la scène continentale à la faveur de cette quatrième place obtenue lors de la récente CAN angolaise.
Demi-finaliste, vaincue dans les conditions que tout le monde connaît et sur lesquelles il serait vraiment inutile de revenir en ce moment précis, la sélection nationale a, surtout, eu le mérite de ne jamais flancher ou baisser les bras, en dépit d’une entrée en matière inattendue.
Pour son récital en matière de football-spectacle, assorti d’une énorme débauche d’énergie et d’un monumental effort mental, en quart de finale face à la Côte d’Ivoire, cette sélection a gagné en crédibilité et mérité, derechef, le respect de tout un continent.
L’on ne peut, donc, tout de même pas reprocher grand-chose à son premier responsable technique qu’est l’expérimenté Rabah Saâdane.
Maintenant qu’il a laissé entendre qu’il… n’entendait pas, justement, chambouler le groupe avec lequel il travaille, avec les résultats que l’on sait, en perspective de l’imminente Coupe du monde, il demeure dans son droit le plus absolu.
Refaire confiance à l’équipe avec laquelle il a vécu une extraordinaire aventure sportive et humaine et reconduire, à quelques exceptions près, le même groupe à la tête duquel il est monté si haut, sont des choix qu’on se doit de respecter.
Mieux placé que tout autre technicien pour parler au nom de l’EN, pour savoir quels changements, minimes ou insignifiants, doivent être opérés et quelle feuille de route tracer en prévision du Mondial sud-africain, Rabah Saâdane est maître de ses décisions.
Comme il a assumé le double succès en phase éliminatoire, la lourde défaite face au Malawi et le brillant parcours qui s’en est suivi, l’actuel sélectionneur ne fuira très certainement pas ses responsabilités au lendemain de la Coupe du monde.
Une Coupe du monde qu’on souhaite pleine de succès, d’agréables surprises et de bons résultats pour nos Verts et leur driver. (Liberté-Foot.01.02.2010.)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx 

*consulter aussi…Can 2010.Angola.1 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

35 réponses à “L’équipe alg.et le mondial”

1 2
  1. 13 11 2011
    Marilou Bartl (13:59:04) :

    Good write-up, I am regular visitor of one’s site, maintain up the excellent operate, and It’s going to be a regular visitor for a long time.

  2. 12 11 2011
    Avery Ysaguirre (22:13:26) :

    I think other web-site proprietors should take this website as an model, very clean and fantastic user genial style and design, let alone the content. You are an expert in this topic!

  3. 12 11 2011
    Heide Eastin (14:46:59) :

    Just desire to say your article is as astounding. The clearness in your post is just spectacular and i could assume you are an expert on this subject. Well with your permission let me to grab your feed to keep updated with forthcoming post. Thanks a million and please keep up the rewarding work.

  4. 11 11 2011
    Mining Camps (14:47:34) :

    What a top Website. We’ve just launched a new homepage too. Visit us for all your container modification needs!

  5. 11 11 2011
    a2315378 (00:59:51) :

    I’ve said that least 2315378 times. The problem this like that is they are just too compilcated for the average bird, if you know what I mean

  6. 10 11 2011
    ixixkeopmcv (21:57:05) :

    rBlf86 secrequerhir, [url=http://azudivgwrtjp.com/]azudivgwrtjp[/url], [link=http://nmoalmierltt.com/]nmoalmierltt[/link], http://uxkrsdpegvqb.com/

  7. 7 11 2011
    Diego Haack (03:26:17) :

    I do enjoy the manner in which you have presented this particular concern and it does provide me personally some fodder for consideration. However, through everything that I have observed, I basically trust as the reviews pile on that men and women stay on point and don’t embark on a soap box of some other news du jour. Still, thank you for this outstanding point and though I do not necessarily agree with it in totality, I value the viewpoint.

  8. 7 11 2011
    Cornell Lints (03:02:15) :

    Hello, I think your website might be having browser compatibility issues. When I look at your website in Safari, it looks fine but when opening in Internet Explorer, it has some overlapping. I just wanted to give you a quick heads up! Other then that, fantastic blog!

  9. 6 11 2011
    jyj (22:42:40) :

    I do not even know how I ended up here, but I thought this post was good. I don’t know who you are but definitely you’re going to a famous blogger if you aren’t already ;) Cheers!

  10. 6 11 2011
    Armand Heubusch (20:33:50) :

    My partner and I stumbled over here different web address and thought I might check things out. I like what I see so now i am following you. Look forward to finding out about your web page again.

  11. 6 11 2011
    Renna Seddon (18:07:14) :

    I am really impressed with your writing skills and also with the layout on your weblog. Is this a paid theme or did you modify it yourself? Anyway keep up the excellent quality writing, it is rare to see a nice blog like this one nowadays..

  12. 6 11 2011
    Landon Tausch (14:33:28) :

    Undeniably believe that which you said. Your favorite reason appeared to be on the net the simplest thing to be aware of. I say to you, I definitely get annoyed while people consider worries that they plainly do not know about. You managed to hit the nail upon the top as well as defined out the whole thing without having side-effects , people can take a signal. Will likely be back to get more. Thanks

  13. 6 11 2011
    Chadwick Gubitosi (14:23:47) :

    Hello, i read your blog occasionally and i own a similar one and i was just wondering if you get a lot of spam responses? If so how do you stop it, any plugin or anything you can advise? I get so much lately it’s driving me insane so any assistance is very much appreciated.

  14. 6 11 2011
    Alaina Picking (12:22:27) :

    Would you be fascinated about exchanging links?

  15. 6 11 2011
    Efrain Pippins (08:22:10) :

    Thanks for the marvelous posting! I truly enjoyed reading it, you happen to be a great author.I will be sure to bookmark your blog and will often come back sometime soon. I want to encourage you continue your great posts, have a nice day!

1 2



évasion |
Généalogies |
vivreavec1handicap |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ANTI CORRIDA
| dartagnan
| Actualité de la Politique d...